Miss France et le secret de la Toison Rouge

Dans les aventures de Bécassine, aujourd’hui: «Les Miss sont-elles des dindes?». Une amie française vient de me faire découvrir un texte de haute littérature, un morceau d’anthologie à propos des Miss France. Je le livre ci-dessous:

Il a été écrit et diffusé en novembre 2010 par un groupe qui s'appelle: La Toison rouge. Et ma foi, j'avais prévu un autre texte, mais c'est le bon jour pour celui-ci.

 

miss-france-2012-10595323aoday.jpg«C’est peut-être bientôt Noël, mais nous ne serons jamais des dindes……

Compagnons de toutes formes et de toutes beautés, c’est le moment de sortir les armes : les Miss  (alias la milice nationaliste barbie-zombie) tentent de prendre possession de nos rues…

Mais, au fait, c’est quoi une Miss ?

Jadis, avant d’être Miss, c’était un être humain, propriétaire de son vagin, avec peut-être des rêves et des émotions. Mais au fur et à mesure des années, elle a été vidée de toute sa substance créative et subversive, pour devenir ce corps creux, façonné par l’attaque constante des pouvoirs en place, le patriarcat et le capitalisme…


Les Miss, ce sont les femmes telles que les souhaite le patriarcat : de magnifiques femmes objets, incarnées dans ces corps soumis sans profondeur ni émotion, affichant perpétuellement un sourire vide de toute humanité, censé nous faire briguer la condition de femme esclave.


Les Miss, on ne leur demande pas de penser, juste de bien faire bander.

Les Miss offrent des corps plastiques mesurables et identiques qui ne sont plus qu’objets à évaluer, acheter ou vendre. Marchandises parfaites, dans notre monde aseptisé.
Les Miss ce sont les soldates de la dictature d’une certaine norme de la beauté.

Nous, on rejette ce monde.


Nous, on trouve qu’on est vachement belles et vachement beaux, parce qu’on cherche à libérer nos corps de ces prisons morbides.


On n’a pas envie d’être lisse mais de lire nos histoires dans nos chairs, que le temps, nos luttes, nos amours, nos tristesses laissent des marques, des traces, et que l’on puisse se les raconter.

féministes-trois-ages-1923-03-g.jpg

On n’a pas envie de se pourrir de plastique pour devenir identiques, vendables. C’est beau aussi les rondeurs, les failles, les cicatrices, parce que c’est unique, inchiffrable.
On a envie, aussi, de bander, de faire bander, mais en refusant de limiter nos imaginaires à une sexualité où l’homme viril et hétéro est roi.

Nous, on se revendique féministes et libertaires,

dans nos esprits, nos tripes et nos tétons,
alors les Miss, on les emmerde et le patriarcat et le capitalisme avec.»




J’adore la littérature féministe. C’est vaginal, tétonnesque, insultant à souhait, plein de jugement sur la vie des gens, pas bandant. Et surtout, royalement stupide. Un vrai contraceptif scriptural. De quoi être sûr à jamais que l’on ne sortira plus avec une féministe - de toutes façon elles ne semblent pas aimer l’homme viril hétéro. L’homme devrait être mou, insipide, et de préférence tout sauf hétéro. Quand aux femmes qui rêvent d’être dans la lumière, qui à travers ce concours donnent un peu de rêve, ce sont des dindes. Quel mépris de l’humain chez ces toisons peintes. Au fait il faudrait peut-être leur apprendre que le rouge à lèvre, ça se met en haut...


Des millions d’années d’évolution des espèces, des milliers d’années de civilisation, pour en arriver à cela... Les Hommes de Neandertal sont des modèles de raffinement à côté. Enfin, si vous ne saviez pas encore ce qu'est le féminisme, pas celui de l'égalité des droits, naaannn, ça elles s'en fichent, nan, le vrai, le couillu, vous voilà informé-e-s.


Les Miss, n’écoutez par ces rates à l’esprit difforme. Le secret de la Toison rouge, c’est que leur coeur est noir. C’est la jalousie et la méchanceté. Allez les Miss, gardez vos rêves!

Catégories : Humour 11 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Les miss France, ça serait bien si on ne nous vendait pas une fumisterie.
    Il ne se passe pas une année sans qu’une ou deux participantes soient désavouées sous prétexte qu’on déniche des photos d’elles en petite culotte ou en train de rouler une pelle à une copine en boite un soir de beuverie.
    Qu’est ce que c’est que ce truc qui veut maintenir des jeunes filles à l’époque des années 50 et qui leur colle un coup de pied aux fesses quand leur comportement rappelle qu’on est au 21 ème siècle ?
    C’est complètement débile.
    Et je ne m’étendrai pas sur l’allure du jury : des vieux beaux dont la face n’arrive même plus à combattre la loi de l’apesanteur en train de se rincer l’œil devant des gamines qui pourraient au mieux être leurs filles et au pire leurs petites filles.
    Et ça se permet de donner des notes.....non mais, sans déconner.
    Allez, du balai !!! Virez nous tout ça et ramenez nous George Clooney, Brad Pitt ou ce canon de la mort de John Hamm, ça fera déjà un peu plus crédible.

  • Ouaip, pour le jury c'est discutable. Clooney ou Pitt, franchement, moi je ne les y vois pas. Ils jouent aussi un rôle et ont une image à défendre. Tout jury aura ses failles. Le vote du public lui-même n'est pas objectif. Mais peut-être faut-il prendre le jeu ainsi, et considérer que la Miss élue est celle qui correspond aux critères subjectifs d'un moment. Ce qui n'est pas fondamentalement à côté de la plaque.

    Sur ce qu'on veut leur faire endosser, je trouve aussi que cela va trop loin parfois. Valérie Bègue ne m'avait pas choqué avec son yaourt! D'un autre côté elles doivent être lisses pendant un an, être porteuses d'une représentativité la plus large possible. Donc éviter les comportements particuliers qui sont de nature à diviser les gens. Je le vois plus comme ça.

  • Quel différence y a-t-il entre la nouvelle miss et l'ancienne ? et la précédente ?

    La forme physique. En encore...instinctivement aucune réponse. La conclusion est sans appel; une miss est formatée à être un modèle standard. Seul la forme physique change. Le nouvel emballage miss France va bientôt arriver dans les centre commerciaux pour vendre son image voilà tout.

  • Plume noire:

    Pas d'accord. Elles sont en partie formatées en vue d'un job, oui, comme c'est souvent le cas. Elles passent un casting en direct et les gagnantes ont forcément des points communs: la taille, une gentillesse. Elle doivent remplir le job correctement, et le job reste le même. C'est sur leur capacité d'adaptation aussi qu'elles sont évaluées, comment elles savent entrer dans le moule tout en restant elles-mêmes.

    Mais elles sont bien différentes. On peut trouver des photos avec 1. en miss et 2. à la ville. Là elles se démarquent nettement.

    http://www.public.fr/News/Photos/De-Sylvie-Tellier-a-Laury-Thilleman-retour-en-images-sur-les-parcours-des-10-dernieres-Miss-France-153381

    Sylvie Tellier, Elodie Gossuain, Corinne Comann, Laetitia Bléger, Alexandra Rosenfeld, Laury Thillemann, Malika Menard, Valérie Buègue: toutes très différentes mais sachant bien entrer dans le personnage, le porter, lui donner vie, comme au théâtre. Leurs parcours de formation, d'études, d'intérêts sont différents. Leur histoire personnelle est hélas trop peu connue, mais ce n'est pas le but.

    De là à ce que des vulgaires les traitent de dindes et de suppôts du patriarcapitalisme, faut en avoir une sacré couche. Les harpies féministes n'acceptent pas la liberté des gens, n'acceptent pas que la beauté physique soit valorisée, la grâce, la représentativité. Etre belles et le montrer ce serait de l'aliénation. Faut dire que ces Neandertaliennes de la Toison rouge ont d'autres critères de beauté avec leurs gros mollets et leur corps en carré. Les Miss, elles, sont morphologiquement les vraies descendantes de Sapiens: longue, graciles.

    ... :-))))))

    Ah, les harpies vont faire le ménage: elles vont décider de ce qui est culturellement correct. ED'ici à ce qu'elles brûlent des livres, des magazines de mode, brûlent les magasin mode, tdétruisent tous les miroirs, et j'en oublie... On aura les monologues du vagin en boucle sur toutes les chaînes de télévision. Il est temps d'inviter ces harpies à retourner chez elles, à Jurassik Park.


    :-(((((((

  • Cher homme libre,

    Dans vos propos je vous suis. Vous ne faits que confirmer ce que je dis.
    "Elles sont en partie formatées en vue d'un job, oui, comme c'est souvent le cas. Elles passent un casting en direct et les gagnantes ont forcément des points communs: la taille, une gentillesse. Elle doivent remplir le job correctement, et le job reste le même."

    Oui miss France est un job! Une incarnation. Si on parle marketing, miss France est l'égérie d'une image véhiculée! On peut se demander si elle n'est pas l'égérie d'Endemol aujourd'hui! Quand je parle de différence je parle bel et bien de l'image de "miss France". Ne soutenant pas le féminisme actuel qui n'est qu'une version édulcorée de sa vraie nature je déplore juste de la libération du sexe féminin aux trompettes de la loi du marché. La femme a égalé l'homme en étant sacrifié sur l'autel du matérialisme. Le féminisme d'aujourd'hui n'étant que l'opposé du machisme, une idéologie qui divise comme on en trouve partout.

  • Plume noire,

    Je comprends mieux vos propos.
    Qui suscitent diverses questions et réflexions. L'image de la beauté définie dans le modèle Miss France est forcément celle d'un business. Je n'y suis pas opposé. Imaginerait-on un casting d'hôtesses de l'air parmi des personnes obèses? Vu l'exiguïté des couloirs dans les avions c'est peu probable. On imagine mal également une chanteuse pop ou rock en tailleur Chanel, grosses lunettes et brushing classique - sauf pour jouer sur le décalage, mais ce serait un cas unique, pas un modèle. Les modèles de rockeuses sont à l'exubérance et à l'hypersexualisation.

    La beauté du modèle Miss France est-elle celle d'Endémol? J'ai plus de difficulté à vous suivre là. Elle représente un modèle assez omniprésent et est ce qui aujourd'hui appelle l'oeil et l'émotion. Les femmes style Renoir sont passées et ne reviennent pas: elles ne représentent plus le modèle de beauté.

    La beauté grecque se rapproche plus de l'époque actuelle, quoique plus en chair sans être Renoir. Mais voilà, les minces sont entrées dans la culture par l'oeil des femmes et des hommes: Birkin, Twiggy, Françoise Hardy, et d'autres.

    Personnellement j'ai plus le sentiment d'une évolution culturelle et de sensibilité collective de fond que l'imposition d'un modèle commercial. La commercialisation par contre utilise les tendances de fond.

    A discuter.

  • Oh les jalouses, les vilaines jalouses... :-)))

  • Intéressants, ces échanges.
    A discuter, en effet, John!

  • @ Inma:

    :-)))))))))

    Ça!


    @ Hélène:

    J'ai quelque peine à mettre toute intention sur le dos d'une commercialisation (si tant est que ce soit un mal) ou d'un formatage uniquement destiné à faire de la personne un objet de catalogue. On peut prendre cette question sous plusieurs angles et ce débat-là, qui dépasse la question des Miss, est intéressant.

    Cela dit, in fine, elles sont libres de se présenter ou non et de jouer le jeu ou pas. Sommes-nous condamnés à ne voir la beauté qu'à travers leur plastique? Ou est-ce que leur plastique correspond au sentiment que nous pouvons avoir de la beauté? Je penche pour la deuxième hypothèse.

    Mais contrairement à ce que prétend le tract, je ne les trouve pas spécialement "bandantes" vu que l'intention n'est pas d'être hypersexy. Cela reste très soft, je trouve. On en voit plus sur les plages.

  • Content que vous ayez compris mes propos!
    Effectivement la vision commerciale que j'avance n'est que ma vision des choses. Je regarde cette affaire sous l'angle de la communication et de l'image car c'est ce qui est le plus important.

    En l’occurrence je ne parle pas des standards du physique. Ceci est un autre débat qui dépend plus de la société. Il fut une époque, les femmes opulentes étaient à la mode...

  • Les femmes qui critiquent les miss sont très jalouses de la beauté qu'elles n'ont certainement pas. La "jalousie de bonne femme" est bien connue, c'est ce qui les empêchent d'avoir le pouvoir depuis des millénaires!

    Un scanner du cerveau révèle en général le pourquoi du parce que...Quant ce n'est pas le scanner, les écrits révèlent les dysfonctionnements.

    Une jeunette qui se présente pour être miss révèle déjà des qualités que bien d'autres femmes ou demoiselles n'ont pas. La démarche n'est pas facile, la concurrence est dure, il faut oser.

    Les critiquer, c'est faire preuve de légèreté et de méconnaissance du sujet.

    Alain DELON est un type charmant qui sait vieillir, on ne peux en dire autant pour tout le monde.

    Lorsque l'on voit la tronche de certaines qui ressemblent plus à des vieux hommes, qui plus est, avec le futal de blaireau, (ou sacs à patates) excusez moi, mieux vaut être seul que mal entouré....

    La critique bête et méchante envers les miss est gratuite, mais certaines devraient se regarder dans les miroirs non déformants..Mon propos concerne bien entendu uniquement les vieilles moches et con....

    On peut être moche, la nature est ainsi faite. Mais con, c'est vraiment moche.

Les commentaires sont fermés.