22 novembre 2011

Violence conjugale: l’hallucinante explosion des chiffres

Un nouveau sondage français est paru hier 20 novembre, sur le thème: «Ce que veulent les femmes». Ce sondage a été commandé par le groupe féministe Paroles de femmes et réalisé par l’Ifop. Le libellé précis des questions posées et la méthodologie des enquêteurs n’ont pu être obtenus à ce jour malgré la demande faite et l’obligation légale de mettre toutes les informations à la disposition des citoyens.


OND:11-1.jpgLa violence conjugale: une vitamine féministe

Ce sondage tombe à pic pour la journée sur la violence faite aux femmes du 25 novembre. Les associations féministes vont avoir un nouvel os à ronger. Car depuis des années le gonflement des chiffres de violence conjugale a été démontré et le fond de commerce féministe rétrécissait. La part des hommes victimes (1/3 en France selon l’OND) a également été démontrée. Ce qui relativisait fortement les campagnes et l’idéologie féministe du tout-victime pour les femmes et du tout-prédateur pour les hommes. Il ne leur restait que les meurtres conjugaux et les viols, domaines où les hommes sont plus auteurs que les femmes.

Grâce à Parole de femmes et à l’Ifop, les féministes victimaires vont pouvoir se gargariser d’un nombre de victimes inouï. Car selon le nouveau sondage le nombre de victimes aurait augmenté de manière hallucinante: 43% des femmes seraient victimes de violence conjugale!

Je propose d’examiner les chiffres de ce sondage en les comparant aux chiffres des enquêtes «Sécurité et cadre de vie» menées par l’INSEE et l’ONDRP (Office National de la Délinquance et des Réponses Pénales) sur les années 2008 à 2010. L’OND additionne deux années. Ils sont ici restitués sur un an afin d’avoir une équivalence de durée avec le sondage.

Il y a 24 millions de femmes de plus de 20 ans en France, dont 16 millions en couple. Les pourcentages du sondage Ifop, données en pourcentages, sont donc chiffrés selon cette base.


Sondage Parole de femme-Ifop, les chiffres:

-    43% femmes ont dans leur entourage proche une ou des femmes qui ont été victimes de violences conjugales. 13% ont été elles-mêmes victimes.
-     24% ont dans leur entourage proche une ou des femmes qui ont été victimes d’agression sexuelle toutes tranches d’âge confondues. 12% ont été elles-mêmes victimes.
-     18% ont dans leur entourage proche une ou des femmes qui ont été victimes de viol avec une hausse pour la tranche d’âge de 18 à 34 ans (20%) et les professions libérales et cadres supérieure à 23%. 5% ont été elles-mêmes victimes.


Sondage Ifop - OND, la comparaison:
OND:11-4.jpg
Violence conjugale:


- 43% de femmes victimes dans l’entourage cela donnerait 6‘880‘000 et 13% elles-mêmes ce seraient 2‘080‘000.
- Selon l’OND: 296‘000, soit un peu plus de 1,8% du total des femmes, et 129‘000 hommes (jamais mentionnés dans les sondages pro-féministes), soit moins de 0,8% des hommes.

Agressions sexuelles:

- 24 % connues soit 3‘840‘000 et 12% elles-mêmes soit 1‘920‘000.
- Selon l’OND: 244‘000, soit 1,5%.

Viols:

- 18% connues soit 2‘880‘000 et 5% elles-mêmes soit 800‘000.
- Selon l’OND: 2,2% des femmes et 0,6% des hommes.
A noter que les condamnations pour viol ne sont qu’environ 1700 par année en France.


Des chiffres gonflés?

Comment en arrive-t-on à des chiffres aussi disparates et monstrueux?

Il faut savoir d’abord que les sondages ou les enquêtes prennent en compte des réponses à des questions, pas une réalité judiciaire démontrée. La personne interviewée peut donc être influencée par le libellé de la question, par le ton de l’enquêteur ou enquêtrice, par les explications données, par l’ordonnancement des questions - surtout dans les questionnaires contenant de nombreuses questions comme c’est le cas ici.

OND:11-6.jpgLa définition des actes n’est pas faite clairement et chacun peut y mettre ses connotations ou interprétations. Rien n’est précisé quant à la violence conjugale, sa nature, son degré de gravité. Enfin on ne peut exclure que pour certaines personnes on règle des comptes ou l’on se venge du conjoint ou de l’autre genre grâce à ce genre d’enquêtes, si même on ne donne pas l’idée de fausses accusations puisqu’on sait que ce business peut rapporter gros.

De plus, concernant les personnes de l’entourage qui seraient victimes, selon le sondage, quels sont les actes précis dont les interviewés auraient connaissances? Les ont-ils constatés eux-mêmes? Ou bien se moque-t-on seulement du monde? La vidéo ci-dessous illustre bien la valeur de ce que peuvent penser les gens: un moment de pur délire.

Misandrie

Le nouveau sondage est totalement incontrôlable. Les chiffres qu’il propose sous forme de pourcentages n’ont aucune commune mesure avec des enquêtes gouvernementales réalisées dans de nombreux pays depuis des années (chiffres qui sont déjà eux-mêmes sujets à discussion).

Il y a donc un soupçon légitime à l’égard tant de la méthode de l’Ifop que des intentions de Parole de femme. On se trouve manifestement devant des chiffres gonflés, induits, dans le but de jeter l’alarme dans la population, de désigner les hommes comme des monstres (43% d’entre eux taperaient leur femme), de les discriminer davantage par cette forme de sexisme misandre, et au final de faire aboutir leur stratégie d’obtenir davantage de subventions publiques pour continuer à alimenter des campagnes misandre et payer des personnes chargées de mener la guerre des sexes.

La France serait-elle un pays profondément sexiste - je veux dire: sexiste anti-hommes? Qui arrêtera le déchaînement de mensonges des féministes professionnelles? Qui mettra un terme à leur violence anti-hommes, à leur communautarisme, à leur partialité?

Cette affaire de violence conjugale est de moins en moins crédible. Aucun chiffre vérifiable, aucune prise en compte des hommes victimes. De quoi éteindre toute empathie pour les vraies victimes, tant elles sont noyées dans un flot de mensonge écoeurant.


Tableaux de l’INSEE-OND:

(Cliquer pour les agrandit)

tableau 1: violence intra-ménage;
tableau 2: taux de signalement des actes de violence, soit 12% pour l’ensemble des agressions;
tableau 3: motif de non-dénonciation; on constate que 72% des personnes ont trouvé une autre solution et que 65% 82/3) estiment que cela n’avait pas de caractère de gravité. Ce qui relativise singulièrement le fait que peu de personne dénoncent ces faits.



Vidéo: regarder en particulier le passage de 1’17 à 2’04: édifiant...


09:31 Publié dans Féminisme | Lien permanent | Commentaires (47) | Tags : violence conjugale, sondage ifop, parole de femme, féminisme, hommes, viol, victime, québec, france, mensonge, femmes, insee, ondrp | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Apparemment, il y a deux grosses ficelles :

- "avoir dans son entourage des femmes qui sont victimes" ne veut rien dire : plusieurs sondées peuvent connaître les même personnes; ça peut être des bruits, fondés ou non; ce sont même sûrement des bruits dans la plupart des cas car on ne peut le dire avec certitude que si on a été témoin; en plus les sondées ont peur de passer pour des imbéciles ou des complices si elles répondent négativement. Donc, pas difficile d'arriver à 43%.

- SURTOUT, il semble que les questions ne portent pas sur une durée déterminée (l'année qui précède, ou les deux, ou les cinq qui précèdent), contrairement à ce que font toutes les enquêtes scientifiques. L'OND conclut à 1 ou 2% d'hommes ou de femmes victimes sur un an, mais sur 2 ans ça passe à 2 ou 3%. Si c'est sur toute la vie, il n'est pas étonnant que ça monte à 13%, mais ça n'a plus aucune signification par rapport à l'époque contemporaine : une femme de 50 ans peut déclarer sans mentir avoir été violentée, si ça s'est passé il y a trente ans, ça ne veut rien dire sur l'évolution de la violence aujourd'hui.

Écrit par : Antisthene | 21 novembre 2011

@ Antisthène:

Je viens enfin de recevoir le libellé des questions: aucune précision sur la nature de la violence conjugale, aucune demande de précision sur les faits, bref, rien de sérieux car laissé à l'appréciation de l'interviewé-e.

Sur l'entourage, j'imagine qu'une femme qui a entendu une amie se plaindre de ce qu'une fois sont homme se soit mis en colère, ou l'aie trahie mochement, peut assimiler cela à de la violence - à défaut de définition précise.

Les données sont recueillies par des questionnaires auto-administrés en ligne. Cela laisse l'interviewé-e se dépatouiller avec les définitions.

Écrit par : hommelibre | 21 novembre 2011

Y'a t'il des sondages dignes de confiance sur le sujet ? Des organismes indépendants faisant des études semblables ?

Histoire de les comparer et les exposer là ou c'est possible.

Écrit par : nemotyrannus | 21 novembre 2011

@ Nemotyrannus:

dès que l'on procède par des enquêtes, on doit prendre ce que disent les gens. C'est un problème majeur de toutes les enquêtes. Toutefois l'Institut de la Statistique du Canada a utilisé des méthodes intéressantes dans ses enquêtes car il a posée des questions détournées, pas du tout suggestives ou inductives.

Mais je me demande dans quelle mesure les enquêtes restent fiables. Car dès le moment où il y a un enjeu et où une certaine médiatisation est faite, il y a une croyance qui s'établit dans le public.

Par exemple dans la vidéo, quand une femme dit "60% à 75%" de femmes victimes, je crains qu'elle n'amplifie ensuite toute attitude pour la rationaliser et la faire cadrer avec sa croyance. Ainsi un petit mot de travers pourrait devenir de la violence.


J'aurais tendance de plus en plus à s'en tenir aux affaires réellement dénoncée, démontrées matériellement et si possible ayant abouti à un jugement (même s'il peut aussi y avoir des erreurs judiciaires). Cela ferait tomber tous les chiffres. Mais au moins on ne serait plus dans la spéculation ni dans la surenchère.

De toutes façons tant les chiffres réels de dénonciations ou de jugements, que les enquêtes type Canada, montrent que le problème touche un faible pourcentage de la population. On est loin de la psychose répandue par exemple par ce nouveau sondage, qui offre nettement moins de garanties que Statistique Canada, voire que l'OND (encore que l'OND n'est pas assez pointu dans ses questionnaires pour déjouer les réponses téléphonées).

Écrit par : hommelibre | 21 novembre 2011

Quand je cite l'ordonnancement des questions comme pouvant être inductif, dans le questionnaire ayant servi à ce nouveau sondage on a typiquement ce genre de risque.

Ainsi le questionnaire commence par des questions sur l'égalité salariale. Toutes les femmes y souscrivent d'une manière ou d'une autre, surtout quand on dit partout qu'elles gagneraient 27% de moins (alors qu'en réalité c'est 5 à 10%). Donc elles sont confortées par le questionnaire. Plus loin on leur demande si le féminisme est un combat actuel - elles disent forcément oui à cause de la première question sur l'inégalité salariale.

Puis on leur demande si elles se sentent discriminées. Elles ne peuvent, dans la foulée, que dire oui, pour la même raison de départ.

Alors quand vient ensuite la question sur la violence, l'amalgame inconscient est fait. Etre discriminée c'est être victime, donc elles sont victimes. Donc elles le sont aussi de violence.

Je me demande quel aurait été le taux de réponses si la question sur la violence conjugale avait été posées en premier.


C'est ainsi que ces chères féministes manipulent les cerveaux disponibles... Et en plus elles prennent les gens pour des imbéciles.

Écrit par : hommelibre | 21 novembre 2011

Quand on élève les filles dans une idéologie victimaire ça ne peut rien donner de bon.
Par dexemple au Québec il y a quelque années un sondage demandait :"vous sentez vous discriminée par rapport à votre genre sexuelle".
Et bien près de 50% des femmes ont répondus oui.
Pour rappel le Québec est une société matriarcal misandre, ce qui veut dire que même dans ce type de société près de la moitié des femmes se sentent victime de discrimination à) cause de leurs sexe.

Donc a partir de la il n'y a pas grand chose a faire.

Écrit par : bra | 21 novembre 2011

@bra

Rassurez-vous ça s'installe tranquillement en Europe.

De plus, dans certains pays arabes ça commence : en Egypte la jeune femme qui s'est dénudée pour se rebeller contre un certain obscurantisme entre autres.

Disons que c'est le début de la fin pour l'histoire de l'homme

Écrit par : kasilar | 21 novembre 2011

"De plus, dans certains pays arabes ça commence : en Egypte la jeune femme qui s'est dénudée pour se rebeller contre un certain obscurantisme entre autres."

C'est la même qui a créé une page facebook pour inciter les hommes à se voiler par solidarité envers les femmes, compagne d'un blogueur qui a fait 3 ans de prison pour avoir porté atteinte à l'islam.
Ce sont des justes.
Qu'on leur ouvre un boulevard.

Écrit par : Patricia | 21 novembre 2011

@Hommelibre,merci des réponses.

De plus ça fait passer à la trappe le 10% de femmes battues de l'année dernière,ce 43%.

Écrit par : nemotyrannus | 22 novembre 2011

@patricia

Le voile n'est pas une option pour les femmes, c'est juste que celles qui veulent pas le porter n'ont pas à faire toute une mascarade parce que elles se sentent mal dans la religion.
Un homme ne se voile pas mais porte la barbe obligatoirement masque également ses charmes de la même façon c'est prescrit dans le Coran
Tu es comme 100 % des féministes tu connais que dalle sur le sujet, et tu ramène ta science.
Et moi je maudis les féministes anti-hommes jusqu'à mon dernier souffle
Je continuerais à militer pour que cesse votre existence inutile

Écrit par : kasilar | 22 novembre 2011

Ce n'est pas le début de la fin de l'homme loin s'en faut ! Il nous reste les poupées gonflables qui sont à l'images des féministes in-bai-sables, elles sont gonflées à bloc et, nos ingénieurs nous fabriquent des "humanoïdes" femmes! On arrivera bien à les programmer ou les déprogrammer.

Elles sont aussi à l'image des ultra féministes, elles auront un petit cerveau mais une petite bouche pour émettre un son. Bah oui on ne peut tout avoir?

@ Kasilar, je ne vois pas de propos féministes de la part de "Patricia?" -Comment vous lui parlez? Un peu de retenue dans ce contexte, ça ne fait de mal à personne...

Hum...Oui je sais je ne suis pas blanc comme neige...

Écrit par : Pierre NOËL | 22 novembre 2011

@Kasilar ,pauvres hommes on va vous plaindre dirait peut-être une maman qui pourtant avait prévenu son fils le mettant en garde contre les dangers du mariage,mais comme d'hab la maman n'a jamais écoutés,normal elle radotait! Résultat des courses les femmes ont pris le pouvoir sur vous Messieurs.
Mais soyez rassurés depuis quelques jours et revenant comme les pissenlits printanier une envie d'étrangler nos consoeurs revient et ceci, est dit par des femmes âgées,dieu qu'elles nous énervent nous aussi si vous saviez ! le plus hilarant c'est de constater que certais groupes marketings engagent des femmes pour le harcèlement téléphonique ,préférant les voir se venger par des ventes agressives envers des personnes âgées.
C'est qu'à trop vouloir vous imiter Messieurs ces harpies ,des vraies mégères font exactement la même chose que leurs consoeurs amoureuses d'animaux elles n'arrivent plus à différencier travail et vie privée,l'animal de l'être humain,tous à la même enseigne pensent -elles ,pauvres enfants si elles en ont

Écrit par : lovsmeralda | 22 novembre 2011

De toutes manières le monde des lesbiennes n'a jamais été un monde de tendresse,ceux affirmant le contraire n'ont jamais vécu l'ambiance désastreuse qu'elles cherchent à imposer à d'autres et leur confier l'éducation d'enfants désolée aussi!les mères agées crient danger,ensuite on dira on comprend pas la violence des enfants,c'est normal déjà au sein du couple père et mère l'éducation est difficile mais par des couples souffrant de déviances,navrée ce mot est dans le dictionnaire alors excusez du peu mais vous avez tout faux
Ensuite oser affirmer on comprend pas alors que le nez est en plein dedans faut vraiment être hypocrite ou alors laisser faire en espérant denouveau pouvoir enfermer ces gosses comme au temps passé.Décidément y'a des schémes de vie qui ont la vie dure semble-t'il

Écrit par : lovsmeralda | 22 novembre 2011

Bonjour,

Je me demande si, tout comme pour les viols, les violences conjugales sont en augmentation car les femmes osent beaucoup plus porter plainte qu'à une certaine époque.
Cependant je pense, tout comme pour le viol, que les violences conjugales sont beaucoup plus nombreuses que celles déclarées.

Bonne journée.

Écrit par : Zora Masé | 22 novembre 2011

@ Zora Masé

"les violences conjugales sont beaucoup plus nombreuses que celles déclarées."

le terme violence conjugale est assez large, un couple où jamais il n'y aurait une attitude qui rentre dans la définition de la violence conjugale serait bien morne que des non dits. ce qui prouve bien que tout celà est bidon.

le probléme actuel des couples c'est que dans beaucoup de cas la femme n'a pas de contre pouvoir, beaucoup d'hommes subissent des violences psychologiques incessantes qui au fil des années deviennent de la violence physique envers eux.

à contrario un nombre important de femmes au cours de disputes initiées par elles, installent la violence physique dans le couple se sachant protégées par le systéme. elles sonts co-responsablmes de la violence dans le couple.

Écrit par : leclercq | 22 novembre 2011

"kasilar"
@bra

Rassurez-vous ça s'installe tranquillement en Europe.

De plus, dans certains pays arabes ça commence : en Egypte la jeune femme qui s'est dénudée pour se rebeller contre un certain obscurantisme entre autres.

Disons que c'est le début de la fin pour l'histoire de l'homme

==>Dans 10 ans la moitié du dogme féministe sera détruit via la loi en Amérique se qui stoppera net la dérive misandre dans le monde occidental. Si ce n’est pas le cas (scénario le plus grave) sa sera les armes qui parleront et la on pourra pour la première fois parlé de domination masculine mais elle sera une réponse à une autre domination plus perfide, plus perverse.

Ne comparons pas l’Égypte aux pays occidentaux, car dans le domaines des droits ils ont beaucoup de chemin à faire.



le probléme actuel des couples c'est que dans beaucoup de cas la femme n'a pas de contre pouvoir, beaucoup d'hommes subissent des violences psychologiques incessantes qui au fil des années deviennent de la violence physique envers eux.

==> Très bien dit.
Dés le plus jeune age on apprend au petit garçon a ne pas tapé les filles (et c’est normal) durant toute leur éducation on place des gardes fous.
Par contre les filles dont la violence est verbale/psychologique, il n’y aucun garde fou, aucune éducation on leur laisse une autoroute ouverte pour la violence.

Écrit par : bra | 22 novembre 2011

En fait moi la grande question qui me hante c'est de savoir quel est l'intérêt de gonfler des chiffres en matière de maltraitance? j'ai quand même de la peine à croire qu'il s'agisse d'une misandrie pathologique à ce point. Dans quel but? même la plus vénéneuse féministe doit bien se rendre compte que le mâle est nécessaire à la survie de la femelle. Se battre contre les violences faites aux femmes, moi je suis plutôt pour car il y a indubitablement du travail. Par contre quand je vois un reportage comme celui de dimanche soir ou certains pères sont totalement bafoués et déniés dans leurs droits fondamentaux de pères sans que la justice ne lève le petit doigt, là j'ai aussi envie de bondir!c'est comme si on ne pouvait traiter les deux problématiques sans une certaine crainte de déséquilibrer l'une au profit de l'autre. Soit on met en avant la violence des hommes envers les femmes, soit on parle de la violence faite aux hommes par des femmes, mais c'est presque comme choisir un camp! étrange non? et l'on voit bien ici dans certaines réactions, la plupart même, qu'il s'agit bien de cela : choisir un camp. Personnellement, je choisis le camp de la victime, qu'elle soit homme ou femme.

Écrit par : vali | 22 novembre 2011

Ne serions-nous pas déjà dans la 3ème guerre Mondiale ? Les femmes en guerre contre les hommes ? Et combien de temps cette guerre durera-t-elle ?

Écrit par : Will | 22 novembre 2011

@Will
bien d'accord. Sacha Guitry disait qu'il était contre les femmes....tout contre. J'en pense pareil pour les hommes!

Écrit par : vali | 22 novembre 2011

"Par contre les filles dont la violence est verbale/psychologique, il n’y aucun garde fou, aucune éducation on leur laisse une autoroute ouverte pour la violence."

Oui, surtout que il y a de plus en plus de violence physique de la part des femmes.
QUand je vois le comportement de certaines femmes inconnues ou peu , menaçantes, injuriantes ... ça laisse rien présager de bon quand à l'avenir de la violence des femmes envers les hommes.
Certaines femmes pour ne pas dire une majorité se comportent comme des sauvages. Regardez sur la route, combien de femmes avez vous rencontrez se comportant peu civilement hein ? honêtement ?

Écrit par : kasilar | 22 novembre 2011

"@ Kasilar, je ne vois pas de propos féministes de la part de "Patricia?" -Comment vous lui parlez? Un peu de retenue dans ce contexte, ça ne fait de mal à personne...

Hum...Oui je sais je ne suis pas blanc comme neige..."

Je ne parlais pas d'elle à moins qu'elle soit misandre /

Écrit par : kasilar | 22 novembre 2011

"bien d'accord. Sacha Guitry disait qu'il était contre les femmes....tout contre. J'en pense pareil pour les hommes!"

C'est marrant parceque il ne faut pas se mentir. Il y a autant de crevure chez les deux genres. Je n'apprécie pas particulièrement Guitry ou les hommes dans son genre, tout autant que des femmes comme toi qui balancent des répliques insensés.

C'est pas parce que t'as connu des rateaux dans ta vie que tous les hommes sont pourris hein ?

Écrit par : kasilar | 22 novembre 2011

"Elles sont aussi à l'image des ultra féministes, elles auront un petit cerveau mais une petite bouche pour émettre un son. Bah oui on ne peut tout avoir?
"

Lol
C'est vrai que je préfère forniquer avec une anesse qu'avec une féministe, au moins elle pourra pas t'accuser de viol ...

Écrit par : kasilar | 22 novembre 2011

Vali:

Oui, c'est comme choisir un camp. malheureusement. Comme si l'un excluait l'autre.

Les raisons de gonfler les chiffres sont pour moi surtout économique: en France les asso reçoivent de belles subventions.


@ Kasilar: :-)))

Faites quand-même gaffe, des fois qu'un mouvement de défense des ânesses ne se constitue...

:-)))

Écrit par : hommelibre | 22 novembre 2011

Bonjour Homme libre,

Merci pour ce bulletin fort bien informé qui donne une fois de plus à penser.
Voici un lien vers un texte de la même tonalité,conduisant aux mêmes préjugés et aux mêmes stéréotypes que ceux qui sous tendent cet activisme et ces ambitions d'entrepreneuses(eurs quelques fois)idéologiques:

http://www.lemonde.fr/culture/article/2011/11/21/nous-sommes-toutes-des-venus-hottentotes_1607003_3246.html

Écrit par : Jean-Frédéric | 23 novembre 2011

@Homme libre (suite):

Il faut souligner par là l'identité des procédés rhétoriques ,la répétition de ce qui eut comme précédent le stalinisme et ses surgeons,soit: la technique de l'amalgame systématique.Sachant aussi ,ici comme fréquemment la vulgate et les idées reçues sont si fortes que le procédé fonctionne de manière semi-automatique,les locutrices(leurs) étant tellement assurées(és) d'être dans le vrai par privilège de naissance dans le bon sexe- au moins pour les unes-que la duplicité n'est plus nécessaire le fanatisme d'une conviction qui se pose comme à priori ,suffisant à lui seul.

Écrit par : Jean-Frédéric | 23 novembre 2011

Et aussi pour la route, une étude récente, issue d'une thèse,mais bien enlevée:

"La violence des femmes"
"Histoire d'un tabou social":

http://www.maxmilo.com/collections.php?manufacturers_id=145

Écrit par : Jean-frédéric | 23 novembre 2011

liens intéressants

http://forum.doctissimo.fr/psychologie/violences-conjugales/battus-realite-feminismes-sujet_3928_1.htm

http://www.francesoir.fr/actualite/societe/hommes-battus-oublies-des-violences-conjugales-21680.html

"Anonyme, le 15 août à 21:17

C'est psychologique...

Il ne faut pas oublier un détail fondamental. Sur le terrain de la discorde, les hommes sont mieux armés physiquement mais les femmes dominent psychologiquement (de façon générale, bien sûr). Un homme excédé aura du mal à contenir un réflexe de violence physique; inconsciemment il sent que c'est sa meilleure défense; un affrontement verbal se ferait à son seul détriment : la psychologie, c'est pas son rayon. Mauvaise pioche! Car non seulement il fait du tort à sa compagne, mais ça lui retombe sur le pif.

Mais à l'inverse, lorsque la femme titille son mari jusqu'à le mettre hors de lui ou qu'elle le dénigre l'air de rien et avec l'aplomb inébranlable que seule une femme peut avoir (l'arsenal est sans limites), mesure-t-elle à quel point elle fait du tort? Ces violences ne laissent pas de traces visibles. Aucun homme ne peut en faire état pour se défendre. Pas une trace, pas un hématome, comment pourrait-il prouver qu'il se sent harcelé, bafoué, ignoré, laminé? Des témoins? Dans le "meilleur" des cas ce sont les enfants. Que peut-il invoquer : Ma femme, elle me fait du chagrin?

La violence psychologique a de beaux jours devant elle.

Les femmes sont supérieures à ce jeu là. Il suffit de connaître l'ambiance qui règne dans des lieux de travail exclusivement féminins pour s'en persuader.

Tant que ces violences ne seront pas pourchassées comme le sont les violences physiques, il n'y aura pas de parité entre les hommes et les femmes."

Écrit par : leclercq | 23 novembre 2011

suite

http://violencesconjugales.skynetblogs.be/archive/2006/07/28/hommes-battus-une-legende.html

http://www.sosfemmes.com/faq/100_suivantes/184_canada.htm

"Et je suis certaine que ya bcp d homme accuser injustement de battre leurs femmes , la femme peut tellement en dire des choses et elle a le beau jeu ... il doit y avoir des femmes battue qui ont fait expres aussi , style comme moi mon mari aurrai m en donner toute une il la pas faite mais ya peut etre des mecs qui se sont defendue de leurs femme et qui se rammasse en prison pour rien .."

http://www.sosfemmes.com/points_de_vue/sujets/02_hommes_battus.htm

Écrit par : leclercq | 23 novembre 2011

suite

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/08/26/01016-20100826ARTFIG00447-les-hommes-aussi-sont-victimes-de-violence-conjugale.php

Les hommes eux, sont souvent très amoureux, dans le déni complet. «Ce sont des hommes peu sûrs d'eux, passifs, qui mettent la femme sur un piédestal. Ils n'ont aucune capacité de décision. Au début des violences, ils pensent qu'ils s'y prennent mal, ils cèdent à tous les caprices. Les femmes ne sont jamais confrontées à un contre-pouvoir. On entre alors dans une spirale», ajoute la psychologue.


http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/entretien-avec-sylvianne-spitzer-57815

"
Ensuite, les hommes victimes de violence physique sont d’abord passés par la phase de destruction mentale. Rabaissés, humiliés, continuellement traités de « bons à rien, mauvais à tout » même devant les enfants, privés de leur capacité de décision et d’action, petit à petit ils perdent leur réactivité. Ils ne savent plus agir par eux mêmes. On a affaire à un vrai lavage de cerveau. L’homme est sans cesse dans l’obéissance parce qu’il ne sait plus faire autrement mais aussi parce que chaque « rébellion » donne lieu à des éclats voire à des représailles.

Enfin, ces femmes violentes savent utiliser la loi pour elles. En fait parfois elles n’attendent que ça : que leur compagnon réagisse. Cela leur permettra de déposer plainte pour violence conjugale s’il frappe à son tour ou abandon de famille s’il part du logement et avec toutes les sanctions immédiates que cela sous-entend : garde à vue, interdiction d’approcher du foyer, interdiction de voir les enfants…. Elles le disent d’ailleurs à leur compagnon. Donc s’il réagit, il se met immédiatement dans son tort. Les représentants de l’ordre tout comme la Justice portant plus de poids aux dires d’une femme qu’à celle d’un homme."

Écrit par : leclercq | 23 novembre 2011

En fait il faudrait créer une sorte de police des couples pour s'assurer de la véracité de ladite violence faite à la "victime"
Parce que c'est tout de même de graves accusations de plus si l'homme ne fait que se défendre, je ne vois pas où est le problème.

Tous les hommes ne tendent pas l'autre joue, faudrait qu'elles s y fassent les chieuses de service

Écrit par : kasilar | 23 novembre 2011

Voici un article d'une femme remarquable,canadienne anglophone dont le courage et le non-conformisme à l'égard de ces questions force le respect:Barbara KAY, dont les billets du "National post" valent vraiment d'être suivis:

http://www.nationalpost.com/opinion/columnists/always+gentler/5535693/story.html

Écrit par : Jean-Frédéric | 23 novembre 2011

@ Jean-Frédéric:

Merci pour ces liens. En particulier celui de Barbara Kay, dont je reprendrai des points dans un très prochain billet.


@ Kasilar:

Une police des couples: l'idée est difficile à accepter. Mais dans certains cas il faudrait un enregistrement pour savoir la vérité. Mais on est alors dans une dérive où le couple devient un lieu de guerre et de méfiance. Triste.

Écrit par : hommelibre | 23 novembre 2011

de la réalité de la violence conjugale contre les hommes, on peut constater que les campagnes féministes contre la violence conjugale défendant uniquement les femmes ne fonts qu'augmenter cette violence là, créant une situation d'impasse où l'homme quioqu'il fasse est piégé.

ces campagnes féministes fonts t'elle vraiment baisser la violence conjugale contre les femmes où au contraire ne l'entretiennent t'elle pas en déresponsabilisant les femmes de leurs actes.

c'est à se demander si leur but est vraiment de faire baisser cette violence, plus subtilement leur but est peut-être de créer des couples avec ce fonctionnement là.

"Les hommes eux, sont souvent très amoureux, dans le déni complet. «Ce sont des hommes peu sûrs d'eux, passifs, qui mettent la femme sur un piédestal. Ils n'ont aucune capacité de décision. Au début des violences, ils pensent qu'ils s'y prennent mal, ils cèdent à tous les caprices. Les femmes ne sont jamais confrontées à un contre-pouvoir. On entre alors dans une spirale», ajoute la psychologue."

des couples où les femmes n'onts plus de contre pouvoir, où les hommes ne peuvent plus jouer leur rôle de pére avec les dégats que l'on constate dans l'éducation des enfants.

Écrit par : leclercq | 23 novembre 2011

pas si blanc que cela! MDRMDRMDR!!!!!!!!!!!LOL

Écrit par : patoucha | 24 novembre 2011

@kasilar
MDR comme dirait les jeunes! concernant tes petits mots à mon attention!

Écrit par : vali | 24 novembre 2011

"En fait il faudrait créer une sorte de police des couples pour s'assurer de la véracité de ladite violence faite à la "victime""

Vous pensez, je présume, à une police des moeurs, à l'iranienne quoi.

Écrit par : Giona | 24 novembre 2011

Il y aurait plus simple: interdire le couple. Plus de problèmes!

.......

Écrit par : hommelibre | 24 novembre 2011

Il faudra distribuer d'office à tous les futurs mariés,sous forme d'avertissements ,le fameux dicton connu de tous les vieux couples:l'amour rend aveugle et le mariage ouvre la vue c'est tellement vrai en plus!et si vous saviez le nombre d'hommes qui disent avec ma femme la vie n'est pas insipide avec elle au moins on sait le pourquoi du mariage,de un on s'ennuie jamais ,quand elle a quelque chose à dire ,elle le crie ,je sors et quand je reviens tout est redevenu très calme.Allez les femmes les crises du fameux *débarquement* on les a toutes connues,les hommes les avaient acceptées et tout est bien qui fini bien mais une bonne explosion de colère,dieu que ça fait du bien.Sont trop mous vos mariages,je comprends certaines femmes et certains hommes au moins à ce stade vous êtes à égalité
Et puis si vraiment vous avez besoin d'être encouragées,alors un conseil écoutez Radio Eviva avec la musique comme Dr Seppel y'a du stimmung et mettez de l'ambiance sans toujours attendre que ce soit l'autre qui se bouge

Écrit par : lovsmeralda | 24 novembre 2011

"@kasilar
MDR comme dirait les jeunes! concernant tes petits mots à mon attention!"

C'est parce que tu n'as aucune argumentation à avancer que tu emploie des termes dignes d'une adolescente prépubères ?

Comme quoi y a pas que des hommes immatures

Écrit par : kasilar | 24 novembre 2011

@giona

Bah si les femmes ne sont pas capables de se comporter comme des adultes, faut les traiter comme des fillettes de 10 ans . Vous avez qu'à assumer votre part de responsabilisation dans un couple et prendre en compte que moralement une accusation infondée est moralement tout aussi condamnable que la violence elle-même

"Il y aurait plus simple: interdire le couple. Plus de problèmes!"

Exactement !!! :)))
Ca fait un bout de temps que je suis seul, je n'ai jamais tenté de me suicider. A croire que la vie de couple est vitale pour certains

Écrit par : kasilar | 24 novembre 2011

@kasilar
Mais pourquoi tant de haine? peux-tu me dire excatement ce qui t'a choqué dans mes propos mon cher car franchement je pense qu'il y a comme une méprise non?
que n'as-tu pas compris qu'il faudrait que je t'explique? qu'ai-je dit pour mériter autant de courroux de ta part? est-ce parce que j'ai ditque j'étais contre les hommes, tout contre pour reprendre Guitry qui disait qu'il était contre les femmes, tout contre?

Écrit par : vali | 24 novembre 2011

On progresse on progresse c'est bien :/
Oui bingo c'est exactement celà, il t'a fallu 2 jours pour réagir. Pour te rassurer y a pire ;)
Trêve de plaisanterie, pourquoi dis-tu être contre les hommes parce que un seul imbécile a dit être contre toutes les femmes ?
Ce qui te mets celà dit au même niveau, c'est à dire proche de 0

Écrit par : kasilar | 24 novembre 2011

@kasilar
Bon alors je vois que tu n'avais pas compris le sens de cette phrase, je te l'explique donc. Je suis contre les hommes, tout contre signifie qu'en fait j'aime être contre les hommes affectueusement parlant, c'est aussi d'ailleurs ce que voulait dire Guitry des femmes, en fait il aimait être tout contre elles.
Est-ce que c'est plus clair pour toi? pour ton info j'ai souffert parfois mais en étant co-responsable de cette souffrance et je considère n'avoir jamais eu d'échec dans ma vie sentimentale, juste de belles expériences nécessaires à mon cheminement. J'aime les hommes et je crois bien que ceci est définitif et d'ailleurs ils me le rendent bien! tu aurais du me poser la question du pourquoi cette phrase au lieu de m'agresser comme un chien fou comme tu l'as fait. Bon, une de mes qualités reconnues est de ne pas avoir de rancune, alors pour te prouver que je suis loin mais alors très loin de ce féminisme anti-homme que tu décris, je te fais un kiss royal!

Écrit par : vali | 25 novembre 2011

@ hommelibre

"surtout quand on dit partout qu'elles gagneraient 27% de moins (alors qu'en réalité c'est 5 à 10%). "

5 à 10% sonts les parts non expliquées, rien ne permet d'affiormer que ces 5 à 10 % sonts de la discrimination homme femme.

donc rien ne permet d'affirmer que cette discrimination existe, et qu'il y aurait une différence de salaire qui soit due à la discrimination.

Écrit par : leclercq | 26 novembre 2011

Un geste brusque de trop peut parfois vous coûter très cher monsieur, faites attention à la nervosité!

Écrit par : faire part | 29 février 2012

L’une des plus horribles fausses routes de ce « féminisme étriqué »… et l’une des plus grandes violences… n’est-elle pas cette campagne biaisée de violences conjugales à l’égard des femmes… répétée à longueur d’années… payée avec l’argent des contribuables… sans qu’elle ne s’inquiète de la violence des femmes à l’égard des enfants, des hommes et des personnes âgées !?!

Accepterions-nous ces formes de discriminations envers les enfants et les hommes… si… les campagnes de luttes contre le SIDA ne se préoccupaient QUE DES FEMMES ?... Sans s’inquiéter des enfants et des hommes qui peuvent AUSSI être victimes du SIDA ?... Personne n’accepterait une telle discrimination de genre ! Je pense !
Alors… pourquoi acceptons-nous une telle discrimination en ce qui concerne la violence entre les femmes et les hommes ?
Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Écrit par : Will | 29 février 2012

Les commentaires sont fermés.