Phobos-Grunt ne répond plus

L’ambitieux projet de l’agence spatiale russe Roscosmos est compromis. La sonde, correctement envoyée en orbite basse mardi dernier, n’a pas pris le chemin de Mars. Les ingénieurs russes continuent à tout tenter pour sauver la mission mais ne comprennent pas les raisons de la panne.

phobos-grunt1.jpgCette sonde est particulièrement complexe et le voyage prévu l’un des plus audacieux entrepris par une agence spatiale. Pour mémoire elle devait se poser sur la lune martienne Phobos, étudier l’atmosphère martienne, prélever des échantillons et les ramener sur Terre en 2014 (voir ici).

Mise en orbite basse la sonde a bien déployé ses panneaux solaires. Elle est donc alimentée. Mais si elle envoie bien des données vers la Terre elle ne répond pas aux injonctions de vol qui lui sont envoyées. Son moteur propulseur qui doit l’arracher à l’orbite terrestre et l’envoyer vers la planète rouge ne s’active pas.

Selon le quotidien Libération: «Ce défaut à l'allumage provient des calculateurs de bord, et l'origine de la panne reste peu clair. Il semble lié au senseur stellaire chargé de dire à la sonde où elle est et dans quelle attitude, afin de diriger correctement la poussée du Fregat. Mais est-ce le senseur qui est en panne ? Ou sa communication avec le calculateur - plus exactement les quatre calculateurs de Phobos-Grunt ? Mystère.»

Hier la sonde était donnée pour perdue. Aujourd’hui les responsables de Roscosmos indiquent qu’ils disposent d’une fenêtre de tir jusqu’à mi-décembre. Un mois pour tenter de la débloquer. S’ils n’y arrivent pas elle retombera sur Terre probablement au début janvier dans un grand feu d’artifice puisqu‘elle contient encore toute sa réserve de carburant.


Nouvelle d’HayabusaHayabusa-.JPG

La sonde japonaise «miraculée» qui avait ramené 1534 grains de poussière de l’astéroïde Itokawa a fait du bon travail. Les grains ont maintenant livré leurs secrets. L’astéroïde est de la famille des chondrites, météorites que l’on trouve en abondance sur Terre. Mais les chercheurs ont découvert autre chose:

«Les échantillons d’Itokawa montrent des traces d’échauffement intense, de l’ordre de 800 degrés. Impossible sur un bloc rocheux aussi petit que Itokawa... Conclusion des scientifiques : Itokawa n’est qu’un petit morceau d’un astéroïde beaucoup plus grand, mesurant plus de 20 kilomètres, qui, à l’origine du système solaire, était chauffé par la désintégration de ses éléments radioactifs.»

D’autre part, selon ces scientifiques, Itokawa s’évapore sur l’effet des vents solaires et des rayons cosmiques. Il perd quelques dizaines de centimètres de surface tous les millions d’années et aura disparu dans quelques dizaines de millions d’années.

Dépêchons-nous le l’admirer pendant qu’il est temps!...

 

 

 

 

Un cadeau agréable pour les fêtes:

CouvDiable.jpg

Catégories : Univers 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Vraiment bien fait ton article, j'attend d'en lire plus. Bonne continuation et à bientôt :)

Les commentaires sont fermés.