La Grèce: son Acropole, ses piscines, ses Porsches Cayenne...

Ce n’est pas une méchante plaisanterie du duo d’enfer Merkel-Sarkozy. Ce n’est pas non plus la dernière blague belge que l’on raconterait sur les grecs. C’est un journal d’Athènes qui relève cette statistique. Le nombre de Porsches Cayenne est très important en Grèce.

Porsche_Cayenne_Diesel.jpgC’est petit d’aller chercher les fonds de tiroirs pour discréditer un pays où 60‘000 piscines privées ne sont cadastrées nulle part. Comme si elles n’existaient pas alors qu’elles sont visibles sur Google. Oui, c’est petit. Ce journal athénien est un ennemi de l’intérieur. Il veut saper le moral des braves citoyens.

C’est petit de relayer cette information. Je pense au Parisien:

«Le journal « Athens News » a relevé une statistique pour le moins singulière et unique en Europe. En Grèce, il y a beaucoup plus de Porsche Cayenne que de contribuables déclarant plus de 50 000 € par an au fisc. En clair, les heureux possesseurs de ces bijoux de technologie (65 000 € le modèle) sous-notifient allègrement leurs revenus. (...) Le professeur Polemarchakis ironise sur cette performance, qu’il qualifie de « curiosité », et souligne que l’agriculture grecque est l’une des plus pauvres d’Europe… hors subventions européennes.»


Tout cela est petit, méchant, mesquin. Les grecs ont parfaitement le droit de rouler en Porsche Cayenne, de rouler le fisc, de rouler dans la piscine privée. Rien n’interdit que dans la ville de Larissa il y a ait plus de Porsches qu’à New-York en proportion du nombre d’habitants. Ce serait donc un persifflage malveillant de parler des Porsches grecques. Surtout que tout le monde n’en a pas. Ce qui est preuve d’une inégalité terrible. L’égalité serait que tous les grecs soient propriétaires d’une Porsche Cayenne et d’une piscine privée.

On peut se demander ce qu’ont fait de leurs subventions ceux qui n’ont ni Porsche ni piscine. Les ont-ils placées dans des banques étrangères?

Maintenant les grecs ne sont plus d’accord. Ils disent aux européens: «Va te faire voir chez les... heu... chez les qui, du coup?» Ils ne sont plus d’accord de payer les traites de la Porsche. Finies les subventions, l’euro ne leur sert plus à rien.

Bien sûr c’est un peu trop général de dire cela. Tous les grecs n’ont pas profité de la même manière des subventions. Il doit bien y en avoir qui n’ont rien vu passer. Il y a quelques riches et beaucoup de moins riches comme partout. Mais alors de quoi a le plus vécu le pays: des subventions ou de sa propre économie?

Les grecs décideront donc de quitter ou non l’euro puisque c’est la question qui sera posée lors du référendum - s’il est maintenu. Quitter l’euro permettrait de décider du taux de conversion de leur monnaie. Une dévaluation ferait venir plus de touristes. Mais tous les produits importés seront beaucoup plus chers. Et du coup les investisseurs chinois, qui sont en train de racheter des parties de l’économie, seraient fort mécontents.

Quelle serait l'incidence sur la dette d'une sortie de l'euro suivie d'une dévaluation?



On peut comprendre et admettre qu’un accord qui engage autant un pays demande à être soumis au peuple. Surtout dans la mesure où les tensions sociales semblent montrer un divorce entre les citoyens et leurs représentants politiques. Papandréou aurait pu le dire avant et pas faire un bébé dans le dos de tout le monde. Mais bon.

Et s’il proposait un référendum pour d’autres raisons que de donner la parole aux citoyens? S’il cherchait surtout à se laver les mains de toute décision impopulaire? S’il cherchait une nouvelle légitimité politique?

Ou s’il voulait couper l’herbe sous les pieds de l’armée qui peut-être a signifié son impatience face au désordre dans lequel le pays semble s’enfoncer? On a assez peu parlé du remplacement des têtes décidé il y a trois jours. Il paraît que c’était prévu depuis un certain temps. Va savoir. Les militaires prévoyaient-ils un coup d’Etat et l’instauration d’un régime des colonels bis?

Je reste persuadé que l’instabilité prolongée d’un pays ou d’une région est favorable à la mise en place tôt ou tard de régimes autoritaires et de leur acceptation par les populations. Est.ce cela que M. Papandréou veut éviter?

Catégories : Politique 5 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Quitter l’euro permettrait de décider du taux de conversion de leur monnaie. Une dévaluation ferait venir plus de touristes."

    Ah Bon. C'est si simple que ça. Quelle est bête la macroéconomie financière. Contrôle des changes et conversion à l'intérieur du pays, soit. Surtout avec des colonels. A l'extérieur le N-Drachme ne vaudra rien. Pas un pesos. Pas un copek. Mais bon, ce pays peut vivre confortablement en autarcie.

    Il ne faut pas rêver. Ce qui se dessine c'est la guerre. Guerre de la Grèce avec la Turquie. Point de départ : Chypre. Comme vous le dites, les colonels ne sont pas loin. Et la porte de l'Union européenne se dessine. Quoiqu'elle il est peu probable que la Grèce la passe. Considérations géostratégiques aidant. Mais alors Guerre Euro-Turque ?

  • @ CEDH:

    J'imagine bien que ce n'est pas aussi simple. A propos de Chypre: il y a un désaccord actuel entre la Grèce et la Turquie sur les forages gaziers au large de l'île. De quoi déclencher des hostilités, en plus du contentieux sur l'ile.

  • Officials close to Greek prime minister: bailout referendum has been scrapped

  • Grèce: Papandréou prêt à retirer son projet de referendum sur l'euro


    ATHENES - Le Premier ministre grec Georges Papandréou s'est affirmé prêt jeudi à retirer son projet de référendum sur l'euro qui a semé la panique en Grèce et dans la zone euro, pour garantir le plan de sauvetage européen de la Grèce, a indiqué un communiqué de ses services.

    Même si nous n'allons pas à un référendum, qui n'a jamais été une fin en soi (...), je salue la position du parti de l'opposition de la droite qui s'est dit prêt à ratifier au parlement l'accord de la zone euro du 27 octobre, a indiqué M. Papandréou au conseil des ministres, cité dans le communiqué.

    M. Papandréou s'est dit prêt à parler avec le chef de la droite (Nouvelle déocratie) Antonis Samaras pour avancer sur la base d'un (gouvernement) de consensus.

    Il a proposé que deux de ses proches, le ministre des Transports Dimitris Reppas et son conseiller Nikos Athanassakis se chargent des négociations avec des responsables du parti de droite sur cette base.

    Je crois en ce moment historique que les partis politiques peuvent se mettre d'accord, a souligné M. Papandréou.

    Deux heures auparavant, M. Samaras avait proposé la formation d'un gouvernement de transition qui aurait comme mission d'abord la ratification de l'accord européen avant le déroulement d'élections législatives anticipées.

    Là où on en est arrivé avec la politique du gouvernement (socialiste), le nouvel accord sur la poursuite de l'aide à la Grèce est inévitable et il faut le garantir, a déclaré M. Samaras.


    (©AFP / 03 novembre 2011 16h03)

  • CEDH c'est quand même la droite et la chrétienté qui sont responsables de la faillite du pays, aidés par des chefs d'entreprises peu scrupuleux...Le peuple a suivit, le résultat est là.

    Papandréou est membre d'une dynastie qui a macrotté avec les mon-seigneurs et les colonels! Est-il vraiment socialiste?

Les commentaires sont fermés.