Le suicide des enfants

Un garçon de huit habitant le Doubs ans a été retrouvé mort dans sa chambre, pendu à un crochet de lustre. Selon la police il s’agit vraisemblablement d’un suicide. L’enfant venait d’être réprimandé par son père pour des chamailleries.

mer2.JPGUne semaine avant un autre garçon de 10 ans s’était également pendu à Roubaix. Les derniers chiffres annuels disponibles datent de 2009 et font état de 37 suicides d’enfants de 5 à 14 ans.

C’est à la fois peu en nombre et c’est énorme pour cette tranche d’âge. Pour avoir une idée du problème, dans la même population française on dénombre environ 13‘000 suicides par année (et plus de 160‘000 tentatives), soit un taux de 17 suicides pour 100‘000 habitants. Le taux suisse est plus élevé: 19 pour 100‘000, soit environ 1‘400 suicides par années. En Suisse les homme se donnent la mort deux fois plus souvent que les femmes.

Le suicide est douloureux même quand on n’est pas très proche de la victime. Se donner volontairement la mort est un acte difficile à accepter pour les vivants. Peu importe les interprétations que l’ion en fait: il y a forcément une souffrance morale. Une souffrance qui n’est plus gérable, sur laquelle il n’y a plus de prise. Une souffrance que les proches ont vue ou non. Mais comment évaluer le degré de souffrance qu’un être peut supporter?

Si c’est douloureux pour les proches quand c’est un adulte qui met fin à sa vie, combien cela doit-il l’être quand c’est son enfant. Mais pourquoi un enfant passe-t-il à l’acte? L’image de l’enfance véhiculée par notre société est plutôt heureuse, avec un environnement pour lequel il compte et des activités qui lui permettent de s’épanouir. Cela ne semble pas suffire à certains enfants. Le mal-être qu’ils vivent leur pèse soudain trop.

Des psychologues font état de signes tels que la mésestime de soi, des troubles du sommeil, un décrochage scolaire, une impulsivité en augmentation, qui devraient alerter les parents. Un enfant peut faire une dépression. Comme il n’a pas encore le langage pour parler de lui il reste avec sa difficulté ou son mal-être. La communication parent-enfant est donc primordiale.

Le développement de l’estime de soi l’est aussi. L’enfant a besoin d’être valorisé, validé même, par un adulte dont il attend une transmission. Une réussite sportive, un beau but marqué ou une série d’arrêts, doivent être applaudis. Les camarades mais aussi les parents doivent applaudir. Et rappeler l’exploit de temps en temps, même des années après. L’estime de soi se construit lentement et la répétition des souvenirs valorisants fait partie de cette construction. Pousser l’enfant à aller de l’avant et à faire mieux est une stimulation normale. Les espèces animales poussent aussi leur petits pour les rendre forts et indépendant. Mais cette stimulation doit être complétée par la reconnaissance des acquis.

Boris Cyrulnik a participé à une mission gouvernementale sur le suicide des jeunes. Il porte un regard plus médical sur la question:

«Au niveau des causes, l'auteur insiste sur la précocité de la vulnérabilité neurologique. Dès les dernières semaines de grossesse aux premiers mois de la vie, cette période sensible pour le développement de l'organisme et du tempérament est cruciale. Offrir à l'enfant un environnement sécurisant chez lui, dénué de violence est impératif. Au-delà de l'impact environnemental, des susceptibilités génétiques (caractérisées par une carence en sérotonine dans le cortex préfrontal et le tronc cérébral) pourraient également jouer. En sus de cette vulnérabilité, il y a un élément déclencheur : une humiliation, une insulte, un traumatisme ponctuel..»

L’événement déclenchant se grefferait sur un terrain favorable. Cela expliquerait peut-être pourquoi un enfant en bonne santé commet l’irréparable après une réprimande. Une réprimande qui est tombée au mauvais moment, mal dite, et qui a touché un mécanisme amplificateur.

 

 

 

Bon pour la tête:

CouvDiable.jpg

Catégories : Psychologie 6 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • En 2000 on disait nous grands parents,continuez à mettre autant de pressions sur ces gosses et on en arrivera au même taux de suicides qu'au Japon .On s'était pas trompé et si maintenant on continue non pas la course à l'armemement mais aux défis de l'enfant le plus intelligent dont semble se gargariser de plaisir les mères Tigres menant aussi à l'hyper- stress des enfants Coréens on va au devant d'un malaise qui ira en augmentant mais peut-être faut-il avoir dépassé la barre des 60 berges pour y voir mieux!

  • Lovsmeralda, j'ai vu il y a déjà quelques temps un reportage sur ces mères tigres. Les gamins ne s'appartiennent plus, seule l'ultra performance compte. Je veux bien qu'on les pousse et qu'on ne soit pas trop laxiste avec les enfants, mais là... Pffff...

  • @Hommelibre oui ce que vous relevez est vrai mais si en europe cette course à la super intelligence continue nos enfants ou se retourneront contre leurs parents ou se suicideront de plus en plus.Que les instances supérieures cessent de vouloir en faire des marionnettes et qu'elles tiennent aussi compte du stress des enseignants,bien payés diront certains soit,mais que dire des parents qui ne savent plus éduquer leur enfant dans une main de fer au gant de velours.C'est ou laxiste et ensuite interdits de tout à la rentrée scolaire.Les humains ne sont pas tous identiques ,ils ont tous un chemin différent il faut savoir aussi conserver cette différence en tenir compte absolument lors de la scolarité mais ne jamais cataloguer l'enfant .Car si en France la théorie de valorisation entre en vigeur pauvres enfants de demain et pauvres parents qui devront subir à leur insu une ingérance familiale,mais heureusement des grands parents la langue pas dans leur poche peuvent encore se faire entendre et gardent les yeux rivés sur l'Etat grâce aux rétroviseurs de la vie !car cette pseudo valorisation a comme un arrière gout* d'eugénisme scolaire *utilisons les mots adéquats
    toute bonne soirée à vous

  • L'univers n'est pas né dans l'amour comme le disent certains ignorants!

    L'enfant a besoin de l'amour autant que de valorisation et d'éducation. Nous sommes dans un monde sur-noté et ce, dès l'enfance...Il faut obligatoirement entrer dans le moule entre croyances et illusions, entre le savoir être et le savoir faire, entre mauvaise bouffe et produits chimiques....

    Si notre monde était d'amour, il n'y aurait plus aucun enfant dans le misère. C'est trop facile de s'occuper du pauvre, du malchanceux pour uniquement se donner bonne conscience, pour donner la bonne image....

    Ce n'est pas facile d'élever un enfant qui sera "éduqué" dans un monde très dangereux, -rendu dangereux par des adultes sanguinaires, avides de pouvoirs, -menteurs au point d'envoyer ces mêmes enfants se faire sauter au nom d'un dieu soi-disant "d'amour...." Il y a de quoi se révolter? Non ?

    Il me semble urgent et important d'arrêter toute cette hypocrisie par tous les moyens. Respectons les enfants si nous voulons qu'ils nous respectent, mettons tous les moyens à leur disposition afin d'éviter qu'ils se droguent ou qu'ils se suicident! Donnons leur de la bonne bouffe et de l'eau à boire, éduquons les pour leur bien et non pour satisfaire nos envies issues de la société de consommation ou de notre frustration.

    On est pas foutu de donner à manger aux 7 milliards d'humains dont des enfants et certains nous prêchent la bonne parole?

  • @Pierre Noel,je relève votre dernière phrase remplie de réalisme,cependant quand on voit le ramdam mené pour lutter contre les OGM excusez du peu ceux-.ci garnissant nos assiettes depuis 1900 justement pour nourrir la planète ,on voit mal comment nourrir plusieurs milliards quand à la justesse du nombre on peut rester dubitatifs.Cependant en supprimant ce qui nous a été servi depuis la nuit des temps et utilisé aussi pour nourrir sainement des porcs de petits farfelus ayant trouvé qu'ils n'étaient pas assez dorlotés,alors au vu de discours ne tenant pas le route ou juste le temps d'un nouvelle élection comment voulez vous que des gosses puissent faire confiance à un monde d'adultes qui veut bouziller ce qui a servi à nourrir d'autres milliards d'habitants.Ils ne sont pas stupides les gamins,car supprimez les OGM et de graves épidémies disparues reviendront.quand aux gosses eux ils sentent le danger beaucoup plus vite face à un monde d'adultes n'ayant pas appris à raisonner par la comparaison et le souvenir du passé qui aide a construire le futur.
    toute bonne journée à vous

  • Et je me permets de rajouter trop de bétonnage mène au suicide que ce soit des enfants ou adultes,on le sait aussi depuis 1960.trop d'urbanisme tue lentement l'envie de progresser socialement ,tout le monde le sait mais apparemment plus personne n'est capable d'oser afficher un niet absolu face aux spéculateurs et comme d'habitude c'est aux enfants à payer le prix cela se sait aussi depuis le jardin d'Eden.Alors ceux osant dire on va faire ceci ou cela qu'ils sachent que ceux ayant souffert ne les ont jamais crû et ceux d'aujourd'hui feraient bien d'en faire autant,c'est ainsi qu'on devient clairvoyant juste pour sauver sa peau et montrer à ceux distribuant des mots d'Amour Universel que personne n'est dupe . Le plus grave c'est de les entendre eux-mêmes se sachant dupés continuer à raconter des fables qu'aucun enfant ne croira jamais car dès 3 ans il aura appris à détecter les mensonges dits par des adultes essayant de le piéger ,l'enfant adore ça.la faute à qui? mais à l'Informatique tout simplement l'enfant mis sous condition dés la maternelle va courir contrôler les dires des adultes,c'est avant qu'il eut fallut y penser

Les commentaires sont fermés.