Les seins de l’Ukraine débarquent à l’ouest

C’est pratique d’être bien faite quand on est une femme. Jambes longues (pas obligé mais c’est un plus), seins qui ne tombent pas, joli visage, et en prime une blondeur à faire pâlir d’envie les fabricants de teinture capillaire. Pas à dire: nous ne sommes pas tous égaux - et surtout pas toutes égales face au destin et aux aléas de la génétique.

Femen2.jpgLa révolution séduisante

Les féministes ukrainiennes du Femen l’ont bien compris et auraient tort de ne pas en profiter. Leur manifeste ce sont leurs seins, qu’elles dénudent volontiers en diverses occasions. Elles ont manifesté contre les agences matrimoniales et le tourisme sexuel qui voit partir les filles du pays au bras d’hommes occidentaux. Contre le harcèlement de certains professeurs à l’encontre d’étudiantes. Contre le maire de Kiev, etc.

Je ne connais pas l’Ukraine. Ce que j’en sais est qu’il y a de très belles femmes - mais ça, il y en a ailleurs aussi - et que le pays a été dirigé il y a quelques années par un premier ministre féminin, Ioulia Tymochenko. Je ne sais pas sur quel terreau particulier prolifère ce féminisme ukrainien mais il fait parler de lui. Avoir régulièrement la une de la presse alors que le mouvement compte à peine 300 membres et que seule une vingtaine d’entre elles sont visibles, toutes les féministes du monde aimeraient cela!

Sûr que sans les seins nus elles ne recevraient pas autant de pub. Et si elles étaient seins nus et difformes on en parlerait comme d’un phénomène de foire. Phénomène de foire? On n’en est pas loin. L’idéologie féministe est comme les bagnoles: mettez une femme presque nue et cela se vend! Elle ont compris le système qu’elles contestent, et utilisent les armes-mêmes qu’elles dénoncent. Est-ce une critique de la société? C’est davantage un opportunisme. D’abord parce que ce sont les plus sexys qui se déshabillent. Elles pratiquent donc activement une discrimination esthétique. Surprenant qu’un groupe qui dénonce les discriminations à l’égard des femmes pratique cette même discrimination entre elles. Ensuite l’opportunisme est de faire parler d’elles d’une manière qui attire l'attention grâce à une connotation sexuelle sans provoquer le rejet. La radicalité dont elles se réclament (n’oublions pas qu’elles parlent de «révolution» féministe») serait d’enlever le haut et le bas. Ensuite de faire défiler nues des femmes de tous âges et de toutes corpulences. C’est visiblement hors de leur stratégie. Leur but est d’exciter l’oeil de manière soft tout en dénonçant l’utilisation de la femme aux fins d’exciter... C’est le serpent qui se mord la queue. Heureusement qu’elles n’en ont pas (de queue), elles se feraient mal.

A part cela elles sont mignonnes à croquer, pas de doute. Et drôles et joyeuses. Ce qui nous change des barbons moralistes genre Caroline de Haas (Oser le féminisme). La révolution par la séduction est quand-même plus sympa que par des bombes. Et même si ici nous avons l'habitude de voir des seins nus, par exemple sur les plages, en contempler dans les rues d'une ville renouvelle le genre.

Mais le spectacle est-il encore de nature à faire passer un message intellectuel? Le nu n’est pas un exercice mineur mais il n’a jamais illustré les pages des philosophes. Cela manque peut-être. Plus réalistement le passage au spectacle à connotation sexuelle est la récupération ultime du système spectaculo-financier. L’intérêt de ce système marchand est de tout tourner en produit commercial, ôtant ainsi la substance idéologique de toutes choses. La marchandisation du monde n'a pas tout faux: c'est un garde-fou contre le totalitarisme des idées. Ne restera hors commerce que l’authenticité de l’être. Les idéologies ne seront que produits d’étalages avec date de péremption. D’ici peu le Crazy Horse reprendra leur idée et créera un spectacle de féminisme érotique.

Autre chose: elles ont un fichu culot ces Femen. Elle débarquent en Europe de l’Ouest avec une pancarte où il est écrit en anglais: «La révolution des femmes arrive en Europe». Elles ne manquent pas d’air. Les femmes d’Europe de l’ouest n’ont pas attendu leur venue pour descendre dans la rue. Quand au mot révolution, il est fort injuste puisque les hommes n’y sont pas associés et que de toutes façons, avec leur poitrine plate, ils ont peu de chance d’être sur la photo.

Homen2-1.jpg
Les zommes aussi

A moins que...

Reprenant la nudité sexy des Chippendales, les zommes pourraient eux aussi descendre dans la rue déshabillés. Puisque les féministes ne travaillent que pour elles, eux ne défendraient que leurs propres intérêts. Ils pourraient ainsi développer le programme de la révolution des zommes:



1. Les zommes ne veulent plus être harcelés par des décolletés sexys et des regards langoureux au travail.

2. Ils en ont assez d’être des payeurs mis à sec lors des divorces.

3. Ils ne veulent d’ailleurs plus aller bosser, vu ce que cela leur rapporte. Cela fait des milliers d'années qu'ils bossent pour nourir leur famille et on vient leur reprocher le manque d'autonomie  économique des femmes. Non mais! Ils proposent donc d'envoyer les femmes au turbin pendant qu'ils vont se balader au bors du lac.

4. Ils proposent aussi d’envoyer les femmes faire la guerre à leur place. Parce que cette discrimination qui voit les seuls hommes crever tripes à l’air sur les champs de bataille dure depuis trop longtemps.

5. Ils en ont marre d’être traités de prédateurs universels. Ils veulent que l'égalité soit enfin réalisée: quel les femmes deviennent des prédatrices!

6. Ils veulent aller boire des verres avec des potes sans que leurs compagnes ne leur dise à quelle heure ils doivent rentrer.

7. Ils ne veulent plus qu’elles regardent dans leur téléphone portable pendant qu’ils sont sous la douche.

8. Ils ne veulent pas faire le ménage. Cela leur est génétiquement contraire.

9. Ils ne veulent plus jamais entendre un seule reproche de la part de leur copine, qui trouve toujours qu’ils pourraient faire les choses un peu mieux.

10. Ils en ont assez d’être pris pour des cons quand ils sont gentils et de voir les bad boys se taper les nanas plus craquantes.

11. Ils en ont assez d’être perçus comme des porte-feuilles à pattes avant même d’être considérés comme des zumains.

12. Ils dénoncent la discrimination qui fait parler des Droits des femmes et uniquement des Devoirs des zommes.

13. Ils en ont assez d’être dénigrés. Ils veulent qu’on leur dise qu’ils sont beaux, intelligents, doués, responsables, agréables, formidables, craquants, géniaux, forts, bref: qu’on leur dise enfin la vérité!!!


Et ce n’est que le préambule. Si rien n’est fait ils promettent de descendre nus dans la rue et de faire la grève du sexe. Pour au moins une demi-journée...

 

Non mais!

 

 

 

Bon, une dose de romantisme:

CouvDiable.jpg

Catégories : Humour 77 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Je trouve leur mouvement bancal(au passage le communisme à déjà inculquer de force un égalitarisme entre les hommes et les femmes).
    Car elles disent "lutté" contre les agences matrimonial (elles luttent surtout contre la liberté des femmes en général). Mais personnes n'oblige ses femmes, au contraire même il y a plus de femmes sur le "marché" que d'hommes occidentaux, c'est déséquilibré, le petit bourgeois de 40 ans peut ramener sans problème un top model de 20 ans.
    Et j'ai vue qu'elles avaient protesté contre le fait que la retraite des femmes allait être mis au même niveau que la retraite des hommes en disant que c'était injuste pour les femmes.
    Les deux partent maintenant à la retraite à 60 ans.
    Seul hic de l'histoire c'est que l'espérance de vie des hommes dans ce pays est de 60 ans celui des femmes est de 77 ans.
    C’est à ce demandé pour qui les hommes cotisent …..

  • """3. Ils ne veulent d’ailleurs plus aller bosser, vu ce que cela leur rapporte. Cela fait des milliers d'années qu'ils bossent pour nourir leur famille et on vient leur reprocher le manque d'autonomie économique des femmes. Non mais! Ils proposent donc d'envoyer les femmes au turbin pendant qu'ils vont se balader au bors du lac.

    4. Ils proposent aussi d’envoyer les femmes faire la guerre à leur place. Parce que cette discrimination qui voit les seuls hommes crever tripes à l’air sur les champs de bataille dure depuis trop longtemps."""

    Choquant, vos propos: les femmes feront plus volontiers le service militaire le jour où les hommes seront enceints, accoucheront et allaiteront...Et quand les hommes sont à la guerre, les femmes se retrouvent à faire le boulot de mère de famille PLUS le boulot des hommes. La guerre est une saloperie pour tous, hommes et femmes.

    Et puis, je crois que dans nos sociétés, ce ne sont que les femmes au foyer avec enfants, qui se font soi-disant "entretenir" par leur mari, non dans le but de se la couler douce, mais bien de partager le travail du couple, qui comprend le soin aux enfants, l'entretien de la maison et de la logistique familiale, qui représente au moins autant de travail que le boulot du mari pour ramener l'entretien..alors, si la promenade quotidienne du petit dernier les amène au bord du lac, tant mieux pour elles et pour l'enfant, mais de là à penser que les femmes au foyer profitent de leur mari est un raccourci dont l'immaturité devrait sauter aux yeux d'un homme de votre intelligence.

    Si les hommes divorcés devaient "payer" quelqu'un d'autre que leur ex-femme pour s'occuper des enfants, cela risquerait de leur coûter beaucoup plus cher.

    Mais de la part d'un tel misogyne, on fini par être habitué.

  • @ Vieuxschnok:

    Nous sommes d'accord:

    "les femmes feront plus volontiers le service militaire le jour où les hommes seront enceints, accoucheront et allaiteront...Et quand les hommes sont à la guerre, les femmes se retrouvent à faire le boulot de mère de famille PLUS le boulot des hommes."

    C'est aussi ce que je pense et c'est une raison pour laquelle la différenciation et la répartition des rôles entre hommes et femmes s'est peut-être faite. Je défends cette idée depuis longtemps, y compris le fait que ce sont les femmes qui font tourner le monde quand les hommes sont absents.


    "... ce ne sont que les femmes au foyer avec enfants, qui se font soi-disant "entretenir" par leur mari, non dans le but de se la couler douce, mais bien de partager le travail du couple, qui comprend le soin aux enfants, l'entretien de la maison et de la logistique familiale, qui représente au moins autant de travail que le boulot du mari pour ramener l'entretien."

    Encore d'accord avec vous. C'est une forme de répartition des tâches et des responsabilités.


    Dans mon billet les points concernant la "Révolution" des hommes me paraissent clairement traités sous forme d'humour. Humour un peu piquant? Oui car le discours féministe radical nous a habitués à penser que les hommes voulait délibérément maintenir les femmes dans une dépendance économique pour les dominer. Des millions d'hommes ont de tous temps amené leur part au ménage, et les femmes la leur.

    Misogyne? Non. C'est bien le discours misandre qui culpabilise habituellement les hommes que je critique, pas les femmes. Je reprends des thèmes féministes récurrents pour en faire une critique.

    Parler de "Révolution des femmes", c'est mettre les hommes au mieux à l'écart, au pire en position d'ennemis.

  • ""... ce ne sont que les femmes au foyer avec enfants, qui se font soi-disant "entretenir" par leur mari, non dans le but de se la couler douce, mais bien de partager le travail du couple, qui comprend le soin aux enfants, l'entretien de la maison et de la logistique familiale, qui représente au moins autant de travail que le boulot du mari pour ramener l'entretien."

    au moins autant de travail n'importe quoi.

    comment faisaient les femmes avant avec des familles nombreuses sans confort moderne, sans tout l'appareillage ménagers actuel !!!!
    maintenant si on les écoute eles sonts débordées à la maison avec deux enfants.

    en réalité le grand délire actuel c'est de traquer le moindre brin de poussiére tous les jours pour s'occuper à la limite le mari attend dans le couloir en rentrant du travail que madame ait fini de passer l'aspirateur si si ça existe, des hommes sonts cons à ce point. et puis il ne faut pas compter que le temps de travail du mari aussi le temps de trajet qui peu atteindre 4 heures par jour voir plus, c'est du temps contraint.

    explication

    L’INSEE pose une question intéressante à laquelle il répond : « Comment les hommes font-ils face aux tâches ménagères lorsqu’ils vivent seuls, puisqu’il faut bien manger, s’habiller, nettoyer, etc. ? Le temps consacré aux activités strictement ménagères (cuisine, ménage, courses, linge, etc.) par les hommes seuls représente environ deux tiers du temps consacré à ces mêmes tâches par les femmes seules. »

    "D’abord ce chiffre de 70,3 % de tâches domestiques inclut les femmes à temps partiel et les femmes inactives, précision très importante. Quand son conjoint travaille tandis qu’on ne travaille pas, on a tendance à consacrer plus de temps aux tâches domestiques. Les femmes inactives consacrent ainsi 78,3 % du temps aux tâches domestiques contre 66,7 % pour les femmes à temps partiel et 63,7 % pour les femmes à temps plein.

    Ensuite, il faut avoir conscience de ce que recouvrent ces statistiques. La nomenclature intègre notamment :

    - le shopping

    - le fait de s’occuper des animaux

    - les bisous et câlins aux enfants

    - les jeux

    - les promenades

    En clair, plus une femme fait du shopping plus elle est « victime » de son conjoint qui ne partage pas cette corvée avec elle. "

    http://www.lepost.fr/article/2011/05/07/2487627_le-mythe-de-l-ecart-salarial-hommes-femmes-de-plus-de-20-a-travail-egal.html

    cher vieuxschnock vous gober un peu trop le bourrage de crâne féministe avec leurs enquêtes mensongéres.

  • leclercq

    ==> On pourrait rajouté qu'il est probable que l'homme soit plus productif en 1 heure de ménage qu'une femme dans le même temps impartie.

  • @ hetrai

    c'est vrai oui mais la femme va vous répondre qu'elle elle le fait plus à fond, plus minutieusement, ce qui est vrai mais quel intêret qu'il sois fait plus minutieusement aucun surtout celui d'occuper le temps, j'ai vu une émission de télé où ce genre de folie du ménage est comparé à une affection mentale oui oui avec soins thérapeutiques à la clé si si

    http://beaute.notrefamille.com/bien-etre/psycho/questions-psy/maniaque-du-menage-ca-se-soigne/la-boulimie-du-menage-ca-se-soigne-o20577.html

    les enquêtes mensongéres ont de l'influence sur les femmes, j'ai eu une ex qui me reprochait de ne pas faire le ménage autant qu'elle alors quelle travaillait qu'en mi temps et moi je me levais tous les jours à 4h45 et retour à 19h30, en plus en étant nulle en cuisine, faire à son compagnon des bons petits plats ça fait ringuard. parce avant les méres de familles nombreuse à la maison, sans électroménager moderne savaient cuisiner elles.

  • Et quand les hommes sont à la guerre, les femmes se retrouvent à faire le boulot de mère de famille PLUS le boulot des hommes"

    ne généralisont pas, ça ça n'est arrivé que pendant la guerre de 14-18, une proportion aussi forte d'hommes partant à la guerre n'était jamais arrivé avant ce n'était qu'une minorité d'homme allant à la guerre. et en allemangne en 39-45 c'était les prisonniers de guerre qui remplaçaient les hommes.

    et concernant la guerre actuelle qui se passe souvent à crapahuter, avec 40 Kgrs sur le dos les femmes n'onts pas les aptitudes physiques.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Patriarcat_(sociologie)

    " Le dimorphisme sexuel existe bel et bien dans l'espèce humaine. Les hommes sont en moyenne plus grands (de 10 cm), plus lourds (d'une dizaine de kilos) et plus forts (ils possèdent une masse musculaire nettement supérieure et une moindre masse graisseuse que les femmes, notamment sous l'effet anabolisant des androgènes). La force physique allant de pair avec la masse musculaire, la taille et le poids, la force isométrique maximale (moyenne de 25 groupes musculaires) de la femme moyenne ne représente que 60% de la force isométrique maximale de l'homme moyen (source Traité de physiologie de l'exercice et du sport, éditions Masson, 2002). Ces différences sont par ailleurs plus importantes pour les muscles du haut du corps (bras, épaules) que pour les muscles des jambes. "

    c'est comme en israël elles sonts releguées aux taches non combattantes à la logistique en appui des gfuerriers.

  • "Et quand les hommes sont à la guerre, les femmes se retrouvent à faire le boulot de mère de famille PLUS le boulot des hommes"

    ce type d'exagération fait penser à un fonctionnement féministe.
    et pendant la guerre de 14-18 où il n'y avait jamais eu autant d'hommes valides de mobilisés, la mobilisation c'est de 18 à 50 ans j'estime que j'uqu'a 18 ans et aprés 50 ans un homme compe quand même. ce qu'oublie volontairement cette phrase "PLUS le boulot des hommes", parce aprés 50 ans a part quelques territoriaux, les hommes étaient encore à la ferme usés certe mais travaillant encore, et heureusement que la guerre n'a duré que 4 ans parce que toutes ces fermiéres aidant les ado et les hommes de plus de 50 ans aux travaux des champs (moi aussi je sais jouer sur les mots), n'auraient pas manquées d'êtres usées de bonne heure vu la constitution féminine plus légére que celle de l'homme.
    j'ai connu une femme ayant poussé des transpalettes pendant 15 ans ans dans une usine et bien elle avait les coiffes des épaules usées elle ne pouvait plus lever les bras, actuellement la grande mode ce sonts les femmes chauffeur poids lourds, qui sonts incapables d'effectuer entiérement les taches de leurs homologues masculins, le rangement des palettes dans le camion avec le transpalette c'est au chauffeur de le faire, il y en a pour 10 minutes, et bien dans les usines ce sonts les ouvriers des usines qui le fonts par gentilesse masculine, parce que physiquement elles en sonts incapables c'est aussi simples que ça. et encore maintenant il y a les palettes les transpalette, la direction assistée, les freins assistés, avant tout ça n'existait pas, les chauffeurs devaient charger le camion à la main.
    dans l'émission le convoi de l'extrême lisa est bien contente quand elle tombe en panne de pouvoir compter sur la solidarité des hommes envers les femmes, parce que franchement plus douée pour jouer la fiére à bras que pour faire de la mécanique.

  • j'ai dit les fermiéres parce qu'a l'époque le monde était rural dans l'immence majorité et l'hécatombe de 14-18 a surtout été dans le milieu rural, l'industrie elle n'a pas envoyé tous ses hommes à la guerre. et l'expansion de la manutention mécanique dans les usines date de cette époque, avec les femmes qui onts remplacé les hommes dans les usines et oui on retrouve le dimorphisme sexuel marqué de l'espéce humaine.

  • En lisant les commentaires publiés, j'en arrive aux conclusions suivantes: une bonne partie lecteurs-commentateurs de ce blog pensent que:
    "La double journée" des femmes (souvent de mileu modeste) doit être un
    phantasme de féministes.
    Celles qui font le ménage sont atteintes de TOCs.
    Malgré les progrès de l'électroménager, elles ne savent pas faire de la bonne cuisine, ni s'organiser efficacement.
    Même si les femmes voulaient faire la guerre ou des travaux pénibles, elles ne seraient pas à la hauteur.
    Donc, elles doivent rester dans leurs domaines traditionnels, et cela malgré la technicité croissante de la guerre et les progrès de l'assistance mécanique dans beaucoup de domaines industriels.
    J'ai pris la liste des revendications révolutionnaires d'hommelibre au deuxième degré: Moi aussi, j'aimerais aller boire des pots sans dire à mon homme à quelle heure je rentre. Si seulement j'avais le temps d'aller me promener au bord du lac, je trouverais que ce serait un vrai progrès.
    Même si je suis dimorophique et que je l'assume.
    Ma grand-mère fermière dans un pays scandinave boulversé par la guerre de 39-45, a géré la ferme seule, au-delà de la fin des hostilités, puisque son mari est mort en 43. Il y avait, au-delà de la solidarité masculine, une solidarité familiale et villageoise. Je crois qu'à l'époque, les urgences étaient telles, que l'on n'avait pas l'idée de se poser des questions sur le sexe des gens dans le besoin. On faisait ce qu'il fallait pour ne pas crever de faim.
    Ma grand-mère, qui n'a jamais eu l'eau courante, a vécu jusqu'à 80 ans. Usée, certes, mais elle s'est battue jusqu'au bout, sans se défiler.
    Notre génération a une vie à la fois plus simple et plus compliquée.Il y en a qui râlent pour un rien, d'autres qui font leur part en toute équité, homme ou femme, adulte ou enfant.
    Les généralisations sont toujours abusives. Voilà de nouveau une généralisation !

  • @Calendula :

    Parce que le féminisme ne généralise pas quand on dit que l' homme est un violeur en puissance ? Parce que le féminisme ne généralise pas quand on traite un homme qui réagit aux élucubrations féministes de macho ?

    Ne me faites pas rire, le féminisme devrait balayer davantage devant sa porte toutes les merdes auxquelles je lui incombe toutes les responsabilités

  • "La double journée" des femmes (souvent de milieu modeste) doit être un
    phantasme de féministes.

    ==> La double journées des femmes n'est pas un fantasme des féministes c'est un mensonge d'une très longue liste.
    Personnellement les femmes peuvent faire les métiers qu'elles veulent tant qu'elles ne bénéficient pas d'avantages féminins.
    Pour le reste c'est autre époque autre mœurs.
    Avant l'homme, la femme et les enfants etc travaillaient pour la famille, le clan.
    Dans les années 50 ans un mouvement a prôné l'individualisme, l'égoïsme etc pour échapper à la domination masculine imaginaire, oui je parle bien du féminisme (je ne remets pas en cause les divers droits acquis, par contre la responsabilité n'a toujours pas été acquise).
    Donc au final on se retrouve avec la moitié de la population qui est élevé à penser qu'à sa gueule.
    Tant que c'est la moitié sa va mais quand l'autre moitié si met aussi la sa commence a être tendus, très tendus.
    D’ailleurs aux USA c'est tellement tendus que les politiques tentent à coup de terrorisme intellectuel (technique de shame) de faire rentrés les garçons dans les rangs (vous savez l’esclave qui doit bossé et être sacrifié pour sa famille mais qui n’a rien en retour) en leur disant ne soyez pas égoïste/individualiste alors que sa fait depuis 50 ans que l'autre sexe détient le quasi monopole de l'égoïsme/individualisme forcené.
    C'est assez drôle à voir.

  • @ Calendula:

    Merci d'avoir vu l'humour dans ma liste!

    Pour le bord du lac, essayez une fois d'y emmener votre homme, c'est encore mieux à deux. Pour le pot, c'est fou comme on touche vite des fragilités. Risque de jalousie, besoin d'être rassurés. Beaucoup hommes ont aussi ce besoin.

  • Patricia: le coup d'Etat, m'ouais... Ça fait souvent des dégâts à long terme.

  • "On prend rendez vous : je vous colle dans les bras la station vapeur, l’aspirateur, le panier de linge sale, la lessive liquide, le plumeau Swiffer, la raclette à vitres…. et je demande à ma femme de ménage de vous chronométrer pendant qu’elle se sert des Margaritas les doigts de pieds en éventail sur la table basse du salon.
    (PS : Bien évidemment, elle est payée..pas vous, vous êtes en test, on attend d’estimer vos talents…….)"

    votre femme de ménage patricia serais sois disant plus productive que Hetrai comment se fait-il alors que seuls les hommes célibataires passent un tiers de temps en moins aux taches ménagéres, et pourtant elles sonts faites, c'est peut-être qu'ils onts d'autres occupations, il le fonts par nécessité pas par maniaquerie où pour se passer le temps, où peut-être aussi que les femmes dans une maison s'intéressent tellement peu aux autres taches quelles ne sonts capables de faire que les taches ménagéres. les tordues de féministes sonts tellement obnubilées par les taches ménagéres que les autres taches sonts oubliées.

    http://justice.pa-pa.normandie.over-blog.com/article-31512256.html

    Serait-il accepté de dire que les hommes assurent 80% du travail à la maison parce qu’ils assurent 89,1% du bricolage et 71% du jardinage (suivant les mêmes études) ?
    Tondre la pelouse, tailler la haie, s’occuper des poubelles … ne seraient-elles pas des tâches tout aussi « contraintes » ?

    d'ailleurs en ce moment l'égalité est à la mode !!!

    "quand il est dit que les hommes ont des revenus 20% supérieurs à ceux des femmes, en faisant croire que c’est pour le même travail ? "

    http://blogs.mediapart.fr/blog/carolinedehaas/121011/pour-faire-gagner-l-egalite-c-est-martine-aubry-qu-il-faut-voter

  • Pour moi cela dépend. Le couple est un contrat, entre autres, et la gestion du temps peut faire (et fait) partie de ce contrat. Si c'est dans le contrat, ok. Sinon il vaut mieux en discuter, et voir les besoins de chacun. Le coup d'Etat peut mettre en inconfort, ce qui à mon avis n'est pas génial dans un couple.

  • "Parce que vous ne généralisez pas quand vous nous traitez globalement toutes d’emmerdeuses ?
    Malhonnête , va..."

    L'hôpital, la charité tout ça ...
    Non je ne généralise pas les féministes sont des emmerdeuses.

  • Coup d'Etat ou contrat négocié ?
    C'est vrai que les questions de gestion de la liberté, des loisirs, des tâches ménagères et éducatives peuvent virer à la guerre domestique.
    Mon couple ayant un certain kilométrage, pour ne pas dire un kilométrage certain, je vois le problème davantage au niveau familial. La guerrilla se passe plutôt entre le camp parental et celui des enfants (grands adolescents).
    Il nous semble inconcevable que les parents soient au sevice des enfants et que ceux-ci ne fassent rien. Nous avons donc mis au point un tableau des tâches et tous doivent pouvoir faire ce qu'il y a à faire. Il y a un minimum de 14 "crédits" hebdomadaires à effectuer . Les parents ont chaque fois entre 30 et 40, les enfants arrivent péniblement à leurs 14 contractuels.
    A mon sens, ce qui restreint notre liberté sera toujours perçu comme inconfortable. Autant s'accomoder du fait que les tâches font partie de la vie.
    Quant à la liberté à l'intérieur du couple, je suis d'accord que les coups de force sont effectivement à éviter. S'il y en a, ça voudrait dire que la communication est rompue.
    Mais rassurez-vous, j'ai une liberté de mouvement totale et mon conjoint également. Je vois les restrictions davantage dans les impératifs professionnels, financiers ou familiaux ( nos parents âgés, les adolescents à la maison).

  • Naaaannnnn Patricia, décevant leur show. Rien de vaut de vraies pros. Elles sont limites du ridicule. Mauvaise mise en scène. Et vues de près elles n'ont pas envoyé celles du top five. Elles ont dû se dire qu'après Nafissatou...

    Je m'attendais à mieux. "Descend si t'es un homme". Elles auraient eu l'air con s'il était descendu.

    Allez, on devrait aller manifester sous les fenêtre de Ioulia Tymochenko et toute illégalité, la traiter de voleuse de l'argent public, et de lui demander de descendre le rem--bourser.

    Parce qu'elle, elle a été condamnée, même si elle fait appel.

  • Des FemELLES en chaleur, des call-girls en soubrettes - le fantasme des hommes, avec les infirmières - Des femelles payées au bouchon à champagne recrutées dans les bars ukrainiens.... De l'exhibitionnisme bon marché pour le "bonheur" de la kyrielle de journalistes prèsents. Quel hasard?!!!!!!!!

    La famille S-K aurait dû leur balancer des seaux - non pas sceau hommelibre :) - d'eau de javel! Mais DSK a toujours opté pour
    le silence et l'indifférence envers ces mouvements "spontanés".. le meilleur des mépris. Et ça tue plus d'un!

  • Patricia, franchement avec ce qui s'est déversé sur lui depuis des mois, vous le verriez descendre dans la rue et répondre à la provoc? Moi pas. C'est juste étonnant que la police laisse complaisamment les manifs se dérouler sous ses fenêtres. Etrange, étrange...

    Et puis franchement, quoi répondre à la porsche Cayenne? Pfff.... Je rappelle que leur femme politique préférée vient d'être condamnée lourdement. Elle a fait appel, et comme je l'aimais bien, j'espère que ce qu'on lui reproche n'est pas vrai, n'empêche elle a été condamnée. Pas DSK. Cherchez l'erreur.

    Non, je mattendais sincèrement à mieux, plus drôle, plus abouti. Enfin elles ont l'habitude de faire des happenings. Là, c'est franchement cul-cul, dans les deux sens...
    :-)

  • J'ajoute que vu l'abondance de presse pour cette pauvre prestation, on voit ce qui fait palpiter l'hexagone et son intelligentsia. La France n'a vraiment que ce qu'elle mérite! Et après elle risque d'avoir le grand méchant mou FH...

    Pauvre France,
    Cher pays de mes vacances,
    Y aura pas de délivrance,
    Tu t'es plantée pour longtemps...

    (Sur un air connu)

  • Patricia: les scènes de western avec les flingues face à face, il faut vraiment qu'il y ait une bonne raison. Là il n'a pas à se faire imposer quoi que ce soit par ces nanas qui viennent faire leur pub en montrant leurs seins et vendre leurs t-shirts. Descendre aurait été de la forfanterie. Et il ne leur doit rien. Ç'aurait été TB ou Diallo dans la rue, je dis pas, peut-être. Mais elles non, elles viennent profiter de l'événement, elles ne surfent que sur des coups faciles (Berlu, DSK, la retraite des femmes en Ukraine, le harcèlement de certains profs d'uni), bref, de l'opportunisme. Qu'est-ce qu'elles apportent de plus à l'affaire DSK? En quoi leur intervention apporte-t-elle des éléments nouveaux?

    Rien. Elle resucent la rengaine. Elles ont perdu du crédit.

    Tant qu'à descendre et faire le western autant que ce soit pour un adversaire approprié.

  • Patricia: si les français attendent la vérité, quelle vérité veulent-ils? S'il a fauté au sens pénal, il n'en dira rien, et sinon il va dire comment cela s'est passé en détails? D'abord il y a certainement une enquête discrète qui continue, et il réserve ses conclusions pour le tribunal civil de New York en premier.

    Il me paraît difficile pour lui de parler tant que le clivage de l'opinion est encore vif. Si c'est une affaire de prostitution et de tarif qui a mal tourné, doit-il exprimer en public la transaction? Et si c'est un coup monté, à part de dire ce qui s'est passé en détails triviaux, que peut-il dire avant d'avoir peut-être, un jour, des preuves? Qui là, seraient un fameux coup d'Etat!

    Je trouve sa discrétion logique. Et la prestation des Femen, que je trouve habituellement plus drôles, est bien pathétique. Elles se font leur pub en France sur le dos de DSK qu'elles ne connaissent pas dans une affaire où elles ne font que reprendre les lieux communs.

    A peine arrivée en France paf elles passent sur le net et à la télé. Quel pub! Merci DSK! En manifestant dans la rue contre quelqu'un de précis, sous ses fenêtres. La démocratie française fout le camp! Elle se fait enc... par des manifs de ce genre. Il est dangereux de laisser se développer de telles pratiques.

    Vous tombez à mon sujet dans des clichés qui me surprennent. Je ne déteste pas les femmes. Je suis aussi volontiers critique envers les hommes. Je n'aime pas les hommes lourdingues avec les femmes. La drague attribuée à DSK n'est pas du tout ma tasse de café. Je suis entouré de beaucoup de femmes depuis toujours et je m'entends bien avec elles.

    Qu'une malade (qui ne l'était pas de manière visible) ait voulu bousiller ma vie pour se venger d'un litige financier qu'elle a perdu, c'est la vie. Il n'y a pas de pardon, je ne sais pas si un jour je pourrai, mais c'est comme un chauffard ivre qui fonce dans un abribus et laisse des morts et des handicapés.

    Il y a d'autres qui ont gravité autour et conseillé le chaffairde: une juge d'instruction barge et hargneuse, un procureur qui voit le diable dans un nuage, une avocate qui m'a encore sali dans la presse après mon acquittement parce qu'elle n'a pas accepté de perdre, un groupe de harpies féministes qui ont coachée l'accusatrice pour "faire un exemple" comme m'a dit son oncle qui les a rencontrée, un médecin blâmé officiellement pour avoir fait une attestation abusive, un centre d'aide aux victimes qui soutient avant même que toute enquête soit réalisée. Bref, mes adversaires ne sont pas "les" femmes mais certaines bien précises. Et cela m'a ouvert les yeux.

    Il est légitime que j'analyse de manière critique des situations qui présentent des signes douteux. Il est légitime que je ne participe pas au lynchage d'un homme qui n'est toujours pas condamné. Il est normal que l'affaire ayant été jetée en pâture au public contre toutes les règles de déontologie, je dise mon avis. Il est normal que je m'étonne de l'affaire du Carlton qui s'ébruite dans la presse (par qui? Pourquoi? Qui s'amuse en France à jeter les affaires de procédure au public?) au moment où une autre affaire se calme. Il serait aveugle de ne pas constater les complaisances à l'égard de gens qui manifestent de manière inamicale sous les fenêtres de quelqu'un. Cette justice-là, celle de la rue, sert forcément quelqu'un. Quelqu'un qui n'est pas encore désigné. Il y a forcément des consignes. Croyez-moi, si c'était une manif de Rroms, les CRS seraient vite intervenus.

    Donc voyez, rien contre "les femmes". Mais contre certaines, et contre certains hommes, oui.Et contre un système qui mêle lynchage public, accusations douteuses, prise en otage de l'opinion, enquêteurs ou juges pourris qui déversent le secret de l'instruction dans le caniveau. Le portrait de la justice et de la mentalité française (médias et autres) est catastrophique.

    Et je redis bien que la France va mettre longtemps à se remettre de ce dans quoi elle a plongé, dans cette dérive, ne serait-ce que par l'acceptation de cette instruction donnée en pâture au public qui en fait son pain béni.

    L'affaire DSK représente une somme de dysfonctionnement, d'excès, de pratiques dangereuses pour la démocratie, tout en roulant à tombeau ouvert sur un sexisme misandre alimenté par une clique de professionnelles féministes qui vivent grâce aux subventions d'Etat calculées sur le nombre supposé de femmes victimes.

    Je connais ce business, je ne suis pas dupe. Je ne parle pas "des femmes", mais bien des féministes professionnelles et de leurs mensonges, ou de leur parodie de spectacle anti-DSK sans intérêt autre que se faire de la pub.

    Parfois même je regrette d'être trop gentil comme humain. D'autres auraient déjà fait justice au fusil de chasse. Pour donner un signal fort à la société.

  • @ Patricia

    "Et puis, l'entretien pour un seul célibataire prend surement moins de temps que l’entretien pour une famille "

    tu a mal lu

    "L’INSEE pose une question intéressante à laquelle il répond : « Comment les hommes font-ils face aux tâches ménagères lorsqu’ils vivent seuls, puisqu’il faut bien manger, s’habiller, nettoyer, etc. ? Le temps consacré aux activités strictement ménagères (cuisine, ménage, courses, linge, etc.) par les hommes seuls représente environ deux tiers du temps consacré à ces mêmes tâches par les femmes seules. »

    http://www.lepost.fr/article/2011/05/07/2487627_le-mythe-de-l-ecart-salarial-hommes-femmes-de-plus-de-20-a-travail-egal.html

    "Je ne peux pas vous laisser dire que les femmes dans une maison ne s’intéressent pas aux autres taches, c’est faux."

    en moyenne elles y passent trois fois moins de temps que les hommes, c'est bien qu'une majorité ni touche pas du tout non.


    "Pour ma part, je sais poser du carrelage, de la moquette ou du parquet flottant, j’adore monter des meubles, je manipule très bien la perceuse électrique, la boite à onglets, je sais poser des moulures et des corniches."

    "Je ne saurais vous dire car c’est moi qui m’occupe personnellement de mon jardin. Il n’est pas très grand, certes, (sinon je n’aurais pas le temps) mais je passe moi-même la tondeuse, je fais mes plantations et je taille mes haies.
    Ça détend de se crotter."

    c'est bien de faire parti de la minorité des femmes qui effectue certaines taches de bricolage.

    casto organise des cours de plomberie et d'électricité pour les femmes, pour quelles aillent plus loin que l'aménagement décoratif intérieur, vous devriez vous incrire.

    "Si j’étais un homme et que je me retrouvais à vivre avec une femme qui travaille à mi temps et qui m’attend pour faire le ménage, les courses ou bien la cuisine, je la quitterais. Quand il n’y a pas d’équilibre, ça n’est pas viable."

    vous avez raison c'est ce que j'ai fait je l'ai virée.
    mais j'estime que la propagande mensongére féministe lui avait bien bourrée le crâne.

    "Il reste assez de temps à Madame pour aller boire un café avec les copines, ou sortir entre filles, faire du sport et une activité culturelle ou artistique enrichissante et valorisante, ce qui est nécessaire dans ce cas."

    tout à fait vrai au contraire de ce que nous affirme vieuxschnock

    "C’est souvent à ce prix là que Monsieur fait carrière "

    carriére, il y en a tant que ça des hommes qui fonts carriére !!! et les autres les péquins moyens.

    "Parlez en donc aux femmes qui bossent toute la semaine, sont chez Carrefour le samedi pour les courses et consacrent leur dimanche au ménage et à la lessive pendant que Monsieur traine sur l'ordinateur, j'en connais."

    bien sur que ça existe, mais la réalité des sondages c'est ça

    "Par ailleurs, l’indicateur pertinent est le temps contraint qui intègre le temps de travail et les tâches domestiques. C’est là que la légende de la double journée des femmes s’effondre : les femmes représentent 49,8 % du temps contraint d’un ménage. Elles sont un peu en-dessous y compris pour les femmes à temps partiel (49,5 %). Il n’y a donc que les femmes à temps plein qui ont un temps contraint supérieur aux hommes (51,6 %), avec les précautions d’interprétation qu’appelle la nomenclature précitée."

    "On travaille seul et Madame a choisi de rester à la maison : on forme alors une équipe, Monsieur subvient aux besoins de la famille (en travaillant souvent de longues heures) et Madame, en échange, le soulage de toutes les contraintes annexes : ménage, courses, cuisine, devoirs des enfants etc. : c’est un vrai job."

    tout à fait d'accord avec vous mais pour les enquêtes féministes, une femme qui arrête de travailler et qui reste à la maison et fait donc beaucoup plus de taches ménagéres, leur conclusion c'est que les inégalités s'accentuent, elles occultent évidement la notion de temps contraint, c'est beau la mauvaise foi féministe !!!

    moi en plus ce qui m'exaspére, c'est que dans les enquêtes on ne parle que de bricolage donc de petits travaux, où est t'il alors le temps passé majoritairement par les hommes aux gros travaux construction de maison, rien là dessus, comme si ça n'existait pas, beau le mensonge par omission des enquêtrices féministes.

  • "Ce ne sont pas les féministes que vous trouvez emmerdeuses, se sont les femmes en général…"

    Appelons un chat un chat ma chère. Les féministes au delà de pourrir la société en elle-même, vous avez été jusqu'à pourrir les familles jouissant honnêtement de leurs droits civiques. Vous êtes des voyous des cancers pour la bonne marche de la société.

    je veux clairement vous voir disparaître

  • Dans tous les mots en isme on trouve aussi des intégrismes.On ne peut rejeter en bloc les mouvements féministes, nier les combats et les avancées qu'ont amenées ces combats . Voyous(es) peut être parfois Kasilar mais dans le bon sens du terme passant parfois au dessus de lois d'un autre âge pour faire avancer par exemple le droit à l'avortement et à la contraception , et contrairement à ce que vous dites la société a gagné dans ces batailles et je n'ose imaginer ce que vous entendez vous par bonne marche de la société...
    Et si l'on regarde le monde ,tous les combats ne sont pas gagnés
    Mais dans féminisme comme dans tous les mots en "isme" on trouve des intégrismes. Et ce sont ces intégrismes que je rejette , et qui à mon avis sont la représentation exacte de tout ce qu'il ne faut pas faire pour défendre une cause. Je ne me reconnais pas dans ces filles qui exhibent leurs seins nus, d'abord parce qu'elle n'ont pas mon âge et c'est vrai pourquoi jeunes et belles ?
    Je ne me reconnais pas dans ces femmes qui estiment que doit être "sacralisée" la parole des femmes et tant pis si on ne peut pas prouver la culpabilité de l'autre si cet autre est un homme .
    Je n'accepte pas la "victimisation" ...systématique des femmes.
    Je n'accepte pas comme le dit beaucoup mieux que moi John ce dans quoi la France ou du moins une partie qui fait du bruit a plongé dans le traitement de l'affaire DSK.
    Parce que je suis une femme mais avant tout un être humain , ni mieux , ni pire que cet autre être humain qu'est l'homme. Egale tout simplement égale.

  • Blablabla que de la mauvaise foi féministe. Tu vas me dire que ça
    http://www.sudouest.fr/2011/10/31/un-homme-marie-peut-prendre-le-nom-de-son-epouse-comme-nom-d-usage-541568-3.php
    c'est pas un progressisme des plus idiots peut-être ? la marche des salopes ? le congé paternité...
    Nous avançons peu à peu vers un monde vaginocrate.

    Personnellement je ne me marierais pas, pour moi le féminisme a bousculé violemment les traditions si chères à la France pour ressembler à des pays soit disant en avance (au niveau du féminisme du moins). Les traditions sont importantes, et je constate que plus ça va moins y en a.

    A tous les hommes, ils faut créer une association pour lutter conte le féminisme.

    domi, badinter, zimmermour ou autres vaginocrates frustrée et payées par NOS impôts, considérez moi comme votre ennemi. Oui je suis conservateur. Le conservatisme peut évoluer. Les idiots de progressistes soit disant en avance par rapport aux autres n'ont qu'à bien se tenir.

    Je vais de mon côté tirer un maximum de personnes dans mon association pour combattre ce fléau moderne et l'enterrer profond.
    Anarchisme, féminisme et communisme tous ces maux doivent disparaître au nom de la démocratie humaine

  • @kasilar

    Pfft ! je crois que pour le coup ça ne mérite pas de réponse !

    Si pourtant , vous voulez faire disparaître le féminisme, celui qui a fait avancer notre société . Bon courage vous allez devenir rapidement un conservateur ....rassis !

  • C'est plus pour une démocratie saine et non une démocrassie façon manucure. Vous saisissez la nuance ? hihi
    Oui je suis un conservateur des valeurs morales et traditionnelles , ce qui fait le charme du pays et dépaysent ainsi les gens d'autres pays qui vivent sous le rapport de force vaginocrate. Je ne veux pas que ce pays ressemble à la Suède ou aux Etats-Unis où c'est plutôt la femme qui domine.

    Mais si vous trouvez rien à redire que me ressortir les boniments telles que l'égalité des sexes.
    Les gens ne sont pas idiots, en fait pas tous :/ ils savent à quel genre de néodictatures ils sont exposés. C'est pas pour rien que l'on verra un Mélenchon ou une Marie Georges Buffet au niveau de Le PEn.

    Je vais faire en sorte qu'une association soit créée pour éradiquer ce satanée féminisme qui est un poison pour une démocratie équilibrée.

    DETRUISONS LE FEMINISME

  • Bah, être conservateur ou progressiste ne sont pas des lignes tranchées. La préservation de certains acquis rend la gauche conservatrice. L'audace économique de certains créateurs d'entreprise les rend progressistes.

    Sur le féminisme, Domi, je crois que la notion d'égalité de droits et de valeur n'est pas mise en cause. Le Code Napoléon qui avait assujetti la femme mariée à son mari était une folie digne de ce grand misogyne corse!

    Ce qui est beaucoup plus discutable c'est le féminisme radical, celui qui déconstruit l'homme - et la femme en même temps, qui criminalise le sexe masculin par principe, qui construit une théorie rigide et absolue - la supposée domination masculine - et qui sur cette construction se donne tous les droits et valide son propre discours comme si c'était l'unique vérité. Ce féminisme là, je suis d'accord avec Kasilar: il doit être critiqué sévèrement et déconstruit.

  • "Ce n’est pas une bouche que vous avez, c’est une fosse septique."
    Mieux vaut ça qu'être mal baisée non ?
    "Pire que moi quand je m’énerve, c’est dire."
    Ah je pensais que c'était naturellement propre aux féministes celà.
    "Je vous souhaite une bonne grosse passion partagée, du genre de celles qui vous empêchent de dormir et vous coupent l’appétit, ça vous détendra."
    Nan mais je te rassure poulette tes conseils à la noix je m'en carre comme de l'an 40. Je vis très bien sans des gens comme toi. C'est un peu comme la télé en fait on devient moins idiot en l'éteignant.
    "Vous me faites penser à ces ligues anti avortement des années 80 qui débarquaient comme des furies dans les blocs pour déstériliser le matériel chirurgical."
    Erreur! Moi c'est ce féminisme rétrograde pro-vaginocrate que je déstériliserais. Mais bon vu que c'est un combat d'arrière garde sans idées de fond j'ai envie de dire c'est inutile. M'enfin.
    "Ces attitudes extrémistes ne mènent à rien. Vous êtes aveuglé par la haine, vous n’y voyez plus rien."
    La paille, la poutre tout ça. C'est tout de même pas moi qui impose un congé paternité aux hommes, ni s'immisce dans les familles autrement dit la vie privée des gens ce qui de surcroit ne vous regardent absolument pas pour envenimer les relations homme femme avec vos études fallacieuses sur la théorie du genre ainsi que le partage des tâches ménagères. Oui je suis clairement pour l'éradication du féminisme qui non seulement est anti-démocratique mais est une pompe à fric du contribuable avec des associations alakon du genre Femen. Bref, la connerie dans sa splendeur
    "Oui, on se marie, de « mari » et on abandonne notre patronyme : ça ne vous choque pas dans ce sens ? Bon."
    Ca me choque parce que vous êtes les premières à hurler hystériquement comme des primates femelles que vous êtes sur un certain machisme fabriqué et une lutte anti-patriarcale, et que comme par hasard quand vous vous proposez des lois matriarcales, c'est tout à fait normal. Au nom d'un progrès flattant votre orgueil et surtout votre ego pour au final paraître plus abruties que vous ne l'êtes. Tiens ça me rappelle que es féministes ne remettent jamais en question leurs devoirs. Ah ben non rien dans les tripes les bougres

  • "Bizarrement, si on vous demande hypothétiquement de vous femmer, de « femme » et de vous appeler dorénavant Monsieur Fabienne Trucmuche, ça vous gène.
    Ça n’arrivera jamais mais expliquez donc pourquoi l’idée vous rend dingue ?"
    Parce que je suis contre ce progrès débile qui est d'inverser les rôles des hommes et des femmes ainsi que donner le nom de son épouse à son homme. Je ne vois pas en quoi c'est un progrès. Des gens veulent bien prendre le nom de leurs épouses, j'ai envie de dire c'est leur problème, mais moi je ne veux pas c'est tout. Je suis conservateur. Ah et tiens vous vous auriez le droit de ne pas accepter le nom de votre époux et pas nous? Et après ça donne des leçons de morale sur l'égalité. Le féminisme quoi !!!

    "Nous, on nous l’a imposé depuis la nuit des temps et on n’en a pas fait un fromage"
    Rhôôô les pauvres quéquettes !!! C'est parce que avant il y avait une marche morale et ça vient des religions , la pomme, Adam et Eve. Mais comme on a délaissé peu à peu les religions sous prétexte que c'est le mal, voyez le résultat maintenant. Pour moi la clitocratie je ne veux même pas en entendre parler et encore moins dans ma famille, n'en déplaisent à ces mesdames les gueunons en rut.
    "Voyez, on n’est pas rancunières. Encore moins lorsqu’on met tout ce soin dans des préparatifs qui nous mènent à passer de mademoiselle Beauregard à Madame Bidon."
    C'est votre problème. Je ne veux pas dépendre d'une autre. D'ailleurs si une femme veux m'imposer quoi que ce soit, je lui crache à la gueule et la jette comme un chiffon.
    "On s’est juste battues (enfin, mes mère et grand mère en ce qui me concerne)pour avoir le droit de voter, le droit de posséder un compte en banques sans avoir à demander l’accord de Monsieur et le droit d’avorter, c'est-à-dire de disposer de notre corps."
    Mais bien sûr et on en voit le résultat en ce moment. Le problème est que certaines gonzesses plus on les laisse faire ce qu'elles veulent et plus elles ne savent pas s'arrêter. Sauf que y a des devoirs, nous on respecte nos devoirs et si vous voulez de 'égalité faut faire pareil, sinon retournez aux fourneaux.
    "Il n’y a pas de quoi crier au scandale.
    Bref, qu’est ce que vous proposez ?"

    Que l'on supprime le mariage et que tout le monde soit obligatoirement célibataire jusqu'à ce que le féminisme puant de tout bord disparaisse.

    "Parquer les féministes dans un goulag ? Leur asséner un bon coup de batte sur le pif comme les bébés phoques avant de les carboniser au lance flamme ?"

    Faudrait en effet voir à les exclure. En tout cas si j'étais au pouvoir j'empêcherais les féministes de foutre la merde telles qu'elles le font envers des présumés innocents tels que DSK. En tout cas je vais tout faire pour salir votre honneur en mon entourage et invite les gens à ne pas rentrer dans votre jeu. Et si j'avais une quelconque influence je fermerais toutes ces associations parasites et mettraient les assistances aux chômage pour créer des associations de droits de l'être humain et je réformerais la justice dans ce sens. Voilà à mon sens ce qui me paraît plus démocratique. Y a pas de raison de privilégier 50 % de la population

  • @ Patricia

    "le droit de posséder un compte en banques sans avoir à demander l’accord de Monsieur "

    surtout que dans la majorité des cas, c'était la femme qui gérait l'argent du mari "nous faire croire que la femme devait demander l'accord du mari pour dépenser l'argent du ménage" c'est un mensonge de plus du féminisme. la réalité c'est plutôt le contraire c'est le mari qui demande à la femme pour ses menues dépenses, encore aujourd'hui d'ailleurs, certains se fonts même leur petite caisse noire avec les travaux au noir qu'il effectuent."

    renseigne toi avant de prendre pour argent comptant et vérités, les affirmations féministes, il y a toujours une part de mauvaise foi et de mensonge dedans.

    " Nous, on nous l’a imposé depuis la nuit des temps et on n’en a pas fait un fromage, au contraire"

    la femme donne naissance à l'enfant et l'homme lui donne son nom.
    voilà le pourquoi.

    " le droit d’avorter, c'est-à-dire de disposer de notre corps."

    toute médaille à son revers, l'avortement la pilule sonts nécessaires, l'enfant n'arrive plus par "hasard" il est désiré, et dans notre société matriarcale, celà amplifie le phénoméne de l'enfant roi, phénoméme qui est lui même amplifié par le divorce de masse, le bovarysme féminin a été libéré, pour le malheur des enfants.

  • @ Patricia

    Ma mère n'y est pour rien, c'est juste que quelques décérébrées veulent passer des lois en force en dépit de la démocratie. Mais bon c'est vrai que je suis un homme, donc forcément un bourreau dans votre si étroit esprit.

    Edit: si vous aviez au moins l'intelligence de laisser ma mère en dehors de tout celà, vous seriez quelque peu crédible ;)

  • @Leclerq

    Même pinnochio est un petit joueur à côté de ce que racontent les féministes

  • @Kasilar

    Etant un soutien de DSK pour des raisons que je n'ai aucune envie de vous exposer . Je serai ravie que vous oubliez de parler de lui pour justifier vos propos !
    Vous vous entendez hurler. ? mais vous êtes pathétique mon pauvre monsieur.
    "D'ailleurs si une femme veux m'imposer quoi que ce soit, je lui crache à la gueule et la jette comme un chiffon."
    Ca c'est de l'argument , ça c'est une réflexion d'une grande intelligence . mais vous vous prenez pour qui pour la ramenez comme ça .
    Bien sûr qu'il y'a des féministes qui sont à la limite et même au delà de la limite de l'intégrisme et cela me fait horreur comme tous les intégrismes .
    Mais comme tous les intégristes elles ne représentent qu'une minorité .
    Oui Patricia a raison ( et si c'est moi qui le dit ...! ) il a fallu se battre ( pour pouvoir travailler , avoir un carnet de chèque sans vous demander votre avis. Ma mère a 21 ans n'avait pas le droit de vote parce que les femmes ne l'avaient pas encore. Et ce ne sont que des droits élémentaires que doit avoir tout être humain ,homme ou femme .
    L'avortement quand on voit ce qu'était la réprésentation nationale au moment du vote de la loi , il a fallu que Simone Veil l'arrache à des hommes ! Or que vous le vouliez ou non c'est avant tout de notre corps qu'il s'agit .
    Je n'ai aucune sympathie pour ces jeunes femmes aux seins nus dont ils sembleraient qu' elles flirtent quelque peu avec les xénophobes de leur pays .
    Je n'apprécie nullement que des féministes ( mais ce serait vrai pour tout autre groupe ) viennent manifester devant un domicile privé ...
    Mais dans tout groupe il y' a des comportements que l'on peut estimer outrancier .
    Outrancier ? comme vos propos !
    Je ne suis pas , je ne serai jamais l'ennemie des hommes, je ne me considère pas victime des hommes . Mais je me battrai toujours contre des hommes , qui tiennent le discours que vous tenez .

    @Patricia
    je crois que les deux événements n'ont pas de rapport entre eux , le crêpage de chignons ayant eu lieu sur le forum de la pétition non sur le blog dont vous parlez .
    Vous ne me croirez peut-être pas , (je l'ai déjà écrit je crois mais je ne sais plus où), qui est sur la première page de google m'est globalement assez indifférent et les problèmes d'ego de nos blogueurs pas ma tasse de thé .
    Pour ce qui concerne "l'erreur de casting ", vous comprendrez sans doute que je n'en parle pas avec vous .D'ailleurs je ne sais pas bien ce que je pourrais en dire car je ne comprends pas plus que vous ! Je suis pour ma part d'autant plus à l'aise que je me suis toujours fait tancer d'importance par cette personne avec qui je n'étais pas d'accord.

  • Patricia,

    Faut-il encore vous répondre? Vos outrances démontent toute envie d'argumenter.

    Ceci quand-même, à propos de DSK dont vous dites:

    "se contenter de consommer ces filles estampillées "consentantes" sans se soucier de leur sort quand on est un homme marié et père de famille et qu'en plus, on envisage de diriger un pays ?"

    Déjà il faut savoir: les clients des prostituées sont-ils des assistants sociaux ou des criminels?

    Par ailleurs une pro qui prétend avoir eu une relation avec DSK dit:

    «Je crois que je lui plaisais», indique-t-elle, précisant qu'«il a toujours été courtois et délicat».

    ...

    Mince alors, elle aurait pas pu se taire cette plouke? DSK délicat... NAAAAAAANNNNNNN!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Faites-en un salaud! J'ai besoin qu'il soit un salaud!


    Je constate aussi dans vos propos l'exigence de pureté sexuelle demandée aux hommes politiques. Bien. D'accord. J'espère au passage que vous ne demandez pas plus aux autres qu'à vous-même.

    On va donc maintenant se concentrer sur la vie sexuelle des femmes de pouvoir. Et on va tout déballer en public, même ce qui n'est ni démontré ni condamnable. Juste pour rire. Par qui on commence? Par Kim Kardashian, une inutile notoire, qui s'est servie d'un mec à marier pour engranger 15 millions de dollars et relancer son émission de téléréalité? Parce que là, c'est très humoristique.

    Après on verra les ligues de vertu féministe descendre dans la rue et manifester sous les fenêtres de DSK pour revendiquer le droit pour les femmes d'être toutes des salopes (référence aux slutwalk)...

  • Enfin! hommelibre se réveille.

    Justge un constat :)

    Bonne soirée!

  • Corr: "juste"

  • @ Domi05

    "avoir un carnet de chèque sans vous demander votre avis."

    bidon comme argument, alors que l'argent des ménages a toujours été géré par les femmes, la grande majorité des hommes faisant totalement confiance à leurs épouse pour gérer l'argent qu'ils gagnent.

    livre de marie Rounet
    " du coté des Hommes"

    "mais j'ai su très vite que la maison était à la femme, le monde exté¬rieur à l'homme. Pas à n'importe quelle femme de la maisonnée. A la maîtresse. A ma mère chez moi. A ma grand-mère chez elle, et non à ma grand-tante, sa sœur, qui vivait avec elle depuis toujours.
    J'habitais chez ma mère, tout me le disait. Armoires, placards, organisation et déroule¬ment de l'ordre étaient à elle. Si petit et si lourd de tâches que fût le royaume, il lui appartenait en exclusivité. Père et enfants y étaient tolérés, gracieusement, à condition, tou¬tefois, de respecter ses règles à elle — telle chose était là et pas là, mes affaires devaient être rangées et non semées partout, je devais me tenir tranquille, plier mon pyjama et ainsi de suite. J'habitais chez elle, mais autrement que ne l'aurait perçu un garçon de mon âge, car j'étais en puissance d'occuper un jour une place similaire, non dans ma maison d'enfance mais dans celle qui un jour serait mienne. J'étais princesse en puissance de devenir reine. J'avais une envie cuisante de tout ce qui m'était interdit : fouiller dans les tiroirs, sous les piles de linge, dans les papiers de famille, les sacs à main, la vaisselle. Quand ma grand-mère mourut, puis ma mère, et dernièrement la dernière aïeule de la famille, la tante Jeanne, ce fut moi qui débarrassai, triai, choisis ce qu'il fallait donner au brocanteur et ce qu'il fallait garder. Malgré le chagrin, surtout dans la maison de mes parents, j'eus une volupté incroyable à faire cela. Revanche sur des ordres domestiques auxquels il me fut interdit de toucher, satisfaction d'une vieille curiosité retenue depuis longtemps.
    Quand les hommes étaient au travail, quand le dimanche mon père était en train de courir la campagne, mon grand-père en train d'attendre la touche de la carpe au bord de la rivière, les femmes jouissaient de leur bien.
    Moi aussi, mais le mien était minuscule : un des deux tiroirs de l'armoire — l'autre était à ma sœur —, la moitié du grand tiroir du bas, et une caisse glissée sous une table — elle contenait mes jouets, mes « choses », et je devais la tenir dans un ordre strict. C'était tout. Le reste était à ma mère.
    Y compris les enfants. C'est elle qui pre¬nait les décisions nous concernant, qui dirigeait l'habillement, refusait ou donnait son autori-sation pour une sortie, une promenade, don¬nait une gifle ou une volée suivant l'impor¬tance du manquement. C'est elle qui touchait l'argent des vendanges et en restait la gérante exclusive — mon père ne savait même pas à combien se montait le pécule.
    C'est ma mère qui distribuait le goûter, je veux dire l'accompagnement du pain. Cela n'allait pas sans pleurnicheries de ma part, récriminations, insistance. Je n'étais pas docile comme certaines de mes copines. Quand je désirais quelque chose, je le demandais jusqu'à ce que j'obtienne soit une gifle, soit la capitu-lation de ma mère. C'est toujours d'elle qu'il fallait faire le siège. Moi, je savais qu'un jour dans le futur il y
    avait, déjà prévue, une semblable place de pouvoir, mais un garçon de mon âge ? Après avoir été chez sa mère, il serait chez sa femme. Il n'est pas sûr qu'il ne le sût pas, confusé¬ment, déjà.
    Aujourd'hui encore, j'ai le sentiment
    — profond, chevillé, physique — que four¬
    neaux, réserves de linge, espaces divers
    m'appartiennent et c'est avec soulagement que
    je renvoie tout le monde, après les repas, pour
    faire cuisine nette.
    J'ai en tête des moments de grande puis¬sance quand, aux jours de canicule, mon époux, mes fils, les brus et les enfants dorment ou lisent sous les chênes et que je fais mon train. J'étends le linge, je pose les écrans trans¬lucides entre moi et le paysage.
    C'est un moment où la pensée marche for-tement, où je rumine des mots, des émotions, où j'essaie de saisir, car le geste efficace libère l'esprit, ce qui s'agite en moi.
    C'est vrai aujourd'hui comme au temps où cette maison n'avait aucun confort. Rien n'allégeait les nécessités de la vie. J'étais allée chercher l'eau en bas de la colline et les seaux étaient lourds. J'avais lavé le linge à la main. Mais la vaisselle séchait au soleil sur le muret de pierres et j'étais souveraine. Mes hommes
    — mari et fils — étaient chez moi comme
    autrefois mon père habitait chez ma mère.
    Tous étaient du seuil et de l'errance comme
    ces garçons qui rôdaient tandis que nous étions ancrées sur le trottoir. Nous fermions la porte. Ils n'avaient pas de chez-eux. Us devraient le trouver.
    Dans le cœur brûlant de l'été, je voyais par¬tir mes fils vers la crête avec leur attirail de pêche. Ou alors ils allaient arpenter le ruisseau. Ou bien ils grimperaient dans le chêne avec des livres. La plate-forme aérienne inconfor¬table et dangereuse serait leur maison fragile et provisoire en attendant d'autres maisons aussi fragiles et provisoires.
    Un bureau fut le « chez-eux » des hommes quand c'était possible et dans un certain milieu. Sinon une remise, un jardin potager, comme mon beau-père, lorsqu'il se chamaillait avec sa femme, avait le recours du jardin. Mon père eut son garage de mécanicien. Il y gar¬dait une partie de ses affaires de chasse, long¬temps il y éleva ses chiens. Quand il fut à la retraite, ma mère lui abandonna un petit bahut. Comme elle nous avait octroyé les tiroirs de l'armoire, elle lui définit un espace. Il cher¬chait bien à mordre sur la maison, mais quelle guerre ! Il installait dans un coin d'une vitrine du buffet une pince d'écrevisse particuliè¬rement grosse qui lui rappelait une pêche mira¬culeuse, la tête d'un loup qu'il avait lui-même naturalisée et vernie, quelque oiseau empaillé, mais il ne devait pas exagérer. Ces dépouilles — il disait : « mes souvenirs » — étaient
    seulement tolérées et non point aimées : ce qui avait trempé dans le formol « puait » et la huppe était un « nid à poussière ».
    Il n'aurait pas ouvert l'armoire pour y cher¬cher ce dont il avait besoin. S'il demandait qu'on lui donne un mouchoir ou des chaus¬settes, ce n'était pas pour se faire servir mais parce qu'il était entendu qu'il allait mettre du désordre en cherchant intempestivement. Si jamais — par extraordinaire — ma mère entendait le bruit de l'armoire : « Qu'est-ce que tu veux ? » criait-elle. Et quand il répon¬dait : « Mon cache-nez gris », « Un tricot de peau », elle s'empressait : « Attends. Je te le donne. Tu me dérangerais tout. »
    Souvent, je l'ai entendue raconter à ses amies — et toutes renchérissaient — qu'il demandait « même un mouchoir ». La vérité était autre. Une interdiction tacite de ma mère l'empêchait de se servir lui-même, plus forte qu'un tour de clé. Pour les papiers officiels aussi il devait demander.
    Les armoires avec leur jeu au carré des piles de linge furent longtemps les secrétaires et les coffres-forts des femmes les plus humbles. On trouvait de tout dans le dédale des plis impec-cables et que n'ai-je pas trouvé en fouillant avec délices dans ces armoires interdites par les maîtresses de maison à ma curiosité d'enfant.
    Photographies, livrets de famille, carnets de comptes, enveloppes bien rangées où était réparti l'argent mensuel, trimestriel ou annuel,
    des calepins où étaient inscrites les dates de naissance, de décès, de mariage de toute la parenté, des lettres, des contrats de mariage, des livrets militaires, des boîtes à bijoux conte-nant des médailles du travail ternies, des chaînes d'argent devenu noir, des faire-part de deuil, des images pieuses, des certificats d'études et ces sortes de diplômes que l'on donnait à l'occasion du baptême ou de la com-munion solennelle, des économies secrètes, j'ai trouvé tout cela en débarrassant ces maisons qui n'étaient pas miennes.
    Le linge l'avait gardé. Aussi bien était-il lui-même un papier de famille.
    La femme avait la haute autorité. Elle savait où entrer exactement la main sans rien déran-ger, les « bons du Trésor », la photographie en militaire d'un père ou d'un frère, le contrat pour l'électricité avec la « Sorgue et Tarn », le carnet de la mutuelle. C'était son bien.
    Mon père, curieusement, était sans rien. Son portefeuille lui-même était dans l'armoire. A cause de son métier, il n'avait en poche qu'un petit porte-monnaie ordinaire patiné de l'inévi-table cambouis. Son chez-lui n'était pas fixe. Il était dans un rayon étroit de quelques dizaines de kilomètres, une déambulation vers la montagne ou la mer, le bord des rivières et des torrents. Il y transportait son mobilier de cartouches, d'hameçons, de cannes, de boîtes.
    Je me suis souvent demandé si, après son
    veuvage, il lui était venu ce prurit de curio¬sité, l'envie de fouiller, comme je le ferais, de tout ouvrir, de tout lire.
    Sûrement pas, car il me téléphonait : « Je ne sais pas où sont mes Damart... mes cale¬çons longs... mes polos d'été... où sont ces pantoufles toutes neuves qu'elle avait mises de côté ? » Il me semblait entendre ma mère : « Oh ! toi, tu ne trouverais pas de l'eau dans la mer ! »
    Quand j'arrivais, je voyais bien qu'il n'avait pas cherché. Il se contentait d'ouvrir la porte et de regarder, retenu à la frontière de ce qui n'était pas son domaine par un interdit que n'avait pas effacé la mort.
    Parfois, exceptionnellement, il lui était arrivé de se trouver à la maison, un dimanche avec femme et filles, mère et tante. Un dimanche, par exemple où une pluie diluvienne empêchait tout projet de chasse ou de pêche.
    Au milieu des voix croisées qui parlaient de choses incompréhensibles, de points de tricot, de roux de sauce, d'un chiffre brodé, de la fille Estival qui portait ceci ou se peignait comme cela, de Lilette pas sérieuse, il marquait son impatience en levant les yeux au ciel, en regar-dant par la fenêtre si le temps s'améliorait, s'il pourrait enfin « aller faire un tour », c'est-à-dire partir chez lui, dehors.
    Quand il était parti, nous étions soulagées.

  • Leclerc, c'est une description impressionnante de la notion de pouvoir dans la vie familiale. ce texte illustre ce que je dis souvent: le décalage entre le discours officiel sur le pouvoir des hommes, et la réalité, si différente.

    Il est vrai que le code Napoléon a assujetti les femmes mariées aux maris pendant environ 150 ans en Europe. Et il était juste d'en finir avec cette anomalie. Mais, même sous cette législation, la répartition des pouvoirs n'était pas celle que nous raconte le dogme féministe de la supposée domination masculine.

    Je pense que ce lois Napoléon ont surtout influencé la société bourgeoise, où le bovarysme a été l'une des sources culturelles du féminisme. La femme inutile, la femme-objet, était la bourgeoise privée de droits économiques et juridiques pour garder le patrimoine dans la famille (pas dans la belle-famille).

    Aujourd'hui, les femmes qui se défendent d'être des femmes-objets reprennent sans le savoir le discours des classes dominantes du 19e siècle. Les femmes du peuples n'étaient pas des objets privées de pouvoir. Elles étaient des sujets. Elle montaient au barricades, militaient pour leurs droits. Elles en avaient. Elles en ont toujours eu!

  • "Non, ce qui tue, c'est que n'importe quel homme accusé qui se voit défié par une femme de descendre, à défaut d'être un homme, descend."

    1/ Qui se sent morveux se mouche et l'indifférence, la dignité de DSK VOUS TUE!

    "...par une femme de descendre"

    2/ Vous voulez dire une p... engagée!!!!!!!
    Ces soi-disant "féministes" ont avili la FEMME!et je réitère ces lignes:

    Des FemELLES en chaleur, des call-girls en soubrettes - le fantasme des hommes, avec les infirmières - Des femelles payées au bouchon à champagne recrutées dans les bars ukrainiens.... De l'exhibitionnisme bon marché pour le "bonheur" de la kyrielle de journalistes prèsents. Quel hasard?!!!!!!!!

    "C'est ça, un coup d'état." "Consultez un psychiatre."

    Vous devriez accompagner kasilar.. parce que les deux, dans votre genre, êtes bons pour la camisole de force!


    "C’est désolant, DSK a déchainé toute la misère sexuelle du monde…"

    Surtout la vôtre Patricia!


    "Qu'est ce que votre mère a bien pu vous faire pour que vous soyez dans un état pareil ?"

    Et vous?


    "vous détestez les femmes parce qu‘une vous a pourri la vie.
    On paye toutes, Nafissatou Diallo et Tristane Banon y compris pour cette connasse.
    Merci la connasse !!"

    Je vous l'ai dit hommelibre, c'est un Johann en jupons!

    Bonne soirée :)

  • Ben... profondes... profondément machistes, ouaip... C'est marrant toutes ces nanas qui jouent aux mecs: "Descend si t'es un homme!" "T'as pas de couilles!"

    Les stéréotypes vont bon train. 50 ans (et plus) de féminisme pour ça? On n'a pas bougé d'un pouce. Ah si: maintenant ce sont les femmes qui tiennent ce langage. Grand progrès sur les stéréotypes!

    Mais désolé, les mecs sont un peu plus complexes que ce que vous n'imaginez. Votre vision est franchement réductrice.

    Mais si les nanas deviennent des mecs, les mecs eux ne vont pas devenir des nanas pour leur faire plaisir et ils iront ailleurs trouver des femmes qui ne jouent pas aux gros machos.

  • D'ailleurs ça fait tout-à-fait penser à Sarkozy comme discours et comme attitude. La France a bien le président qu'elle mérite. Faut le réélire en 2012!

  • Bon, je serai ne sais pas encore comment je serai connecté ces prochains jours, donc pas sûr de pouvoir suivre le fil très régulièrement.

  • "Je vous rassure, ne pas être crédible à vos yeux m'indiffère totalement.
    Je vous ai fait cette reflexion car votre haine des femmes et votre agressivité sont délirantes, et encore, ce n'est que la partie visible de l'iceberg.
    Je soupçonne du lourd.
    Consultez un psychiatre."

    Si ce n'était qu'à mes yeux que vous n'étiez pas crédible. C'est aux yeux de tous, tout comme le féminisme à notre époque. Cette époque soit-disant du progrès et de la bien pensance, laissez moi rire, vous faites bien pire que ceux que vous prétendez rétrograde. Mais bon votre combat au fond a avancé à coup de mensonge, de manipulation et de haine anti-homme. Voilà là un beau combat que le féminisme !
    La partie émergée de l'iceberg dites-vous ? C'est justement parce que je me bas contre les gens qui pensent pour nous, nous disent quoi faire pour vivre. Vous êtes les premiers à critiquer les religions, mais vous faites pire que les pires extrêmistes des religions. Je n'ai rien contre les agnostiques si ces derniers acceptent que des gens ne veulent pas se prendre au jeu du progrès et vivre selon le choix de chacun, mais à un moment faut arrêter le totalitarisme d'idées auxquelles se livre le féminisme.
    Mais bon en suivant aveuglément votre combat, vous ne vous rendez pas compte que vous inspirez dégoût et rejet.
    C'est marrant ce raccourci facile et ridicule (féminisme oblige :/) de percevoir les anti-féministes comme des anti-femmes. Je n'ai rien du tout contre les femmes, au contraire, je suis pour la vraie égalité, pas ces élucubrations de théorie du genre, matronyme ou autres pères au foyer. Le féminisme est RI-DI-CU-LE

  • "Etant un soutien de DSK pour des raisons que je n'ai aucune envie de vous exposer . Je serai ravie que vous oubliez de parler de lui pour justifier vos propos !"
    Je ne soutiens ni DSK ni le féminisme comme vous l'auriez compris de traviole. Je trouve juste écoeurant de profiter du flou juridique de cet homme pour japper comme des oies sauvages. Pis bon le féminisme sein à l'air quoi de plus ridicule et dépassé comme mouvement.
    "Vous vous entendez hurler. ? mais vous êtes pathétique mon pauvre monsieur.
    Ca c'est de l'argument , ça c'est une réflexion d'une grande intelligence . mais vous vous prenez pour qui pour la ramenez comme ça ."
    Je me prend pour quelqu'un qui veut vivre dans une République laique et démocratique, où j'ai le droit de refuser ce que JE veux et personne n'a à m'imposer quoique ce soit sauf si celà entrave la liberté d'autrui. Faut il vous rappeler la déclaration d'indépendance de 1789 ? :O
    L'intelligence se mesure en fonction de l'adversaire inutile d'aller plus loin dans un débat sans idée de fond voire même stérile.
    "Bien sûr qu'il y'a des féministes qui sont à la limite et même au delà de la limite de l'intégrisme et cela me fait horreur comme tous les intégrismes .
    Mais comme tous les intégristes elles ne représentent qu'une minorité ."
    Bien sûr De Haas, Lauvergeon qui heureusement pour le bien de la société s'est faite éjectée. Et encore je ne parle pas des assistanats judiciaires et sociales dont bénéficient ces dames et que normalement nous sommes égaux hommes et femmes. Ce féminisme anti-homme se cache derrière la vraie cause des droits des femmes. Je verrai le féminisme d'aujourd'hui plus comme une néo tyrannie appuyée par le soutien de toute cette haute société politique, médiatique ... Je préfère prévenir mes semblables du complot anti-homme que guérir, puisqu'il sera trop tard

  • "Oui Patricia a raison ( et si c'est moi qui le dit ...! ) il a fallu se battre ( pour pouvoir travailler blabla tout de notre corps qu'il s'agit ."
    Alors pourquoi continuer à se battre sachant que les femmes peuvent faire ce qu'elles veulent au même titre que les hommes si ce n'est pour indiquer des inégalités soi-disantes professionnelles, au sein du foyer, à l'école, en sport ... J'ai cru comprendre que vous vouliez changer les mentalités au sein des familles pour soi-disant qu'il y ait moins d'inégalité dans certaines professions BTP, mécanique ... Or comment faire si une famille veut élever traditionnellement ses enfants ? Peut-on imposer quoi que ce soit dans la vie privée des gens ? C'est cette étape qui me fait bondir depuis le début et je trouve que les féministes ne respectent même plus les lois puisqu'à l'instar des Illuminatis vivent au dessus des lois. Du coup on a tout juste le droit de la fermer et de dire amen à cette néo-religion qu'est le progressiste. Ce n'est pas mon genre d'obéir à une loi anti-démocratique. Des gens se sont révoltés pour moins que ça.
    "Mais dans tout groupe il y' a des comportements que l'on peut estimer outrancier .
    Outrancier ? comme vos propos !"
    Oui mes propos sont outranciers, mais je cherchais à attirer l'attention sur les excès du néo-féminisme qui normalement se doit d'être gardien de l'égalité homme-femme. Tiens pourquoi n'entendons-nous pas parler des droits de l'homme ? Et pourtant j'en connais un paquet des hommes maltraités que ce soit par des hommes ou des femmes. Justement dans les familles. Lois des plus grands toussah... Y a t il eu une association créée ? Y a t il eu une loi là-dessus ? Nan toujours les mêmes qu'on entend !!!
    "Je ne suis pas , je ne serai jamais l'ennemie des hommes, je ne me considère pas victime des hommes . Mais je me battrai toujours contre des hommes , qui tiennent le discours que vous tenez ."
    Eh bien soit. Nous nous battrons jusqu'à la fin s'il le faut. Ne dit-on pas "la vie est un combat" dans un jargon populaire ? C'est peut-être les femmes finalement le combat des hommes ?

  • @hommelibre

    N'oubliez pas que la loi sur le patronyme ou plutôt le matronyme a été voulue par une députée de droite. N'oubliez pas non plus que la droite a bien imposé la parité et que elle a l'intention de l'imposer au Conseil d'administration en 2015.
    La gauche n'est pas plus féministe que la droite . l'UMPS quoi !
    Donc pour moi désolé ce sera un socialo !

  • Impressionnant, 63 commentaires.
    A la base c'est juste 3 cruches ukrainienne qui ne supportent pas l'hyper compétition de séduction des femmes en Ukraine, car les 3 femmes que vous voyez pour des jeunes ukrainienne elles sont moches donc forcement c'est la misère pour elles niveau séduction.
    Résultat elles sont un peu (beaucoup) hargneuse envers les hommes donc il est assez logique qu'elles adhèrent à un mouvement qui fait la guerre aux hommes (féminisme).
    Bref encore une histoire de cul.

  • Monsieur hommelibre,

    j'avais mis la main sur une statistique des députés se disant féministes et à droite il n'y en a que 17 % qui ne se disent pas féministes tandisque à gauche il n y en a 7 % environ.
    La différence entre la droite et la gauche en la matière est sans doute au niveau théorie des gens dans les manuels de SVT. Et encore !!

  • @ kasilar

    "ait moins d'inégalité dans certaines professions BTP, mécanique ... "

    en étudiant les enquêtes INSEE, on se rends compte qu'a "profil" identique, il est impossible d'affirmer, que les différences de salaires seraient de la discrimination salariale homme femme, tellement il y a de facteurs non pris en compte (ancienneté, productivité, expérience professionnele réelle), mais cette réalité n'empêche pas les féministes professionneles, d'affirmer que c'est de la discrimination, elles en sonts pas à un mensonge prés !!!!

    attention "profil identique" ne signifie pas travail égal !!!

    d'autres fonts plus en nous faisant croire que la différence de la moyenne des bruts globaux où tout est mélanger, on compare des mi-temps avec des pleins temps etc !!!

    serait la différence travail égal. les journalistes qui extrapolent de cette maniére devraient être traduits en justice !!!

    donne mois plus de précisions sur ces prétendues inégalités dans le BTP et la mécanique.

    dans ce domaine il y a surtout de la ségrégation ainsi parlent les chercheuses de l'INSEE c'est a dire qu'il y a plus d'hommes que de femmes, elles sonts tellement engluées dans leurs délires d'égalité à tout crin qu'on se demande si elles se rendent compte qu'il y a un dimorphisme sexuel important entre hommes et femmes.

    @ HL

    "La femme inutile, la femme-objet, était la bourgeoise privée de droits économiques et juridiques pour garder le patrimoine dans la famille (pas dans la belle-famille)."

    oui mais maitresses de maisons oisives, et dépensant sans rendre de compte au mari, "le bon marché" premier grand marché" , j'ai vu il y a quelques jours un reportage intéressant sur Arte, dommage que le commentaire était assez féministe c'est Arte.le relais de la bien pensance à la télévision.

    http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/Au-bonheur-des-dames/4184850,CmC=4184854.html

    "C’est Aristide Boucicaut qui a inventé les stratégies destinées à pousser les femmes à consommer. Pour la première fois, les prix étaient fixes et les marchandises étalées afin d'être touchées. Pour la première fois, on offrait aux clientes de petits cadeaux, une vendeuse les suivait avec une chaise et une autre portait leurs paquets. Pour la première fois, elles pouvaient se désaltérer à des buffets gratuits et même aller aux toilettes – un luxe inouï à l’époque ! Et pour les hommes, obstacles majeurs à tout shopping digne de ce nom, Boucicaut avait même aménagé de confortables salons de lecture, où l’on pouvait les abandonner. Parmi d'autres inventions, on instaura la possibilité de rendre un achat, les soldes, la diffusion de catalogues donnant naissance à la vente par correspondance et la livraison à domicile. Les bourgeoises de province pouvaient elles aussi découvrir et acheter la dernière mode de Paris. Car au XIXe siècle, le grand magasin invente l’image de «la Parisienne», symbole de la séduction, de l’élégance et de la beauté. Grâce au catalogue de vente à distance, «la Parisienne» est exportée dans le monde entier. Une immense statue à son effigie ornera même le portail d’entrée de l’Exposition universelle de 1900. Un mythe est né."

    "Cette femme apparemment libérée des contraintes domestiques et conjugales, séduite par une distraction capable d’alimenter un désir intarissable. Ce nouvel engouement n’est pas sans inconvénients : la cleptomanie émerge comme une « maladie féminine », et des femmes bourgeoises se mettent à vendre leurs charmes pour rembourser les dettes contractées. Les rondeurs et la silhouette féminines se voient stéréotypées et ramenées à une échelle de tailles standardisée. La mode change à chaque saison et les femmes en deviennent les victimes consentantes…"

    leur maris ne devaient pas suivre de bien prés leurs dépenses, pour que certaines en arrivent à vendre leurs charmes pour rembourser les dettes contractées par des achats de fringues trop importants.

  • quand on lis que les bourgeoises de l'époque (sous une sois disant trés forte domination patriarcale)devaient demander à leur mari pour s'acheter une robe, en réalité quand elles étaient accompagnées de leurs maris, elles les parquaient dans des salons de lecture. pas bien méchants finalement ces dominants patriarcaux, dans le reportage d'Arte on se rends compte que les bourgeoises désoeuvrées de l'époque passaient des journées entiéres dans les grands magasins, elles n'avaient pas à s'inquiéter de leur maisonnées le petit personnel était abondant peu cher et corvéable à merçi à l'époque.

  • Nan mais ce qui me sidère le plus dans leur combat, c'est qu'elle nous font croire que c'est la priorité l'égalité homme-femme, tandisqu'il y a d'autres problèmes qui eux touchent les Français en totalité. Chômage, inflation, éducation, ...
    Faut croire que le féminisme est un appui de la droite pour diviser le peuple et par conséquent repasser en 2012.
    Pour ce qui est des médias, monsieur Leclercq, inutile de chercher plus loin : presse comme télé sont quasi totalement féministe. Normal, il y a plus de femmes que d'hommes qui y bossent. Mais bon la parité homme c'est pas pour demain grrrr !!!

  • Houlala ! ça confusionne sec on dirait ! Pourquoi tout le monde hurle !
    Reprenons :l'égalité entre hommes et femmes n'est pas une évidence pour tout le monde .
    Pour que les femmes obtiennent les mêmes droits que les hommes il a fallu qu'elle se batte .
    Quand nous disons qu'il n'était pas normal qu'une femme ne puisse avoir un carnet de chèque ou aller travailler sans l'accord de son mari .Le fait de m'opposer qu'une fois rentrer à la maison c'est la femme qui tenait les cordons de la bourse , (d'abord ce n'était pas forcément vrai) cela ne justifie pas qu'une femme doive demander une autorisation pour des choses aussi élémentaires .
    Mais l'égalité entre hommes femme ne veut pas dire , en tous cas pas dans mon esprit , imposer quoique ce soit à qui que ce soit .
    Si un homme veut rester dans ce que vous appelez "la tradition"et élever ses enfants de cette manière et que cela convient à sa femme , c'est leur problème et grand bien leur fasse. Personne ne vous impose quoi que ce soit. Il vous faut juste trouver la femme qui accepte , mais en cherchant bien...
    Moi cela ne me convient pas et je veux avoir le droit de vivre autrement sans avoir d'autorisation à demander .
    Vous parlez des violences , oui il y'a des hommes victimes de violences, et alors c'est parce qu'il y'a des hommes victimes de violence qu'on ne doit plus parler des violences faites aux femmes. Et je suis désolée de vous contredire Kasilar mais il existe aussi des associations pour les hommes.
    Dernière chose, de part mon métier j'ai eu à me pencher sur l'égalité salariale homme-femme . Vous trouvez normal qu'il ait fallu une loi pour qu'à travail égal il y'ait un salaire égal que l'on soit homme ou femme. Pourquoi ce n'est pas tout simplement naturel ? Et sans doute trouver vous normal aussi que cette loi existant toutes les "magouilles" possibles sont inventées pour ne pas l'appliquer .
    Une dernière chose , qu'est-ce qu'elle vous a fait Lauvergeon , je n'ai pas une sympathie particulière pour elle , mais à part avoir déplu à notre Président de la république ( à qui l'on déplaît si on ne fait pas preuve d'allégeance ! ) je ne crois pas qu'elle ait fait plus mal qu'un homme ! Et en plus elle a refusé ses indemnités de départ . pas sûr qu'un homme l'aurait fait !

  • "c'est parce qu'il y'a des hommes victimes de violence qu'on ne doit plus parler des violences faites aux femmes"
    => Le problèmes est que les violences faites aux hommes ignorés et quand les rares fois où le sujet est évoqué par les féministe, il s'agit de dire que c'est un phénomène marginale (sous entendu : ça ne mérite pas qu'on en parle).

    "Quand nous disons qu'il n'était pas normal qu'une femme ne puisse avoir un carnet de chèque ou aller travailler sans l'accord de son mari"
    => Il est normal que la loi change. Il s'agit "juste" montrer qu'il y a une différence entre la loi théorique et la pratique réelle.

    "Vous trouvez normal qu'il ait fallu une loi pour qu'à travail égal il y'ait un salaire égal que l'on soit homme ou femme. Pourquoi ce n'est pas tout simplement naturel ?"
    => Il faut donc prendre en compte TOUS les paramètres qui rentre en compte et pas uniquement celui qui les arrange (celui du sexe), alors qu'il y bien d'autres (métiers différents, horaires différents (ex : 2*8,3*8,...)

    "mais il existe aussi des associations pour les hommes."
    => le nombre est très faible et leur visibilité est nulle. Pour ce qui du soutient politique et des institutions publiques de manière plus générales, je pense qu'elles sont faibles voir inexistantes...

    je ne me positionnerai pas sur le cas Lauvergeon, je n'en sais rien et je n'ai pas les informations pour le positionner.

  • @ domi05

    " Vous trouvez normal qu'il ait fallu une loi pour qu'à travail égal il y'ait un salaire égal que l'on soit homme ou femme. Pourquoi ce n'est pas tout simplement naturel ? "

    mais avant qu'il y ait une loi, il faudrait déjà prouver, qu'a travail égal le salaire est différent, si vous êtes honnête, lisez à fond les enquêtes INSEE, vous comprendrez.

    cette loi dérive de quoi, d'un mensonge féministe de plus, le féminisme c'est quoi du mensonge de la mauvaise foi pas autre chose. domi05 ce qui serait naturel ça serait déjà de ne pas mentir éhontement

    http://justice.pa-pa.normandie.over-blog.com/article-31512256.html

    N’y a-t-il pas propagande et même sexisme


    quand il est dit que les hommes ont des revenus 20% supérieurs à ceux des femmes, en faisant croire que c’est pour le même travail ?

    http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=1&ref_id=14463

    "Autrement dit, l'écart de salaire entre femmes et hommes de la même tranche d'âge et de même catégorie socioprofessionnelle, travaillant dans une entreprise de même taille, dans le même secteur d'activité, avec le même contrat de travail, dans les mêmes conditions (temps complet ou pas et application d'une convention collective ou pas) est de 9 %, en moyenne, en défaveur des femmes. Cet écart est le même qu'en 2001, date de la dernière étude de même type.
    Certaines variables explicatives du salaire n'ont pas été prises en compte dans l'étude, car elles ne sont pas disponibles. Il s'agit, par exemple, de l'expérience professionnelle, de l'ancienneté dans l'entreprise, du niveau et de la filière du diplôme, de la durée éventuelle d'une interruption de carrière et de caractéristiques socio-culturelles non mesurables. Les effets de structure mesurés ici ne prennent donc pas en compte la totalité de l'effet de ces variables(1)

    (1)Une partie de leur effet est toutefois pris en compte indirectement à travers les variables disponibles qui leur sont corrélées. Ainsi, la catégorie socioprofessionnelle prend en partie en compte le diplôme et l'expérience. D'autres études montrent que l'ajout de ces variables manquantes ne modifierait pas considérablement l'analyse

    quelles études on ne sait pas, et le tapage sur les inégalités salariales ne se basent que sur ça sur ce post scritpum, c'est se foutre du monde

    http://www.eclaireco.org/fr/RemunerationHommesFemmes

    http://www.lepost.fr/article/2011/05/07/2487627_le-mythe-de-l-ecart-salarial-hommes-femmes-de-plus-de-20-a-travail-egal.html

    "En effet, l’opinion dominante tend à assimiler tout écart salarial à de la pure et simple discrimination. S’il est vrai que la discrimination doit être combattue avec la plus grande fermeté, il reste que les différences « objectives » de performance peuvent légalement justifier des différences de rémunération. S’il est vrai que l’écart salarial s’explique pour partie par la discrimination, ce qui doit être sanctionné et combattu, il demeure que d’autres facteurs non discriminatoires expliquent les écarts de salaire. Il s’agit donc de les mettre en évidence avant d’affirmer qu’ils ne s’expliquent que par le sexisme.

    Il a déjà été montré que l’écart salarial hommes-femmes s’expliquait en grande partie par des facteurs objectifs : heures supplémentaires, temps partiel, secteur d’activité, niveau de responsabilité, niveau de qualification, ancienneté etc…On passe donc de 27 % d’écart brut à moins de 5 % de part inexpliquée (en plus pour les hommes). C’est cette part inexpliquée qui peut être assimilée à de la discrimination.

    Mais, cette part inexpliquée dans les travaux évoqués ne signifie pas qu’il n’existe aucune explication dans l’absolu. Autrement dit, ces 4 % ou 5 % (en plus pour les hommes ou en moins pour les femmes) ne sont pas forcément entièrement dus à de la discrimination. C’est ce qu’il faut à présent tâcher d’analyser."





    "Le fait de m'opposer qu'une fois rentrer à la maison c'est la femme qui tenait les cordons de la bourse , (d'abord ce n'était pas forcément vrai) cela ne justifie pas qu'une femme doive demander une autorisation pour des choses aussi élémentaires ."

    j'ai jamais dit que c'était vrai à 100%, mais que c'était une généralité.
    franchement pourquoi une femme demanderais t'elle l'autorisation pour des choses pareilles, alors que c'est elle qui gére les cordons de la bourse,
    se focaliser sur des trucs pareils, pour sois disant prouver la domination patriarcale, c'est être en dehors de la réalité, en réalité c'est un fonctionnement de militante, c'est de la propagande pur manipuler les femmes.

    qui sonts les femmes actuellement les femmes qui onts un compte perso, les femmes mariées sous le régime de la séparation de bien,qui n'utilisent pas leur argent pour la famille, au contraire de leur époux, mais comme argent de poche,
    ah oui c'est pour être indépendante, mais elle vis bien en couple, elle a une famille pourquoi parle t'on d'indépendance on en parle pas pour les hommes.

    ces couples qui vivent en séparation de biens sonts en général des bourgeois les hommes de ces milieu d'argent sonts prudents, ils ne tiennent pas à perdre la moitié de leur biens suite à un divorce, le bovarysme féminin ils s'en méfient, ils sonts moins bêtes que les gens du show bizz.

    "oui il y'a des hommes victimes de violences, et alors c'est parce qu'il y'a des hommes victimes de violence qu'on ne doit plus parler des violences faites aux femmes."

    ça sera déjà un bon début de ne pas exagérer les violences faites aux femmes avec des enquêtes style ENVEFF, et de traiter la violence conjugale correctement, au lieu de trouver uniquement l'homme coupable, de soigner aussi la femme corresponsable de la violence dans le couple dans la majorité des cas.

    "Mais l'égalité entre hommes femme ne veut pas dire , en tous cas pas dans mon esprit , imposer quoique ce soit à qui que ce soit ."

    mais les féministes nous imposent bien une certaine vision de l'égalité en nous faisant croire qu'hommes et femmes sonts identiques.

  • http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ES398-399f.pdf

    "L’écart des salaires entre les femmes et les hommes
    peut-il encore baisser ? Le problème de fond
    n’est manifestement pas dans la discrimination
    salariale au sens strict, qui pèse relativement
    peu face aux facteurs structurels de l’écart"

    à noté que l'expérience effective n'est pas quantifié donc pas prise en compte.

    "Mais, cette part inexpliquée dans les travaux évoqués ne signifie pas qu’il n’existe aucune explication dans l’absolu. Autrement dit, ces 4 % ou 5 % (en plus pour les hommes ou en moins pour les femmes) ne sont pas forcément entièrement dus à de la discrimination."

    http://www.crest.fr/ckfinder/userfiles/files/Pageperso/raeberhardt/SALFRA06ac.pdf

    "Les résultats présentés ici ne permettent pas une quantification de la discrimination"

    en fouinant on trouve des trucs intéressants !!!

    http://lecercle.lesechos.fr/node/36097

    "Les femmes ne sont-elles pas moins disponibles que les hommes au travail parce qu’elles doivent justement assumer une part plus grande des charges familiales ? C’est bien entendu une partie de l’explication, mais ne perdons pas de vue que c’est souvent le fruit d’un choix. Nombreuses sont les femmes qui comme moi ne voudraient pour rien au monde rater le bain de bébé, les contes du bambin et les devoirs scolaires du préado qui manque décidément de concentration.

    L’écart salarial entre hommes et femmes est un fait. Il s’explique en grande partie par des facteurs objectifs : heures supplémentaires, temps partiel, secteur d’activité, niveau de responsabilité, niveau de qualification, ancienneté etc. A facteurs identiques, d’autres éléments entrent en compte comme la durée hebdomadaire au travail et la productivité horaire. Si discrimination, il y a, elle semble très faible. Avant de faire passer les femmes pour des victimes et les employeurs pour des bourreaux, rappelons-nous que les femmes viennent de Vénus et les hommes de Mars et que nous n’accordons pas nécessairement de l’importance aux mêmes choses.

    D’ailleurs, à ce compte-là, ne faudrait-il pas ériger les hommes en victimes des femmes du fait que les hommes ont deux fois plus de chances d’être accidentés du travail que les femmes(2). Et, qu’entre 2007 et 2008, plus de 90% des morts au travail étaient masculins.

    Chercher à gommer systématiquement les différences entre hommes et femmes et vouloir éluder les raisons objectives de certains phénomènes (comme les différences de salaire) mènent à une impasse. Les politiques de lutte contre la discrimination salariale – loin d’offrir des solutions constructives – nient la diversité des situations et crée une lutte entre homme et femme, là où elle n’a pas de raison d’être.

    Cécile Philippe, Institut économique Molinari

  • http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=11081

    "Pour isoler l’influence respective de ces différents facteurs, on réalise une analyse « toutes choses égales par ailleurs ». Cette analyse calcule l’écart qui subsisterait entre les salaires masculins et féminins si les profils des salariés et des salariées (âge, catégorie socioprofessionnelle, condition d’emploi) et des établissements dans lesquels ils et elles travaillent (secteur d’activité, taille, département d’implantation) étaient les mêmes."

    sous entendu, en partant du postulat que les hommes et les femmes onts les mêmes compétences les mêmes aptitudes la même ambition, la même force physique.
    et comme tout celà est différent entre les hommes et les femmes, ça n'a aucun sens d'écrire "si les profils des salariés et des salariées (âge, catégorie socioprofessionnelle, condition d’emploi) et des établissements dans lesquels ils et elles travaillent (secteur d’activité, taille, département d’implantation) étaient les mêmes."

    donc tout celà est une vaste fumisterie mensongére. un bel exemple de la mauvaise foi féministe.

    "Pour estimer l’inégalité salariale entre les femmes et les hommes, on utilise la décomposition de Blinder-Oaxaca. On calcule une équation de salaire pour les hommes et une équation de salaire pour les femmes. Puis on décompose la différence de ces deux équations en une part « expliquée » par la structure des variables explicatives et une part « non expliquée » par ces variables, qui constitue une estimation de l’inégalité salariale « à emploi comparable ».

    donc la part non expliquée par uniquement les variables utilisées serait de l'inégalité salariale.

    vu les varaibles utilisées ça fait léger !!!!

    "tranche d’âge du salarié ;
    catégorie socioprofessionnelle en 11 postes ;
    condition d’emploi (temps complet, temps non complet) ;
    type de contrat de travail (CDI, CDD et autres contrats) ;
    domaine d’activité (entreprises du secteur privé, entreprises du secteur semi-public, associations, établissements hospitaliers, collectivités territoriales) ;
    secteur d’activité de l’établissement employeur en NES16 (regroupée pour l’industrie) ;
    taille de l’entreprise."

    "La décomposition de Blinder-Oaxaca fournit une estimation imparfaite de l’inégalité salariale"

    enfin une phrase honnête.

    "D’une part, les caractéristiques observables dans l’emploi peuvent être influencées par des pratiques discriminatoires à l’embauche du salarié ou au cours de son déroulement de carrière."

    le mot "peuvent" est utilisé, alors que le tapage mensonger affirme qu'il y a une différence de salaire discriminatoire entre homme et femmes !!!

    http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=11081

    "Pour isoler l’influence respective de ces différents facteurs, on réalise une analyse « toutes choses égales par ailleurs ». Cette analyse calcule l’écart qui subsisterait entre les salaires masculins et féminins si les profils des salariés et des salariées (âge, catégorie socioprofessionnelle, condition d’emploi) et des établissements dans lesquels ils et elles travaillent (secteur d’activité, taille, département d’implantation) étaient les mêmes."

    Ah d'accord en réalité tout est bidon !!!
    "« toutes choses égales par ailleurs ». si les profils étaient les mêmes !!!

  • "qui savent faire mal aux femmes. Nous, on récupère."
    => Qui est donc là pour ramasser les hommes brisées par des femmes ? personne ou presque étant donnée qu'au mieux c'est minimisé...

    Pour la seconde partie, on a juste l'impression que d'un coté il y a les méchant hommes et les pauvres femmes victimes. Combien d'hommes vivent avec des enfants qui ne sont les leurs sans le savoir...

    Si on sortait de le vision actuelle (moderne dirons certains) qu'il y a les coupables d'un coté et les victimes de l'autres, que les choses ne sont pas aussi simples, un grand pas sera déjà fait. Mais certains groupe ne sont pas prêt à abandonner leur pouvoir d'influence...

  • @ Patricia

    ce que j'ai lu au-dessus me fait penser à un fonctionnement de militante comme le décrit si-bien élisabeth Badinter

    http://www.pensamientocritico.org/elisbad0105.htm

    "L’autre monde féministe est un ensemble de nébuleuses constitué de centaines d’associations, voire de milliers sur toute l’Europe. Sa vocation est de secourir des femmes, de venir en aide. Ses militantes, extrêmement engagées, ont une fonction unique: une fonction sociale de réparation. Ainsi, lorsqu’il s’agit, par exemple, d’associations de défense contre les violences faites aux femmes, on observe la plupart du temps une «réaction de militantes» à propos du sujet qui les préoccupe.

    Ces associations-là, de terrain, ne se réclament de personne, faute de grande figure du féminisme comme Simone de Beauvoir, mais ne sont pas sans influence. Elles sont proches des médias de gauche et arrivent très bien à se faire entendre. Ce qui me paraît inquiétant, c’est qu’à partir de leur combat quotidien, ces associations dégagent une image de la femme – leur image propre de la femme, c’est-à-dire celle qui constitue leur «ordinaire» et dont elles font une «généralité». Ces féministes, qui s’occupent de femmes violées ou de femmes agressées, induisent de leur constat une condition des femmes qui remonte à la presse par le biais de leurs amies "

    http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article119

    "Je vous passerai toutes ces femmes vieillissantes et dépressives, abandonnées au profit d’une plus jeune après des années de bons et loyaux services, conspuées par leurs propres enfants qui leur reprochent de ne pas avoir été capables de garder leur père à la maison."

    vous oubliez juste que 80% des divorces sonts demandés par les femmes, cause principale manque de romance dans le couple, c'est beau le bovarysme féminin.


    http://www.parent-solo.fr/modules/smartsection/item.php?itemid=169

  • @ Patricia

    "Vous avez raison, mais ce n'est pas pour ça qu'on va arreter de prendre les femmes en charge aussi."

    ça serait peut-être plus vrai d'écrire qu'actuellement il n'y a que les femmes de prises en charge.

    dans un blog récent un homme qui a cotoyé beaucoup de couple est intervenu, il a constaté qu'énormément d'hommes actuellement sonts victimes de violences psychologique contre trés peu de femmes, les femmes que vous récupérez à la petite cuillére sonts une infime minorité de la population, il ne faut pas en faire un constat de généralité.
    et une bonne partie sont co-responsable de la violence dans leur couple.

    "Des filles recrutées un peu partout, qui ne parlent pas le français, n’ont pas de papier, sont collées sur le trottoir après avoir été vendues par leur famille (comme en Chine), frappées par un maque, qui finissent égorgées pour certaines, quand d’autres enceintes accidentellement se voient retirer leur enfant de force, vendu clandestinement sur le marché de l’adoption, j’en passe et des meilleures.
    Vous n’avez jamais touché à l’horreur en matière de prostitution, alors vos histoires d’assistantes sociales, hein.."

    vous oubliez ces femmes là est-ce volontaire où votre comportement de militante.


    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2011/10/06/abolitionnisme-le-clip-qui-degrade-les-femmes.html

    Quand j'ai commencé le métier j'avais 32 ans... J'en ai maintenant 37. ... Ça fait donc 5 ans que je travail dans l'industrie. Il y a des clients qui aime avoir des femmes d'expérience et sérieuse dans leur implication. Oui il y a des filles qui tourne les coins rond au travail, qui en fond le moins possible, qui s'en câlisse. Elles veulent juste l'argent, elle font tout pour que ça aille le plus vite possible pour s'en débarrasser rapidement. Oui ce genre de fille existe. Pis vous savez quoi, les clients sont extrêmement déçu quand ils tombent sur une fille comme ça. De plus en plus il y a des clients qui recherche une bonne attitude au travail, une fille qui à a coeur ce qu'elle fait. Et ça ne veut pas dire tout permettre. ... ça fait 5 ans que je travail et il y a des services que je n'ai jamais offert et que je n'offrirais jamais. ... vous savez l'affection, la sensualité, la tendresse c'est aussi recherché.

    Il y a vraiment encore beaucoup d'éducation à faire. ... notre travail nous permet parce que justement il peut être assez payant... Il nous permet justement de réaliser d'autre projet. On a même l'argent pour investir soi-même ... même pas besoin d'attendre les subventions de personne.

    Ah et si mon travail était un des plus beau métier du monde? Donner de l'amour à un autre être humain. Le voir arriver à notre bureau stressé et tendu par une vie parfois trop prenante. Et à la fin de la rencontre. Un corps complètement relax, détendu avec un sourire en prime? Être payé pour faire jouir un autre être humain.

    Ah... pour les affinités avec les clients... parfois ça clique, parfois ça ne clique pas. Souvent si ça ne clique pas... le client va s'en rendre compte lui même. qu'On a pas d'affinité et les mêmes vision. La plus part du temps le client ne reprendra pas de rendez-vous. Et de nôtre côté à nous, par e-mail, par téléphone si notre intuition n'est pas bonne envers lui on peu décider de ne pas le rencontrer. Même en personne ça peu arriver même après que la séance soi commencé, qu'on arrête la rencontre. On est pas payé pour se faire faire mal... et on est pas payé pour se faire chier.

    Amélie Jolie

    Ecrit par : Amélie Jolie | 18 octobre 2011

  • ""qui savent faire mal aux femmes. Nous, on récupère."
    => Qui est donc là pour ramasser les hommes brisées par des femmes ? personne ou presque étant donnée qu'au mieux c'est minimisé..."

    Ô les pauvres chéris. Parce que très souvent des hommes subissent de telles misères peut-être?

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-nuit-de-la-haine_848559.html

    Voilà des vies réellement brisées. Chacun est responsable de ses choix. Là, ces femmes n'ont pas eu le choix. hl a eu le choix, il a fait un mauvais choix, qu'il se débrouille avec sa responsabilité. Il faut grandir dans la vie.


    "Pour la seconde partie, on a juste l'impression que d'un coté il y a les méchant hommes et les pauvres femmes victimes. Combien d'hommes vivent avec des enfants qui ne sont les leurs sans le savoir..."

    Là aussi, c'est à la base une question de choix. Si l'homme choisit une femme pour ses "qualités" plastiques et non pour ses qualités morales au sommet desquelles je place l'honnêteté, c'est son choix, sa responsabilité et il n'a qu'à assumer. Trop facile de venir pleurer "c'est la faute de l'autre". Sois un être humain!

    "Si on sortait de le vision actuelle (moderne dirons certains) qu'il y a les coupables d'un coté et les victimes de l'autres, que les choses ne sont pas aussi simples, un grand pas sera déjà fait. Mais certains groupe ne sont pas prêt à abandonner leur pouvoir d'influence..."

    Paroles tout à fait raisonnables. Elles sont destinées à hl, n'est-ce pas?

  • @ Johann

    il faudra m'expliquer le rapport entre le nombre important d'hommes en couple subissant la violence psychologique de leurs épouses et l'extrémisme de l'islam radical en algérie, là je comprends pas tout, selon vous l'existence de l'un en algérie je précise justifierais qu'on passe sous silence l'autre, pa r ce dernier tu justifie ta réputation de troll.

    http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article263

  • "Là aussi, c'est à la base une question de choix. Si l'homme choisit une femme pour ses "qualités" plastiques et non pour ses qualités morales au sommet desquelles je place l'honnêteté, c'est son choix, sa responsabilité et il n'a qu'à assumer. Trop facile de venir pleurer "c'est la faute de l'autre". Sois un être humain!"
    => en gros, quand ça arrive à l'homme, bien pour sa gueule, il devait mieux choir. Quand ça arrive à une femme, c'est salop d'homme. C'est beau, l'homme est donc TOUT le temps responsable (voir coupable) et les femmes ne le sont jamais... C'est une rengaine classique, l'homme victime le choisit et la femme victime le subit...

  • "Et je suis désolée de vous contredire Kasilar mais il existe aussi des associations pour les hommes.
    "
    Ah oui ? alors pourquoi ne parle t on pas de la misère dees hommes à la télé et dans les journaux ? pourquoi toujopurs les bonnes femmes victimes ? pourquoi n'y a t il pas une vision plus humaniste que féministe de la société ?

  • "Il faudrait que vous commenciez par nous expliquer ce qu’est « une femme » pour vous, parce que votre notion me parait vague.
    Vous paraissez mieux savoir ce qui n’en est pas une que ce qui en est une en définitive."
    Facile les femmes viennent de Venus et les hommes de Mars. Autrement dit nous sommes différents et vouloir ressembler à un homme ou une femme relève de la plus profonde stupidité.
    Bref une féministe est tout sauf une femme

  • "Là aussi, c'est à la base une question de choix. Si l'homme choisit une femme pour ses "qualités" plastiques et non pour ses qualités morales au sommet desquelles je place l'honnêteté, c'est son choix, sa responsabilité et il n'a qu'à assumer. Trop facile de venir pleurer "c'est la faute de l'autre". Sois un être humain!"

    C'est marrant parce que si on inverse les rôles tu serais le premier à saisir une association ou autres et crierais SOS partout. Et c'est exactement ce que fait le féminisme en dénonçant l'homme. Donc si on suit ton piètre raisonnement, une femme qui choisit un salaud c'est aussi son choix personnel non ?
    Et après ça nous parle d'égalité. J'ai repéré une incohérence sur l'égalité, finalité de ton combat et ton propos. A moins que ce ne soit juste du blabla pour placer la société dans la gynocentrie que tu semble défendre.
    Absurdités!!!!
    "Ô les pauvres chéris. Parce que très souvent des hommes subissent de telles misères peut-être?"
    T'es con ou t'es trop con ?
    La violence quelle qu'elle soit doit être condamnable , qui es tu pour condamner arbitrairement un sexe choisi ? pauvre fiotte va !!!

  • On parle de violence faites aux femmes mais je vous conseille de jeter un oeil .

    http://antifeminismeselonmalthus.blogspot.com/

  • @Leclercq .désolée 30ans d'inspection du travail quand je parle de travail égal -salaire égal loi pas respectée , je sais de quoi je parle !
    Quand au compte en banque et carnet de chèque , oui il n'ya pas si longtemps il fallait l'autorisation du mari!
    Alors je me fous que les couples aient ou pas des comptes séparés ou des comptes joints, ce que je dis c'est que lorsque qu'une femme mariée veut avoir un compte à elle il est normal qu'elle n'est pas à demander l'autorisation de son mari.
    Et hommes et femmes ne sont pas identiques , ils sont égaux .Vous êtes peut être capable de comprendre la différence !

  • @

    "Et hommes et femmes ne sont pas identiques , ils sont égaux .Vous êtes peut être capable de comprendre la différence ! "

    le probléme ce sonts les féministes qui veulent nous faire croire qu'ils sonts identiques.

    "Alors je me fous que les couples aient ou pas des comptes séparés ou des comptes joints"

    le plus important ce ne serait quand même pas de savaoir par qui est vraiment gérer l'argent par qui par les femmes.


    "Leclercq .désolée 30ans d'inspection du travail quand je parle de travail égal -salaire égal loi pas respectée , je sais de quoi je parle ! "

    vous avez des chiffres pour le prouver, parce que l'INSEE là ce sonts des chiffres.

    "
    http://lecercle.lesechos.fr/node/36097

    "Les femmes ne sont-elles pas moins disponibles que les hommes au travail parce qu’elles doivent justement assumer une part plus grande des charges familiales ? C’est bien entendu une partie de l’explication, mais ne perdons pas de vue que c’est souvent le fruit d’un choix. Nombreuses sont les femmes qui comme moi ne voudraient pour rien au monde rater le bain de bébé, les contes du bambin et les devoirs scolaires du préado qui manque décidément de concentration.

    L’écart salarial entre hommes et femmes est un fait. Il s’explique en grande partie par des facteurs objectifs : heures supplémentaires, temps partiel, secteur d’activité, niveau de responsabilité, niveau de qualification, ancienneté etc. A facteurs identiques, d’autres éléments entrent en compte comme la durée hebdomadaire au travail et la productivité horaire. Si discrimination, il y a, elle semble très faible. Avant de faire passer les femmes pour des victimes et les employeurs pour des bourreaux, rappelons-nous que les femmes viennent de Vénus et les hommes de Mars et que nous n’accordons pas nécessairement de l’importance aux mêmes choses.

    D’ailleurs, à ce compte-là, ne faudrait-il pas ériger les hommes en victimes des femmes du fait que les hommes ont deux fois plus de chances d’être accidentés du travail que les femmes(2). Et, qu’entre 2007 et 2008, plus de 90% des morts au travail étaient masculins.

    Chercher à gommer systématiquement les différences entre hommes et femmes et vouloir éluder les raisons objectives de certains phénomènes (comme les différences de salaire) mènent à une impasse. Les politiques de lutte contre la discrimination salariale – loin d’offrir des solutions constructives – nient la diversité des situations et crée une lutte entre homme et femme, là où elle n’a pas de raison d’être.

    Cécile Philippe, Institut économique Molinari

    cette femme elle j'estime quelle comprends mieux cette problématique que toi.

  • @ domi05

    d'ailleurs sois-dit en passant un compte joint, donc un mariage sous le régime de la communauté universelle est plus avantageux pour l'épouse en cas de divorce.

    dans un achat immobilier sous le régime de la séparation de biens, ce qui est le cas en concubinage et PACS, le pourcentage sur l'acte de vente dépend de l'apport de chacune des parties, et en cas de gros travaux faits principalement par l'homme, le bien immobilier prends de la valeur, doit donc être réexpertisé, les pourcentages changent donc, pour les faire changer il faut une donation entre conjoints, donation qui est imposable au-dessus de 70 000 € .

    donc un homme est gagnant s'il suit cette procédure, et une femme n'a rien à y gagner d'être mariée sous le régime de la séparation de biens. et d'avoir son propre compte à son nom.

    ""Leclercq .désolée 30ans d'inspection du travail quand je parle de travail égal -salaire égal loi pas respectée , je sais de quoi je parle ! "

    moi j'ai vingt ans de travail en bureau d'études, et j'ai cotoyé 7 femmes, et honnêtement je n'ai pas vu de discrimination, j'en ai vu par contre avec le m^mes salaires que les hommes mais imcompétentes, c'est vrai elles avaient les mêmes diplômes, et elles savaient bien se faire voir de leur supérieur hiérarchique. il vous a peut-être manqué une vrai vision objective de terrain madame, pour avoir un avis plus lucide, c'est pas objectif de n'écouter qu'un son de cloche. c'est quand même étonnant que les enquêtes INSEE corroborent mon vécu.

  • "Qu'en est t'il de vous, les grands penseurs ?"

    Vous êtes à enfermer!

    "Vous avez toujours détesté que John me réponde."

    ?

    "Si ça peut vous donner l'illusion de vivre enfin votre heure de gloire, je vous invite à en profiter pleinement , vous n'aurez surement rien de plus."

    ?

    * me trouver génée, mais je n'en ai aucune, de ce fait, votre satisfaction m'indiffère. "

    ?

    Une vraie "netteuse" qui vient "briller" par son charabia sur les blogs pour oublier son personnage si terne qu'il n'attire probablement personne ailleurs. Une pauvre fille qui se croit en compétition - encore faudrait-il utiliser votre vocabulaire pour l'être - et avec moi qui plus est! :)

    "raillée au passage par la haineuse de service du blog qui se délecte mais qui au fond trépigne des pieds parce que l’auteur ne lui dit globalement jamais rien, à elle…(…Hein)"

    Ca c'est l'écho... Et elle ose:

    "MDrrrrrrr MDRRRRRR, elle se prend pour qui Patoucha? elle doit consulter un ophtalmo. Mdrrr!

    Ecrit par : Patricia | 05 novembre 2011

    A se demander qui se prend pour qui?!!!!!!

    -------

    LOLLLLLLLLL MDRRRRRRR MDRRRRRRRRRRR et ça pour l'usurpateur de Patoucha à qui je réserve un chien de ma chienne parce que j'ai horreur qu'on véhicule de la vulgarité sous mon pseudo!

    ABE

  • Bon ben on va arrêter de commenter alors ... Les seins ont faut croire un réel succès auprès du public.

    Edit: Finalement certains avaient raison, la propagande seins à l'air a parfaitement réussi.

  • "Si vous pouviez nous coller vraiment vos tripes sur la table au lieu de tourner autour du pot et nous souler avec vos conneries, on avancerait."

    Et si vous pouviez aller poster votre vulgarité ailleurs, l'atmosphère n'en sera que purifiée de la sordidité de vos commentaires.

  • Je vis en Ukraine. Ce n'est pas le féminisme, c'est idiotie.
    (désolée pour mon mauvais français.)

Les commentaires sont fermés.