La malbouffe réduira-t-elle l’espèce humaine?


Notre espèce est fichtrement vigoureuse. Elle a colonisé la Terre entière, elle est abondante et semble continuer à se reproduire sans trop de problèmes. Quoique. Nombre de molécules inventées par nous semble avoir un effet néfaste sur la reproduction, en particulier sur les hommes.

malbouffe1.jpgJ’ai déjà abordé le sujet précédemment à propos des résidus de pesticides et de pilule contraceptive, des cosmétiques et autres produits que l’on retrouve d’une manière ou d’une autre dans la chaîne alimentaire ou dans l’eau potable. Une étude montrait qu’en 20 ans la quantité de spermatozoïdes avait diminué d’environ 40% des les hommes, et que leur qualité était aussi plus faible.


Aujourd’hui une autre raison d’affaiblissement de la qualité est pointée du doigt par une nouvelle étude publiée ici et réalisée aux Etats-Unis et en Espagne.

Cette fois l’étude porte sur la nutrition des sujets observés. Un panel d’hommes de 18 à 22 ans a été divisé en deux groupe. L’un mangeait très gras et sucré: chips, chocolat, cookies, fritures, et l’autre consommait des céréales complètes, des légumes, du poissons principalement. Au bout de plusieurs mois la qualité du sperme des hommes du premier groupe avait moins de spermatozoïde et ceux-ci étaient moins vigoureux. Ceux du deuxième groupe voyaient la qualité de leur sperme augmenter.

L’étude montre que les aliments qui dopent le mieux cette fécondité masculine sont, selon l’information publiée: «les oeufs, le saumon, les yaourts nature, les graines (céréales complètes), les baies (grenade, myrtilles), les patates douces, le brocoli et les asperges».

Cette étude s’ajoute aux précédentes qui avaient analysé les effets des molécules toxiques pour la fertilité sur une période beaucoup plus longue (20 ans). Les deux études s’ajoutent donc l’une à l’autre.
fertilite1.jpg
L’espèce n’en est pas encore à une infertilité grave et généralisée. De plus les habitudes alimentaires et la concentration en polluants dans l’eau et la chaîne alimentaire peuvent dépendre des régions de la planète. Et même à 40 ou 50% de spermatozoïdes en moins, et les autres affaiblis, il est encore possible de procréer. Néanmoins des difficultés peuvent apparaître chez certains couples et la fertilité est touchée.

Les études ne disent rien sur l’éventuelle altération du matériel génétique lui-même, ce qui serait beaucoup plus grave.

En tous cas, des frites tous les jours plus les chips devant la télé, avec des cookies comme plat principal, et si en plus votre eau de boisson est riche en résidus d’oestrogènes, que la pollution de votre région est chargée en molécules toxiques et que le cultivateur voisin utilise beaucoup de pesticides, ça craint.

D’accord l’exemple est un peu extrême. Cumuler tout cela à la fois n’est pas encore des plus courants. Mais on y vient, on y vient... Ce qui comblerait de joie les adeptes de la décroissance. Réduire l’espèce humaine naturellement sans guerre meurtrière, c’est quand-même plus propre.

Pour rappel: «Les problèmes de l'appareil reproducteur masculin sont aujourd'hui potentiellement aussi graves que le réchauffement climatique", affirme sans détour le professeur danois Niels Skakkebaek, directeur de recherche à l'hôpital universitaire de Copenhague»

 

 

 

 

Romantisme pas mort:

CouvDiable.jpg

Catégories : Santé 4 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Eh oui on s'autodétruit mais on continue parce que l'on veut pas changer ses habitudes.

    Dès lors celui qui ne peut se passer de chips ne sera pas traiter de la même manière que celui qui ne peut se passer de marijuana. Dans les 2 cas il y a addictions et ils doivent changer leur façon de faire. Mais trop compliqué pour la masse. On préfère regarder ce qui est permis et ce qui ne l'est pas.

    Mais même à ce stade il y a des sociétés qui se permettent de faire ce qu'elles veulent car payer une amende de 2 ou 3 millions n'est qu'une bagatelle quand on engrange plusieurs 100aine de millions. Une spéciale dédicace à Monsanto!

    Bien à vous!

  • Cher Monsieur,
    Puis.je me permettre de vous indiquer un livre qui vous plaira. Il ne parle pas tant de "l'altération du matériel génétique" que du principe "comment bien manger pour bien penser". Un régal. Il s'appelle Jean-Marie Bourre "la nouvelle diététique du cerveau" et son auteur a dirigé une unité de recherche à l'Inserm spécialisée dans la chimie du cerveau et ses rapports à la nutrition. Avec toutes ses compétences, il reste parfaitement clair et poétique. Il cite le merveilleux Alain Fournier (en p. 51 de l'édition Odile Jacob, poche) "Je pense doucement, doucement au parfum du pain qu'on apportait à midi, au parfum du fromage de campagne à quatre heures, à la "cerise" de ma grand-mère, à toutes les saines odeurs des placards, des armoires et du jardin. Un autre pays qui est celui de mes rêves, où je passe toujours" A.Fournier, Correspondance.

  • Si vous saviez ce qu'on a ingéré et ce durant bien des décennies,malgré tout on est toujours là .La peur nourricière cause très souvent beaucoup plus de maux que les aliments eux-mêmes.Remarquez on a eu de la chance en buvant du lait contaminé et couvert de moissures on était antibiotisés à vie,ce fut pendant les années d'écoles primaires ,ensuite on fut passé aux rayons x pour rien durant des décennies et malgré tout on est encore et toujours là.Ceux ayant compris qu'il ne fallait pas cumuler bains de soleil et rayons Rontgen ont survécu tandis que beaucoup d'autres justement n'ayant pas suivi leur intuition sont décédés faute de trop d'ensoleillement.Le soleil est un astre pervers aidant les humains afin qu'ils obtiennent de belles récoltes ,les dardant ensuite par de grosses chaleurs pour mieux les brûler comme pour narguer ces petites choses que nous sommes tous devant la vraie réalité.La peur ne sert qu'à nourrir la peur et rien d'autre.La malbouffe ne tue pas ce sont ces conseilleurs qui tout comme les docteurs Wander et Cie associés aux généralistes de l'époque qui se souvinrent comment à elle seule la peur peut faire ingérer n'importe quelles paroles et inventèrent de nombreux produits , les aliments contenaient tous des agents conservateurs mais la faim aidant ,on les a tous mangé et on peut encore avec bonheur raconter notre vécu alimentaire.Nous ne sommes pas tous égaux même devant la nourriture alors manger de tout, un peu à heures fixes et vous serez en bonne santé ,à lui seul ce conseil vaut une encyclopédie médicale

  • @ Nin:

    Merci pour l'info. En effet cela semble très intéressant. je vais le commander. En plus s'il cite Alain-Fournier...

    :-))


    @ Lovsmeralda:

    C'est vrai, nous sommes toujours là. Je vous entends bien, cultiver la peur ne sert à rien. Et vous citez des exemples pertinents. Mais cela ajouté à d'autres choses, à la longue. je me demande jusqu'où l'humain peut encaisser. Sans être intégriste de la santé, je pense quand même qu'on peut faire mieux.

Les commentaires sont fermés.