Les origines de la polygamie

Les réactions à mon dernier billet sur l’instauration de la charia en Libye partent dans de nombreuses directions. Ce genre de sujet est vite sujet à cette empoignade où tout se mélange et où les propos deviennent parfois violents. Je rebondis sur un point: le rétablissement d’une polygamie facilitée, alors que sous Kadhafi elle était fortement découragée.

polygamie1.jpgDans la société rurale du Moyen-Âge où il n’y avait pas d’école, les enfants travaillaient à la ferme à l’âge de 10 ans. Parfois ils étaient loués à d’autres fermiers. Cela ne semblait pas anormal à l’époque. Aujourd’hui quand des enfants d’Inde travaillent à 10 ans on parle d’esclavage. On ne peut lire le passé avec les yeux du présent. La polygamie a donc pu avoir une origine positive pour la société même si aujourd’hui on la rejette et si c’est un délit en occident. La rétroaction de l’analyse sociologique n’est pas pertinente, pas plus en ce qui concerne la polygamie que le patriarcat où le travail des enfants.

Aujourd’hui je lis sur un forum internet le point de vue suivant: «prétendre que seul un homme a le droit d' épouser plusieurs femmes et que l'inverse ne peut être toléré, est une loi écrite pour le confort sexuel des machistes». C’est une vision typiquement moderno-centriste. C’est un discours actuel, et un discours particulier: un discours féministe qui d’emblée incrimine l’homme et lui cherche noise. Ce point de vue me semble irrelevant.

Les rituels et coutumes des sociétés ne s’instaurent pas artificiellement. Il y faut de bonnes raisons, une réflexion qui peut durer pendant des générations, éventuellement un événement collectif fondateur, et l’accord de tous les membres du groupe, femmes et hommes.

Y a-t-il alors une raison plus réfléchie que la précédente au fait que les hommes aient eu ou aient encore la possibilité d’épouser plusieurs femmes?

On sait déjà que les religions n’ont pas été à l’origine de la polygamie. La coutume leur préexistait et elles s’en sont plus ou moins accommodées. Le christianisme a globalement soutenu la monogamie. Le coran ne l’encourage pas, selon ces versets:

«..il vous est permis d'épouser telles femmes qui vous conviendront, à raison de deux, trois ou quatre. Si vous craignez d'être partiaux, que ce soit alors une seule » (Coran II, 4)
« Vous ne pourrez être équitables entre les femmes, même si vous le désirez » (Coran IV, 129)»

polygamie3.jpg
Mais replaçons-nous dans une époque plus ancienne de quelques milliers d’années. Les guerres tribales devaient coûter cher en hommes. Il est possible qu’il y ait eu un déséquilibre démographique permanent et que les femmes étaient plus nombreuses. Or une femme sans homme n’engendre pas de descendance. La survie de l’espèce est en danger. S’il y a moins d’hommes la polygamie compense cette faiblesse numérique. Il y aurait donc, éventuellement, une raison de survie de la tribu. Ce n’est certes qu’une hypothèse. Toutefois d’autres avis vont dans ce sens.

«Il reste difficile de définir avec certitude l’origine de la polygamie. On peut toutefois avancer quelques pistes. Il y a ce qu’on appelait les bras. C’est-à-dire, le fait pour les grandes familles de rechercher un nombre important de travailleurs qui seront affectés aux divers travaux des champs et autres. Et comme la femme, quelque soit le nombre de maris qu’elle pourrait avoir ne dépassera jamais le rythme génésique qui est le sien, un enfant par an à moins qu’elle ne fasse des jumeaux, il revient à l’homme de prendre plusieurs épouses. Puis il y a le phénomène de mortalité infantile. Les hommes multiplient les liaisons en espérant que si certains meurent certains survivront. Un combat contre la nature en vue de garder une descendance. C’est la même logique avec les guerres, où ce sont les hommes qui partent au front. Ceux qui survivent ont à charge de s’occuper des orphelins. Et pour prendre ces enfants sous sa coupole, il faut « reprendre » leur mère. D’où certaines pratiques comme le lévirat qui permet au frère puîné (cadet, ndlr) du défunt d’épouser la veuve. Il y a aussi le fait que les femmes acceptent ce nouveau statut pour rester avec leurs enfants, qu’elles ne voudraient pas laisser entre les mains de tantes ou marâtres peu amènes.»

Extrait d’une interview d’un chercheur africain peul, Bios Diallo.

Epouser la femme d’un frère décédé c’est aussi lui assurer une continuité d’appartenance familiale et une subsistance. En ce sens la polygamie pouvait avoir une fonction de soutien social.

polygamie2.jpgToutefois la polygamie était source de tension. Ce n’est pas tout-à-fait le «confort sexuel des machistes» cité plus haut. Du même chercheur on peut lire ceci:

«Avoir deux, trois ou quatre femmes ! Un rêve pour beaucoup d’hommes. Derrière ces images d’Epinal de harem voluptueux se cache malheureusement la réalité d’un quotidien loin d’être toujours rose. Car les co-épouses, rivales légales, se livrent souvent une guerre sans merci pour s’imposer dans le foyer et dans le cœur du mari. Des situations où chacune essaie de jeter le discrédit sur l’autre, ce que l’époux peut avoir beaucoup de mal à gérer.»

Les temps changent. Aujourd’hui l’économie et la puissance de l’Etat organisé, ainsi que l’évolution des moeurs, rendent la polygamie inutile.

Et l’individualisme et le romantisme ont renforcé le besoin d’être unique. Le partage de l’être aimé n’est plus un plan d’avenir. La survie de l’espèce n’est pas l’entièreté de la fonction d’un couple. Le couple est aussi une entité psychique, culturelle, économique. Il complète l’éducation reçue de la famille dans la construction de l’individu. Il est le lieu d’une transmission entre les générations. Le couple est un lieu où l’individu est plus, beaucoup plus qu’un simple géniteur.

 

 

 

Eviv le romantisme:

CouvDiable.jpg

Catégories : société 8 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Reste qu'effectivement une femme ne peut avoir, dans aucune culture que je connaisse, le droit d'avoir plusieurs maris ou conjoints.

  • @ Vali

    Inexact. Au Népal, chez les Nyinbas, la polyandrie est pratiquée depuis des temps immémoriaux. La raison est d'abord matérielle : éviter le morcellement des terres dans un environnement où les espaces cultivables sont rares.

    Il y a d'autres cas, forcément. J'en ai trouvé un, trouvez les autres.

  • Ah bien merci infiniment cher Antisthene pour cette information! vais me renseigner donc sur les conditions de vie des Nyinbas pour le cas ou!!!!!!!
    bon ca fait un peu loin le Népal mais bon on ne peut pas avoir le beurre, l'argent du beurre et les crémiers!

  • Vali, les crémiers, les crémiers: y a pas que les crémiers dans la vie! Les fromagers, les boulangers, les cordonniers, les maraîchers, que sais-je...

    En allant au marché vous devriez pouvoir constituer une joli harem!...

    ;-)))

  • Pour illustrer le fait que la polygamie n'est pas "le confort sexuel des machistes", je vous suggère vivement le film ivoirien "Bal poussière" sorti en 1988.

    Cette comédie réaliste narre l'histoire d'une belle jeune femme rentrant dans son village natal après avoir travaillé quelques temps dans la ville voisine, où elle s'est émancipée.

    Dès son retour, elle est remarquée par l'homme le plus riche du village, qui est surnommé "Demi-Dieu", est bien plus âgé qu'elle et a déjà ... 5 femmes.

    Demi-Dieu envoie alors aux parents de la belle une entremetteuse qui négocie la dot, puis il se présente précédé de la bonimenteuse, fournit la dot et épouse sa 6ème femmme - ce n'est que le début du film.

    La suite est littéralement désopilante car Demi-Dieu, qui pensait en bon macho disposer désormais d'une jeune et jolie épouse de plus, va devoir apprendre ce qu'est une femme émancipée et subtile, qui lui en fait voir de toutes les couleurs sans jamais se mettre elle-même en danger ... j'étais mort de rire quand j'ai vu ce film pour la première fois.

  • La polygamie telle que nous, les occidentaux, la perçoive au travers des "religions" n'a rien à voir avec ce monde du plus fort et du plus rusé dont nous venons tous.

    Les vrais scientifiques, les vrais historiens (à exclure celles et ceux qui religieusement, parlent de science donc les religieux et autres théologiens..)sont unanimes dans l'évolution de l'être humain. Il reste encore des recherches à faire afin de mieux comprendre celle-ci.

    Dans les grandes lignes on peut affirmer sans se tromper, que l'être humain dans son évolution avait les mêmes comportements que nos cousins gorilles, chimpanzés, bonobos etc..

    Le plus fort avait les femelles-femmes, il régnait en maître sur sa tribu.Cela n'a pas commencé au paléolithique, encore moins en 678 après l'ère du christianisme, ou en 732 à Poitier.

    Les rois-dieux pharaons ont inventé les dieux ou divinités ils n'ont pas inventé la polygamie.

    Ce qu'en ont fait les prêtres et prophètes de tous poils est une autre histoire.

    L'être humain est une espèce de mammifère parmi d'autres, il n'est donc pas étonnant que ces mêmes typologies se retrouvent chez d'autres groupes de mammifères.

    Le mâle est plus fort depuis des millions d'années -justement parce qu'il est le plus fort, il prenait les meilleurs morceaux en se servant en premier. Cette théorie à laquelle je m'associe, ne date que de quelques années...

    Les femelles-femmes ont elles aussi, subit la loi du plus fort...

    Cette typologie des mâles est constatées chez toutes toutes les espèces vivantes, il est évident que la vie des plantes reste différentes, mais elles ont développé d'autres modèles de fonctionnement, d'autres adaptations, comme par exemple les plantes carnivores, inconnue des chefs tribaux..

    En tous cas elle convient à la majorité des chercheurs..

  • Oui, ne pas hésiter à changer de crèmerie le cas échéant HL!
    J'imagine bien mon harem avec des représentations diverses de métiers...hum bon le fantasme classique féminin : les uniformes Ouhh un truc à la village people rien que pour moi avec un pompier, un policier, un militaire, un motard, un grand bandit, un rugbyman........un Nyinbas!:)

  • Quitte à en choisir plusieurs, je suis une fille pratique, je fais le grand écart.
    1 ) Je choisis un pilote de chasse pour avoir une chance de tester enfin la pontée au catapultage.
    Je suis née myope et l’armée de l’air refuse la correction chirurgicale, sinon, j’y serais déjà.
    Les avions de chasse sentent aussi bon qu’un bébé pour peu que je laisse trainer mon nez sur leurs ailes : mon héros numéro 1 me fait monter dans son zinc.
    Pontée au catapultage à 1 mn 15 :

    http://www.youtube.com/watch?v=NRXsizVVbDQ

    2) je prends un gros industriel, genre maitre du monde qui jongle avec les millions de dollars tout en haut d’un building totalement kitsch.
    Pour lui, je fais la potiche de luxe 2 fois par semaine : shopping carte no limit, french manucure, spa et brushing de la mort..Bref, je me mets en mode « conne » pour me détendre et lui, il est tout content parce que je suis « toute belle ».
    3) un pilote de formule 1 genre Ayrton Senna : il tourne dans son engin, beau comme un Dieu et je le supporte en nano short sur le circuit tout en frémissant parce que j’ai peur pour ma vedette mais il gagne…Le champagne coule à flot, mon tee shirt est tout mouillé, il m’embrasse à bouche que veux tu et toutes les filles sont jalouses de notre bonheur...
    4 ) Une tête, un génie, sur le bord de mettre au point LE vaccin contre le HIV..C’est abouti, c’est là, c’est prêt : Je le regarde faire et j’ai juste envie de faire l’amour à son cerveau…..
    5) un ouvrier qui a la gueule d’un accident mais il est arrogant et il me fait rire autant qu’il m’agace, tellement qu’il en est beau.
    Je suis tellement dégueulasse que je profite de tous alors que je sais qu'il n’y aura qu’une seule robe de mariée.

    C'est bon de se prendre pour un mec.

Les commentaires sont fermés.