14 octobre 2011

Accoucher en public: de l'art ou du cochon?

L’un des grands sujets de la semaine est le projet d’une américaine, Marni Kotak: elle veut accoucher en public dans une galerie d’art de Brooklyn. Ce n’est pas sa première performance: elle a déjà reconstitué les funérailles de son grand-père, montré comment elle a perdu sa virginité, ou  exhibé des french kiss, toujours en public.


Kotak2.pngPas une artiste

D’autres performances comme jouer en public avec une reconstitution du bac à sable de son enfance, ou être attachée à un radiateur, figurent parmi ses productions. Est-ce de l’art? C’est sa théorie: l’expérience vivante réelle est la plus grande oeuvre d’art.

«As an artist, I am most concerned with the question of how one can have and convey a real experience. I believe that our most intriguing performances occur when we are not aware that we are performing.»

«En tant qu'artiste, je suis plus concernée par la question de comment on peut avoir et transmettre une expérience réelle. Je crois que nos performances les plus intrigantes se produisent lorsque nous ne sommes pas conscients que nous sommes en représentation.»

Cette conception est très particulière. La notion de performance n’est pas nouvelle mais elle est en principe associée avec une création en partie improvisée où l’artiste réalise quelque chose qui sort du quotidien. Ici c’est le vécu quotidien lui-même qui est proposé comme oeuvre d’art. L’argument selon lequel la vie est une oeuvre d’art est à mon sens inexact. Il me fait penser à des artistes qui, faute de talent ou de capacité technique dans une discipline, accrochent un tableau blanc au mur en disant que c’est de l’art provocateur. Au visiteur de donner sens à l’oeuvre. Provoquer n'est pas créer.

La modernité ouvre des boulevards aux incapables et à la médiocrité.

Les mots ont un sens. L’art n’est par le travail de la nature. C’est une action de l’humain qui exprime une vision, un ressenti et le livre à d’autres. Il recrée ou transforme la réalité. Il propose un regard particulier, une vision décalée ou projective, et surtout un travail: qu’il s’agisse de peinture, de composition musicale ou de tout domaine créatif l’artiste met sa touche personnelle. Sans quoi il n’y a pas de création artistique. Par exemple, tenir un cadre à bout de bras pour montrer le ciel dedans ce n’est pas un tableau. C’est un attrape-couillon.

Drôle d’époque où les mots sont détournés de leur sens et les actes vidés de substance. Les mots désignent des choses, les actes sont porteur de réalités précises. Pour moi Marni Kotak n’est pas une artiste. C’est une documentaliste qui attire l’attention sur tel ou tel moment du monde.


L’enfant-pubkotak3.jpg

Sa production actuelle (je ne dirai pas: performance) est d’accoucher en public et de présenter publiquement toutes les étapes de vie de son enfant jusqu’à l’université.

Je ne crie pas à l’horreur. Pas d’indignation émotionnelle, comme j’ai pu en lire. Elle n’est pas dingue, c’est  un plan de communication sur le long terme. Son enfant lui permettra de focaliser l’attention sur elle pendant 20 ans! Même Séguéla n’aurait pas imaginé un tel plan!

Est-il choquant de mettre son enfant en spectacle? Cela se fait déjà: les enfants-stars à 4 ans, les enfants de vedettes du chobize, les gamins dans les séries pour pré-ados, les fillettes habillées en femmes fatales. La commercialisation des enfants bat son plein et la scène a remplacé la mine de charbon. Madame Kotak commence très tôt puisqu’elle a déjà mis en spectacle les échographies de sa grossesse. Elle va ensuite montrer son sexe à tous ceux qui auront envie de voir le bébé naître. La claque ce serait que personne n’aille assister! Personnellement si j’étais le mari je m’opposerait totalement à une telle exhibition. L’accouchement est un moment qui n’appartient pas au grand public, sauf éventuellement dans un reportage pédagogique. Mais bon, si le mari a accepté d’épouser une femme qui a reconstitué et mis en scène sa défloration, il n’y a rien à dire. Et puisqu’il y a des voyeurs, cela marchera.

Ensuite le développement de l’enfant n’appartient pas non plus au public. Cet enfant aura-t-il encore une parcelle d’intimité? Il sera toujours vu comme la «vedette» d’un show permanent. J’imagine combien ses relations seront biaisées.

L’époque est propice à tous les excès. L’enfant est un produit commercial, l’art n’est plus de l’art. C’est grâce au capitalisme. Je dis cela non pas dans un sens critique mais comme un constat positif. C’est la liberté. La commercialisation du monde a fait tomber les idéologies. Rappelons-nous comment l’URRS appelait de l’art des tableaux ridicules à la gloire de l’armée rouge. Je préfère la liberté actuelle. Il ne faut surtout pas que l’Etat intervienne dans la morale publique. Un pouvoir fort qui se développerait en réaction à cette permissivité ou à cette commercialisation, qui voudrait tout moraliser, serait la prémisse d’un nouveau totalitarisme. Mais je comprends que la grande liberté où nous sommes est difficile à intégrer intellectuellement. C’est tellement plus simple quand les balises sont bien visibles et qu’une autorité les impose. L’Etat interdisant ces exhibitions, puis d’autres: non merci. D’ailleurs elles existent parce que nous les regardons. Les voyeurs c’est le public. Le système marche parce que le crédit remplit les besoins de posséder et la cupidité du public et parce que nous aimons être voyeurs. Le voyeurisme est aussi une cupidité.

Il n’y a pas à s’en prendre au système puisque le système, c’est NOUS!!!


soleen-hart.jpgLe pouvoir de la télécommande

On critique le mercantilisme. Mais de tout temps les époques marchandes ont été des bonds en avant dans la communication entre les peuples, dans les innovations industrielles et échanges de technologies, dans les échanges artistiques. Mettre fin au mercantilisme par une intervention trop marquée du pouvoir signifierait intervenir dans tous les domaines: contrôle de l’activité économique, protectionnisme, contrainte morale sur les citoyens. Bref une diminution de la liberté. Faut-il sacrifier la liberté contre une nouvelle morale d’Etat à imposer à l’ensemble de la société? Faudrait-il interdire à Marni Kotak de s’exhiber? Et au nom de quoi? A l’heure actuelle c’est bien la question de la liberté qui se pose. Et se posera de plus en plus. Et je crains que la critique de la société marchande n’aboutisse dans les prochaines décennies au retour à un ordre moral autoritaire. C’est donc maintenant qu’il faut se positionner.

J’ai conscience que le fait de ne pas condamner le capitalisme, de ne pas faire de lui le père de tous nos maux, préférer la liberté à l’ordre moral et au dirigisme économique, est aujourd’hui mal vu.

Mais si nous sommes les voyeurs (et l’affaire DSK-Diallo a montré combien nous sommes voyeurs!), si nous sommes les consommateurs, c’est nous-même que nous devons changer. Le système évoluera si nous évoluons individuellement, si nous mettons en place dans nos vie d’autres modes de fonctionnement et d’échanges sans renoncer à la liberté. C’est d’ailleurs la liberté octroyée pas ce système qui permettra de le faire évoluer.

Par rapport à Marni Kotak j’espère que l’excès même de sa prestation n’appellera pas à une condamnation au nom d’une indignation quelconque à la mode. Je préfère poser un regard critique et faire en sorte que plutôt que l’interdit ou l’indignation, ce soit l’exigence d’une vraie création artistique qui déclasse cette usurpatrice qui se prétend artiste. Il faut réhabiliter le respect des vrais artistes, ceux qui créent vraiment. Je n'ai rien contre le cochon, animal sympathique, mais j'attends que l'on ne fasse pas prendre pour de l'art ce qui est du cochon.

Je suis pour la prise de pouvoir sur la vie par la conscience et la qualité, non par l’Etat.

Je suis pour l’exigence intellectuelle, non pour l’idéologie. Si les prestations qu l'on nous propose ne sont pas de vraies créations ou sont des produits sans exigence, à nous de faire comme à la télé: prendre la télécommande et zapper.

Tant qu’il y aura des voyeurs, des gens qui vivent à travers la vie des autres, les faux artistes et les peoples continueront à entuber le monde et madame Kotak ira encore plus loin. Jusqu’à ce que nous comprenions: si besoin elle déféquera en public et nommera cela de l’art parce que la matière fécale fait partie des grandes beautés de la nature. Pensez à toutes les transformations chimiques incroyables qui se déroulent dans l’intestin!

Le meilleur moyen de mettre une limite à ces supercheries pseudo-artistiques c’est que personne n’aille assister à l’accouchement.



Images: 1, Radiateur, Marni Kotak. 2, Accouchement, sculpture luminaire, Katlein. 3, Merveille, Solenn Hart.

Commentaires

Un seul mot: dégoûtant

Écrit par : Inma Abbet | 14 octobre 2011

Elle vit sa vie, juste moins maquillée que Kim Kardashian mais les cuisses plus grandes ouvertes. Y a pas de sot métier, si on accepte la prostitution, on doit accepter ça aussi, c'est dans le même ordre d'idées. Maintenant, pour son mouflet, y a effectivement un vrai problème. Mais pas plus que d'accepter qu'un môme naisse dans une famille d'ivrognes, de toxicos ou dans toutes sortes d'endroits improbables où des gens irresponsables ont néanmoins le droit de faire naître leurs enfants...

Écrit par : Malthus | 14 octobre 2011

Elle vit sa vie, c'est sa liberté. Je suis moralement en désaccord avec son projet mais il lui appartient de le réaliser ou non. Mais ce n'est pas de l'art.

Écrit par : hommelibre | 14 octobre 2011

Si la vie est une oeuvre d'art l'artiste ce n'est pas elle, elle n'est que le support de l'oeuvre. Qui en est le créateur ?

Écrit par : L' Amer Royaume | 14 octobre 2011

Alors c'est du lardon ?

Écrit par : Séraphin Lampion | 14 octobre 2011

Elle fait payer? L'entrée? De sa sortie, évidemment!

Écrit par : Trial Inferno | 15 octobre 2011

C'est vrai que c'est mal vu? On se demande alors pourquoi la police défend les réunions du genre WEF, et que des avions de combat sont mis à disposition, dans ce cas là!
Et puis tous ces gens matraqués quand ils font la grève, c'est la liberté capitaliste, ca, de cogner les prolos!
Vraiment HL, mais vraiment...
Bon on vous laisse à votre normopathie libérale et on espère que les capitalistes penseront à votre chèque!
NOUS -et pas votre "nous" dont NOUS ne saurions être- préférons la liberté à la libéralité
Bien à vous
Trio-Octet Fraction Agée Rouge

Écrit par : Trial Inferno | 15 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.