09 octobre 2011

23 octobre: affiches de campagne (4 et fin)

Les étoiles filantes ont filé... par dessus les nuages. Raaahhhh.... Le ciel n’a pas voulu de nos yeux hier soir. Dommage. Les affiches elles, en veulent bien de nos yeux. Pour le dernier billet sur le sujet, le PDC, les jeunes UDC, le PLR et la Gauche combattive. Si j’en ai oublié c’est qu’elles n’étaient pas affichées dans mon coin habituel.

(Cliquer pour agrandir les images)


IMG_0740.jpgPDC

L’orange de fond me semble avoir pris des vitamines. Vrai ou simple impression? Ou est-ce sa surface plus placardée qui donne ce sentiment?

Cette affiche tranche avec la plupart des précédentes du PDC par un visuel réussi. Il y a comme un souffle de modernité: le PDC a-t-il changé de graphiste?

Le choix d’un seul thème est délicat. On ne fait pas de la politique sur un seul sujet. Mais celui-ci est en plein dans les préoccupations de la population. Cela dit l’intention est louable mais reste un voeu pieu. Car le pouvoir d’achat est loin de dépendre des seuls élu-e-s. Du coup le slogan sur le pouvoir d’achat est séduisant mais est-il bien réaliste?

Le PDC cherche probablement un électorat au-delà de sa clientèle habituelle, très axée sur les thèmes rappelant la famille. Ici il a su lier le thème de base de la famille, avec le pouvoir d'achat. Réussira-t-il sa modernisation et son extension?

A voir le 23.



IMG_0744.jpgJeunes UDC

A la hache! On est viril, comme chez les jeunes Verts.

Chez les aînés il y a un phare. Chez les jeunes un mât. L’un doit tenir, l’autre doit tomber. Dans les deux cas la thématique européenne est dominante. Effet de la crise de l’euro et de la Grèce. Les difficultés européennes ont un effet de repoussoir.

Mais on oublie un peu vite que la Suisse est très interdépendante d’avec ses voisins. Il ne suffit pas de s’enfermer dans un phare sans porte ou d’abattre le drapeau aux étoiles pour  être à l’abri. Il n’y a pas d’abri actuellement. Une chute totale de l’Europe aura des conséquences pour tout le monde.

L’isolationnisme UDC fait donc un peu vite l’impasse sur la situation. Rejeter l’Europe est un argument de campagne. Mais une fois au pouvoir, d'une manière ou d'une autre, il faut bien faire avec cette Europe tant décriée, mère de notre culture.

L’Europe, nous en venons, nous en sommes faits historiquement. Ne confond-on pas l’indépendance de la Suisse et l’isolationnisme?



IMG_0736.jpgPLR

Affiche super classique. Pas de grand thème. Des personnalités.

On présuppose que les grands thèmes du PLR sont connus de la population. Mais cela ne prend pas en compte les jeunes électeurs qui débarquent dans la vie publique et vont voter pour la première fois.

Le message, très laconique, suppose que le parti est très sûr de sa visibilité par ailleurs. L’affiche est complétée par des annonces dans la presse.

«Par amour de Genève». La phrase est jolie. Le mot amour est rare en politique. Est-il ici suffisant et crédible? Là encore il faut se référer aux actions et engagements passés des candidats.

C’est peut-être le reproche que je fais à cette affiche: peu explicite par elle-même elle demande que le lecteur ait des références sur le PLR.

D’un autre côté elle reste dans la ligne des libéraux: mettre l’accent sur les personnes qui vont défendre leurs idées, plus que sur les idées elles-mêmes, qui sont supposées être connues.

Du coup les personnes aussi sont supposées être connues. L’affiche est un rappel.



IMG_0746.jpgGauche combattive

Ah, le poing dressé! Toujours présent dans l’iconographie de gauche. Je me méfie comme de la peste de ces représentations: poing dressé, main droite dressée, ces gestes réducteurs représentent souvent des idéologies pour lesquelles l’humain n’est plus qu’un objet.

Derrière le poing: des requins. Toujours la simplification. C’est normal: en politique les longs discours ne sont pas perçus alors qu’un slogan est plus prégnant.

Mais alors, superposé à cette image-slogan, pourquoi tant de texte? Il en ressort un sentiment de surcharge, de confusion. La lisibilité diminue.

Le ton général est à l’opposition. L’opposition a un grand tort: celle d’être en deuxième place. Il vaut mieux proposer que lutter contre. Instinctivement on sait que s’opposer est réactif et incomplet. Ce genre de réactivité ne fonctionne qu’en cas d’extrême exaspération. On verra si c’est le cas, entre cette Gauche combattive, le MCG, l’Alliance bleue, le Parti pirate - 4 figures d’opposition. Dans une moindre mesure les Verts aussi.

Le parti qui draine le plus grand nombre d’électeurs n’est pas en opposition: l’UDC propose toujours. Que l’on soit d’accord ou non est autre chose. Le PS n’est pas non plus dans l’opposition, il propose une vision. Le FN en France est limité par son passé d’opposant. Il propose non pas «pour» mais «contre». Raison de sa stagnation. Il a atteint son quota. Le Nouveau Parti Anticapitaliste, essentiellement opposant de gauche, ne trouve pas son public. Le principe d'opposition n'est visiblement pas perçu comme suffisant pour gouverner. Je cite ces deux mouvements pour faire remarquer qu'à un certain moment les mots-clés sont les mêmes: requins, corruption, voleurs, arnaque, escroquerie, et le ton est identique.

Le résultat électoral de la Gauche combattante validera-t-il ce genre de discours d'opposant?

 

Et bien, à suivre le 23 octobre.

14:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 23 octobre, élections fédérale, affiches campagne, udc, pdc, plr, gauche, europe, euro, grèce, argent | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Great information, thanks so much for sharing, I really enjoy reading about it

Écrit par : photography gift vouchers | 21 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.