Stéphane Guillon: rebelle sans risque

J’aime bien Stéphane Guillon. J’apprécie son écriture, son côté fouteur de merde, et j’aime aussi quand il parle de lui autrement, dans sa vérité personnelle. Je ne dis pas que tout de lui m’amuse, mais quand-même pas mal.

stephane-guillon.jpgMais il semble qu’il entre peu à peu dans le système auto-publicitaire. Faire parler de soi à n’importe quel prix pour rester à la une et en faire son petit business. Quitte à ne pas être drôle et à niquer les français sans grand risque. Et à plonger dans une détestable manière qui fait identifier un politicien avec l’Etat.

Les faits: il s’est marié le 24 septembre et a refusé de le faire sous le portrait de Nicolas Sarkozy. Il a donc changé ce portrait et l’a remplacé par celui de François Hollande. Ce n’est pas très grave: il n’a pas mis le feu à la mairie. Mais c’est quand-même assez anti-démocratique. Si chacun se met à faire ce qu’il veut de la démocratie, bonjour les dégâts.

La photo du président en exercice posée dans les mairies est une tradition en France. Un président représente les institutions de la République. Il en est le garant. Afficher son portrait n’est donc pas faire allégeance à un parti politique ou à un homme en particulier. C’est mettre en avant une fonction, fonction plébiscitée par le peuple lors d’élections libres.

Dans cette perspective, ôter le portrait du président en exercice est un acte anti-démocratique. Le remplacer par celui d’une personne qui ne représente rien à l’heure actuelle au niveau national est ridicule. C’est aussi un irrespect de la démocratie. Un peu comme chier sur le drapeau. Localement, ce n’est pas grave de chier sur un drapeau, sauf l’odeur. Mais symboliquement c’est très violent. J’imagine qu’un individu qui en arriverait à cela devrait être dans un état de rupture profonde avec son pays. Mais ici c’est juste de la pub que se fait un bobo riche, qui se donne le droit de délégitimer un président en exercice. Pour faire parler de lui. Quelle insignifiance. Pas mieux que Sarko: faire parler de soi à n’importe quel prix.

Il aurait aussi bien pu attendre 2012 pour se marier. Ou aller convoler en Corée du Nord et remplacer le portrait du dictateur par celui d’un opposant. Je ne pense pas qu’il puisse faire preuve d’un tel courage. Côté courage, les cas où il pourrait en faire preuve ne manquent pourtant pas. Un seul exemple, qui aurait l’avantage de montrer une certaine cohérence: il pourrait brûler publiquement la Constitution. Car en décrochant le portrait du président en exercice c’est un peu ce qu’il a fait.

Changer un portrait de président cela donne un petit air de rebelle pour pas cher. Il ne risque pas grand chose. Et pourtant. Je ne sais s’il y a une loi sur l’affichage du portrait du président, ou si c’est seulement une tradition. Si c’est une loi cela pourrait lui valoir une amende, ou mieux: une invalidation de son mariage puisque la représentation picturale du président n’est pas la bonne.

Il a le droit de détester Nicolas Sarkozy. Mais il confond la personne et la fonction, et ramène le respect de la démocratie à une affaire de goût personnel. On ne fait pas d’une mairie une annexe de scène de théâtre à des fin de pub personnelle.

Et dire qu’il jouait la victime de la censure. Bon, voilà une raison de ne plus écouter les chroniques de Stéphane Guillon. Je l’aimais pourtant bien. Je m’en remettrai.

Catégories : Politique 8 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bonjour,

    Je susi d'accord avec vous. Je pense être une personne très profondément en désaccord avec le sarkozysme, qui personnifie tout ce que je n'aime pas en terme d'opportunisme, de manquements aux principes, etc. Pourtant, faire décrocher le portrait du Président dans une mairie, ce n'est pas "militer", c'est être incohérent. Un portrait de Sarkozy dans une mairie ne représente pas la personne prénommée Nicolas, elle représente la fonction d'un chef de l'Etat.

    Mr Guillon profite simplement de sa position privilégiée, car je doute que Mr-et-Mme-Tout-Le-Monde seraient autorisés à décrocher un portrait sans se faire taper sur les doigts par le Maire. Et cette facon de tirer avantage d'un position pour faire ce qu'une personne modeste ne pourrait pas faire, c'est faire marcher à fond dans le sarkozysme.

  • Pourquoi tant de haine contre Stéphane Guillon? Pour le respect de la démocratie, le dénommé Sarko a fait tout ce qu'il fallait : absence de séparation des pouvoirs et violation de la Constitution française. Vous avez raison sur un point : le portrait du guide dans les mairies est comparable à ce qui se fait en Corée du Nord. Un modèle de démocratie donc.

    A votre portrait de Stéphane Guillon, il ne manque qu'une qualification: terroriste! Au moins.

    Et pour le plaisir :

    http://www.youtube.com/watch?v=QekWZCN1Xc4

    On ne s'en lasse pas!

    Ha! Et pour la "pub personnelle" vous êtes en effet un expert.

  • Et j'oubliais : le "casse-toi pauvre con", c'est bien sûr en plein dans le respect de la fonction présidentielle.

  • La démocratie est: "le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple"; Nous sommes loin d'appliquer cette définition!
    Sarkosy n'est malheureusement pas le président de tous les français, donc Stéphane n'a rien fait d'antidémocratique, il a choisi son président comme Sarko choisi ses français!

  • Je suis d'accord avec votre analyse du personnage.

    ... "Mais il semble qu’il entre peu à peu dans le système auto-publicitaire. Faire parler de soi à n’importe quel prix pour rester à la une et en faire son petit business."...
    Il mérite presque d'être absous.C'est une faiblesse agaçante mais tellement humaine. La notoriété doit être comme une drogue. Après tout, c'est bien ce à quoi aspire les artistes en tous genres et les politiciens. Comment ne pas devenir accro une fois qu'on y a goûté qu'elle soit à grande ou à petite échelle ?

    ------
    Par contre, quand vous dites : "Changer un portrait de président cela donne un petit air de rebelle pour pas cher." je ne suis que partiellement d'accord avec vous.
    C'est vrai pour tout autre président de la république que Sarkozy.
    Ce dernier a su démontrer tout au long de sa carrière de président de la république (laquelle, j'ose l'espérer, restera très brève) à quel point il sait se montrer rancunier et comme il sait exercer sa rancune envers qui, grand ou petit, ose la provoquer.

    Ah ! Reverrons nous un jour de vrais rebelles de la race des Desproges, Thierry Le Luron, Coluche,… ?

  • Bonjour râleuse,

    Sarkozy n'est certes pas un modèle de République irréprochable!!! Moi qui appréciais son dynamise en 2007, et qui surtout ne pouvais encaisser Ségolène, j'en suis bien revenu. J'ai presque envie de dire "dommage, il avait tout. Il s'est éliminé lui-même". Je pense que j'en ferai u8n billet dans ce sens.

    Ah, Desproges!!!... Ah! Le Luron, Coluche. Ceux qui allaient vraiment au charbon!

  • oups, les fautes...

    dynamisme, bien sûr. Et pas de 8 dans le fromage...

  • @ Hommelibre:


    "Moi qui appréciais son dynamise en 2007, et qui surtout ne pouvais encaisser Ségolène..."


    Bin, je ne comprends plus très bien!?!

    S'il y avait bien une personnalité politique qui agitait le drapeau à qui mieux mieux, qui en appelait aux méthodes viriles des doryphores en gris-vert et aux camps de "rééducation" pour mater les sauvageons (dis Papa, c'est encore loin la Corée du Nord??), bref, qui martelait (ou ne devrait-on pas dire enclumait?!?) un retour à la valeur Patriotisme, c'est bien la Jeanne d'Arc de Poitou-Charentes, non?

    Elle qui était presque aussi réac' qu'un Sarkozy ou que les Le Pen... mais qui était en tout cas aussi à cheval qu'eux sur la notion du Travail, de la Famille ou de la Patrie.... Elle avait pourtant tout pour (vous) plaire! C'est trop bête...


    Une question: Qu'est-ce qui est le plus doux pour s'essuyer les fesses? Un drapeau ou des billets de banques provenant d'une mallette??

Les commentaires sont fermés.