23 septembre 2011

Plus vite que la lumière!

Ça, on ne peut plus s’asseoir sur une connaissance sans qu’elle nous pète au nez tôt ou tard. Les certitudes les plus bétonnées, les tranquilles assurances, ça te prend une de ces gueules quand ça lâche! Et pas la peine de s’accrocher à la rambarde: les vis se sont fait la malle.


lumiere2.jpgBon, il ne reste qu’à plonger avec le Titanic de la science, une des certitudes les mieux ancrées de ces dernières décennies: la vitesse de la lumière n’est plus la limite infranchissable que l’on pensait. Des neutrinos la dépassent! Pas de grand chose: 6 km/seconde sur 300‘000. Un peu comme quand une 2 chevaux tente de dépasser un camion des années 50 dans une côte: au bout d’une demie-heure elle a péniblement atteint la moitié de longueur du camion...

N’empêche: la vitesse de la lumière était supposée être le must en matière de mobilité douce. Ce ne serait plus le cas.

Enfin, n’allons pas trop vite: rien n’est encore certain. Les physiciens du CERN et les italiens de San Grasso n’ont après tout testé que 15‘000 fois leur expérience. Et c n’est pas parce qu’ils ont obtenu 15‘000 fois le même résultat qu’ils ont décroché le prix Nobel. Cette expérience avait déjà été réalisée aux Etats-Unis. Et bien ce n’est pas encore assez. Les chercheurs demandent que d’autres équipes recommencent des milliers de fois la même expérience pour la valider.

J’adore les scientifiques: ils ne croient jamais au premier résultat. Ils essaient, recommencent, critiquent, cherchent la faille, et n’affirment (temporairement) que quand ils ne peuvent plus faire autrement.

Comment expliquent-ils cela? Soit en effet des neutrinos vont réellement plus vite que la lumière, soit ils traversent des dimensions encore inconnues, des sortes de «raccourcis». De là à dire que les neutrinos trichent...

Donc on ne sait pas quelle est la bonne explication. Mais les résultats montrent que ces neutrinos, lancés à toute vitesse dans un tunnel de 732 km sous les Alpes, arrivent avec 20 mètres d’avance sur la lumière. Soit 60 nanosecondes. N’essayez pas de compter, vous n’arriverez pas à vous la représenter. Une nanoseconde c’est un milliardième de seconde: 0,000000001 seconde. Cette infime durée existe puisqu’on la vit, mais nos sens alphaCentaure.jpgne sont pas programmés pour se la représenter ou la ressentir. Même si l’on fait «Bip» très rapidement, au mieux on sera à un centième de seconde. Et encore: le déclenchement de la voix et son arrêt demandent un temps fou!

Mais avec tout cela que devient Einstein? Sa théorie est-elle erronée? Pas forcément. D’abord il faut encore vérifier avant d’avoir une certitude. D’autre part il pourrait avoir raison dans un certain ordre de vitesse, comme Newton avait raison dans un autre ordre de vitesse. A l’époque de Newton on percevait le temps et la vitesse d’une certaine manière. Pour Newton le temps est fixe, il est le même pour tous les observateurs. C’est juste et cela fonctionne pour des ordres de masses et de vitesses relativement peu importantes. Au niveau de l’univers, la relativité d’Einstein est plus adéquate: le temps varie selon la position de l’observateur. Aujourd’hui nous allons peut-être découvrir qu’il y a encore d’autres aspect de l’univers, au-delà du connu. Un peu comme un système de poupées russes.

Tout le monde scientifique ne crie pas encore à la découverte. Un spécialiste français de la théorie des cordes, Thibault Damour, l'un des cinq professeurs permanents de l'IHES (Institut des hautes études scientifiques), est plus prudent. Interviewé par Le Point il déclare entre autres:

«Si vraiment on avait franchi la vitesse de la lumière, ce serait passionnant, car rien n'est tabou en physique, mais le dépassement qu'ils ont observé est tellement énorme - 2 10-5 (comprendre deux dix moins 5) - que cela paraît peu probable. Sachez que la relativité restreinte, qui est là en cause, a déjà été testée avec 22, voire 27 décimales ! D'autre part, en 1997, l'explosion d'une supernova a bombardé la Terre de neutrinos. Or ceux-ci sont arrivés exactement en même temps que la lumière, compte tenu du décalage des émissions de la lumière et des neutrinos au départ.»

Betelgeuse, étoile géante de la constellation d'Orion, serait sur le point d'exploser: on pourra refaire les tests in vivo.


N’empêche, si cela se vérifie, rien n’empêche de penser que bientôt on prendra un engin superrapide pour aller passer ses vacances sur un système planétaire du côté d’Alpha du Centaure, une des étoiles les plus proches de nous à 4,37 années lumière. Soit à peine 280‘000 fois la distance Terre-Soleil.

Ben quoi: on a le droit de rêver, non?

 

 

 

Etoiles de Haute-Provence:

CouvDiable.jpg

16:32 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cern, vitesse lumière, einstein, newton, espace, terre, étoile, supernova, neutrinos, titanic, damour | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

" J’adore les scientifiques: ils ne croient jamais au premier résultat. Ils essaient, recommencent, critiquent, cherchent la faille, et n’affirment (temporairement) que quand ils ne peuvent plus faire autrement. "

Et pourquoi beaucoup n'acceptent pas cette démarche scientifique sur le réchauffement climatique?

Ce qui est marrant avec cette découvert; est que la particule qui irait plus vite que la lumière arrivet à son départ avant d'être partie. C'est vraiment délirant comme truc.

D.J

Écrit par : D.J | 24 septembre 2011

"Ben quoi: on a le droit de rêver, non?"

Non seulement on peut, mais on doit ! Aurais -je envie de dire, parce que d'une manière ou d'une autre, en jetant un rapide regard en arrière, j'aurais tendance à croire qu'en finalité c'est toujours l'imaginaire qui finit par avoir raison.
D'ailleurs beaucoup de grande découverte et surtout celle de Einstein avait comme moteur le rêve !

Et vu l'état de vie actuelle, on ferait bien de se remettre à rêver je crois

Écrit par : aoki | 24 septembre 2011

Et quelle est la marge d'erreur?

J'adore la vitesse de la lumière à 300'000 km/s. Pas 300'006 km/s ni 299'994 km/s, non juste 300'000 km/s. C'est-y pas merveilleux? Comment la lumière serait ralentie pas les Alpes? Mais c'est pas possible, cela remettrait toute la théorie de l'"expansion de l'univers" en question!

Écrit par : Johann | 24 septembre 2011

Si on compare l'avance de 60 nanosecondes des neutrinos reçus par les détecteurs sur une distance de 730 kilometres par rapport a la lumiere, par rapport aux neutrinos émis par la supernovae 1987 du nuage de Magellan on constate que sur une distance de 168 000 années lumiere l'avance aurait du etre de 151 jours,ce qui est tres loin des 3 heures d'avance observées par les détecteurs de l'observatoire de neutrinos japonais de Kamiokande.Messieurs les scientifiques pourraient nous "éclairer" sur ce "paradoxe" qui compromet sérieusement cette mise en cause du génial Einstein.

Écrit par : goregno | 24 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.