DSK: l’exemplarité sexuelle mauvaise pour la démocratie

Marcela Iacub a encore frappé! Avec cette lucidité et ce regard pointu qui en font une des plumes vives et un des esprits les plus originaux et libres de notre époque. Dans un article paru en ligne sur le quotidien Libération, cette juriste féministe pose les bonnes questions concernant le «sexuellement correct» que notre époque veut imposer aux politiciens et, partant, à l’ensemble de la société.

iacub1-photo.jpgLa conformité sexuelle

Sous prétexte d’exiger des dirigeants une forme sinon de pureté, au moins de normalité, normalité placée au minimum, on reconstitue peu à peu une classification morale et sociale élitiste, hiérarchique, anti-démocratique.

La sexualité est l’un des miroirs de l’état de liberté d’une société, une sorte de baromètre collectif. C’est le domaine habituellement le plus intouchable. Quand le curseur du baromètre va vers le beau cela signifie que le groupe humain vit une période de plus grande liberté et de bien-être. Quand le curseur plonge et que la sexualité est à nouveau brimée ou objet d’opprobre sociale c’est le signe d’une période où la liberté se restreint, où le jugement social collectif reprend le dessus sur la liberté individuelle.

Le cycle de la conformité sexuelle varie selon les époques. Dans l’Histoire les espaces de liberté alternent avec des périodes de répression morale. Au Moyen-Âge une large tolérance s’est instaurée en matière de pratiques sexuelles. La venue et l’expansion de la syphilis après la renaissance a remis la pression morale, possiblement dans un but de limiter les contacts sexuels et donc la propagation de la maladie. Depuis lors des périodes plus libertaires ont alterné avec des périodes plus moralistes. La masturbation a par exemple été longtemps considérée comme une pratique pathogène voire pathologique.

En 1888 le Dr John Harvey Kellogg, inventeur des corn flakes et de la viande végétale, écrivait ceci dans «Plain Facts for Old and Young»:

«Un remède qui est presque toujours couronné de succès chez les garçonnets est la circoncision, en particulier lorsqu'il apparait un phimosis. L'opération devrait être effectuée par un chirurgien sans anesthésie, car la brève souffrance qu'en ressentira l'enfant aura un effet salutaire sur son esprit, en particulier si elle est reliée à l'idée de punition, ce qui pourrait bien être le cas parfois. La douleur qui se prolonge pendant plusieurs semaines interrompt la pratique, et, si elle n'a pas été trop profondément enracinée auparavant, elle peut alors être oubliée pour ne jamais revenir. Chez le sexe féminin, l'auteur a constaté que l'application d'acide carbolique pur sur le clitoris était un excellent moyen de calmer toute excitation anormale.»


La tentation autoritaire

Aujourd’hui la répression morale reprend de la vigueur. Il n’est que de voir les tribunaux de l’opinion qui s’érigent contre Dominique Strauss-Kahn, le condamnant alors même qu’il n’est pas jugé. On peut faire feu de tout bois et prétendre que les hommes de pouvoir sont épargnés, que sa relaxe américaine est un déni de justice: ce faisant le feu gagne peu à peu tout l’espace social. On invente de toutes pièces «l’homme de mauvaises moeurs» alors que l’on a effacé la notion de «femme de mauvaises moeurs». On en vient à juger sa sexualité, à le condamner pour ses moeurs qui, si elles sont avérées dans la mesure qui lui est accordée, ne sont en rien illicites.

En effet les fondements de la loi et des relations entre humains ont changé. L’ancienne morale héritée en gros d’une époque où la religion et l’Etat étaient fortement intriquées, jugeait les comportements sexuels selon une échelle précise. La sodomie a été longtemps interdite. Les pratiques buccales également. L’homosexualité était un crime et dans certains pays elle entraîne encore la peine de mort. N’oublions pas de quel monde nous venons: le simple fait de vivre en couple sans être marié était à une époque condamnable.
érotismeindien1.jpg
Le renversement des années 1970 a été de placer le consentement entre adultes comme référence juridique. Il n’y a plus de bonne ou mauvaise sexualité en matière de loi. L’Etat n’est plus un juge moral. Ce qui est illicite n’est pas ce qui serait «mal» mais ce qui contrevient à la liberté de choix individuel. La loi préserve la liberté individuelle. Ainsi ce qui est illicite est la contrainte - contrainte physique ou morale sous forme de chantage. La morale, elle, est de l’ordre des choix éthiques personnels.

Hors de cette loi chacun vit donc ce qu’il veut. En principe. Car en réalité, le jugement moral du passé n’a pas encore totalement disparu de la place publique. Ainsi la sexualité prêtée à DSK est qualifiée malheureusement par Michel Rocard de maladie mentale. Il s’en est excusé mais l’idée est dans l’air. Le simple fait que cette phrase digne d’un quelconque intégrisme ait pu avoir autant de répercussions montre la confusion morale et intellectuelle de notre époque, tentée par le retour du puritanisme. Il n’est que de voir les célébrités américaines qui font leur auto-flagellation en public sur leur supposée addiction au sexe, et qui vont faire une cure pour diminuer leur libido comme autrefois on allait à confesse ou dans un monastère. L’inconvénient est que la répression morale sur la sexualité et la volonté d’imposer des normes accompagne ou précède souvent des régimes politiques autoritaires. Cette répression est d’ailleurs en soi une tentation autoritaire.


L’exemplarité, une dérive moraliste

Ce que dit Marcela Iacub est intéressant: l’addiction au sexe n’est ni une maladie ni un problème. Un homme politique peut très bien avoir des addictions - au sexe, à la lecture dans l’exemple qu’elle donne, et être compétent et capable de gouverner un pays. Les addictions à l’alcool sont plus dangereuses dans la mesure où il est démontré qu’elles altèrent chimiquement l’état de conscience.

Dans les périodes de répression moraliste on voit se développer des soupapes, comme les orgies chez les nazis. Dans les périodes de liberté, pour autant, ce qui se passe aujourd’hui montre qu’il vaut mieux ne pas être pris. Se cacher, être hypocrite, est mieux pour éviter le jugement moral de gens dont on ne connaît pourtant rien et qui font peut-être pareil. Les hommes et les femmes politiques modernes aimeraient-ils la sodomie? Pas de problème tant qu’on n’en sait rien. Mais que cela se diffuse et le jugement moraliste réapparaît. Pourtant que font les gens dans leur vie et dans leur sexualité? Masturbation, sexe à plusieurs, amants et maîtresses, sodomie, sont-ils donc si exceptionnels? Cessons-là l’hypocrisie. Après tout, Tristane Banon a aussi sa forme de sexualité non conventionnelle. Doit-elle être condamnée pour cela? En aucun cas et l'on n'a pas à lui en faire reproche comme je l'ai lu sur certains forums.

On a beaucoup parlé d’une nécessaire exemplarité des hommes politiques suite à l’affaire Strauss-Kahn-Diallo. Mais on fait fausse route. On ne doit pas attendre des politiciens qu’ils soient des modèles moraux. Le fait qu’ils ne soient pas des criminels doit suffire. Demander une exemplarité morale c’est conférer à l’Etat un nouveau rôle quasi-religieux. Or l’Etat s’occupe de ce qui est licite ou non. La morale, si elle fonde nombre de lois, évolue en parallèle: ainsi l’adultère qui était une faute à une époque ne l’est plus, et la loi a  changé: l’Etat ne juge plus les gens pour cause d’adultère. On est passé d’une forme de charia européenne à la démocratie laïque. Faut-il le regretter? Chacun donne sa propre réponse. Mais la liberté individuelle, fondement de la démocratie et de la responsabilité devant la société, en est l’enjeu.


estampeero1.jpgUne société adulte et libre, ou un Duce

Demander une exemplarité aux politicien-ne-s c’est envisager de former une caste à part, au-dessus du peuple qui par définition, ne serait pas exemplaire mais corrompu. Les politiciens deviendraient les sauveurs de ce peuple immoral et corrompu - car c’est bien le message en creux que signifie l’appel à l’exemplarité: le peuple, ignare, sale, dépravé et corrompu, a besoin de modèles. Les politicien-ne-s seront donc éduqués différemment afin d’être l’élite morale. A terme, ils y aura des lois spécifiques contre eux en cas de défaut d’exemplarité. C’est déjà le cas avec ces «tribunaux populaires» que l’on voit fleurir dans la presse et sur le net contre DSK. Les politiciens ne seront plus des citoyens comme les autres, des humains comme les autres.

C’en sera finit de la démocratie et l’on retournera vers une forme d’aristocratie et une nouvelle féodalité morale. Ou pire.

Comme le dit Marcela Iacub dans son article:

«... Comme si, en s’indignant qu’un présidentiable puisse participer à des partouzes et payer des prostituées, ces gens étaient au fond mélancoliques d’un monarque absolu, d’un duce, censé ne jamais se tromper, savoir, voir et comprendre à la place du peuple lui-même.»

Aujourd'hui la sexualité est mal gérée socialement alors même que la liberté individuelle autorise des pratiques qui sont loin d'être marginales. Si ce soir, au journal télévisé, Dominique Strauss-Kahn présente des excuses et reconnaît une pathologie addictive, s’il se soumet au tribunal de l’opinion, il introduira la culpabilité sexuelle américaine en Europe. Ce serait le plus mauvais service à rendre. S’il fait cela, pour moi il sera fini, à la merci du moindre jugement, et réduit au rang de petit garçon. Il perdrait bien plus sa dignité que quand il avait les menottes aux mains.

Je pense que les féministes, à la place de jouer les mères la morale et de dénier la justice qui a relaxé DSK, devraient soutenir ce point de vue. C’est leur responsabilité historique.

 

 

 

 

Un peu de fraîcheur et de beaux sentiments:

CouvDiable.jpg

Catégories : Politique 29 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • "Je pense que les féministes, à la place de jouer les mères la morale et de dénier la justice qui a relaxé DSK, devraient soutenir ce point de vue. C’est leur responsabilité historique."

    et c'est le contraire quelles fonts, leur but est de brimer la liberté sexuelle masculine, d'instaurer la dictature douce. de s'ériger en censeur au-dessus de la justice. que l'injustice féministe devienne la norme comme ce procés bidon

    http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article324


    "Ce que dit Marcela Iacub est intéressant: l’addiction au sexe n’est ni une maladie ni un problème. Un homme politique peut très bien avoir des addictions - au sexe, à la lecture dans l’exemple qu’elle donne, et être compétent et capable de gouverner un pays."

    oui il y en a eu par le passé que j'ai cité.

    Kenndy

    http://pages.infinit.net/marshall/jfkdlf.htm

    Hardenberg

    http://videos.arte.tv/fr/videos/hardenberg_le_prince_reformateur-4112646.html

    ce qui a changé par rapport à ces époques là c'est le féminisme qui a pourri le monde occidental. avec comme crdo à l'origine de libérer les femmes "libérer de quoi elles n'étaient pas emfermées. "Même la notion de libération de la femme suppose une prison et un geôlier. Celui-ci étant l’homme, forcément l’homme. Il y a ainsi un glissement entre l’homme, le geôlier, l’oppresseur, le patron, le bourreau, le prédateur, aspects du masculin qui finissent par se superposer par un subterfuge hypnotique."

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2011/08/11/c-est-vrai-quoi-les-feministes-ont-raison-sauf-que-3-et-fin.html#more

    déjà dés le début ça commence par l'exagération, la généralisation, le mensonge.
    les coups bas. à qu'il n'y a en réalité que droits différents à une période donnée de l'histoire.

    ce mensonge global marche d'autant mieux, que ce type de fonctionnement était limité au commérage de villages où de quartier.


    notre monde antérieurement dominé par le masculin, est dérouté par le fonctionement féminin. fait de commérages, de harcélement, de guerre secrétes, de mensonges d'exagération de mauvaise foi.
    nous sommes trop habitués à considérer comme réalité ce qui est écrit, alors que pour les féministes, ce n'est qu'un moyen comme un autre de manipuler l'opinion, et leur esprit militant ne s'embarasse pas d'une quelconque déontologie, mais justement utilisent l'aura des postes quelles occupent "comme chercheuses", exemples 300 000 femmes battues du québec.

    "Guerres ouvertes ou secrètes
    Selon diverses études, dont celle du psychologue
    John Archer, de l’Université du Lancashire,
    en Grande-Bretagne, publiée en 2004, les garçons
    sont physiquement plus agressifs que les filles.
    Cette différence est liée à la testostérone prénatale,
    mais pas à l’augmentation de la concentration
    de testostérone chez les garçons à la
    puberté, parce qu’ils ne deviennent pas brusquement
    agressifs à ce moment-là. De plus, cette différence
    sexuée n’est pas absolue. Les filles de
    deux ou trois ans, par exemple, donnent souvent
    des coups de pied, mordent et frappent les autres
    – pas autant que les petits garçons du même âge,
    mais trois fois plus souvent que l’un ou l’autre
    sexe ne le fait quand ils sont un peu plus vieux.
    De plus, les filles s’engagent dans des agressions
    plus indirectes, relationnelles. À travers les commérages,
    l’exclusion, les cachotteries, et, plus
    récemment, le harcèlement par SMS, les filles
    laissent des cicatrices dans le psychisme de leurs
    rivales plus souvent que dans leur corps.
    Ainsi, les deux sexes s’engagent dans des
    compétitions et les deux sexes se battent ; ce qui
    diffère c’est dans quelle mesure ces comportements
    sont ouverts ou masqués. Comme
    l’agression physique est un bien plus grand
    tabou pour les filles que pour les garçons, elles
    apprennent dès les premières années d’école
    élémentaire à mener des guerres secrètes que les
    enseignants remarquent rarement et qui sont
    plus difficiles à surveiller.

    extrait de cerveau psycho. cerveau homme femmes quelles différences.

  • très bonne définition de marcela lacub,comme je le mentionne sur plusieurs blogs la vie sexuelle de mr DSK ne nous regarde pas.... les féministes sont destructrices en manifestant de la sorte il ne faut pas tout mélanger vouloir la tête de dsk ou militer pour les femmes....c'est du harcèlement..c'est nul!
    DSK n'a pas à s'excuser et quoi encore!!!!!!!!

  • @Dan :
    DSK n'a pas à s'excuser et quoi encore!!!!!!!!

    DSk lui même n'est visiblement pas de votre avis : il a jugé son acte plus grave qu'une erreur, plutôt du domaine de la "faute morale."
    Revisionnez.

  • "DSK est un type de -très -très grande qualité et Catherine Saint Clair une femme extraordinaire."

    Quoique, il c'est "américanisé" il se juge devant des millions de spectateurs au nom d'une morale...De qu'elle morale s'agit-il? De la même qui a poussé le corniaud "champion de golf" à faire son "méa-coulpa" lui aussi devant la planète?

    Là, je ne -le reconnais plus- pour ce sujet bien entendu. Il est, et reste un bon vieux dragueurs et j'aime cela, du moment que ça ne gâte pas les dents à qui que ce soit.Il s'est adressé aux téléspectateurs comme s'il s'était adressé à dieu en personne...C'est idiot, bon, ce n'est pas grave..

    La socio-cul, nous a appris et inculqué des concepts -farfelus -sous-tirés à la chrétienté sous la soutane des papes d et des prélats, à savoir comment se comporter, comment faire l'amour, comment penser et milles autres schémas pour être l'homme et la femme parfait.

    Et bien -non! l'homme et la femme sont fait pour, copuler, boire, manger, faire des enfants et construire des maisons. Il y a des variantes pour les homo-sexuels et les lesbiennes, le monde est ainsi fait et c'est très bien!

    Ensuite libre aux gens de penser ce qu'ils veulent en fonction de leur petite morale et de la socio-cul dont ils font partie..

    J'aime les femmes qui m'ont aimé, celle qui m'a le plus aimé est à mes côtés, c'est la loi de la sélection...et de l'évolution, c'est la même chose pour les femmes...Quel est le problème? Nos modèles de représentations? Ils sont issus de la chrétienté qui n'a pas fait mieux, loin s'en faut et de la -socio-cul qui prend sont pied dans les bouquins et les statistiques....le tout dans un égoïsme répugnant.

    Quant aux féministes il y a des godemichés et des pommades..

    DSK sera le vice-Président du futur roi de France de gauche ou de droite, mais en retrait ce ne sera qu'officieux si c'est Sarko, il se jettera en l'air avec Carla et puis alors? Si c'est Hollande il se fera Ségolène, et alors?
    Si c'est Marine il aura Le Pen sur le dos et alors?

  • Excusez moi Catherine c'est mon épouse !! il fallait comprendre Âne Saint Clair...

    C'est encore la faute des Juifs!!

  • "Catherine Saint Clair une femme extraordinaire."
    "il fallait comprendre Âne Saint Clair..."
    "loin s'en faut et de la -socio-cul qui prend sont pied dans les bouquins et les statistiques"
    il se jettera en l'air avec Carla et puis alors? Si c'est Hollande il se fera Ségolène, et alors?

    Dites moi Pierre noël, je ne vous sens pas trop capable de viser le cochonnet ce soir à moins qu'on se mette à chercher loin la boule de pétanque dans les buissons......

  • Patricia c'est mon humour du soir, après un week-end bien chargé...

    Refaite mon commentaire à votre façon...Ne confondez pas médicaments et médoc..Merci

    A demain si vous le voulez bien...

  • @Pierre NOËL

    Pour qu'on lui fiche la paix et qu'on arrête de poser des questions sur lui aux socialistes qui font campagne.

    Ce qu'il qualifie de faute "morale" est, entre autres, l'insulte faite à sa femme d'avoir - outre s'être laissé prendre au piège - succombé à une fellation par une mocheté de boniche bien rodée... envoyée pour... on connaît la suite.

    Les féministes lesbiennes attendaient des détails croustillants de ce qui s'est passé durant 9mn..... Elles croyaient DSK de leur niveau.....

    Bonne nuit

  • @ Patoucha

    Bien vu! Comme mocheté effectivement, mais bon ne dit-on pas que les femmes c'est comme les grenouilles il n'y a que les cuisses de bonnes...à manger?

    Deux heures quinze du matin, mon sommeil est provisoirement fini.

    @ Patricia

    Socio-cul, c'est en fait -mon diminutif de -socio-culturel depuis 1989.

    Vous, y en a pas compris mon commentaire? Je l'ai relu deux fois après trois heures de sommeil, ok je ne suis pas un grand écrivain, mais à par cela?

    Vous ça va? Le Weekend?

  • Voilà d'autre in sur DSK ici http://bit.ly/jZKslc

  • DSK n'aurait pas du dire qu'il y avait une faute morale (probablement pour faire plaisir aux ménagères).
    On nous bassine à longueur de journée qu'on est dans une société libéré sexuellement, ce n'est pas pour justifié sur la place public n'importe quelle coucherie .
    Et d'après les analyse de Iacub la libération sexuelle était pour les femmes (et encore).

  • J'ai regardé comme beaucoup je pense avec attention l'intervention de DSK et je suis entièrement d'accord avec les propos de HL sur le fait qu'en s'excusant platement comme il l'a fait et en avouant une faute, il est maintenant entré dans un système enfantin. Il n'aurait jamais du venir "s'expliquer" ainsi à la TV. c'est pathétique de voir un homme tel que lui venir s'expliquer sur ses appétits sexuels. Comment peut-on imaginer qu'un homme de quelque rang ou niveau social puisse être différent d'un autre en matière de sexualité. La sexualité est affaire privée, sauf bien entendu lorsque celle-ci s'exerce de manière abusive envers l'autre (viol, abus) mais puisqu'un non lieu a été rendu dans cette affaire, il n'était pas nécessaire de s'auto flageller en public de la sorte. Personnellement je ne pointe aucun doigt moralisateur, ni sur lui, ni sur d'autres avant lui qui ont péché face à la chair. C'est privé et cela ne regarde que cet homme et son épouse. Je ne suis pas une féministe acharnée, même si je suis très attentive au fait que certaines femmes dans le monde sont encore bafouées dans leurs droits, je n'érige pas l'homme non plus en héros car il ne l'est pas. J'aime l'homme et la femme dans leurs différences, leurs carricatures aussi qui m'amusent et je me fous de la morale dans bien des domaines et celui de la sexualité en premier.

  • A voir tous les contres-commentaires du jour, tout cela démontre une seule et une seule chose.
    Un homme qui se comporte comme cela est un menteur invétéré, un salaud et surtout quelqu'un dont il ne faut pas croiser le chemin.

    A tous les "supporters" ne vous inquiétez pas! Vous avez de beaux jours devant vous, car être une femme agressée de la sorte (j'y mets la pommade), vouloir s'en plaindre, et s'en prendre plein la figure encore et pour de nombreux mois, ben y a beaucoup qui ne vont plus se plaindre, qui vont renoncer à toutes approches masculines, voire plus et pires!

  • @ Corélande

    j'usqu'a preuve du contraire madame Dialo n'a pas été agressée.

    "ben y a beaucoup qui ne vont plus se plaindre"

    quel rapport avec l'affaire DSK !!!!


    ça fera peut-être baisser le nombre de fausses accusation de violence sexuelle ça ne sera pas un mal.

    "qui vont renoncer à toutes approches masculines, voire plus et pires! "

    quand on sait ce qu'est devenu l'approche masculine envers les femmes outre atlantique, à cause de toutes les lois qu'onts fait voter les féministes, vous me faites doucement rigoler, ils en sonts à faire signer des documents pour définir ce qu'ils s'autorisent où pas, lisez fausse route d'élisabeth Badinter ça vous éclairera, ces lois pour sois-disants protéger les femmes, onts créer un monde malsain, moralisateur dictatorial, vous mêmes vous remplaçez la justice dans vos propos ci-dessus de quel droit, où est votre objectivité votre lucidité, vous n'avez qu'une réaction de militante bornée, je ne donne pas cher d'un innocent accusé à tort de viol avec des personnes tel que vous dans les jurés, avec des gens tels que vous ce n'est plus de la justice mais de la parodie de jusctice comme dans un état totalitaire, voilà la réalité de votre dictature douce.

  • Peut être faudra-t-il préparer des contrats de missions temporaires, -un pour regarder, -un pour draguer, -un autre pour l'accord de copulation avec les conditions spécifiques des pratiques, et enfin, un contrat de fin de mission mais sans prime de précarité...

    Par contre la France se distingue avec ses lois bidons, élaborées par des politiciens bidons, une Marocaine a été frappée très durement par son compagnon, lui a été libéré elle, a été retenue au commissariat elle sera refoulée de la corse et devra repartir par ses propres moyens!! On l'a vue il y a quelques instants sur une chaîne TV elle est plutôt mal en point. Je n'ai qu'un mot pour les parlementaires qui ont élaborés ces lois...je ne l'écrit pas tellement il est insultant...

  • Corélande, je respecte votre point de vue. Mais on ne peut continuer à dire indéfiniment que madame Diallo a été agressée. Au mieux on n'en sait rien. Le rapport de Vance est le résultat d'une enquête menée par des dizaines de personnes pendant 3 mois, avec des journalistes à l'affut. On ne peut le balayer ainsi.

    En plus des versions différentes et des mensonges de Madame Diallo, de ceux de son avocat, ses démonstrations publiques n'ont pas été convaincantes. Et elle, pas plus de T. Banon, ne devraient prendre le public en otage et tenter d'obtenir gain de cause dans l'opinion par le chantage émotionnel (croyez-moi, pleurez, sinon vous êtes des salauds). Banon encore sur Canal hier soir, cela devient de l'acharnement. Elle n'est en tous cas traumatisée au point de ne pouvoir s'exprimer. Mais cela on le sait depuis 2006 quand elle racontait son histoire en riant à la télé. Rien que cette exposition médiatique alors que l'on n'en est qu'à une enquête préliminaire me rendrait très circonspect.

  • C'est incroyable que DSK soit passé au journal du 20h. De plus parlé de la crise j'ai trouvé cela très déplacé après son affaire. Et même pas un droit de réponse à la plaignante!

  • Tout à fait d'accord avec l'analyse de "Homme libre" il faut noter que Banon à la même démarche -médiatique que Diallo.

    Elle n'est pas traumatisée,chacun a pu s'en rendre compte; les féministes sont derrière pour donner de l'écho à leurs causes perdues.

    A se demander si elle ne touche pas d'argent de la part de la "presse à sensation" voir plus...?

  • @Coréliande
    Je respecte aussi votre point de vue mais il apparaît comme un point de vue plein de certitudes et dans cette affaire il n'y en a pas vraiment, ne coyet-vous pas. DSK s'est-il rendu coupable d'agression, de viol envers Mme Diallo. La justice dit que non. Si celle-ci se trompe, je souhaite que la vérité éclate et que justice soit faite mais en attendant, personne aujourd'hui, ni vous, ni moi, pouvons affirmer de manière pathologique que DSK est coupable de ces accusations graves. Je ne pense pas, contrairement à vous, que cette affaire empêche les autres femmes victimes d'agressions de porter plainte car cette affaire est tout de même très tirée par les cheveux (sans jeu de mot) et heureusement, aujourd'hui les femmes sont mieux entendues. Je me ferais plus de soucis par rapport au cas de cette jeune femme marocaine en Italie, expulsée, après avoir dénoncé les violences conjugales qu'elle subissait. Là oui il y a matière à réfléchir sur le sort des femmes sans papier qui ne vont plus oser dire ce qu'elles subissent par peur de l'expulsion. En Suisse, une loi les protège à cet égard et c'est tant mieux.
    DSK ne m'inspire pas une sympathie folle et je pense qu'effectivement il doit avoir un peu de peine à résister à un jupon mais le délit de sale gueule j'espère n'est pas suffisant à faire de lui un coupable à coup sûr non?
    Mais peut-être étiez-vous présente dans la suite du Sofitel?

  • oups désolée pour le Coréliande au lieu de Corélande (amalgame avec Brocéliande je suppose...)

  • "Si ce soir, au journal télévisé, Dominique Strauss-Kahn présente des excuses et reconnaît une pathologie addictive, s’il se soumet au tribunal de l’opinion, il introduira la culpabilité sexuelle américaine en Europe. Ce serait le plus mauvais service à rendre. S’il fait cela, pour moi il sera fini ...."

    hommelibre, c'est fait. Et je trouve ça déplorable. S'il regrette son acte (sous le point de vu "moral"), c'est son affaire et éventuellement celle de son épouse, mais personne du public lui donnera l'absolution, parce qu'il n'y a pas à donner. Chacun est le maître de sa vie. S'il regrette son acte maintenant, pourquoi ne l'a-t-il pas regretté au moment de le commettre, il devrait pourtant être assez intelligent pour savoir ce qu'il fait. Le fait que sa "partenaire" du moment était consentante ou l'avait peut-être même encouragé (en lui proposant "ses services") a dû le convaincre qu'il n'y a avait rien à regretter.

  • Bonjour,

    Article très intéressant !
    De même les commentaires apportent de nombreux éléments de discussion.
    Je soulignerai pour ma part les points suivants :
    - Personne n'est infaillible. Peu de personnes peuvent en réalité prétendre avoir été fidèle au bout de plusieurs années de couple. Le blog suivant apporte d'ailleurs de nombreuses infos autour de ce sujet qui traverse l'histoire et les sociétés ... http://www.rencontres-adulteres.org/blog/
    - Même si l'infidélité est un phénomène largement présent dans notre société, il n'est pas évident d'exprimer des justifications à l'adultère.
    - Après, s'exprimer en public sur cela ... On peut critiquer ce fait et dire que cela fait partie d'une stratégie de communication ... Mais franchement tout le monde attendait au moins une explication ...

  • Finalement, au point ou il en était, il aurait mieux fait Dimanche soir d’établir publiquement le distinguo entre le crime sexuel et sa liberté sexuelle qui n’en est pas un, au lieu de s’aventurer sur le terrain de la faute morale qui ne lui va pas du tout et à laquelle il ne croit pas lui même.
    Il aurait été plus crédible.
    De la même manière, ce n’était pas le moment de faire une quelconque analyse politique ou bien encore économique alors qu’il était en plein exercice de contrition.
    Chaque chose en son temps.
    Seulement voila, la France lui résiste, ça l’excite…………comme d’hab.

  • Patricia:

    Assez d'accord, sauf la phrase finale... Il ne s'est pas excusé mais en a trop fait. La faute morale ne regarde que sa femme et lui, et sa famille. Il y avait un affrontement nécessaire avec les français, qu'il n'a pas osé prendre.

    J'étais dans le bled lundi matin (Chalon/Saône). Dans le bistrot les gens l'ont trouvé trop long.

    Il devait envoyer promener les critiques et le tribunal de l'opinion.

  • Salut "homme libre" êtes vous devenu musulman? Chalon/Saône est une belle petite ville pas un bled? Vous savez la Saône est une grande rivière pas un "Oued"

    DSK était en pleine contraction mentale dans le sens 2b du petit Larousse...

  • "Un homme qui se comporte comme cela est un menteur invétéré, un salaud et surtout quelqu'un dont il ne faut pas croiser le chemin."

    Ben... surtout ne pas "croiser" - là on saura le pourquoi et le comment..." la Diallo qui jusqu'à preuve du contraire, c'est elle la menteuse invétérée!

    Excellents commentaires vali!

  • @Hommelibre L'affaire DSK ,et si celle-ci avait été une couverture afin de permettre au site Caradache de terminer sont chantier.Tout le monde était yeux tournés vers les USA tandis que pas très loin de notre nez ,les centrales nucléaires continuaient leur avancée,raison qui depuis très longtemps me fait douter de ces scandales dont la France entr'autre a le secret,et celui du super flic que cache t'il ,il faudrait toujours commencer par là avant d'accuser surtout des politiciens qui se laisant trainer dans la boue ne le font jamais pour rien!Vous réviez les anti-nucléaires? hé bien dansez maintenant pourrait être la morale
    Et si vous pensiez encore que les médias étaient pour vous instruire ceux se souvenant du passé vous diront,qu'elles sont là uniquement parceque vous en re-demandez et qu'ainsi par la pensée serez vous dominés!
    Ceux qui auront eu la chance d'écouter Arafat quelques jours après sa fameuse poignée de mains avec un Responsable Israélite auront entendu celui-ci affirmer:ceci est un leurre comme tous les accords signés !
    bonne journée à vous

  • Un jour les libéraux comprendront qu'une morale personnelle n'est qu'oxymore.
    Autrement, le sexe altère très bien l’état de conscience et encore une fois, il faut voir le puritanisme comme une exacerbation de la jouissance du viol de règles sociales. Mais je comprends que les libéraux ne touchent pas cela du doigt aisément ; il vaut mieux se créer un ennemi fictif pour justifier son existence.

  • Un jour les libéraux comprendront qu'une morale personnelle n'est qu'oxymore.
    Autrement, le sexe altère très bien l’état de conscience et encore une fois, il faut voir le puritanisme comme une exacerbation de la jouissance du viol de règles sociales. Mais je comprends que les libéraux ne touchent pas cela du doigt aisément ; il vaut mieux se créer un ennemi fictif pour justifier son existence.

Les commentaires sont fermés.