Ségolène Royal: Grincheuse fait des vagues

Grincheuse est de retour. Il y a 10 jours au journées de La Rochelle, elle était toute miellitude avec Martine Aubry et François Hollande. Les mamours fusaient devant les photographes et rien ne faisait voir en ces trois là des adversaires visant la plus haute fonction du pays.

segoluche2.jpgTout en images amourantes et sourieuses, ils évitaient soigneusement de pérorer trop agressivement. Chacun dans son espace, ils tenaient des discours qui n’auraient pas fait dresser les poils d’un lapin. Il fallait se montrer  raisonnables et relativement consensuels.

Mais le temps passe et la primaire socialiste approche. François, parti plus tôt comme la tortue de la fable, a une bonne longueur d’avance sur Martine et laisse son ex sur le carreau. Hou la rage! Ce bonhomme qu’elle déteste cordialement lui soufflerait une présidence qu’elle a presque tout fait pour rater en 2007?!

- O rage, O désespoir, O populace aveugle, manipulable, versatile et ennemie! Peuple de gauche, pourquoi, oui, pourquoi m’as-tu abandonnée? J’étais ta mère, ta soeur, ta fille, ta maîtresse: me voici ta marâtre. Quelle déchéance. Entends-tu mon courroux, vois-tu mon dépit, sens-tu ma rage? Je veux me venger! Je veux être calife à la place du calife!

Mais le peuple de gauche aime déboulonner ce qu’il a adoré: Dominique Strauss-Kahn, Lionel Jospin, Ségolène Royal, entre autres. Sans parler de Pierre Bérégovoy, lâché par Mitterrand avant qu’il ne mette fin à ses jours. La politique, à droite comme à gauche, est un long fleuve pas tranquille où les trahisons succèdent aux admirations sincères ou opportunistes.

Dans ce long fleuve nagent quelques pachydermes, crocodiles, petits et gros poissons, et chacun tente d’y survivre à sa manière. La manière de Ségolène Royal est variable. On le sait depuis un moment. En général, une période de relatif calme médiatique prépare un coup plus ou moins foireux. Cela ne manque pas: elle vient d’attaquer Fanfan et Titine dans Le Figaro. Concernant Fanfan, la petite phrase est cinglante et promet un retour aux années Chirac s’il est élu:

«Le point faible de François Hollande, c'est l'inaction, assure Ségolène Royal au Figaro. Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu'il aurait réalisée en trente ans de vie politique ? Une seule ?»

A peine est-elle moins incisive pour Titine:

«Sa seule expérience électorale, c'est une législative perdue en 2002. Passer de rien à une campagne présidentielle, ce n'est pas facile»

Elle ajoute une diatribe contre les sondages qui fausseraient le jeu et manipuleraient l’opinion. Elle  ne s’en plaignait pourtant pas quand en 2006 elle était encore donnée gagnante de l’élection.


Segoluche1.jpg
Grincheuse se lâche! Grincheuse fait des vagues. Sa rage déborde.

D’ailleurs, il faut lui reconnaître une qualité importante pour être candidate: la rage. Elle veut être présidente, elle veut être la première, et la première femme. A gauche elle est la seule à montrer cette rage et ce goût du pouvoir. Elle a la même rage que Sarkozy. Mais elle s’est sabordée il y a longtemps. D’abord, son féminisme trop affiché. On ne vote pas pour une femme, on vote pour celui ou celle qui dirigera le pays. Le fait d’être femme, pas plus d’ailleurs que d’être homme, ne garantit de compétences pour cela. Son communautarisme féministe l’avait desservie. Ajouté à cela son isolement d’avec le PS et et quelques sorties pour le moins maladroites.

Depuis 2007 beaucoup de français ont compris qui est le personnage. Ils ne lui font plus confiance. Il n’est que de lire quelques-un des commentaires suite à ses attaques du jour, commentaires posés dans le site du quotidien le Monde:

«Il faut que cette "Royal" pense à prendre sa retraite...Elle est aigrie et mauvaise perdante. Elle joue avec le feu...Elle + DSK = défaite assurée.»

«Sachant qu'elle va se faire éjecter des primaires PS, elle commence à préparer sa candidature à la présidentielle en solo.»

«Quand on a des amis comme Mme Royal, on n'a pas besoin d'ennemis : elle est experte en vacheritude la Bécassine du Poitou ; je n'ai pas une sympathie démesurée pour ses petits camarades de PS mais il faut reconnaître qu'en matière de méchanceté et de goujaterie elle bat des records , surtout pour "l'inactif" qui lui a fait une nichée de gamins. Vis à vis de ses enfants c'est d'une indécence demesurée.»


Et je n’ai pas reproduit les pires.


Depuis Georges Marchais il manquait un personnage qui assure l’animation. Heureusement Grincheuse est là. Grincheuse qui le 23 août 2010 déclarait sur le site de Jean-Louis Bianco:

«Vos relations sont-elles désormais apaisées avec Martine Aubry ?

Oui car j’ai le sens des responsabilités, malgré la gravité de ce qui s’est passé au Congrès de Reims.  La gauche peut gagner en 2012 si elle est unie et si elle est capable de construire un projet qui redonne une espérance et qui tire la France vers le haut.»


C’est mal parti...

Catégories : Politique 2 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Bonjour,

    je consulte souvent votre blog que je trouve intelligent.

    Je vous laisse le lien d'un autre site pour que vous lisiez le dernier article sur la Haute Autorité des primaires citoyennes...et la vraie grincheuse du PS.

    http://zoonpolitikon.over-blog.com/

    Bonne lecture

  • @ Citoyens !: Merci, c'est très gentil. Intéressant ce lien et ce site. A première lecture je n'ai pas le même point de vue sur certaines questions mais on le voit ouvert à la discussion, pas dans l'émotionnel.

    PS: A propos des compliments, j'ai souvent eu de la difficulté à les gérer. Et un jour, en 2003, j'étais à l'éclipse totale de soleil en Libye. Il y avait Hubert Reeves dans le groupe. A un moment je suis allé lui dire que je trouvais formidable ce qu'il faisait et avait fait pour ouvrir l'esprit des humains. Lui, tout simple, habillé comme un touriste lambda, m'a simplement dit: "Merci, c'est gentil". Et j'ai trouvé qu'il avait une manière formidable de ne pas faire un fromage avec un compliment. J'ai du coup repris sa phrase!

    ;.)

Les commentaires sont fermés.