Dealers: la Tribune raciste?

Vous aviez un bon sujet, hier, Monsieur Mizrahi, à propos de l'article de la Tribune sur les dealers et l'interview de l'un d'eux. Pourquoi l’avoir bousillé? Oui, un bon sujet: déplacer la question des dealers sur les consommateurs. Les dealers existent parce qu’il y a des gens qui consomment et donc achètent, et il est possible, voire probable, que dans les consommateurs il y ait des blancs «bien de chez nous» (je vous cite).

herrmann_203.jpgC’est vrai. Personne ne force les acheteurs. Mais les dealers existent aussi parce que les élus, dont vous faites partie, ne proposent pas une légalisation encadrée du cannabis, rapportant de l’argent pour la prévention, surveillant la qualité, et cassant les mafias.

Le temps des moralistes n’est pas celui des courageux...


Vous avez bousillé votre sujet de plusieurs manières:


1. Vous ne voulez pas faire figurer dans votre blog le dessin de Hermann, «l’immonde caricature» selon vos propos. Je crois comprendre que vous ne voulez pas salir votre blog avec ce dessin. Mais vous indiquez à vos lecteurs où aller se salir ailleurs.... C’est un peu fort de café. Euh, c’est quoi déjà la définition d’hypocrisie?

Le temps des moralistes n’est pas celui des courageux...

Je note au passage cette tendance à utiliser des mots comme immonde, ou nauséabond. Ce ne sont que des mots-postures, des mots-théâtres, des «regardez-moi je suis drapé d’indignation»; pas des argumentaires. La posture n'est pas une pensée.


2. Vous critiquez ce dessin parce qu’il serait raciste, si je vous comprends bien. Vous écrivez que l’on devrait montrer des blancs parmi les acheteurs-consommateurs. Non, pardon, ce n’est pas vous qui l’écrivez: vous reprenez un commentaire sur l’article de la Tribune et sur lequel vous vous défaussez (bien qu’au fond, on le lira après, vous soyez d’accord avec le contenu): «les blancs sont les patrons et les fournisseurs de ceux qui dealent, c'est pourquoi on ne les voit jamais. Il doit d'ailleurs certainement y avoir de bons Suisses bien de chez nous dans cette bande. Les blancs sont aussi les banquiers (entre autres professions fortement représentées) qui sont les clients et qui consomment». Est-ce pour stigmatiser les blancs sans le dire vous-même?

Le temps des moralistes n’est pas celui des courageux...


A part cela, le dessin montre bien un acheteur blanc!

- Non, il est gris-brun.

- Oui, parce que c’est la nuit. S’il était vraiment gris-brun, de jour, il serait possiblement d’origine maghrébine, ou afghane, ou autre. Mais sa main dans la lumière est blanche. Donc c’est bien un blanc, un blanc de nuit. La tête du policier au fond est de la même couleur. Gris-brun. Les blancs sont colorés gris-bruns, parce que c’est la nuit.

Donc on a d’un côté un humain «pas de chez nous», coloré foncé qui vend, et de l’autre un «bien de chez nous» coloré gris-brun qui achète.


3. Et ben, fait pas meilleur être blanc qu’africain, sous votre plume. Vous incriminez les blancs à cause de leur couleur de peau et leur appartenance, soulignant qu’ils sont majoritairement criminels dans certains délits que vous mentionnez. Ne serait-ce pas une discrimination et une accusation liées à une origine ethnique, non? C’est-à-dire du racisme? Zemmour a tenu le même genre de propos que vous et il a été accusé de racisme pour cela.

Je vous cite:

«On oublie soigneusement aussi de parler de la majorité parmi les délinquants sexuels qui sont bien de chez nous, souvent des notables.»

Ce n’est pas le sujet, mais admettons, même si par les temps qui courent les arguments sexuels sont parmi les plus racoleurs et populistes. Chacun son populisme. Vous semblez avoir trouvé le vôtre.

Le temps des moralistes...

Donc, mettons, je veux bien me salir les mains dans votre charbon. Alors, pouvez-vous préciser:

- de quelle catégorie de crimes sexuels il s’agit;

- quels sont vos chiffres statistiques et leur provenance;

- «souvent des notables»: vous semblez bien informé, donc vous avez des noms; merci de les citer, avec leur nombre et la part statistique qu’ils tiennent dans vos chiffres.


Quand vous aurez donné ces précisions, on pourra commencer à parler du fond et considérer votre indignation autrement que comme une posture... D’ici là, vos propos sont suspects de racisme.


Mais je crains n’avoir pas de réponse. Le temps des moralistes...



«Méfiez-vous des gens trop moraux: le monde qu’il vous préparent pourrait être un cauchemar.» (Auteur du 22e siècle)

 

(Dessin Herrman publié dans la TdG du 6 septembre)

Catégories : Politique 1 commentaire Lien permanent

Commentaires

  • Ma réponse: http://cyrilmizrahi.blog.tdg.ch/archive/2011/09/07/0d7c6f633bfbb0cc54ac8ce233af1503.html

Les commentaires sont fermés.