Plus la pression baisse, plus elle monte

Allez y comprendre quelque chose. Ça monte ou ça descend? Les deux. Et c’est même prévu pour descendre fort. Ça devrait nous tomber dessus.

Badaboum! Patatrac! Crac boum aïe!

met-2608-1.pngNous... la Suisse de l’ouest et la France de l’est sont sous pression. Paradoxalement, plus la pression (barométrique) baisse, plus la pression (orageuse) monte!


C’est en train d’arriver. En train de nuage. Les ceux de l’ouest, passé le Rhône, ont déjà donné... enfin, reçu. En ce moment c’est tout concentré sur la grande vallée de Lyon à Avignon.


Mais ça remonte, direction nord-est. Et sous peu, 2 ou 3 heures maxi, normalement, peut-être moins, parce qu’en temps réel à vue d’oeil, le ciel s’épaissit de gris, les parasol vont s’envoler des terrasses. La pizza en amoureux avec votre promise est un peu compromise. Et pas de compromis avec l’orage. Oh, désespoir!

 

met-2608-2.png
Quelques images et, entrecoupé, un poème de Baudelaire: «L’ennemi».

 

Image 1 d’infoclimat.fr: la bulle de grosse chaleur est poussée vers le sud-est. (Cliquer sur les images pour les agrandir)

 


Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils ;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
Qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.




Image 2: l’image radar montre une série de points rouges sur le Rhône et l’Isère: ce sont les orages, en principe de bons gros orages, des vrais norages des familles.

 


Met-2608-3.pngVoilà que j'ai touché l'automne des idées,
Et qu'il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux.

 

 

Image 3: La ligne de grain, comme une grande virgule balayant le ciel, couche la France dans une multitude de caresses humides, de souffles endiablés et de draps déchirés. Le corps-à-corps s'enroule dans une étreinte qu'aucun reflux n'apaise, et avance, avance toujours, toujours plus, jusqu'à l'extase, et l'épuisement de sa semence.

 


Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur ?

Met-2608-5.png



Image 4: Archive. Il y a 20 ans, le 26 août 1991, c'était aussi la canicule.

 

 

- Ô douleur ! Ô douleur ! Le temps mange la vie,
Et l'obscur ennemi qui nous ronge le cœur
Du sang que nous perdons croît et se fortifie !

 

 

 

 

Et si vous n'avez pas encore lu Le Diable en été", je me demande ce que vous attendez. Il y a aussi de belles tempêtes, dans les cieux, dans les corps, dans les coeurs...

CouvDiable.jpg

Catégories : Météo 7 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Le problème est que le climat devient fou depuis plus d'une décennie et je constate manifestement que le réchauffement climatique fait ressentir ses plus vils côtés. Entre deux hivers bien vigoureux (fin 2008 à fin 2010) on a retrouvé le climat sec et chaud que l'on a eu depuis 2004 ou 2005.
    Nous avons des étés de plus en plus chauds. Jamais connus un mois d'août aussi chaud. Ni même une sécheresse sans fin.

    Bref qui vivra verra ... :/

  • Bonsoir Kasilar,

    Je n'ai pas le même ressenti, enfin pas entièrement.

    Je trouve qu'il y a de plus en plus d'épisodes très chauds, en effet. Et beaucoup d'hivers plus doux (sauf depuis 3 ans). Plus courts aussi les hivers. Quand j'étais gamin je faisais de la luge pendant au moins un mois, et le Jura était encore parsemé de plaques de neiges en juin.

    Mais les extrêmes ne sont pas nouveaux. L'image d'archive montre une canicule identique il y a juste 20 ans. La sécheresse de 1976 avait été très impressionnante: 6 mois de suite sans une goutte d'eau. L'été 1947 était aussi long et chaud que 2003.

    Les souvenirs personnels sont souvent subjectifs. Il faudrait analyser en détail les archives région par région.

    Sécheresse sans fin cette année? Non, il y a eu pas mal d'eau en juillet. Par contre, oui, le printemps a été exceptionnellement sec.

    J'aime regarder les archives météo, et trouver des événements exceptionnels dans le passé.

    Connaissez-vous l'année sans été? En 1816, à cause d'un volcan indonésien. J'en ai fait un billet:

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2008/11/13/hemisphere-nord-la-grande-famine-de-1816-l-annee-sans-ete.html

  • Au fait on a perdu près de 15° en environ 6 heures. Waow!

  • A se demander si Deepwater de BP n'a pas déréglé le golf stream ?!

  • hommelibre

    En tout cas concernant l'année 2011 , je n'ai pas le sentiment qu'il y ait eu un hiver particulièrement rude : 15 °C dès le 8 janvier. Ca me rappelle l'hiver 2007/2008 lui aussi particulièrement chaud. Il y a eu quelques épisodes de pluies certes, mais rien du tout comparé à ces 28 dernières années que j'ai connu. J'attends la fin de l'année pour confirmer ou infirmer que 2011 a bel et bien été une année plutôt sèche.

    Concernant la longueur des hivers ça revient à ce que je disais : climat plutôt printanier durant une partie du mois de janvier et du mois de février. J'admets qu'il y a eu des moments froids et doux.

  • Kasilar:

    Oui, d'accord pour janvier. Le froid est venu plutôt en décembre, avec la neige dès fin novembre si ma mémoire est bonne. Sur la sécheresse, je crois que cela a duré de janvier à mai. Après il y a eu des pluies, dont une ou deux fois sur une journée entière. Mais je doute que nous rétablissions les déficits.

  • je ne pense pas que ceux qui croient n'avoir plus besoin d'autrui deviennent intraitables, mais ceci reste mon avis, cdt.

Les commentaires sont fermés.