09 août 2011

Les féministes ont raison. Sauf que... (1)

La spécialisation est source de progrès. Dans les activités où une spécialisation est instaurée, les résultats sont plus nombreux, qu’il s’agisse de la recherche ou de l’économie. Le progrès est associé étymologiquement à la notion d’avancer, de progresser dans une direction. On progresse dans un tunnel, dans une exploration. On parle des progrès d’une maladie quand elle gagne des zones saines, ou de sa régression quand elle se retire.


soumission1.jpgL’homme et la femme, des mammifères spécialisés

Le progrès est associé à l’amélioration de l’humain et de ses conditions de vie. Les progrès technologiques ont en effet amélioré la vie matérielle des gens. Toutefois, tout progrès ou toute progression dans une direction n’est pas par principe une bonne chose. Les progrès scientifiques ont conduit à la conception et la fabrication d’armes de destruction massives. Où est l’amélioration pour l’espèce humaine?

La spécialisation permet surtout d’aller plus à fond, plus loin dans moins de choses. Aujourd’hui une société ne pourrait fonctionner sans cette spécialisation. On ne peut être à la fois maçon, comptable, agriculteur, marin, conducteur de train, fabricant d’automobiles, etc. Tout faire demanderait trop de temps et de compétences pour être réalisé par la même personne.

Mais avant les spécialisations professionnelles ou administratives il en est une plus fondamentale: c’est la spécialisation des fonctions selon les sexes, soit des hommes et des femmes. La première spécialisation, naturelle au sens où elle ne dépend pas d’une transmission abstraite et pensée, est de nous avoir faits monosexués plutôt qu’hermaphrodites. Chaque sexe n’est doté que de la moitié de ce qu’il faut pour se reproduire. Aucun ne peut le faire par lui-même. L’hermaphrodisme de certaines espèces animales est un phénomène rare. L’enrichissement génétique est peu compatible avec cet configuration sexuelle particulière. Par contre culturellement l’hermaphrodisme est une représentation déjà ancienne de l’union de la femelle et du mâle dans le même corps.

Donc hommes et femmes sont anatomiquement différents et biologiquement spécialisés. Ils sont également différenciés et spécialisés socialement. La question reste ouverte de savoir pourquoi la spécialisation sociale s’est développée. On peut émettre l’hypothèse qu’en des temps très anciens où la lutte pour la survie passait par la lutte pour un territoire, la fonction maternelle n’était pas commode pour être guerrier. Les mâles donc s’occupaient de la guerre. Les femelles participaient à la survie par la reproduction et le soin à leurs descendants, en les nourrissant et en leur conférant une partie de leur propre immunité. Cette hypothèse peut être émise parce que c’est encore le cas aujourd’hui, même si le lait maternisé tend à remplacer le lait maternel, et la puéricultrice les soins que la femelle prodigue habituellement à ses petits.


La répartition: une protection de l’espèceSoumission3.jpg

Cette spécialisation hommes-femmes, ou guerre-maternité, n’est pas absolue. Un homme peut prodiguer d’excellents soins à ses petits, et une femme peut envoyer l’armée se battre sur une île comme les Malouines. On remarque cependant qu’il n’y a pas eu durablement d’armée féminine. Comme si la femme devait être tenue à l’écart de la guerre. La guerre étant une décision politique, les hommes ont pris en charge la gestion politique de la société. La spécialisation était institutionnalisée par une répartition des tâches.

S’agissait-il de mettre les femmes sous la tutelle des hommes, ou sous leur domination, comme la théorie féministe et la sociologie bourdieusienne l’affirment? Au vu du nombre d’hommes qui mouraient à la guerre, et qui donc mouraient jeunes, il n’est pas illégitime de penser qu’il s’agissait de protéger les femmes, et à travers elles de protéger l’espèce. Car dans la reproduction un homme est plus facilement remplaçable qu’une femme. Il peut essaimer ses spermatozoïdes partout, féconder plusieurs femmes dans la même période, alors qu’une femme ne porte qu’un petit à la fois et qu’il lui faut du temps pour la gestation et le soin de début de vie (en particulier l’allaitement). Si les femmes étaient mortes au combat elles n’auraient pas pu se reproduire et l’espèce en eût été menacée, alors qu’un homme qui disparaît peut être rapidement remplacé par un autre valide. On ne peut dès lors exclure que les femmes aient elles aussi souhaité la spécialisation et la répartition des fonctions: aux hommes la politique, la guerre et la protection de la famille et du clan ou du pays, aux femmes le soin à l’humain, l’éducation, la socialisation.

Que les féministes d’aujourd’hui refusent ou non la maternité ne change rien à cette spécialisation; mais on peut considérer que la dé-spécialisation en cours augmente les possibles des femmes et des hommes. Elles ne sont pas que des reproductrices. Mais y a-t-il eu dans le passé une période où les femmes n’aient été «que» reproductrices? N’ont-elles pas toujours, dans leur spécialisation, apporté leurs forces à la société et au clan?


soumission2-catherineII.JPGLe glissement théorique de Bourdieu

Dans son analyse du monde passé («La domination masculine», Editions du Seuil poche), Pierre Bourdieu, qui a théorisé la notion de domination masculine, est très dogmatique et tient des jugements dont rien ne prouve qu’ils aient été pensés par les civilisations anciennes:

«... les femmes, étant situées du côté de l’intérieur, de l’humide, du bas, du courbe et du continu, se voient attribués tous les travaux domestiques, c’est-à-dire privés et cachées, voire invisibles ou honteux, comme le soin des enfants et des animaux...»

Il fait référence à un modèle de séparation hommes-femmes sur lequel il faudra revenir. Restons pour cette fois dans la prise de conscience d’un biais instauré depuis longtemps déjà: le travail domestique est inférieur, dévalorisant, secondaire. C’est un des thèmes récurrents du féminisme. Je dirais d’abord qu’une telle vision est particulièrement dénigrante des femmes et de ce qu’elles ont toujours apporté au monde: la vie, le soin, les relations sociales. Tenir une maison, en plus de faire des enfants, de les éduquer, de participer aux travaux de la ferme ou de vendre son artisanat, de participer à la vie politiques comme chez les celtes: la contribution des femmes à la société est immense. Rien de potiches ou de faire-valoir. Et puis, franchement, si l'on voulait dégoûter les hommes de participer au travaux domestiques, on ne s'y prendrait pas autrement...

«... la soumission féminine paraît trouver une traduction naturelle dans le fait de s’incliner, de s’abaisser, de se courber...»

Pierre Bourdieu fait ici une confusion particulièrement gênante en ce sens qu’elle généralise aux genres des attitudes qui ne suivent pas une ligne de démarcation genrée. L’humain est appelé à se courber devant Dieu, ou à s’agenouiller devant son vainqueur comme la statuette égyptienne. Les humains dominés se courbent devant les dominants, que ceux-ci soient hommes ou femmes. Les animaux font de même. Les prisonniers de guerre passaient sous le joug*, pièce de bois qui les obligeait à courber la tête. On voit ici le glissement généralisateur effectué par Bourdieu et dans son sillage par l’idéologie féministe radicale. Catherine de Russie montre bien le contraire de la description de Bourdieu.

Il oublie ces ouvriers, immortalisée par des photographies, qui enlèvent leur casquette et baissent la tête quand le patron passe dans les ateliers. Il oublie ces femmes qui ne s’en laissent pas conter, qui mènent leur barque, depuis des temps très reculés, et que l’art n’a pas représentées baissant la tête devant l’homme.

Avoir ainsi juxtaposé la domination sur le genre masculin, soit sur l’homme, et la soumission sur la femme, en avoir fait une théorie générale, est une insuffisance notoire dans l’analyse et démontre une volonté (de dominant) de définir et classifier le monde, tout en recréant des stéréotypes de genre au nom même d’une philosophie qui voudrait les abolir.


Deuxième partie à suivre.


* Joug: «Chez les Romains, javelot attaché horizontalement sur deux autres fichés en terre, et sous lequel le vainqueur faisait passer, en signe de soumission, les chefs et les soldats de l'armée vaincue.» Larousse.

Commentaires

"Les mâles donc s’occupaient de la guerre."

et de plus la force physique n'est pas la même entre un homme et une femme, si on fait la guerre le but c'est quand même d'être vainqueur, donc d'avoir les combattants les plus forts physiquement, une femme de 10 kgrs de moins qu'un homme a moitié moins de force dans le haut du corps.

et ça n'a pas changer actuellement, ce ne sonts toujours que des hommes qui crapahutent dans les montagnes et oui ils portent 38 kgrs sur le dos.

dans les pompiers c'est pareil le test de sélection leur est spécifiquement adapté, elles sonts incapables d'effectuer le rétablissement sur la planche en tenue compléte, elle le font en survêtement, (elles ne vonts pas au feu en survêtement pourtant il me semble). il n'y a pas de femmes à la légion étrangére, les féministes vonts appeler ça du sexisme !!!!

"Je ne sais pas, mais si tu en as vraiment envie et qu'on te refuse, tu peux porter plainte à la Cour Européenne de Justice pour discrimination !
Il est temps que les derniers bastions sexistes tombent, vingt dieux ! "

http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20070616020410AAjKCmR

eh oui il y en a le bon sens on ne sait plus où elles l'onts mis !!!
complétement dans leur dogme.

"La Légion étrangère, contrairement à d'autres corps de l’armée française au recrutement exclusivement masculin (sous-mariniers et gardes mobiles)[14], ne bénéficie d'aucune disposition statutaire interdisant le recrutement des femmes. Néanmoins, et compte tenu du fort taux de sélection à l'engagement (les recrues sont sélectionnées après trois semaines de tests et environ 1 candidat sur 6 a été engagé en 2006), celle-ci ne recrute, comme légionnaire, que des hommes. En revanche, un nombre variable d'officiers et de sous-officiers féminins servent en son sein, en tant que « cadres du régime général affectés à la Légion ». Si ces femmes portent le béret de l'Institution, elle n'en portent pas les attributs de tradition (Képi blanc, épaulettes rouges et vertes et ceinture bleue)."

http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gion_%C3%A9trang%C3%A8re

à langson des parachutistes vietnamiens sonts morts d'épuisement pendant le repli, pas la même constitution que des occidentaux, plus légers ça veut tout dire !!

http://www.ina.fr/histoire-et-conflits/indochine-et-vietnam/video/AFE85005195/apres-le-raid-des-parachutistes-sur-langson.fr.html

Écrit par : leclercq | 09 août 2011

"La planche à rétablissement,
communément appelée la planche,
est une institution à la BSPP.
Apparue le 16 juin 1895 dans les
casernes de sapeurs-pompiers de
Paris, elle est devenue l’agrès de
référence pour l’admission au
service incendie et un baromètre
de la forme physique et
psychologique du sapeur-pompier.
Pratiquée au moins deux fois par jour en tenue de feu, elle constitue
un temps fort de la journée. Ses caractéristiques : 1 mètre de
largeur, 1,30 mètre de profondeur, 4 à 5 centimètres d’épaisseur et
culmine à 2,40 mètres du sol. Avant chaque montée, le sapeurpompier
décline à haute-voix son grade, son nom, son ancienneté et
piquet de service devant l’ensemble des hommes en tenue."

http://www.bspp.fr/recrutement/sapeurs-pompiers/BSPP.pdf

"Epreuve des tractions
Il s’agit de réaliser au minimum, pour les hommes
10 tractions complètes en pronation et pour les
femmes 30 secondes de suspension à la barre
fixe."

"La planche peut être définie ainsi : passer d'un état de suspension à un mur, une branche ou une barre, jusqu'à l'appui en effectuant un traction suivie d'une antépulsion.

Le mot "planche" vient d'une épreuve qui fait partie des tests de sélection pour entrer chez les pompiers. Il s'agit en fait d'une planche horizontale qui se trouve à 2m40 du sol et ... il faut monter dessus . L'épreuve est disqualificative pour les hommes."

"pour les hommes " !!!!

http://parkour.net/La-planche-t24.html

http://www.youtube.com/watch?v=05Wr1bpbjxM&feature=related

il faut le faire !!

ça aussi

http://www.youtube.com/watch?v=kkHNrGz1gU0&feature=related

Écrit par : leclercq | 09 août 2011

je peux moi même témoigné que l'entrainement militaire n'est pas toujours facile, j'ai fait mon armée au 75 iéme Régiment d'infanterie motorisée de valence, 220 jours de terrain, stage commando N°7 à Vieux Brisach en Allemagne
pendant ce stage j'ai effectué une marche commando en courant 8 km en mois de 45 minutes en treillis rangers, sac à dos à 7 Kgrs, Mat 49 3,5 Kgrs, et pendant 5 km une AA52 (10 Kgrs) en plus.

" La planche peut être définie ainsi : passer d'un état de suspension à un mur, une branche ou une barre, jusqu'à l'appui en effectuant un traction suivie d'une antépulsion.

Le mot "planche" vient d'une épreuve qui fait partie des tests de sélection pour entrer chez les pompiers. Il s'agit en fait d'une planche horizontale qui se trouve à 2m40 du sol et ... il faut monter dessus . L'épreuve est disqualificative pour les hommes."

pour les hommes !!!!

http://parkour.net/La-planche-t24.html

http://www.bspp.fr/recrutement/sapeurs-pompiers/BSPP.pdf

- Epreuve des tractions
Il s’agit de réaliser au minimum, pour les hommes
10 tractions complètes en pronation et pour les
femmes 30 secondes de suspension à la barre
fixe.

Écrit par : leclercq | 09 août 2011

La majorité des femmes sont l’avenir de l’homme. Elles sont aussi les maîtresses principales dans la majorité des décisions. Elles sont aussi des femmes d’intérieurs qui décident de tout au sujet des aménagements et décorations de leurs foyers. Les hommes se fient à leurs avis et conseils. Dans les couples, on sait qu’il y a +- 70 % des conflits qui sont insolubles et que les couples heureux arrivent à vivre avec cet état de fait !

Actuellement, les femmes actives n’éduquent plus leurs enfants ! Elles les confient depuis leurs plus jeunes âges, successivement, dans des pouponnières, dans des crèches, de 7 heures (voire plus tôt) à 18 heures, voire plus tard encore ! Mais quelles sortes d’enfants allons-nous donner à la Société ?

Mais une minorité de féministes radicales (toutes ces femmes qui éprouvent des ressentiments ou bien de la haine envers les hommes) oeuvrent pour la destruction de l’humanité en s’attaquant aux hommes et à leurs enfants de sexes masculins et féminin…
Car, avant tout, ces féministes radicales (fondamentalistes) visent à condamner les hommes pour diverses raisons et promeuvent (incitent, encouragent,…) la guerre entre les femmes et les hommes dans une guerre des sexes !

Et lorsque (depuis la libération sexuelle de 1970) l’on entend certains discours de cette sorte de féministes proférer que tout acte sexuel est un acte de violence… on se demande à quoi elles servent ? Et aussi si elles ne devraient pas consulter des psychiatres ? Ou bien de suivre des psychanalyses ?

J’estime que toutes ces sortes de féministes là (que j’ai approchées depuis les années 60) elles ont toutes le même profil : des hystériques, des psychotiques, des lesbiennes, des vaginocrates,… qui ne s’inquiètent absolument pas de l’avenir des enfants de sexes masculins !

Depuis les années 60, avec les autres femmes, même féministes notoires, je n’ai jamais eu de différents entre nos idées respectives sur le principe pour l’égalité en droits et en devoirs entre les femmes et les hommes !

Actuellement, en étant en surpopulation, les femmes peuvent très bien s’engager, en masse, dans les armées… et elles peuvent aller se faire tuer tout autant que les hommes !
Mais elles sont inexistantes dans les corps d’élites tels que les « Légionnaires » Français en Afghanistan, par exemple !
Le jour où l’on verra davantage (ou bien autant) de femmes que d’hommes dans ces corps d’élites, on pourra reconnaître la réelle égalité entre les deux sexes.

Avec Internet, nous serons pollués, de plus en plus, par des manipulatrices destructrices, ces femmes perverses, narcissiques,… qui généralisent et nous attaquent sur diverses situations ! C’est une bien triste évolution !

Écrit par : Will | 09 août 2011

http://www.armees.com/La-place-de-la-femme-dans-l-armee.html

"14 avril 01:58, par flavie
Alors moi, concernant cet article je ne suis bien évidemment pas d’accort. Du haut de mes 19ans (à prendre avec le sourire) étant une femme, je souhaite m’engager dans l’armée pour cela j’ai bien conscience de la condition physique demandée, cela fait maintenant deux mois que je m’entraine chaque jours à mon endurance et à ma force je pense que pour passer les tests cela devrait être suffisant. Je me doute bien que cela ne s’arrêtera pas là mais comme tout métier il y a la motivation qui selon moi joue un rôle important tout comme l’envie de démontrer que nous les femmes sommes autant capable que les hommes à faire ce genre de métier, sans parler de féminisme mais plutôt d’estime de soi.
J’ai pu lire que vous parliez de porter de lourdes charges 20kg-50kg, j’estime que n’importe quelle femmes le souhaitant puisse le faire, je parle en connaissance de cause moi même ayant portée ce genre de charge pendant plus de trois ans. Maintenant j’ai une autre remarque à faire concernant ne serait-ce que les tests physique d’admission : on demande des niveaux différents ( par exemple 10 tractions au mieux pour les hommes et 12sec de suspension pour les femmes) et bien moi j’ai envie de répondre si déjà au niveaux des tests on ne considère pas la femme comme égale à l’homme comment voulez qu’elle soit réellement considérer comme telle ? Après cela on obtient ce genre de débat rabaissant et vraiment trop stéréotypé. Une dernière chose du haut de mes 1.70 et 55kg j’ai envie de vous dire à vous messieurs que les tractions, les pompes, la course... Et bien j’y arrive tout comme vous et que la vision de risquer ma vie, voir de la perdre j’en ai conscience et j’ai l’appréhension que n’importe quel soldat pourrait avoir en s’engageant, d’où l’apprentissage physique et psychique nécessaire que doit subir toutes nouvelles recrues femmes et hommes. En résumer cela et certes une question de physique mais aussi beaucoup sur l’état d’esprit et sur le respect (et un peu moi d’égaux de votre part messieurs).

les délires d'égalité du féminisme lui sonts montés à la tête à cette brave fille.

"J’ai pu lire que vous parliez de porter de lourdes charges 20kg-50kg, j’estime que n’importe quelle femmes le souhaitant puisse le faire"

là elle a pas tout compris il s'agit de marcher en zone montagneuse des journées entiéres avec 38 kgrs sur le dos, avec armes munitions et gilet pare balles.

"Maintenant j’ai une autre remarque à faire concernant ne serait-ce que les tests physique d’admission : on demande des niveaux différents ( par exemple 10 tractions au mieux pour les hommes et 12sec de suspension pour les femmes) et bien moi j’ai envie de répondre si déjà au niveaux des tests on ne considère pas la femme comme égale à l’homme comment voulez qu’elle soit réellement considérer comme telle ? Après cela on obtient ce genre de débat rabaissant et vraiment trop stéréotypé."

il est vrai quelle pose les vrais questions, mais apparement elle ne s'est pas rendue compte que les hommes et les femmes étaiuent différents morphologiquement

et elle ne pense que 55 kgrs elle va avoir du mal en montagne avec 38 kgrs sur le dos.

"1er novembre 2010 10:35, par Bersac Patrice (CLC R)
Quelle place pour la femme dans les forces armées ?
Cette question est vieille comme l’humanité. Les réponses sont aussi nombreuses que les situations observées au fil de l’histoire jusqu’à ce jour. Elles vont de l’utilitarisme abject à l’héroïsme, du raisonnable à l’irrationnel idéologique. Aucune des situations observables ne permet d’éluder totalement l’impact objectif des différences physiques et psychiques profondément inscrites dans la différentiation sexuelle, qu’elle soit purement animale ou pleinement humaine. Mais le débat actuel se heurte à des décisions de principe, de nature politique, prises en référence à des choix personnels qui relèvent certainement plus de la soumission aux idéologies que du réalisme de terrain et du rationalisme philosophique. Il en est ainsi de l’idéologie du genre promue par des groupes de pression féministes puis reprise par les experts des organisations intergouvernementales, l’ONU en tête, jusqu’à être inscrites dans la marbre friable des recommandations, règlements et lois au niveau national. Il n’est pas imprudent d’affirmer sans crainte que ces idéologies se briseront lorsque des hommes et des femmes prendront les gouvernes avec sagesse à l’encontre d’un courant idéologique de renversement des valeurs occidentales élaborées au cours des siècles."

" 19 octobre 2010 15:51, par LNT
Nous savons tous très bien que la différence réside dans la force physique exigée pour bon nombre de missions et beaucoup d’entraînements. Il n’y a pas de discrimination lorsque la différence est expliquée : la femme n’a pas la force physique égale à celle de l’homme, mais elle est son égal, et à ce titre il conviendrait de lui réserver les postes compatibles avec cette différence. CQFD.

Écrit par : leclercq | 09 août 2011

@Will nous sommes nombreuses à penser comme vous,quand on sait qu'un enfant dès 4 mois peut être placé en crèche,alors pourquoi encore faire des enfants afin de les faire élever par des inconnus et qui se retourneront plus tard contre leurs parents,y'a vraiment un non sens dans l'esprit des femmes d'aujourd'hui leur esprit de compétivité leur a supprimer même l'envie de réfléchir logiquement,ensuite on s'étonne de tueurs comme à Oslo qui était un signal d'alarme parmi tous ces jeunes en détresse sans doute y'en a -t'il beaucoup qui ne savent même pas qui est leur père ou leur mère,quel bel avenir à venir!peut-être sommes nous en train de vivre le prémice d'une révolte de gamins devenus ados qui en ont marre des gens qui font des enfants pour ensuite les donner à d'autres et ensuite attaquer les enseignants car soi disant ils ne font pas leur travail correctement ,certaines femmes et mères de famille sont vraiment à coté de leurs pompes comme on dit chez nous!et tout ça parceque la copine ou le copain fait cela ,pour beaucoup il serait temps de quitter aussi l'école du dimanche on est au 21e siècle les rois fainéants ont existé certe ,quand aux femmes qui veulent imiter les cougardes bien du plaisir pour elles,mais à chacun sa génération cependant au vu de ce qui se passe,on peut san rougir dire,ouf nous on est sorti de la barque neptunienne des illusions qui se terminent toujours par le diction,pourquoi échanger un borgne contre un aveugle!

Écrit par : lovsmeralda | 09 août 2011

Rhoooooooooooooo Rhooooooooooooo MDRMDRRRRRRRRRRR LOL

Écrit par : Patoucha | 09 août 2011

"Actuellement, les femmes actives n’éduquent plus leurs enfants ! Elles les confient depuis leurs plus jeunes âges, successivement, dans des pouponnières, dans des crèches, de 7 heures (voire plus tôt) à 18 heures, voire plus tard encore ! Mais quelles sortes d’enfants allons-nous donner à la Société ?"

Qu'est-ce qu'il faut pas lire !!!
Vrai que les femmes actuellement font des bébés toutes seules, travaillent pour le plaisir. L'homme, avec un petit petit h, lui actuellement tout ce qu'il sait faire c'est pleurnicher parce qu'on lui demande de participer à la vie de la famille et qu'il ne peut plus, après une journée passée à travailler rentrer chez lui, après être passé au bistrot boire l'apéro avec les copains (ben oui il a besoin d'une vie sociale ... peut pas faire que métro, boulot, dodo) Je disais donc qu'il ne peut rentrer chez lui et mettre les pieds sous la table en attendant d'être servi ! Et ça ça le perturbe un max. C'est vrai ça toutes ces femmes qui ne souhaitent pas endosser le rôle de bobonne au foyer, font ch... et ces pauvres gamins qui sont maléduqués c'est de la fôte des femmes !!! Eux y sont là juste pour mettre la graine et ramener de la graine. Le reste, faut pas pousser ça les regardent pas. Ce ne sont que des hommes ....

Vives les amazones ....

Écrit par : pique-nique | 09 août 2011

@ pique-nique

c'est quoi ce ramassis de clichés bidons, sans aucune réalité concréte.

Écrit par : leclercq | 09 août 2011

Haaaaaaaaaa, merci Pique-nique!
Enfin quelqu'un de sensé!
Will, Leclercq, Patoucha, Lovesmeralda, la KATA!
HommeLibre, vous attirez de drôles de zouzous, ces jours....

Écrit par : loufoque | 09 août 2011

Il lui sent gentiment le ventre histoire de voir s'il y a une ouverture et de la place la dedans.
Elle grogne et se fait un slip avec sa queue : "faudrait peut être me demander si c'est le moment.........."
Je les adore.

Écrit par : Patricia | 10 août 2011

@loufoque,les zouzous comme vous dites sont des gens qui ont l'expérience de la vie et qui ne sont pas nés de la dernière pluie tout simplement!pour certains qui ont ramassé des coups à tuer de ceux là mêmes qui sont interdits aux animaux alors si être zazou ou zouzou autant l'être que complètement défoncé et carrément à coté de ses pompes n'est-il pas vrai?surtout si l'on sait présentement l'adoration portée aux animaux et le rejet systématique des recherches pour améliorer le confort des humains,et là ce sont des hyperféministes qui sont responsables personnes d'autres croyant qu'il n'y a qu'à,mais comme on dit la roue tournera pour elles aussi la vie continue,à chacun son chemin et sans rancune ,à notre âge on pensait avoir tout vu mais fort heureusement on est encore là pour constater le manque d'énergie de ceux qui ne savent que critiquer et rien d'autre!
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 10 août 2011

Dommage que Pierre Bourdieu n'ait pas travaillé en unité psychiatrique après guerre les clans d'infirmières d'origines Allemandes et Autrichiennes lui aurait vite fait comprendre le féminisme qui transforma du même coup des volées de jeune élèves en soins psy qui sortirent des lieux dégoutées pour beaucoup de la gente féminine et qui grâce à leur flair eurent pour beaucoup le réflexe de dénoncer les anomalies faites envers les patients par ces furies d'un autre temps enragées peut-être d'avoir a travailler pour un peuple qui avait accueilli tant de réfugiés pour les cacher qui sait!heureusement les patrons veillaient et mai 68 mit une fin a des agissements honteux de la part d'une poignées de soignantes qui n'en étaient pas finalement et malheureusement sonnait le déclin d'une profession réservée à des femmes sensibles,intelligentes et s'éteignant peu à peu,mais on est sauvés n'est-ce pas l'intelligence n'a plus rien à prouver ordinateur , scanners and Co ont pris le relai,transformant du coup les féministes en salvatrices d'espèces animales et autres coléoptères jugées en danger préférant faire un enfant ,le laisser à son géniteur et tout comme César s'en laver les mains, l'état s'en occupera entend-on,bravo quelle magnifique avancée sociale et si la femme est sensée sauver l'humanité alors là les doutes sont permis,surtout n'oublions pas les traitements hormonaux et autres qui eux finiront par tuer l'espèce humaine quand aux animaux eux pourront réapprendre à vivre loin des camps cloturés entretenus par la descendance de ceux qui avaient déja pour idée d'anéantir l'humanité ,hommes compris!

Écrit par : lovsmeralda | 10 août 2011

Merci, lovsmeralda. J’ai bien apprécié vos commentaires ! Mais sachez qu’aux «Pays des Droits de l’Homme », c’est bien avant 4 ans que les mamans actives confient les éducations de leurs bébés aux crèches !!! Et ce, durant un temps assez long : de 7 heures, parfois plus tôt… et jusqu’à 18 heures, parfois plus tard.
Nous ne verrons pas les mesures d’améliorations qui seront prises par nos politiciens, ça c’est certain ! Les évolutions, comme les dérives, ça varie en bien ou en mal après un certain temps !

Écrit par : Will | 10 août 2011

C'est assez amusant de voir comment certain(e)s récupèrent les commentaires pour les ramener vers leurs préoccupations personnelles.

Écrit par : Jude | 10 août 2011

@Loufoque

Ça fait du bien de lire qu'il y a d'autres personnes sensées ici ;)

Écrit par : pique-nique | 10 août 2011

@ pique-nique

censées tu veux rire

"et ces pauvres gamins qui sont maléduqués c'est de la fôte des femmes !!! Eux y sont là juste pour mettre la graine et ramener de la graine. Le reste, faut pas pousser ça les regardent pas. Ce ne sont que des hommes ....

tu n'a pas l'air de bien connaitre l'éjection de l'homme dans l'éducation des enfants une analyse lucide pour t'éclaircir les idées

http://justice.pa-pa.normandie.over-blog.com/article-31512256.html

ni la propagande mensongére sur les taches ménagéres.

ça te sortira de tes clichés, parce que ce que tu écris ne se base absolument sur rien à part des clichés.

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/famille/remettre-l-enfant-a-la-bonne-place_489894.html

HTTP://WWW.PSYCHASOC.COM/TEXTES/MALE-DOMINANT-!-PERE-CONTESTE-!-N-Y-AURAIT-IL-PAS-D-AUTRES-VOIES

"L’homme, en effet, se limitant de plus en plus à un rôle maternant, devient souvent aux yeux de l’enfant, le simple auxiliaire d’une maman qui, par ses liens avec l’enfant (neuf mois de gestation…), sa nature (les hormones…), a plus de facilité dans ce domaine. Celle qui, au nom d’une égalité-identité ne voit plus la nécessité de faire appel à l’homme pour être le garant de la loi, ne lui permet pas d’être vraiment écouté par l’enfant qui reste dans la fusion avec la maman perçue « toute puissante ». Il ne faut pas s’étonner alors si celle-ci peut être tentée d’écarter celui qui devient gênant s’il n’est pas assez performant. Ainsi, non seulement il a peu de chance d’être « inter-dicteur » et donc éducateur, mais il risque, devenant inconsistant, d’être évincé et de ne même plus pouvoir jouer le rôle affectif de papa.
Cette égalité ne satisfait pas les hommes qui ne se retrouvent pas dans le nouveau rôle qu’ils se donnent ou dans lequel les mamans veulent bien les cantonner. Elle ne donne pas davantage satisfaction aux femmes qui sont les premières à se plaindre qu’il n’y a plus d’hommes assez solides avec lesquels se confronter et sur lesquels aussi s’appuyer. Les conflits qui s’en suivent entraînent les drames que l’on connaît pour les adultes. Plus grave encore, ils privent les enfants d’une véritable éducation et fait d’eux très souvent, des enfants en manque de père et de re/pères, des enfants qui ayant mal intégré la loi, risquent d’avoir des difficultés à vivre en société à apprendre à l’école etc…"

Écrit par : leclercq | 10 août 2011

@Will en effet et c'est déplorable de savoir dès l'âge de deux mois des enfants mis à la crèche,mais il faut suivre son temps parait-il cependant comme vous l'affirmez si bien dérives il y aura sans aucun doute c'est triste cependant qu'on ait raison ou tort l'humain a besoin aussi de se faire sa propre idée et les conseils très souvent donnés ne servent pas à grand chose,malgré tout on pourra dire comme les anciens du moins pour les plus perspicaces , on a essayé tant pis qu'ils fassent ce qu'ils veulent après tout,autant adopter ce genre de raisonnement puisque nous sommes considérés comme des ringards mais qui ont la conscience tranquille car se taire si l'on sait est encore pire que vouloir nier une évidence qui pend au nez de ceux qui auront à gérer le futur!
toute bonne soirée à vous!

Écrit par : lovsmeralda | 10 août 2011

@Jude,si certains commentaires sont ramenés à des expériences personnelles c'est que la réalité permet justement seulement maintenant de pouvoir révéler ce qui fut caché tant de décennies et n'oublions jamais le futur ne peut se contruire sur un passé encore en friche,l'histoire fini toujours par se rappeler au bon souvenir des humains!jouer au jeu de l'autruche ne sert à rien non plus
Et dire en Suisse y'a jamais rien eu depuis dimanche on peut dire ,oui en Suisse aussi beaucoup de gens ont souffert,les victimes par milliers et peut-être que leurs bourreaux aussi ont dû vivre des moments horribles ,oublier on ne pourra jamais quand à pardonner tout comme Golda Meir disait,tout dépend du vent et de l'humeur du jour!
bonne soirée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 10 août 2011

Sympa votre billet et le reste de votre page web. Je me permet de mettre dans mes favoris. Je reviendrai vous lire billets avec plaisir sur votre blog et je l’ajoute à mes bookmarks.

Écrit par : fabien mutuelle | 22 février 2012

Les commentaires sont fermés.