02 août 2011

Les marches blanches rendent-elles les gens meilleurs?

La première marche blanche a été organisée le 20 octobre 1996 à Bruxelles. La participation varie selon les sources de 350’000 à plus de 600’000 personnes. Toute l’Europe s’était fortement émue du calvaire des deux fillettes, Julie et Melissa, mais aussi des autres victimes connues qui ont survécu.


marche2.jpgBruxelles et conséquences

Cette affaire prit une telle ampleur à cause de l’horreur des faits, mais aussi parce que le nombre de victimes, le mode opératoire, les dysfonctionnements de la justice et la participation de la femme du violeur meurtrier l’ont rendue hors normes. La Marche blanche de Bruxelles fut un signal fort envoyé par la population aux responsables de la sécurité et de la justice.

Les participants s’habillaient de blanc ou apportaient une fleur blanche, une rose ou un lys. Le blanc fut choisi comme symbole de l’innocence et de la pureté.

Cette marche était une protestation morale et l’expression d’une très forte émotion collective, mais aussi un acte politique fort. L’attention portée au risque pédophile fut accentuée. Ce qui entraîna aussi des dérives: tous les pères devenaient suspects et beaucoup d’entre eux que je connais n’osaient plus prendre leurs enfants sur les genoux, par exemple, ou sourire à un enfant qui lui sourit. Les enseignants de l’Education nationale en France furent suspectés sur la recommandation de Ségolène Royal, et des centaines d’entre eux furent accusés et emprisonnés sur de simples rumeurs. Marie-Monique Robin, dans son enquête «L’école du soupçon», a dénombré 73% d’accusations injustes. La pédophilie était perçue comme un crime uniquement masculin. Depuis il y a eu l’affaire Fourniret, Outreau, et l’on a commencé à parler aussi de pédophilie féminine.

A partir des crimes de Dutroux l’idée des marches blanches s’est développée. D’une part il y a eu des associations qui ont pris ce nom et qui se sont impliquées dans le débat politique et législatif de certains pays. D’autre part des marches blanches sont aujourd’hui organisées pour toute mort violente ou criminelle et particulièrement sordide. La démocratie fait que les grandes causes générales sont ensuite déclinées dans des cadres plus locaux.


Reconstruire un rite collectif

Les plus récentes en France sont la semaine dernière celle pour Anne Caudal, la jeune femme enceinte tuée et en partie brûlée par son assassin et son ex-femme. Il y a eu celle pour l’adolescente tuée et brûlée à Tournon, laquelle marche fut le théâtre d’un drame: deux jeunes qui s’y rendaient ont été tués par un camion. Une autre marche a ensuite été organisée en leur honneur, non pas à cause d’une mort criminelle mais à cause de l’émotion suscitée par le contexte de ces morts. Ces marches sont devenues presque habituelles. Il y en a eu au Mexique pour dénoncer la violence et la criminalité. Et récemment, à une année d’intervalle, deux marches blanches ont été organisées dans la ville de Guise pour un chien martyrisé par son propriétaire.

Elles sont donc des actes citoyens et politiques: l’expression d’une indignation et une dénonciation. Elles servent aussi de plus en plus à manifester un soutien à une famille et à une victime que l’on a connue.
marche1.jpg
En ce sens elles recréent le rite d’accompagnement des morts. Dans les villages d’autrefois, un décès - violent ou non - causait l’émoi dans toute la population. Le rite religieux était suivi par plus que la famille. Aujourd’hui ce rite funéraire se fait plus discret, peut-être à cause de la grandeur des villes où un mort est, sauf exception, plus anonyme. Les marches blanches sont comme la revalidation d’un rite funéraire, d’un accompagnement au mort, même si elles ne sont organisées que dans certains cas précis où le crime dépasse la moyenne du supportable.

Recréer ce rite qui rend hommage aux morts est plutôt une bonne chose. Les civilisations commencent avec le langage, les outils, la structuration sociale et les rites mortuaires. Un autre aspect positif est le soutien apporté à la famille. Quand notre peine est partagée par le plus grand nombre elle est moins brûlante. La mort dans l’indifférence serait plus que la mort. Et les témoins peuvent eux aussi laisser s’exprimer le bouleversement qu’ils vivent et ne pas garder cela en eux.


Rendre l’humain meilleur?

Les marches blanches réunissent donc des personnes autour d’une même émotion, dans le refus de la violence et du crime. Les participants incarnent des valeurs sociétales positives communes qu’ils espèrent rappeler à cette occasion.

Mais est-ce suffisant pour changer le cours des choses et éradiquer la criminalité dénoncée? L’émotion peut-elle changer la société et nous changer nous-mêmes? Une fois le «devoir» de solidarité effectuée, et le temps passant, que reste-t-il de ce moment fort partagé tous ensemble?

Les participants à une marche blanche se placent du bon côté de la barrière, celle de la moralité. Parmi eux il y a peut-être des délinquants, des criminels insoupçonnés, des personnes dont l’attitude d’esprit habituel est de mépriser les humains. Participer à une marche les rend-elle meilleurs?

Une marche blanche, avec toutes ses raisons valables et son lot de bons sentiments, suffit-elle à donner envie aux gens d’agir autrement autour d’eux? Les éventuels délinquants prennent-ils conscience du mal qu’ils font au monde et aux personnes qui sont leurs victimes? Le choc d’un crime violent est-il de nature à nous réformer durablement? Ou est-ce que les bons sentiments n’ont qu’une durée limitée?

Les victimes d’homicides représentent environ 0,001% à 0,002% de la population. Les crimes les plus sordides comme ceux qui suscitent des marches blanches ne sont qu’une petite partie de ce pourcentage. Est-il possible dans une société de vivre avec un risque zéro? Doit-on compter avec le risque que, sur quelques millions d’habitants, il y a quelques Dutroux? Et qu’ils ne sont pas réformables?

Peut-être ne faut-il pas demander aux marches blanches plus que ce qu’elle peuvent donner: l’expression temporaire d’une émotion, la manifestation d’une solidarité et le rappel de valeurs. C’est déjà beaucoup que les citoyens se sentent concernés et se mobilisent. De par la force symbolique du rite, par le blanc, par la dénonciation sociale, elles semblent pourtant pourvues d’une ambition plus vaste: exorciser le mal de la société. Mais il faut probablement y voir une manière de ne pas laisser le dernier mot à ce mal et au crime.

Je ne suis pas sûr que les marches blanches rendent l’humain meilleur mais au moins elles ne laissent pas le pire s’exprimer en dernier.

10:15 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : crime, justice, marche blanche, enfants, adolescents, dutroux, bruxelles, rite, mort, solidarité, indignation | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Bah, l'émotion collective, comme l'illusion collective, nous rappelle que 90% des humains sont des moutons qui ne demandent qu'un berger pour les mener...

Et franchement, je regarde passer 20 voitures, il y a une personne au volant téléphone portable en main.
J'en déduis qu'il y a une chiée d'assassins en puissance sur la route, et pas encore de marche blanche contre eux.

Et personne ne s'émeut quand l'Europe trouve des dizaines de milliards d'euros pour la Grèce et dans le même temps 30 petits millions pour la Xième famine politique en Afrique, tout en nous passant des appels aux dons à la télé, si possible juste avant un dîner presque parfait...

Il y a une telle hypocrisie en ce bas monde, et particulièrement parmi nous riches occidentaux qui refusont d'admettre que notre richesse est artificielle et au prix de l'exploitation du reste du monde, donc ces marches blanches ne sont guère qu'une manifestation de plus de cette hypocrisie.

Et je modère mes pensées, c'était pire quand j'étais cynique, de nos jours je suis simplement réaliste.

Écrit par : Greg | 02 août 2011

@Hommelibre,poser la question c'est déjà y répondre ne trouvez vous pas avec le recul on peut comparer l'état actuel de faits revenant sporadiquementjuste pour montrer aux humains qu'il eut fallu réagir dés les premières années de sévices sexuels et autres matraitances psychologiques ,on ne peut effacer en un simple coup de baguette 70ans de retard et encore je suis modeste,les tabous protégeaient les bons comme les méchants,et le ciel d'un seul coup de baguette depuis 2000 remet les humains face à leurs penchants naturels mais bien structurés par des siècles de religions aussi il suffit de penser aux Papes D'Avignon chasteté et perversité ne faisaient-elles pas partie de leur univers?des évènements comme ceux d'Oslo sont des révélateur du mal être actuel des électrochocs en quelque sorte pour sortir de leur limbes rêveuses les humains,mais depuis la fin de la guerre combien de sordides faits ont -ils été répertoriés,rien n'a pratiquement changé excepté les moyens pour retrouver les coupables et encore en supprimant des policiers qui étaient légion avant,on a beau dire et faire la machine tue l'envie d'étudier et de dialoguer intelligemment,seule manière de progresser pour défendre intéréts et acquis qu'ils soient d'ordres personnels ou collectifs,la blabla dans les rues ne va jamais au-delà des vacances ou fins de semaines,les plus dérangés du cerveau savent analyser finement ce que leur réserve ceux croyant pouvoir les punir et nos prisons dorées ne font qu'attiser la jalousie,mais rien n'interdit de rêver à condition que cela ne dure que le temps d'un été,soyons réalistes surtout seul moyen d'avancer logiquement!Sachons manier le verbe entre hystérie sécuritaire et inventions pures pour faire peur et transformer l'humain en simple névrosés qui souffrira d'autres troubles du genre clostrophobie!
mazette je ne suis pas pour les compliments ,mais le premier Aout vous aurait-il donné l'idée de vous relooker ,ce qui vous va très bien entre nous soit dit¨!
toute bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 03 août 2011

Bonjour,

je ne sais pas si les marches blanches rendent les gens meilleurs, mais en tout cas elles permettent "d'informer" la population de ce qui se passe réellement et qui est le plus souvent passé sous silence.
Le concept de marche silencieuse a d'autant plus d'impact. Maintenant ceux qui veulent pas savoir ne sauront jamais rien et cela n'empêchera pas non plus les pédo-criminels et les pères incestueux de perpétrer leurs cirmes.

Quand aux personnalités "véreuses" qui se trouvent au sein des gouvernements, je ne pense pas que les Marches Blanches les fassent autre chose que sourire, mais cela devrait au moins les rendre conscients qu'une force silencieuse est en marche, les a identifiés et qu'ils seront exposés tôt ou tard.

Écrit par : jenny | 03 août 2011

Bonjour,

je ne sais pas si les marches blanches rendent les gens meilleurs, mais en tout cas elles permettent "d'informer" la population de ce qui se passe réellement et qui est le plus souvent passé sous silence.
Le concept de marche silencieuse a d'autant plus d'impact. Maintenant ceux qui veulent pas savoir ne sauront jamais rien et cela n'empêchera pas non plus les pédo-criminels et les pères incestueux de perpétrer leurs cirmes.

Quand aux personnalités "véreuses" qui se trouvent au sein des gouvernements, je ne pense pas que les Marches Blanches les fassent autre chose que sourire, mais cela devrait au moins les rendre conscients qu'une force silencieuse est en marche, les a identifiés et qu'ils seront exposés tôt ou tard.

Écrit par : jenny | 03 août 2011

Bonjour,

je ne sais pas si les marches blanches rendent les gens meilleurs, mais en tout cas elles permettent "d'informer" la population de ce qui se passe réellement et qui est le plus souvent passé sous silence.
Le concept de marche silencieuse a d'autant plus d'impact. Maintenant ceux qui veulent pas savoir ne sauront jamais rien et cela n'empêchera pas non plus les pédo-criminels et les pères incestueux de perpétrer leurs cirmes.

Quand aux personnalités "véreuses" qui se trouvent au sein des gouvernements, je ne pense pas que les Marches Blanches les fassent autre chose que sourire, mais cela devrait au moins les rendre conscients qu'une force silencieuse est en marche, les a identifiés et qu'ils seront exposés tôt ou tard.

Écrit par : jenny | 03 août 2011

Bonjour,

je ne sais pas si les marches blanches rendent les gens meilleurs, mais en tout cas elles permettent "d'informer" la population de ce qui se passe réellement et qui est le plus souvent passé sous silence.
Le concept de marche silencieuse a d'autant plus d'impact. Maintenant ceux qui veulent pas savoir ne sauront jamais rien et cela n'empêchera pas non plus les pédo-criminels et les pères incestueux de perpétrer leurs cirmes.

Quand aux personnalités "véreuses" qui se trouvent au sein des gouvernements, je ne pense pas que les Marches Blanches les fassent autre chose que sourire, mais cela devrait au moins les rendre conscients qu'une force silencieuse est en marche, les a identifiés et qu'ils seront exposés tôt ou tard.

Écrit par : jenny | 03 août 2011

les marches blanches servent pour faire cesser pédophilie entre autre, mais l'effet d'amplification des médias, empêche de relativiser l'ampleur de ces faits. et finalement les dérives ne sonts-elles pas pires que le mal qui voulait être complétement éradiqué.

"Ce qui entraîna aussi des dérives: tous les pères devenaient suspects et beaucoup d’entre eux que je connais n’osaient plus prendre leurs enfants sur les genoux, par exemple, ou sourire à un enfant qui lui sourit. Les enseignants de l’Education nationale en France furent suspectés sur la recommandation de Ségolène Royal, et des centaines d’entre eux furent accusés et emprisonnés sur de simples rumeurs. Marie-Monique Robin, dans son enquête «L’école du soupçon», a dénombré 73% d’accusations injustes."

"Les victimes d’homicides représentent environ 0,001% à 0,002% de la population. Les crimes les plus sordides comme ceux qui suscitent des marches blanches ne sont qu’une petite partie de ce pourcentage. Est-il possible dans une société de vivre avec un risque zéro?

et il faut savoir que les enfants sonts plus traumatisées par les procés horribles donts ils fonts les frais que le "crime", à la base du procés

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article92

Écrit par : leclercq | 03 août 2011

En tous cas, les marches blanches suisses ont porté la Suisse à l'hystérie la plus totale.

PLUS JAMAIS CA !!!

(enfin, c'est vrai que l'on disait déjà cela après la seconde guerre mondiale quant au nazisme. Et pourtant, on retrouve exactement les mêmes genres de personnes dans les deux cas: l'extrême-droite nauséabonde.)

(A la mémoire de cette mère de famille qui a mis fin à ses jours après tant de promesses illusoires de la MBS.).

Une victime.

Écrit par : Jacques | 05 août 2011

Vous avez bien résumé ce à quoi aspire une marche blanche HL. Le fait de se réunir, outre quand même le fait de faire réagir un tant soit peu les politiques histoire de "calmer le jeu" n'a d'autre utilité que celle de communier avec les victimes ou les proches des victimes et de manifester un soutien dans ce sens. Pour le reste, elle n'est d'aucune utilité réelle car on sait trop bien malheureusement que les politiques ne sont pas intéréssés par certaines problématiques surtout en matière de pédophilie! on se contente de débats et de calmer l'opinion publique mais dans le fond rien ne sera vraiment fait. Bon la petite délinquance est quand même punie dans ce domaine mais quand on sait que certains réseaux bien puissants et bien protégés existent, il est juste évident que rien ne sera fait pour protéger les enfants. Vous avez raison HL de signaler l'existence encore trop taboue de la pédophilie féminine, il n'y a pas que des incestes pères-filles ou fils mais bel et bien aussi des mères incestueuses et elles sont plus nombreuses qû'on ne le pense. Je comprends parfaitement le malêtre que certains hommes peuvent ressentir dans le fait de ne plus agir avec affection envers les enfants sans se dire que peut-être leurs gestes seront mal percus, c'est dramatique car l'enfant fait très bien la différence entre un geste d'affection pur et un geste innaproprié. ce sont les adultes autour qui malheureusement par peur peuvent générer des malentendus qui peuvent s'avérer dramatiques car conduire un innocent devant un tribunal.

Écrit par : vali | 15 août 2011

@ Vali,

Vous dites: "Pour le reste, elle n'est d'aucune utilité réelle car on sait trop bien malheureusement que les politiques ne sont pas intéréssés par certaines problématiques surtout en matière de pédophilie!"

Je ne veux pas être particulièrement un défenseur des personnalités politiques, mais je pense que cela est un peu faux, tout de même.

Nous avons, d'ailleurs, très bien vu en Suisse, à une certaine époque, de très nombreux politiques s'approcher de la Marche-Blanche-Suisse. Le tout aurait été de créer un réel débat sur le sujet, mener une réelle lutte contre la maltraitance sexuelle envers les enfants, et non pas y semer une situation d’hystérie dont aussi bien sa présidente que l'UDC (et plus particulièrement Freysinger qui y a fait son propre "djihad" (entre guillemets)) ont voulu y trouver leurs propres satisfactions personnelles.

Écrit par : Jacques | 16 août 2011

@jacques
Des efforts ont été faits je te le concède car la chappe de plomb a explosé après l'affaire Dutroux et il fallait quand même enfin se préoccuper du sort des enfants qui depuis la nuit des temps n'est pas enviable en matière d'abus sexuels, de sacrifices et autres perversions qui ne sont pas nouvelles.
Les efforts actuels ne sont largement pas suffisants et le fait de s'afficher aux côtés de ceux qui luttent vraiment contre la pédophilie n'est pour moi pas forcément un gage de réelle implication pour un homme politique.
Les débats sur ce sujet n'ont pas manqué, il en existe à la pêle, des rapports sérieux ont été faits qui n'ont pas abouti à plus de crédit en matière de lutte contre les maltraitances envers les enfants. La pédophilie est un phénomène qui existe depuis toujours, elle a de multiples aspects et facteurs. En matière de prévention, ce qui est fait est très insuffisant et personnellement j'aimerais beaucoup que la prévention passe aussi par la possibilité pour certains pédophiles qui le souhaiteraient de faire part de leurs problèmes de déviances dans des endroits adéquats, ce qui n'existe pas. Une information large et régulière auprès des parents seraient aussi une bonne chose afin d'informer sans hystérie comme tu le dis, cela ne se fait pas ou peu après une affaire éclatant dans un cadre scolaire par exemple.
Quand au crime organisé pour qui le corps de l'enfant représente une manne financière qui se rapproche de la drogue, je dis très clairement que là rien n'est fait et les seuls acteurs farouches qui combattent ce phénomène ne sont ou plus là physiquement pour en témoigner ou sur la touche (voir Martine Bouillon) ou découragé de continuer leur combat (voir Georges Glatz. C'est vrai la Pdte de Marche Blanche est très véhémente et elle combat farouchement l'horreur de la pédophilie, je ne la connais pas mais elle ne me semble pas hystérique, mais c'est sûr pas non plus une petite fonctionnaire qui se contente de mettre un tampon sur un dossier d'enfant maltraité

Écrit par : vali | 16 août 2011

@ Vali, mon intervention venait surtout après lu cette page:

http://leblogdjetliberte.blog.tdg.ch/archive/2011/08/05/les-victimes-de-pedophilies-semblent-bien-secondaire-pour-le.html

Écrit par : Jacques | 16 août 2011

Je me souviens du mars à Bruxelles

Écrit par : priligy | 30 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.