Elisabeth Badinter: «On ne se sert pas d’une possible injustice pour défendre une cause»

Elle se taisait depuis le 15 mai. Ne sachant rien des protagonistes et de ce qui s’est passé elle ne voulait rien dire. Aujourd’hui elle prend la parole. Une parole qui exprime la colère de la féministe contre les autres féministes, celles qui ont profité de l’affaire, qui l’ont instrumentalisée. Celles qui disent, en toute inconscience et du haut d’un sexisme et d’une domination féminine décomplexée: «L’affaire Strauss-Kahn aura eu ceci de bon...».

badinter1.pngElisabeth Badinter se fâche

De bon pour qui? Pour l’accusatrice qui s’est fourvoyée et dont la vie est mal engagée? Pour le procureur Vance qui a outrepassé les recommandations de la police, comme on l’apprend aujourd’hui - police qui recommandait de prendre le temps d’enquêter AVANT d’accuser aussi gravement? Pour Dominique Strauss-Kahn - qu’on l’aime ou non n’étant pas n’est pas la question? Pour les femmes de chambre qui manifestaient contre DSK en lui criant devant les caméras de télé: «Shame on you» (honte à toi)? Bon pour l’avocat de l’accusatrice dans le rôle d’un guignol pathétique, qui fait le procès dans la rue comme un bonimenteur alors qu’il n’aura peut-être pas lieu dans un prétoire?

Quelque chose de bon pour les relations hommes-femmes?

De bon pour l’idéologie d’Oser le féminisme, oui. Pour Caroline de Haas et pour celles qui disaient «Nous sommes toutes des femmes de chambre» et dont on n’entend aujourd’hui aucun regret. Le féminisme étant un dogme absolu, il ne peut se remettre en question. Article 1: le chef a toujours raison. Article 2: se reporter à l’article 1.

De bon pour en rajouter sur le sexisme anti-homme.

Celles qui pensent que l’affaire DSK a quelque chose de bon pour la cause des femmes marchent sur la tête de Nafissatou Diallo avec délectation et se moquent bien des femmes vraiment victimes dont on mettra plus facilement la parole en doute. Car l’effet DSK est là, terrible, incalculable: la révélation publique de ce qu’une accusatrice peut mentir, à la justice, à la police, à la presse, au monde entier.

C’est cela entre autres que Madame Badinter dénonce. Dans sa précipitation triomphaliste et sa misandrie débordante ce féminisme détruit la cause communautariste qu’il prétend défendre.

La phrase d’Elisabeth Badinter est celle-là:

«On ne se sert pas d’une possible injustice pour faire avancer une cause.»

Voir la vidéo ci-dessous.

 

Pendant ce temps...

Pendant ce temps Tristane Banon, regard fixe, pupille dilatée, bouche entrouverte, sans expression particulière, (mais qui donc est son conseiller en communication?) fait la une. Son livre se vend enfin. Elle le sait. «Depuis l’affaire DSK, l’ouvrage est épuisé». D’après ce que j’en ai lu ce n’est pas pour ses qualités littéraires. Maintenant qu’elle n’a plus de rivale (Nafissatou) en matière de victime, elle occupe tout l’espace. Elle dit déposer plainte car elle ne supporte pas de voir DSK libre. Elle l’a quand même supporté jusqu’à présent. Elle dit aussi dans l’Express: «Pour une fois, je voudrais être maîtresse de ce qui m'arrive. Je voudrais que l'on m'entende, parce que j'ai peut-être enfin une chance d'être écoutée.» Elle a été maîtresse de sa vie dans la vidéo chez Ardisson. Elle a dit ce qu’elle voulait. Elle n’a pas été empêchée. Elle y a même été entendue et crue. Je ne comprends pas pourquoi aujourd’hui elle se présente en victime jamais entendue.

Dans ce genre d’affaire les contradictions, les détails, les incohérences sont très importants, autant pour confondre le mis en cause s’il est coupable que pour révéler une accusation mensongère. Les accusations - vraies ou non - reposent beaucoup sur l’émotion. Avec une petite différence: dans les affaires que j’ai connues depuis quelques années les fausses accusations reposent essentiellement sur l’émotion qu’elles soulèvent et sur une empilation de faits dramatiques tellement énorme que l’on n’ose plus vérifier par crainte de traumatiser davantage la supposée victime. En simple: plus c’est gros plus ça passe.

Je me souviens d’une affaire parue dans la Tribune de Genève le 2 octobre 2002. L’article cite une juge d’instruction, Madame Isabelle Cuendet (que je connais malheureusement bien), qui avait mis en détention provisoire un garçon de 20 ans accusé par sa copine de l’avoir attachée à des tuyaux dans des toilettes pendant 4 jours, et de l’avoir violé à plusieurs reprises avec ses copains. La supposée victime avait même fait un dessin des lieux et était jugée «crédible» par les experts psychologues. Au moment du procès, la nouvelle avocate commise d’office réalise qu’il n’y a pas eu de perquisition dans l’appartement. La juge Isabelle Cuendet n’avait pas jugé utile de vérifier les lieux. L’avocate va à la régie, demande les clés, reçoit l’assurance que rien n’a changé dans l’appartement. Et sur place il n'y avait aucun tuyau auquel la jeune fille aurait pu être attachée! L’accusation s’effondrait d’un coup. L’affaire s’est arrêtée là. 11 mois de prison pour rien et une vie démolie à 20 ans.

Cela dit les accusations de Tristane Banon doivent être vérifiées. Elle se souvient sans doute de la localisation de l’appartement - vu ce qu’elle dit y avoir vécu elle ne peut pas l’avoir oublié. Quand elle l’aura indiqué à la justice il faut voir si, dans ce cas, DSK avait l’habitude de l’utiliser. Il faut vérifier le dictaphone. On doit supposer qu’elle a gardé l’enregistrement puisqu’elle dit avoir préparé un dossier à l’époque. On doit y entendre DSK demander qu’ils se tiennent la main et le bras. A noter qu’aujourd’hui, pour la première fois, elle dit qu’il avait arrêté l’enregistreur avant de «passer à l’action». Nouvelle information. On doit aussi retrouver les dossiers nombreux sur DSK qui trônaient sur le bureau de l’avocat consulté il y a 8 ans. Elle en parle dans la vidéo. Si l’avocat de l’époque, faisant fi de toute déontologie, a pu si facilement dire que ces dossiers concernaient DSK, il lui sera tout aussi facile de les donner à la justice...

Bref, vérifions, vérifions. Ne croyons rien sur parole. Madame Banon a reconnu hier avoir harcelé Dominique Strauss-Kahn pour obtenir cette interview. Dans le chapitre retiré du livre elle se montre provocatrice et agressive. Tant que tout cela n’est pas vérifié il y a autant de raisons de la croire que de douter d’elle. Attendons la suite.




Elisabeth Badinter par franceinter

 

 

 

 

 

Un roman bon pour se changer les idées:

CouvDiable.jpg

Catégories : Féminisme 27 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • ce qui m'énerve c'est que dès qu'on met en doute la véracité des propos soit de Mme nafista soit de Mme banon, on nous traite comme des anti-feministes, qui veulent à tout près la loi du silence.
    Le silence c'est non!
    il faut parler, porter plainte.
    Mais il ne faut pas dire n'importe quoi.
    Ce que je reproche à Mme Banon, c'est sa tentative de prendre les gens à parti-comme témoins- d'un fait qu'on ne peut pas honnêtement en tant que personne vérifier, c'est à la justice de le faire, c'est pour cela qu'elle aurait dû porter plainte depuis longtemps
    et puis cette manière de se mettre en avant, cette pub "je porte pas plainte, je porte plainte.." mais cette femme, visiblement donne l'image d'une pauvre fifille attendant la bénédiction de sa mère pour entamer des démarches->>>pathétique

  • C'est justement ça le problème des féminards de tous bords patcmoi, elles se sont toujours présentées comme des victimes et des saintes nitouches au détriment du vilain homme violeur, pédophile, violent mangeur de femmes. Pour moi de fausses accusations d'autant plus grave, sachant que le viol est en outre mal vu, méritent autant de châtiment si ce n'est plus que le viol en lui-même. Des cas comme ça y en a tous les jours, mais bizarrement on en entend pas parler.

    Quant au fait de remettre en question les aspects négatifs du féminisme, sans toutefois nier les aspects positifs, y en a ras le bol de se faire traiter de macho primaire à castrer, moyen-âgeux.
    Le problème avec ces féministes c'est que leurs arguments sont tellement légers, encore si on peut parler d'arguments, et du coup ça tue le débat dans l'oeuf.

    Je vais voter pour un candidat politique qui n'est pas féministe. Ah on me signale dans l'oreillette que ça n'existe pas ... Pô grave je vais pas voter :D

  • John,
    Mettriez-vous autant d’énergie à douter de la parole d’un homme qui déclarerait avoir été agressé sexuellement par une femme ??
    Éplucheriez-vous tout à ce point pour vous assurer qu’il ne ment pas ????
    Ou cela serait il un prétexte rêvé pour prouver que les femmes sont des nuisibles ???
    J’ai le sentiment curieux et étranger d’être en pleine tranchée malgré le dialogue policé.
    A croire que plus aucun homme ici n'est capable de poser le poids de sa main dans celle d'une femme et vice versa.
    Vous vous haïssez preque entre genre faute de vous aimer. On dirait des âmes désespérées que même l'esprit de conquête aurait abandonné.
    C'est vraiment bizarre, j'ai grandi au milieu de 3 frères dans une famille patriarcale faite de mâles décomplexés, en supériorité numérique et fiers de n'engendrer pratiquement que des mâles.
    Il faut les voir tous, dans le bureau de mon grand père fumer le cigare entre mecs et commenter le fait que Sarkozy attend son quatrième garçon.
    Pourtant il n'y a pas de guerre des sexes, nous les femmes de la tribu en minorité, nous sommes adorées.

  • Patricia, je comprend mieux votre cas !

  • Sans parler des commentaires tenant des propos incluant le fait qu'Anne Sinclair est très riche, avec comme toile de fond, le Juif violeur et la pauvre musulmane pieuse et irréprochable, tout à été dit, avec les mêmes accents que dans l'affaire Dreyfus, allez faire un tour sur les blogs TDG des islamistes qui boivent des café avec le responsable des blogs TDG et regardez ces exemple de furoncle bipèdes ;

    http://bettencourtlarbrequicacheraitlaforet.blog.tdg.ch/archive/2011/07/02/dominique-strauss-kahn-veut-on-encore-de-vous.html

    http://haniramadan.blog.tdg.ch/archive/2011/07/05/la-pensee-tribale.html

    Féministes de tous bords, prenez garde, quand les fascistes commencent à être de votre coté !

  • Elle a dit aussi: "Que l'attitude la plus convenable à adopter est de se taire"

    Et comme a dit l'autre: "Toute cette histoire n'a ni queue ni tête... contrairement à DSK !

    :))))))))))

  • Juste un mot par rapport au blog de ramadan, il oublie que son avocat a été inculpé pour pédophilie et viol de 3 garçonnets, il y a à peine quelques mois !

    Et à Genève, Monsieur ! ! !

    Puisqu'il parle de tribus, son prophète, n'était-il pas complétement pédophile, 9 ans pour un premier rapport quand on a plus que 40 ans, y a un problème, non ?

    En plus c'est devenu une tradition, chez ces gens la !

  • Patoucha, c'est pas la queue à laquelle vous pensez, j'ose espérer ?

  • "D’après ce que j’en ai lu ce n’est pas pour ses qualités littéraires. Maintenant qu’elle n’a plus de rivale (Nafissatou) en matière de victime, elle occupe tout l’espace."

    Vous allez trop vite cher Homme "Libre". Le parquet de New York annonce la poursuite de l’enquête sur DSK : http://www.france-info.com/monde-ameriques-2011-07-06-le-parquet-de-new-york-annonce-la-poursuite-de-l-enquete-sur-dsk-548794-14-16.html

  • Julien, à nouveau vous résonné sur les allégations de la presse !

    Personne ne sait ce qu'il s'est dit dans le bureau du procureur réunissant uniquement et pendant 5 heures, ce dernier et les avocats de DSK !

    A ce stade de la procédure et de l'enquête, DSK n'a pas forcément intérêt de clôturer le dossier l'opposant à la plaignante !

    Car la question est ; DSK a t-il intérêt de clore le dossier avant le jugement ?

    Personnellement, je ne suis pas convaincu ! ! !

    Aussi, le procureur essaye encore de sauver sa peau, donc il tente de négocier une issue favorable le concernant avec les avocats de DSK, mais maintenant ce sont eux, qui tiennent le couteau par le manche !

    Le procureur a tenté de faire pression avec d'éventuelles charges restantes (c'est à dire plus rien) pour faire flancher DSK, comme si ce dernier avait vraiment besoin de son passeport urgemment, donc il maintient les charges car il n'a pas obtenu l'abandon de DSK contre le bureau du procureur.

    DSK ne va rien céder à Cyrus Vance, mais ce dernier à loupé une bonne occasion de se faire excuser en ne faisant pas pression dans cette dernière ligne droite jusqu'au jugement devant le grand jury, le fait que DSK arrive encore chargé devant le grand jury va

  • Suite ). trancher en lieu et place du proc.

    Cyrus Vance a tout faux depuis le début, ce qui pourrait laisser penser qu'il y a d'autres enjeux derrière cette affaire d'une soi disant femme de chambre voulant extorquer du fric à DSK, une affaire politique impliquant des états, des personnages politique, le FMI ou d'autres administrations américaines ayant eu intérêt de neutraliser DSK le temps de changer de directeur du FMI, par exemple !

    Ne nous aveuglons pas avec ce que les pauvres médias nous servent, c'est comme les stickers "ne me suivez pas, je suis aussi perdu" et ils n'avouerons jamais leur ignorance, comme le font tous les ignorants, mais il ne faut pas écarter d'autres pistes un peu plus sérieuses, comme celles d'un éventuel complot émanant de personnages plus respectés qu'une femme de chambre qu'on a jamais vu et qui ne se trouve certainement plus aux USA, mais vous savez ce que c'est, trouver une femme de ménage fiable par les temps qui courent, c'est de moins en moins évident ! C'est pas comme les avocats foireux et les juges et les procureurs marchant au pas !

  • Corto, ce n'est pas de moi! Mais un trait d'humour lu ailleurs. :)

  • @Corto :
    ça m'étonnerait bien.
    Vous ne connaissez rien de moi à part l'interface que je veux bien présenter.
    Trop peu pour comprendre.

  • Voilà un des rares commentaires exhaustif et pertinent sur cette affaire, comme quoi c'est possible ! A méditer.

    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2011/07/les-le%C3%A7ons-de-laffaire-dsk.html

  • Julien dans votre article basé sur le vide habituel, je ne vais reprendre qu'une seule phrase démontrant l'esprit du "journaliste" :

    "Piroska Nagy, du nom de cette économiste du FMI avec laquelle il a eu une brève relation sexuelle en 2008 à la suite, selon la jeune femme"

    Selon la jeune femme !

    Piroska Nagy est née en 1962, elle a 49 ans !

  • Mesdames (et Messieurs) les féministes.

    Je comprends votre combat et je l'ai toujours soutenu, mais depuis que j'ai lu ces paragraphe qui suivent vous me faites peur :

    Extraits du livre "la violence faite aux hommes" de Yvon Dallaire.

    "Je crois que haïr les hommes est honorable et politiquement correct, que les opprimés ont le droit de haïr leurs oppresseurs"
    Robin Morgan - Éditrice de MS Magazine

    "L'homme est le résultat d'un gène endommagé. Les hommes prétendent être normaux, mais tout ce qu'ils font, assis là avec de sourires insignifiantes dans leur face c'est de produire du sperme. C'est ce qu'ils font tout le temps. Et ils ne s'arrêtent jamais"
    Germaine Greer


    "Le mâle représente une variante ou une déviation d'une catégorie de femelles. Les premiers hommes étaient des mutants... Le mâle représente une dégénération et une déformation de la femelle... L'homme : une forme de vie dépassée... Une créature ordinaire à surveiller... Un homme-bébé"
    A Feminist Dictionary éd Kramarse Treichler. Pandora Press - 1985


    "Tous les hommes sont des violeurs et rien d'autre"
    Marilyn French - The Women's Room.


    "Plus j'ai de renommée et de pouvoir, plus j'ai des possibilités d'humilier les hommes"
    Sharon Stone à une émission de David Leterman


    "Les hommes ont eu 2000 ans de domination et regardez le gâchis qu'ils ont fait. C'est maintenant à notre tour. Mon seul commentaire face aux hommes qui n'aiment pas mes propos, c'est : tant pis pour vous". Et si vous vous mettez sur mon chemin, je vous écrase.
    Liberated Women, Boronia - Herald-Sun,
    Melbourne, 09.02.1996


    "Votre jury doit condamner les hommes, détenteurs de tous les pouvoirs, donc source de tous les maux"
    Béatrice Majnoni d'Intigano. Le sexe médiator.

  • lunatu, vous sortez du sujet, E.Badinter ne fait pas partie de ce cloaque, essayons de gardez un objectif, car si nous faisons de l'anti-féminisme primaire nous en avons pour un bon moment !

    En l'occurrence il y a la cause des femmes que Badinter défend très bien et dans le cas présent, elle défend un homme accusé de tous les cotés par des "féministes" complétement hystériques ! Ne pas confondre !

  • "son prophète, n'était-il pas complétement pédophile, 9 ans pour un premier rapport quand on a plus que 40 ans,"

    corto, plus de 50 ans et plus exactement à 55 ans :)

    Julien serait un homme de grande vertu. Aussi chaste que la "jeune femme" de 49 ans".... A moins qu'il n'approche les 90 ans ou +....

  • @Corto :
    "Les musulmans ont un prophète complétement pédophile".......... et suffisament "débile", pour avoir confié à la femme, cet être impur, le rôle de porter la vie.
    Les musulmans prendraient ils leur Dieu pour un con ??

  • Corto vous êtes un abruti, vous croyez défendre votre communauté alors que que vous produisez exactement l'effet contraire ?
    Quant à DSK, il est atteint du syndrome de Don juan, est-il coupable de viol ? aucune idée.
    Quoi qu'il en soit, lui et vous, devriez consulter.

  • Il semblerait qu'il y ait confusion avec les auteurs des commentaires. La signature est en bas.

    @Corto.

    Je me suis mal exprimé. Je ne m'adressais pas à Élisabeth Badinter que je considère rendre au féminisme légitime toute sa dignité.

    Je parlais du féminisme radical dont le phénomène de dissémination risque d'être contre-productif à la cause des femmes, et qui lui, me fait vraiment peur.

    Je rend hommage à cette femme lucide et essentielle à la société.

  • Il semblerait qu'il y ait confusion avec les auteurs des commentaires. La signature est en bas.

    @Corto.

    Je me suis mal exprimé. Je ne m'adressais pas à Élisabeth Badinter que je considère rendre au féminisme légitime toute sa dignité.

    Je parlais du féminisme radical dont le phénomène de dissémination risque d'être contre-productif à la cause des femmes, et qui lui, me fait vraiment peur.

    Je rend hommage à cette femme lucide et essentielle à la société.

  • lunatu, vous savez comment partent les conneries sur ces blogs, il faut être exacte, sinon, ouille !

  • Elizabeth Badinter a toujours un train d'avance sur certaines féministes. Elle a raison de dire que l'on ne fait pas avancer une cause en la fondant sur une injustice. Je vous conseille le livre de Christophe Regina, La violence des femmes. Histoire d'un tabou social, publié chez Max Milo cette année qui est très éclairant. Il montre bien qu'à force de cultiver l'excellence d'un sexe par rapport à un autre et de renvoyer un sexe à la vertu et l'autre au vice, on entretient des stéréotypes contreproductifs véritables frein à l'égalité des sexes. DSK est peut être coupable, l'avenir le dira, et s'il s'avérait qu'il est bel et bien coupable, ce sera là le crime d'un homme et non des hommes. Halte aux amalgames ridicules.

  • Merci Joséphine, pour la femme (en tant qu'homme) et pour Badinter au nom de intelligence et la droiture de cette lumineuse et belle femme !

  • Ce qu'il se passe autant dans la presse que chez beaucoup d'individus, c'est la mise en avant des opinions comme si ces derniers étaient des faits !

    Concernant DSK, il peut y avoir au travers de cette affaire des raisons complétements indépendantes du fait qu'il soit ou non coupable !

    Combien d'abus sexuels restent impunis, malgré le fait que la justice ait été informée et que les systèmes judiciaires aient tout mis en oeuvre pour éclipser la vérité et avec les coupables !

  • Enfin quelqu'un qui dénonce tout ce qui s'est passé durant l'affaire DSK. En effet, c'est hallucinant de voir ce déchaînement de violence à tous les niveaux par les féministes qui a suivi. Et la concentration des médias a eu le mérite de permettre de montrer que notre société était vraiment malade. Une pensée unique, sous couvert d'égalité et de démocratie : le féminisme moderne, ou devrais-je dire le néo-féminisme.

    Je ne pense pas que Tristane Banon ait ne serait-ce que l'ombre d'une idée de ce que signifie être une victime, elle agit plutôt comme une opportuniste et elle m'a l'air plus occupée à s'intéresser aux associations féministes et à se battre pour toucher des dommages-intérêts qu'à défendre son soi-disant statut de victime ayant failli être violée par DSK, quelques années après qui plus est (ce qui est pour ainsi dire troublant) ! Je l'ignore encore mais je serais prêt à parier qu'elle est déjà engagée pleinement auprès d'une association féministe, d'où cet acharnement opportun à l'occasion du scandale DSK.

    Depuis des mois elle pollue l'opinion publique française, salit la gent masculine, joue des numéros de victimes les uns après les autres, sans pour autant qu'aux yeux de quelqu'un de sensé, cela paraisse un tant soit peu crédible.

    Elle fait partie de ces propagandistes féministes modernes, égocentriques et narcissiques, imbues de leur sexe, baignant dans leur confort avec leurs richesses et leur pouvoir créés grâce à leur idéologie corrompue. Par-dessus tout, cela vient observer en permanence ce qui se passe chez les autres quand on ne sait rien. Personnellement, j'aurais honte de profiter de clichés sexistes ou racistes pour construire ma carrière et gagner ma vie. C'est ce qu'elle fait précisément.

    Si elle est une victime, en tous cas, demain je peux l'être aussi. Tout le monde sait qu'être une femme aujourd'hui est déjà suffisant pour convaincre qu'on est une victime. Seulement, à force de se croire au-dessus de tout le monde, elle se trahit par sa seule attitude. Il suffit d'être assez lucide pour le remarquer.

    Franchement, regardez-la un peu, vous la trouvez dépressive, malade, triste ? NON, elle a un air de sociopathe, l'archétype de la femme du 21e siècle bénéficiant de l'héritage idéologique féministe pour s'affirmer, gagner de l'argent et de la popularité.

Les commentaires sont fermés.