Et si la Grèce annulait sa dette?

Y a-t-il vraiment une sortie pour les grecs? Les plans drastiques d’austérité leur permettront-ils de ne pas faire faillite et de rembourser leur dette? Rien n’est moins sûr. Economie en forte récession à cause des plans d’austérité, baisse des recettes fiscales: la Grèce est quasiment déjà en faillite.

greece2.jpgLes européens tergiversent pour le versement de la nouvelle tranche de 12 milliards d’euros. Au fond ils ont peut-être raison. Il faut peut-être cesser de faire perfusion sur perfusion à un malade dont les veines sont grandes ouvertes. On ne lui rend pas service.

Les raisons de sa grande maladie ont été maintes fois évoquées dans la presse: trucage des comptes par une banque privée, fiscalité défaillante, vie au-dessus des moyens. Les jeux olympiques de 2004 ont par exemple augmenté la dette sans rapporter de quoi équilibrer les comptes.

340 milliards d’euros appartenant à des grecs sont au chaud à l’étranger. Le montant de la dette. On se demande pourquoi les grecs auraient encore envie d’obéir aux européens et de vendre ce qui appartient à l’Etat pour rembourser seulement une petite partie de la dette, alors que les européens devraient leur renvoyer de force ces 340 milliards, comme ils le font pour les avoirs de Kadhafi.

Actuellement plus le pays emprunte plus la situation semble s’aggraver, et plus la chute semble seulement retardée. Le magazine en ligne Marianne2 a une bonne phrase pour dire cela: «Encore une minute monsieur le bourreau».

La chute est-elle inexorable? Et si oui, est-elle vraiment dérangeante? Pas certain. C’est peut-être ce qui pourrait arriver de mieux aux grecs, une sorte de remise à plat. Dans cet ordre d’idée on pourrait imaginer que la Grèce cesse de jouer le jeu. Comme l’Argentine il y a quelques années elle annule unilatéralement sa dette et tout remboursement. Elle sera mise au ban de l’Europe, devra probablement sortir de l’euro et relancer sa propre monnaie grâce à laquelle elle maîtrisera le taux de change.

Elle vivra sur elle-même, sur ses propres ressources, et sur des échanges avec quelques pays. L’Europe verra peut-être quelques faillites de banques qui ont prêté à la Grèce, le chômage remontera, et puis il faudra bien trouver des solutions. Il faudra revenir à une vue plus réelle de l’argent. Actuellement nombre de pays - comme leurs habitants - vivent sur de l’argent qui n’existe pas. Il n’y a plus de couverture des monnaies et greece4.jpgla richesse vient de l’argent fictif des crédit. On sait que si tous les épargnants veulent le même jour retirer leurs avoirs en liquide, les banques ferment leurs portes et ne paient pas. L’argent n’existe plus que dans les ordinateurs. Les banques sont riches d’un argent qu’elles n’ont pas: elles sont riche des crédits, soit des dettes des privés ou entreprises auxquels elles prêtent. Si elles cessaient de prêter le système s’écroulerait. Tout le monde vit sur ce qu’il n’a pas.

Si donc la Grèce annule sa dette, elle sera très vite sans liquidités. Les grecs devront pendant quelques années vivre chichement et durement, mais au moins ils vivront pour eux plutôt que pour payer une dette pour laquelle ils doivent emprunter sans fin. Ils devront créer des réseaux d’approvisionnement pour survivre, décréter la cessation de paiement interne, par exemple des loyers, bref redécouvrir une économie solidaire pour survivre. Le gouvernement ne s’occupera que des affaires courantes et sera astreint à une totale transparence de ses dépenses. Il est même possible que les grecs élisent un gouvernement autoritaire qui fixera les prix de la vie: denrées, loyers, etc, en fonction des possibilités réelles de la population. Il est possible aussi qu’un tel gouvernement demande le rapatriement des 340 milliards. Pour redonner aux grecs un sentiment de fierté nationale et l’envie de se redresser, il pourrait sortir complètement de l’Europe.

Le libéralisme aura fait tellement n’importe quoi qu’il faudra s’en passer quelque temps. Et pourtant je suis libéral, très attaché à la liberté individuelle, au refus de l’autoritarisme et d’un Etat trop puissant. Cela a toujours du sens. Un Etat autoritaire, c’est un petit groupe qui impose sa volonté à la majorité, qui complique la vie, qui entre dans la tête des gens. Non merci!

Les grecs, en cessant de jouer le jeu, n’auront pas pris leurs responsabilités, car au fond ils ont aussi apprécié de vivre sur la dette. Maintenant qu’elle est trop grande ils s’en plaignent et incriminent l’Europe. Certes l’Europe s’est peut-être faite un peu vite en intégrant des pays qui ne pouvaient pas tenir le challenge. Mais la construction européenne est très complexe. Il était juste d’intégrer largement de nouveaux pays pour tenter de faire émerger un sentiment d’appartenance général à une même entité. Je ne suis pas certain que l’on puisse rendre la commission de Bruxelles et autres instances supranationales responsable des déboires de chaque pays.

greece3.jpgSi la Grèce rompt le pacte et cesse de jouer le jeu, ce sera une perte pour l’Europe, ou une remise à plus tard. Peut-être un nécessaire ajustement. Un retour à une économie réelle. De redéfinir les relations souhaitables et celles que l'on ne veut plus entre les humains et les pays. Mais l’effet domino à craindre est à mon avis plus politique qu’économique. Des banques craqueront puis se reconstitueront. Ce n’est pas grave. Mais le nationalisme reviendra, et l’on pourrait revoir dans 20 ou 30 ans une Europe en guerre et totalement dominée par les Etats-Unis d’un côté, le monde musulman de l’autre.

La chute de l’Europe ne me paraît pas être une perspective réjouissante. Nous aurons bien plus à perdre sans Europe qu’avec.

Putôt que de laisser la situation se dégrader, ou d’endetter encore plus les pays comme la Grèce, l’Europe devrait être solidaire et décréter d’une seule voix une réduction des dettes publiques des pays en difficultés. Comme cela s’est déjà fait pour des pays émergents. On met sa fierté dans sa poche et on se redresse.

Personne n’a obligé la Grèce à se retrouver dans cette situation. Elle devra un jour prendre ses responsabilités. Mais en attendant il faut protéger celui qui est tombé. Il ne faut pas l’achever. L’Europe pourrait bien être méchamment mordue par celui qu’elle maintient sous sa pression.

Catégories : Politique 10 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • On voit les grecs manifester leur mécontentements contre le gouvernement, contre l'Europe.
    Cependant on ne les as jamais vue manifesté avant contre les gouvernements successif pour qu'ils baissent les dépenses et équilibres les budgets.
    Les premiers coupable sont les grecs et les première victime sont les grecs, les gouvernement successif n'ont fait que donner à la populace ce quelle voulait.

  • Encore une fois c'est la faute de banques!

    Bref, il va sérieusement falloir revoir le fonctionnement des banques avant que tout le monde se retrouve sans rien!
    Les banques sont riches mais n'ont pas d'argent.
    Sic!

  • @ Hommelibre

    1.

    "340 milliards d’euros appartenant à des grecs sont au chaud à l’étranger. Le montant de la dette. On se demande pourquoi les grecs auraient encore envie d’obéir aux européens et de vendre ce qui appartient à l’Etat pour rembourser seulement une petite partie de la dette, alors que les européens devraient leur renvoyer de force ces 340 milliards, comme ils le font pour les avoirs de Kadhafi."

    Qu'est-ce donc pour vous un épargnant qui laisse son épargne dans une banque grecque ? Un patriote ? Un demeuré ?

    Qu'est-ce que donc pour vous un grec ? Un citoyen grec ? Un résident de Grèce ?

    Je vous rappelle que la Grèce est membre de l'UE. Qu'il en découle que le résident de Grèce est libre de placer son argent où cela lui chante en Europe, et divers accords aidant, en Suisse aussi. De même qu'il peut immigrer en Europe et, aux conditions de l'ALCP, immigrer en Suisse.


    2.

    "Les raisons de sa grande maladie ont été maintes fois évoquées dans la presse: trucage des comptes par une banque privée, fiscalité défaillante, vie au-dessus des moyens."

    Permettez-moi de souligner que la Grèce a, comme d'autre pays du sud de l'Europe, le même problème : Production à faible valeur ajoutée. Le pays est donc pauvre. En conséquence, il n'offre guère d'emplois qualifiés.

    Là est le problème fondamental. Les superstructures défaillantes, et il en est, ne sont que l'expression du refus de prendre en compte ce donné.

    Quel sera l'impact du non remboursement sur les finances de ceux qui ont prêté à la Grèce ? Quels effets pour les finances des banques prêteuses ? De nombreuses banques grecques couleront et d'autres à travers l'Europe, en France, en Allemagne, mais aussi ... au Portugal. Portugal dont l'une des banques ne se relèvera pas et le Portugal avec.... L'Europe sera alors prête à perdre la bataille d'Espagne et... la France suivra.

    L'Euro tuera t-il l'Europe ?

    Et pendant ce temps aux USA :

    http://www.leap2020.eu/GEAB-N-56-Special-Ete-2011-est-disponible-Crise-systemique-globale-Derniere-alerte-avant-le-choc-de-l-Automne-2011_a6658.html

  • Les habitants grecs sont des Grecs.

  • Je pense que l'Europe ne peut permette que la Grèce se trouve en faillite, compte tenu que c'est le principe même de l'organisation de l'Europe.

    L'euro aujourd'hui n'a que la valeur que lui donne les acteurs économiques, les possesseurs de capitaux dans les opérations de bourse. Il suffirait qu'une trop forte demande d'échange de cette devise se manifeste pour que sa valeur disparaisse entraînant les autres devises mondiales. C'est ce phénomène qui provoque les variations de valeur des actions et des prix de matières. Les états ont la charge d'éviter l'effondrement de ce château de cartes que la faillite de la Grèce provoquerait.

  • oups! "donnent les acteurs économiques,"

  • Pratiquer des prêts à taux zéro sur une économie qui ne repose sur rien sauf de la hausse des prix = faillite! La FED et la BCE sont en état de faillite. La Grèce -ne remboursera jamais- la totalité de sa dette.

    Certains économistes et banquiers ne sont que des veaux. Les politiciens et journalistes qui pensent comme eux sont des broutards.

    La faillite est proche.

    Misez sur l'or physique (Krugerrand F.D.C. "fleur de coin" -neuves- et attendez.ensuite, allez là ou il y a la référence)

    Référence:"MoneyweeK" lisez et achetez chez "http//www.aucoffre.com"

    Taux de caisse d'épargne 1,75 hausse des prix 3à5% (je suis modeste)à fin 2011 = perte de plus de 2 % Bravo pour celles et ceux qui pensent garder l'argent à l'abri!!! N'écoutez plus vos conseillers bancaires!

    Il faut rappeller que le taux d'inflation c'est : "hausse des prix + hausse des salaires" en France, il n'y a plus de hausse des salaires mais diminution ou stagnation des salaires pour la majorité.

  • @ Pierre NOEL,

    "Misez sur l'or physique". Alors pourquoi des pièces et non des lingots ? Pourquoi payer une surcote ?

    L'équation "taux d'inflation = hausse des prix + hausse des salaires" est étrange. Il s'agit là d'une nouvelle conception économique. La vôtre.

    Quant à l'absence de diversification elle est dangereuse.

    Comparer la monetisation de la dette (=rachat par la Banque centrale de dettes dont sont débitrices les collectivités publiques) par la FED et celle de la BCE est étrange. Les importances des monétisations sont incomparables.

  • @jim profit
    les banques fabriquent virtuellement l'argent des prêts, mais les intérêts qu'elles touchent sont eux bien physiques et teinté de la sueur du travail réel de ceux qui remboursent.




    En 2008 nous avons eu la crise des subprimes faits aux particuliers de la côte ouest.
    Mais nous voyons poindre aujourd'hui, la crise des subprimes faits à des états européens.

    Et comme la Grèce n'est que la pointe de l'iceberg, il n'y en plus un pour sauver l'autre.
    Notons que la dette des USA est démentielle et que quelques tours d'arnaques habituelles n'y changeront rien.
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110209trib000599974/le-plus-gros-detenteur-de-la-dette-americaine-n-est-plus-la-chine-c-est.html

    En fait, les états unis et l'union européenne, sont au bord du gouffre financier et l'abandon de l'ancien système qui permettait aux états d'emprunter à leurs propre banque centrale sans intérêts a pris une proportion fatale. Cela créait certes de l'inflation, mais au moins était viable.
    C'est la confiance et le pouvoir donnés aux banques par les gouvernements occidentaux qui est en train de tout tuer.

    Les indignés d'Espagne ou de Grèce sont en fait l'émergence d'une réaction normale du peuple face à l'absurdité du système dans lequel nous nous débattons.

  • Pour parvenir à rembourser sa dette en 2015, il faudrait que la Grèce dégage un excédent primaire budgétaire de 3% du PIB. Un montant d’autant plus astronomique que le pays est en récession depuis trois années. De toute évidence, nous nous trouvons bien dans la situation où la Grèce est déjà en défaut de paiement et où le coût de sa dette sera, tôt ou tard, transféré à ses créanciers. Ce qu’il y a de pervers dans ce schéma, c’est qu’il s’accélère et s’effectue en dépit de tout bon sens économique. La volonté absurde de sauver l’euro, à tout prix, conduit à la spoliation des contribuables européens solvables et condamne la Grèce à la récession

Les commentaires sont fermés.