Dépénaliser le cannabis? La France relance le débat

La France est le pays où la législation contre la consommation de cannabis est la plus dure d’Europe. Et aussi celui où la consommation est la plus forte chez les adolescents. Tentez d’y comprendre quelque chose! Cela signifie au moins que la prohibition ne marche pas. Des décennies de guerre policière et judiciaire n’ont pas changé la donne.

cannabis-plantchv.jpgDepuis quelques temps des politiciens français reposent ouvertement la question de la prohibition: est-elle encore justifiée ou faut-il réviser totalement la politique en la matière? Politiquement, proposer la fin de la prohibition n’est pas très rentable: 63% des français y restent opposés. Cela n’empêche pas que ce soit la drogue la plus consommée. Selon la SOFRES , «au moins 10 millions de français l'aurait déjà essayée. 75% des jeunes scolarisés y auraient goûté. 6 personnes sur 10 interpellées pour possession de drogue le sont pour du cannabis.»

Les principaux partis politiques sont soit opposés, soit divisés. Ainsi la droite reste farouchement ancrée à la prohibition, laissant craindre un désastre sanitaire si cette prohibition était levée. Le cannabis étant lié au trafic et à la délinquance, la droite se veut rempart contre l’insécurité et ne peut donc se déjuger. Quand les sondages montreront que 63% des français sont pour la dépénalisation ne doutons pas que cette droite y deviendra favorable. Le courage en politique est proportionnel aux sondages. Pourtant, au nom de la liberté individuelle, cette droite devrait soutenir la dépénalisation. La gauche est divisée. Les anciens baba cool, qui sont probablement plutôt à gauche qu’à droite, trouvent leurs représentants politiques trop frileux.

Toutefois je doute qu’il y ait forcément plus de fumeurs ou anciens fumeurs de cannabis à gauche qu’à droite. Cette plante traverse les clivages. Comme l’alcool.

Un débat de plus sur le cannabis ne sera probablement pas moins émotionnel et irrationnel que les précédents, avec des volées de peurs et de chiffres inexacts. Mais devant les inconvénients évidents de la prohibition il faut remettre la compresse.

Les inconvénients? Les risques sanitaires, d’abord. Car les produits illégaux sont les plus forts et les plus dangereux. Les pertes économiques ensuite et le fait d’enrichir les organisations criminelles. Enfin le fait de créer des ghettos culturels liés à la transgression valorisante de l’interdit. On pourrait ajouter que cette prohibition est même anachronique, tant l’évocation publique, sur les médias télévisuels par exemple, suscite l’expression complice et amusée des personnes interrogées. Le cannabis ne fait pas peur, parce que beaucoup de personnes l’ont testé, consommé, et n’en ont eu aucun effet pathologique.

Cela ne signifie pas qu’il est inoffensif. Toute drogue: alcool, cannabis, médicament, tabac, peut avoir une dangerosité. L’absence de tout contrôle sanitaire ne peut qu’augmenter les dangers liés soit à la nature de la substance elle-même, soit à une consommation addictive, et cela sans pour autant en diminuer la consommation.
cannabis1_0.jpg
Les avantages de la dépénalisation? Il faut d’abord tordre le cou à deux mythes:  l’expérience tant au Portugal qu’aux Pays-Bas montre clairement que la consommation n’augmente pas avec la libéralisation. Au Portugal elle a même plutôt baissé en 10 ans. D’autre part le passage du cannabis aux drogues plus agressives ne se produit pas. L’autorisation de la fumette n’incite pas à passer à la cocaïne ou à l'héroïne. Sur ces deux points les opposants ont totalement tort. La question de la dépénalisation est donc beaucoup plus politique, voire électoraliste, que sanitaire.

Il y aurait des avantages très probables voire certains à la dépénalisation. D’abord, le contrôle du produit. Comme pour l’alcool, l’Etat aurait un droit de regard sur ce qui est mis à disposition des consommateurs. Ensuite l’Etat gagnerait de l’argent pour soigner les addictes, au lieu d’en jeter par la fenêtre dans une guerre déjà perdue et dans le suivi sanitaire des consommateurs déraisonnables. Il pourrait financer de solides et intelligentes campagnes de préventions. La plante s’acclimatant très bien en France comme en Suisse elle pourrait être cultivée sur place et enrichir la paysannerie.

Enfin on tarirait probablement d’une des sources de financement de la grande et petite criminalité.

Ce genre de débat choque, et certains pensent qu’il n’est pas utile de proposer une drogue de plus quand les dégâts de l’alcool sont déjà si graves. Cette position est sensée. Mais pas pragmatique. Les drogues de toute nature ont toujours accompagné la marche des sociétés. L’interdit ne les a jamais éradiquées.

Le rejet et la charge émotionnelle contre le cannabis ne servent au mieux qu’à se donner bonne conscience, mais ne changent rien à la réalité du terrain. Mieux vaut donc, d’un point de vue pragmatique, gérer et contrôler que subir.

En résumé la dépénalisation se justifie à cause de la guerre perdue contre le trafic et de la dangerosité sanitaire et sociale d’une situation que l’Etat ne contrôle pas. Elle se justifie aussi par les gains sanitaires, économiques et policiers qu’elle laisse supposer.

 

 

Le diable en été

CouvDiable.jpg

Catégories : Politique 57 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Vous occultez un certain nombre d'éléments.
    La dépénalisation du cannabis entraîne une explosion du trafic des drogues dures (héroïne, cocaïne, drogues de synthèse).
    Les familles qui vivent du cannabis en France, nombreuses dans les cités, vivront du trafic de drogues plus dangereuses, alors même que la coke se répand à une vitesse folle depuis 10 ans. Je suis policier et les témoignages qui reviennent des milieux judiciaires et policiers des Pays-Bas ne sont pas les mêmes que les vôtres. Les zones de non-droit sont nombreuses et les quartiers cadenassés par des hommes surarmés qui brassent des centaines de kilos de blanche pour toute l'Europe. Imaginez si tous les pays s'y mettent.
    Ensuite, la France est un pays latin, comme l'Italie ou l'Espagne où l'on fume beaucoup de shit, où la culture et l'esprit sont laxistes et permissifs.
    Vous ne pouvez pas projeter en France la non-augmentation des consommations de drogues dures constatée en Hollande, pays (comme l'ensemble de l'axe germano-scandinave) où les peines sont très sévères en matière de détention et de consommation de drogues dures (ce qui n'est pas du tout le cas en France) et la discipline individuelle bien plus développée.
    Pour résumer, le tableau idyllique que vous imaginez pour la France ne repose que sur des projections hypothétiques. Ce qui fonctionne ailleurs (et encore faut-il considérer que l'exemple des Pays-Bas est une réussite, ce n'est pas mon avis) ne fonctionne pas forcément ici.

  • L'exposion de la cocain au pays bas n'est du qu'a un seul élement, le tourisme de la drogue.Les jeunes y vont pour faire la fête et les dealers en profitent.Celava se terminer très bientôt.D'aileurs cela permettra aux policirs en france de leur courrir après a eux les véritable meurtriers puisque ledeal de canna n'aura plus lieux d'être.

  • Klees...pourquoi la dépénalisation engendrerait-elle une explosion du trafic de drogues dures ?

    Si l'on dépénalise, les mêmes gens ferait la même chose, mais légalement, avec un contrôle sanitaire étatique de temps à autre, ainsi que l'impôt. Pas trop lourd pour ne pas bousculer mais bon, un petit sou vaut mieux que rien. D'accord...se perdrait le frisson des guetteurs...

    Voilà, création d'emplois, diminution voir disparition des meurtres liés. Bien sûr cela impliquerait un changement de mentalité. Le recyclage des caids en commerçants honorables...

  • j'ajoute que cela permettrait également à tout les gens qui vivent de ce produit de se sentir reconnus en servant à quelque chose...intégrés donc.

    Admis et non pourchassés...

  • "La dépénalisation du cannabis entraîne une explosion du trafic des drogues dures (héroïne, cocaïne, drogues de synthèse)."

    Raison de plus pour dépénaliser toutes les drogues. Leur illégalité entraîne des retours sur investissements faramineux. La répression est utile pour maintenir le taux de profit à son maximum.

    Le but du système capitalisme n'est pas de faire le bonheur des gens, mais de faire du fric par tous les moyens. Voir aussi ici :

    http://www.tsr.ch/video/emissions/temps-present/#id=3213161

  • Oui, si les caïds et les dealers devenaient comme par magie des commerçants honnêtes et respectueux du fisc, des contraintes sanitaires, de la concurrence, etc, ce serait l'idéal, en effet.
    Mais vous rêvez totalement.
    Ce trafic est apprécié des voyous car justement il est formidablement rémunérateur, du fait de l'absence de contraintes et de règles.
    Placez-y un cadre légal et l'ensemble des trafiquants iront vers autre chose, qui rapporte, loin d'un produit devenu légal et donc taxé, contrôlé, soumis à qualité, concurrence, déclarations diverses, démarches administratives, concurrence (sans intimidation et guerres de territoires), etc.
    La coke aux PB n'est pas le fait du tourisme, mais de la politique générale relative aux drogues et de la recherche de marchés lucratifs par la pègre.
    Le cannabis, en tant que drogue douce, constitue au moins cette barrière qui marque une limite psychologique et légale entre le domaine du permis et les drogues dures.
    Dépénaliser ne sert à rien. Un fumeur de chichon ne risque rien d'un point de vue répressif en France et la situation en l'état permet a minima de contenir la consommation de substances en générale.

  • @ Klees:

    Les avis de policiers semblent diverger, il y a les pour et les contre. Pour ce qui est du passage du cannabis à l'héroïne par exemple, c'est un saut culturel que peu franchissent. Prohibition ou non, le saut restera trop grand pour la plupart des consommateurs. Si ce saut était facile et vraiment tentant la majorité des fumeurs de cannabis le feraient déjà aujourd'hui. Mais ils savent ce qui se passent après.

    En tous cas la prohibition est un échec, de l'avis de tous les acteurs (sauf les politiques qui ne pensent qu'en terme d'électeurs à ne pas perdre). Plus que dépénaliser, c'est en fait la légalisation qui doit être envisagée. C'est à cette condition que l'Etat contrôlera et détournera l'argent des mafias au profit des soins et de la prévention. Et dans ce sens toutes les drogues devraient être légalisées, mais sous contrôle. La méthadone est elle-même une drogue, mais légalisée sous contrôle. Alors il faut être cohérent.

  • @Johann
    Légaliser toutes les drogues ?
    Peut-être un jour seras-tu heureux qu'un abruti décérébré ne vienne pas en toute légalité à la sortie de l'école pour expliquer à ta gamine qu'une piquouze d'héroïne dans le bras est une bonne chose, et qu'elle devrait s'y mettre.
    Dieu merci, cet individu-là à l'heure actuelle, s'il se fait choper à faire ça, file tout droit au trou. Et c'est une bonne chose, quand bien même des mecs deviennent millionnaires dans les cités grâce au trafic.
    A chacun sa vision de la société idéale. La mienne contient encore un tant soi peu de veille sanitaire et de responsabilité sociale.

  • @homme libre
    La méthadone et le subutex sont des médicaments de substitution, donc effectivement légalisés et sous contrôle.
    Mais ils ne sont pas des drogues en tant que telles puisqu'ils répondent à un besoin de soins thérapeutiques et font l'objet de prescriptions médicales.
    Je suis tout à fait favorable à l'usage thérapeutique du THC comme c'est déjà le cas pour les opiacées.
    Aucun rapport avec le particulier qui va s'acheter sa came pour la soirée, coke, shit, ou autre. Là, vous confondez clairement deux choses différentes, l'usage récréatif et l'usage thérapeutique.

  • je vous comprends Klees, et je rêve beaucoup. Cela étant, si vous affirmez que je rêve totalement, c'est que vous vous fermez la porte...à vous-même. Bien sûr, une minorité minime rejoindra un nouvel interdit, c'est la vie.

    Le trafic de cannabis ne rapporte pas tant que cela, et lorsqu'il y a beaucoup de kilos il y a beaucoup de monde, c'est proportionnel.

    Sofitel, c'est pas pour tout le monde...

  • dans un avenir proche, soyez assuré que nombre de règles vont passer à l'As...
    simplement parce qu'il faudra composer avec ce que l'on a !

    On se foutra pas mal d'un jean sur le cul ou d'une casquette mal torchée...
    juguler...oui, mais avec tact et souplesse

  • Les français réclament une dépénalisation depuis longtemps. ils sortent d'où vos 63% d'opposition ?? Les fumeurs français donc, réclament une dépénalisation car ils en ont marre de sfaire arréter et incriminer pour du cannabis. Puis légaliser ou libérer le cannabis sous controle en France permettrait à la police de se concentrer sur l'économie parallèle (qui vendront à ce moment là + de drogues dures qu'aujourd'hui car le gouvernement français aura récupérér l'activité et la production du cannabis). La police s'attaquera aux réseaux de drogues dures réeles (coca, héro etc.)
    La légalisation (ou dépénalisation) du cannabis en France est le seul moyen aujourd'hui car il y a plus d'autre solution possible: la consommation s'est stagnée et beaucoup connaissent la vérité du cannabis et de ses bienfaits.

    LEGALISATION EN FRANCE = renforcement de sécurité, de santé, de liberté, de finance et d'avancée écologique .

  • @Spana
    Vous écrivez "beaucoup connaissent la vérité du cannabis et de ses bienfaits".
    Là encore, vous confondez usage récréatif et usage thérapeutique, comme un contributeur un peu plus haut.
    Le cannabis a des vertus médicinales, notamment anxiolytique (stress) et analgésique (douleur).
    Mais les opiacés comme la morphine et la codéine sont aussi utilisés médicalement, alors même que opium et héroïne, de la même famille, sont des drogues extrêmement nocives.
    De la même façon, le shit fumé entraîne, entre autres, cancers de la gorge, du pharynx, du larynx, du poumon, de la trachée, de la bouche, mais aussi bouche les artères entraînant infarctus du myocarde et pathologies cardio-vasculaires.
    Et c'est sans compter sur les effets psychotropes, encore mal mesurés, mais qui peuvent entraîner bouffées délirantes et développements de schizophrénies sur terrain favorable, avec le taux de suicide que l'on connaît.
    Alors le cannabis comme traitement médicamenteux encadré, mille fois oui, je suis d'accord, mais ça n'a aucun rapport avec fumer du shit ou de la beuh, qui est une pratique nocive, ce qui est une évidence scientifique.

  • @Klees

    Je suis un anti-prohibitionniste(Au niveau du cannabis), mais je dois avouer que j'ai pu lire dans tes messages le discours prohibitionniste le plus sensé qu'il m'aie été donné de lire.
    Ceci dit, j'aimerais répondre à certains propos.
    "La dépénalisation du cannabis entraîne une explosion du trafic des drogues dures (héroïne, cocaïne, drogues de synthèse).
    Les familles qui vivent du cannabis en France, nombreuses dans les cités, vivront du trafic de drogues plus dangereuses..."
    Tout d'abord il est en effet certains que (certaines de) ces personnes vont se tourner vers le marché des drogues dures. Mais:
    1)Cela ne veut pas dire que la consommation va augmenté, ce n'est pas plus d'offre qui crée une demande.
    On pourrait dire que puisqu'ils sont plus nombreux le produit sera plus accessible et donc plus consommé... et à ça on peut d'abord répondre que le lien accessibilité et consommation est vite fait, et vraiment peu véridique. Et on pourra aussi répondre que l'accessibilité à ces drogues est déjà énorme(Je ne surprendrais personne en disant qu'en allant simplement en boite je peux me fournir en exta et en cocaïne assez facilement(Je préfère même pas parler de festival), ou simplement en allant voir un dealer(Ah oui, on a oublié de dire à certaines personnes que les dealers de cannabis sont déjà bien encré dans le commerce de drogues dures et que certains vendent de tout déjà. Ouai ils ont pas attendu une légalisation pour ça.).
    2) Faudrait peut-être se demander pourquoi ces personnes de banlieue sombre dans le trafic? Peut-être que si on utilisait un peu d'argent de la politique prohibitionniste pour développer l'emploi, la culture, le sport(etc.) dans ces quartiers, les jeunes seraient moins tentés par le commerce qui fait vivre ses milieux depuis des années; la drogue. Bien sûr certains vont continuer vers ce marché si lucratif(à 100€ la journée pour être guetteur, on peut comprendre.), mais beaucoup de ces jeunes ne veulent pas devoir gagner de l'argent sale pour vivre, beaucoup préférerait un emploi légal.
    3) Klees, vous donnez ensuite l'exemple de la Hollande. Il y a en effet un gros problème lié au marché de drogues dures la bas, et comme vous le dites ils approvisionnent l'Europe. Mais bon, chaque pays d'Europe ne vas pas approvisionner tout l'Europe, c'est mathématiquement impossible. Le trafic ne risque pas de prendre l'ampleur qu'elle a en Hollande partout en Europe.
    J'aimerais aussi rappeler, que la Hollande n'a pas attendu la légalisation du cannabis pour être le pays qui réceptionnent et distribuent les drogues dures.
    Sans oublier que si il est si simple d'en avoir au Pays Bas, et que énormément de trafiquants vont réceptionné ou même simplement acheté de la marchandise(Drogues dures) la bas, ce n'est pas parce que la cannabis y est légal, mais parce qu'apparemment il est plus facile d'en faire entrer par là.

    "Vous ne pouvez pas projeter en France la non-augmentation des consommations de drogues dures constatée en Hollande"
    On ne peut pas faire le contraire non-plus. Et c'est bien pour ça que tout l'argent mit dans une répression pure et dure ferait mieux d'être investit dans une réelle prévention, une prévention réfléchie. Là par contre je parle aussi du cannabis, il y a lieu d'une prévention intelligente comme pour l'alcool et la cigarette.
    Quand on voit ce qu'on a sous les yeux en ce moment:
    http://www.youtube.com/watch?v=79xdk0l9qas&feature=related
    Il faudrait, aussi, sortir de cette pensée que le "jeune" se drogue pour braver l'interdit. Je ne dis pas que c'est totalement faux, certains le font mais ils sont une minorité chez les jeunes. Là encore, avec une meilleure prévention on pourrait réellement diminué la demande de drogues dures. Je suis quand même affligé de voir qu'énormément de jeunes ne connaissent pas du tout les différentes conséquences de la prise de certaines drogues dures, et que souvent se sont ceux qui en prennent le plus régulièrement qui se renseigne le plus dessus. J'entends déjà des gens me crier que je ne peux pas mieux le savoir qu'un autre, mais malheureusement pour eux j'ai 18 ans, j'ai vécu dans 3 pays différents, j'ai vu 3 systèmes scolaires différents et côtoyer depuis 9 ans des jeunes de toutes horizons(écoles internationnalles.) et le constat que je fais vient de mon expérience.


    "Dépénaliser ne sert à rien. Un fumeur de chichon ne risque rien d'un point de vue répressif en France et la situation en l'état permet a minima de contenir la consommation de substances en générale."
    La dépénalisation sert à rien?
    Il survirait tout d'abord à une meilleure intégration de l'utilisateur dans la société. Il ne se sentira plus traqué, les gens le verront plus comme un malade que comme un délinquant etc.(Oui, j'ai déjà vu des parents demander à leurs enfants de moins fréquenter tel ou tel personne parce qu'ils fument par exemple.) Or, on ne peut pas dire que l'exclusion social de ces personnes n'amènent pas à une tendance d'exagération de la consommation, surtout qu'ils se retrouvent au mieux, entouré d'autres personnes comme eux(Effet de groupe et tout le tralala.). Donc lutter contre l'exclusion de ces personnes c'est lutter contre l'usage démesuré et donc contre la dépendance qui en découlera.
    Qui plus est, la dépénalisation de toutes les drogues à fait ses preuves au Portugal. Ils ne sont plus arrêté et mit des heures en garde à vue, intérogé, et même mit en prison(En France, il y a plus de 5000 personnes en prisons pour simple détention...), non à la place on leur propose des rendez-vous avec des psychologues et des addictologues qui ensuite les redirige vers des centres pour les aider à s'en sortir si il y a lieu d'être (9/10 en ressortent clean, c'est pas rien, et une baisse de la consommation de certaines drogues est aussi à noter.).
    Donc oui une dépénalisation en elle même sert peu, mais une dépénalisation intelligente avec une vrai politique de suivi des usagers etc. est indispensable.


    "De la même façon, le shit fumé entraîne, entre autres, cancers de la gorge, du pharynx, du larynx, du poumon, de la trachée, de la bouche, mais aussi bouche les artères entraînant infarctus du myocarde et pathologies cardio-vasculaires."
    Il faudrait que je fouille dans mes historiques, mais il y a eu beaucoup d'études qui affirment que le cannabis en lui même(Oui parce que c'est facile de remettre la faute sur les joints, mais il y a aussi du tabac là dedans...) n'est pas aussi nocif qu'on a pu le prétendre pendant tant d'années. Au contraire, il a été démontré que certains de ses principes actifs permettaient de faire stagner voir réduire la taille de tumeurs.
    http://www.chanvre-info.ch/info/fr/Fumer-du-cannabis-ne-provoque-pas.html
    [Désolé pour le manque de source, j'ai vite fait cherché une page sur internet, mais il y a des pages bien plus sérieuses qui en parle.]
    Ensuite; oui le cannabis peut aggraver des pathologies cardiaques et déclencher des crises(j'ai une amie dans ce cas), mais bon encore une fois avec une réelle prévention et information on pourrait prévenir du danger que ces personnes courent(Mon amie a découvert le lien entre les deux à cause d'une crise...) au lieux de juste "admirer" le résultat et pointer du doigt le cannabis.
    On ne blâme pas la voiture si quelqu'un roule bourré, on devrait pas blâmer le cannabis si quelqu'un décide de fumer alors qu'il a une pathologie qui le met en danger.

    "Et c'est sans compter sur les effets psychotropes, encore mal mesurés, mais qui peuvent entraîner bouffées délirantes et développements de schizophrénies sur terrain favorable, avec le taux de suicide que l'on connaît."
    Comme vous le dites "sur terrain favorable". Il n'y a qu'une portion minime de la population qui soit ce "terrain favorable", et ce n'est pas parce que le cannabis réveillerait une pathologie qui aurait pu être réveillé par d'autres facteurs(Autres drogues, accident etc...) que l'on doit bannir le cannabis, ce n'est pas un argument valable. Sinon interdisons tout les produits laitier pour les intolérants au lactose, car là aussi sur un "terrain favorable" ce produit peut réveiller une pathologie...
    Qui plus est, ces pathologies ne se réveillent qu'avec une consommation excessive, qui peut être empêché par une prévention et par une aide médicale, et qui est minoritaire(Oui, il faudrait faire partie ET de ceux qui sont sujets à des troubles mentaux ET de ceux qui fument avec excès, autant dire qu'il y a peu de chance.).

    Enfin tout ça pour dire que je suis en faveur d'une dépénalisation de toutes les drogues, accompagné du développement de réelles instances publiques de prise en charge de personnes "addicts'", de préventions, et d'informations. Il est temps d'enlever les usagers de drogues de la case "délinquants" d'arrêter de les exclure, et de traiter ceux qui en ont besoins(Addiction). D'ailleurs, dans un idéal de libertés individuelle je ne pense simplement pas qu'on devrait pénaliser ce que quelqu'un à décider de faire avec son corps.
    Je suis pour une légalisation du cannabis, il est temps qu'on arrête de devoir flipper dans des halls d'immeubles pour quelques petits joints, il est temps d'enrayer le trafic qui crée de véritable états dans l'Etat et une criminalité de plus en plus importante. Il est temps de reconnaitre ses bienfaits thérapeutiques, et sa non-nocivité(Relative, mais surement moindre comparé à l'alcool ou au tabac. En plus j'ai vu un article récemment comme quoi les cornichons seraient cancérigènes donc si on commence a vouloir des produits 100% clean pour la santé on va pouvoir supprimer pas mal de choses banales de la vie quotidienne.).

    Bonne journée/soirée à tous.

  • Bonjour,

    Alors quant à l'explosion du trafic de drogue, c'est logique. Il y a 2 pays sur toute l'europe ou le cannabis est légal. Tout les trafics se rassemblent donc en ce point, et les principales nuisances sont dues au "touristes" qui viennent aux pays bas. D'ailleurs, les coffee vont fermer aux étrangers d'ici peu. Les trafics de drogue au pays bas sont de portée international, si on légalise le cannabis dans toute l'europe, ce trafic va se disperser, et disparaitre doucement.

    Il faut aussi savoir que le cannabis est beaucoup moins nocif que l'alcool lorsque qu'il est cultivé de manière naturelle. On peut facilement mourir d'un coma éthylique, par contre pour une overdose de cannabis il faudrait consommer pas loin d'1.5Kg. Sachant qu'un petard bien fort comporte 0.5g de cannabis, il faudrait donc fumer 3000 joints, bon courage ! A moins de le manger (et encore) faudrait vraiment être fort.

    La légalisation pourra aussi permettre de savoir qui consomme (via les cartes d'identité à présenter dans les points de distribution), et ainsi protéger nos mineurs, et éventuellement (ça c'est une idée personnelle) interdire l'accès aux points de vente à des gens qui en ferait mauvais usage (conduite sous l'effet du cannabis, dégradation, violence, due à la consommation.

    Mais une légalisation du cannabis doit s'accompagner d'un durcissement des mesures à coté. A mes yeux le trafic de cannabis devrait être punis beaucoup plus sévèrement (autant acheteur que vendeur) afin de faire disparaitre cette économie parallèle. Notamment acheter pour un mineur devrait être punis TRES sévèrement. J'avoue que quand j'étais mineur j'ai consommé du cannabis, mais la maturité manque, et certains jeunes un peu "faibles" pourraient vite se réfugier dans la consommation du cannabis.

    Le cannabis doit être consommé avec sagesse si je puis dire. Personnellement j'en consomme pour me sentir détendu. Pour ceux qui ont des problèmes de stress, de crispation musculaire, c'est une solution miracle. Un jour un alpiniste c'était déboité l'épaule, et à l’hôpital les médecins n'arrivaient pas a la remettre. Ils ont envisagé de devoir l'opérer, quand un homme à sorti un joint et à dit : faites lui fumer et vous verrez. 15 min plus tard (avec l'aide des kiné bien sur) l'homme avait son épaule en place sans douleur. C'est un calmant naturel, qui consommé en petite dose ne fait pas perdre sa personnalité, contrairement à l'alcool.

    Maintenant je ne pousse pas à la consommation de cannabis, loin de la, mais c'est bien mon dangereux que l'alcool et la cigarette chez les jeunes. Je préfère qu'on interdise l'alcool et qu'on légalise le cannabis, notre société ne s'en portera que mieux.

    Pour tous ceux qui sont contre la légalisation du cannabis, qu'ils aillent voir les dégâts de l'alcool dans les soirées étudiantes (et même qu'ils essayent de boire autant pour voir l'effet), et ensuite qu'ils aillent dans un festival reggae voir la consommation de cannabis chez les jeunes. Y a pas photo, entre des jeunes qui discutent, partage ou des jeunes qui vomissent partout, dégradent, ....

  • @ Skyalex:

    Merci pour toutes ces informations et ce développement très utile.

    @ Jérémy:

    D'accord avec vos propositions.

    @ Klees:

    Merci aussi de débattre et d'apporter un avis contradictoire. Je ne reviens pas sur la question du médical ou du récréatif, qui va dans une autre direction que la question de la seule légalisation.

    Une légalisation au niveau européen, avec prise en charge du contrôle de qualité par l'Etat dans un cadre strict, commerce et vente par l'Etat ou dans des centres agréés, couperait peu à peu les ressources des trafiquants. la délimitation entre le très très dangereux (le crak ou autres produits de synthèse) et le moins ou peu dangereux (comme le cannabis et selon la qualité et l'usage qui en est fait) serait mieux délimité. Il resterait aux trafiquants uniquement les pires produits pour tenter de s'enrichir. Ils seraient probablement éliminés économiquement. Ce serait d'ailleurs un des objectifs de la légalisation.

    Vu l'échec de la prohibition, dont on ne peut assurer qu'elle limite vraiment les dégâts, une légalisation sur 20 ans serait une nouvelle orientation dont on verra les résultats ultérieurement. La prohibition étant un échec, qu'il y a-t-il à perdre à tenter autre chose?

  • @Hommelibre c'est votre journée aussi beaucoup seront présents par la pensée pour votre soirée et pourront comme Gilbert Bécaud dés demain vous dire,allez raconte comment que c'était dis?rire et sans canabis!
    bonne journée à vous

  • Pourquoi en parler ?
    C'est juste un vieu debats qui n'aura aucune fin ...
    Qu'ils passent a des choses plus importantes au lieu de "s'emmerder" a rester "diviser" sur ce sujet ...
    Pour eux c'est juste une journée a rester assis et a gueuler inutilement

  • J'adore les commentaires de policiers qui sont vent debout contre la légalisation, pour eux, la légalisation serai un ÉNORME probleme car ils seraient obliger de réellement se pencher sur les vrai trafiquants et les vrais voyous ce qui évidement demande un réel engagement et un travail en profondeur alors de d’arrêter et de mettre en garde a vue des adolescents dociles....

    un "jeune" arrête en train de fumer un joint, c'est 1 interpellation, une garde a vue, une éventuelle presentation au procureur et une affaire élucidée...
    C'est l’idéale pour eux, pas besoin d'aller bien loin (banc public, parc, sortie de lycée...) pour remplir leurs quotas et passer pour des cadors de l’élucidation...

    Cette vision des choses émane des tenants du tout sécuritaires et de la "tolérance zéro" (intolérance serai plus approprié), car pour eux cet interdit génère des statistiques toujours plus impressionnantes (interpellations, GAV, élucidations, récidives) qui permettent de voter des lois toujours plus sécuritaires et liberticides mais aussi des budgets toujours plus gigantesques pour ajouter toujours plus d'eau a leur moulin sans fin qui n'a que pour seul but de faire augmenter le sentiment de peur chez les citoyens et ainsi permet un contrôle des foules beaucoup plus aisé.

    N’importe qui se penchant sérieusement et sans a priori sur la question ne peut qu’être d'accord avec monsieur Vaillant. Avec l'argent gagné en taxe et en TVA, on pourra réellement mener une politique de prévention et avec les moyens économisés par la police et la justice on pourra enfin réellement ce préoccuper des véritables criminels.

  • APPEL DU DIX HUIT JUIN 2011 :
    LES PARENTS PARLENT AUX PARENTS

    LE PHARE, familles face à la drogue
    http://drogues.familles.free.fr

    Alors qu'en France la bataille électorale fait de nouveau rage entre les tenants de la légalisation des drogues et ceux qui s'y opposent, l'association le Phare-Familles face à la drogue est régulièrement interpellée par des médias, des parents, des associations familiales et autres groupements bénévoles qui nous demandent de prendre position
    POUR ou CONTRE les salles de shoots,
    POUR ou CONTRE la dépénalisation du cannabis,
    POUR ou CONTRE la légalisation des drogues,
    et depuis la sortie du livre « Pour en finir avec les dealers» de Monsieur Gatignon, écologiste et maire de Sevran, on nous sert un,
    POUR ou CONTRE la réinsertion des dealers.

    Face à ces POUR OU CONTRE MANICHEENS qui ne tiennent pas compte de la réalité du terrain de tous ceux qui aident, soutiennent les familles et les malades, qu'ils soient PRO ou bénévoles, il nous a semblé opportun de vous faire part de notre point de vue qui se réfère à 2 constats :

    1er constat :
    Que les drogues licites (tabac et alcool) soient illicites pour les moins de 18 ans ou que les drogues illicites deviennent licites pour les plus de 18 ans en cas de légalisation, le problème est le même, le mal est déjà fait : nos enfants sont de plus en plus nombreux à consommer des drogues qui leurs sont interdites, qu'elles soient licites ou illicites, de plus en plus tôt et de plus en plus fort.

    2ème constat :
    Réaffirmer l'interdit parental ou légal ne peut suffire à enrayer la progression de l'expérimentation des drogues dès le plus jeune âge. Tout simplement parce que nos enfants ne nous prennent pas au sérieux et nous ramènent invariablement au credo de la banalisation de la drogue, laquelle poursuit sa route dans les esprits puisqu'elle poursuit sa route dans les textes, les discours, les points de vue, les débats d'experts, les émissions de télévision, les articles de presse, les radios etc...

    Seule solution pour espérer être entendu : en finir avec les postulats propagandistes émis en 1998, dès la 1ère édition de « savoir plus, risquer moins », parce que ce sont ces 4 postulats qui ont réduit à néant aussi bien l'interdit parental que l'interdit légal et fait basculé une partie de la jeunesse vers un mode d'expérimentation et de consommation où l'excès toxicomaniaque est devenu la règle. Rappelons ces 4 postulats :

    1 ) Une société sans drogue ça n'existe pas.
    «Il n'y a pas de société sans drogue, il n'y en a jamais eu. Il n'y a pas de solution miracle, ni en France, ni dans d'autres pays. En revanche, il existe des réponses efficaces afin d'éviter les consommations dangereuses et de réduire les risques lorsqu'il y a usage».

    Que diriez-vous chers parents si une personnalité politique déclarait demain avec la même légèreté «Une société sans pédophilie ça n'existe pas» ? Ne seriez-vous pas scandalisés et effrayés à l'idée que cette assertion puissent donner des idées à ceux qui n'ont toujours pas intériorisé la loi interdisant l'acte de pédophilie ?
    Savez-vous que cette phrase «Une société sans drogue, ça n'existe pas» est toujours dans la dernière édition du petit guide d'information « drogues et dépendance » ?

    2 ) Se droguer est un comportement universel :
    «On le retrouve à toutes les époques et dans toutes les civilisations. La prévention doit tenir compte de l'universalité de ce comportement comme aux aspects conjoncturels de celui-ci».

    Il en va de cette seconde assertion comme de la première : pourquoi ? A quelle fin cette phrase est-elle rentrée dans les propos officiels à partir de 1998 ? Ceux qui l'ont inscrite au fronton de la République ont ils mesuré l'impact qu'elle pouvait avoir sur la jeunesse d'hier et d'aujourd'hui ?

    3) L'usage simple n'est pas dangereux :
    «L'usage simple est la consommation d'une substance psychoactive qui n'entraîne ni complication pour la santé, ni trouble du comportement ayant des conséquences nocives pour soi ou pour autrui. Il en est ainsi chez les adolescents et les jeunes qui essayent les drogues illicites PAR CURIOSITE ou qui consomment avec les autres par EFFET D'ENTRAINEMENT. Beaucoup en resteront à une unique expérience ou n'auront qu'une consommation occasionnelle en petite quantité». In Le guide actuel « drogues et dépendance ».

    Pourquoi ne pas avoir rapporté cet usage simple à la majorité de la population majeure qui effectivement s'en tient à une consommation exceptionnelle et raisonnée ? Pourquoi avoir rapporté cet usage simple à l'adolescence et à la jeunesse, alors que le simple usage d'une drogue lui est interdit par la loi et par ses parents ?

    Cette approche démagogique à l'égard de la jeunesse constitue, à elle seule, une levée de l'interdit parental. Elle s'attaque à la barrière naturelle que constitue la peur de porter atteinte à son intégrité physique et psychique. En associant l'usage simple, et donc l'expérimentation, à un comportement propre à la jeunesse, elle le valide et donc réfute également la loi sur la protection des mineurs.

    Elle valide également L'EFFET D'ENTRAINEMENT et donc la pression que les « grands » mineurs exercent sur les plus jeunes . Aujourd'hui la grande majorité des enfants sont initiés aux drogues, qu'elles soient licites ou non par d'autres jeunes à peine plus âgés qu'eux. Faire tomber les résistances d'un enfant qui ne veut pas consommer est devenu un sport national entre jeunes. Cette pratique participe du droit du plus fort, du harcèlement, voire de la torture lorsque des jeunes - au mépris des convictions religieuses de chacun - obligent à boire un enfant qui refuse parce que sa religion le lui interdit.

    Cette définition de l'usage simple est toujours en vigueur dans les textes officiels et les brochures grand public. Quand va-t-on la remplacer ?

    4)Ce n'est pas le produit qui est dangereux mais son usage.

    Ce quatrième postulat est sans aucun doute le plus pernicieux parce qu'il laisse croire aux enfants et aux jeunes qu'ils sont en capacité de maîtriser leur consommation et qu'ils peuvent consommer n'importe quel produit. Leur appréciation de cette maîtrise ressort non pas d'une appropriation des messages de prévention invitant à la modération, mais de leur vécu : ceux qui consomment de façon excessive le font à l'aune de ce qu'ils peuvent supporter et de ce qu'exige le groupe de pairs auquel ils appartiennent. Bon nombre d'entre eux se sentent obligés de concourir à l'excès au détriment de leur santé pour ne pas perdre la face et, parfois, pour qu'on leur fiche la paix ensuite. Il n'y a pas que dans les soirées intégrations des universités que ce type de harcèlement voit le jour. Non cela peut commencer dès le CM2.

    Aujourd'hui, la majorité d'enfants et de jeunes qui ne consomme pas ou qui consomme de façon modérée et exceptionnelle est en but à la minorité qui a franchi le pas de la consommation excessive. Il est tout à fait impressionnant de constater que les adolescents ne fréquentent pratiquement pas les sites officiels de prévention. Le seul motif de consultation des sites officiels serait l'obligation d'un devoir à rendre, d'un exposé à faire seul ou en groupe. Ils vont chercher sur ces sites la vision adulte de la prévention de la toxicomanie qui leur permettra de débiter la parole officielle.
    Quand ils veulent consommer ils savent où trouver ceux qui peuvent réellement les aider à consommer en limitant la casse : sites «amis», relations, fournisseurs, associations présentes sur les tekos, tout est bon pour éviter les quelques petits désagréments inévitables qui succèdent à la prise de drogue.

    Voilà pourquoi notre association estime que de rentrer dans la logique des POUR et des CONTRE est contreproductif, et procède de la démagogie électoraliste. Nous ne souhaitons pas attirer l'un ou l'autre camp. Les décisions à prendre ne peuvent l'être sous couvert d'un choix partisan. Ce qui se passe à l'échelle planétaire est tellement grave dans ce domaine ! Notre seul parti pris est celui de la famille et de la protection de la jeunesse. Nous savons que les familles disposent d'une énergie impressionnante lorsqu'on leur donne les moyens d'avancer. Il est temps que l'état ne laisse plus de côté les parents qui ont l'énorme responsabilité de protéger leur enfants des risques qui les guettent jusqu'à ce qu'ils soient en âge de les assumer eux mêmes.

    Voilà pourquoi notre association a demandé officiellement le 23 mars 2011 lors de notre audition au Sénat que la commission en charge de la rédaction du prochain plan de lutte contre les toxicomanies :
    1 - ABROGE, expertise éthique, philosophique, sociologique, anthropologique et médicale à l'appui, les 4 principes de la banalisation de la drogue que nous venons de rappeler.
    2 – S'ENGAGE à promouvoir un choix de société en accord avec ce que souhaitent les parents pour leurs enfants : une enfance et une jeunesse sans drogue.

    3 – PROCURE aux associations familiales les moyens financiers, logistiques et techniques pour que les familles prennent elles mêmes en charge leur destin de parents, face à ce fléau qu'est la toxicomanie en Europe. Les parents doivent définir eux-mêmes les bonnes stratégies de prévention primaire. L'INPES et la MILDT doivent intégrer les familles et les associations familiales aux décisions prises en termes de campagnes nationales. Les soutenir, les encadrer ne suffisent pas à en faire des acteurs de terrain. Nous n'avons pas à subir les visions de ceux qui ne s'occupent que des comportements pathologiques alors que la prévention primaire à laquelle les parents doivent s'attacher repose essentiellement sur les processus normaux qui permettent aux enfants d'intégrer la loi. Le temps est venu où le « Il est interdit d'interdire » n'est plus de mise ». Et le débat sur la légalisation et la prohibition n'ont rien à voir la dedans. Comme en témoigne cet interview du philosophe Marcel GAUCHET pour le journal La CROIX en 2009. Une belle actualité qui est le fondement de notre démarche : voilà notre cadeau pour ce 18 juin 2011.

    Journal La Croix, mercredi 16 septembre 2009
    Entretien avec Marcel GAUCHET
    « L’obéissance que les enfants doivent aux adultes repose sur le besoin qu’ils ont d’être protégés et sur la conviction qu’on agit pour leur bien ».
    Le journal La Croix – Pourquoi, selon vous, le mot « obéissance » a-t-il été banni du vocabulaire des éducateurs ?
    Marcel Gauchet - Ce mot a été réduit à la dimension de dressage, devenue le repoussoir absolu dans l’éducation d’aujourd’hui, qui fait appel à la compréhension et exclut tout mouvement d’imposition autoritaire, supposée être incompatible avec cette compréhension.
    Bien sûr que l’éducation humaine n’est pas le dressage animal. Bien sûr qu’il y a eu des abus d’autoritarisme stupide. Mais une fois qu’on a dit cela, on n’a vu qu’un aspect du problème, par un tout petit bout de la lorgnette. Un peu de réflexion éloigne de l’obéissance, mais beaucoup de réflexion y ramène !
    Il faut en effet rappeler ce principe essentiel : nous vivons dans des sociétés démocratiques, où l’obéissance joue un rôle fondamental. « L’obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté », écrivait Rousseau dans Le Contrat social. L’un des principes fondamentaux de la démocratie est que chacun accepte d'obéir aux lois qu'on s'est collectivement fixées.
    Qu'est-ce qui justifie cette obéissance spécifique que les enfants devraient aux adultes ?
    Marcel Gauchet : Nous sommes dans un moment de folie idéologique, où l'on pourrait compléter le premier article des droits de l'homme : « les hommes naissent libres, égaux... et adultes »! Or, les hommes ne naissent pas adultes, mais enfants. Ce qui les met dans une situation de dépendance, de tutelle. Les enfants ont objectivement besoin d'être protégés pour mener une existence satisfaisante, grandir, se développer. Ils ont besoin que les adultes se placent du point de vue de leur bien. C'est ce besoin de protection qui fonde l'autorité des adultes sur eux et donne à l'obéissance des enfants un sens.
    L’âme de cette relation particulière adultes-enfants, c'est la confiance. Et il faut dire que dans la majorité des cas, les enfants font confiance aux adultes. Parfois même de manière déraisonnable - et il faut les en protéger, là aussi. Ce n'est donc pas simple. Mais c'est ce principe qui doit nous guider, comme dans la vie sociale en général. La confiance est l'élément positif, le moteur de l'éducation. Avant même de comprendre pourquoi on lui demande de faire ou de ne pas faire telle ou telle chose, en faisant confiance à l'adulte, l'enfant se pénètre de l'idée que l'adulte fait quelque chose qui a un sens pour lui. Et dans la grande majorité des cas, les enfants se soumettent volontiers, car ils sentent très bien, très profondément, que leurs parents les aiment et les protègent.
    Le fait d'agir au nom du bien de l'enfant a entraîné pourtant des dérives.
    Marcel Gauchet : A partir du moment où il y a un pouvoir des adultes sur les enfants, il y a effectivement risque d'abus. Y compris dans la démagogie dont on fait preuve à leur égard en les laissant faire ce qu'ils veulent. L’éducation est un art, fait d'équilibres subtils, où il faut combiner – comme dans la vie sociale - des choses apparemment contradictoires : les libertés et la soumission, non pas à un arbitraire personnel, mais à des règles dont on pense qu'elles ont une valeur supérieure.
    Faut-il aussi apprendre aux enfants à désobéir à certains ordres injustes ?
    Marcel Gauchet : A partir du moment où on comprend qu'il y a de bonnes raisons d'obéir, on comprend qu'il y a parfois de très bonnes raisons de désobéir. Il y a des ordres auxquels il faut savoir s'opposer. Mais pour savoir désobéir à des ordres inacceptables, il faut avoir compris qu'il y a des ordres acceptables, justifiés, auxquels il y a du sens d'obéir. C'est l'un des grands apprentissages de l'existence.
    Autrement dit, les enfants qui n'ont pas appris à obéir ne sauront pas non plus désobéir à des ordres injustes ?
    Marcel Gauchet : C'est souvent le cas aujourd'hui ! Ils désobéissent volontiers à ce que leur demandent leurs parents et se soumettent aux injonctions pas toujours sensées de leur bande, ou à certains commandements stupides qui leur sont déversés par la publicité, les médias, et auxquels il serait très utile de leur apprendre à désobéir !
    Recueilli par Christine Legrand

  • @ROBERT
    Vous êtes très loin du compte concernant votre idée de la police.
    Les petits fumeurs de shit, devant les collèges et les lycées comme vous dites, ne sont jamais inquiétés.
    La brigade des stups de mon commissariat va par exemple taper cette semaine un mec qui transporte régulièrement des 3-4 kilos d'héro d'un bout à l'autre de la France.
    Ils n'ont que faire des petits fumeurs de chichon qui entrent d'ailleurs de moins en moins dans les stats car laissés tranquilles, souvent en échange d'une info.
    La politique du chiffre, dénoncée essentiellement par l'opposition et un certain nombre de policiers, est surtout le fait de ces derniers - des anciens - qui se branlaient les noix depuis des années derrière leurs bureaux, à qui l'on a subitement demandé de produire des résultats.
    Évidemment, travailler n'était pas dans leur idée en entrant dans la police fainéante des années 80, alors des objectifs, imaginez le scandale pour ces messieurs les pachas...
    Un policier blasé et malheureux de son sort est un con, croyez-moi, et les policiers compétents et honnêtes le savent.
    De même, vous prétendez que la police pourchasse des "adolescents dociles". Vous verriez les fous/voyous qui fréquentent nos gardes à vue et vous réviseriez rapidement votre jugement. On sent que vous ne maîtrisez pas la question, vous ne tiendriez pas une seconde à leur contact tant ils sont barrés et hors de contrôle.

  • Je vois beaucoup qui ecrivent "ouai mais si le cannabis devient legal les dealeurs vendrons de la cocaine" et bien deja au vus du nombre de flics qui ne courrons plus aprés les petits fumeurs ce sera beaucoup plus chaud pour eux et il suffirais de mettre 10 ans de tole a ceux qui vendent de la cocaine.Les mecs vendent du shit car c'est rentable et tu prend trés peu niveau prison.

  • @Hommelibre
    Merci à vous.

    @LePhare

    Mes parents(j'ai 18 ans), m'ont simplement parlé intelligemment de la drogue, en disant toujours des choses vérifiés, en me parlant d'égal à égal, en me laissant me responsabilisé petit à petit par rapport aux drogues et ça a très bien marché. A la place de bêtement m'interdire ils m'ont expliqué ce que je pouvais risquer, ils m'ont fait prendre conscience de ma consommation à travers de questions, de discutions etc. plusieurs fois mes parents m'ont fait des challenge comme arrêter de fumer pendant 1 mois(ce qui aide grandement à réaliser où l'on est dans sa consommation.) etc.

    Quand je vois la différence avec des amis dont les parents ont été jusqu'à leur couper tout vivre(je parle là d'argent de poche, d'argent pour les dejeuner etc.) sans jamais s'interesser à la consommation de leurs enfants(Pourquoi? Quand? etc.), à comment ils voient les choses etc... bah la majorité d'entre eux sont ou des fumeurs quotidiens où l'ont été pendant de longues periodes...

    Personnellement, j'arrête très facilement de fumer(pour le bac par exemple), je me contrôle pendant les vacances, je regarde les priorités de la vie avant ma consommation etc.

    Franchement, aller remettre sur le dos de l'état et autres administrations publiques certains problèmes que vous avez avec vos enfants je trouve ça ridicule. Et ça ne m'étonne pas que vous parlez d'obéissance etc. mais cette relation de strict obéissance que vous cherchez fera plus de mal qu'autre chose. Il faut faire réfléchir un ado, pas lui interdire bêtement. Il faut leur apprendre "comment penser" et non "quoi penser".
    [Excusez-moi si j'ai mal compris votre message.]


    Malgré cela, je suis d'accord pour dire qu'il y a une gestion catastrophique de la prévention des drogues comme je l'ai exprimé dans mon précédent message. Il est en effet temps de réellement informer les jeunes avec des informations sérieuses, sinon cette prévention ne marchera jamais.
    (Et bien que je pense que l'information et la prévention soient si importante, je ne reste pas moins(et c'est justement pour ça que je trouve que ce sont des sujets importants) pour une dépénalisation générale des drogues et une légalisation encadré du cannabis.).

    @Klees
    Roh, j'aurais mérité un petit clin d'œil pour toute la passion que j'ai mis dans mon message : P.
    Et sur votre dernier message je suis assez d'accord, il ne faut pas montrer la police comme un appareil a broyer le petit usager. Mais il faut avouer que des fois on les emmerde beaucoup pour pas grand chose (Je prends l'exemple d'un ami qui a subi une fouille anale pour 4grammes dans les poche, ou un autre mis en GAV pendant 24h avec des chantages pour balancer le dealer etc. pour 2 gramme sur lui.)
    Je sais bien que ce n'est pas tous les policiers, je n'en fait pas une généralité mais à cause de comportement comme ça vous perdez, par contre, TOUS de la crédibilité et du respect de la part des usagers. C'est dommage.

  • @klees une légalisation du cannabis donnerais lieu à sa culture qui garantirais une qualité du produit au consommateur, un produit moins coupé, donc moins nocif pour l’organisme.

    @ROBERT personnellement je n'ai jamais vu de policiers emmener quelqu'un pour avoir été pris en train de fumer un joint, si après fouille une importante masse de cannabis(dépasser les 2 grammes je dirais qu'il sont chiants) est trouvé par nos amis en uniforme alors la c'est une autre histoire. Les peines affichés pour la consommation ne sont quasiment jamais appliqués, alors moi je remercie la police de sa tolérance et je démentis cette tolérance zéro

  • @Klees :
    "De la même façon, le shit fumé entraîne, entre autres, cancers de la gorge, du pharynx, du larynx, du poumon, de la trachée, de la bouche, mais aussi bouche les artères entraînant infarctus du myocarde et pathologies cardio-vasculaires.
    Et c'est sans compter sur les effets psychotropes, encore mal mesurés, mais qui peuvent entraîner bouffées délirantes et développements de schizophrénies sur terrain favorable, avec le taux de suicide que l'on connaît."

    Je vois que la police fait des progrès en matière de médecine......Toujours dans le sens qui l'arrange.
    En tout cas, chapeau, vous êtes drôlement bien renseigné pour un produit illicite. il est pourtant pas si facile de faire des stastitiques quand la plupart des consommateurs cachent leur addiction à leur médecin traitant.......
    Si on ne doit pas dépénaliser le cannabis, alors arrêtons l'hypocrisie et pénalisons l'alcool.
    L'alcool est en vente libre mais l'ivresse publique est interdite : pourquoi donc ???
    On ne serait finalement pas capable d'assumer la réalité de nos choix ??
    Pourquoi interdire les rassemblements Facebook pour de grands "apéros" ??
    Qu'ils se défoncent et qu'ils tombent parterre, c'est LEGAL.
    La cirrhose est légale mais le consommateur de cannabis est un délinquant.
    Finalement,rien à changé depuis la grande époque,lorsque mes pères se tapaient des gardes à vue pour distribution de matériel d'injection : vous nous mettiez des bâtons dans les roues pour lutter contre le SIDA pendant que l'alcoolique du coin continuait à entretenir sa cirrhose en toute légalité.
    Police : vouée à l'état.
    Qu'est ce qu'on doit se faire chier..........J'éspère que vos nuits sont chaudes.

  • @Klees
    Les stups c'est une chose et heureusement qu'il ne sert pas les ado a la sortie du lycée , mais tout les autres ?
    les policiers en tenus, les cowboys de la BAC, la police des transports ?
    Ils se font un plaisir de vous mettre en Garde a Vue pour 2g d'herbes simplement car cela fait des statistiques(interpellation-GAV-élucidation) qui ce transforme en fin d'année en primes "au mérite" substantielle du simple gardien de la paix jusqu'au commissaire divisionnaire...

    Le coup du "on emmerde pas les fumeurs de chichon" c'est du vent, évidement vous ne pouvez pas tous les arrêter vu que c'est la moitié de la jeunesse mais en fonctions des "objectifs" on ne se prive pas pour remplir le quota d’élucidation...
    C'est sur c'est plus dur de le remplir en traquant les cambrioleurs...

    Autre chose, je ne connais pas votre lieu d'affectation, mais dire que l'on laisse tranquille les fumeurs de shit, c'est peut être vrai dans votre secteur mais c'est loin d’être le cas partout, et cela prouve bien a quel point cette inegalité de traitement rend les choses intenable, un petit exemple, a vichy dans l'Allier un juge du tribunal d'instance a condamné a de la prison avec sursis( 12 mois) un jeune homme de 20 ans pour récidive alors qu'il avait a 2 reprise était arrêté avec moins de 5 grammes pour son usage personnel.
    Donc si je suis sur "votre territoire" je risque rien, meme pas la GAV mais si je suis a Vichy je risque 1 ans avec sursis, vous trouvez cela normal ????

  • Ton article est sensé. Tu dis toute la vérité. Dépénalisez le !!

  • @ROBERT
    En effet, je n'ai jamais vu ou entendu parler de quiconque aurait fait l'objet d'une incarcération pour détention en récidive de 5 g de chichon (à notre époque en tous cas).
    Par ailleurs, il faut aussi observer le palmarès précis du mis en en cause.
    Ensuite, je vous rappelle que le prison avec sursis n'entraîne aucune incarcération et que pour révoquer ce sursis, il faut vraiment du lourd, et non une simple infraction comme le laisse penser la croyance populaire (j'avais face à moi hier un gamin de cité déjà reconnu coupable de 39 condamnations - son complice 22 - et aucun des deux (âgés de 20 et 21 ans) n'avaient encore mis les pieds en prison ou dans un centre pour mineurs. Il y avait des infractions aux stups parmi leurs exploits).
    Enfin, vous devez savoir que les peines inférieures à deux ans fermes (dans le cadre de la loi pénitentiaire de Sarko) permet de proposer de façon quasi systématique des peines alternatives à la prison, dans le cadre de la lutte contre la surpopulation carcérale.
    Alors vous pouvez me croire, l'auteur des faits dans l'exemple que vous proposez est loin, très loin d'aller derrière les barreaux, soyez-en sûr.

  • @Hommelibre,Avant d'abolir ce qui peut-être est le résultat de commerces illicites d'avortements et de restes humains bien qu'on ne considère pas le foetus comme tel,alors soyons logiques interdisons en premier toute manipulation génétique y compris les avortements illégaux ,car peut-être aussi sources de cancers nul ne sait plus depuis la fin de la guerre ce que nous ingérons quand aux animaux on leur prêta la parole serait-ce aussi pour montrer aux humains qu'ils deviendraient bêtes à pleurer par force de pas voir clair ou préférer ignorer une vérité qui pourtant était déjà connue dès 1920,alors cherchez l'erreur,surtout quand on sait qu'à Taiwan des foetus humains sont vendu entre 5 et 7 dollars pour des barbecues ,vous avez dit humains que nenni celui-ci tellement robotisé par les chaines sportives ne voit même plus ce qui lui pend au nez!une phrase rendue célèbre fut dite par un inconnu,les humains finiront par s'autodétruire,encore un ou une qui voyait clair!voyez des siècles de programmation religieuses se détachant peu à peu des scories subsistent mais la vue s'éclaire sur un monde finalement aux mains de gens préchant les interdits afin de couvrir leurs propres erreurs qui sait!
    le mot* cancer symbolisant la matrice aussi*
    toute bonne journée à vous

  • @lovsmeralda
    Je ne sais pas ce que vous fumez, mais il est clair que c'est de la bonne :-)

  • @lovsmeralda
    C'est quoi ce delire! faut tout arreter là

  • @Klee,je suis entièrement d'accord avec vous!

  • @Robert,oups erreur sujet hors context vous faites bien de me le signaler
    quand au sujet de la drogue en 1980 le Drop In répondit à une maman qui avait appelé ayant trouvé de la drogue dans la chambre de son fils ,mais ce n'est rien il faut bien que jeunesse se fasse et ce fut dit par un soi disant responsable qui devait prendre en charge les enfants qui fumaient des joints ,ils étaient déja fort nombreux à cette époque ,aujourd'hui tous ceux rencontrés et du même âge ont une excellente dentition ne souffrent que très rarement de rhumes et autres maux liés à la fumée car s'étant mis à la cigarette ensuite,jugés très étonnant par leur médecin qui ne comprennent pas comment ils font pour ne jamais être malades quand à leur patron les considérant comme d'excellents employés sur qui ils peuvent compter!

  • Certes la Hollande a depénalisé la vente du haschich et implanté des boutiques mais elle est en train de faire marché arrière en réduisant drastiquement les commerces qui en vendent car il y a un tourisme qui s'est installé où les jeunes étrangers viennent acheter des stocks pour les revendre chez eux et non plus consomner sur place. L'expérience montre que dépennaliser n'est pas si simple. Ceci dit la Hollande tente aussi de lutter contre les filières de drogue en provenance de Rotterdam et dans ses aeroports, pas simple non plus. Genève doit commencer à nettoyer ses rues, parcs, immeubles de la vente par des dealers essentiellement étrangers et de contrôler au mieux les consommateurs qui se déplacent de plus en plus de France pour en acheter. Effectivement, on voit aussi sur le territoire de jeunes collégiens et les apprentis sortir à la pause de midi et fumer leur joint et ceci quotidiennement sans être inquiétés.

  • @Robert,juste ceci au sujet du mot délire ,certains articles de presses me rassure car eux sont capables de mener a la paranoia les lecteurs je prends comme simple exemple ,le fameux vaccin H1N1 qui était pure fabulation ce qui permi parcontre de faire ressortir des vérités qui avaient été bien enfouies afin de nier un passé dont personne ne pensaient plus entendre parler,hélas les mémoires mnésiques se sont réveillées et les victimes bien qu'âgées peuvent enfin s'exprimer,parler c'est vivre ,se taire c'est mourir à petit feu raison qui fit enfermer des gens innocents afin de les sensurer,la drogue est une autre façon de refuser de parler,la peur d'être mal perçu car ce monde dans lequel vous vivez nous on en est sorti,est un monde bâti sur la beauté et les apparences mensongères est un monde superfétatoire et dépourvu de vraie sensiblité ,et sortir les drogués de leur enfer est une chose mais qui aura ensuite le courage de les accompagner ce qui se doit d'être fait tous les jours et non ponctuellement,les soignants en psychiatrie ceux qui ont connu les premiers anxiolytiques le savent mieux que quiconque!
    bien à vous et bonne journée

  • @klees je dirais même plus, de la très bonne. Niveau hors sujet il est fort.

  • @Suissitude
    Attention, la hollande ne fait pas vraiment marche arrière, il veulent juste restreindre la consommation uniquement à leur citoyens afin d'arrêter ce tourisme autour du cannabis.
    voir lien trouvé rapidement: http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/la-hollande-doit-elle-interdire-le-61651

    Malgré cette loi (qui a plus de 40ans), la consommation n'a pas arrêté de croitre. Les pays tel que le Pays-Bas ou le Portugal qui ont choisi une voie différente, n'ont pas vue pour autant la consommation augmenté, au contraire.

    Il faut savoir qu'ignorer un problème en l'associant à un crime et prendre tout les consommateurs pour des personnes responsables, en plus en ajoutant tout les amalgames qui vont avec, n'est pas une solution en soit et l'a bien démontré jusque ici.

    La loi au Portugal m'a surpris au premier regard avec la décriminalisation des drogues dites 'fortes'. Mais il faut admettre que, prendre en compte qu'il y a des personnes qui ont des problèmes avec la consommation doivent recevoir une aide, et non pas le rejeter parce qu'il s'agit d'un junky/camé.

    Aussi leur permettre de recevoir des seringues seines voir avec des salles de shoot pour éviter les seringues qui traine (actuellement) dans la rue, et qu'ils propagent le SIDA ou autres maladies transmissible par le sang.
    Alors qu'actuellement s'il y a une action pour distribuer des seringues afin de remplacer les anciennes... il faut s'attendre à la fourgonnette des forces de l'ordre qui attend derrière, merci la france.

    Concernant la légalisation du cannabis, certains disent que ce marché sera remplacé par les drogues fortes du côté des mafieux.
    Dans l'idée c'est tout à fait logique... Mais c'est déjà le cas, ils coupent le shit avec des merdes pas possible qui sont ELLES vraiment dangereuse pour la santé. mais ils coupent aussi avec d'autres drogues tel que les ammphet, cocaïne ,kétamine et j'en passe. Alors faut pas s'attendre à ce que le phénomène empire. Par contre ça donne des chances pour diminuer la vente illégale de drogues/Nombre de dealer, donc plus facile à faire la chasse.

    Il est possible d'entendre aussi qu'il y a des choses plus importantes à s'occuper en ce moment.
    Euh... Entre hadopi et les retraites, je préfère m'occuper de cette histoire de drogue qui concerna bon nombre de jeune (qui consomme du cannabis coupé avec plein de saloperies dangereuses) et ouvrir à un marché légal mais contrôlé (que ce soit consommation et production pour ne pas faire la même erreur que la hollande).

    Et donc créer des emplois en plus de reboucher le trou de la sécurité social grâce aux taxes.

    "Mais on ne va pas rajouter le cannabis en plus de l'alcool et de la cigarette?" Ahlalala vue tant de fois. Mais la consommation est là et quand on est raisonnable on est pas obliger de faire les 3 ensemble.

    "Et les risque d'accidents de la route" de même la consommation est là, et si on ce base aux autres pays, la consommation n'a pas augmenté, donc on peux considérer que le taux d'accident sous emprise de la drogues ne subira pas d'évolution. A savoir, il y a moins d'accident sous l'emprise de la drogue comparé à l'alcool.

    Après il faut cadré dès le début et faire de la prévention, arrêtez de dire des âneries! Au collège quand un agent de police nous a parlé du hashish, même jeune ses inepties m’ont bien fait rire et ne m'a pas empêcher de découvrir par moi même quelques années plus tard, qu'énormément de gens croient ce qu'on leur a toujours dis. Autrement dis choses particulièrement fausses. Comme dans cette vidéo: http://www.youtube.com/watch?v=79xdk0l9qas&feature=relmfu , l'alcool fait vomir oui, et peux te tuer assez facilement avec un coma éthylique (le cannabis ne peux pas tuer par un excès de consommation à court terme comme l'alcool) et ce n'est pas non plus des champignons :o.

  • J ai 15 ans d'infiltration des réseaux de trafics, des centaines de réseaux démantelés, ...une étude épidémiologique hors norme : IL FAUT LEGALISER MAIS QUE LE CANNABIS;
    1° Pour stopper le même effet pervers de la prohibition de l'alcool aux E.U sur laquelle la mafia a pu fonder son empire
    2) Pour redonner confiance à nos jeunes qui nous voient mourir par dizaines de milliers par l alcool et le tabacs sans que personnene soit inquiété et qui sont criminalisés dés leur premier joint, perdant ainsi toute référence de confiance dans un monde d'adulte qu'ils estiment débiliser, à juste titre.
    3) Pour arrêter une forme de Mc Carthysme, polluant la vie privée de centaines de milliers d'adultes fumeurs dont bcp parfaitement intégrés dans la société
    4) Pour que nos jeunes boivent moins et gèrent leur consommation plus sagement du fait de la disparition des pressions (je parle pas des bières !!)

    Brute de coffrage
    edkiro.fr
    pour ceux que le sujet intéresse en même temps qu’ une bonne histoire

  • @ Klees: "Ils n'ont que faire des petits fumeurs de chichon qui entrent d'ailleurs de moins en moins dans les stats car laissés tranquilles, souvent en échange d'une info."

    Donc l'usage de cannabis est DE FACTO dépénalisé... Ou du moins l'usagé est utilisé comme informateur, quid du cas du No 2 de la PJ de Lyon qui a institutionnalisé ces pratiques?

    Je trouve votre argumentation intéressante, votre point de vue se fait valoir aux vues de votre bagage professionnel, cependant un point me choque, cette phrase citée ci-dessus.

    Vous devriez être le mieux placé pour savoir que ce que vous décrivez est une dépénalisation! Or selon vous elle est déjà effective sans pour autant être inscrit dans la loi.

    Ce qui me fait poser une question toute simple: Si demain on vous dis, "c'est à vous de voir si vous arrêtez des contrevenants ou si vous les laissez courir peu importe l'infraction" vous aurez encore confiance dans le code pénal?
    Si on ne peut avoir confiance dans l'application des règles, à quoi bon avoir des lois???

    Pourquoi donc nier les fait (je parle du parlement) et ne pas inscrire une bonne fois pour toute, noir sur blanc, la dépénalisation de l'usage de drogues? Particia a tout à fait raison, les disparités sont énorme pourquoi donc ne pas réguler cela de manière national?

  • Voilà. G pas tout lu. Simplement je voudrai signaler que je passe au tribunal de Soissons le 2 avril 2012 pour être jugée,
    "d'avoir à Soissons, le 06 janvier 2012, en tout cas sur le territoire national et depuis temps n'emportant pas prescription, acquis, sans autorisation administrative de la résine de cannabis, substance ou plante classée comme stupéfiant." et il me faut vous dire que j’avais sur moi 3,2 gramme de résine.
    Donc je v être jugé pour détention et usage de cannabis. Je suis vert :((

  • Arreter de comparer le cannabis à d'autre drogues qui n'ont rien à voir svp.
    Les gens qui disent que la dépénalisation du cannabis engendrerais le traffic de drogue dure n'y connaisse vraiment rien. Il y a vraiment un monde entre les deux.
    Bref tous ça pour dire que de toutes façon:
    -celui qui veut boire boiera
    -celui qui veut fumer fumera
    -celui qui veut sniffer sniffera
    -celui qui veut se piquer se piquera...
    et sa aucune loi ne pourras rien y changer!

  • Arreter de comparer le cannabis à d'autre drogues qui n'ont rien à voir svp.
    Les gens qui disent que la dépénalisation du cannabis engendrerais le traffic de drogue dure n'y connaisse vraiment rien. Il y a vraiment un monde entre les deux.
    Bref tous ça pour dire que de toutes façon:
    -celui qui veut boire boiera
    -celui qui veut fumer fumera
    -celui qui veut sniffer sniffera
    -celui qui veut se piquer se piquera...
    et ça aucune loi ne pourras rien y changer!

  • Arreter de comparer le cannabis à d'autre drogues qui n'ont rien à voir svp.
    Les gens qui disent que la dépénalisation du cannabis engendrerais le traffic de drogue dure n'y connaisse vraiment rien. Il y a vraiment un monde entre les deux.
    Bref tous ça pour dire que de toutes façon:
    -celui qui veut boire boiera
    -celui qui veut fumer fumera
    -celui qui veut sniffer sniffera
    -celui qui veut se piquer se piquera...
    et ça aucune loi ne pourras rien y changer!

  • Je n'imagine même pas que le chauffeur du car qui conduira mon enfant à l'école aura fumer un joint ! Je n'imagine même pas que dans mon usine le collègue qui travaille sur une machine outil ait fumé avant de prendre son boulot ! Je suis bien content que les chirurgiens qui opèrent ne fument pas avant l'intervention ! Et il existe encore plein de raisons à mon avie qui font que je ne veux pas du cannabis dans ma vie.

  • Alons bon , AbeFujob , ne pensez vous pas que ce meme chauffeur de car puisse se mettre quelques skys , ou ce meme chirurgien une demi bouteille de vodka , il le peuvent légalement, pourquoi ne le font ils pas , car bien heureusement , ils y'a plus de personnes responsables , que d'irresponsables.

    Pis y'a juste une petite précision que j'aimerais apporter a Klee , qui parle beaucoup de shit , mais jamais de haschich , et il y'a un fosée entre les deux , de la résine pure est bien MOINS nocive que le shit actuellement en vente dans la plupart des réseaux ;

    Je suis pour une possibilité d'auto-production pour les personnes majeurs (a hauteur de résonnable )

    Concernant la dépendance , elle est avant tout régie par la vision du dépendant, j'en connais qui sont a la limites des larmes quand il n'y a plus de fume , d'autres qui se démontent a la blanche (je parle de l'héroine blanche) et qui quand il arrive a pénurie ne laissent paraitre aucun troubles,

    Donc en premier lieu , NE METTEZ PAS DANS LE MEME SAC le "shit" et la résine pur.

    Souvent , les gens prennent pour comparaison ce qui ce passe actuellement en hollande , mais le jour ou la france dépénalisera , j'assure que les cofee se verront vidés tres vite , car qu'on se le dise , y'a beaucoup trop de francais qui vont en hollande seulement pour la fumette (a la limite les putes aussi mais rares sont les bandes de potes qui vont a dams simplement pour niquer, pour le sexe les pays de l'est valent plus le coup , dans les campagnes ukrainienne tu peux lever des mannequins pour 30 euros, bon y'a pas de vitrine... :p


    Pis le soucis c'est pas trop la possession de stupefiant , pour 2 3 grammes dans le pire des cas et je dis bien le PIRE vous plaidez addiction , y'aura un amménagement de peines type marmottan suivis d'une post cure a marseille c'est des vacances , contraignant qu'on a une vie active , mieux que l'ucpa pour branleurs...

    et encore ce scénario , c'est plutot pour quelques grammes d'héro,

    Par contre en france , pour Production de cannabis on mange BEAUCOUP TROP , Va expliquer a un proc qui ne connait pas le produit , qui se contente d'appliquer la loi , que tu as une reel passion pour le hash , et qu'il te faut tes 15 pieds pour meme pas 100 grammes, en fumant un grammes par jour ca va vite 3 récoltes par an...(je parle de l'intérieur)

  • Un petit truc sarko veut faire plein de chose comme l’Allemagne,la bas ils ont le droit de faire pousser un pied de beuh par foyer pourquoi il ne suis pas cette exemple?

  • Très bon topic...
    Chacun fait pousser chez soi, et le tchernobyl au pneu de bagnole disparait de la circulation. C'est simple comme bonjour! L'alcool et le tabac sont en vente libre et pourtant ça fait des dégâts comme cancers et tout ce qui va avec... Où est la logique? Je crois que nos politiques feraient pas mal de fumer un ouinj de temps en temps ça les rendrait philosophes et moins bébêtes. On est tous condamnés à mort un jour ou l'autre, donc il faut flipper jusqu'à la fin de notre vie. La peur du gendarme. La preuve que ça ne marche pas, on est dans le pays qui fume le plus en Europe, c'est entré dans les mœurs. Un type qui fait pousser chez lui, qui fume en récréatif chez lui, en quoi ce type est un danger public? À qui nuit-il? Par contre il a tout à fait le droit de s'enfiler une bouteille de whisky et d'être raide bourré, logique non? La loi de 1970 est complètement désuète et considère un fumeur comme un grand criminel nazi comme Mangele, ça n'a pas de sens. L'état prend vraiment les gens pour des gosses. Liberté, égalité, fraternité ; où est la liberté?
    Kenavo les potos!

  • tiens donc encore une fois on remet sur le tapis le cannabis
    les médicaments des trusts pharmaceutique (drogue sur ordonnance)
    les drogues non recenses en tant que tel alors que dix fois superieur en effet
    l'explosion des drogues dure du à la dépenalisation de drogue douce
    tout ceci me semble cousu de fil blanc
    la repression la permissivite des antagonistes
    comme les effets de toute drogue
    rien n'est tout blanc ni tout noir
    une reflexion s'impose du cote de l'outil repressif
    une reflexion doit s'imposer aux consommateurs et les responsabilisés
    une loi en elle meme ne repond pas à tous les cas de figures
    que faire ?si il faut innover pourquoi pas la france
    sans hyprocrisie avec une concertation des consommateurs des legislateurs et des policiers c'est ensemble qu'ils peuvent faire des progres pas des gens qui ne le vivent pas
    il est certain si une telle chose venait à se produire la liberté des fumeurs s'opposerai à celle des non fumeurs
    donc le respect des gens serai un point essentiel

  • tiens donc encore une fois on remet sur le tapis le cannabis
    les médicaments des trusts pharmaceutique (drogue sur ordonnance)
    les drogues non recenses en tant que tel alors que dix fois superieur en effet
    l'explosion des drogues dure du à la dépenalisation de drogue douce
    tout ceci me semble cousu de fil blanc
    la repression la permissivite des antagonistes
    comme les effets de toute drogue
    rien n'est tout blanc ni tout noir
    une reflexion s'impose du cote de l'outil repressif
    une reflexion doit s'imposer aux consommateurs et les responsabilisés
    une loi en elle meme ne repond pas à tous les cas de figures
    que faire ?si il faut innover pourquoi pas la france
    sans hyprocrisie avec une concertation des consommateurs des legislateurs et des policiers c'est ensemble qu'ils peuvent faire des progres pas des gens qui ne le vivent pas
    il est certain si une telle chose venait à se produire la liberté des fumeurs s'opposerai à celle des non fumeurs
    donc le respect des gens serai un point essentiel

  • Cher homme libre,

    Vos propos honore même la liberté. Si aujourd'hui des sociétés nous vendent des produits tels que la cigarette, il serait hypocrite de se cacher derrière la nocivité de la marijuna.

    Dans toute société, c'est l'humain qui pousse la société à évoluer en bien ou en mal. Pas les lois. Elles ne servent qu'à mettre un frein à certaines libertés. A la vue du développement nocif de notre société ces lois sont obsolètes et mériteraient d'être abrogées.

  • Comment voulez vous lutter contre le canabis alors que du chanvre Bio cultivé par les Verts Néo- Nazi et se targuant même de ce titre, se vend grâce a Internet,c'est vraiment prendre le problème à l'envers ou se donner l'air pour récolter non pas du tabac mais des voix électorales!
    c'est le grand foutoir en milieu sectaire qu'ils soient écolos ou fondamentalistes,jaloux même entr'eux,alors à défaut de perdrix fumeuses de canabis,on piège les cailles fumeuses de cigarettes,c'est tellement facile d'interdire de nos jours d'autant avec l'arrivée des chemises brunes qui elles* toraillent *du canabis,et tournent les éoliennes du n'importe quoi mais qui peut mener ou plus personne n'a envie d'aller excepter ceux qui n'ont jamais travaillé avant 20 ans ou d'autres qui sortent enfin leur nez de leurs bouquins universitaires mais avec 10 ans de retard sur la vraie réalité du monde

  • Comment voulez vous lutter contre le canabis alors que du chanvre Bio cultivé par les Verts Néo- Nazi et se targuant même de ce titre, se vend grâce a Internet,c'est vraiment prendre le problème à l'envers ou se donner l'air pour récolter non pas du tabac mais des voix électorales!
    c'est le grand foutoir en milieu sectaire qu'ils soient écolos ou fondamentalistes,jaloux même entr'eux,alors à défaut de perdrix fumeuses de canabis,on piège les cailles fumeuses de cigarettes,c'est tellement facile d'interdire de nos jours d'autant avec l'arrivée des chemises brunes qui elles* toraillent *du canabis,et tournent les éoliennes du n'importe quoi mais qui peut mener ou plus personne n'a envie d'aller excepté ceux qui n'ont jamais travaillé avant 20 ans ou d'autres qui sortent enfin leur nez de leurs bouquins universitaires mais avec 10 ans de retard sur la vraie réalité du monde

  • Bonjour
    je trouve sa scandaleux ..le canabis est une drogue comme la cigarette et lacool...je pense que le shit ou lherbe ne fais pas plus de degat que l l accool ..et pourtant un mec qui bosse qui boit son verre le soir demain il fera le test ca sera negatif parcontre un fumeur qui fume ke le soir en rentrant du travail ba le lendemain il va etre positif ...!!!et ses pas pourtant qu il aura plus de dealer et egaliser pour une droque douce..comme l herbe ou le shit!!l alccoll fais plus de degat parcontre ses autoriser l alccol ca ramene beaucoup de tunes a letat non....?qui nous a mis dans cette situation pour que caramene de largent alor faite en autemp ...et donner un pourcentage autorise pour une drogue douce!!!!
    la farnce ne sera pas plus dans la merde ques ce quil reste aux francais pour qu on se detendent un peu.....................?????on a plus le droit de rien faire je pense que ses deguelasse
    autosrise la drogue douce enst pas un crime

  • @nath,vous n'avez pas tout faux surtout si l'on sait beaucoup de sectes diablement plus dangereuses que le cannabis dont elles se servent aussi comme fausses excuses pour libérer leurs adeptes en les intoxiquant plus gravement par de faux traitements en pratiquant des exorcismes ou en les plongeant dans des immersion de phrases stupides ,forme déguisée du lavage de cerveau mais bien plus diaboliques qu'un joint fumé entre consommateurs qui connaissent leurs propres limites
    De toutes manières dans le monde actuel entre les faux prophètes qui courent les rues et les simulations diverses pour faire croire au pire,on comprend que pour damner le pion aux Verts ou autres groupuscules beaucoup préférent une bonne cuite ou un joint.Ces alarmistes étant tout autant nocifs que des drogues

  • Bonjour à toutes et à tous,

    Le référendum du jour porte sur la dépénalisation du Cannabis en France. Nous avons besoin de votre soutien !

    En clique répondez au référendum du jour =>> referendum-universel.net

  • Ce que trop de gens oublie c'est que l'héroïne fait parti à part entière du patrimoine français. N'oublions pas la French-connection de Marseille en début de siècle dernier. Pourquoi la France contrôlait-elle l'Indochine (Vietnam aujourd'hui) peu-être pour importer des nems ? Non la France depuis 1900 est le pays plus gros fabriquant (en sous traitance c'est moins salissant pour l'image). il y avait autant d'Héroïnomane que d'Alcoolique mais cela est toujours rester plus ou moins derrière les projecteurs... Nous peuple Français connaissons mal ces ex systèmes de pègre. Début du siècle dernier c'est la France qui exporter l’héroïne aux States c'est pas rien quand même... Voici un lien qui peu être aidera a la compréhension ou non de la mafia Française pourrissant le monde.... http://fr.wikipedia.org/wiki/French_Connection . Alors pourquoi continuer a détruire ce que nous alleux ont battis... Réglementait oui je suis pour mais pas bannir.
    une chose de plus et de loin la plus moche... En France les toxicomane sont considéré comme délinquant et envoyer en prison ou autre .... alors que dans la majorité des pays Européens nous somme considérait comme malade...car croyez moi et la je parle par exemple aux alcooliques cela reste incontestablement une maladie de pharmacodépendance... Alors moi a la place de la garde ç vue et la taule ou l'amende je préférerai que l'on me propose de l'aide.. Merci la France... Mais je suis conscient de l'effort a ce niveau en plusieurs années... Mais évoluons encore un peu plus et dépénalisons le cannabis..(je fumes pas cela) mais comprend... Un pétard chez tonton Jacques vaut-il la rétention d'un permis a 1000euros? je crois pas... Mais tout cela changera un jour...

  • Si y legalisent les lobbys pharmaceutique. Viendront plus d antidépresseurs c pas le but y a ke le fric qui compte pas les interets de la liberté de choix beaucoups de laxisme injuste pou un max de petages de câbles mises a l amende. Obligation antidépresseur des lobbistes pharmacie l alcool est une bonne amorce et est également tres nauseabonde et pourtant pas interdite voici la preuve dune démocratique. Bafouée par des gens de pouvoir qui son souvent que des voyeurs l exception existe bien sure

Les commentaires sont fermés.