Le Diable en été : apéritif et dédicace mercredi 22 juin

Pour fêter la sortie de mon roman Le Diable en été je propose un apéritif mercredi 22 juin, de 18 heures à 20 heures. J’aurai le plaisir de rencontrer celles et ceux qui ont suivi l’histoire de ce roman, ou qui aiment se retrouver autour de l’écriture. Les amis et connaissances de blog et réseaux sont les bienvenus.

CouvDiable.jpgJe signerai des dédicaces pour qui le souhaitera, et je tiens à cet effet quelques exemplaires du roman à disposition.

Merci de me prévenir de votre venue, ci-dessous ou sur mon adresse courriel, et de m’indiquer si vous serez accompagné-e. Ceci afin de prévoir les boissons et quelques en-cas. L’adresse est: «Globale Santé, 26 rue Peillonnex, 1225 Chêne-Bourg (arcade)».

Je rappelle que le roman peut être commandé en ligne sur www.publibook.com  et amazon.fr. Il semble que la fnac suive mal pour le moment et qu’il soit difficile à trouver chez eux en ligne. En France Publibook, qui est membre du Syndicat National de l’Edition, est représenté dans nombre de librairies. La liste par département est ici.


Un premier roman n’est pas automatiquement en rayon, il faut donc le commander. De plus Publibook n’édite en papier que ce qui est demandé, ce qui évite des frais et du gaspillage. A Genève, les librairies qui travaillent avec Publibook sont en fin de billet.

Dans l'attente du plaisir de vous rencontrer le 22, voici un nouvel extrait du roman:

...
— Bien, cher amis poètes, je vous demande un petit moment de sérieux pour...
Maurice m’interrompt :
— Oui, mais d’abord à boire pour tout le monde ! Tournée générale pour le gagnant de Banon ! Pascaline !
Pendant qu’il va passer commande je continue :
— Chers auteurs, qu’allons-nous faire maintenant ?
Il y a des phrases malheureuses. Des phrases qui disent autre chose. Celle-ci me plonge dans le passé. Qu’allons-nous faire maintenant ? Elle revient avec sa blessure. Je me vois répétant dans un snack de gare : « Qu’allons-nous faire maintenant ? » Elle ne répondait rien. Elle me regardait. Nos chemins se séparaient alors que rien ne nous y obligeait. Un malentendu. Qu’allons-nous faire maintenant ? Rester en contact et nous écrire nos vie ? Non. La séparation est un adieu ou n’est rien. Ne la ratons pas. Nous avions raté assez de rendez-vous. Pas réussi à être parents. A comprendre nos différences. Trop d’occasions perdues. Au moins devions-nous réussir la séparation. Mais on ne transforme pas facilement un échec en victoire. Pendant des années nous serions habités de souffrance. Puis de déni pour chasser la souffrance. Cela n’aurait aucun sens. Notre légende resterait inaboutie. Alors qu’allions-nous faire maintenant ? Constater l’inachevé. Je me souviens de son silence. Nous ne ferions plus rien. Rien ensemble. Chacun allait prendre son chemin ou son train. L’autre allait disparaître. Tout ce qui avait été proche comme la peau sur le muscle était d’un coup arraché. Non, nous n’avions rien vécu d’important. Sinon nous resterions ensemble. Rien d’important. Rien qui ait assez de valeur. Qu’est-ce donc qu’une séparation, sinon un meurtre dont l’arme est le déni ?
Qu’allais-je faire maintenant ? Payer mon eau minérale. La regarder encore. Me demander si je devais hurler de douleur ou m’étonner d’avoir tant aimé cette femme. Partir à reculons. Ne pas lui montrer mon dos. La regarder en face jusqu’au moment où l’angle du mur nous cacherait l’un à l’autre. Alors courir vers le train sans me retourner. Courir vers le train, pas vers elle, surtout pas vers elle. M’installer sur une banquette et plonger dans une lecture sans regarder le quai. J’ai imaginé d’autres fins que celle-là. J’ai imaginé redescendre du train. Le laisser partir et la voir en face sur l’autre quai. J’ai imaginé rester là tant que nos yeux seraient dans nos yeux, et que seul l’épuisement de l’un des deux signifierait la fin. Mais nous aurions été capables d’aller jusqu’à la mort plutôt que de lâcher avant l’autre. Alors j’ai choisi la fin où je prends le train.
Peu importait ce que nous cherchions en nous séparant. Rien, je crois. Rien de mieux. Rien de précis. Laisser tomber. Faire du vide. Savions-nous ce que nous cherchions quand nous nous sommes rencontrés ? Pas plus. Un autre rien. Un rien plein. Plein de rires, de caresses, de larmes. De peurs, de désirs, de sexe, et d’incompréhensions. Plein d’émotion et de vulnérabilité. Je suis monté dans le train. Ensuite j’ai souvent rêvé d’elle. Son fantôme n’est jamais très loin dans ma mémoire. Aucune autre femme ne l’a remplacée.
— D’accord, Monsieur Paul ? Eh, vous êtes avec nous ?»

 

Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de lire les premières pages, elles sont ici.

 

Librairies à Genève:

 

Au paradoxe perdu
Place Grenus 3
CH 1201 Genève
022 732 59 61


Librairie Le rameau d'or
17-19 boulevrad Georges Favon
CH 1204 Genève
022 310 26 33


Delphica
Bvd Georges-Favon 19
CH 1204 Genève
022 310 76 86


Librairie le parnasse
Rue des eaux vives 20
CH 1207 Genève
022 736 27 26


Nouvelle librairie Descombes SA
6 rue Verdaine
CH 1204 Genève
022 311 56 56


Librairie Alexandre Jullien
Bourg de four 32
CH 1204 Genève
022 310 36 70


Librairie des auteurs suisses
Rue Hugo-de-Senger 8
CH 1205 Genève
022 320 23 23

Catégories : Art et culture 4 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • @Hommelibre
    super vous nous raconterez cette soirée que l'on peut affirmer d'avance couronnée de succès
    bonne journée

  • @Hors contexte ,pour vous mettre l'eau à la bouche voici un site celui de Géatan Pelletier *la Vidure* présentant un plat réservé uniquement pour le social,bon appétit d'avance* à crouler de rire*

  • j’espère pouvoir passer dans la tranche horaire indiquée
    A bientôt alors

  • A bientôt Aoki.

Les commentaires sont fermés.