Bactérie hémorragique: la nouvelle thèse du complot

Si vous aimez flipper, si vous avez besoin de flipper, si vous voulez une société qui flippe, si vous voulez que nos enfants vivent dans l’angoisse et la peur du monde et deviennent de bon clients des psy, si vous avez si peu de foi dans le monde, si vous avez besoin de vous faire des cauchemars, si ça gonfle votre ego de véhiculer de nouvelles thèses paranoïaques, croyez en Mike Adams...

bactérie3-1-mike-adams-interview.jpgMike Adams et la thèse du complot

Qui est-il? Un américain activiste, sorte de gourou de la santé au naturel. Il écrit sur un site spécialisé qu'il a fondé, Natural News. Il se définit comme un Ranger: «Mike a fait sa mission de vie à partager la découverte la plus remarquable qu'il fait dans sa quête: la grande majorité de toutes les maladies peuvent être facilement évité et même guérir sans médicaments ni chirurgie.»

Un Ranger: plus qu’un flic, un justicier. C’est son expérience personnelle d’un diabète qui l’a conduit à expérimenter des méthodes naturelles non médicamenteuses. Ayant moi-même accumulé une longue expérience professionnelle de la naturopathie, partisan d'une approche psychosomatique, je suis forcément intéressé par ce genre de démarche dont je tiens compte dans ma pratique. Mais j’en connais quelque peu les limites. Des guérisons par l’attitude mentale ou la pratique d’une nutrition saine sont toujours possibles. Toutefois je reste prudent quant à généraliser ce genre d'approche pour toutes les maladies et tous les patients.

Mike Adams lui ne s’embarrasse pas de nuances: les médecines douces sont LA solution aux maux de l’humanité et sont victimes d’attaques destinées à les discréditer. Mécanisme victimaire classique que l'on rencontre moins aujourd'hui en Europe, que je croyais généralement en régression. Ce mécanisme suscite chez le patient un acte de foi proportionnel à la force du mécanisme victimaire. S'il s'agit de sa propre santé cela peut être un moteur. Mais appliqué à la société le mécanisme victimaire tourne rapidement à la paranoïa.

Il affirme donc que le colibacille tueur est une souche élaborée et produite en laboratoire, dans le but de tuer des gens, de détruire l’agriculture européenne, de punir l'Espagne pour son refus des OGM et de discréditer le bio. Il fonde ses affirmations sur le fait que la bactérie est résistante à e-coli.jpg8 classes d’antibiotiques et que cela ne peut se faire tout seul.

«Il est pratiquement impossible d'imaginer comment cela pourrait se produire tout seul dans la nature. Par exemple, si cette bactérie est originaire de nourriture (comme nous l'avons dit), alors où va-t-elle acquérir la totalité de cette résistance aux antibiotiques, étant donné que les antibiotiques ne sont pas utilisés dans les légumes?»

Et plus loin:

«Cette souche a subi des expositions répétées et prolongées à huit différentes classes d'antibiotiques, puis a réussi à apparaître dans l'approvisionnement alimentaire. Comment faire sans un régime bien planifié mené par des scientifiques peu scrupuleux? Il n'existe pas de «mutation spontanée" dans une souche qui résiste aux huit principales catégories de marque d'antibiotiques vendus par Big Pharma aujourd'hui. Ces mutations doivent être délibérées.»

Il affirme que ces bactéries très résistantes, des superbactéries, sont forcément crées en laboratoires avec une intention malveillante.


Réfutation de la thèse du complot

Mike Adams sait-il vraiment de quoi il parle ? "... il n’existe pas de mutation spontanée" : mais si, justement, les mutations spontanées sont nombreuses. C’est ce qu’a démontré Béchamp à son époque et qui a été confirmé depuis. Comment croit-il que les bactéries se sont formées au fil des milliards d’années ? Par les labos de la CIA ? Par les E.T. ? Ce n’est pas sérieux. Le polymorphisme bactérien est la meilleure réfutation de la thèse de Mike Adams. Que la résistance à 8 antibiotiques plutôt qu’à un seul soit un processus compliqué, long et hasardeux, certes, mais rien ne l’empêche.

graines.jpgDe nombreuses bactéries sont aujourd’hui résistantes à plusieurs classes d’antibiotiques. Cela occupe des pans entiers de la recherche médicale et de la thérapeutique. Le nombre de personnes qui prennent différents antibios, le nombre de bactéries et leur facilité de contact entre elles, avec toutes les interactions que cela entraîne, leur vitesse de reproduction, font que les mutations avec résistance ne sont plus rares aujourd’hui. Pas besoin d’intervention humaine calculée et malveillante.

Quand à vouloir tuer des humains, il y a plus facile : l’épandage du virus Ebola. Radical.

Les superbactéries ne sont pas nouvelles. On en verra de plus en plus à cause de mélanges et de mariages de bactéries habituellement séparées, et à cause de l’usage immodéré des antibios. Mais rien de nouveau côté superbactéries superrésistantes: ces deux articles ici et ici en font déjà état depuis plusieurs années.

Des milliards de milliards de milliards de bactéries se promènent partout, sont en contact avec de nombreux milieux, espèces et substances ou médicaments, se dupliquent très vite, et échangent entre elles des matériaux génétiques sans avoir besoin d’être exposées elles-mêmes à toutes les sources. Le développement de superbactéries, bien que peu fréquent, n'est pas impossible.

Concernant le complot anti-bio (sans jeu de mots), cette affaire sera vite oubliée et les graines germées reprendront leur place. Il en faudrait plus pour tuer le bio. Déjà il faudrait ne pas en parler. Là au contraire on rappelle au monde entier que le bio existe et qu’il est de plus en plus apprécié. Au final on peut se demander quel est le but poursuivi par Mike Adams.

En vidéo: un interviewer qui mélange tout et Mike Adams qui fonce tel un hussard, bardé d'affirmations, mais sans rien démontrer.

 

 

Le diable en été

CouvDiable.jpg

Catégories : Santé 11 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • La vidéo est le comble de la désinformation.
    Les thèses paranoïaques avancées par Mike Adams et l'interviewer Alan Jones sont utilisées pour créer une autre paranoïa de leur côté : la paranoïa des forces surhumaines.
    Pour leurs affirmations, les deux interlocuteurs se fondent principalement sur des communiqués de presse. Comme si la presse avait le moindre intérêt à ne publier que la vérité. Comme si la presse était constituée d'experts en médecine ou en bio-chimie.

  • @ homme libre

    Ce n'est pas si simple. Nullement pour moi l'idée de soutenir Mike Adams, mais ce n'est pas si évident de démolir certains de ses propos. On connaît des bactéries multi-résistantes, mais ce sont des microbes responsables de maladies et qui ont été exposés pendant des dizaines d'années à des antibiotiques successifs entraînant une sélection matière active après matière active. Les exemples les plus connus sont le bacille de Koch et le staphylocoque doré. Pour qu'une bactérie commensale de l'homme présente en même temps autant de résistances (d'où le problème thérapeutique), il y a en effet de quoi s'interroger, ce que fait Mike Adams. Car ce qu'il dit c'est qu'il n'y a pas UNE mutation spontanée qui confère AUTANT DE RESISTANCES. En ne retenant que la première partie de la phrase, vous trahissez son propos pour pouvoir le ridiculiser.

    Ebola? Inefficace pour tuer des humains. Oui, il tue, mais trop rapidement pour que le virus puisse se transmettre à grande échelle. Contrairement au virus du sida ou à cette bactérie dont les temps d'incubation sont suffisants pour permettre leur diffusion. Comme arme de guerre ce colibacille est presque parfait pour des cibles limitées. Ni vu ni connu, cette bactérie étant tellement commune, ce qui n'est pas le cas du virus Ebola, qui en Europe pointerait automatiquement vers certains laboratoires qui sont les seuls autorisés à le manipuler. Or c'est justement à Hambourg qu'il y a un laboratoire biologique ultra sécurisé qui manipule ce genre de microbes. Pas besoin d'un complot. Juste un test. On introduit dans une bactérie banale l'ingénierie génétique permettant de la rendre mortelle d'une part et des gênes résistants à de multiples antibiotiques d'autre part. Ca fait beaucoup de mutations spontanées. Trop à mon avis. Et enfin d'où sort-elle cette bactérie? En admettant que la contamination ce soit faite par les germes de soja, comment ces germes ont-ils été contaminés? Par un humain porteur sain? Où se trouve le réservoir de cette nouvelle souche de bactéries? Bien sûr personne ne va chercher à répondre à cette question.

    Et si vous doutez de la possibilité d'un tel test, renseignez-vous sur le projet MKULTRA, entre autres projets.

  • @ Justin:

    Je reprends la phrase de l'article:

    "Il n'existe pas de «mutation spontanée" dans une souche qui résiste aux huit principales catégories de marque d'antibiotiques". La phrase peut bien être comprise comme s'il n'y avait pas de ou aucune mutation spontanée dans une bactérie qui résiste à huit catégories. Mais peu importe. Mike Adams n'est pas crédible dans ses affirmations en rafales sans aucune démonstration. L'exaltation n'est pas preuve.

    Les expériences menées aux Etats-Unis et ailleurs à une époque ont été abandonnées. Ont-elles repris? Je ne peux pas le savoir. Mais j'en doute, tant les risques sont incontrôlables.

    Pourquoi un labo de Hambourg ferait-il un test justement dans sa région? C'est s'auto-désigner.

    Pour le réservoir de bactéries il y a trop d'inconnues en l'état.

  • @Homme libre Cela sent la science fiction à plein nez cherchons qui tire profit en premier et peut-être trouverons nous la solution j'allais dire finale c'est presque ce qui transparait en écoutant ce bourrage de crâne fait de bactéries,serait-ce un coup monté par les hackers noirs allemands dont il est question dans le reportage de Arte de jeudi dernier,ou serait-ce les prémices du retour du Jedi tout est possible avec Spielberg quel est le prochain film de terreur programmé prochainement sur les grands écrans y'a fort à parier qu'on y retrouvera quelque ressemblance,s'inquiéter de quoi on est bien portant autant adopter le comportement de ceux qui furent arrosés de propagandes fermer tv et radio et attendre que l'orage cesse,ou n'écouter que de la musique car plus on donne de l'importance à une fausse rumeur plus elle va en s'emplifiant surtout en lune montante,c'est à dire pleine lune qui aura lieu après demain!la rumeur souvenez vous c'est une femme qui adore faire courir ses lecteurs aussi,Roland Magdane avait un très bon sketch sur le masculin et féminin ,juin étant le mois par excellence du combat entre le faux et le vrai jusqu'au 21,ensuite ces messieurs reprendront de la hauteur et reprendront confiance en eux
    bonne soirée à vous

  • Une superbactérie concoctée par les savants fous du labo P4, le tout commandité par l'industrie agroalimentaire en vue de tuer le bio.......Continuons à empoisonner les gens avec les pesticides et la malbouffe, faisons tourner à bloc l'industrie pharmaceutique et mettons en nous plein les fouilles......."ça y est les gars, j'y suis, la petite merveille va nous concocter une bonne coagulation intra vasculaire dissémineé......niac, niac........ils n'iront plus jamais acheter du Bio les guignols..."
    Franchement, avant d'aller chercher dans un labo P4, je commencerais par le plus simple, regarder un peu du coté de l'antibiothérapie massive appliquée aux élevages bovins.
    D'autre part, des archives de l'OMS datant de 2005 mettaient en garde sur les conditions d'exploitation des graines germées, reconnues déja à l'époque comme responsables de flambées épidémiques ECEH, les agents pathogènes trouvés dans les graines germées venant très probablement des graines elles-mêmes.

    Soit dit en passant, New York est envahi par les punaises de lit, la ville est d'ailleurs proche de la crise sanitaire. Ces petites bébêtes avaient pratiquement disparues depuis 50 ans. Elles déboulent, mutantes et résistantes à peu près à tous les insecticides communément utilisés pour les éradiquer.
    Un complot de Dunlopillo International ???

  • 1. Les bactéries n'ont pas besoin de muter pour acquérir une résistance à des antibiotiques. Les gènes de résistance sont en effet portés par de petits chromosomes autonomes qui se transmettent très facilement d'une bactérie à l'autre. Les bactéries portent souvent plusieurs gènes de résistance et d'autant plus qu'elles ont été exposées à des substances naturelles ou médicamenteuses ayant des activités antibiotiques.
    2. Penser que l'Espagne serait visée parce qu'elle refuse d'utiliser des OGM est plus que paradoxal car ce pays est le seul en Europe qui utilise massivement un OGM, un maïs Bt en l’occurrence.
    3. Il n'y a pas besoin d'invoquer de quelconques complots. Depuis 1992, douze infections alimentaires sérieuses dues à des produits bio ont eu lieu dans le monde(officiellement et probablement plus, moins graves). Ces accidents ont causé la mort de 4 personnes dont 3 enfants et obligé l'hospitalisation de centaines de personnes. Un cas récent est celui des épinards contaminés par E coli HO157 en 2006 aux USA (1 mort et 150 hospitalisations.

  • "Les gènes de résistance sont en effet portés par de petits chromosomes autonomes qui se transmettent très facilement d'une bactérie à l'autre. Les bactéries portent souvent plusieurs gènes de résistance et d'autant plus qu'elles ont été exposées à des substances naturelles ou médicamenteuses ayant des activités antibiotiques."

    Une nouvelle théorie de l'évolution biologique ? On est vraiment dans les fantasmes les plus fous.
    Une bactérie qui n'est pas résistante à un certain antibiotique ne va pas sur le champs développer un "gène de résistance" pour se protéger contre cet antibiotique. Elle n'en aura même pas le temps, car elle va tout simplement être éliminée par l'antibiotique.

    "Les bactéries n'ont pas besoin de muter pour acquérir une résistance à des antibiotiques."
    Une bactérie s'en fout royalement si elle vit ou si elle meurt. Elle n'a ni cerveau ni conscience. Elle ne pense surtout pas à acquérir une protection contre des antibiotiques, étant donnée qu'elle ne sait pas qu'il y a "danger" pour sa vie. Si on reste dans cette théorie, pourquoi le corps humain, beaucoup plus développé, ne ferait il pas de même pour se protéger contre les bactéries ?

    "Un cas récent est celui des épinards contaminés par E coli HO157 en 2006 aux USA (1 mort et 150 hospitalisations."
    Ca fait peur ! En Suisse, on compte 60'000 décès par an, toutes causes confondues. La risque de mourir par des épinards est de 0,0017%.

  • "des archives de l'OMS datant de 2005 mettaient en garde ..." Et plus récemment l'OMS mettait en garde contre la grippe aviaire, la grippe mexicaine, le téléphone portable, la fumée passive ...
    Semer la peur et mettre en garde, c'est le fond de business de l'OMS. S'il n'y avait plus de menaces pour notre santé, l'OMS serait obligée de fermer ces bureaux pour manque de moyens financiers. Et entre-temps, un million de personnes meurent chaque année de la malaria.

  • Selon l'OMS 325 personnes sont mortes de la suite de la grippe aviaire en 9 ans, dont plus que la moitié en Indonésie et Chine. On se souvient encore de l'hystérie semée par l'OMS.

  • @Bernd Palmer:

    "Une nouvelle théorie de l'évolution biologique ?"

    => Même pas, juste de la biologie de niveau terminale : http://fr.wikipedia.org/wiki/Plasmide

  • Ce qu'ils ont osé pensé, les dissidents de la pensée unique, trouve des réponses ici.
    Les complots proviennent de ceux qui jouent aux anges gardiens. On propage aussi que les Africains manquent, par nature, de sens de l'hygiène élémentaire. Les moins malveillants, émettent l'excuse du manque essentiel pour cette hygiène sans trop y croire.
    L'ébola est un virus, pas un microbe ni une bactérie ou un cryptogame.
    La question reste ouverte d'une modification d'ADN du virus lui-même cultivé en milieu sécurisé.
    Les guerres bactériologiques ou virologiques vont devenir une réalité courante. Il faudra se préparer à cette fatalité tant qu'on acquiesce à la suprématie de ceux qui les font et qui en détiennent le matériel.

    http://www.france-irak-actualite.com/2014/11/les-laboratoires-us-en-afrique-de-l-ouest-et-ebola.html

Les commentaires sont fermés.