31 mai 2011

Homme des cavernes, reviens!

Je le dis tout de go, non sans une pointe d’humour provocateur: l’homme des cavernes était beau! L’homme avec un petit h, pour bien le différencier de la femme des cavernes. Car à l’époque, point d’indifférenciation. Chacun avait son rôle bien défini. L’homme chassait, taillait les ours en pièces et regardait les singes faire rouler des noix de coco avec leurs pieds.


cavernes6.jpegSouvent l’ours avait le dessus sur l’homme. Ce n’était pas bon pour la survie de l’espèce. Parce qu’après avoir mangé l’homme, l’ours attrapait la femme d’un coup de patte, d’autant plus facilement qu’elle était enceinte et allaitait encore les deux précédents marmots - ceux qui avaient échappé aux tigres et aux maladies.

Les femmes des cavernes enceintes, avec leur gros ventre, ne pouvaient pas courir. Non qu’elles fussent moins douées pour le marathon, mais la grossesse n’est pas la condition idéale pour courir aux jeux olympiques préhistoriques. Les femmes ont donc eu besoin de gros bras. Cela tombait bien: la nature, dans sa divine providence, en avait doté leurs champions. Elles ont donc fait un deal: je veux bien faire la poussière de temps en temps mais tu va chasser et tuer l’ours.

Tope-la, une poignée de main et l’affaire était entendue. Mais bon, les hommes n’étaient pas tous des Schwarzenegger. Comme à l’époque c’était bien vu d’être musclé, les femmes ont commencé à éduquer les hommes et à les formater. Il fallait dès l’enfance leur apprendre à se battre. Cela venait d’un instinct, l’instinct de survie. Une sorte de machin dont personne ne sait s’il est biologique ou si c’était déjà la certitude d’être irremplaçable sur Terre qui le motivait.

Donc les femmes des cavernes ont dressé les hommes à être des bagarreurs, des lutteurs, des guerriers. A résister aux bobos. Ils ne devaient pas pleurer. Pleurer c’est comme avoir peur: inutile. Contre-productif. Suicidaire. Un homme qui pleure, non mais, vous imaginez ça? Il va se mettre à avoir des états d’âmes, des doutes, parfois la migraine. Pas de ça, perlipopette!

Et imaginez cet homme devant l’ours, se disant: «J’y vais ou j’y vais pas? Au niveau du vécu, dans mon ressenti et mon intimité de mâle qu’est pas une bête, je me demande si je devrais pas parler à l’oreille de cet ours, négocier le coup». Bref, le temps que cet idiot se pose toutes ces questions l’ours l’a déjà attrapé et les hommes du clan voisin sont venus poser leurs pantoufles dans sa caverne. Au grand bonheur de la dame qui ne se voyait pas finir sa vie en morceaux dans l’estomac de plantigrades affamés. A l'époque, l'amour c'était plus simple.
cavernes2.jpg
Donc l’homme des cavernes était éduqué à être fort. Il protégeait et nourrissait. Et pendant que la femme préparait la tambouille il allait par monts et par vaux à la poursuite d’un Graal jamais atteint, et, à défaut, au moins d’un renne ou d’un cerf. Reine... serf?... Hum hum...

- Quoi, hum hum?

- Rien, rien, juste un cliché...

Bref, le temps passa, et jusqu’à récemment on gardait le moule: l’homme fort, qui en a, et qui sait mourir à la guerre en chantant Alexandrie Alexandra. Un vrai barracuda, quoi! Il portait toujours en lui cet instinct sur lequel la culture et la civilisation se sont construites: manger, protéger, faire des bébés (bander). Ah, qu’il était beau cet homme des cavernes, encore perceptible sous l’uniforme des grognards de Napoléon ou sous la chemise kaki  à l’odeur de cigare dominateur de Che Guevarra.

Et puis vint une drôle d’époque. Une époque où d’un coup l’on décréta que l’homme des cavernes était ringard, nul, brutal, réactionnaire, passéiste, et j’en passe. Cavernicus fut rééduqué. On voulait le changer - enfin, «elles» voulaient le changer. Elles défilaient avec des pancartes où l’on pouvait lire: «Sortons l’homme des cavernes». Il ne comprenait pas. Pourquoi l’en sortir alors qu’il avait toujours été dehors à chasser et à regarder les singes jouer au foot avec des noix de coco?

D’ailleurs, «sortir» signifiait l’inverse puisqu’en réalité elles voulaient le faire rentrer à la cuisine et passer l'aspirateur pendant qu’elles allaient à leur meeting, après la manucure, en sortant du boulot? (Mais pourquoi donc ai-je parlé d'aspirateur?...)

Cavernes3.jpgVoilà donc que l’homme des cavernes fut sommé de tenir une comptabilité: «Combien d’heures tu passes à passer l’aspirateur? Combien de haricots as-tu épluchés?» L’homme des cavernes ne sait pas compter. Lui, nature, il fait ce qu’il aime. Le reste il le laisse. La femme est naturellement supérieure à l’homme puisqu’elle, elle sait se contraindre à faire ce qu’elle n’aime pas, à s’humilier dans ces travaux infamants que l’on appelle domestiques. Pour l’homme, impossible. Pourtant «elles» ont voulu qu’il se contraigne pareil. Elles ont voulu faire de l’homme une femme comme les autres...

L’homme fier et rebelle, descendant de Spartacus et de Louis Curie, ne peut se contraindre. Trop de contrainte fait retomber l’érection. Elles ne comprenaient pas cette difficulté. Ambivalence frustrante pour elles: entre le bad boy sexy et le gentilhomme, il y a la même différence qu’entre la chair et le sex toy. Elles voulaient pourtant qu’il devienne civilisé comme un sex toy: elles voulaient signer une décharge avant chaque rapport sexuel en précisant la durée et la position; lui devait se flageller en reconnaissant l’ignominie masculine, et pleurer pour montrer qu’il est une humaine...

Et s’il n’obéissait pas, la justice et la nouvelle morale asymétrique se chargeaient de compléter son éducation. L’homme coupable d’être un homme devenait le modèle masculin de cette drôle d’époque.

Et ainsi, peu à peu, il perdit son désir. Bander sur commande et vivre dans la peur ne sont pas bons pour l’homme - des cavernes ou d’ailleurs. Peur du bébé fait dans le dos, peur de n’être qu’un pourvoyeur-payeur, peur de l’accusation infondée, peur de la domination par le reproche. Les dangers qui guettaient l’homme des cavernes devenu moderne et civilisé étaient plus grands que les ours. Car au moins, avec les ours, il savait à quoi s’en tenir. Ajouté à cela le fait que les hormones contraceptives se retrouvaient dans la chaîne alimentaire et diminuaient la fertilité de monsieur, le drame guettait.

La survie de l’espèce était gravement menacée.caverne4.jpg

Alors, dans un sursaut d’orgueil, l’homme civilisé se rappela l’homme des cavernes. Il comprit que l’humanité avait encore besoin de lui. Il devait reprendre sa vie en main et ne plus être ni coupable ni pleurnichard. Ils furent de plus en plus nombreux à se lever contre le formatage. Ils cessèrent d’avoir peur.

L’homme se lâcha. D’abord il assura un point essentiel: donner aux enfants une durable image d’homme dans leur vie. Et donc, avant tout mariage et enfants, un contrat précis prévoyait le même temps de présence et d’éducation à la mère et au père en cas de divorce.

Puis il se mit à disposer de son corps comme il l’entendait, sans donner de pouvoir à sa blonde sur sa sexualité. Il coucha assidument pour des aventures d’une nuit ou d’une vie: c’est lui seul qui décidait, il ne devait de comptes à personne. Mais il s’assurait que ses partenaires avaient bien pris leur pilule et quand la pilule masculine fut au point, ce fut une délivrance pour lui! Il alla au bistrot, but des bières, regarda la finale de la coupe, s’occupa du bébé, fit à bouffer, récura les WC, répara le toit de la maison, bossa comme un fou, laissa bosser à sa place: il fit ce qu’il voulait! Il oublia les matrones-matriarches, et celles qui ne vivaient que du reproche.

L’humanité était sauvée: l’homme des cavernes était de retour. La vie redevint joyeuse. Cet homme des cavernes a d’ailleurs inspiré des arrachements émotionnels intenses (à écouter avant que la civilisation ne l'interdise pour cause de stéréotype sexiste):


une femme avec toi par Claire_keim

Commentaires

selon Hommelibre,
(pythagore nouveau monde)

l'ours avait le dessus sur l'Homme
qui avait le dessus sur la Femme
qui était dessous

typique équation, que mon fils étudiant en haute école
vivant à ma charge depuis yooop & jusqu'à yoooop
me sert
avec ou sans copine
à chaque fois que je lui rappelle le partage des tâches domestiques

sauf que je ne peux qu'éclater de rire

Efficace cet hommelibre

Écrit par : graphycs | 31 mai 2011

@ Graphycs:

Au passage on comprend pourquoi les singes ont des gros pieds...

;-))

Écrit par : hommelibre | 31 mai 2011

selon Hommelibre,
(pythagore d'un nouveau monde)

l'ours avait le dessus sur l'Homme
qui avait le dessus sur la Femme
qui était dessous

typique équation, que mon fils étudiant en haute école
vivant à ma charge depuis yooop & jusqu'à yoooop
me sert
avec ou sans copine
à chaque fois que je lui rappelle le partage des tâches domestiques

sauf que je ne peux qu'éclater de rire

Efficace, cet hommelibre ... ?!

Écrit par : graphycs | 31 mai 2011

Heu, que les gros pieds?

Écrit par : graphycs | 31 mai 2011

Heu, que les gros pieds?

Écrit par : graphycs | 31 mai 2011

Heu, que les gros pieds?

Écrit par : graphycs | 31 mai 2011

Héééé.... le foot avec des noix de coco.........

...........
...........
...........

Écrit par : hommelibre | 31 mai 2011

ce commentaire de pieds est un bug, n'est pas de moi & ne veut rien dire -

Genève est 1 point migratoire du sud méditéranéen qui empirise toutes frontières EU avec des migrations intempestives de sans papiers via la France ou toutes ses frontières

Écrit par : graphycs | 31 mai 2011

excellent ce billet merçi HL

Écrit par : leclercq | 31 mai 2011

"Donc les femmes des cavernes ont dressé les hommes à être des bagarreurs, des lutteurs, des guerriers. A résister aux bobos. Ils ne devaient pas pleurer"
Un peu marseillais sur les bords Hommelibre ? ;o) J'ai des souvenirs, qui ne remontent pas au temps des cavernes mais presque ;o), où les petits garçons couraient pleurer dans les bras de maman tout en la suppliant de ne rien dire au père qui sinon se mettait en colère. Bon faut dire que mon entourage masculin et féminin provenait du sud des Alpes, donc plutôt macho et que la mamma c'était et c'est toujours la douceur, le réconfort et le soutien pour son garçon ;o))
Il n'y a pas que le fait de venir de Mars ou de Vénus qui change nos perceptions ;o)
Sinon à part cela, vivement un retour de l'homme des cavernes. Un de mes fantasmes est de me faire traîner par les cheveux par musculator Lol !! ;o))

Écrit par : Loredana | 31 mai 2011

Onkrh !
Si le fiston de graphycs est aussi mal élevé, ce s'rait-y pas qu'il a manqué d'autorité paternelle ?
C'est un constat fait chez beaucoup d'amies qui élèvent seules (et avec infiniment de courage) leurs petits mâles qu'elles traitent malheureusement trop souvent en petits rois...

Écrit par : Rahan Pierrafeu | 31 mai 2011

Loredana: Marseillais, c'est peu dire!!!

:-)))

Je vois que vous avez ri à le lire comme je me suis amusé à l'écrire. Yo!

Écrit par : hommelibre | 31 mai 2011

Le changement de ton de vos billets y est pour beaucoup, même si cela reste un sujet "épineux" ;o)
Mon rire a été un dégradé de couleurs, du jaune en passant par le bleu jusqu'au rouge ;o)

Écrit par : Loredana | 31 mai 2011

Loredana: "Un de mes fantasmes est de me faire traîner par les cheveux par musculator"

La "musculator" féministe "rêve" du contraire, outre le traîner en justice.... Et ce n'est pas un fantasme!

Écrit par : Patoucha | 31 mai 2011

Vous oubliez Nicole Croisille hommelibre... d'autant que c'est SA chanson!

Écrit par : Patoucha | 31 mai 2011

@Patoucha
C'est vous la musculator fémininiste ? ;o)

Pour la vidéo c'est vrai que vous auriez pu mettre Nicole, Hommelibre. Vrai aussi qu'elle est moins glamour que Claire .... ;o)

Écrit par : Loredana | 31 mai 2011

M'enfin, elles chantent les deux! D'accord, NC n'est pas à l'image initiale mais la vidéo est comme ça. Et je trouvais sympa cette version avec transmission de NC, qui a une interprétation somptueuse, vers CK qui fait un peu débutante mais a un joli timbre et un petit mouvement de tête que j'aime bien...

Écrit par : hommelibre | 31 mai 2011

Cette miss de l'univers des cavernes (photo) nous rappelle que nos cousins Bonobos, Chimpanzés, et autres gorilles, avaient une vie sexuelle très animée...

Les poussières n'étaient pas faite, et d'une manière générale, la femelle ne donnait pas d'ordre au mâle, qui d'ailleurs disposait de plusieurs "femmes" (conccurence) La principale tâche des "miss des cavernes" étant d'être disponible à tous moments et pour tout... Au fil du temps, de chef de clan, est passé chef de tribus ensuite Roi, enfin, Roi et divin ou Roi-Dieu. Il en reste encore à notre époque, il paraît qu'un milliard et demi ont rêvé lors du dernier scandale Anglais...

De nos jours, l'homme moderne reste -le Bonobo des cavernes mais il a suivit une évolution très nette, il crotte dans un wc, et fait le ménage, il trie les déchets, imite l'éboueur, normal, "c'est à la rosée du matin que l'on gagne sa rémunération" c'est un "poubellier" (terme d'une certaine époque) qui l'a affirmé, écoutant et répétant comme un perroquet, ce que lui a dit son chef! Chef qui lui-même a écouté le super chef qui lui aussi à écouté son chef, élu, par les Bonobos mâles et femelles... Tout ceci pour arriver au Bonobo Président "de la république des Bonobos" super rusé, et fort, enfin..car comme l'homme des cavernes, il réussit à nous imposer mentalement que c'est nous, qui polluons l'atmosphère en faisant le ménage, que c'est nous qui polluons les rivières avec nos excréments, que c'est nous qui enfumons les villes avec nos cigares et nos cigarettes, etc....Les déchets en finalité c'est nous...Les Bonobos!

Ah! je m'écarte du sujet...Ou en sont les femelles des Bonobos? Elles seraient majoritaires, 53 % selon certains organismes d'état et ce, depuis bien des années. Ont-elles réussit à s'organiser afin de prendre le pouvoir? -NON. Ont-elles les capacités à s'organiser pour prendre le pouvoir? -NON.

En fait, une bonne partie d'entre elles cultivent le bien paraître et la jalousie de bonne femme, le "moi-je" l'égo surdimenssionné...C'est le même comportement que les mâles de la politique ou du pouvoir. Rien de plus, creux et banal. Ceci étant dit, on vous aime, restez femmes, libres, séduisantes, faites envie, participez à nos fantasmes, à l'évolution du monde qui sombre doucement mais sûrement, et nos rêves, soyez libérées de la domination -du -bonobo -prince ou -roi issu des chefs tribaux, des plus forts et des plus rusés..Mais pas plus intelligents et utiles qu'un pot de chambre au milieu d'un salon....

John, votre article est arrivé au bon moment, on peut se défouler! Merci..

Écrit par : Pierre NOËL | 31 mai 2011

Ouais elles chantent toutes les deux sauf que une à de la voix l'autre sussure. Tiens ça me fait penser à une autre "chanteuse" qui susurre ;o))
Et pis des vidéos yen a pleins, la preuve http://www.youtube.com/watch?v=-65kjpU1Qfw&feature=related ;o))

Écrit par : Loredana | 31 mai 2011

Ah Loredana, ça oui il y en a plein. J'aime beaucoup celle que vous proposez. De toutes façons y a pas photo: l'une joue sur l'image, l'autre donne d'elle.

Mais j'insiste sur cette transmission, une chanson d'il y a quoi? 30 ans, et reprise 30 ans après par une femme plus jeune qui semble avoir envie d'y coller alors que le discours féministe devrait flinguer un tel archétype!

J'ai aussi pas mal cherché. Je vous ai épargné Lara Fabian. j'ai survolé Tina Arena qui là s'est plantée. J'ai trouvé trop peu expressive la Boutin. Le duo avec Anggun ne m'a convaincu. Je passe sur les versions spaces, dont une, assez borderline, en trio. J'ai failli mettre les filles de je ne sais quel groupe; je n'aime pas la vidéo mais l'interprétation a quelque chose d'autre, ou d'ailleurs:

http://www.youtube.com/watch?v=JdQix3kSmAo

Et sinon, bien qu'elle manque d'un petit quelque chose, pour vous j'aurais forcément mis celle-ci:

http://www.youtube.com/watch?v=nI0XOb58u-I

Écrit par : hommelibre | 31 mai 2011

Bah moi je la flingue pas pour l'archétype mais pour sa voix de crécelle ;o). Pour la 1ère vidéo,l'interprétation originale est nettement plus vibrante, pour moi, que cette version. Par contre Mia Martini je connais, un peu, et j'ignorais que c'était pour elle qu'avait été écrite cette chanson, é la base italienne. J'ai appris quelque chose ce soir.
Bon je préfère quand même toujours la voix et l'émotion que procure NC.
Merci Hommelibre pour vos recherches ;o)

Écrit par : Loredana | 31 mai 2011

Oh, voix de crécelle... ! Pour moi une voix de crécelle ce n'est pas ça. C'est plus grinçant, plus aigu. Bref, moi ce qui me plait moins chez CK c'est son froncement nez-sourcils.

La version moins vibrante, oui, sûr. Mais il y a quelque chose qui me fait penser un peu au Brésil, pas seulement le rythme et quelques arrangements mais aussi dans le phrasé musical. Au moins, tant qu'à reprendre un monument, autant en faire autre chose que faire un raté en voulant trop copier l'original de NC.

Mais pour sûr NC a marqué les esprits.

:)

Écrit par : hommelibre | 31 mai 2011

Mdr!! Maintenant que vous le dites, c'est vrai que le froncement nez-sourcils est effectivement pas trop top. Heureusement qu'il y a les hommes pour voir ces ptits détails ;o)))
Pour le rythme et après avoir réécouter, je concède qu'il est plus langoureux, tropical ;o)
Douce nuit rythmée Hommelibre (pour le tropical, vu les températures faudra attendre Lol!!)

Écrit par : Loredana | 31 mai 2011

"C'est vous la musculator fémininiste ? ;o)

J'adore votre humour Loredana :p Je porte les cheveux longs!:-))

Écrit par : Patoucha | 08 juin 2011

Wow, sympathique site, je vous remercie pour le partage et je partage moi aussi entièrement votre point de vue ! Permettez-moi d'insister, oui votre site est sincèrement bien bon, ce fut très enrichissant de vous lire ! PS : Bonne continuation et très longue vie à ce site !

Écrit par : Choisir aspirateur | 23 septembre 2011

MDR!

Écrit par : Ambre | 23 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.