La musulmane nue et l’homme des cavernes

Les relations hommes-femmes en prennent un coup ces jours! L’affaire Strauss-Kahn y est pour beaucoup, mais pas seulement. Dans son édito du Matin Ariane Dayer pousse un coup de gueule à cause de l’impossibilité que nous aurions à nous représenter la violence faite aux femmes. Elle parle même d’âge de pierre, donc d'absence de civilisation.

sahin1.jpgMontrer ses seins, un acte politique

Dans le même Matin, Geneviève Comby se demande s’il faut montrer ses seins pour être féministe. Elle fait référence à l’actrice germano-turque Sila Sahin qui pose presque nue en couverture du playboy allemand de mai, et au groupe féministe ukrainien Femen qui a pris l’habitude de manifester seins nus.

La photo de Sila Sahin (cliquer pour l'agrandir) est reproduite et analysée dans Le Matin par Eliane Perrin, sociologue. Voici ce qu’elle en dit:

«La photo de Playboy est très construite, explique Eliane Perrin. La jeune femme vous regarde droit dans les yeux, d'un air farouche qui vous tient à distance. Elle est séduisante mais pas séductrice. La mise en scène nous dit qu'il ne s'agit pas d'une femme facile. Regardez d'ailleurs la main qui protège son sexe.»

Je ne suis pas convaincu par cette analyse qui montre bien la différence d’approche masculine et féminine. Madame Perrin tend à atténuer l’impact de séduction de cette image. Je m’inscris en faux contre cette lecture. Le regard droit dans les yeux avec la tête un peu penchée vers le bas est au contraire une invitation. La main derrière la tête dans les cheveux montre qu’elle ouvre et n’interdit pas l’approche. Quand à l'autre main, je doute fort qu’elle protège son sexe. Il suffit de voir précisément la position de l’index et du majeur, le pouce négligemment glissé sous le tissus et les jambes écartées pour comprendre qu’elle ne protège pas son sexe mais est prête à s’en servir elle-même ou nous inviter à le faire. En réalité, jusqu’au tissus mouillé, tout montre la séductrice. Et les photos intérieures du magazine, visibles sur le net, ne laissent que peu de place à une distance intellectuelle.

Regard masculin? Possible. Regard d’homme des cavernes? Non. Regard masculin qui ne craint pas d’exprimer qu’une femme est désirable et que la nudité dans notre culture est suggestive. L’amusant est le message féministe véhiculé par Sila Sahin:

«Trop longtemps, j'ai voulu mener une vie juste et telle qu'on me l'avait toujours imposée, argumente-t-elle. Aujourd'hui, j'espère montrer aux femmes musulmanes qu'elles peuvent vivre comme elles le veulent, avec excès ou sobriété, mais librement.»

marcelsexy2.jpg

Si les hommes devaient faire une déclaration de politique générale à chaque fois qu'ils portent un marcel ou assimilé, ils deviendraient insupportables!

A-t-elle vraiment besoin de cette justification idéologique pour poser nue? Faut-il politiser le sein pour que le désir et le sexe redeviennent politiquement correct? Ou bien se fait-elle simplement sa pub sous un prétexte à la mode? Je crois simplement que la boucle se boucle: de la liberté sexuelle joyeuse des années 70, au néopuritanisme récent, la nudité fut revendiquée, puis mal vue. Elle revient. Mais cette fois comme une arme et non plus comme le lieu naturel du désir, car le désir est en passe de devenir un crime. La politisation à outrance du corps et de la sexualité va dresser de nouveaux murs entre hommes et femmes. Sila Sahin dispose de son corps comme elle l'entends. N'assume-t-elle pas cette liberté pour avoir besoin de faire de sa nudité un acte politique?

Cela dit, les féministes aux seins nus offrent au moins un spectacle plus fun que leur discours où l’homme reste un prédateur antédiluvien.


Le double sexisme

Cela dit, si je comprends la colère de certaines à entendre la phrase du journaliste Jean-François Kahn qui parle de l’affaire DSK comme du troussage d’une soubrette, il faut voir que nous avons ici les deux sexismes réunis. La misogynie qui dévalorise la femme assimilée à une soubrette que l’on trousse, et la misandrie qui fait de l’homme un prédateur comme à l’accoutumée.

Je rappelle cette phrase déjà cité dans un précédent billet: «... si Dominique Strauss-Kahn est coupable, c'est un crime effroyable, un crime contre les femmes...»

En généralisant le crime de DSK - si crime il y a eu - à toutes les femmes, ce sont tous les hommes qui sont visés et assimilés à des violeurs. La thèse féministe bien connue, selon laquelle tout rapport sexuel avec un homme est un viol, se trouve confortée. Le désir masculin est un peu plus criminalisé. Mais si DSK est coupable, son comportement est un débordement, il n’est pas représentatif de la grande majorité des hommes. Le désir masculin est certes naturellement et culturellement porté vers la sollicitation, l’insistance. Pendant longtemps les hommes étaient incités à faire leur cour et à persévérer. Pendant longtemps les femmes ne bougeaient pas, attendant que l’homme ait fait preuve de son attachement par la durée de sa cour. Après, certains font des cours relativement discrètes, d’autres plus lourdes. Cela n’en fait pas des criminels.

vache-UDCxPDC.jpgPourtant on nage en plein amalgame. Sexualité masculine = viol. Un exemple? Les démo-chrétiens du canton du Valais ont pris comme mascotte la vache d’Hérens, vous savez, la race qui fait la renommée des combats de reines. Elle présente une image «combative, fière et forte». Cette image a été détournée par l’UDC: un robuste taureau monte la vache. Image naturelle: dans la nature le mâle monte la femelle. Et que dit une des responsables du PDC? Que c’est un viol! «Ça va trop loin. En tant que femme je ne comprends pas que l’on puisse s’amuser d’un viol».

Mais où voit-elle un viol? Serait-ce que dorénavant toute entreprise de séduction ou sexuelle masculine sera considérée comme un viol? Est-ce un prétexte de prise de pouvoir sur l’homme?

Donc d’un côté une sociologue gomme toute connotation érotique à la photo très suggestive de Sila Sahin, comme si la femme érotique devait être cachée, et de l’autre une blague de potache avec une image que l’on peut voir dans la nature est considérée comme un viol. On fait un nouveau pas en arrière en matière de relations hommes-femmes. Avec comme d’hab les hommes prédateurs et les femmes victimes.

Le malheur des hommes est que leur manière de solliciter est très visible, celle des femmes est plus discrète. Il suffit de regarder une chienne en chaleur: elle ne bouge presque pas, n’a l’air de rien, alors que le - ou les - mâles s’affairent autour d’elle, bougent, reniflent, essaient. Cette image préhistorique de l’homme prédateur, superposée à une notion de classes sociales, s’inscrit d’ailleurs en faux d’avec la réalité. Pourquoi serait-ce le patron, le chef de service, qui seraient les seuls sollicitants? N’y a-t-il donc pas de femmes employées ou secrétaires qui font tout pour attirer un chef ou un patron? N’y a-t-il pas des femmes revanchardes ou mentalement perturbées qui allument puis dénoncent, comme il y a des hommes violents et dérangés?

La lutte des classes a été superposée à la lutte des genres, c’est un autre thème du féminisme radical. Et je vois que cela a contaminé largement la société. L’affaire Strauss-Kahn va faire encore plus régresser les relations hommes-femmes et la position des hommes dans la société. Elle va encore plus schématiser l’image prédateur-proie. Les féministes professionnelles ont d’ailleurs compris ce qu’elles pouvaient tirer de l’affaire. Elles ont manifesté devant le siège du FMI aux USA et manifestent à Paris aujourd’hui. La récupération politique de l’affaire DSK est en cours, comme au temps de l’affaire Cantat.

Se défaire du sexisme est une bonne chose. Mais alors de tous les sexismes: de la misogynie et de la misandrie.

En attendant je constate que les hommes ont pour le moment perdu une manche dans l’affaire DSK.

Catégories : société 15 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Sila Sahin est magnifique !
    Tout le reste je m'en fous !

  • Très bonne réflexion! J'avais aussi été frappé par le décodage douteux du dessin UDC... même s'il fallait s'y attendre!
    ...d'un autre côté, on peut y voir une réalité naturelle absolue: de vraies brutes ces bêtes! Bref, il faut être drôlement angélique pour croire qu'il puisse y avoir une véritable sexualité sans un peu de force animale, sans une touche "sm", sans une once de morsure ou de griffure! En ce sens, nous resterons toujours des animaux, car la sélection naturelle de la reproduction est ainsi programmée...

  • D'ailleurs à la télé j'ai vu une pancarte brandie par les féministes qui manifestaient aujourd'hui et qui proclamait : "Sortons l'homme des cavernes". Toujours agréable à lire...

  • Elles ont repris un slogan qui avait bien marché à l'époque: "Nous sommes toutes des femmes de chambre". La politisation et la récupération se met en marche.

  • Excellent et courageux papier,avec une approche vraiment non-conformiste.

    PS:Je suis votre blog depuis quelques temps déjà ,et le trouve fort stimulant pour l'esprit.

  • @Homme libre,

    Voici un ouvrage récent conseillé par un ami et récemment terminé qui est
    à mon sens remarquable et dans le prolongement de vos réflexions.
    Je ne sais si vous le connaissez ,mais voici un lien:

    http://www.jcgawsewitch.com/livre.php?id_livre=231

  • @ Alpin,

    Merci pour la référence et le lien. Je n'ai pas lu. J'en ai entendu parler mais je n'avais pas de piste. J'ai lu la présentation. Je vais me le procurer.

    Et merci pour les encouragements!

  • L'UDC représentée par Freysinger ce secundo de souche autrichienne a oublié de mentionner qu'il s'agit en l'occurrence d'un "taureau swiss toto" et qui a certainement un grand besoin de Viagra vu la petitesse de ses bijoux de famille.

    Ne jetez pas l'anathème sur la secrétaire du PDC elle a vraiment été prise au dépourvu. Sa réponse reflète son état d'esprit suite à la fracassante déclaration du sieur Freysinger du 22 mai 2011 sur l'avortement :

    http://avortementivg.com/content/europe/oskar-freysinger-on-avorte-comme-on-va-aux-toilettes

  • Le Matin par Eliane Perrin, sociologue.

    ==> Hugh Hefner (playboy) a déclaré il y a peu de temps dans une interview que si la femme n'est pas sexuelle elle n'est rien.
    Et il a pris comme exemple les journalistes (femmes) qui l'interviewé en montrant comment elles sont habillés, coiffés, maquillés (des cheveux a la tête), tout étais fait pour attiré les regards des hommes et suscité leurs désirs.

    Maintenant cette sociologue devrait peut être allez consulter ou changer de métier, l'image est au minimum un appel au coït.

  • @ Viken:

    Oui, je ne comprends pas sa position. Pourquoi nier l'évidence de l'érotisme de cette image? Se censure-t-elle? N'ose-t-elle plus voir? Doit-elle désexualiser la nudité féminine pour qu'elle soit moralement acceptable?

    Ou bien porte-elle inconsciemment le cliché de la femme-proie - d'où le besoin de dire qu'elle protège son sexe? Protéger suppose une menace. Quelle peut être la menace? L'homme, bien sûr...

    Donc face à une femme nue, qui s'expose librement, qui provoque au désir (ce qui est son droit et je ne porte aucun jugement), l'homme est forcément un prédateur?

    Le sexisme anti-homme est ancré profondément, et la sexualité masculine reste vue comme une menace.

  • J'aime ce blog moi qui croyait que fasse au lobby féministe misandre tout le monde fermait sa gueule et d'ailleurs que j'utilise pour casser les féministes en herbe car dans les articles contrairement aux féministes ont se base pas sur des idées reçu mais des arguments revue sondage recherche rapport
    chez les féministes c'est si un rapport dit que tout les hommes sont des violeurs ? Ok ont le prend en compte ont s'en fout des autres qui pourrait etre plus crédibles et discréditer ce rapports au faits hommelibre vous avez vue le nouveau clip de beyonce (voir la chanson en passant) run the world girl qui avance le girl Power certes il ny a pas de misandrie profonde mais il est intéressant de se demander quel tollé ça aurai provoque si les rôles était inverse surtout la façon dont décrit les sites féminin ce clip ( elles part en guerre contre les hommes leur fou une racle et les femmes prennent le pouvoir voila leur description) bref a oui aussi a propos de l'affaire dsk comme quoi en France ont a 75000 victimes de viol par an (selon oser le féminisme ) alors que au Congo pays du viol en 6 mois il y en a Eu des dizaines de milliers et c'était considérer comme un record absolu une absurdité donc la France serait pire que ce pays aurait chaque année le triple du nombre de victimes de viol durant la guerre de bosnie bref bon courage et continuation a ce blog

  • Ooups erreur de ma part au Congo jai pris en considération un nombre que de seulement une partie du pays en le pays lui même c'est des milliers par jours donc largement que le nombre féministe pour la France excuse moi

  • Wony:

    Je ne connaissais pas ce clip. En effet l'inversion des rôles ferait scandale. Pour les 75'000 viols, voici ce que j'ai écrit ailleurs:

    "75'000 femmes sont violées chaque années en France. D'où vient ce nouveau chiffre? Ecore l'inflation? Il se dit que seulement 10% des femmes dénoncent le viol. Or il y a environ 1'600 condamnations pour viol en France. Si la règle des 10% est vraie (mais comment la vérifier?) il y aurait 16'000 viols annuels en France. Ce qui est toujours de trop! Un seul viol est de trop. Mais ce qui n'est pas 75'000. Devant cette inflation, c'est difficile de croire à l'honnêteté de ces féministes. Difficile de ne pas voir une utilisation politique de l'affaire, comme cela avait été le cas de l'affaire Cantat."

    Bonne soirée.

  • Il s'agit du chiffre que les médias et les auto-nommé féministe ont martelé lors de la journée de la femme

  • "Nous sommes toutes des femmes de chambre"

    Ce slogan irait mieux:

    "Nous sommes toutes asexuées" :)))))))

Les commentaires sont fermés.