Affaire Strauss-Kahn: l’éloge du porc

Pourquoi traiter traiter les hommes de cochons ou les femmes de cochonnes avec un regard d’opprobre tout en retenant sa salive? Cette appellation devrait être une fierté: ne dit-on pas que «tout est bon dans le cochon»?

sex-kennedy.jpgCertains n’ont pas encore compris que le cochon est un animal noble, d’ailleurs assez proche de l’humain génétiquement. C’est un animal très propre si on ne le laisse pas délibérément dans la fange. Et sa sexualité est somme toute assez classique. Je me demande donc pourquoi on en a fait le symbole d’une sexualité culpabilisée. Le Time magazine de cette semaine en rajoute une couche et titre sa une: «Sexe, mensonges et arrogance: qu’est-ce qui fait agir les hommes de pouvoir comme des cochons».

Voilà, la formule est posée: les hommes de pouvoir agissent comme des cochons. Même le Time tombe dans le populisme de bas étage. Le populisme étant compris comme la réduction de la pensée à quelques clichés, à des généralisations et à une stigmatisation d’un groupe désigné au «tribunal de l’opinion» à cause de ce que la morale ambiante a désigné comme étant une turpitude.

L’article du Time cite quelques hommes politiques disposant d’un pouvoir certain. DSK est le point de départ mais d’autres hommes sont cités, dont Schwarzenegger. On a appris cette semaine qu’il a eu un enfant avec une employée de maison alors qu’il était déjà marié. Mais elle l’a bien voulu. Et l’on passe un peu vite sur le fait qu’elle aussi était mariée. Que n’a-t-elle pris une contraception? A quoi a-t-elle joué dans cette relation? Pourquoi est-ce à nouveau l’homme qui porte l’opprobre? Le sexe est toujours une valeur refuge pour les juges moraux de tous poils et de toutes obédiences. Or la vie sexuelle des gens est du ressort privé et ne nous regarde pas. Elle fait partie du libre droit à disposer de soi-même, fondement de la liberté individuelle en société libérale. Ce même droit à disposer de soi-même fonde la limite des comportements et le respect mutuel. Aucune contrainte n’est admise car elle va à l’encontre de ce libre droit. C’est le fondement de l’interdit social et moral sur la violence, l’agression, le viol, la séquestration, etc. C’est un fondement d’une société libérale, c’est-à-dire attachée à la liberté de l’individu.

Donc si John Kennedy couchait avec on ne sait pas exactement combien de femmes, c’est son affaire. Si DSK est un homme à femme, c’est son affaire. Et si séduire est la démonstration que l’on est un porc, alors vive le porc. Ah, mais on parle de séduire avec insistance, lourdement. Ce n’est pas ma tasse de thé mais cela arrive. Cela peut-il arriver jusqu’à la limite du harcèlement? Tout dépend de ce que l’on désigne par harcèlement. L’homme est éduqué à aller vers la femme, à la chercher. C’est à la foi un rite social et un résultat de son anatomie: pour employer une métaphore, l’homme sexuellement frappe à la porte de la femme et celle-ci décide de lui ouvrir ou non. Jusqu’où faut-il criminaliser un comportement masculin naturel? Aux USA, le fait de regarder une femme plus de quelques secondes est déjà considéré comme du harcèlement et est punissable. Ne va-t-on pas trop loin?
Porc1.jpg
Par rapport à la liberté individuelle je ne peux que soutenir le fait que le oui ou le non de la femme doivent être entendus et respectés. Si l’homme dispose de la force physique, et parfois il le faut pour ouvrir une porte, la femme dispose de la force psychique, du choix. Si les deux forces ne sont pas similaires, elles sont cependant d’égale valeur dans la relation.

Mais revenons au porc qui sommeillerait en tout homme. La plupart des femmes souhaitent une relation monogamique, avec un compagnon qui assure, qui est là, qui ne se disperse pas dans tous les sens. Certaines théories prétendent que les hommes ont besoin d’essaimer. Hommes et femmes ne sont en tous cas pas identiques ni égaux en matière de sexualité. La femme sait qu’une relation sexuelle peut avoir une conséquence sur toute sa vie par le fait d’enfanter. Elle le vit dans son corps. Elle cherche un pourvoyeur assez fort pour assurer subsistance et protection. Alors que l’homme n’a pas a priori conscience des conséquences de l’acte sexuel. Ce schéma a fonctionné dans le passé. Il change aujourd’hui sous l’effet conjugué de la contraception et d’une modification de la répartition classique des rôles.

Mais une certaine ancestralité demeure. On ne change pas en quelques décennies un comportement hérité de millions d’années et qui de plus a eu son utilité dans la survie de l’espèce.

Il demeure par exemple dans le goût de certains hommes pour la multiplication des relations, surtout quand ils se sentent forts et investis d’une aura sociale. Le dominant honore et protège les femelles. Mais il n’agit pas seul: des femmes aiment les dominants et les hommes de pouvoir. Les nombreuses maîtresse de Kennedy n’ont pas été forcées. Elles ont eu ce qu’elles voulaient: goûter un peu à la lumière projetée sur cet homme qui capitalisait l’attention de millions de citoyens. Etre désirée par l’homme puissant, même pour une nuit, c’est partager un peu de sa puissance. C’est peut-être aussi une stratégie pour se faire une place. Dans ce jeu chacun n’est qu’un objet pour l’autre. Donc si des hommes sont des porcs dans leur sexualité, les femmes qui les cherchent sont des truies. Et vu qu’un porc a de nombreuses maîtresses, il y a plus de truies que de porcs sur terre.

sex-dsk_31.jpgLe désir de puissance par procuration - à travers la puissance de l’objet convoité - ne s’applique pas qu’aux femmes. Face aux «puissants» de nombreuses personnes s’inclinent. Cette soumission est forcément détestable. Alors quand un puissant chute, il y a une satisfaction secrète à le voir tomber. Et soudain c’est la curée, comme avec DSK. Je suis étonné de lire beaucoup de commentaires dans ce sens à son propos. En gros, la justice est juste parce qu’elle s’en prend au puissant comme au petit. Mais en l’occurrence elle s’est inversée: le puissant est d’autant plus coupable qu’il est puissant, alors que le petit n’apparaît même pas et qu’il est cru par le procureur avant même toute enquête préliminaire. Le pouvoir ne doit pas donner de privilège, j’en conviens, les privilèges sont une cause de pourrissement de la société. Mais ici le pouvoir semble plutôt donner une sorte d’anti-privilège. Dans la mesure où l’affaire n’est pas jugée mais repose sur une seule déclaration, alors que de nombreuses contradictions et zones d’ombres subsistent, et alors même que le procureur jeudi, dans sa plaidoirie sur la demande de mise en liberté de DSK, devait admettre finalement qu’il n’avait peut-être pas fui, le déballage sur l’ex-directeur du FMI semble receler une part de vengeance, de revanche. A ce point, j’en viens presque à me demander qui avait intérêt à jeter un gros poisson en pâture au monde et à quoi sert cette possible diversion.

Sur le plan de l’organisation du couple, je pense que la monogamie est la manière la plus simple de gérer la complexité de la relation de deux êtres. La fidélité est une manière d’être en paix et de pouvoir se développer ensemble sans trop de heurts. L’infidélité est presque toujours vécue comme une perte, ou au moins une déstabilisation. Mais je n’ai pas à juger ceux qui sont dans l’infidélité. La liberté individuelle est ainsi: chacun choisit sa vie. La limite étant, comme dit plus haut, le respect de la libre disposition de soi et de l’intégrité personnelle de chacun.

Il n’y a donc pas à traiter les gens de porcs. D’ailleurs quel que soit leur appartenance sociale, les hommes et femmes accros au sexe se retrouvent à tous les étages. Pas besoin d’être DSK pour cela.


Un peu d’humour pour terminer avec ces deux vidéos: 1. les porcs aiment le sexe, même à trois; 2. le rire off de la femme et ses petits cris sont assez explicites de l’intérêt qu’une femme porte à la chose... Ce qui est d'ailleurs plutôt bon signe, non?






Catégories : société 28 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Non, Strauss-Kahn n'est pas une bête, mais seulement un homme qui s'est beaucoup présenté, ou qu'on a beaucoup présenté comme quelqu'un de supérieurement intelligent et qui n'en est pas moins en proie à ses pulsions. Il faut se souvenir d'une intervention à la télé de Laure Adler, récemment, de Laure Adler qui est elle aussi une ancienne de l'époque de Mitterrand, et qui disait qu'elle croyait que les forces de la Raison allaient l'emporter, et elle pensait au candidat socialiste. L'écart est quand même assez grand. Car notre ami Dominique se présentait comme un homme rassurant et réfléchi, face à l'intempérance de Sarkozy, à son impulsivité. Quand on a cru à cette image qu'il a voulue donner, on sent quelque chose s'ouvrir sous ses pieds, à mon avis. Si on voit un homme constamment hirsute et à l'air énervé qui est accusé d'avoir essayé de forcer la volonté de quelqu'un, on n'est pas étonné. Le traumatisme que cela représente correspond à l'opposition entre les termes de l'accusation et "le Dominique Strauss-Kahn que je connais", comme ont dit beauycoup de ses amis, le Dominique Strauss-Kahn tel qu'il est dans les réunions publiques. On voudrait encore conserver cette image chaude et douce, de l'homme à la voix agréable qu'il est, ou qu'il peut être, et malheureusement, cela ne peut avoir lieu que s'il est reconnu innocent, à l'issue du procès. Il ne sert plus à rien, en tout cas, de protester contre l'établissement d'un écart entre deux perceptions apparemment opposées par leur coloration.

  • Cette affaire et le tintouin qui en est fait commence à m'agacer. A plus d'un titre. Ils sont bien gentils, nos cow-boys d'outre-Atlantique lorsqu'ils parlent de Super Justice qui ne ferait pas de différence entre faibles et puissants... Bizarre, c'est cette super justice-là qui a laissé les banquiers criminels de la crise mettre dans la rue des centaines de milliers de familles... La société américaine ? Pour moi, elle ressemble étrangement à des idéologistes purs et durs, intolérants, qui exigent un monde parfait - Utopia ! - et qui finalement cultivent innocemment les injustices les plus criantes. Aux EU, plus qu'ailleurs, il vaut mieux être riche, jeune et en bonne santé que pauvre, vieux et malade. Désolée, mais je préfère notre vieille Europe, avec ses injustices et compromissions, mais au moins il y a une culture humaniste qui tente tant bien que mal de les réguler, les injustices.
    Quant à DSK, il est tout à fait probable qu'il ait commis ce dont on l'accuse. Mais ne nous étonnons pas… dans le monde actuel où les Jolie, Pitt, Madonna et autres divas du sport, du star système, de la politique, sont adulés comme des demi-dieux, comment s'étonner qu'ils se croient à la fin tout permis !? Quelle hypocrisie. Nous devrions nous interroger sur notre attitude, notre laxisme vis-à-vis du pouvoir et du fric ! A force de dérouler le tapis rouge à ces gens, on leur met dans la tête qu’ils sont au-dessus des pauvres mortels et qu’ils peuvent donc tout se permettre. N’est-ce pas, Messieurs les directeurs des palaces du monde entier ? Il me semble même que jusqu’à l’espérance de vie de ces gens est supérieure à la nôtre, vous verrez, à la fin ils vont exiger l’immortalité.

  • Je ne comprends pas trop votre demonstration ni à quel conclusion vous souhaitez en venir ?? Mais un petit rappel à vous le libertin d'esprit et de moeurs... le fait de jeter une femme (non consentente) sur un lit, et de se ruer dessus et d'apposer son sexe sur la bouche de cette dernière n'est en aucun cas un acte de seduction, ni l'acte d'un homme à femme.

    Selon vos dires 'Si DSK est un homme à femme, c’est son affaire. Et si séduire est la démonstration que l’on est un porc, alors vive le porc'

    Extraordinaire démonstration M le libertin !! Je ne sais pas qu'elle est la triste femme qui est à l'origine de votre education sexuelle ??

    Après vous parler de vie privé ! Ok faire un enfant avec sa femme de maison relève de la vie privé, ok tromper sa femme relève de la vie privé..maintenant violer relève aussi de la vie privé ? donc au même titre que battre sa femme, relève aussi relève de la vie privé selon vous ? et l'inseste ?

    Vous confondez deux situations, peut être que cela est un peu flou pour vous :

    Il existe une grande différence entre l'homme de pouvoir qui a des rapports avec un grand nombre de femme (mais toute consentente) et l'homme de pouvoir qui parcequ'il a du pouvoir croit que pour avoir un rapport avec une femme qu'il désire n'à pas besoin de son consentement. GRANDE DIFFERENCE, pourtant claire aux yeux de tout le monde, sans pour autant tomber dans du populisme !!!

    Alors oui pour le moment il s'agit de fait reprocher, et pas avérer, mais vous basez votre article sur quoi exactement ? L'accusation a laquelle DSK doit répondre ou votre intime conviction de son innocence ? Vous jugez peut être que l'accusation est exagéré ?

    Je rappel votre titre au cas ou vous vienne à l'idée de dire que cet article n'est pas sur DSK mais sur les hommes le pouvoir et les femmes :

    ''Affaire Strauss-Kahn: l’éloge du porc''

    Je vous site "Jusqu’où faut-il criminaliser un comportement masculin naturel? Aux USA, le fait de regarder une femme plus de quelques secondes est déjà considéré comme du harcèlement et est punissable. Ne va-t-on pas trop loin?"

    Pardon, excusez moi, j'avais pas compris que DSK est accusé uniquement d'avoir regardé la femme de chambre ? Quel idiot je fait, il était ni nue, ni violent, il à juste glisser sur une peau de banane et son sexe est malheureusement entré en contact avec le visage de cette femme ?

    Non sincèrement je comprends pas votre demonstration, et si vous êtes convaincu de son innocence alors dite le simplement et franchement sans tenter de diminuer la graviter de l'accusation, parceque ici je ne culpabilise pas l'homme qui pour le moment et jusque preuve du contraire est innocent mais belle et bien les chefs d'accusation, qui, NON mr le libertin, ne sont pas que de simple actes de seductions.

    J'espère pour DSK que son avocat ne va pas suivre votre ligne de défence... parceque franchement c pas terrible.

  • BP Vous faites un procès d'intention. Homme Libre ne cherche pas à diminuer la gravité d'un viol. Au contraire, il rappelle qu'il ne faut pas confondre viol et vie privée et que ce n'est pas parce que l'on a une vie privée agitée que l'on est forcément un violeur. Amalgame que semble avoir commis un peu rapidement les flics de New York.
    Par ailleurs, vous ne pouvez pas reprocher à DSK d'avoir été nu, au sortir de sa douche, dans sa propre chambre. Si quelqu'un est en tort, à ce moment là, c'est la femme de ménage, qui n'avait pas à se trouver dans la chambre en présence d'un client.
    Que DSK soit saisi à cet instant du démon de midi et parvienne avant elle à la porte et la ferme est assez étonnant. Qu'elle considère cette porte fermée comme l'empêchant de sortir est encore plus étonnant, puisque comme toutes les portes d'hôtel moderne, elle s'ouvre de l'intérieur d'un simple clic...
    De plus en plus fort, après être sortie de sa douche, avoir traversé la pièce et fermé la porte, DSK se précipite sur cette jeune femme de 1m80, l'empoigne par le soutien-gorge (selon ses dires à elle), la précipite sur le lit, attrape un préservatif (s'il est aussi chaud lapin qu'on le prétend, il doit prendre ses précautions, sinon, il doit être séropositif à force et Anne aussi - à noter que la jeune femme, elle, vit dans un logement à priori réservé aux séropositifs) tente une relation orale (là il est vraiment gonflé) et la jeune femme, bonne musulmane dit-on, n'as pas trouvé le temps de prendre ses cliques et ses claques, de lui envoyer un coup de genou ou un coup de dent, bref de se défendre, alors qu'elle fait une tête de plus que lui et qu'elle a 30 ans de moins et que lui est un sexagénaire entouré d'un embonpoint certain et absolument pas sportif....
    Comme scène, cela me fait un peu penser à ces batailles de saloons de mauvais westerns dans lesquels les méchants attendent sagement leur tour pour prendre les coups, pour que le héros puisse les assommer l'un après l'autre...

  • @ BP:

    BP = British Petroleum? Pour avoir compris de travers ce que j'écris vous devez avoir de l'oil dans des neurones, monsieur-dame l'anonyme.

    Mais non, je me trompe: vous le faites exprès.

  • @ Concombre masqué: la scène de western, excellent. C'est à peu près ça.

  • @ BP:

    Je peux aussi vous répondre autrement puisque vous utilisez un terme que vous semblez mal connaître. Libertin semble dans votre bouche un jugement négatif. Pourtant au 18e siècle beaucoup de femmes étaient libertines et cela participaient à leur liberté. Le libertinage ne concernait pas que la sexualité mais également la liberté intellectuelle.

    Alors, voyez-vous, ce serait un compliment d'être un libertin, surtout quand on sent en comparaison le jugement qui vous habite. Oh! Je juge sans vous connaître? Ciel, je fais comme vous!

    Cela dit si j'étais libertin sexuellement, j'applaudirais des deux mains les infidèles. Mais non, même pas. Ma réflexion et mon expérience de vie me font au contraire dire que la fidélité est un meilleur choix que l'infidélité. Mais je n'impose cela à personne. La liberté de l'individu est un principe fort, même si je ne suis pas d'accord avec tout ce qui se fait en son nom.

    Par contre, comme vous semblez ne pas l'avoir bien lu, je ne justifie à aucun moment le viol ou la contrainte. Le principe de l'interdit, comme je l'explique, est la libre disposition de son corps. L'autre n'a aucun droit sur nous. C'est le fondement de la loi qui préserve la liberté individuelle.

    Mais est-ce que la liberté individuelle vous dérange à ce point?

  • "Si l’homme dispose de la force physique, et parfois il le faut pour ouvrir une porte, la femme dispose de la force psychique, du choix. Si les deux forces ne sont pas similaires, elles sont cependant d’égale valeur dans la relation."

    Je me demande si vous ne devriez pas oublier ce sujet, tellement il est évident que vos émotions prennent le dessus et vous font dire n'importe quoi. Il n'y a pas que de fausses accusations de viol dans le monde.

    Vous avez déjà entendu parler d'hommes violés par la force "psychique" d'une femme? Il n'y a pas besoin de force physique pour ouvrir une porte, mais pour contraindre une femme, oui. Et le viol ou sa tentative n'est pas seulement une démonstration de force physique, mais aussi de force psychique, et d'une telle ampleur qu'elle peut avoir des effets bien plus durables et néfastes que les conséquences de la seule force physique. Le babouin en rut qui n'accepte pas le "non" d'une femme est un délinquant d'abord psychique, avant d'être éventuellement physique en essayant de passer à l'acte.

    Je suis bien content que cet homme soit hors-jeu pour les primaires socialistes. Il n'aurait jamais pu aller au bout. Faudrait pas prendre Nicolas pour un con en matière de stratégie électorale. Et ceux qui croient à la sincérité des sondages sont de grands naïfs.

  • @ concombremasqué :
    La plaignante déclare avoir recraché le sperme de son agresseur sur la moquette.
    Vraisemblablement pas de préservatif.
    Le présumé coupable semble donc être absolument au dessus de tout : des lois mais aussi des éventuelles contaminations.
    Pour ma part, aux lectures de mutiples articles, je me suis fait un avis : DSK, pas mauvais gars plus que ça, prend vraisemblablement son pied dans la contrainte et la lutte physique.ça l'excite.
    Sauf que chez nous , on appelle ça un viol et c'est bien tout le problème :
    Pas facile d'assouvir ses fantasmes et de jongler avec la loi.
    Son éventuel dernier coup d'essai dans l'hotel, c'est peut être finalement un peu le coup de boule de Zidane en finale : l'impulsif l'a emporté sur la raison et la course à l'Elysée s'est payée une sale sortie de route.

  • Bonjour Hommelibre,
    Tout, ou presque, ayant déjà été dit, redit, contredit, idem pour la version écrite, sur "l'affaire" DSK, j'y reviens pas.
    Par contre je tiens à apporter ma contribution, féminine, au regard que vous et sûrement les autres mâles portez sur la 2ème vidéo
    "2. le rire off de la femme et ses petits cris sont assez explicites de l’intérêt qu’une femme porte à la chose..."
    Heu ... Désolée de refroidir l'interprétation masculine, j'ai plutôt l'impression qu'elle se fiche de la poire de la pauvre bête. Mais ce n'est que mon avis ;o))) (Mon anglais étant pratiquement nul, j'me base uniquement sur les "cris" de la dame)
    (o_~)

  • Loredana, MDR!!!

    Peut-être, peut-être... Mais enfin ne trouvez-vous pas, aux secondes 23 et 25, que ces cris sont étranges?

    :-)))

    Bon dimanche Loredana.

  • ;o))) Maintenant que vous le dites, il me semble bien que c'est étrange oui Mdr! Lol !!

  • Loredana, j'en ris encore!!!

  • "2. le rire off de la femme et ses petits cris sont assez explicites de l’intérêt qu’une femme porte à la chose..."

    Et voilà, en généralisant, il aura suffit que le chimpanzé en rut apparaisse dans le même appareil pour que se manifeste "l’intérêt qu’une femme porte à la chose...". Tout est dit.

    Le rire peut être la traduction d'un embarras, d'une gêne, mais vous ne retenez que ce qui arrange votre discours. Toutes des truies, ou plutôt davantage de truies que de porcs, n'est-ce pas?

  • Vous devenez hargneux Johann. De plus vous faites un amalgame incompréhensible avec le chimpanzé en rut. Vous êtes trop dans l'émotion...

    Je note que vous recommencez vos copié-collés.

    Au fait pourquoi avez-vous tronqué la fin de mon billet?

    "Un peu d’humour pour terminer avec ces deux vidéos: 1. les porcs aiment le sexe, même à trois; 2. le rire off de la femme et ses petits cris sont assez explicites de l’intérêt qu’une femme porte à la chose... Ce qui est d'ailleurs plutôt bon signe, non?"

    Donc, c'est de l'humour. Mais vous ne lisez que ce qui vous arrange.

    C'est votre droit. Cela vous regarde.

  • Pour ce qui est de l'amalgame, alors vous êtes le champion :

    "Affaire Strauss-Kahn: l’éloge du porc"

    Pour ce qui est de l'humour, effectivement cela aurait pu être de l'humour si traité hors contexte, mais après vos propos une nouvelle fois misogynes, je me permets de trouver votre humour... comment dire... particulièrement "étrange".


    Parce que ce propos :

    "Et vu qu’un porc a de nombreuses maîtresses, il y a plus de truies que de porcs sur terre."

    c'est évidemment de l'humour aussi et certainement pas de la misogynie!

    Enfin si vous confondez les copiés-collés avec les citations destinées à commenter un propos, je ne peux rien faire. Mais si ça vous arrange...

    Ce qui est clair c'est que vous manifestez votre soutien à un harceleur sexuel. C'est votre droit. Cela vous regarde...

  • Et je précise encore.

    Si la vidéo peut avoir un côté humoristique, votre commentaire que j'ai cité n'a rien d'"humoristique". C'est votre interprétation misogyne de ce que vous entendez. Vous décidez pour quelqu'un d'autre ce qu'elle pense, de ce sur quoi porte "explicitement" son "intérêt". Mais venez donc nous dire aussi que vous respectez cette femme... C'est tellement plus facile quand une personne n'est pas là de pouvoir penser à sa place.

  • Amalgame? J'ai repris le thème de la une du Time faite à partir de cette affaire. Pas d'amalgame, un point de départ.

    Propos misogynes? Non, je pousse au bout la logique de l'affirmation misandre du Time. Je ne pense pas que les femmes sont des truies, pas que les hommes sont des porcs. Vous ne l'aviez pas compris? Ou vous le faites exprès? je pense que vous le faites exprès.

    J'avais bien remarqué que c'était une citation de mon billet. Et c'est aussi un copié-collé.

    Quand à dire que je soutiendrais un harceleur, je vous laisse avec votre mauvaise foi.

  • Sur votre précision: le procédé est classique. C'est comme faire parler les bêtes, ou prêter à quelqu'un une intention volontairement décalée par rapport à ce que l'on voit. C'est un mécanisme de l'humour.

    La personne n'est pas là, elle n'est pas citée, elle n'a pas besoin de se défendre, elle n'est pas attaquée personnellement.

    Vous en faites beaucoup, et de mauvaise foi: il y a autre chose. Mais je vais vous dire: je m'en fiche. Je ne perdrai pas plus de temps avec la mauvaise foi.

  • "Face aux «puissants» de nombreuses personnes s’inclinent." D'ici,nous le voyons jusqu'ici!

  • "Amalgame? J'ai repris le thème de la une du Time faite à partir de cette affaire. Pas d'amalgame, un point de départ."

    Le point de départ est une question. Vous partez de là pour faire "l'éloge du porc". Ca n'a plus rien à voir avec le Time dont vous n'avez visiblement pas lu l'article. Est très clairement vous prenez la défense des harceleurs en suggérant clairement que leur comportement est somme toute "normal". Relisez vous ou voulez-vous que je vous cite encore? Alors pour la mauvaise foi, vous pouvez vous regarder dans un miroir.

    Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que visiblement vous ne comprenez pas ce que vous écrivez ou que vous n'en compreniez pas la portée. J'ai très bien compris ce que vous avez écrit, et ce n'est pas de l'humour.


    "Propos misogynes? Non, je pousse au bout la logique de l'affirmation misandre du Time. Je ne pense pas que les femmes sont des truies, pas que les hommes sont des porcs. Vous ne l'aviez pas compris? Ou vous le faites exprès? je pense que vous le faites exprès."

    Ah voilà donc l'ennemi! Le Time est misandre! Eh bien non, Monsieur Homme Enchaîné à ses préjugés. Pour votre information, l'article auquel il est fait référence sur la couverture ne mentionne pas une seule fois le mot "porc" ou "pig". Vous ne l'aviez pas compris? Ou vous le faites exprès? Je pense que vous ne l'aviez pas compris.

    Pour oser affirmer que le Time est misandre, il aurait fallu au minimum lire l'article du Time. Par honnêteté. Et vous venez parler de mauvaise foi? C'est trop drôle.

    Et du reste le titre de l'article est légèrement différent de celui de la couverture : "Sex, Lies, Arrogance: What Makes Powerful Men Behave So Badly?"
    Aucune misandrie, l'article ne s'intéresse qu'aux hommes qui disposent d'un pouvoir et qui en abusent (et ce ne sont pas tous les hommes qui disposent d'un pouvoir). Pour vous apparemment attaquer un homme (ou quelques uns), c'est attaquer tous les hommes. Pfff... Oui, votre commentaire est misogyne. Vous prenez la défense de dsq. C'est votre choix. On peut ne pas être d'accord sans être misandre.


    "Je ne perdrai pas plus de temps avec la mauvaise foi."

    Tant mieux! Car vous en perdez beaucoup avec la vôtre. Mais c'est votre affaire bien sûr. Votre parti pris est tellement évident. Vous n'êtes pas dsq et dsq n'est pas vous. Vous dites aimer les femmes. Je vous crois. C'est votre différence avec dsq. Une autre différence est que dsq est un harceleur et un agresseur sexuel. Ce que vous auriez pu comprendre si vous vous étiez donné la peine de lire l'article du Time. Mais c'est tellement plus facile de suivre ses préjugés et de faire un procès d'intention au Time. La "logique" n'est que la vôtre, ce n'est pas celle du Time.

    Ce qui est fascinant, c'est de constater à quelle point une femme qui a disparu de votre vie continue à vous influencer. Mais après tout, "je m'en fiche".

  • Le Time a mis en couverture un titre, une image et une généralisation extrêmement dénigrant pour la catégorie de gens concernés. C'est l'accroche et l'image qui résume son intention. Que l'article, que j'ai lu (gardez vos procès d'intention pour vous) aussi bien que j'ai pu avec mon anglais à lacunes, porte un titre un peu différent, ne change pas vraiment le fond de la pensée de la journaliste. DSK et Schwarzenegger sont accusés d'abus de pouvoir, ce qui en couverture en fait des cochons. L'image et le titre de couverture sont clairs et sans appel. C'est le cochon que l'on met en pâture aux regard du public.

    Comme je le souligne on évacue, dans le cas de Schwarzie, le consentement de la femme, le fait qu'elle n'ait pas pris de contraception et qu'elle ait gardé l'enfant pour lequel lui paie. Aucune misogynie dans ma remarque: un constat. Qui peut dire qu'il y a eu abus de pouvoir avec Schwarzie? Il a pris soin de cet enfant, n'a pas jeté dehors son employée, il y a au contraire une attitude responsable. Il donne une vraie place à cette femme.

    Si l'on parle d'abus de pouvoir, et que l'on admet donc que les classes ne doivent pas se mélanger (car la notion d'abus de pouvoir est très sujette à interprétation), pourquoi ne pas voir dans l'acceptation de cette femme ou d'autres qui couchent avec des hommes de pouvoir, des attitudes déplacées? Si eux devraient rester à leur place, elles aussi, me semble-t-il.

    De plus si je constate la différence d'expression du désir chez l'homme et chez la femme (sans en faire un dogme car les hommes timides et les femmes insistantes cela existe) c'est parce qu'il y a une part culturelle et naturelle dans ce comportement, et que l'on ne peut tout mélanger: l'insistance qui fut une qualité chez l'homme, et le harcèlement qui conduit au tribunal après quelques secondes où un homme regarde une femme (aux USA). La criminalisation de la sexualité masculine continue. L'affaire DSK et celle de Schwarzie en sont de nouvelles péripéties.

    Par ailleurs, ne vous fatiguez pas à tenter de faire ma psychanalyse. Je n'en souris même pas. Les expériences de vie servent aussi à des prises de conscience qui elles-mêmes peuvent, selon l'importance qu'on y accorde, déboucher sur une cause à soutenir ou une analyse plus politique que personnelle. C'est ce que je fais.

    Mais je crois que votre problème n'est pas là. Il vient de ce que je n'aie pas stigmatisé l'action du commando américain contre Ben Laden. J'ai parlé d'acte de guerre et que la guerre n'est pas une conversation de salon. Vous montez les tours, je vous laisse monter tout seul.

  • ".....c'est de constater à quelle point une femme qui a disparu de votre vie continue à vous influencer....."

    Ecrit par : Johann | 25 mai 2011

    Mais quel charognard ce type! Hommelibre, auriez-vous oublié ce qu'il a dit à Blondesen quand il était malade, ainsi qu'à vous après votre opération?

    Virez de notre vue cette hyène une bonne fois pour toutes hommelibre!
    X-(

  • Patoucha, j'y pense depuis hier. Les propos montrent une absence assez rare d'empathie et de conscience individuelle. D'autant plus que les conséquences désastreuses sur le plan professionnel ne se réparent pas malgré mes efforts. Tout ce que j'ai construit est détruit. Je donne le change parce que je n'aime pas me plaindre et parce que je pense qu'il faut aller de l'avant quoi qu'il arrive.

    J'espère qu'il comprendra de lui-même que sa parole est désormais malvenue ici.

  • La fidèlité?..OUAFF...Ouaff!!! On nous a mis -dans la cafetière- qu'il fallait être fidèle à yésous et que notre couple était lié pour le meilleur comme pour le pire! Pas plus que j'ai une carte de fidèlité pour un commerçant qui se fout complètement de mon pouvoir d'achat que je n'ai aucune fidèlité affichée. Ce concept judéo-chrétien ne vaut pas plus que tout le monde il est beau, poli, gentil etc....L'hypocrisie est dans le calbus relié au cerveau et à la culture celle qui distingue l'être humain du bonobo...

    Il y en a qui ce sont tellement servit de leur queue, qu'elle est devenue plate ils peuvent d'ailleurs se gargariser d'avoir construit leur maison avec leur queue! Quand aux femmes, elles n'ont pas fait mieux avec leurs "atouts" à moins d'être soeur XXL...

    "Homme libre" votre article je l'ai relu deux fois, il me plait car ce parallèle avec le cochon est drôle et révélateur!
    A certain, on pourrait hurler: "pot de chambre vient ici" ils sortiraient de sous le lit, car à les lires, ils y étaient!

    Oui parler du cochon ça offusque certains, alors que cet animal est plus noble que certains religieux et adeptes, qui lapident, viols, tuent...., au point que "les grands varans de comodo" ne les mangeraient même pas, préférant une charogne pourrie afin de ne pas devenir des malades.

    Le cochon est exclu de certaines religions pour des raisons de débiles, mais c'est un autre sujet. Le comportement du cochon, est identique à celui des êtres humains surtout en ce moment.Le cochon permet de nourrir des milliards d'humain. Le cochon est un bon voisin, il n'agressera pas les filles en mi jupes, il cherche à manger, et ce fout complètement des religieux et tant mieux! Le cochon n'oblige pas sa truie à porter des chiffons, elle nest pas l'esclave du porc. En tant que bête, il pourrait en apprendre beaucoup à certaines et certains sur le bien vivre ensemble...La preuve, le loup et les trois petits cochons, dans certains pays on a pas cette belle histoire..Il n'y a que des cadavres et des textes religieux! Il faudrait réaliser un drapeau en l'honneur du cochon -bleu -blanc -rouge.Pourquoi pas une médaille en or à cause des bienfaits du cochon sur notre triste planète....Vive la liberté et les femmes librérées des chiffons et de l'esclavage des anacondas!Vive le cochon!!!

  • Vous croyez hommelibre? Ben moi pas! Ce type est plus gluant qu'une limace!

  • "Il y en a qui ce sont tellement......"

    MDR MDRR Pierre NOËL! Ce n'est pas avec les féministes qu'elle va regonfler.... LOLLLLLL

  • @ Patoucha

    D'ou la bi-sexualité pour certains qui changent de cap...."l'effet de compensation"....C'est gonflé!

Les commentaires sont fermés.