09 mai 2011

Changements climatiques: le rôle insoupçonné de l’ozone

Dans ses rapports sur l’évolution climatique de notre planète, le GIEC n’a jusqu’à ce jour pas pris en compte les déficits en ozone stratosphérique, soit les fameux trous dans la couche d’ozone. Un groupe de scientifiques s’est attelé à cette tâche et a réussi à modéliser l’interaction entre le déficit d’ozone, les climat austral et la capacité océanique à piéger le CO2.


ozone1.jpgLa conclusion de leurs recherches a été développée dans Le Matin d’hier sous la plume de Geneviève Comby. On la trouve également sur différents sites scientifiques sur le net. Il ressort de ces travaux que la diminution de l’ozone influence non seulement la zone autour du pôle sud mais jusqu’à l’Equateur.

«Avec pour conséquence un déplacement des zones de précipitations vers le pôle Sud, comme le détaille leur étude, publiée fin avril dans la revue Science. Les inondations massives qui ont frappé le nord de l'Australie en début d'année pourraient, par exemple, être liées à ce phénomène.»

Les inondations catastrophique en Australie ont été initialement attribuées à la Nina, de même que celles du Brésil. Pourrait-il y avoir deux phénomènes conjoints?

Un aspect particulier de ce déplacement des masses d’air a été établi, soit le brassage des eaux de surface et de profondeur des océans de l’hémisphère sud:

«Les simulations révèlent ainsi comment des perturbations de la haute atmosphère (ici, le trou d’ozone) interagissent avec les gaz à effet de serre et le cycle du carbone océanique : elles conduisent à un renforcement des vents d’ouest sur l’océan Austral, provoquant un brassage des eaux océaniques de surface avec les eaux plus profondes, riches en CO2, limitant ainsi le pompage du carbone atmosphérique par les eaux de surface.»

Le résultat est que moins de gaz à effet de serre sont absorbés par l’océan qui ne joue plus autant son rôle de puits à carbone. Davantage de ces gaz restent donc dans l’atmosphère. Pour Lorenzo Polvani, professeur de sciences environnementales à l'Université Columbia et qui a dirigé cette recherche: «Cette découverte pourrait vraiment bouleverser la stratégie de lutte contre le réchauffement de la planète... car le trou dans la couche d'ozone est un facteur important dans le système climatique de la planète.»

Cette mise en évidence du rôle de la couche d’ozone et de sa raréfaction sous l’effet des CFC changera-t-elle la manière de percevoir les modifications climatiques prévues? Et dans quelle mesure ces modifications seront-elles elles-mêmes modifiées en intégrant le paramètre ozone dans les modélisations globales?
ozone2-ciel soleil nuage.jpg
Je note dans les rapports disponibles que les scientifiques qui s’expriment sur le sujet du climat et de son lien avec l’ozone sont prudents dans leur langage et prennent une certaine distance d’avec le GIEC:

«L’augmentation du taux de CO2 dans l’atmosphère due aux activités humaines est en partie responsable du réchauffement climatique.»

«Les auteurs de l'étude en profitent d'ailleurs pour souligner qu'en matière de climat, justement, on s'est peut-être un peu trop focalisé sur les émissions humaines de gaz à effet de serre, alors que le problème du trou dans la couche d'ozone était, lui, considéré comme réglé. Le dernier rapport du GIEC (le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) n'en fait d'ailleurs aucune mention, notent Lorenzo Polvani et Sarah Kang. Pour eux, il est clair qu'aujourd'hui la question climatique ne peut plus être réduite au CO2.»


Dernier point: le trou connu depuis les années 1970 était surtout localisé au-dessus de l’Antarctique dans l’hémisphère sud. Cette année la diminution de l’ozone dans l’hémisphère nord a atteint le record de moins 40%.

La mécanique du climat, extrêmement complexe, n’a pas encore livré tous ses secrets. Les mesures que l’on fait sont récentes. par exemple on n’a pas d’indication sur l’état de l’ozone depuis 1’000 ans. On ne sait donc pas dans quelle mesure ses variations suivent des modifications de l’atmosphère terrestre ou les précèdent, et si elles peuvent jouer ou non un rôle de tampon ou de rétroaction sur le climat en refroidissant la stratosphère.

Par contre les rayons ultra-violets du soleil étant moins filtrés il faut être beaucoup plus prudent en s’exposant au printemps dans l’hémisphère nord.

Commentaires

Bonjour John,

Au sujet de la couche d'ozone, je trouve curieux qu'on parle toujours d'agents d'origine humaine, alors que les gaz volcaniques contiennent beaucoup plus d'éléments sulfurés et chlorés susceptibles d'endommager la couche d'ozone. Et justement c'est normalement au-dessus de l'Antarctique, dont l'activité volcanique est très importante, qu'on trouve généralement un gros trou. Et ceci alors que la grande majorité des gaz libérés par l'homme le sont dans l'hémisphère nord.

Et cette année c'est au-dessus de l'Arctique qu'on voit apparaître un trou. Alors le monde scientifique est-il frappé d'amnésie ou l'éruption du volcan islandais ne s'est pas produite l'année dernière ? Elle a rejeté des quantités gigantesques de gaz dans la haute atmosphère, tout près du cercle polaire arctique. Et moi je trouve que cette corrélation est justement une preuve magnifique que l'homme ne peut pas grand chose à la concentration d'ozone dans la haute atmosphère.

Écrit par : Kad | 09 mai 2011

Bonjour Kad,

C'est toujours à plusieurs que l'on peut voir un peu mieux la globalité. Votre commentaire souligne des points auxquels ni les articles dont je me suis inspiré ni moi-même n'avons pensé.

La question des volcans est en effet absente des considérations sur les trous de la couche d'ozone.

L'absence de relevés dans les siècles précédents ne permettent pas de savoir quel fut le comportement de cette couche dans le passé. Je ne sais pas s'il existe des moyens de déduire après coup ce comportement. On pourrait alors voir ce qui s'est passé après de grandes éruptions comme le Krakatoa ou le Tambora.

Écrit par : hommelibre | 09 mai 2011

@Kad,souvenez vous d'Haroun Terzieff se moquant allégrement de tous ceux ayant peur du trou d'ozone,car disait-il c'est le seul trou qu'on ne retrouve jamais à la même place et ne laissant pas d'odeurs particulières excepté peut-être un tampon aux couleurs de la stupidité humaine seul passeport pour l'éternité!

Écrit par : lovsmeralda | 09 mai 2011

ou comment jouer avec les mots,Losone école de recrue pour grenadiers!

Écrit par : lovsmeralda | 04 janvier 2012

Les commentaires sont fermés.