Arbitres vendus, selon Chabal. Lui aussi?

Sébastien Chabal aime le rugby. Commencer à 17 ans, se faire à la force de ses muscles et arriver en Equipe de France en est une démonstration. Il aime aussi les affaires et a créé sa ligne de vêtements, pas originaux pour un sou mais qui en rapportent, des sous. Comme quoi on ne peut pas à la fois avoir les cheveux longs, être une icône médiatique et être inventif. Il aime aussi écrire et sort actuellement son livre, Ma petite étoile.

chabal-france-rugby.jpgRigolo comme titre, venant d’une carrure comme lui. Lui, the Caveman comme on le surnomme, l’homme des cavernes.

Chabal a un parcours en rugby qui laisse supposer des qualités. D’autres que lui en ont aussi, ou en ont eu. Le rugby français laisse de grands noms au firmament des joueurs: Rives, Blanco, entre autres. Chabal sera-t-il sur le char des célébrités qui ont marqué ce sport? Il est trop tôt pour le dire.

Son look a fait son succès avant même que le public le connaisse vraiment. Il y a chez Chabal un côté «produit téléachat». Il a su en jouer, et la France, toujours en quête de héros, l’a adopté. Ainsi lors du Mondial de rugby de 2007 on pouvait voir dans les tribunes des filles sexy à peine habillées: le joueur à la virilité brute, celui qui fonce et écrase, avait éveillé la libido des supportrices (hum... seraient-elles maso?). Il a certainement eu un rôle sur l’engouement public lors de cette coupe du monde.


Aujourd’hui il sort donc un livre autobiographique. Et fait le buzz pour ses critiques contre les arbitres. Une phrase dans son livre:

« Quand je croise Joël Jutge, un ancien arbitre international qui est aujourd’hui directeur technique national adjoint de l’arbitrage à la Fédération, je le provoque gentiment en lui répétant que les arbitres sont nuls. Ça l’agace, bien sûr. Mais il faut bien reconnaître que la faiblesse de l’arbitrage en France est une réalité incontestable. »

Et une interview au JDD: «Je dis ce que je pense: les arbitres du Top 14 sont nuls. Ils me rendent fous. Il n’y en a que deux ou trois qui sont pros. Et encore, j’aimerais savoir ce qu’ils font vraiment. Les juges de touche ont un boulot la semaine, et ils sont tout contents d’être là le week-end. Ils n’aident pas l’arbitre central et quand ils interviennent… c’est catastrophique.» Plus loin il met en question l’intégrité des arbitres.

D’un coup on reparle de Chabal et son livre est propulsé dans tous les médias. Très bon coup de pub! Casser du sucre fait vendre. Chabal: un vendu comme les autres?
rugby3-rives.jpg
Il faut savoir que Chabal n’avait jusque là pas critiqué l’arbitrage de cette manière. Certains trouvent curieux que cela survienne en fin de carrière, alors qu’il a un livre à vendre. Il faut savoir aussi que l’éthique du rugby exige un respect très marqué à l’égard du corps arbitral. Autant les joueurs vont à la bagarre, au corps à corps, autant ils s’inclinent devant une décision arbitrale. De plus le rugby utilise la vidéo en cas d’incertitude sur le terrain, ce qui est une garantie d’objectivité. Enfin, des protestations peuvent être déposées après un match en cas de besoin. La sortie de Chabal contre les arbitres est donc surprenante.

Il est aujourd’hui suspendu par son équipe. Alors d’un coup il regrette, accuse le journal d’avoir sorti ses propos de leur contexte.

M’ouais...

Je lisais les réactions d’internautes sur un forum. Navrant. Aujourd’hui, dès que l’on soupçonne un joueur, un arbitre, un politique d’être un vendu, le choeur des ânes reprend le refrain: tous-ven-dus, tous-ven-dus!

C’est la mode de dire que tout est pourri, que tout le monde est pourri (sauf soi-même comme de par hasard), de suspecter tout et n’importe qui pour des raisons que l’on ne se donne même pas la peine de vérifier.

Ce mur des lamentations me prend les oreilles. La critique est normale, mais l’on n’est plus ici dans la critique: on est dans une sorte de réflexe conditionné pavlovien. Ça ne mange pas de pain de casser l’arbitrage. Ça fait de lui un héros pourfendeur des vilains arbitres aux yeux des foules aveugles et moutonnières.

Quelle pitié...

Catégories : sport 3 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • S. Chabal n'est de loin pas au niveau des grands u rugby, genre Rives, spanghero, mias, crauste, boniface , prat, albaladejo et tant d'autres.
    C'est un joeur moderne, sympa au look ravageur qui fonce dans le tas mais qui, en dehors d'une certaine force physique et de son courage, ne crée pas sur un terrain et reste un assez bon exécutant, sans plus.

  • C'est Christian constantin qui a préfacé son livre?

    D.J

  • je ne pense pas que l'esprit ne tient pas lieu de savoir, mais ceci reste mon avis, cdt.

Les commentaires sont fermés.