21 avril 2011

Travaux d’intérêt général pour mineurs délinquants: une réussite

La Tribune du jour rend compte, dans une enquête signée Isabel Jan-Hess, du résultat de l’expérience menée à Versoix avec des mineurs délinquants. Des adolescents qui ont fait de petites conneries sont pris en charge et responsabilisés à l’égard de la communauté.


tags_marins_des_murs_de_sete_zoom720.jpg«Ils ont 14, 15 et 17 ans. En ce mercredi ensoleillé, ils ne profitent pas de leur journée de congé comme leurs copains. Patrick*, Malik* et Anthony* balaient et ramassent des détritus dans les préaux de l’école primaire de Montfleury à Versoix. Après avoir barbouillé certains bâtiments publics de plus d’une centaine de tags, les trois compères paient leur dette en travaillant pour la commune de Versoix.»

La commune a compris l’intérêt de mener cette politique à l’égard des jeune commettant de petits délits. Des délits qui ne méritent pas une sanction dramatisante, laquelle les ferait se sentir exclus. Au contraire, ils sont inclus plus fortement dans la vie sociale.

Ainsi ces ados sont d’abord reçus par un responsable communal avec ses parents. Une pédagogie est mise en place pour que l’ado se sente responsable de ses actes, et pour valoriser le respect mutuel dans une communauté humaine. Apparemment cela se fait sans moralisation excessive et avec intelligence et force de conviction.

«La mesure vise principalement à éviter la récidive en sensibilisant les mômes aux conséquences de leurs actes. «En participant à la réparation, ils acquièrent une autre vision des choses, explique Françoise Greder, travailleuse sociale hors mur (TSHM) à Versoix. L’an dernier, un mineur attrapé après avoir cambriolé une épicerie a passé un mois à travailler dans ce magasin. Il a découvert un autre monde, celui du travail et du respect, et il n’y a plus jamais eu de souci avec lui.»

Il sont si possible encadrés par des jeunes gens d’une vingtaine d’année, qui les aident à réfléchir à leurs actes, un peu à l’instar des «grands frères». Cela évite le clivage de deux mondes, les ados et les adultes, clivage qui pourrait braquer l’ado plutôt que le convaincre.

Les résultats de Versoix sont extrêmement positifs, de même que dans la commune de Vernier citée dans l’article et qui pratique aussi les TIG (Travaux d’intérêt général).

Ces expériences montrent que le dialogue et la responsabilisation marchent et qu’il faut faire confiance aux ados. Il faut savoir leur dire les choses de la bonne manière et leur montrer comment marche la société en leur donnant une responsabilité. Les adolescents ont souvent besoin de prendre des responsabilités. Ils ont aussi un grand besoin qu’on leur fasse confiance et que l’on croie en eux.

L’enquête détaille certains cas et donne la parole à des ados. Elle cite aussi comment des tagueurs ont finalement pu trouver des murs à décorer avec l’assentiment des autorités. A lire dans la Tribune de Genève d’aujourd’hui.

11:54 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mineurs, délinquants, versoix, travaux intérêt général, responsabilité, grand frère, tdg, tags, confiance | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.