Energie nucléaire à base de Thorium: la Chine se lance

Pour ce billet je cède la plume à Vincent Verschoore, un blogueur qui s'intéresse à l'environnement, à l'espace, à l'humain. Je reproduis son texte avec son autorisation. Pour découvrir son blog www.rhubarbe.net, rendez-vous ici.

thorium_proton_acelerator.jpg"En décembre 2010 je publiais cet article Thorium, pour un avenir nucléaire propre?, une alternative à la fission nucléaire à base d’uranium ou de MOX, dont l’actualité récente au Japon montre l’extrême dangerosité quand la réalité dépasse les prévisions les plus pessimistes des constructeurs. Le refus par la France et des pays hautement “nucléarisés” de considérer sérieusement l’alternative à base de Thorium, alors qu’ici le nucléaire représente entre 70% et 80% de la production d’électricité, renvoie à un autisme difficile à comprendre si on fait abstraction d’une donnée fondamentale: le thorium ne produit pas de plutonium, et sans plutonium pas de bombes atomiques… 

La réaction à base de Thorium, si elle ne résout pas tous les problèmes du nucléaire offre néanmoins de très importants avantages: la conception sous-critique faisant en sorte que la réaction s’arrête d’elle-même en cas d’accident, l’abondance et la capacité énergétique du thorium (200 fois plus que l’uranium, 3,5 million de fois la capacité du charbon…), très faible production de plutonium, déchets moins toxiques et à durée de vie plus courte.

La Chine, sans doute plus pragmatique et capable de considérer le long terme, vient de décider d’adopter la filière Thorium. Extrait de cet article qui circule sur le net, trouvé sur le blog noxmail.us:

La Chine vient cependant d’annoncer qu’elle a opté pour une alternative au nucléaire traditionnel, produisant mille fois moins de déchets que les réacteurs à uranium : le réacteur à sel fondu de thorium. Le thorium est un métal argenté nommé d’après le dieu scandinave du tonnerre Thor. Ce métal radioactif a ses inconvénients, mais surtout, de nombreux avantages : il est aussi commun que le plomb, par opposition à l’uranium, dont il ne resterait plus que l’équivalent de 80 ans de consommation dans le sol terrestre. Le thorium est également utilisable presque totalement, alors que l’uranium ne l’est qu’à 0,7%. Il y en a donc assez pour générer de l’énergie pendant des milliers d’années. Mais le vrai bonus, c’est sa sécurité d’emploi. « Lorsqu’il se met à surchauffer, une petite prise fond et conduit les sels dans un bassin. Plus besoin d’ordinateurs, ou de pompes comme celles qui se sont retrouvées en panne à cause du tsunami », explique Kirk Sorensen, ex-ingénieur à la NASA et expert du thorium. « Ils fonctionnent à la pression atmosphérique, donc le type d’explosion à l’hydrogène telles que celles auxquelles nous avons assisté au Japon ne peut pas survenir. Un réacteur de ce type aurait parfaitement pu faire face au tsunami. Il n’y aurait eu aucune fuite de radioactivité ». Le thorium peut être bombardé de neutrons pour produire une fission, mais sans que cela créée une réaction en chaîne. La fission cesse dès que l’on arrête le rayon de photons, explique le Professeur Robert Cywinksi de l’université d’Huddersfield.

Ce sont les physiciens américains qui s’y étaient intéressés les premiers à la fin des années 40. Le thorium génère plus de neutrons que l’uranium, et permet d’obtenir de meilleurs cycles d’énergie. Mais les projets avaient été abandonnés, parce que le thorium ne produit pas de plutonium, dont on avait besoin à ce moment pour les bombes… Aujourd’hui, il semble que ce soit précisément ce qui retient l’attention : le thorium est définitivement moins nocif que l’uranium. Et comme si cela ne suffisait pas, il peut également brûler des déchets de plutonium provenant de vieux réacteurs, réduisant leur toxicité radioactive, et agissant comme un nettoyant biologique…

Certes le thorium n’est pas la panacée en matière environnementale mais à défaut d’une solution propre pour une énergie de base avant vingt ou trente ans (le temps de développer les filières solaires et géothermiques au niveau requis) la technologie thorium est bien moins dangereuse que l’uranium et bien plus propre que brûler du pétrole et du charbon.  Peut-on espérer qu’un parti politique français inscrira cette approche dans son programme électoral pour 2012?

Voir aussi cet article en anglais: http://www.telegraph.co.uk/finance/comment/ambroseevans_pritchard/8393984/Safe-nuclear-does-exist-and-China-is-leading-the-way-with-thorium.html"

 

Vincent Verschoore

6 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • et vive les Parapluies de Cherbourg,tendre époque tendre souvenirs malgré la menace nucléaire!

  • L'article est également discuté sur Agoravox: http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/energie-nucleaire-a-base-de-91442

  • Salut John,

    Après avoir lu cet article très intéressant, je suis allé sur "Wikipédia" ou là aussi, se trouvent d'excellentes informations techniques sur le thorium et ses avantages.

    C'est bien d'y avoir pensé, c'est de la bonne information, et j'avoue que je ne connaissais pas cette possibilité d'utilisation du thorium....Comme quoi!

    Cet article est d'autant plus intéressant, qu'il est à portée de tout public voulant s'informer de la réalité du nucléaire. Car beaucoup de gens écrivent ou parlent sans savoir. Une bonne information sur -ce sujet- hautement sensible, méconnu du public, permettra que l'on ne finisse pas avec des bougies dans les caves!

    Ce n'est pas parce que des pays comme le Japon et d'autres jouent avec le feu qu'il ne faut plus faire usage du feu.....Comme je l'avait indiqué dans un précédent commentaire à ce sujet sur votre blog, il y a trois semaines ou un mois, c'est l'alerte rouge au Japon, je vous le dis aujourd'hui les conséquences seront bien pire qu'à Tchernobyl. Je me suis souvenu des nombreuses réunions de sécurité en cas de catastrophe, les ingénieurs sécurité avaient raison et cela se passe actuellement au Japon.

    Contrairement à Tchernobyl, les populations ne sont pas déplacées, et la mer "avale" de grandes quantités d'éléments radioactifs! Imaginez que c'est la moitié de la planète qui reçoit cette pollution..Ramenez cela à un pays comme le Japon! Les accumulations de la radioactivité, vont être énorme par endroits.

    Je n'aurai jamais pensé qu'une telle catastrophe arriverait à cause des moyens de sécurité ridicules par rapport aux risques encourus. Les conséquences on les connait depuis des lustres, les Japonais --savaient.

    En résumé, le nucléaire suppose des contraintes et des moyens de sécurité drastiques qui ont un coût. Les politiciens Japonnais doivent se mordre les doigts, d'avoir négligé les phénomènes terrestres, climatiques afin de produire -vite- pour la rentabilité....

    Pas besoin de vous dire qu'au niveau de l'information, les gouvernements mettent des filtres...

    20/20 John pour avoir pensé à faire cet article...Heu 19/20...

  • Ce n'est en rien une solution, bien au contraire, puisque des tentatives de ce genre ne sont susceptibles que de retarder l'inéluctable, c'est-à-dire le recours aux énergies renouvelables propres. Inutiles d'y arriver après avoir accumulé des montagnes de déchets polluants et radioactifs, dont la gestion coûtera forcément un surplus d'énergie.

    Maintenant Fukushima est hors de contrôle. Pendant encore combien de temps ces crétins de Japonais responsable de la construction de cette centrale vont-ils empoisonner le monde? Ils méritent la prison à vie et la confiscation de tous leurs biens. Car c'est un crime contre l'humanité qui est en train de se commettre.

  • @ Pierre: rendons à César... C'est Vincent Verschoove qui l'a écrit, et je l'ai trouvé bien présenté, je n'aurais pas écrit différemment. Et je trouve important que l'on débatte de tout dans ce domaine (comme dans d'autres) jusqu'à ce qu'on arrive à une position collectivement agrée.

    @ Johann: à tort ou à raison je continue à penser qu'il y aura une période mixte. Je rejoins en général votre point de vue sur les avantages du renouvelable. Je suis moins catégorique sur le fait de pouvoir se passer rapidement et partout de ressources lourdes. Mais avec des types de ressources aux risques réellement limités. Et puis le thorium peut assainir en partie les déchets du nucléaire. Je trouve cela bien préférable à l'enfouissement.

    Mais continuons à débattre, à argumenter. Les grands choix demandent parfois de longues digestions avant de prendre une décision qui, dans ce domaine, devrait être non conflictuelle. Enfin je trouverais cela souhaitable.

  • @Hommelibre rendez vous compte du nombres de particules ingérées depuis 1969 jusqu'en 2003 lors du démantellement de la centrale de Lucens,on peut dire non sans ironie être vacciné et ce gratuitement dans notre pays contre la stupidité humaine faisant croire qu'en soignant à coup de chimio,le mal perdrait de son intensité,grave erreur la chimio exaspérait les cellules encore saines et ce au grand dam du médecin et du patient quand au Bio c'était sa mort annoncée,y'a belle lurette qu'en Suisse comme ailleurs tout est contaminé,mais les gens oublient grâce au stress lié à la famille ou au travail,et je souris gentiment en voyant ce site WWW rhubarbe point machin Humour,car le roi de la Rhubarbe c'est Don Rubbard lui-même ,le roi de la scientologie,et avoir confiance en qui de nos jours,à soi-même en tout premier et en ceux qui ont traversé les épreuves et qui peuvent témoigner,mais après vous avoir serré la main et non par l'intermédiaire d'Internet,car le masque qu'il soit virtuel ou médical peut faire aussi beaucoup de victimes,mais ceci tout le monde le sait maintenant ,du moins on l'espère !

Les commentaires sont fermés.