Le paradis, ça rapporte gros

Actuellement cela doit déjà rapporter environ 18 millions d’euros. Et ce n’est pas fini. Il faut dire que ce paradis-là est magnifique. Un 6 étoiles! Pensez donc: «Le paradis est plein de couleurs, il n'y fait jamais sombre, ses portes sont d'or et de perles.» Et puis on rencontre le trône de Dieu au paradis, comme si c’était au magasin du coin: «Oui, et il est vraiment gros.»

Paradis.jpgL’enfant qui parle a moins de 4 ans quand il commence son récit, suite à une opération.

«Au fil des mois et des années, il va donner d'autres détails. Jésus est barbu et a des yeux "tellement beaux", il est habillé de blanc et de violet avec une sorte de "couronne" autour de la tête et possède un cheval arc-en-ciel».


On y voit encore la bataille de l’Apocalypse, menée par des guerriers hommes bien sûr; des anges avec des épées; et des gens avec des ailes de taille différentes. Selon que l’on était poule ou autruche avant de mourir?

Donc le paradis existerait, il est décrit avec précision par un enfant, Colton Burpo, qui dit y être allé. Le fils d’un pasteur évangélique. Le gamin aurait fait une expérience de mort imminente (NDE) à l’âge de 3 ans et demie et serait allé voir là-haut s’il y était, se serait assis sur les genoux de Jésus, et en serait revenu. Son pasteur de père est convaincu qu’il dit vrai et en a fait faire un livre, «Le paradis est pour de vrai», qui s’est vendu à 1,5 millions d’exemplaires au prix de 12 euros pièce. D’où les 18 millions. Je crois que je vais aller y faire un tour...

Le père veut bien sûr faire profiter le monde des visions de l’enfant, qui a raconté une foule de détails depuis sa NDE - des détails que selon lui son fils n’aurait pas pu avoir entendu à cet âge. Allez savoir. Les enfants savent si bien entendre ce qui se dit autour d’eux et se raconter des histoires! Baigné depuis l’enfance dans la religion et la Bible par son père, il y a de fortes chances pour qu’il dispose d’une foule d’informations. Si même ce n’est pas fabriqué de toute pièce, ou au moins suggéré et amplifié par les adultes autour de lui.

Enfin, le père est prévoyant: l’avenir financier et médiatique de son fils est assuré. Possible même que l’on en fasse un mythe, un dieu vivant. Gageons que l’église dirigée par ce pasteur Burpo va avoir un succès fou.

Car cela marche. Les chrétiens conservateurs américains sont aux anges - si j’ose dire - grâce à ce récit qui vient si bien conforter leurs croyances. S’il y a un paradis, il y a forcément un enfer. Or leur foi repose principalement sur la peur de cet enfer.
FemmeAnge.gif
Cependant tous les chrétiens ne pensent pas ainsi:

«D’un autre côté, un nouveau livre écrit par Rob Bell, un des pasteurs « évangéliques » les plus influents aux USA, remet en cause la vision traditionnelle du paradis, de l’enfer et de la damnation éternelle. Cette thèse a bien évidemment provoqué un tollé dans les milieux chrétiens conservateurs. Ce qu’il critique c’est le dogme selon lequel les chrétiens qui auraient été sélectionnés passeraient l’éternité dans un endroit agréable et joyeux appelé Paradis, alors que le reste de l’humanité serait envoyé pour toujours dans les tourments de l’Enfer sans aucune chance de s’en sortir. Il montre que tirer cette théorie de la Bible est une erreur, et que cette erreur est profondément toxique.»

Le pasteur Bell représente un courant insupportable pour les intégristes chrétiens. Mettre en doute l’enfer est quasiment un désaveu de leur foi! Mais comment pourrait-on accepter l’idée d’un enfer qui condamne à la souffrance éternelle? J’avais abordé ce sujet dans un billet l’année dernière.

Cette question est centrale: accepter l’enfer c’est accepter une injustice dramatique. Et si Dieu cautionne une telle injustice, quel intérêt aurions-nous à croire en lui tel que l’imagerie religieuse le propose? Aucune religion n’échappe à cette remise en question: l’enfer est moralement inacceptable. Mais sans l’enfer, Dieu est singulièrement dévalué. Tout le mythe diviniste des religions monothéistes repose sur cette opposition entre l’enfer et le paradis.

Au fait, l’histoire de cet enfant telle que relatée par la presse ne dit pas s’il y avait Mahomet au paradis...

Catégories : société 0 commentaire Lien permanent

Les commentaires sont fermés.