11 mars 2011

Séisme: l’admirable résilience des japonais

Les images sont parfois très dures, parfois étonnantes. Il y a cette vague noire qui avance et emporte tout, voitures et conducteurs, maisons et routes. Il y a ces vidéos dans les immeubles de Tokyo: ceux qui se précipitent sous les bureaux. Ceux qui restent immobiles, zen. Et cette solidarité d’une homme jeune qui fait de son corps un rempart pour protéger un homme âgé.


tsunami3-sweeps-in-to-engulf-a-residential-area-after-a-powerful-earthquake-in-natori.jpgIl y a ces incendies qui allument la côte de feux sans artifices sur des centaines de kilomètres. Cette raffinerie en flammes, cette centrale nucléaire dont les autorités disent qu’elle ne présente pas de danger de fuite.

Il y a la ville de Sendai, sinistrée, broyée, noyée, en chaos. Paraphraser Alain Resnais et écrire: Sendai, mon amour.

Il y a ces morts et disparus. 1’000, plus peut-être.

Les japonais connaissent le risque. Il l’ont analysé et ont pris des mesures préventives. Mais rien jamais ne peut être garanti. Ils vivent avec le risque permanent de mourir dans les minutes qui suivent. Ils l’oublient. Ainsi ces jeunes gens vus aux informations ce soir, qui font semblant de rien. Les garçons draguent les filles avec la légèreté des êtres sans mémoire. Les filles sont belles, joueuses,. Les garçons montrent l’audace de  ceux qui ont l’éternité devant eux.

La vie est là, au coeur du drame, alors que d’autres sont sous l’eau, enfermés dans leur voiture ou sous les décombres de leur maison. Alors que beaucoup commencent un deuil que la disparition du proche, emporté par le reflux, rendra très long.
tsunamimars1.jpg
Vivre sur un fil. En équilibre entre être et disparaître. C’est le cas de tous les vivants. Au Japon c’est plus qu’une virtualité: c’est là tous les jours. Tous les jours la terre tremble et rappelle la fragilité de la vie. Chacun peut être le prochain. Ce n’est pas une question de statistique: combien de morts par accident, combien par maladie? C’est presque prévisible. Au Japon rien de cela. Tous peuvent finir sous les décombres ou sous la vague, même si tous n’en sont pas victimes.

Et tous les jours les vivants montrent à cette terre insécure, instable, la force du vivant, le désir de vivre. Rien ne les arrête. Rien ne les fait renoncer à construire sur ces îles instables. Rien ne les décourage d’avoir des enfants et d’aller travailler tous les jours.

Ils viennent de vivre le pire tremblement de terre depuis plus de 140 ans. Ils savent qu’il y en aura d’autres, ces prochaines années, ces prochains siècles. Mais ils sont debout. La vie ne va que dans un sens. Elle ne recule pas. Si elle recule elle disparaît. Alors ils avancent, quoi qu’en dise ironiquement Alain Souchon.

Alors après la réaction à vif vient l’admiration. Cette résilience, cette capacité à revivre, à remonter, à rebondir, c’est la vie en eux. C’est la vie en nous quand nous sommes jetés à terre par les tremblements du coeur ou du corps.

Remonter après l’adversité, l’injustice, la blessure, la perte. Réparer le corps par la compassion. Réparer la dignité par l’intégrité. Revivre quand le silence s’abat sur nous.

Enfin, juste leur dire que nous pensons à eux.


23:46 Publié dans Environnement-Climat | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tsunami, japon, séisme, sendai, pacifique, resnais, souchon, tokyo, kennedy, résilience | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Nos ancêtres qui n'avaient -aucune- connaissance des sciences de la terre y auraient conclu un dieu, punissant les peuples qui n'adorait pas le chef tribal ou le Pharaon! Dans certaines tribus de perse, certains croyaient que la terre était soutenue par les cornes d'un boeuf, et c'est quand il remuait la tête, que la terre tremblait...

La tectonique des plaques est très récente, possible que le déluge relaté dans les écrits religieux aient été provoqués par le même phénomène ou par une super éruption volcanique...C'est d'ailleurs celle-ci qui est retenue par les géologues et une grande partie des scientifiques.

Ce qui est à craindre ce sont le nombre de victimes sous estimé, et les dégâts sur les centrales nucléaires avec tous les dangers de pollution, et d'explosion.

N'oublions pas qu'il existe sur toute la surface de la planète des dangers de "tsunami" bien plus important encore dons les vagues pourraient atteindre entre quatre cent et six cent mètre de haut....Californie, Açores etc...

Écrit par : NOËL Pierre | 12 mars 2011

27 000 morts et disparus suite à un séisme/tsunami qui frappe le pays "le plus disposé" au monde pour faire face à ce genre de situation. Une centrale nucléaire détruite, un nuage radioactif qui se propage... Que le monde est fragile, cela en est effrayant. Et si les mayas avaient prédis vrai ?

Écrit par : Cx | 03 avril 2011

Les mayas n'ont pas venu venir leur fin!

Les croyances rendent les gens dépendants et dépressif et soumis à toutes sortes de dieux, prophètes, numérologues, diseuses de bonnes aventures, adeptes des rayons cosmiques, horoscope, etc...Bref un grand fond de commerce dont certains mélangent sciemment découvertes scientifiques réelles, avec leurs religions....

La terre a de tous temps eût ses tremblements de terre avec des tsunamis plus ou moins impotants et ses victimes. Les éruptions volcaniques ont notamment provoqué des périodes glacières bien connues des scientifiques et des géologues en particulier. La tectonique des plaques n'est connue que depuis le 19ème siècle...La terre ne s'est pas faites en sept jours et l'histoire de l'homo sapiens et des descendants remonte à plusieurs millions d'années!

Laissez de côté tout ce qui est croyances fantaisistes et surtoiut rangez les bouquins dont les auteurs se font un fric monstre sur ces sujets, et vous vivrez mieux...Beaucoup mieux. Ne fréquentez pas les lieux de cultes qui sont des lieux ou le mensonge est cultivé afin de vous rendre fidèle et voir fou d'un dieu inventé par les ROIS-DIEUX Pharaons d'Egypte...Mettez tous vos bouquins religieux et autres dans des cartons dans une cave humide si possible avec quelques rats, ou alors dans votre bibliothèque pour déco ou faites en ce que vous voulez, vous en êtes propriétaire!

Allez et profitez de cette nature ou ce qu'il en reste, car l'être humain est un prédateur qui dévaste tout sur son passage.

Écrit par : Pierre NOËL | 03 avril 2011

"Il l’ont analysé et ont pris des mesures préventives."

Non, puisqu'il y a eu autant de morts. Les villes et villages s'étalent le long des côtes à basse altitudes alors que les collines sont vides d'habitations et couvertes de forêts.

Écrit par : Johann | 03 avril 2011

Les commentaires sont fermés.