09 mars 2011

Une femme sur cinq vit avec un criminel?

J’ai plusieurs fois évoqué la démesure prise par l’affaire Galliano. C’est loin d’être le seul cas de démesure. Alors que j’ai traité la journée de la femme en rendant hommage aux tunisiennes, en rédigeant un petit conte futuriste, ainsi que dans un troisième billet d’humour, ce soir je dois déplorer l’agression misandre et la folie qui a saisi Amnesty Belgique. Décidément rien n'est encore gagné en matière d'égalité des sexes! Les hommes restent les éternels bourreaux et les femmes les éternelles victimes.


AmnestyBe-8mars.jpgOn pourrait croire à une histoire belge, n’était la gravité de l’accusation. Selon Amnesty, une femme sur cinq vit avec un criminel. Cette affiche est destinée à dénoncer les violences conjugales. Ce qui signifie bien sûr qu’un homme sur cinq bat sa femme et la maltraite de toutes les manières possibles.


Deux choses:

1. Le chiffre avancé ne correspond à aucune étude reconnue et tant soit peu sérieuse. Patrick Guillot, auteur de l’important livre «LA MISANDRIE» et animateur du site La Cause des Hommes, a écrit expressément à Amnesty pour demander la source de ce chiffre. Aucune réponse ne lui est parvenue.

2. Une nouvelle fois la violence est présentée comme un comportement exclusivement masculin, et la violence féminine à l’égard des hommes est passée sous silence. Or on sait aujourd’hui que 20% à 40% des victimes de violence physique dans le couple sont des hommes, selon des études suisses et françaises. Au Canada où les enquêtes sont très pointues on trouve jusqu’à 50% de victimes hommes. On sait également que le chiffre des violences physiques, selon une enquête de victimisation de 2007 de l’Office National de la Délinquance en France, est d’environ 2,8% des femmes et 1,4% d’hommes. Les enquêtes plus récentes ont montré une évolution de ce pourcentage dans le sens d’un rapprochement: 40% de victimes hommes pour 60% de victimes femmes.


Ce chiffre annoncé par Amnesty Belgique de 1 sur 5 - soit 20% - n’est donc fondé sur rien. C’est une invention ou une extrapolation de féministes dont on doit malheureusement admettre qu’elles sont totalement malhonnêtes.

Regardons cette affiche. Un couple tranquille, au lit. Des gens pas tout jeunes. Ils ont l’air tranquilles. Des papy-mamy, presque. On leur donnerait le bon dieu sans confession. Que veut dire l’image: que la violence est même là où on ne l’imaginerait pas. Si vous croisez un couple pépère et sans histoire vous serez fondés à soupçonner de la maltraitance. Petite perversion supplémentaire dans l'image: ce n'est pas un ordinateur entre les mains de l'homme, c'est un panneau genre de ceux affectés par la police à un prévenu... La paranoïa est cultivée, alimentée par des information délirantes.
amnesty3-8mars-conjugal-hi.jpg
L’affiche de 2010 était tout aussi malhonnête (image 2, cliquer pour les agrandir).


Je rappelle ici les raisons de cette déformation grave de l’information et de cette misandrie systémique:

1. D’abord la violence féminine reste encore un tabou. Qu’il s’agisse de l’inceste, des infanticides, de la maltraitance aux enfants (dont les mères sont responsables à plus de 50% et les pères à moins de 30% selon la Snatem-Allo119 en France), de la violence conjugale, les femmes n’ont rien à envier aux hommes. Il n’y a que dans les homicides conjugaux que les hommes soient largement en tête du classement morbide. C’est d’ailleurs à cause de ces chiffres que les campagnes récentes parlent surtout des homicides. Pour le reste de la violence les femmes peuvent être autant criminelles que les hommes. Le stéréotype de la femme douce et de l’homme guerrier violent et dominateur par goût et nature reste dans les inconscients. Ce qui permet aux femmes criminelle d’avancer souvent impunément.

2. Les études de genre ont décrété que la violence est masculine. Donc, les hommes incarnant le masculin, eux seuls peuvent être violents!

3. La criminalisation des hommes par des campagnes mensongères, des chiffres sans fondement, des fausses accusations, et j’en passe, est le fond de commerce du féminisme radical et marxiste. Grâce au climat de panique et à la paranoïa anti-homme qu’il entretient, ce féminisme reçoit des millions de dollars ou d’euros de subventions, ce qui nourrit grassement les mêmes féministes qui dénoncent les hommes comme seuls auteurs de violence. La boucle est bouclée. Réaliseront-elles un jour tout le mépris de la femme qu'il y a à faire des femmes des victimes par principe?

misandrie.jpgIl n’y a aucune mansuétude à avoir envers ce féminisme-là, qui pollue la société, les tribunaux et les médias. Ces féministes font la guerre aux hommes parce que cela leur rapporte. Ce sont des mercenaires qui prennent l’ensemble des femmes en otages pour faire de l’argent. Quand elles parlent au nom des femmes en réalité elles parlent au nom de leur porte-monnaie.

Que dire encore? Honte à Amnesty. Cette organisation, cette secte féministe se discrédite. Il n’y a plus un centime à lui donner.

Honte à Amnesty pour ces mensonges et cette haine de l’homme. Honte à celles qui tentent de communiquer  à l’ensemble de la population ce qui semble être un état de névrose avancée.

Ce féminisme-là est le passé de l’Homme. Une erreur intellectuelle. Un avatar stalinien.


Le livre de Patrick Guillot, «La Misandrie», devrait faire partie des livres de chevet de toutes les personnes qui réfléchissent tant soit peu aux relations hommes-femmes et aux problématiques d'égalité. Edité par le Groupe d'Etude sur les Sexismes il est disponible sur le site La Cause des Hommes ou en ligne chez Price Minister.

22:46 Publié dans Féminisme | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : femmes, hommes, violence conjugale, féminisme, justice, snatem, ond, amnesty, misandrie, sexisme, patrick guillot, galliano, marxisme | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Les propos d'Amnistie Belgique sont de nature criminelle (haineux, diffamatoire et sexiste) et doivent être dénoncés comme tel...je ne sais pas pour la Belgique, mais chez nous je ferais une dénonciation criminelle à la police avec suivi rigoureux auprès de la Couronne

Écrit par : J-C Boucher | 10 mars 2011

Répondre à ce commentaire

Merci Homme Libre pour pointer cette dérive. Et point besoin de vous dire que je partage votre avis, J-C Boucher. Quant à moi… j’attends. J’espère de ne pas devoir attendre comme sœur Anne !?!...

J’ai lancé plusieurs appels parmi les gars pour des réactions, et pour rendre une petite visite chez AMESTY Bruxelles et chez « Vie Féminine », toutes deux complices de cet acte de nature criminelle : incitation à la haine et propos discriminatoire, diffamatoire, sexiste,… ce qui incite à la violence. Car les femmes sont autant violentes que les hommes. L’égalité, c’est aussi ça !

C’est intolérable de la part de ces femmes d’agir ainsi alors qu’elles « luttent » pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Et c’est leur « combat » disent-elles…

Mais qui parle de « combat » évoque la guerre… Et de quelle guerre s’agit-il ? Mais de la guerre sexuelle, pardi ! Ces féministes déviantes n’ont certainement pas d’enfant de sexe masculin. Autrement, elles n’agiraient pas ainsi.

J’attends aussi des réponses de la part des principaux chefs de partis : PS, CDH, ECOLO et MR.

Affaire à suivre… car l'enjeu de ces campagnes de violence conjugale n'est plus la condamnation des hommes violents, la seule légitime, mais la condamnation des hommes en général.

A Bruxelles, les affiches d'AMNESTY rappellent étrangement les campagnes médiatiques du régime NAZI, en 1939… placardant des affiches de propagandes sur les murs, indiquant que les JUIFS étaient des CRIMINELS…
Cela fait froid dans le dos !!!...

Écrit par : Will | 10 mars 2011

Répondre à ce commentaire

@Hommelibre ,ce terme galvaudé comme il se doit sort droit de livres de la Scientologie ce terme hérité de la seconde guerre fut souvent repris par ceux que cela arrangeait il va de soi et malheureusement,nous avions les Illuminatis,maintenant ce sont des Illuminés qui cherchent à prendre pouvoir sur nos propres raisonnements,le pays dont vous parlez est un nid à groupuscules mensongers ,ésotériques à souhait on l'a vu hier au soir dans l'émission 36,9,Jèsus était entouré de traitres même dans sa propre famille!ceux se servant de son nom pour appater les plus faibles auront aussi le prix à payer la justice du ciel ,celle-là est implacable croyez bien!le mois de juin sera parlant à bien des égards,mais surtout ne vous laissez pas destabiliser,car c'est le but recherché aussi par tous ces groupes néo.fachistes ou néo-jésuites
toute bonne journée à vous

Écrit par : caramel | 10 mars 2011

Répondre à ce commentaire

@ putinreloaed

il y a beaucoup plus de violence conjugale chez les immigrés que chez les français de souche.

mon épouse m'a dit quand elle était au collége, chez les enfants musulmans il était courant que leur pére batte leur mére, et eux mêmes affirmaient qu'ils le feraient plus tard à leur épouse.

il y a beaucoup plus de meurtres conjugaux dans les banlieues autour de paris que dans la france profonde cherchez l'erreur.

les campagnes contre la violence conjugale ils s'en foutent ces gens là, ces campagnes ne servent strictement à rien, juste à culpabiliser les hommes, à casser le rôle de l'homme dans le couple d'être un contre pouvoir pour sa compagne et par la même de jouer son rôle éducatif par rapport aux enfants.

Écrit par : leclercq | 20 août 2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 08 h (Europe/Paris).