De la haine des USA à la révolution européenne

Il y a quelque chose de surprenant ces temps dans les forums politiques: une recrudescence d’attaques contre les Etats-Unis. La grande démocratie nord-américaine est l’objet des critiques les plus acerbes. On la rend responsable de tous les maux de la Terre.

Alors que les dictatures d’Afrique du nord rejettent avec leurs tripes et leur sang le système du parti unique, ici, peut-être trop baignés dans le luxe de la liberté, peut-être devenus aveugles à la chance extraordinaire de cette liberté, nous crachons dans la soupe comme des tuberculeux en phase terminale.

Tout y passe: le capitalisme supposé asservir l’humanité, la volonté colonialiste, l’individualisme forcené, le puritanisme hypocrite, la puissance politique de la religion, entre beaucoup d’autres.


liberte.jpgL’anti-américanisme, défoulement inefficace

Il s’est installé en europe - et ailleurs - une agressivité anti-américaine particulièrement exacerbée. Plus rien n’y serait bon. On leur en veut pour les excès du capitalisme financier - facteur évidemment déstabilisateur de l’économie; pour les guerres qu’ils entretiennent - et les motifs ne sont pas toujours clairs; pour leur cupidité - qui dépasse de loin la nôtre! Pour leur irrespect de leur environnement, pour leur système qui manipulerait et broierait l’individu et le réduirait à l’état de zombie incapable de penser par lui-même.

«C’est la faute aux USA» semble être devenu une sorte de cri de ralliement. Et plutôt que d’imaginer un monde sympathique, positif, on se vautre dans une véhémence négativiste à côté de quoi les plaintes du mur des lamentations font penser à un sketch de Bigard.

Et bien je pense que l’on se trouverait bien à revoir notre copie. Que les Etats-Unis soient critiquables, certainement. D’ailleurs qui ne l’est pas? Mais où mène une telle virulence à l’égard d’un pays qui offre un tel espace de liberté? A préparer la place à des systèmes moins appétissants? L’Europe poursuit une guerre civile intellectuelle contre les patrons, les politiciens, le monopole, enfin tout ce qui représente le pouvoir, et les Etats-Unis sont en première ligne pour représenter cela puisque personne d’autre qu’eux ne va au charbon.

Je partage le projet non-autoritariste qui s'est développé en Europe de longue date. Mais il doit être repensé. L’anarchisme latent qui pousse sur la litière abandonnée des droites et des gauches du passé ne doit pas être l’absence d’autorité, mais une relation repensée à l’autorité et de meilleurs garde-fous contre ses excès. La contestation des hiérarchies que propose l’anarchisme devrait se porter sur les privilèges du pouvoir, non sur le pouvoir lui-même.

Car le pouvoir en occident a déjà grandement évolué. Je sais par exemple où je n’ai pas envie de vivre: ni la Libye, ni la Chine, ni la Suède, ni bien d’autres pays où, d’une manière ou d’une autre, une idéologie ou une terreur broie les individus et où le pouvoir est abusif. Je préfère de loin être dans un système qui demande à être corrigé à de nombreux points de vue, et où j’ai la possibilité de le faire. Je ne souhaite pas non plus me flageller comme occidental blanc - forcément le mauvais rôle aux yeux de certains. Avant nous les mongols, les arabes, les musulmans, les perses, et bien d’autres, ont colonisé, guerroyé, dominé, exploité. Nous n’avons rien inventé en matière de pouvoir sur le monde.

cerf,combat-cerfs-durant-le-brame-04.jpg
L’hyperprotection ou la lutte pour la vie?

Les USA sont durs. Ils ne font pas de cadeau. Ils n’ont rien de maternant. L’Europe est devenue maternante: il est plus honorable d’y être victime que de prendre ses responsabilités. La mentalité européenne est aujourd’hui globalement victimaire. L’Etat devrait guérir, materner, sauver les individus de leurs impuissance à se réaliser.

Mais le monde n’est pas cela. Dans le compromis entre la lutte pour la vie et la sécurité protectrice, l’Europe a depuis longtemps choisi la protection au détriment de la lutte. Les systèmes libéraux en place tentent d’inverser le processus d’hyperprotection et de relancer le goût de la lutte pour la vie. Cette ligne de démarcation n’équivaut pas au stérile clivage gauche-droite. Une partie de la gauche et le Front National sont dans la perspective d’hyperprotection, alors que la droite classique et la gauche moins idéologique sont dans l’acceptation de la lutte.

Je vois en Afrique du Nord des humains, hommes et femmes, prêts à mourir pour la liberté. Dans d’autres pays des kamikazes sont prêts à se faire sauter pour leur idéologie et pour leurs maîtres. Ils sont dans la lutte pour la vie, qu’il faudrait peut-être rappeler à nos enfants. C’est un service à leur rendre, plutôt que d’apprendre aux garçons à pleurer.

Et nous, au-delà des récriminations récurrentes, à quoi sommes-nous prêts? Voulons-nous d’une société maternante qui agit et pense pour nous, ou sommes-nous prêts à lutter pour défendre la liberté que nos sociétés ont acquises? Oui, mais le système est injuste. Ah...

Alors, concrètement: si la démocratie représentative tombe, que mettrons-nous à la place? Si la liberté d’entreprendre tombe, par quoi la remplacerons-nous? Et si une dictature religieuse ou politique venait à s’installer, irions-nous devant les fusils défendre le système à cause de la liberté qu'il donne?


Gandhi.jpgVers une révolution culturelle

L’enjeu actuel est profond. Il va bien au-delà d’un combat politique. Les nouveaux systèmes relationnels auxquels beaucoup aspirent, plus doux, plus dans le "care" comme le propose Martine Aubry, peuvent-ils assurer la survie des groupes humains occidentaux? Une société non-violente, alors que le monde est violent partout, alors que personne d’autre que nous ne voulons vraiment la paix, est-elle viable?

Mais, pouvons-nous encore nous poser la question? Pouvons-nous encore réagir, après des décennies où les héros furent jetés à terre, où les pères furent traités en criminels et désavoués? La tentative radicale de transformation de la société humaine, qui suppose une transformation radicale de l’humain, est-elle non seulement possible mais souhaitable?

Elle n’est de toutes façons pas réalisée. C’est même un échec total. Pourquoi? Parce que les réformateurs ou les révolutionnaires n’ont pas changé leur propre comportement. C’est ainsi que la violence qui se lit dans certaines prises de position anti-américaines vaut largement un tir de missile. Côté comportemental, pas de différence entre un G.I. et entre un pacifiste! Et cette contradiction-là enferme la pensée depuis maintenant trop longtemps.

La révolution européenne, c’est la remise en question de certains des dogmes qui en modèlent la pensée depuis 200 ans: l’idéologie égalitaire, dont les limites sont évidentes mais non encore validées culturellement; la tentation hyperprotectrice du nationalisme; la dilution déraisonnable des identités due à l’internationalisme et au multiculturalisme; le pacifisme, concept impossible s’il n’est pas établi partout en même temps avec destruction simultanées de toutes les armes; le plein emploi comme modèle de référence; entre autres. De tout cela devrait découler non seulement une autre pensée mais un nouveau contrat social.

Si l’on admet que ces dogmes peuvent être remis en cause, c’est une révolution culturelle qui s’engage.

 

(Prochainement: le nouveau contrat social)

Catégories : société 12 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Comment ne pas en vouloir aux Américains: pendant que l'Europe s'accrochait aux restes de ses colonies et produisait le nazisme, les voilà qui sont venus sauver deux fois de suite le Vieux Continent des conséquences de sa gestion politique interne et externe désastreuse. Et de plus certains d'entre eux n'admettent toujours pas leur abyssale infériorité intellectuelle et culturelle!
    P.S. ;-0

  • "les voilà qui sont venus sauver deux fois de suite le Vieux Continent"

    Ils n'ont rien sauvé du tout, puisque les conséquences de la première guerre ont été la cause de la seconde et que si l'Europe a été sauvée du nazisme, c'est grâce aux Soviétiques. Mais réécrire l'histoire est devenu une habitude.


    "Alors, concrètement: si la démocratie représentative tombe, que mettrons-nous à la place?"

    1) La démocratie politique directe;
    2) + la démocratie économique.

    Soyons effectivement dans la "lutte" et en avant pour la 3me guerre mondiale!

    Vous voulez un monde "positif", moi aussi et pour cela il faudrait commencer par réduire la population humaine. Cela se fera soit positivement de manière raisonnée, soit de manière négative, par la guerre. Le seul petit problème est que l'être humain veut être au-dessus des autres... toujours plus pour "MOI", plus d'argent, plus de pouvoir... bref toute la folie bestiale de l'être humain moyen qui se croit toujours supérieur.

    "Côté comportemental, pas de différence entre un G.I. et entre un pacifiste!"

    C'est un peu gros. Allez hop dans le même sac, George Bush responsable de milliers de massacrés, chef des GI et... Gandhi...

    Peut-être au lieu de parler d'"idéologie égalitaire" (utopie qui n'a jamais reçu même un début de mise en pratique) pourriez-vous réfléchir sur les concepts de ploutocratie et d'oligarchie. Car certaines "idées" peuvent aussi servir à cacher la réalité.


    PS pour John: j'ai reçu d'un ami Libyen des photos de Benghazi, êtes-vous preneur en vue d'une publication/illustration d'un commentaire sur la Libye?

  • Alléluia!

    Mes bien chers frères, mes bien chères sœurs, reprenez avec moi tous en chœur... ;o)


    Vous devriez offrir votre prêche aux millions d'américain(e)s sans domicile fixe, détenu(e)s dans les prisons (bon, c'est surtout des noir(e)s et des hispaniques... mais quand même), victimes de crimes, « working poor » ou qui n'ont tout simplement pas les moyens de se soigner ou de profiter d'une retraite.

    Alors, on est d'accord, Hommelibre? Je vous prends un aller simple pour la banlieue-ghetto d'une quelconque grande ville yankee?!? ;o)



    =:oB

    PS: One question, pliiize: le « nouveau contrat social » que vous appelez de vos vœux, n'aurait-il pas quelque chose à voir avec l'Ancien Régime...?!?

    PS n°2: Aaaahhh, les nazis...! Les Ricains nous en ont débarrassé (avec l'aide des Soviétiques)... et ils en ont même pris avec eux, en retraversant l'Atlantique, pour les recycler, tout en prenant la peine d'en laisser quelques uns dans les gouvernements européens, dans les dictatures espagnoles, portugaises et grecques, ou dans les mouvements d'extrême-droite, genre « Gladio », qu'ils ont financés...! Vraiment généreux, les Américains!

  • +:oB Quest-ce que vous faites là? je vous ait préparé un post en trois dimensions! J'attends vos commentaires...!

    John on se parlera des "ricains"
    demain si vous le voulez bien,
    ou jeudi,
    si le coeur vous en dit..

    Bonne soirée étoilée...
    Sans commentaires longue durée!

  • Révolution et religion

    Qu’est-ce que je fous en taule ?
    Je voulais importer la révolution libyenne dans la banlieue parisienne…
    Pourquoi ces révoltes en série, ces révolutions arabes inquiètent-elles le monde occidental ?

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/revolution/

  • Il semble bien qu'il ait suffi aux gentils et intelligents Européens (d'abord), Africains, Sud-Américains et Asiatiques ensuite, de traverser les différentes mers du monde pour engendrer une nation de salopards dans le nord du Nouveau Monde. Et ils en redemandent tous, les idiots, prêts à tout pour une "green card" ou pas de "card" du tout.
    Heureusement que dans l'histoire de l'humanité les empires jouissant d'une puissance comparable se sont comportés et se comportent encore de manière beaucoup plus exemplaire!

  • Johann, ok pour les photos. Je reviens plus tard pour le reste.

  • demandez aux américains anciens Suisses ayant quitté notre pays/dans les années 50 si la liberté existe réellement chez eux,vous seriez surpris négativement par leur réponse,avec le recul ,ils disent tous,ah si on avait su on aurait dû rentrer dès la nomination de Clinton,rien n'a été fait,aucune assurance maladie,aucun frais remboursé et des infirmières qui doivent travailler jusqu'à 80 ans pour être certaines de vivre dignement,quand aux infos,ils vous diront tous en Suisse vous avez de la chance on vous montre l'étranger,mais chez nous le monde des infos est muselé,jamais nous ne saurons ce qui se passe réellement dans les pays européens,et ces personnes là vivent en Californie réputée pays des Dieux,mais des mensonges sans aucun doute,et de là vient vraiment la force des Etats Unis rien que ce mot là devrait faire comprendre l'unité américaine face à l'Europe,d'ailleurs mêmes les premiers bataillons ayant participé au débarquement dans la Manche avoueront-ils 60 ans plus tard,quelle horreur et on ne nous avait jamais rien dit du pourquoi de notre mission
    boenne journée à vous Hommelibre

  • @lovesmeralda
    Je sais bien que des exemples isolés ne permettent guère de fonder de grandes déclarations, mais j'en aurais néanmoins un certain nombre à citer qui vont à l'encontre, non pas de toutes les critiques que vous faites (et nous en faisons tous), mais du sentiment général que vous exprimez. je n'en mentionne que les plus personnels: il se trouve justement que mon frère aîné s'est expatrié pour les Etats-Unis dans les années cinquante, qu'il y a fondé une famille et que la connaissance d'un métier manuel qualifié lui a permis d'y vivre de manière beaucoup plus prospère qu'il n'aurait jamais pu l'espérer ici. Une amie sud-américaine noire de mon épouse vient également de trouver un place dans un institut de recherches au Texas et s'en trouve fort bien.

  • @ Johann et l'Avis de Brian: j'y reviendrai au travers de la suite à ce billet, dans quelques jours. Je préfère poser d'abord mes idées.

  • J'ose prendre le risque de vous informer que : Faits & Document tel/fax 01 40 16 80 92 à Paris en France a publié dans son N°310 page 6 "le nanuel des émeutiers" bilingue Arabe/Anglais distribué généreusement par la CIA + les ONG, comme cela a déjà était réalisé au Nicaragua, Panama, Ukraine (révolution orange)

    Plein de consigne, simple, efficace : type de langage positif pour rallier du monde, panoplie du manifestant, technique de guerrilla urbaine, point faible des forces de sécurité et des véhicules blindés...

    En commençant par la Tunise avec l'aide du Général Amar (diplomé de Princeton) les Ricains on commencé a encerclé Geddaphi (Kadafi) l'égypte a suivit...

    Voir le drapeau Royaliste Libyen brandit par les émeutiers est significatif, car du temps du Roi la Libye était une "Colonie" US , grande base a Bengazi, la plus grande de la Mare Mostrum, et tous les puits de pétrole ont était foré par Esso et Mobil donc par Rockfeller....

    Ne perder pas d'énergie a me critiquer, je ne blame, ni ne loue, je raconte achetez le N°310 de Faits & Documents, vous jugerez sur pièces tranquillement en prenant le temps

  • J'ose prendre le risque de vous informer que : Faits & Document tel/fax 01 40 16 80 92 à Paris en France a publié dans son N°310 page 6 "le nanuel des émeutiers" bilingue Arabe/Anglais distribué généreusement par la CIA + les ONG, comme cela a déjà était réalisé au Nicaragua, Panama, Ukraine (révolution orange)

    Plein de consigne, simple, efficace : type de langage positif pour rallier du monde, panoplie du manifestant, technique de guerrilla urbaine, point faible des forces de sécurité et des véhicules blindés...

    En commençant par la Tunise avec l'aide du Général Amar (diplomé de Princeton) les Ricains on commencé a encerclé Geddaphi (Kadafi) l'égypte a suivit...

    Voir le drapeau Royaliste Libyen brandit par les émeutiers est significatif, car du temps du Roi la Libye était une "Colonie" US , grande base a Bengazi, la plus grande de la Mare Mostrum, et tous les puits de pétrole ont était foré par Esso et Mobil donc par Rockfeller....

    Ne perder pas d'énergie a me critiquer, je ne blame, ni ne loue, je raconte achetez le N°310 de Faits & Documents, vous jugerez sur pièces tranquillement en prenant le temps

Les commentaires sont fermés.