22 février 2011

Polnareff, dévasté: le choc!

Encore un père abusé. Comme 5% à 15% des pères, il n’était pas le père biologique de son enfant et ne le savait pas. Il vient de diffuser l’information sur le net et se dit dévasté.


Polnareff3.jpgIl vivait avec sa compagne depuis 9 ans. Il a lui même accouché l’enfant à la maison. Pour des raisons non encore explicitées il a souhaité faire un test ADN. Sa compagne a d’abord refusé, puis a avoué que l’enfant n’était pas de lui. Un test ADN l’a ensuite confirmé.

Depuis sa compagne a disparu avec l’enfant de 2 mois et le chanteur n’a plus de nouvelles.

On imagine volontiers le choc pour ce père qui, s’il est célèbre, n’en est pas moins un humain avec ses rêves, ses sentiments et son bonheur d’être père pour la première fois.

Est-ce l’argent qui a fait rester sa compagne? Pourquoi s’être enfermée dans le mensonge? Parce qu’elle savait ce qu’elle risquait de perdre? Elle a préféré cacher une relation extraconjugale et un bébé qui en est le fruit, plutôt que d’avoir le respect de son homme et de sa propre maternité.

Il me semble que des italiennes sont descendues dans la rue il y a 10 jour, pour défendre leur dignité contre Berlusconi. Il y a deux jours j’écrivais justement sur la responsabilité de ses actes comme marque de sa propre dignité. Le hasard a parfois de ces rendez-vous...

Voici une bonne raison de descendre à nouveau dans la rue, car là il me semble qu’il y a sérieusement un honneur perdu à retrouver.


11:41 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : michel polnareff, père, enfant, abusé, déni, homme, femme, tromperie, mensonge, adn, paternité, honneur, dignité | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Quel malheur ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 22 février 2011

Pauvre enfant!

Écrit par : lovsmeralda | 22 février 2011

Pourquoi le test d'IDN... Un miracle de la stérilité... qui ne l'a pas convaincu? Quel âge sa concubine? Parce que lui 66 ans? franchement.... à 15 ans, l'ado aura eu un grand-père au lieu d'un père!

Une vacherie tout de même, une tromperie indigne!!

Il a dit sur son blog: "Les détails seront dans la presse à venir". J'attends....

Écrit par : Patoucha | 23 février 2011

Oh Patoucha vous n'êtes pas couchée? Je suis plutôt très pris jusqu'à la fin de la semaine. Alors A+

Bonne nuit...

Écrit par : Pierre NOËL | 23 février 2011

@Patoucha et Tom ,ADN vous voulez sans doute dire!!dans un couple c'est 50 50,donc les deux sont coupables et l'enfant paiera le prix d'un pseudo amour car si vraiment le couple s'aime ,celui-ci fera tout absolument tout pour conserver une base solide pour le futur de l'enfant,en lisant les termes employés par certains hommes ,ont-ils une maturité assez forte pour être mariés,permettez mes propres doutes car injurier une femme de cette façon est à même de prouver le contraire,et qu'on sache tout le monde vous le dira ,personne ne les oblige à se marier,les enfants de parents divorcés sont à même de pouvoir juger ces commentaires et porter un oeil accusateur que ce soit sur l'homme ou la femme qui dit aimer et qui dès la première occasion va à gauche,c'est triste aussi cessez de faire des enfants,le ciel vous en remerciera

Écrit par : caramel | 23 février 2011

vraiment cela ne m'étonne pas....quand on voyait les photos ou Polnareff sortait d'une bijouterie c'est voyant comme elle en a qu'à son argent.
encore une qui n'assume pas ses actes ...dommage, mais son départ montre en fait quelle genre de femme elle est... avide d'argent et surtout profiteuse.
j'espère que Michel s'en remettra vite

Écrit par : caline | 23 février 2011

"Lacrimis Struit Insidias Cum Femina Plorat"
Caton l'Ancien
234-1449 AV JC

Écrit par : bergier | 23 février 2011

@ Caramel: je comprends votre réaction aux propos de Tom, qui sont très durs. Je les laisse en ligne car je pense qu'ils illustrent l'état d'exaspération où sont certains hommes. Que ce soit parce qu'ils n'ont pas vu des signes chez leur compagne, que ce soit à cause de la justice qui dysfonctionne, beaucoup sont complètement à cran.

Alors je sais bien qu'il y a du mal et des blessures des deux côtés, et que des femmes aussi sont abusées et maltraitées. Mais il est juste d'entendre aussi le cri des hommes, même si celui-ci heurte. Il est la mesure de la blessure.

Bien à vous.

Écrit par : hommelibre | 23 février 2011

On voit que du point de vue d'un couple, l'adultère de la femme est plus grave que celui de l'homme. Car l'adultère de la femme fait entrer dans la famille concernée une nouvelle personne qui est censée avoir un lien avec le père, mais qui n'en a pas. Alors que l'adultère de l'homme n'a pas cette conséquence pour la femme trompée. En effet, une femme trompée ne se trouve jamais dans la situation de devoir élever un enfant qui est le fruit de l'adultère dont elle est victime.

Le mari est présumé père de l'enfant. Et après, certaines viendront nous dire que l'on vit dans un système patriarcal...

Evidemment, il y a autant de femmes que d'hommes adultères. Mais on ne fait pas de la sociologie. On étudie la situation d'un couple particulier. C'est pour cela que je parle bien "du point de vue du couple".

Écrit par : Lord Acton | 23 février 2011

Et bien si vous appelez les mots orduriers que crache Tom des cris ... M'étonne pas que sa femme ait été chercher ailleurs un homme plus pondéré dans ses mots, et peut-être dans ses manières ....

Hommelibre, Je me demande, et si c'était une femme qui aurait traité l'homme qui l'avait plaquée avec des mots aussi orduriers, auriez-vous réagi avec la même mansuétude ? J'en doute fort et c'est désolant de voir à quel point la femme est rabaissée dans vos colonnes.

Écrit par : Loredana | 23 février 2011

@Loredana voit juste,et n'oublions pas la fameuse citation de Sacha Guitry ,les hommes aiment se payer des femmes et les femmes aiment se payer la tête des hommes ,et cette vérité de Lapalisse remonte aux temps de l'antéchrist,la preuve avec Abraham qui eut l'audace de vouloir tuer son enfant ,le monde est ce qu'il est mais à trop en parler souvent les problèmes vont en augmentant et la solution visible à l'oei nu échappe même à celui ou celle qui un jour d'orage avait dit jamais me marierai!
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 23 février 2011

Loredana: j'entends combien ce commentaire vous blesse, je l'ai donc retiré.

Pour le reste, vous savez je crois que ce n'est pas ma tasse de thé de rabaisser "la" femme. Les points de vue critiques que j'apporte (ou des commentateurs-trices) sur certains comportements illustrés par des femmes ou alimentés par le discours radical-féministe, servent à déconstruire peu à peu le clivage classique: l'homme-bourreau contre la femme-victime.

Presque tous les jours l'image de l'homme-prédateur est projetée avec violence et très largement relayée par les médias, des blogs, des discussions. Et pas seulement en Italie où les blogs féministes de la péninsule, à l'origine des manifestations, font de Ruby une victime.

Tiens, hier c'était sur Agoravox sous le titre:

"Aux filles, aux femmes, à la mémoire des victimes de prédateurs".

Et dans le texte, entre autres:

"J'ai envie de crier "Femmes Réveillez-Vous".

Cessez de jouer les infirmières, les fausses héroïnes qui vont sauver les hommes : de l'alcool, de la drogue, de leur mariage ou de leur divorce, de la prison...

Arrêtez ce jeu dangereux : être "les sauveurs" d'hommes en perdition."


Donc, hommes = alcool, drogue, perdition; et femme = sauveuse. Ou encore:

"Qui ne connaît l'histoire édifiante du Petit Chaperon rouge. N'y a-t-il jamais eu plus belle mise en garde. Ne nous promenons pas dans les bois pour voir si le loup y est ! Car il y est..."


Et ceci:

"On est encore loin de l'égalité des femmes et des hommes. A commencer par l'éducation ; les poupées aux filles et les mitraillettes aux garçons. Religion de la guerre. Religion du petit mâle guerrier (oui oui on me dit que cela change mais désolée il m'apparaît plutôt que nous sommes en régression)."

Le "petit mâle" (on apprécie la gentillesse du langage...) guerrier, c'est lui qui est allé se faire tuer par millions pour défendre son pays et sa famille, au cas où...

Et encore ce commentaire:

"Par Sachant (xxx.xxx.xxx.134) 22 février 12:13
Sachant

Avec, en 2002, six femmes sur dix subissant la tyranie de leur compagnon
Physique, psychologique, sociale et économique"

3 femmes sur 5 battues, insultées, affamées? Où voit-il cela?


Il y a des jours, comme ça, où d'être traités de prédateurs universels et de casseurs de femmes, ça chauffe les oreilles.

Vous voyez, Loredana, autant je considère que bien des femmes en ont à redire aux hommes, autant l'inverse est aussi valable, et ma foi cela ne se dit pas toujours dans les formes les plus galantes. Tout dépend du degré d'exaspération. Mais j'ai reçu sur ce blog des injures de femmes, donc match nul de ce côté. Même si les injures des uns ne justifient pas celles des autres.

Enfin, je suis loin de ne parler que de manière critique, que ce soit des femmes ou d'autres sujets. Mais ce sont mes billets critiques qui retiennent le plus l'attention. Ok.

J'espère que les lecteurs et les lectrices entendent la détresse qui a pu saisir Michel Polnareff (faut-il donc être célèbre pour que certains faits prennent existence?). De même que j'espère qu'ils et elles entendent aussi la détresse des femmes quand elle s'exprime - et elle s'expriment parfois aussi sur mon blog.

Écrit par : hommelibre | 23 février 2011

@Hommelibre,notre monde relationnel est bien malade,plaindre une vedette riche aux as,je ne peux que compatir rien de plus,son coup de pub éventuel aura enrichi de mots d'oiseaux l'histoire de ce père ayant fui,mais le plus triste,c'est quand on reçoit un appel d'une ancienne toxico,se faisant manipuler et harceler par un drogué notoire,ayant deux enfants placées dans un foyer avec leur mère pour femmes battues et cette ancienne toxico de 40 ans affolée,son copain lui ayant dit je suis en France amène moi de l'argent ,elle ne conduit pas,et affolée jouant le même scénario que tous ces reportages virtuels au sujet des jumelles,je lui dis stop,cesse ce petit jeu ne prend pas,en effet tellement marquée par le destin elle s'approprie comme beaucoup les scènes tristes et très souvent abjectes proposées par les médias et ils sont nombreux à le faire,mais je comprends votre point de vue aussi,on vit dans un monde ou de plus en plus de gens intoxiqués par des images affreuses leur font perdre même l'essentiel de leur propres maux,quand à cette gosse de 40 ans ,elle se mit à pleurer ,je la laissai et elle me re-téléphona ,comme quoi compatir c'est bien mais aussi apprendre à dire non est le plus important,et apprendre à ne pas jouer avec les sentiments ce que de plus en plus de gens font aussi,hélas
bonne soirée à vous

Écrit par : caramel | 23 février 2011

Je n'aime pas trop le personnage, ni ce qu'il fait, mais là, c'est dégueulasse... vraiment dommage pour cet homme.

Écrit par : Natalia | 23 février 2011

Merci Hommelibre. Dommage qu’il ait fallu qu’une femme vous fasse remarquer que les propos de Tom étaient blessants pour que vous les supprimiez,
Je comprends que l'on souffre lorsque l'on se fait larguer par sa moitié (homme ou femme), mais de là à traiter cette personne comme une moins que rien. Désolée je ne le comprends pas, ne l'accepte pas. J'aurai réagi de la même manière s'il s'était agit d'une femme tenant ce genre de propos envers son homme. Mais dans ce cas là je n’aurai pas eu besoin d'intervenir, vous l'auriez fait.

Quant aux propos que les féministes tiennent dans les médias, ils n'ont pas changé, ce sont toujours les mêmes rengaines. Et ce n’est pas parce que des femmes descendent dans la rue pour défendre une cause féminine précise, qu’elles partagent forcément tous les discours et propos des féministes. Il faut faire la part des choses.

Cordialement

Écrit par : Loredana | 23 février 2011

Loredana: peut-être en effet aurais-je dû le supprimer sans qu'une femme me le suggère. J'ai hésité initialement à le laisser, car si je peux comprendre la douleur sa formulation est brutale. Mais j'accepte volontiers qu'une femme me fasse part de son ressenti et je peux en tenir compte. Je ne vois pas tout d'avance, j'ai aussi besoin que l'on me dise parfois si ce que je laisse passer est compris ou non, blessant ou non.

Pour faire la part des choses, j'en ai moins envie depuis quelques temps, car je vois un ressac de ce discours profondément misandre. Même si toutes les femmes qui sont descendues dans la rue en Italie ne peuvent en effet être taxées de radicale misandres! Mais je trouve que ce thème de la dignité perdue est franchement abusif et manque singulièrement de réflexion. Il fait appel à un réflexe victimaire. Je suis quand-même surpris qu'il n'y ait aucune remontrance à Ruby et aux autres. On appuie en filigrane sur une irresponsabilité de la femme. je trouve cela très dégradant.

C'est en tous cas mon analyse.

Bien à vous Loredana.

Écrit par : hommelibre | 23 février 2011

Histoire de couple! Cela ne nous concerne pas et n'avons pas le droit de juger. Si Polnareff est aussi naïf c'est son problème. Son enfant aurait eu 20 ans et son père 86 ans! Pas très glorieux!
Quant aux nombreuses Ruby d'Italie ou d'ailleurs, c'est horrifiant. Personne ne les obligent à ce prostituer. C'est un fait de société, aujourd'hui la seule chose qui compte c'est l'argent. L'argent n'a pas d'odeur! Quant à un grand nombre d'hommes, ils se plaisent à parader avec des poupées barbies. Nous pouvons le constater dans les restos genevois. Quel beau monde!
Heureusement qu'il reste encore des gens sains.
Quant aux discours des anciennes féministes, elles devraient remettre leur pendule à l'heure. Le fait de systématiquement défendre la femme devient vraiment stupide, surtout dans ce cas de figure...Je ne vois pas le lien avec les femmes battues et le droit à l'égalité! Justement aujourd'hui, les hommes et les femmes sont autant responsables avec ce nouvel esprit "bling-bling". Vous trompez de discours Mesdames. Triste monde!

Écrit par : rose des sables | 24 février 2011

@Hommelibre,vous êtes sous les feux de la rampe,seriez vous en période anniversaire,humour,ceci étant je rejoins les propos précédents, aimant analyser les écrits ,jy trouve comme une sorte de feuilleton ressemblant à Top modele,mais écrit par des hommes frustrés ,je parle de ceux ayant mis les commentaires,les blogs quand à eux me font penser à un jeu inventé dans les classes en 50 ou peut-être avant,mais hors de propos ,et trop long à expliquer,quand aux anciennes féministes non d'un petit zébulon,humour/c'était les meilleures,prêtes à boire un verre avec les hommes,fumer avec eux ,les consoler et les accompagner jusqu'à leur dernier souffle,en cela nous avons été nombreuses à montrer la vraie réalité d'un mariage à nos enfants et nous en sommes très fières,simple constat d'une génération de femme qui meurt à petit feu,mais oui soyons logiques comment voulez vous que ces femmes arrivent encore à suivre un monde qui change d'avis toute les cinq minute et encore,elles ont connu les premières cocottes minutes qui ne ressemblait en rien à celles d'aujourd'hui!
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 24 février 2011

@Rose des sables,pour les anciennes féministes soyez rassurées les vrais ne faisaient surtout pas partie du mouvement créé par des gauchistes,en effet les toutes vraies furent celles qui encore mariées continuèrent de travailler tout en accomplissant l'éducation de leurs enfants,des femmes recherchées car elles avaient hérité du don du travail accompli dans la joie et la bonne humeur de leurs grands-parents qui eux malgré les deux guerres vécues continuèrent le socialisme à visage humain,ce n'est pas parcequ'un mouvement comme celui du new âge apparait qu'il faut croire tout ce qui est dit ou écrit,nous ne sommes pas des moutons et l'UDC sans vouloir faire de politique voulait peut-être aussi montrer aux habitants de suisse romande qu'il faut dialoguer avec ceux des autres cantons,car le fameux y'en a point comme nous bien Vaudois,tout le monde a entendu cette phrase ,ayant trop tendance à vouloir écraser les autres cantons,,et par souci de cordialité je ne dirai pas ce qui était réservé aux Genevois!
bonne journée à vous

Écrit par : lovsmeralda | 24 février 2011

Polnareff me semble un triste sire. Si j'ai bien compris l'histoire, il voulait un enfant avec sa compagne. Mais ils n'arrivaient pas à en faire. Il clame qu'il n'est pas stérile, mais à 66 ans, n'a toujours pas de môme. Bref, elle s'est arrangée pour se faire faire un môme, en faisant intervenir un "donneur". Sans doute pas dans une procédure médicalisée, ce se serait su.
Elle a choisi de ne pas le lui dire, peut-être pour préserver sa fierté. Peut-être aussi parce qu'elle avait trop bien jugé l'ego du bonhomme. Alors oui, peut-être était-elle intéressée par son pognon. Mais lui était intéressé par son corps de jeune femme qui aurait peu être sa fille, voire même sa petite-fille. Ce qui, dans un cas comme dans l'autre n'empêche pas l'amour.
Bref ce môme est né et comme 5 à 10% des mômes dans le monde, il n'est pas de son père déclaré. La belle affaire. Croyez-vous vraiment que parmi ces 5 à 10% de pères, il n'y en a pas un certain nombre qui jouent le jeu en toute connaissance de cause ? Respect pour eux. Et honte à ce vieux débris.

Écrit par : Saint-Juste | 24 février 2011

@Hommelibre,

Je sais que vous acceptez volontiers les remarques quand elles sont faites avec modération (j'ai fait des progrès de ce coté là pas vrai? Lol!! ;o))

Concernant la manif en Italie, si vous suiviez de près ce qui s'y passe, je crois que vous n'auriez pas porter le même regard sur cette manifestation. C'était plus un ras le bol des femmes sur ce qu'elles doivent endurer pour pouvoir travailler ou y perdurer mais pas que là ! La société italienne a toujours été le fait de copinage pour pleins de choses. Actuellement le grand truc pour avoir un boulot, un toit, ou quoi que ce soit d'autres quand on est une femme c'est de faire la "Marie couche-toi là" sinon vous êtes mise à l'écart. L'énième histoire de c** de Berlu a été la goutte qui a fait déborder le vase. Les féministes en ont profiter pour y aller de leurs pamphlets. Normal que ce soit à elles que l'on est donné la parole dans les médias mais leurs paroles ne sont pas forcément partagées par les femmes présentes dans les rues.

Pour ce qui est que vous avez moins envie de faire la part des choses ... je m'en suis aperçue ;o) Et si je peux comprendre, bin ya des fois ou cela ne passe pas. Je ne me priverais pas de vous le faire savoir. Soyez sans inquiétude ;o))

Bien à vous

Écrit par : Loredana | 24 février 2011

@Saint Juste

J'sais pas si vous êtes un homme ou une femme mais je plussoie vos dires.

Écrit par : Loredana | 24 février 2011

C'est pour cela que les Juifs transmettent la religion par le biais de la mère et non pas par celui du père, on sait toujours qui est la mère, mais jamais très sûr de savoir qui est le père. Ils ont compris cela bien avant nous !

Écrit par : réponse | 24 février 2011

Cher homme libre,
Sachez que j'ai de la famille en Italie et je peux vous dire que tant les hommes que les femmes ont honte de devoir supporter un Berlusconi. Sachez également que l'Italie n'est pas la seule à pratiquer le *copinages", cela existe dans tous les pays. Alors de grâce, arrêter de nous mettre cette éternelle étiquette.
Je peux vous confirmer que la femme italienne travaille, a des postes à responsabilités et qu'elle n'a pas besoin, contrairement à ce que vous pensez, besoin de" coucher" pour faire carrière.
Je disais que certaines "gamines" se prostituent, style "Roby", car elles ne pensent qu'à l'argent, ce phénomène grandi grâce au changement de notre société et Berlusconi ne fait qu'accentuer cet état d'esprit "bling-bling". Ceci étant, personne ne les obligent à le faire. C'est un choix. Heureusement, cela reste une minorité de femmes. Mais sachez aussi qu'il y a aussi des hommes qui se prostituent pour l'argent facile. Vous le savez bien qu'aujourd'hui, il n'y a que l'argent qui compte. Mais nous ne sommes pas tous des moutons et avons encore notre dignité.

Écrit par : rose des sables | 24 février 2011

En tant qu'homme libre, vous avez une belle image de la femme! Désolée, mais vous vous comportez comme un vieux macho! Si c'est une manière de plaisanter en parlant des juifs, vous insulter ces derniers. Votre commentaire est vraiment déplacé et insolent.

Écrit par : rose des sables | 24 février 2011

@ Loredana: ok.

@ Rose des sables: je ne comprends pas votre dernier commentaire. Je n'ai pas mentionné les juifs. Pour le reste, en effet hommes se prostituent, et d'accord qu'il s'agit de minorités tant pour les hommes que pour les femmes. Cela dit, je n'ai aucune mépris pour les prostituées, pour moi ce sont des femmes à part entière.

Écrit par : hommelibre | 24 février 2011

Excusez moi homme libre, il s'agissait du commentaire de Loredana au sujet des juifs et de son commentaire sur l'Italie. Désolée.
Bon évidemment que les prostituées sont des femmes à part entière... Les hommes qui pratiquent ce métier aussi, car ils ne violent pas nos enfants et sortent avec de vieilles "Ruby"! Quant aux pédophiles alors-là cette une autre histoire...Je me passerai de commentaires!
Pour les péripatéticiennes, elles évitent aussi les viols, sacrées courageuses tout de même.
Bonne soirée

Écrit par : rose des sables | 24 février 2011

Pas de souci Rose des sables!

Écrit par : hommelibre | 24 février 2011

Bonsoir Rose des sables,

Il y a, pour la deuxième fois, erreur sur la personne. Les italiennes c'est moi, les juifs c'est l'autre ....
Bonne soirée

Écrit par : Loredana | 24 février 2011

Polnaref est devenu un vieil Hindou: " il n'a plu qu'à cracher sur ses roupies!"

Écrit par : Pierre NOËL | 25 février 2011

Si ellen'a paspu le faire avec lui, n'est ce pas parce que il y avait un hic quelque part, mais qu'elle a voulu le preserver ?

Écrit par : Beckom | 28 février 2011

Au moment où vous rédigiez ce billet, vous ne disposiez que des dires de M. Polnareff. Depuis sa compagne a pris la parole, et a démenti sur un certain nombre de points:
- elle dit notamment que M. Polnareff savait depuis le départ, depuis le début de la grossesse,
- étant donné que selon elle ils n'avaient plus de relations intimes depuis des années
- qu'elle a fait appel à un donneur (s'agit-il d'une banque de sperme, ou d'une relation dans le cadre de laquelle un tiers aurait joué le rôle de donneur?).

On pourrait opposer que ce qu'elle affirme est difficilement vérifiable.
Mais de même, ce que M. Polnareff affirme quand il se dit floué et trompé ne l'est pas davantage.

Donc de la part de l'un comme de l'autre nous ne sommes pas en mesure de juger où est la vérité. Ce qui signifie que gober direct la version Polnareff est pour le moins un peu rapide. d'autant plus que :
- pourquoi cet histrionisme autour de quelque chose d'aussi délicat et personnel ? quelqu'un qui met les détails de sa vie intime sur twitter et le net vous semble-il quelqu'un de 100% fiable ? pour ma part j'y vois plutôt une personnalité à qui on ne peut se fier.
- que n'a-t-il, puisqu'il jouait la carte du "on dit tout en public et on est top transparent avec les fans", dès le départ proposé un droit de réponse à sa compagne, qu'il exposait en même temps que lui ? il a simplement joué de façon très tactique avec les mots, mettant son discours sur le devant d'une scène médiatique.

je n'ai pas plus que vous les réponses. Mais à votre différence je serais beaucoup plus prudente sur cette histoire.

Quant à la question de l'adultère des femmes qui serait plus grave que celui des hommes pour des raisons de filiation : ça, c'est un leurre. D'abord parce que réduire la paternité au biologique est une immense sottise. "mon" enfant est mon enfant parce que je tisse avec lui un relationnel parental, pas parce qu'il est sorti de mon corps. Ensuite parce qu'il y a nombre de cas où l'adultère masculin produit des enfants, et que les questions patrimoniales et affectives se posent aussi, avec la même force.

ce que je retiendrais d'une situation de ce type, c'est que c'est l'enfant qui se trouve dans la position la plus difficile, et qui se voit dénier une parentalité. A mon avis les adultes devraient être assez matures pour se concentrer sur le devenir de l'enfant. Et il est totalement insuffisant de dire "ah c'est pas un gosse de mon ADN" pour s'en laver les mains. Il n'est pas le père biologique de l'enfant ? franchement, quelle importance : qu'il règle avec sa compagne la question éventuelle (car sur ce point l'histoire du "j'ai été trompé" n'est pas certaine) d'un rapport sexuel avec un tiers et qu'il se tourne vers la poursuite de sa relation affective avec l'enfant. Quand on commence à aimer et à tisser des liens avec un bébé, on ne le laisse pas choir au nom d'une blessure narcissique ou d'une tactique.

Écrit par : moricette | 05 mars 2011

Moricette,

Merci pour votre commentaire. Vous posez des questions auxquelles je souscris dans l'ensemble, même si je n'apporte pas le même éclairage. Je vais tenter de répondre au moins en partie.

Je connais d'assez près cette problématique. Je connais les perturbations induites dans le couple et pour l'enfant quand le père n'est pas le père biologique et qu'il ne le sait pas.

Dans les question hommes-femmes, l'homme a ses fragilités et ses besoins. Actuellement le besoin de valider un lien par la biologie existe. On peut le critiquer, trouver que cela n'a pas d'importance, cela ne change pas le fait que cela a de l'importance pour beaucoup d'hommes. D'ailleurs pourquoi cela n'en aurait-il pas?

La parentalité se construit sur plusieurs facteurs. Celui-ci peut avoir son importance. Pour beaucoup de femmes, le fait d'avoir porté l'enfant dans son ventre, de l'avoir senti, d'avoir accouché, scelle quelque chose de très intime. Pourquoi dénier aux hommes un besoin analogue?

Mais je suis bien d'accord que ce n'est pas tout. Je défends plus souvent les hommes que les femmes mais je ne veux pas non plus faire de cadeaux par principe. Le fait en l'occurrence de rejeter l'enfant est une décision très lourde, terrible, que j'avoue avoir de la peine à accepter. Et l'idée de retirer son prénom à l'enfant me laisse pantois. Je peux comprendre le sentiment de trahison (si c'est vrai - j'y reviens après). Je peux comprendre la blessure, le choc du mensonge, le sentiment d'abandon que l'homme ressent. Mais dans cette décision il transmet l'abandon et la blessure à l'enfant. C'est une injustice et une blessure de plus, de ces blessures durable, constitutives.

La question de la blessure sera toujours pendante car même si le père apprend cette réalité plus tard, il peut toujours renier l'enfant même bien plus grand. Je l'ai vu faire. Il faudrait taire la chose jusqu'à la mort. Mais souvent, comme aux Etats-Unis, cela se révèle par des examens médicaux ou des tests.

Partant du principe que la biologie est importante pour beaucoup d'hommes (thème qu'il faudrait développer plus longuement) les conséquences de ces situations comportent leur lot de souffrance. Un homme aura-t-il envie de rester avec une femme qui lui aurait menti? En sens inverse, une femme ne supporte pas le mensonge de son homme, en général. L'homme devrait-il être plus magnanime?

On peut imaginer une solution moins abrupte que celle prise par Polnareff. Une séparation à l'amiable. Mais rien ne peut forcer un couple à s'entendre, surtout dans ces situations là.

Alors, rester père légalement ? L'homme sera-t-il motivé sur la durée? A-t-il cette capacité d'aimer sans enlever quelque chose à l'enfant? Pas de réponse à cela, ça dépend je pense de chacun.

Il se peut aussi qu'il rejete l'enfant pour punir la mère, ce qui n'est pas glorieux. De toutes façons rien n'est glorieux dans une telle situation. Aimer au-delà de ça est un apprentissage.

Possible que Polnareff n'en ait pas la capacité. Dans ce cas peut-être est-il mieux qu'il renie l'enfant tout de suite - même si c'est très difficile à admettre moralement. Je ne sais pas ce qui est mieux. Chacun fait avec ses moyens, mais quelle est la ligne qui départage ce qui est juste de ce qui ne l'est pas? Prendre ses responsabilités devrait être la ligne.

Sur la réalité des choses, j'ai lu la version de son ex-compagne. Je ne sais pas que penser. Il y a des éléments difficiles à croire. Qui arrange la réalité? - je ne dis pas qu'il s'agirait de mensonge de la part de l'un ou de l'autre? Y a-t-il un autre enjeu derrière cette situation? Si vraiment elle s'est faite inséminer parce qu'il ne faisaient plus l'amour, comment ne pas en avoir parlé clairement ensemble? N'est-ce pas une situation totalement prioritaire où l'on parle ensemble? Cela ne me paraît pas clair et sa version pèche sur ce point, ce qui affaiblit le reste à mes yeux.

Mais eux savent la réalité, pas nous. Cela dit je pense à un couple que j'ai connu où les partenaires tenaient le même discours sur la fréquence de leurs rapports sexuels.

Le fait qu'il annonce la situation sur le net, je l'ai perçue comme le souhait de maîtriser l'information. Cela se serait su tôt ou tard par des détours, avec on ne sait quoi qui se dit. Son déballage avait le mérite d'être clair.

Mais je suis d'accord que cela aurait été correct que sa compagne ait un droit de réponse. Ne pas lui laisser cette opportunité, donc cette place, est dommageable pour elle et pour lui aussi car du coup il ne contrôle pas l'information comme je suppose qu'il le souhaitait, et l'on peut se questionner sur la place qu'elle avait dans sa vie.

Je conviens que sa position est instable en plusieurs points. Leur position aux deux l'est. Et celle de l'enfant est malheureusement encore plus instable maintenant. Il faudrait ne pas juger. Mais si pour lui, si c'est une tactique, alors je peux supprimer ce billet.

Si c'est une blessure narcissique, elle n'en est pas moins vécue comme réelle, et pas moins difficile à gérer. La blessure n'est-elle pas forcément narcissique? Une blessure morale, une trahison, n'est-elle pas forcément une atteinte à l'image de soi? Mais il y a des blessures qui ne sont pas narcissiques, qui font se fendre le ciel.

Sur ma rapidité à intervenir, j'entends votre critique. Je me connais plusieurs manières de réagir à une information ou un thème. L'une est de prendre connaissance, de laisser glisser, et de l'oublier. Parfois cela revient, plus complet, et je traite le sujet. Une autre est de réagir vite, puis de me mettre en attente pour voir ce qui se passe sur plusieurs heures ou plusieurs jours: l'envie de traiter est-elle toujours là? Mon esprit est-il clair? Ai-je à disposition assez d'éléments? Je peux mettre en attente plusieurs jours, une ou deux semaines. En général quand j'ai envie de réagir vite, cela reste et les faits se confirment dans le sens où j'allais les traiter dès le premier instant.

Je fais donc souvent confiance à mon instinct.

Mais il peut se tromper. Ici je ne sais pas encore. Ce que je sais est que la version de Polnareff m'arrangeait, car un homme connu parlait enfin d'un problème que beaucoup d'hommes connaissent mais dont on parle très peu et auquel on n'accorde que très peu d'importance, comme en général les problématiques masculines. Et d'une certaine manière son attitude abrupte mettait la question sur la place publique avec force.

Je ne sais pas encore si j'aurais mieux fait d'attendre sa version à elle. Je n'en suis pas sûr. Mais s'il apparaissait que je me suis trompé, je le reconnaîtrais, cela n'est pas un problème pour moi.

Donc voilà. Je savais que je devais revenir sur ce billet, je ne savais pas encore comment. C'est bien que vous soyez intervenue.

Écrit par : hommelibre | 06 mars 2011

merci pour cette réponse, elle est intellectuellement honnête et c'est très appréciable.

quand vous dites "Je ne sais pas encore si j'aurais mieux fait d'attendre sa version à elle.", en fait vous ne pouviez pas savoir si elle allait répondre ou pas... donc vous n'aviez pas de raison particulière d'attendre --peut-être de penser que jusqu'ici il n'y avait qu'un son de cloche, mais ça n'empêche pas de tenter de penser la chose.


je crois que vous ne saurez jamais si "vous vous êtes trompé" : seuls eux en effet savent ce qu'il en est.

:)

Écrit par : moricette | 06 mars 2011

Puisqu'on est aux suppositions invérifiables, je propose la mienne:

Durant la grossesse et jusqu'à la naissance tout est pour le mieux, mais quand le narcissique se rend compte que l'enfant demande de l'attention, il casse la baraque.

Et franchement 41 ans d'écart... faudrait quand même éviter d'être naïf.

Quant aux "pères" qui ne sont pas les pères biologiques, c'est vieux comme le monde. Les coucous aussi font ça, enfin pas seulement avec le "père". Et puis il y a tous les maris qui font des enfants en dehors de leur mariage. Ceci ne compense certes pas cela, mais les premières victimes sont les enfants et je ne vais pas pleureur sur les cocus. Les futurs géniteurs eux feraient bien de mieux choisir leur partenaire.

Écrit par : Johann | 06 mars 2011

Les commentaires sont fermés.