19 février 2011

Les alliances multiples

Comment voit-on qu’une personne cherche à établir une alliance avec nous? Parfois elle le manifeste clairement par des mots. Elle peut aussi le montrer par des expressions du visage: sourire, clins d’yeux, mouvement d’acquiescement pour signifier son accord avec nous. Posture du corps ouverte à notre égard.


Un seul élément ne suffit pas à exprimer un désir d’alliance. Il doit être répété et si possible ne pas être isolé. On doit voir se manifester un soutien ou une recherche de soutien. Un simple accord intellectuel ou une convergence de vue n’est pas automatiquement une recherche de soutien.

Observons-nous nous-même quand nous recherchons un soutien et nous comprendrons les signaux envoyés par d’autres, car les manifestations d’un désir d’alliance sont universelles. Nous découvrirons parfois des recherches d’alliances dont nous ne sommes pas conscients, qui se manifestent spontanément et s’établissent sans intention explicite préalable.

A quoi servent les alliances? D’abord à trouver ou offrir un soutien. Par exemple, dans une discussion animée où l’on se retrouve sur la sellette, le fait d’avoir un soutien renforce notre position et nous insuffle une énergie mentale supplémentaire. On établit aussi une alliance avec un thérapeute dans l’évident objectif de compter sur son soutien lors d’une période difficile. Un enfant cherche alliance avec ses parents ou avec tout adulte dont l’autorité peut éveiller une crainte ou une récompense.

La séduction est une manifestation de la recherche d’alliance.

Solidarite.jpgS’allier à quelqu’un c’est ne pas être seul, c’est pourvoir être aidé lors de difficultés, c’est se trouver renforcé quand il faut faire front à l’adversité ou à la contestation. L’alliance est un fait relationnel de premier ordre. Il n’y a guère de survie possible sans cela. Un producteur de légumes peut se trouver fragilisé s’il est seul, alors qu’il est plus solide s’il se lie à d’autres et forme un groupement. Il en va de même pour toutes les associations.

Les types et sujets d’alliances sont nombreux: un syndicat ou un parti politique sont une forme d’alliance. Des montagnards à l’assaut d’un sommet sont tenu de marcher ensemble et de se soutenir. L’amitié est une alliance durable, comme l’amour. Dans ce dernier cas on parle explicitement d’alliance. Ce sont des liens plutôt unique et à long terme. Des pays font alliance pour unir leurs forces, leur espace commercial, pour défendre leurs valeurs. Là aussi les liens sont à long terme.

Certaines alliances sont à court terme: elles sont nouées dans un but précis, limité dans le temps et l’espace. En dehors des grandes alliances que sont le couple, les amis et les partenaires professionnels, il y a une multitudes de micro-alliances. C’est ce que j’appelle des alliances multiples: temporaires, changeantes, nombreuses, opportunes. Et parfois contradictoires.

Par exemple nous pouvons faire alliance temporairement avec deux personnes différentes pour défendre un projet ou un collègue. Mais il se peut que les deux personnes avec lesquelles nous faisons alliance se trouvent en conflit! Que faire si par exemple elles sont présentes avec nous dans la même pièce? Dans cette situation un enfant vivrait un conflit de loyauté et ne saurait qui choisir. L’adulte, lui, n’a pas à choisir entre les deux personnes. Il peut rester objectif. Les alliances temporaires n’obligent pas à accepter la globalité d’une autre personne. On ne «vote» pas pour une contre l’autre. Il n’y a donc pas à instaurer de loyauté globale, qui conduirait à adopter des comportements parasites (voir: "Les loyautés parasites").

Mais dans certains cas on peut nous demander notre soutien contre quelqu’un d’autre: témoignage lors d’une action en justice, défense dans une agression, soutien politique ou militaire à un pays ami. Cet aspect de l’alliance est fondamental. La neutralité n’est alors plus de mise.

Dans les alliances il y a deux points importants: d’une part, bien les choisir. Ne pas s’allier à n’importe quelle personne par besoin de rompre une solitude ou pour obtenir un avantage non réciproque. Une alliance suppose à la fois une liberté et une réciprocité. Sur ces bases elle peut être bénéfique et solide.

D’autre part toute alliance inclut un certain degré de loyauté. Loyauté dans le couple, dans l’amitié, dans le travail, dans les détails de la vie quotidienne, dans les relations internationales. Sans loyauté, et sans durée dans la loyauté, une alliance s’effondrera ou pourra même se retourner contre soi. Une alliance doit pouvoir être défendue contre des tentatives extérieures de déstabilisation. Par exemple, dans le couple, on ne doit pas laisser des personnes extérieures appuyer sur les failles toujours possibles ni laisser critiquer son ou sa partenaire en son absence.

Etablir une alliance, élément indispensable des relations humaines, demande donc: sens de la loyauté, fidélité, durabilité, égalité d’humeur, mais aussi liberté, indépendance d’esprit, et parfois esprit critique. Car si une alliance privilégie  le soutien, la critique constructive n’en est pas écartée.

Dans les alliances multiples, à plus court terme, ces valeurs sont tout autant nécessaires. Si l’on promet son appui à quelqu’un et qu’ensuite on fait faux bond c’est son propre crédit qui est diminué, ainsi que la confiance que l’on nous accorde. Les alliances multiples, les petites alliances que l’on fait avec diverses personnes pour des objectifs ponctuels, ou juste pour le plaisir de partager un moment agréable, demandent un vrai soin.

Il faut parfois prendre le temps de bien réfléchir avant de s’engager dans une alliance, même à court terme.

 

En vidéo, voici un exemple d'alliance étrange: une alliance par domination, comme en général en politique. Les gestes et sourires sont convenus, le ton est celui qui force l'adhésion (donc l'alliance) par la solennité, un discours manichéen qui déclenche le réflexe d'accord, le tout devant une salle déjà acquise avec probablement des comparses qui reprennent les mots clés en choeur. En faisant alliance uniquement avec un public acquis, Ségolène Royal n'a pas retourné le pays en sa faveur. Elle aurait dû combattre: elle est restée dans sa famille, c'est une des causes de son échec, et c'est probablement aussi la limite de ses capacités politiques. Les hommes politiques ont tous besoin de faire alliance avec les électeurs. Nicolas Sarkozy a dégradé l'alliance qu'il a su réaliser en 2007. Saura-t-il en recréer une en 2012? Ce sera très difficile.

Quel homme ou quelle femme politique semble capable de créer une alliance avec le pays en 2012, assez forte pour être élu-e?

 

16:24 Publié dans Psychologie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humain, alliance, solidarité, soutien, traité, loyauté, fidélité | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.