Jour de colère en Libye

Après la Tunisie et l’Egypte beaucoup se demandent: «A qui le tour»? La Libye bénéficiera-t-elle aussi d’un coup de torchon? Un groupe Facebook appelle à des manifestations dans le pays pour aujourd’hui 17 février. Il est difficile d’évaluer l’impact d’un tel appel dans un pays entièrement aux mains de la famille du dictateur. Cette première journée, appelée «Jour de colère», le dira.

LIBYE-AFFRONTEMENTS.jpgBenghazi pourrait être le fer de lance de la révolution libyenne. Une manifestation spontanée a eu lieu hier pour obtenir la libération d’un avocat. Une quarantaine de blessés ont été soignés à la suite de cette manifestation. Cette ville est privée de la manne pétrolière par décision du clan Kadhafi.

En 1996, 1200 prisonniers y ont été tués dans des circonstances jamais éclaircies à la prison d’Abou Salim. Le pouvoir a toujours tenté d’étouffé l’affaire. Beaucoup des prisonniers assassinés étaient des «disparus», soit très probablement des prisonniers politiques. La région de Benghazi est peuplée de nombreux membres de tribus qui ne pardonnent pas les exactions du clan Kadhafi.

Il est intéressant de comparer les exactions de soldats américains à la prison d’Abou Grahib en Irak, qui ont fait l’objet d’un scandale mondial, et cette tuerie massive dont peu de monde s’offusque. Les morts causés par une dictature arabe doivent avoir peu de valeur pour que l’on s’en accommode. Ou est-ce le pétrole libyen qui rend le monde silencieux? Est-ce le mot «socialiste» utilisé pour définir la république libyenne qui met la gauche occidentale à genoux devant le dictateur?

Le système politique libyen est verrouillé par Kadhafi, qui dispose d’un veto total sur toutes les décisions gouvernementales. Ce que le potentat Kadhafi veut, le pays le veut. Dans cette situation, l’entendre faire la leçon à l’occident est juste comique.
libye-369.jpg
Des manifestations peuvent-elles prendre l’ampleur que l’on a vue en Tunisie et en Egypte? Sa garde prétorienne, bien armée et entraînée alors que l’armée a été mise à l’écart, fera-t-elle régner la terreur? Il est difficile de se prononcer sur un autre pays sans y vivre. Vu d’Europe nous ne pouvons que constater que la liberté de presse et la liberté politique n’existent pas. Comme dans les pays voisins la mainmise d’une famille ou d'un clan sur l’Etat sont étouffants. Ici, en plus, il y a un culte de la personnalité faite au profit d’un dirigeant dont on ne sait s’il se fout du monde ou s’il souffre de troubles mentaux quand il parle de démocratie ou d’islamisation de l’Europe.

Les européens n’aiment pas Kadhafi. Mais les gouvernements se saoulent de pétrole, et nous avec. Et l’odeur du pétrole fait passer la nausée provoquée par le despote.

Face aux parodies démocratiques que sont les régimes d’inspiration socialiste des pays arabes, la contestation naissante en Libye est un pas de plus vers la fin des potentats. Les démocraties occidentales, issues des grandes révolutions du 19e siècles, font des petits. A suivre attentivement.


Catégories : Politique 2 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • @ Hommelibre:

    « Ici, en plus, il y a un culte de la personnalité faite au profit d’un dirigeant dont on ne sait s’il se fout du monde ou s’il souffre de troubles mentaux »

    Mais les deux, mon cher Watson..!! ;o)


    Kadhafi est un peu le Berlusconi du Maghreb; culte de sa personne, fonctionnement clanique de type mafieux... et en plus ils sont copains comme cochons..!


    Concernant les supporters du Libyen, se disant de gauche (sic!), ils ont oublié depuis longtemps les principes de justice sociale, de rejet de toute forme de corruption et de répartition démocratique des pouvoirs...

    Ils sont devenus aussi cyniques que les gouvernements occidentaux (toutes tendances politiques confondues) qui soutiennent les monarchies et les dictatures en place à travers le monde arabe.

    Pour preuve les États-Unis qui depuis 1945, protègent et financent le royaume wahhabite d'Arabie Saoudite, le premier état moderne créé au nom de l'Islam, avec comme seule constitution le Coran, et appliquant la charia... bien avant l'Iran de Khomeini.


    Pour plus d'infos, l'excellent documentaire de Ben Salama, intitulé « Au nom de l'Islam », (re)diffusé le 13 février dernier sur la TSR. (Deuxième partie ce dimanche 20 février à 21h00 sur TSR2)

    http://www.tsr.ch/video/docs/histoire-vivante/2956273-au-nom-de-l-islam-le-ressentiment-1-2.html#id=2956273



    Bonne soirée.


    =:oB

  • Le peuple Arabe tire enfin la sonnette d'alarme après tant de temps. Toutes ces contestations sociales et politiques réprimée par ces régimes autoritaires ne peuvent, de mon point de vue, aboutir sans un bain de sang. Ce qui se passe actuellement dans les pays arabes et inévitables.

Les commentaires sont fermés.