La Tunisie, avant-garde d’un bouleversement plus vaste?

Serait-il venu le temps des révolutions démocratiques?

Ici en Europe nombreux sont ceux qui applaudissent à la révolution tunisienne. Avoir chassé un pouvoir autoritaire, sans violence majeure sauf celle exercée par la police du prince déchu contre la population, c’est plutôt rare.

tunisie1.jpgQu’attendre maintenant de cette révolution? D’abord le fait que les tunisiens décident eux-même de leur avenir. Dans les démocraties européennes où le multipartisme et le droit de vote sont ancrés dans les coutumes politiques, cette autodétermination est symbole de liberté. On sait que notre forme de démocratie n’est pas parfaite, mais elle est de loin un moindre mal face à d’autres systèmes.

Sans vouloir penser à la place des tunisiens, on peut exprimer des espoirs pour l’avenir de ce pays. Ce sont les mêmes espoirs que ceux qui ont animés nos pères quand ils se sont défaits des jougs successifs que l’Europe a connus.

D’abord l’espoir que le désir et le goût de la liberté prévaudra sur les idéologies et sur les intégrismes, qui sont les deux grands pièges politiques de notre époque. La liberté, ce n’est pas le pouvoir aux main d’un seul homme ou d’un tout petit groupe, ni d’une religion. Le pouvoir politique doit être ouvert à tous et toutes. Ce qui suppose le droit de créer des courants ou partis aux aspirations multiples.

La presse doit être libre afin de refléter l’ensemble du pays et de pouvoir critiquer les dirigeants si nécessaire. Le droit de critiquer est un indice majeur de la liberté.
tunisie2.jpg
L’espoir aussi que la Tunisie puisse développer ses richesses propres, culturelles et économiques. Permettre un jour à ses citoyens d’avoir du travail et une indépendance économique, donner à ses jeunes l’envie de rester à la maison, au pays, pour y faire leur vie et avoir un avenir.

L’immigration, plutôt mal vécue actuellement tant par les immigrés que par les pays qui les reçoivent, ne serait plus une pression mais un choix. Le libre échange serait la règle. Des Européens vivraient en Tunisie et des Tunisiens en Europe parce que ce serait un échange entre pays et non une immigration dans un seul sens comme maintenant. Les pays et leurs citoyens seraient à égalité.

Pour cela la Tunisie doit développer son économie, attirer des investisseurs. Une économie entre les mains de l’Etat n’a jamais été très prospère. La Tunisie, puis les autres pays qui aiment la liberté au Maghreb et ailleurs, doivent devenir attractifs économiquement et culturellement.

tunisie-m.jpgCe qui se passe en Tunisie pourrait avoir des répercussions plus vastes. Le mouvement social qui aboutit à la fuite honteuse de Ben Ali montre que les dictatures ne sont pas une fatalité pour les pays arabes, comme elles ne le sont pas pour les pays européens. Cela montre aussi que l’aspiration à la liberté est universelle et qu’elle ne saurait être représentée par un groupe idéologiquement marqué ou intégriste. La liberté est l’affaire de tous.

L’Europe et le Maghreb peuvent se retrouver ensemble, unis et égaux, dans cette grande quête de la liberté. De plus la démocratie dans ces pays qui ont été longtemps sous le joug de systèmes et de dirigeants autoritaires est d’une importance capitale pour la paix dans le monde.

Le développement de l’économie la et la démocratie seront des moyens de lutter contre la pauvreté et des réponse à l’aspiration de liberté à laquelle la plupart des européens sont très sensibles, comme le sont les tunisiens dans ce qu’ils expriment depuis un mois.

Quel bel élan que celui qu’a montré la population tunisienne! Quel bel exemple pour les autres pays arabes et pour le monde. Certains disent pourtant que des groupes intégristes pourraient être derrières le mouvement social qui vient de se dérouler. Je n’en sais rien, je n’ai rien vu dans ce sens. Les semaines à venir montreront ce qu’il en est. Espérons que le besoin de liberté sera plus grand que la soumission à une nouvelle dictature.

Ah, que ce serait beau que soit venu le temps des révolutions démocratiques!

Catégories : Politique 16 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Certains tunisiens vont rentrer chez eux ... enfin !
    Après tant d'années d'exile, imaginez vous cher John ... le retour à la maison !
    Ils doivent être heureux les tunisiens, bravo !

    Maintenant ... à qui le tour ?

  • Attendons de voir comment la situation va évoluer, ce n'est pas encore gagné. Bravo aux Tunisiens qui ont eu le courage et la force de crier le ras-le-bol de cette dictature. Espérons que l'église sera séparée de l'Etat et que le peuple puisse vivre en totale liberté. Espérons que les femmes puissent vivre librement comme chez nous. Cela est-il possible aujourd'hui? ou est-ce encore trop tôt? Mes sincères condoléances à toutes familles des victimes.

  • Bravo les tunisiens, mais la partie n'est pas encore gagnée.
    On parle de nouvelle démocratie, vent de liberté. Et si tout cela n'était que poudre aux yeux? Car le régime est toujours en place, des élections auront lieu, mais quand et surtout avec qui? Les ministres qui ont soutenu Ben Ali? Et accepterions nous qu'un parti dit islamiste soit élu démocratiquement?
    Et si démocratie il y a, de quel façon sera vue l'europe la-bas? Nos gouvernement ont toujours soutenu Ben Ali et condamné du bout des lèvres la dictature.
    Ne soyons pas trop euphorique, rien n'est gagné.

  • ATTENTION, ce n'est pas une révolution, le tour n'est pas terminé!

    Le peuple a réagit positivement à un acte SYMBOLIQUE d'un jeune DIPLÔME qui vendait des légumes dans la rue, afin de gagner un peu d'argent pour VIVRE. La flicaille aux ordres du gouvernement, donc du Chef de l'Etat, n'ont pas fait autre chose, que l'on peut appeller maintenant, une "ERREUR HISTORIQUE" et SYMBOLIQUE!

    Ce fait FAIT partie de l'HISTOIRE du Peuple Tunisien.

    DEUX dangers menacent la Tunisie, le premier est que les "lèches bottes" qui profitent de la coruption et les amis de Ben ALI sont TOUJOURS LA!

    Le deuxième, ce sont les ISLAMISTES, à l'affût dont le "chef de guerre" rentre à la maison!

    Les partis LAÏQUES et DEMOCRATIQUES ont tout intérêt à s'organiser très, très rapidement en laissant de côté leurs intérêts partisans et se mettre au service de l'INTERET DU PEUPLE!

    La boucle n'est pas bouclée, pour une EVOLUTION saine de ce GRAND PAYS.

    Bon courage et bien à vous...

  • @ Victor DUMITRESCU:

    « Certains tunisiens vont rentrer chez eux ... enfin ! (...) »


    Votre humanisme, pur et désintéressé, fait chaud au cœur...!!!


    Personnellement, je rêve du jour où des ailes pousseront sur le dos des (vieux) cons xénophobes, et qu'ils pourront alors enfin prendre un peu de hauteur...!!!

    Je me ferais une joie de venir vous apporter des bonbons avant votre grand voyage...



    =:oB

  • Victor, je ne comprends votre réaction, qui vous a blessé? Pourquoi parlez-vous de xénophobie alors que tout le monde se félicite de la force et du courage qu'a eu le peuple tunisien pour se libérer enfin de cette dictature, la seule chose qui nous préoccupe aujourd'hui ce sont les intégristes et ce n'est pas ce que désirent mes amis tunisiens, encore moins mes copines.

  • @ avis de brian

    Il suffit de lire la totalité de mon commentaire pour vous rendre compte que vous êtes ridicule avec le vôtre de commentaire !

  • Les jeunes tunisienes et tunisiens en France et ailleurs, il faut constater l'émancipation, et leur sens de la démocratie. Cela est dû à nos modèles de démocratie et de liberté, préservons les!

    Ils doivent se méfier des croyances islamique on ne le répètera jamais assez.

  • @père noel
    "Ils doivent se méfier des croyances islamique on ne le répètera jamais assez."
    Parce que Ben ali était un dictateur islamiste? Et quand vous parlez nos modèle de démocratie et liberté, ce sont les même qui ont soutenus Ben ALi.

  • @ un belge

    Ben Ali est du parti de la mafia...

    Non je ne parlait pas de lui mais de l'islam qui génère la charia. Je suis d'accord avec vous que nos dirigeants et d'autres l'ont soutenu. Ce n'est pas du fait de notre démocratie, basée sur les libertés individuelles, qui est cause de soutient et collaboration avec des énergumènes de ce genre!

    Mais fallait-il boycotter la Tunisie donc son peuple à cause d'une poignée d'ordure? Le boycott est une idiotie politique condamnée par la cour Européenne c'est l'arme des médiocres en tout, et cela n'a pour ainsi dire aucun effet.

    Je reviens sur le sujet, deux dangers sont à éviter pour ce pays qui est en pleine remise en cause, ce sont d'abord les mafieux et collabos, avec le lot de lèches bottes qui sont restés...Ensuite les islamistes et leur volonté d'appliquer la charia qui est, elle, condamnable dans tous les tribunaux, mais en bernant les musulmans,qui ni voient qu'une croyance gentille. Sachez qu'ils peuvent prendre le pouvoirs sournoisement, en se faisant passer pour les meilleurs défenseurs du peuple!

    Un musulman croyant, n'est pas dangereux, c'est l'application du texte religieux et sa charia.

    http://www.youtube.com/watch?v=9Lw426sUxRY

    Conférentier et juriste qualifié qui nous explique la réalité de la charia, que beaucoup de musulmans ne savent pas plus, que la majorité des occidentaux.

  • @ Victor DUMITRESCU:

    « Il suffit de lire la totalité de mon commentaire pour vous rendre compte que vous êtes ridicule avec le vôtre de commentaire ! »


    Peut-être. C'est 50/50...

    Néanmoins, lorsque l'on constate avec quelle régularité vous crachez sur les immigrés et les étrangers dans vos commentaires ou sur votre blog, il est permis d'être sceptique face à votre soudaine empathie pour les réfugiers tunisiens de Suisse...


    =:oB

  • Toujours fidèle à lui même L'avis.... notre soupe au lait!

  • Il existe des "petits" Ben Ali partout en Europe et ailleurs! Ce sont les profiteurs de systèmes ou les lois permettent à certains de créer de l'infalation, et de s'enrichir toujours plus! Ils en existe dans toutes les catégories professionnelles en passant des industriels, aux artisans, commerçants, aux grands propriétaires terriens privés etc...Le salarié, ils s'en fouttent complètement, c'est d'ailleurs ces gens là qui hurlent le plus fort dans certaines réunions politiques de partis!

    Je l'avais déjà indiqué dans des commentaires il y a quelques mois et semaines.

    L'économie est vaste et complexe, mais il faut se poser la question sur l'avenir du salariat de masse.(déjà posée il y a plus de dix ans!) Une autre question sur les investissements de très long termes. (plusieurs générations)

    Si l'économie de la Tunisie repose sur des investissements Européens, en vue de sacrifier des familles Européennes entières, afin de trouver la main d'oeuvre bas prix -pour ensuite délocaliser dans d'autres pays, c'est se tromper gravement.

    OUI, il y aurait paraît-il, des gens HEUREUX à cent euros/ mois, si cela continue, nous devrons faire la même chose que les Tunisiens, VIRER ces cloportes et colporteurs de misères: "les Politiciens à la solde de ces entreprises!"

    D'un monde rural et monarchique-religieux, nous sommes entrés dans l'ère industrielle pour ensuite basculer dans le monde de la consommation. Pour répondre aux besoins des entreprises, il a fallu inventer les écoles afin d'avoir des bons salariés, cadres et nons cadres, et avec, les écoles d'administrations pour gérer le système.

    Ce monde là est révolu depuis des années déjà, mais nos systèmes d'éducations eux, n'ont pas beaucoup changé! Nos poliyiciens guère plus, ils viennent de ces mêmes écoles avec leurs modèles.L'asie copie, mais invente également. Mais c'est cette partie du monde avec d'autres pays émmergeants qui portent l'économie MONDIALE à bout de bras. C'est d'ailleurs la chine, et d'autres qui permmettent au dollar d'être encore pour quelque temps, la principale monnaie de singe de paiement.(planche à billets)

    Nous avons des grands chercheurs et scientifiques qui, au travers de leurs inventions ont donné aux politiques les informations nécessaires il y a déjà quelques années, (science et vie, science et avenir, entres autres) afin que nos investissements soient dirigés vers plus d'indépendance énergétique avec le remplacement des énergies fossiles par d'autres formes d'énergies, solaire, éolien, hydrogène, hydraulien etc...

    Tout naturellement avec les organisations nouvelles notamment déchets, ampoules électriques moins consommantes, voitures plus légères et hybrides, transports en commun mieux organisés et électriques bref, milles choses à repenser.

    On a vu comment les lobbies comme les pétroliers et constructeurs de voitures ont freiné cet élan qui commence à dater.... des années 1995! Général-Motors avait inventé un véhicule électrique fiable sorti à plus de 1500 exemplaires. Ils ont dû, par la pression du gouvernement Américain et des pétroliers, mettre tout à la poubelle! (documentaire canal Sat sur le sujet)

    L'avenir, c'était hier en modifiant les éducations des savoirs et des connaissances, nous sommes en grand retard par rapport aux énergies fossiles dont ont cerne la fin avant trente ans, afin subvenir aux besoins des neufs milliards d'êtres humains qui peupleront cette vieille planète qui n'en peut plus de nous supporter.

    Investir sur plusieurs générations afin de ne pas leurs laisser que des dettes et le bordel que l'inflation des prix va occasionner.

    Etre salarié pour une, voir deux entreprises et avoir une activité indépendante à côté. Si vous n'êtes pas convaincus, vous ferez des aller et retour entre chômage et petit salaire de misère à la chinoise! La remise en cause des cadres et salariés a déjà commencé depuis les années 1990 elle n'ira qu'en s'amplifiant. Que fait-on des salariés cadres ou non cadres lorsque les fonds publiques seront divisés par deux voir plus ? Les nouvelles technologies en informatique vont encore créer une révolution d'ici deux ans avec les ordinateurs 1000 fois plus performants, il est temps de se former et de former les futurs entrepreneurs....avec le mental entrepreneur et non salarié qui ..Attend que l'ETAT ou un employeur le ou la prenne parce qu'elle a ou il a un beau et bon CV...Le jeune Tunisien d'aujourd'hui est dans le même comportement que le salarié Européen, Suisse, Américain etc...

    Le monde ne s'est jamais arrêté d'entreprendre, un cultivateur était déjà un entrepreneur, le serf était déjà l'esclave du seigneur dieu et prince.

    Souvenez-vous: "Si vous ne faites pas ce que je vous dis, je vous enverrez en enfer"

    Ne soyez pas l'esclave de vous-même, et des modèles de représentation qui sont faux depuis des années.

  • "VIRER ces cloportes et colporteurs de misères: "les Politiciens à la solde de ces entreprises!"

    Aux Suisses vous demandez de se révolter pour les virer? Cela est du domaine du rêve. On dit amen à tout et les crédules votent pour la gauche multipliée par plusieurs parties. Quand on fait croire au peuple qu'il doit passer à la caisse par "solidarité".... mot "magique" pour nous duper!

    "Ils ont dû, par la pression du gouvernement Américain et des pétroliers, mettre tout à la poubelle! (documentaire canal Sat sur le sujet)"

    Pas seulement! La France aussi freine. J'en veux pour preuve un reportage que j'ai vu d'un inventeur qui fournissait ses clients en "essence" fabriquée à partir du tournesol. Pour palier au pétrole. Il a déclaré l'avoir soumis à qui de droit, mais qu'on lui a répondu que cela reviendrait cher et qu'il y aurait une pénurie la surface nécessaire étant insuffisante..... On nous a montré tout le processus de fabrication. C'était génial. Mais quelle désillusion pour ce génial inventeur. J'aimerais savoir s'il continue a production ou si on le lui a interdit?

    "Si vous ne faites pas ce que je vous dis, je vous enverrez en enfer"

    Quèsaco ? "S........ je vous enverrai ... :) paroles de prophète ?

  • "La Tunisie n'est pas une dictature..."

    La phrase figure en sous-titre d'un télégramme diplomatique de l'ambassade des Etats-Unis, daté du 14 août 2007, obtenu par WikiLeaks et révélé par Le Monde. Les mots sont ceux de Serge Degallaix, ambassadeur de France en Tunisie de juillet 2005 à septembre 2009.

    Le 10 et le 11 juillet, Nicolas Sarkozy, élu président de la République en mai, est à Tunis. Il rencontre le président Zine El-Abidine Ben Ali et parle de la Tunisie "en cheminement vers la démocratie". Un mois plus tard, l'ambassadeur des Etats-Unis, Robert F. Godec, invite son collègue français à déjeuner pour commenter cette visite. Le télégramme diplomatique est un compte rendu de leur rencontre.

    Le séjour de M. Sarkozy a été "excellent", confirme M. Degallaix avant d'ajouter qu'"un changement de la politique française en Tunisie est peu probable, mais que des ajustements sont possibles à cause de l'énergie du président et de son pragmatisme".

    Puis les deux hommes abordent l'annonce de la grâce présidentielle accordée à un avocat, Mohammed Abbou, condamné à trois ans et demi de prison pour "publication d'écrits de nature à troubler l'ordre public (...) et diffusion de fausses nouvelles". Me Abbou avait eu le tort de publier un article sur Internet dans lequel il comparait la pratique de la torture en Tunisie aux sévices imposés par les Américains en Irak.

    La France est satisfaite de la grâce dont bénéficie l'avocat même si, "insiste" M. Degallaix, "Abbou n'est pas un ami de l'Ouest". Pour porter ce jugement, l'ambassadeur français se base sur des écrits dans lesquels l'avocat tunisien se serait réjoui de voir des djihadistes partir pour l'Irak. "Abbou (qui a des contacts avec les Américains) a nié avoir jamais tenu de tels propos", nuance le compte rendu de l'entretien.

    Lorsqu'il évoque le régime politique, le diplomate français est indulgent. "La Tunisie n'est pas une dictature et ses leaders sont vraiment à l'écoute du peuple. (Le gouvernement) fait des progrès sur les droits de l'homme et la liberté, même s'ils sont lents.""Il pourrait mieux faire", convient M. Degallaix.

    L'ambassadeur français est conscient que la Tunisie est touchée par la corruption mais "moins que dans d'autres pays". "Il ne croit pas que Ben Ali soit conscient de l'ampleur du problème ", dit le mémorandum.

    Contacté par Le Monde, M. Degallaix a précisé que son jugement sur la nature du régime faisait référence à la liberté de mouvement à l'intérieur du pays et à celle dont bénéficiaient les Tunisiens pour s'habiller.
    Jean-Pierre Tuquoi Article paru dans l'édition du 19.01.11

  • Et puis quoi encre?

    30/11/2010 | Mise à jour : 15:08
    Wikileaks serait soutenu par un islamiste tunisien, selon un journal Suisse


    La plupart des titres de la presse mondiale ont condamné la divulgation des télégrammes diplomatiques du Département d'Etat américain par Wikileaks,

    un support spécialisé dans la mise en ligne de documents ultra-confidentiels normalement destinés à le rester.

    Tout le monde se demande qui est celui qui se cache derrière le site Wikileaks. C'est ainsi que Julien Assange, fondateur et Porte parole de Wikileaks, s'est trouvé, depuis un certain temps, sous les feux des médias.

    Divorcé et père d'un enfant, ce mystérieux justicier du Net vit comme un nomade entre plusieurs pays. Fils de managers d'une troupe de théâtre, Julien Assange a fait trente-sept écoles et six universités.

    Seulement voilà, en dehors de ces quelques informations futiles, personne n'a encore réussi à cerner la vraie personnalité de Julian Assange et encore moins le fonctionnement de WikiLeaks et de son financement.

    A ces questions, le quotidien Suisse Le Temps a tenté de trouver des réponses. Ainsi, l'invitation du patron de wikileaks à Genève en début novembre 2010, était qualifiée de " mystérieuse" selon le journal.

    En effet, le Temps se demande si le fondateur du site WikiLeaks serait soutenu par des mouvements islamistes !
    Et pour cause, Julien Assange a été invité par l’ONG Institut international pour la paix, la justice et les droits de l’homme (IIPJDH), inscrite au Registre du commerce genevois.

    L’association en question est dirigée par M. Ridha Ajmi, un avocat d’origine tunisienne naturalisé suisse voici quelques années. Or, avant de demander l’asile en Suisse, l’avocat «était un ancien membre du Mouvement de la renaissance (Ennahda), un parti islamiste. Ce parti est très proche des Frères musulmans », ajoute le journal Suisse.


    Espace Manager
    source: le journal Suisse LeTemps
    A lire aussi:

    * Les rapports de Wikileaks touchent aussi la Tunisie
    * Wikileaks Tunisie: déclaration officielle du gouvernement tunisien
    * Wikileaks Tunisie: « ces fuites n'auront pas de conséquences sur les relations entre les deux pays »

Les commentaires sont fermés.