12 janvier 2011

Eric Zemmour a dit la vérité

Eric Zemmour risque fort d’être condamné à l’issue de son procès qui se déroule actuellement à Paris. Pas à cause du contenu de ses propos puisqu’il a dit la vérité. Mais pour avoir osé parler d’un sujet devenu tabou dans la France moderne.


Zemm1.jpgZemmour a dit la vérité

Avoir dit que « Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes… C'est un fait. » lui vaut d’être voué au gémonies. Pourtant il a dit la vérité. Une vérité confirmée par l’ancien ministre de l’Intérieur socialiste Jean-Pierre Chevènement (voir images 1 et 2, cliquer pour agrandir).

Quel est donc le problème? Le problème est qu’en France la libre parole est une denrée qui devient rare. La loi, les associations pour ceci ou contre cela, les réflexes grégaires, les partis politiques, la peur du qu’en dira-t-on, le suivisme, le manque de courage personnel et politique, les clivages, contraignent la pensée et la libre expression. On dirait presque que pour certains citoyens de l’hexagone, penser c’est répéter ce qui est déjà admis.

Cela n’a pas à voir avec une appartenance nationale mais avec les lois et l’état d’esprit que les maîtres-penseurs font régner. Au point où dire la vérité est devenu une pratique à risque, qui au mieux vaut le déni, au pire le tribunal. Le soviétisme de l’Etat et le terrorisme intellectuel d’une certaine intelligentsia sont connus de longue date. On se souvient du nuage de Tchernobyl qui avait contourné la frontière française. L’Europe avait bien rigolé ce jour-là!
Zemm2.jpg
Aujourd’hui, au prétexte d’éviter toute tentation de racisme, parler d’une origine nationale ou ethnique est devenu non seulement un tabou mais criminel. Je note cependant que cela ne concerne que les personnes originaires du maghreb ou d’Afrique noire, puisque l’on peut continuer à parler de la mafia slave sans s’attirer les foudres de SOS Racisme. Ce qui est de toute évidence une discrimination ethnique. L’égalité de traitement voudrait que l’on parle des dealers africains autant que des proxénètes d’Europe de l’est. Mais non. Les africains et maghrébins n’ont pas d’existence, pas d’origine, pas de racine. Ils sont transparents. Inexistant. Morts culturellement. La loi les a privés d’identité. Ils sont déjà morts. Les slaves (ethnie d’Europe de l’est) existent, eux, et l’on peut parler de leurs voyous qui viennent dépenser l’argent de la corruption, du racket et du crime organisé dans les palaces de la côte d’Azur. Mais parler du crime organisé des dealers africains, niet! Police, tribunal, prison.

Comment va-t-on arriver à le condamner?

L’ennui est que le fait cité par Eric Zemmour est validé, confirmé par un ancien ministre de l’Intérieur, qui a consulté les fichiers de la délinquance. Comment va-t-on faire pour condamner Zemmour? Uniquement en lui refusant de citer une origine ethnique? Trop tard, même M. Chevènement y fait référence. Le site Rue89 aussi, dans un billet fort intéressant.

Depuis que Zemmour a mis les pieds dans le plat de la délinquance et de son origine presque tout le monde en parle ouvertement. Alors on va le charger. On va lui faire dire ce qu’il n’a pas dit, histoire d’influencer les juges, et surtout de soumettre le journaliste à la vindicte populaire. Ainsi cette petite phrase: ««En gros, il considère que les noirs et les arabes devraient être suspectés en tant que tels», a dit l'avocat de l'association SOS Racisme, Patrick Klugman.» Non, Eric Zemmour n’a jamais dit cela. Que l’on soit pour ou contre Zemmour, un peu d’honnêteté, que diable! Il a constaté et relayé le fait, mais il n’a pas dit que les noirs et les arabes «devraient être suspectés». Mandaté par SOS Racisme, cet avocat donne l’exacte image de cette organisation: une secte idéologique ouvertement malhonnête et partiale, et noyautée par une gauche sans plus aucun intérêt pour la vérité ni la justice. Un mouvement qui n’a pas levé le petit doigt pour faire traduire en justice Houria Bouteldja à la suite de ses très violents propos anti-blancs l’an dernier. (Voir ici). Une association totalement décrédibilisée.

zemmour.jpgLe biais sociologique

Je citais plus haut Rue89, qui va plus loin que le simple constat de Zemmour. L’article cite des sociologues qui montrent que la précarité sociale et la pauvreté qui touchent en premier les enfants d’immigrés dans les cités sont des facteurs criminogènes. Bien sûr! La pauvreté était déjà cause de criminalité au Moyen-Âge. Mais il faut aussi parler des origines ethniques. Car en taisant ces origines, on cache le problème et on ne lui cherche aucune solution. Le déni n’a jamais été un moyen de résoudre les problèmes. C’est l’inconvénient de l’esprit soviétique: on fait dire à la réalité ce qui nous arrange plutôt que de la regarder objectivement. On s’économise ainsi la remise en question de l’idéal anti-raciste dans son application actuelle, qui n’est qu’un prétexte à une mondialisation culturelle débridée et indifférenciée. Une sorte de nivellement culturel total.

Rue89 cite aussi une autre étude sociologique réalisée à Grenoble, selon laquelle un enfant d’immigré sur 5 devient délinquant - soit proportionnellement plus que les enfants des français de souche - et cela même dans les milieux aisés. Ce qui contredit l’étude précédente: la pauvreté n’est pas le facteur le plus déterminant de la délinquance des enfants d’immigrés. On parle alors de sentiment d’exclusion. C’est possible. Mais je me demande pourquoi on ne mentionne pas les manques éducatifs et la démission de certains parents, ou l’absence du père dans trop de familles. On ne dit pas non plus pourquoi toutes les familles ne sont pas touchées mais seulement une sur cinq. Les 80% autres ne se sentiraient pas exclues? Les enfants y seraient mieux éduqués? Pourquoi donc les sociologues évacuent-ils systématiquement les valeurs morales ou familiales de type "responsabilisation" pour ne privilégier que des critères extérieurs de type "victimisation"? Est-ce un biais normal, admis de la sociologie, ou est-ce un parti-pris politique?

Je crois que l’on n’en a pas fini avec la question. Il serait bon qu’une prochaine étude se penche sur les enfants d’immigrés qui ne sont pas délinquants: pourquoi y en a-t-il? Quelles sont leurs valeurs, leur intégration, comment sont leurs familles? Bref, que l’on cesse de faire l’autruche. Et que l’on cesse d’être à la limite de la justification en parlant de la pauvreté à une époque où il existe diverses aides sociales (contrairement au Moyen-Âge).

A quand une mise en avant des enfants d’immigrés non-délinquants?

On pourrait faire de même avec les enfants issus de familles de souche et non-délinquants: pourquoi ne le sont-ils pas?

Commentaires

Un billet fort, hommelibre !

Écrit par : Ben Palmer | 12 janvier 2011

"Pourtant il a dit la vérité. Une vérité confirmée par l’ancien ministre de l’Intérieur socialiste Jean-Pierre Chevènement "

Jean-Pierre Chevènement va-t-il être condamné aussi? La liste pourrait s'allonger.

Ceux qui ont porté plainte contre Zemmour l'ont-ils fait contre l'algérienne Houria Boutelja qui a tenu les mêmes propos racistes et vomissants sur Fr3, qui n'ont pas fait broncher le présentateur, que dans l'entretien avec Christelle Hamel et Christine Delphy, en juin 2005, ci-dessous ?

Christelle Hamel :
"Venons-en au mouvement des indigènes de la République, tu disais qu’il est pour toi une dernière chance offerte aux français, que veux-tu dire par là ? "

Houria Boutelja :
"Un Blanc gentil, on n’y croit plus ! Oui on en est là. Parce qu’on a tout fait … On a tout exploré. On est parties de chez nous. On vous a aimé e s. On a voulu faire comme vous : les filles en mini-jupe, les mecs en costard-cravate, les cheveux décolorés … on a parlé le français mieux que vous, on a mangé du porc, on est sortis avec des français, des française, on a insulté nos parents, on a rampé… On a été violents, on s’est battus…On vous a tant aimé-e-s ! Et on s’est trouvés devant un mur d’ARROGANCE…Donc après çà, on se dit qu’il n’y a rien à faire. Alors l’appel des Indigènes dit : « Merde. » Il propose de partir sur des bases saines. C’est là que c’est un cadeau qu’on vous fait. Prenez-le : le discours ne vous plait pas…mais prenez-le quand même ! Ce n’est pas grave, il faut que vous le preniez tel quel ! Ne discutez pas ! Là, on ne cherche plus à vous plaire ; vous le prenez tel quel et on se bat ensemble, sur nos bases à nous ; et si vous ne le prenez pas, demain, la société toute entière devra assumer pleinement le racisme anti-Blanc. Et ce sera toi, ce seront tes enfants qui subiront çà. Celui qui n’aura rien à se reprocher devra quand même assumer toute son histoire depuis 1830. N’importe quel Blanc, le plus antiraciste des antiracistes, le moins paternaliste des paternalistes, le plus sympa des sympas, devra subir comme les autres. Parce que, lorsqu’il n’y a plus de politique, il n’y a plus de détail, il n’y a plus que la haine. Et qui paiera pour tous ? Ce sera n’importe lequel, n’importe laquelle d’entre vous. C’est pour cela que c’est grave et que c’est dangereux ; si vous voulez sauver vos peaux, c’est maintenant. Les Indigènes de la République, c’est un projet pour vous ; cette société que vous aimez tant, sauvez-là… maintenant ! Bientôt il sera trop tard : les Blancs ne pourront plus entrer dans un quartier comme c’est déjà le cas des organisations de gauche. Ils devront faire leurs preuves et seront toujours suspects de paternalisme. Aujourd’hui, il y a encore des gens comme nous qui vous parlons encore. Mais demain, il n’est pas dit que la génération qui suit acceptera la présence des Blancs. »

C'est du racisme à l'état pur, un appel au djihad, bien plus grave que l'affirmation de Zemmour qui, elle, est visible et réelle; reportage sur les chaînes françaises, où ces malfrats contrôlent les habitants d'immeubles d'un quartier entier à Grenoble, si mes souvenirs sont bons, se disant maîtres des lieux et chez eux?!!! Suivi d'interview du Maire entre autres...

Zemmour devrait demander que l'on passe ce reportage au Tribunal!

Écrit par : Patoucha | 12 janvier 2011

Le problème n'est pas l'apanage de Eric Zemmour: il est devenu très difficile, aujourd'hui, de s'inscrire par la parole contre le courant dominant. On peut toujours le faire, certes, mais au risque de voir se dresser tout un appareil judiciaire au service de la censure. Regardez, dans une autre direction, les ennuis auxquels est confrontés un Dieudonné. Ou la manière dont un Alain Soral est exclus du débat. De même toute la nouvelle droite, avec à sa tête Alain de Benoist, dont la revue "Eléments" est peut-être l'un des derniers lieux de réflexion, même s'il ne faut pas être dupe de son discours (et de ses inclinaisons).
Maintenant, sur la situation sociale comme déterminant à l'égard des actes de délinquances. Il est tout à fait probable que l'exclusion sociale favorise la délinquance. Que les individus issus de l'émigration soient les premières victimes de cette exclusion n'a aussi rien d'étonnant. Dès lors, il est plus que logique qu'ils figurent en bonne place dans les statistiques policières. Toutefois, il est bon de préciser une chose: on a vu avec la crise récente que la délinquance en col blanc était considérable. Les banquiers ne sont pourtant issus ni des banlieues, ni de l'émigration. Dans tous les cas, leurs méfaits - même s'ils mettent des pays et des familles sur la paille - ne débouchent (sauf exception) sur aucune interpellation, sur aucun procès, sur aucune incarcération.
De même, il serait intéressant de calculer, sur un nombre de politiciens donnés, combiens trainent des casseroles (affaires, abus de biens publics, détournement de fonds, même infractions au code de la route...)? Peut-être pourrait-on alors en déduire que la classe politique est gangrénée par la délinquance? Que la profession incite à la criminalité?
Là encore, il s'agit de contextualiser. La question est aussi de savoir si le média télé (comme d'ailleurs le média radio), permettent aujourd'hui cette "contextualisation". Si les rythmes qu'ils induisent favorisent l'analyse? Bref, on ne peut pas reprocher à Zemmour d'avoir balancer un constat partiel, même s'il joue ainsi avec le feu.

Écrit par : Zorg | 12 janvier 2011

Coucou HL,

Même si je n'aime pas du tout Zemmour (pas du tout, même) je suis avec curiosité l'affaire: car de toute évidence, il semble décrire la réalité. Comment peut-on donc le condamner?

Quant au reste, il serait intéressant de voir les statistiques d'autres pays et d'autres époques, afin de mieux cerner ce qui fait la délinquance.

Je crois que tu oublies un point aussi: si les blacks et les maghrébins sont plus contrôlés, normal qu'on en choppe plus...soit le raisonnement inverse de Zemmour....

Tu vas dans un champ: on te dis de ramasser les bleuets malades. Tu en trouves plein...même si de temps à autre tu trouves aussi du blé malade, si tu cherches les bleuets malades, tu en trouves forcément plus que le blé malade.

Il y a donc aussi une partie de ce phénomène en cause (aux Etats-Unis ils ont fini par s'en rendre compte)

La population la plus contrôlée est bien sûr celle où l'on trouve le plus de délinquants...

De plus, la délinquance moins visible, les fraudes aux impôts, les malversations, les infractions aux règles de la circulation, les arrangements dans les mairies, la pédophilie, toutes infractions et crimes aussi graves, voire plus, que le vol de portable ou de mobylette, sont moins activement recherchées.

A mon humble avis, le vol de mobylette est moins meurtrier que les excès de vitesse sur les routes. Pourtant on regarde beaucoup plus sévèrement la petite délinquance que la grande.

Ceux qui vendent 3 gr de cannabis sont considérés plus "racaille" que des usines pollueuses ou des entreprises pharmaceutiques peu regardantes mais en cols blancs...l'affaire du Médiator(avec lequel j'ai été traitée) et du sang contaminé, par exemple....

Pour la petite histoire, on accuse un maghrébin de polygamie dans un pays où le président avait 2 familles, et combien de maîtresses?.... Quelle hypocrisie!

Toi qui t'insurges contre le fait qu'on soupçonne d'office tous les hommes d'être des salauds parce que quelques uns le sont, il faut peut-être appliquer la même théorie avec les gens de couleurs....

Tout compte fait, je crois que Zemmour a bien tenu une théorie raciste...

Bonne journée!

Écrit par : arkencielle | 12 janvier 2011

et merci Zorg pour la mise au point, parue pendant que j'écrivais sur le même sujet, et que je viens de lire après avoir publié mon article.

Écrit par : arkencielle | 12 janvier 2011

@ zorg:

D'accord avec l'aspect partiel du constat. En effet on pourrait aussi étudier la délinquance dans de nombreux autres domaines, et là la socio serait un peu perdue si elle ne prend que des critères extérieurs comme base. Il y aura un moment où l'on se posera la même question vis-à-vis de toute délinquance: où sont les valeurs morales (sans être moraliste à tout crin), les valeurs de bases qui font qu'une société marche?

En l'occurrence, le débat qui est en cause tournait déjà sur la question de l'immigration dans certains quartiers, sa remarque était liée au débat. Mais on veut lui faire dire qu'il a généralisé, ce n'est pas le cas. Il n'a pas dit: ils sont arabes et noir DONC ils sont trafiquants, mais: "La plupart des trafiquants (dans ces quartiers, donc) sont noirs ou arabes."

Mais encore une fois la question plus générale est bien celle d'une parole plus ouverte, plus discutante, moins encerclée de menaces judiciaires ou autres.

Écrit par : hommelibre | 12 janvier 2011

Exactement HL, lorsqu'on refuse se s'interroger sur les causes des problèmes, on s'enlève toute possibilité de les résoudre.

Il faudrait, pour éviter toute confusion et élargir le débat, regarder comment les choses se passent dans des sociétés culturellement homogènes, et on tomberait certainement sur les mêmes problèmes d'absence d'éducation chez les mères, d'absence du père, d'abandon d'enfants qui grandissent dans la rue... Il faudrait s'intéresser davantage à la situation familiale qu'à la culture d'origine comme facteur criminogène.

Ce qui m'inquiète, dans cette violence judiciaire, n'est pas vraiment le sort de Zemmour, qui a les moyens de se défendre et qui ne souffrira pas dans sa carrière, mais la valeur de (mauvais) exemple que ce terrorisme intellectuel peut avoir sur des gens beaucoup plus fragiles, qui n'oseront plus faire certainement faire des remarques de peur de voir leur carrière ou leur réputation ruinées, mais qui ne manqueront pas de se venger dans l'isoloir...

Toute tentative de museler la liberté d'expression devrait être considérée comme un appel à la haine.

@Patoucha. Vous avez raison. Ces propos nauséabonds ont été plusieurs fois cités à la télévision. C'est encore une qui veut se faire remarquer et qui fait dans le sordide. La télévision est devenue un lieu propice à ce genre de dérapages propres de la télé-réalité et qui devraient être réservés aux poubelles du web avec les théories de la conspiration et autres joyeusetés. Ce devrait être aux spectateurs de demander une meilleure qualité dans les émissions qu'ils payent avec leurs redevances. Des débats où l'on discuterait au lieu de se couper la parole en braillant, par exemple.

Écrit par : Inma Abbet | 12 janvier 2011

@ arkenciel:

je ne perçois pas Zemmour comme un raciste. Il n'a pas généralisé son constat.

Par contre je trouve très intéressant ton commentaire par rapport aux bleuets. D'accord avec toi que quand on cherche on trouve plus que là où on ne cherche pas. D'accord aussi avec les comparaisons entre les vols de mobilette et d'autres crimes bien plus graves où l'on trouve des arrangements. Chirac et sa gestion de l'argent public est un exemple détestable, quand on pense qu'en effet un vendeur de cannabis peut se retrouver à l'ombre pour des mois pour 3 grammes vendus.

Mais je redis que je n'entends pas le racisme chez Zemmour. Lui plaide pour le droit à la discrimination, à l'embauche par exemple (alors qu'elle est juridiquement interdite). Et je suis d'accord, par simple logique. La loi française est sévère et extensive à ce sujet (j'y prépare un billet). Et bien si Loréal veut vendre des produits de beauté aux africaines, il choisit des modèles africains.

Pourtant la loi dit: "Aucune personne ne peut être écartée d'une procédure de recrutement ... en raison de son origine, de son sexe, ... de ses caractéristiques génétiques, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, ... de son apparence physique, ... etc".

La discrimination fait partie de l'adaptation aux besoins.

Pour revenir à la plaie de la délinquance, ce qui serait utile d'avoir c'est une étude globale de tous les types, avec les milieux concernés, le traitement judiciaire, etc. Comme toi et zorg le suggérez.

Bonne journée à toi.

Écrit par : hommelibre | 12 janvier 2011

Les faits sont têtus ... et selon les faits Zemmour a bien raison !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 12 janvier 2011

"Quel est donc le problème? Le problème est qu’en France la libre parole est une denrée qui devient rare. La loi, les associations pour ceci ou contre cela, les réflexes grégaires, les partis politiques, la peur du qu’en dira-t-on, le suivisme, le manque de courage personnel et politique, les clivages, contraignent la pensée et la libre expression. On dirait presque que pour certains citoyens de l’hexagone, penser c’est répéter ce qui est déjà admis."

Je cautionne cette situation de fait: penser, c'est répéter ce que les autres pensent sur ce qui est admis. Il y a donc très peu de volonté à vouloir évoluer positivement. Et cela ne date pas d'hier ! Cela a toujours existé... mais... de là, à l'envoyer en prison... cela devient, véritablement, du terrorisme.

Écrit par : Will | 12 janvier 2011

Il est plus facile de désintégrer un atome qu'un préjugé.
Peu d'être sont capables d'exprimer posément une opinion différente des préjugés de leur milieu. La plupart des êtres sont mêmes incapables d'arriver à formuler de telles opinions.
Extrait de "Comment je vois le monde" (Albert Einstein)

Écrit par : Will | 12 janvier 2011

.......Monsieur Will, ce que vous dites penche clairement en la défaveur de Zemmour.....dire tout haut ce que les autres pensent tout bas n'est pas bien original...si vous écoutez le débat quelques minutes avant la phrase incriminée, ça ne vole vraiment pas haut!
Mais souvenez-vous des propos de Chirac sur le bruit et l'odeur de certaines familles d'immigrés...on ne l'a pas amené devant la justice, lui...

Pour remettre un peu de "vérité" dans tout ça, un petit article mathématique loin d'être dénué d'humour:


La Licra contre Zemmour : révisez vos maths ! par Jean-Michel Claverie


Ce n'est pas tous les jours qu'être un peu "matheux" peut aider à défendre la liberté d'expression. Tiens, on va aider Zemmour, même s'il n'est pas toujours sympathique, à se dépêtrer de la Licra qui décidément tire sur tout ce qui bouge, des pigistes du Figaro aux humoristes anarchistes (on se souvient du procès contre Siné).

M. Zemmour donc, se retrouve condamné par toutes les bonnes consciences pour avoir proféré ces paroles sacrilèges : "la plupart des trafiquants sont noirs et arabes".

Mon conseil à Zemmour est de prendre comme avocat un prof de math (d'abord ils sont moins chers) qui seul pourra irréfutablement démontrer à la cour que ses propos ne constituent pas une attaque raciste. Car ce qui est condamnable, ce n'est pas de constater statistiquement que "la plupart des trafiquants sont noirs et arabes", mais de prétendre en déduire, comme le font ses accusateurs, que "la plupart des Noirs et des Arabes sont des trafiquants", un propos qui, lui, tombe clairement sous le coup de la loi.

Or, comme l'a démontré le peu médiatique Thomas Bayes, un pasteur et mathématicien qui vécut à Londres dans les années 1750, le premier énoncé n'implique absolument pas l'autre, loin s'en faut. Dans le cours que je donne chaque année à mes étudiants, je leur montre, en utilisant le fameux théorème de Bayes, que la proportion (techniquement la "probabilité conditionnelle") des émigrés parmi les délinquants peut largement dépasser 50 % (propos de Zemmour) sans que la proportion des délinquants parmi les émigrés (le propos raciste) soit beaucoup plus élevée qu'elle ne l'est parmi la population des Français "de souche", chère à Gérard Longuet. Et si l'on introduit, en plus, le fait avéré que le taux de délinquance est plus fort parmi les tranches de population à bas revenus, on peut même trouver des situations où les émigrés sont simplement plus vertueux que les franchouillards, dans toutes les tranches !

La formule (de Bayes) qui relaxe immédiatement Zemmour, la voici : p(trafiquants/émigrés)=p(émigrés/trafiquants) x p(trafiquants) / p(émigrés)

A = B x C / D

Application numérique : avec B=1/2, C=1/10 000 et D = 1/10,

La proportion des trafiquants parmi les émigrés est de 1/2 000 ! Pas de quoi justifier de renvoyer chez eux les 1 999 autres qui ne font rien de répréhensible. Une autre chose que montre ce calcul, c'est l'influence terriblement négative que peut avoir une infime fraction de délinquants sur la perception de la minorité dont ils sont issus. Pour garder votre souplesse d'esprit, pratiquez le "retournement bayésien" une fois pas jour !

Jean-Michel Claverie est professeur de génomique et bioinformatique médicale, faculté de médecine, Université de la Méditerranée, Marseille. Il est aussi directeur du laboratoire "information génomique & structurale"

Écrit par : arkencielle | 12 janvier 2011

On compare ce qui est incomparable! Restons donc dans le sujet. J'ai regardé l'émission et beaucoup d'autres, dont le débat sur l'identité nationale, où Éric Besson, ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, a failli quitter le plateau de Frédéric Taddeï (qui ne réagit jamais quand des invités crachent sur la France, ceci est un constat de fait) en réaction à des propos outranciers proférés par Houria Bouteldja, (encore elle) qu'on peut qualifier de racistes, car ils ne sont tenus que par des extrémistes contrairement à Zemmour qui, par un seul mot, en réponse à une question, a confirmé une vérité flagrante et dite par d'autres avant lui. Alors de là à dire que Zemmour a bien tenu une théorie raciste... Que dire quand l'association de celle qui se permet d'insulter les Français chez eux, édite le livre « Nique la France »?! Cela me fait penser à ce qu'a dit un imam d'izmir:

"« Grâce à vos lois démocratiques, nous prendrons le pouvoir. Grâce à vos lois religieuses, nous allons vous gouverner »

Écrit par : Patoucha | 12 janvier 2011

Caroline Fourest réume bien les propos de Zemmour : «Enfin, oui, Éric Zemmour, la plupart des petits trafiquants sont noirs et arabes. Non pas parce que le fait d'être noir ou arabe mène naturellement ou culturellement au trafic. Mais parce qu'on a beaucoup plus de chance de devenir dealer de shit que journaliste quand on naît dans des familles pauvres ne misant pas sur la culture. Surtout si l'on subit en prime des contrôles au faciès, le plafond de verre, et qu'on ne bénéficie pas d'un bon avocat capable de vous tirer d'affaire. D'où la spirale qui conduit plus souvent les uns que les autres en prison. Un peu comme l'accumulation de dérapages verbaux conduit certains journalistes à l'avertissement du CSA».

Écrit par : lisa | 12 janvier 2011

Excellent, arkencielle! On peut effectivement en appeler aux maths et aux probabilités. Et constater que la "plupart" des trafiquants sont des individus mâles hétérosexuels. Sauf que là, bien sûr, il n'y a pas de considérations ethniques.
Reprenons la phrase de Zemmour: "La plupart des trafiquants sont noirs et arabes". Le "et" n'est pas anecdotique. On peut traduire la phrase par: "la plupart des trafiquants sont des arabes noirs". Noirs? Il est peu probable que Zemmour fasse référence à leur taux d'alccolémie: en effet, la plupart des arabes étant également musulmans, ils se gardent bien d'abuser de la dive bouteille. S'agit-il alors de la couleur de la peau? "Noir", mais dans quelle proportion? Obama est-il noir ou café au lait? Peut-on le considérer comme un "trafiquant"? Et que trafique-t-il? Des idées? Des mots? Des armes?
Par ailleurs, est-ce par solidarité avec les "arabes noirs" que Zemmour a débarqué au tribunal avec un bronzage digne de Romain gary dans ses grands jours? Lequel Gary posait déjà la question de la couleur de la peau dans "Chien blanc", mais je m'égare...

Écrit par : Zorg | 12 janvier 2011

"Grâce à NOS lois religieuses, nous allons vous gouverner".

Écrit par : Courant alternatif | 12 janvier 2011

Caroline Fourest ou l'apôtre de l'idéologie de l'excuse 'bouh les français sont racistes, plafond de verre, bla bla bla, pas d'avocat, bla bla bla". Qu'est-ce que c'est insupportable d'entendre encore et encore ces excuses. Bientôt, l'argument massue 'on les a parqués dans des banlieues, les noirs et les zarabes'. Ah bon. Et qui habitait ces banlieues, avant l'immigration africaine ? Y'avait-il des 'nique la France' avant ? Y'avait-il des manifestations de soutien à des délinquants morts par leur propre stupidité (étrangement transformée urbi et orbie en 'ci la poulice'), avant ? Non, non et non. Tout le monde sait d'où vient le problème, mais personne, pas même Zemmour n'ose le dire.

Écrit par : Courant alternatif | 12 janvier 2011

Courant alternatif :"Grâce à NOS lois religieuses, nous allons vous gouverner"."

Ne serait-ce pas plutôt "Coran" alternatif?

Pour compléter la lettre de Jean-Pierre Chevènement adressée à la Présidente de la 17ème chambre correctionnelle du TGI de Paris, :

"Jean-Pierre Chevènement dénonce également une instrumentalisation médiatique de la part de Thierry Ardisson, présentateur de l'émission dans laquelle Eric Zemmour a tenu ces propos. Ils ont été diffusés "avec un bandeau indiquant "Immigration : Zemmour dérape". Il n'est pas besoin d'être grand médiologue pour comprendre que l'objectif du présentateur était de créer l'incident, avec d'éventuelles suites judiciaires, propre à faire monter l'audience de l'émission…" critique-t-il.

Écrit par : Patoucha | 12 janvier 2011

JE PERCISTE ET SIGNE !!! IL N'Y A QUE DES ARABES ET DES NOIRS QUI VENDENT DE LA DROGUE DANS MON QUARTIER ( les Paquis à Genève ) !!!
Eric Zemmour à entièrement raison.
Par contre se sont des petits blancs bien de chez nous qui en achetent pour leurs conso. Si on leurs mettaient des amendes avec retrait de pérmis, je vous garanti qu'ils ne reviendraient pas dans le quartier pour en acheter.

Écrit par : Petitbanquier | 12 janvier 2011

Toutes les interventions de Zemmour transpirent la haine de l'arabe qui est très souvent musulman et du noir qui est perçu comme l'allié de l'arabe. Monsieur Zemmour est la honte des juifs. S'il veut gagner la sympathie du gaulois extrémiste qu'il ne représente nullement ni par son aspect extérieur ni par son nom et encore moins par sa religion il risque d'être montré du doigt demain lors de poussées antisémites comme cela est hélas le cas en Hongrie.
Monsieur Zemmour vient de se faire 2 grands amis démocrates qui le défendent becs et ongles : Monsieur Chevènement qui serait plus inspiré de retourner dans son coma et Monsieur... Le Pen.

Écrit par : picwie | 12 janvier 2011

@ zorg: puis-je encore citer "L'étalon noir" sans être accusé de vouloir convaincre nos chères têtes blondes (pardon: nos chères têtes couleur paille à la peau très passée à la javel) de racisme? Vous savez, noir, cheval, gros organe reproducteur... C'est pas ethnique ça? Même zoo-ethnique (la France...)?

Patoucha: Nique la France... c'est un peu grand, la France... pfff... j'arriverai pas. Solution: je nyctalope... surtout la nuit

|ô_ô|

Bon, je vais aller boire une bière blanche, ça ne risque rien.

Écrit par : hommelibre | 12 janvier 2011

Madoff à lui tout seul a fait plus de mal aux 60 millions de français que tous les délinquants noirs et arabes réunis. Mais ceci n'intéresse pas Zemmour. La délinquance en col blanc il connaît pas. Allez savoir pourquoi...

Écrit par : rockwell | 12 janvier 2011

Tous les Arabes ne sont pas des Musulmans et tous les Musulmans ne sont pas des Arabes! Tous les basanés ne sont pas des Noirs, et tous les Noirs ne sont pas des Arabes ni des Africains! Mais tous les antisémites sont de la même trempe!

Et notre cher Zorg, qui se défend d'être antisémite nous sert: "Par ailleurs, est-ce par solidarité avec les "arabes noirs" que Zemmour a débarqué au tribunal avec un bronzage digne de Romain gary dans ses grands jours? Lequel Gary posait déjà la question de la couleur de la peau dans "Chien blanc", mais je m'égare... "

Mais non, Zorg, vos propos ont des relents antisémites et, comme tout antisémite qui se respecte, vous ne pouvez ne pas vous égarer... dans un exemple HS mêlant Romain Gary à Zemmour.

Hé oui des Juifs! des scientifiques, des écrivains de renommée mondiale, en plus du "bronzé" écrivain et journaliste politique français, chroniqueur et polémiste, il y a de quoi en faire baver de jalousie....

L'antisémitisme est synonyme de jalousie: " Sentiment d'envie à l'égard de quelqu'un qui possède ce que l'on n'a pas ou ce que l'on voudrait avoir. Cela s'accompagne souvent d'hostilité et de dépit."



Désolée Hommelibre, mais je m'attendais à cette tournure d'évènement au vu de certains commentateurs.

Écrit par : Patoucha | 12 janvier 2011

Si Zemmour est logiquement condamné il va encore gonfler les prochaines statistiques des délinquants français d'origine étrangère.

Écrit par : nono | 12 janvier 2011

"...... Solution: je nyctalope... surtout la nuit"


MDR MDRRR Hommelibre LOL :)))))) MIAOUUUUUUUUUUU :-p

Écrit par : Patoucha | 12 janvier 2011

Hoooooooooolà, Patoucha, vous faites fort, là, en ramenant tout à "l'antisémisme"....

Quelque soit l'article ou le blog, en règle générale, après une ou deux de vos intervention, les bloggeurs sont taxés d'antisémisme!

Défendre les propose de zemour et en même temps taxer ceux qui les rejettent d'antisémisme, vous faites fort! Bravo, vous vous surpassez.

Ne voyez-vous pas que les racistes d'hier ont juste changé de cible? Racistes hier envers les juifs , racistes aujourd'hui envers les arabes et les blacks.

Écrit par : prune | 12 janvier 2011

Vous vous trompez Zorg, on n'attrape pas grand monde avec les contrôles, au mieux des clandestins (ce qui est nécessaire et justifié) ou des personnes très activement recherchées. Si vous ne le saviez pas, réfléchissez, ça tombe sous le sens.

Donc votre argumentation qui consiste à dire qu'on fait monter les statistiques de la délinquance des noirs et des arabes parce qu'on les contrôle plus est tout simplement... fausse. On n'a pas rempli les prisons françaises de personnes d'origine étrangère avec des contrôles d'identité. Malheureusement dirais-je.

Ainsi, si on peut reprocher moralement aux policiers de maximiser leurs (faibles) chances de cette façon, on ne peut pas leur reprocher de faire un mauvais calcul.

Ensuite vous nous parlez d'une délinquance "moins visible", protéiforme, qui va des excès de vitesse à la pédophilie en passant par la délinquance en col blanc.

On voit le bateau arriver au port : puisqu'on ne peut plus vraiment nier que les faits de délinquance sont perpétués par des personnes d'origine étrangère en grande majorité, parlons d'une délinquance cachée, produite par des français de souche, qui, cela va de soi, rééquilibrait la balance de l'infâmie. Ce qui permet ce-faisant de taxer Mr Zemmour de racisme, ouf...

Peut-être dans votre esprit est-ce l'égalité entre les races qui est en jeu ? Vous pensez qu'on la remet en cause quand on dit que les populations immigrées se rendent davantage responsables de faits de délinquance ? Avez vous peur que quelqu'un le pense ?

Bref, vous contre-argumentez avec quelque chose que vous ne quantifiez pas et sur lequel vous n'avez aucun chiffre (et plus encore: aucune statistique ethnique !), pour jeter à la face d'une France de petits blancs qui n' rien demandé vos élucubrations sur "sa" délinquance.

Bref la différence avec vous, c'est que je me fous de connaitre les chiffres d'une délinquance de souche, dont RIEN ne me permet de souligner la gravité. Et plus encore, le résultat n'a aucun enjeu racial pour moi.

Enfin dernière médiocrité de votre part, vous placez l'adultère et la polygamie sur le même plan, toujours dans la même logique de rééquilibrage nauséabonde, finalement le raciste c'est qui ?

Écrit par : latour | 12 janvier 2011

On ne doit pas TOLERER qu'une personne parle de l'autre en terme RACISTES.

Désigner l'autre par sa couleur ou son origine Arabe en l'occurence, c'est purement du racisme! Zemmour doit être condamné FERMEMENT,point final!

Si les jeunes ont été rejetés dans les banlieues, c'est uniquement pour faire plaisir aux vieux cons et bourgeois des centres villes, et facistes pour une grande partie! Comme les HARKIS on a "joué" la concentration à l'extérieur avec les insultes, et toutes les salopperies dont ils ont fait l'objet!

Si ces jeunes sont Français c'est que les responsables de l'ETAT de droite comme de gauche, l'ont bien voulu avec l'aide des ENTREPRISES ! Certains ce sont battus pour notre LIBERTE! Que l'on arrête d'être con à lier, ce sont des jeunes FRANCAIS, ils ont le droit au respect des vieux CONS! Au lieu des les concentrer aux extérieurs dans des GHETTOS il fallait leur donner une place dans les centres ville ou villages! Ne nous plaignons pas des merdes communautaires, nous avons ce que nous méritons!

Tous les jeunes sont un moment ou à un autre confrontés avec le milieu de la drogue. Nos dirigeants n'ont qu'à prendre une voiture banalisée et du centre de Paris, aller dans toutes les sorties du NORD, DE l'EST du SUD et de l'OUEST de PARIS, vers deux heures du matin, ils et elles sont tous là à vendre et acheter de la drogue, j'ai fait cette expérience sans le vouloir l'année dernière!
C'est le même phénomène visible dans toutes les villes quelque soit les jeunes!

Que font les autorités...RIEN! Par contre dans le centre de Paris, on les voit, c'est plus agréable, il y a du monde, des belles nanas etc....Mais les routes ou rues de banlieues Ah non! Le bois de Boulogne oui peut-être il y a du cul dans l'air et de la drogue également, mais c'est dangereux on fait du tourisme.....

Écrit par : Pierre NOËL | 12 janvier 2011

Soutien inconditionnel à Eric Zemmour, le dernier des mohicans, et honte à ceux qui passent leur temps à nous cacher la vérité au nom et au profit de cette bien-pensance tiers-mondistes, fille ainée du communisme, et de ces lobbies immigrationistes qui vivent de notre détresse et préparent de moins en moins discrètement l'avènement du "peuple fourmis", peuple en surnombre formaté uniquement pour produire et consommer.

Concernant les statistiques sur la délinquance d'origine étrangère, il suffit de se reporter à l'hebdomadaire LE POINT n° 1658 du 24/06/04 page 28, pour apprendre qu'à l'époque déjà, les services de polices évaluaient officiellement à 60/70% des actes recensés, les délinquants issus de l'immigration dont une majorité d'origine du Maghreb. Qui pourrait sérieusement prétendre que 6 ans après cette étude, ces chiffres auraient diminué ?

Le Point concluait ainsi son étude, je cite : Les voyous raisonnent ainsi : « Mon grand-père était face à l’uniforme en Algérie, mon père s’est retrouvé bêtement à l’usine, je suis, moi, face aux policiers. » Plus les jeunes ressentent l’indifférence des pouvoirs publics, plus ils sont impliqués dans la délinquance. A tort ou à raison, il y a une mémoire collective d’un exercice de l’oppression française - © le point 24/06/04 - N°1658 - Page 28 - 1546 mots

Ceux qui veulent lire cet article ou simplement y consulter les éléments statistiques peuvent facilement le faire sur le site du CBF, le Réseau Citoyen des Associations Franco-Berbères (http://www.cbf.fr/old/article_leger.php3?id_article=213).

Par conséquent, le peu d'empressement de la corporation, surtout LE POINT détenteur d'informations utiles pour le procès, à soutenir Eric Zemmour paraît suspect, sauf à comprendre que Zemmour est peut-être l'un des derniers journalistes libres et talentueux, un étalon journalistique qui permet de mesurer en temps réel le niveau de médiocrité, de veulerie et d'asservissement de la profession en France. Alors, il vaut mieux sans doute lui interdire le devant de la scène et, comme pour les statistiques, casser le thermomètre afin de ne pas connaître la température du malade.

Rappelons enfin qu'à l'aune de la pensée unique sévissant en France, les vérités de Zemmour sont bien moins choquantes que la réaction de l'un des présidents de chambre de la cour d'appel de Douais qui, à l'énoncé de l'identité d'un prévenu nommé Abdelkrim, lui rétorque: "vous avez un nom prédestiné" (dixit le Point).

Écrit par : Sanzilluse | 12 janvier 2011

SOUTIENT INCONDITIONNEL AUX JEUNES VICTIMES DE RACISMES!

Je n'ai rien d'un communiste ou d'un gauchiste voir d'un faciste, je n'ai aucune carte, mais du bon sens, et j'en produit également! Avis aux amateurs...

Écrit par : Pierre NOËL | 12 janvier 2011

@Pierre NOEL
Tes propos ne tiennent pas debout ne reposent sur rien et font pschitt au moindre raisonnement logique.

Je te cite : "il suffit de se reporter à l'hebdomadaire LE POINT n° 1658 du 24/06/04 page 28, pour apprendre qu'à l'époque déjà, les services de polices évaluaient officiellement à 60/70% des actes recensés, les délinquants issus de l'immigration dont une majorité d'origine du Maghreb."

Etre d'origine étrangère ne signifie pas être du Maghreb et une majorité d'origine Maghreb ne signifie rien en l'absence de chiffres. De plus ceux qui sont originaires du Maghreb comme Zemmour ne sont pas arabes et noirs. Il y a en effet des juifs et d'autres ethnies qui se retrouvent également en prison.

Écrit par : rihan | 12 janvier 2011

@ rihan

Tu te trompe de commentaire! Revois ta copie....

Écrit par : Pierre NOËL | 12 janvier 2011

Tous les arabes ne sont pas musulmans, ex. S. Aldeeb est arabe chrétien. Patoucha arabe juive.

Écrit par : Rambam | 12 janvier 2011

Ça me rappelle un débat récent en Suisse:

Quand on dit "expulser les étrangers criminels", tout le monde entend "expulser TOUS les étrangers" (ceux qui comprennent ça pensent, sans s'en rendre compte, que TOUS les étrangers sont des criminels. C'est là qu'est le racisme, pas ailleurs)

Ce n'est pourtant par pareil, mathématiquement parlant....

Écrit par : hérisson | 12 janvier 2011

Le problème mes chers amis c'est que "les arabes " ça n'existe pas , il y a 20 pays qu'on dit arabes ,accepteriez-vous qu'on vous désigne par une particularité ,suivie d'un crime commis souvent dans cette communauté: par exemple qu'on vous désigne par "catholique-pédophile" parce que beaucoup de pédophiles sont catholiques (et prêtres!), non, moi non plus. Ce discours relève de la bêtise pure et ne relève pas à mon sens du tribunal ....Un noir, un portugais, un juif ça n'existe pas en premier ,ce sont des êtres humains d'abord ...
Moi je suis 15% breton, 20% juif, 20% portugais 30% auvergnat et divers .Qui suis-je ?

Écrit par : walter benjamin | 12 janvier 2011

L'autre problėme, c'est que personne ne connaît les chiffres, il n'y a pas de statistique. On parle de la France, et des Français, pas des Suisses et de leurs "criminels étrangers" (ironie...).

Zemmour ne se base que sur des critėres subjectifs, ça le rend attaquable. Il ne dit pas "la vérité", il ne dit que ce qu'il croit.

Écrit par : Lala | 12 janvier 2011

@ walter

20+20+30+15=85 Vous êtes donc "Camenbert" à 15 % de matière grasse!

A++

Écrit par : Pierre NOËL | 12 janvier 2011

@ Lala: il existe un fichier avec les origines ethniques, il a été mentionné en marge du procès Zemmour mais je ne m'en souviens plus le nom.

@ walter: arabe est une identité qui au début serait liée à la vie des nomades dans le désert. Elle est liée aujourd'hui à une langue commune ou largement commune. Certains pays s'identifient eux-même comme arabes (Ligue arabe). Il est vrai qu'identifier un groupe en général est toujours risqué. D'ailleurs que ne dit-on pas des blancs dans certains pays d'Afrique! Est-ce que que tous les européens blancs de peau peuvent être mis dans le même sac? Certainement pas. Par contre à certaines époques ce sont les blancs qui ont été les plus nombreux négriers. Ce n'est pas du racisme de le dire.

@ Pierre: sur Zemmour nous ne sommes pas d'accord. Je ne généralise pas ses propos à l'ensemble des ressortissants de pays d'Afrique du Nord ou d'Afrique noire. Et certains l'ont bien rappelé: il y a différentes délinquances et différentes criminalités.

Le débat actuel me semble utile, et peut-être faudrait-il que des autorités et des chercheurs reprennent et creusent toutes les pistes. Celles qui sont suggérés dans les commentaires de mon billet sont nombreuses et les examiner, les comparer, permettrait peut-être de revenir à une vision plus complète de la délinquance.

Pour moi je me refuse à dire que ce débat sur l'origine de la délinquance est un épisode de racisme. Qu'il se focalise sur les dealers des cités est lié au débat où la phrase de Zemmour a été dite. De plus il entre dans un contexte d'ajustement entre communautés différentes sur fond de guerre anti-occidentale et de guerre anti-arabe! Ça en fait des couches qui se mélangent.

Mais je crois qu'il faut parler de tout et cesser de faire l'autruche. Pourquoi n'étudierait-on pas la délinquance sous l'angle de l'origine des délinquants, alors que l'ethnicité est largement citée dans le sport - par exemple la morphologie de certaines populations africaines leur font réussir dans certaines courses de fond.

Le problème ne doit pas être d'avoir peur de parler d'ethnies différentes: le problème serait de dire qu'une ethnie est supérieure et meilleure qu'une autre, et faire subir des pressions à celles qui sont considérées comme inférieures et de généraliser à l'ensemble d'une population les comportements de quelques-uns. C'est là le racisme.

Mais alors cela, tout le monde ou presque le fait. Les critiques envers les juifs face au palestiniens est bel et bien du racisme dans la plupart des cas. Les critiques contre les américains, qu'elles viennent de blancs européens ou de non-blancs non-européens, visent à décrire les ressortissants américains comme les pires humains de la planète et à généraliser le dénigrement. Les critiques des français qui voient en chaque suisse un banquier exploiteur complice des nazis c'est du racisme. On n'est plus dans le racisme biologique comme au 19e siècle, mais dans le racisme culturel.

Écrit par : hommelibre | 12 janvier 2011

J'ajoute ce commentaire lu sur un portail français: il éclaire aussi les choses d'une lumière particulière:

"C'est amusant parce qu'on n'arrête presque jamais de chinois. Pourtant les triades c'est pas franchement des mafias à deux cts..
Du même raisonnement imaginez les français s'ils étaient systématiquement contrôlés aux USA en 1960 sous prétexte de l'existence de la french connection ( des blancs de blancs ceux là)

Pour le reste, que la police soit vigilante en fonction de statistiques, de normes ou de l'expérience passe encore, mais pour avoir connu cela dans une boutique, j'étais censé surveiller à outrance tout noir ou arabe entrant dans la boutique, au point d'ailleurs d'être plus mal à l'aise qu'eux même ( au passage pour avoir subi une surveillance expresse d'un gardien dans une boutique de luxe je me suis barré direct en faisant un vieux scandale digne de ce nom ), je me souviens trés bien ne pas avoir surveillé de parfais occidentaux qui eux se sont pas privés de remplir leur poche. Je voyais ça de loin mais comme j'étais supposé surveiller de prés des jogging casquette en train de regarder des .... casquettes pour les acheter . ( précisons qu'ils sont tout bêtement passés à la caisse.. eux )

Bref, méditons aussi cela."

Écrit par : hommelibre | 12 janvier 2011

Comme quoi, le débat est important et doit être ouvert. Le pire est le silence ou de vouloir cacher les choses.

Quand toutes les informations, les visions, les perceptions, les chiffres, etc, sont mis sur la table, les choses sont loin d'être simples et manichéennes. Donc il faut débattre, exprimer nos désaccord, chercher la vérité.

Écrit par : hommelibre | 12 janvier 2011

@ Hommelibre Pourquoi n'étudierait-on pas la délinquance sous l'angle de l'origine des délinquants, alors que l'ethnicité est largement citée dans le sport - par exemple la morphologie de certaines populations africaines leur font réussir dans certaines courses de fond."

Vous faites fausse route : ethniciser la question de la délinquance en lui conférant une explication ethnico-religieuse relève de la récupération idéologique visant à "épurer" l'Europe d'éléments qui seraient exogènes et, ipso facto, menacent l'Europe "judéo-chrétienne/greco-latine". L'explication de la délinquance est plutôt d'orde économico-sociale.

Écrit par : Rambam | 12 janvier 2011

Je comprends très bien ce que vous exprimez Homme libre.De mon point de vue, je m'en suis tenu à une simple règle: "J'ai dix jeunes" ceux-ci sont issus d'un milieu PARENTAL différent, issus des milieux fréquentés et, issus du milieu de l'éducation Nationnale.

Donc, -dix éducations différentes (culture incluse)
-Dix milieux fréquentés différents
-Dix milieux de l'éducation nationnale fréquentés différemments.

Si nous ajoutons à cela que certains peuvent être nés ici, d'autres ailleurs dans d'autres pays ou continents avec des us et coutumes différentes, un a vécu dans les fin fonds de l'Afrique avec x ou y, un autre au magrebh, un autre aux antilles...etc...etc...

Ajoutez la personnalité des uns et des autres bref ce sont des milliers voir des millions de données pour quel résultat?

Il me semble que "Ramban" ci-dessus a bien résumé simplement le problème. Qu'il soit plus complexe c'est certain, prenez le cas d'un jeune Haïtien de 14 ans ayant fréquenté les églises, et mettez le dans une banlieue paumée ou la drogue et le vol en tous genres sont une éducation parallèle ou la loi du plus fort et du plus astucieux et bandit règne... s'il n'y a pas une bonne école, des endroits pour le sport avec de la verdure, du travail pour les parents adoptifs, dans quelques mois vous aurez un jeune voyou en formation.

Ce qui me choque dans les propos de Zemmour c'est "sont Noirs ou Arabes"

Le propos le plus adapté, aurait été de déclarer: " Selon mes informations,et des études réalisées "sources X, il semblerait que c'est parmis les populations émigrées du continent Africain, que les délinquants soient les plus nombreux, y compris les pays de l'Afrique du Nord " Il devait donner une information, alors que là, il désigne le Noir ou l'Arabe!

Sarkozy et autres biens -pensants ont un moment voulu aller dans les "gènes" quelque fois que la délinquance soit "génétique"! Plusieurs guerres ont eut lieu depuis 1870 en Europe, est-ce pour autant que nous sommes des guerriers tueurs à gage?

La majorité des délinquances sont d'ordre économiques et sociales, j'y ajoute la très mauvaise politique envers les jeunes depuis les deux derniers chocs pétroliers, ou je savais comme certains, que des pans entiers de l'industrie allaient s'effondrer (1982) mais tous nos dirigeants ont "fuit le problème" comme ils fuient la dette en faisant payer les gens qui ne sont pas responsables! Aujourd'hui je vous dit que l'Amérique et d'autres font appel à la planche à billets en monaie de singe, vous allez voir ce que vont devenir les jeunes et les moins jeunes...C'est un autre débat! En tous cas homme libre un grand MERCI car vous osez...Bien à vous.

Écrit par : Pierre NOËL | 13 janvier 2011

Rambam: L'inrérêt de notre débat est d'essayer de trouver sous quel angle aborder la délinquance, un angle qui soit juste, et ni réducteur ni stigmatisant. Pour ma part mon billet m'amène à réfléchir plus loin que ce que j'imaginais ce matin. Il est vrai que les niveaux se superposent et se mélangent: délinquance, âge, cités, origine, immigration. Vous n'avez pas tort quand vous dites que le thème de la délinquance peut être récupéré. Mais rien n'est innocent aujourd'hui. Et le bruit de fond anti-occidental favorise le mélange des niveaux. L'aspect économique et social est probablement celui où nous serons une bonne majorité à trouver un palier d'accord. Après, l'origine a du sens en France quand on entend justement Houria Bouteldja tenir des discours anti-blancs très agressifs, ou quand on entend certains rap anti-français. Il y a un courant actif et fort dans ce sens en France. Il produit un ressenti que Zemmour exprime peut-être.

Pierre: ce que vous écrivez me donne à réfléchir. J'y reviendrai certainement sous une forme sous une autre, là je vais me coucher. Voyez comme les débats sont importants. Il faut trouver des fondements aux attitudes et positions, sinon nous ne sommes que dans la réactivité qui elle est vite réductrice. Pour Zemmour, je vous comprends, mais sa phrase a été dite à la télé dans le contexte d'un débat avec une interlocutrice assez agressive m'a-t-il semblé.

A la suite!

Écrit par : hommelibre | 13 janvier 2011

": ethniciser la question de la délinquance en lui conférant une explication ethnico-religieuse relève de la récupération idéologique visant à "épurer" l'Europe d'éléments qui seraient exogènes et, ipso facto, menacent l'Europe "judéo-chrétienne/greco-latine"."

Voilà que notre pâtissier illettré délinquant arabo-islamiste Rambam a les chocottes. :)))))))))

Arabe Juive? MDR c'est égal à "ethnico"-religieuse? On ne se refait pas l'analphabète!

Ce ne serait pas un mal de voir notre espace épuré de l'infection exogène qu'est le microbe Rambam! LOLLLLLLL

Écrit par : Patoucha | 13 janvier 2011

@Patoucha : point de 'Coran' alternatif, je corrigeais votre citation !

Écrit par : Courant alternatif | 13 janvier 2011

Je reposte ici le message que ne publiera probablement pas M. Francey sur son blog, billet qui parle d'Eric Zemmour mais pas de la même façon que vous :

De un, même les lecteurs du Monde (pourtant très peu suspects, en général, de soutenir Eric Zemmour) ont constaté la faiblesse du raisonnement mathématique et surtout, la preuve que la proportion d'immigrés trafiquants est 5 fois plus élevée que la moyenne nationale...question accusation à charge, on repassera.

De deux, pensez-vous vraiment que pour soulager la conscience des délinquants des cités françaises (c'est bien dans ces zones à haut risque que la plupart des contrôles ont lieu, non ?), il vaudrait contrôler, comme en Angleterre, des blondes de 50 ans ou des afro-caribéens de 65 ans, pour 'équilibrer' et ne pas se faire accuser de délit de faciès ? Irrelevant argument, game over.

De trois, prétendre démonter les arguments d'un adversaire avec la rationalité des maths et la grandeur d'âme des bons sentiments, lorsque finalement, on a faux sur toute la ligne, c'est donner encore plus raison aux gens qui soutiennent Eric Zemmour. Je ne dirais pas que c'est devenu une spécialité des vilains gauchistes de se tirer une balle dans le pied, je préfère le terme de Ségolènerie royale.

A bon entendeur, salut.

Écrit par : Courant alternatif | 13 janvier 2011

Comme le fait très justement remarquer Rockwell, Madoff a volé infiniment plus d'argent que tous les petits truands beurs et blacks en 20 ans. Vous me direz sans violence, et sans arme. Soit, mais cela m'étant arrivé de me faire braquer au couteau dans Paris par trois mecs (deux gaulois et un black en l'occurrence) et m'étant défendu pour au final y laisser un blouson de daim neuf et 100 FF... Je me demande. Qu'est-ce qui est le plus traumatisant à long terme, même pour une personne âgée ?
Se faire braquer avec violence 1000 ou 2000 francs dans la rue, ou sans violence, toutes ses économies, sa retraite, bref des années de sa vie ???
Pourquoi je parle de ça ? Parce que Madoff n'est ni noir ni arabe et que personne n'envisage de contrôler deux fois plus les financiers de son origine ethnique. Et heureusement.

Écrit par : Séraphin Lampion | 13 janvier 2011

@ Courant alternatif: J'ai lu le billet de M. Francey, c'est bien que le débat se fasse. Parce que si cette affaire ne représentait pas au minimum un ressenti fort ou une réalité, elle n'aurait pas autant d'impact. Donc, il faut discuter.

Je ne suis pas d'accord avec son début, où comme d'autres personnes il dit que Zemmour justifie les contrôles au faciès. je ne sais d'où vient cette interprétation: pour moi Zemmour ne fait qu'un constat; il ne justifie rien.

Sur la question des maths, j'avoue n'avoir pas compris la démonstration... :o(

Écrit par : hommelibre | 13 janvier 2011

Ca suffit l'argument à la noix "je me suis fait braquer par des blancs", "j'ai été vigile, ce sont les blancs qui volaient".

Vous voulez faire mentir les stats, ou les discréditer en racontant malhonnêtement que les policiers remplissent les prisons en pratiquant le contrôle d'identité au facies (qui est une réalité, c'est un fait).

Peut-être aussi laissent ils filer les blancs lorsqu'ils sont en intervention ? Peut-être que les procureurs classent sans suite les plaintes contre les blancs ? Les prisons ne se sont pas remplies d'immigrés par acharnement policier mais parce que des gens ont été traduits en justice, jugés coupables et incarcérés. Comme ça vous arrivera probablement si vous essayez de faire pareil.

La réalité est là, comme un poing dans la figure: il ya un problème avec les populations d'origine Africaine et Nord-Africaine, elles sont surreprésentées dans les statistiques de la délinquance.

Pourquoi aller raconter des âneries sur "les petits blancs" (racistes forcément) issues de votre médiocre (et plus que partiale) expérience personnelle ??

Écrit par : latour | 13 janvier 2011

@hommmelibre

C'est le fichier Canonge je suppose dont vous parlez, mais ce fichier est censé n'être utilisé que par la police et que pour la recherche de suspects. Donc pas de statistique officielle. C'est le début de problème, car sans chiffres déclarés officiellement, il n'y a que du subjectif.

Si Zemmour avait dit la même chose en s'appuyant sur des statistiques publiées, il n'aurait pas été attaquable. C'est juste ce que je voulais dire.

Sur le fond, je trouve complètement crétin ce procès. Et inutile.

Pour le reste, il ne faut pas diaboliser non plus. Il ne s'agit que de petite délinquance.

Il y a d'autres malfrats, Madoff comme déjà mentionné, les requins de la Finance, l'industrie pharma et ses scandales, l'industrie chimique et ses non moins grands scandales. Des vies anéanties.

Si on voulait aborder ce problème, qui sans aucun doute en est un, il faudrait le faire en prenant compte tous les types de malversations. Séparer les criminels des petits délinquants, et surtout avoir une envie d'utiliser les résultats pour tenter d'améliorer les choses et d'en tirer des leçons.

Et non pas en faire, comme l'UDC le fait en Suisse, pour mettre en relation directe insécurité et immigration.

Écrit par : Lala | 13 janvier 2011

Lala,

"Si on voulait aborder ce problème, qui sans aucun doute en est un, il faudrait le faire en prenant compte tous les types de malversations. Séparer les criminels des petits délinquants, et surtout avoir une envie d'utiliser les résultats pour tenter d'améliorer les choses et d'en tirer des leçons."

Nous nous rejoignons. La question des origines a du sens à mes yeux, je veux dire que l'on vient de quelque part, d'une histoire, d'une représentation du monde, et aussi d'une famille, de valeurs. Et pour moi, au fil de ce débat, je me rends compte que l'aspect de l'origine est très liée à la famille, à une éducation. Et aussi à la manière dont un groupe s'insère ou non dans une région ou un pays.

La question des statistiques sur ce point doit mener à cet autre débat: comment on s'intègre en France (ou ailleurs). En ce sens les origines ont du sens. Mais elles ne signifient pas que l'origine est un marqueur de criminalité. Le vol, la délinquance n'est admise dans aucun pays car destructrice pour les liens de confiance qui doivent tisser une communauté.

Mais si l'on veut traiter de ce sujet de société dans une perspective de tenter d'améliorer les choses et sans préjugé, il faut aussi exprimer les ressentis et vider des abcès. Zemmour exprime une idée que beaucoup partagent. Il vaut mieux en parler que de tenter de faire taire encore une fois.

La gauche y attrape une de ces images castratrice!... Mais peut-être l'est-elle vraiment: mieux vaut faire taire que de parler des sujets qui dérangent. C'est ainsi qu'elle a abandonné le débat sur l'immigration à d'autres.

Pourtant Claude Levi-Strauss, qui n'est pas spécialement connu pour être raciste, disait lui-même que l'immigration pose un problème à partir d'un certain seuil. Et cela me paraît évident. Intégrer des personnes nouvelles aux valeurs différentes demande du temps. On a oublié une notion si importante: l'apprivoisement.

Écrit par : hommelibre | 13 janvier 2011

Excellente, Elisabeth Lévy, pour ramener les débats à un peu plus de bon sens face à un adversaire qui ne se cache plus pour demander la censure et le contrôle de la liberté d'expression. Ce qu'il dit sur les Etats-Unis est d'une démagogie révoltante.

http://www.dailymotion.com/video/xgj4m5_zemmour-au-tribunal-yquand-on-decrit-la-realite-on-est_news

Écrit par : Inma Abbet | 13 janvier 2011

Excellent! Patoucha voit dans mon rapprochement entre Gary et Zemmour de l'antisémitisme. On se pince! Se défendre à propos de ce type de distorsion de la pensée est absurde, mais je signale juste à Patoucha qu'il y a une excellente expo consacrée à l'immense Gary en ce moment au Musée des archives de Paris. Un petit saut là-bas lui permettrait d'envisager le monde sous un autre angle que celui, bipolaire, auquel elle (il?) confine sa vision du monde. Je lui recommande aussi les entretiens de Gary, dont certains ont été rassemblés dans les Cahier de l'Herne. Immense Gary, homme libre (eh oui, qui prenait soin de son tein, au point de s'appliquer régulièrement des couches de fond de tein quand il se baladait dans les rues de Paris), franc-penseur, talentueux romancier et malheureusement disparu tandis que l'étroitesse d'esprit ne fait que progresser.

Écrit par : Zorg | 13 janvier 2011

Inma: intéressante l'interview avec E. Lévy, en effet. Je partage bien ce point de vue que ne pas parler c'est laisser le sujet à d'autres. Que Zemmour n'ait pas développé, qu'il aurait pu dire les choses autrement, ok. Mais au moins il a mis les pieds dans le plat, ça j'aime bien.

Sur le président de la Licra, il n'a pas tout faux non plus. Mais en effet son raccourci sur la constitution américaine et les tueries sur les campus est pire - comme raccourci - que celui de Zemmour!

Je vais prolonger et élargir le débat, qui me semble important et pour lequel les contributions sont enrichissantes, et je pense réutiliser cette vidéo pour l'illustrer.

Bien à vous.

Écrit par : hommelibre | 13 janvier 2011

Pour se détendre...

A propos de délinquence..."Midi Libre" du 13 / 01 /2010,

" Aveyronnais pris la main dans la culotte d'une nonne,"

Le tribunal correctionnel de Tarbes a jugé récemment le cas d'un aveyronnais surpris la main dans la culotte d'une bonne soeuur à Lourdes (Haute-Pyrénnées), rapporte le quotidien "la dépêche du Midi"
Le sexuagénaire, retraité agricole Aveyronnais, qui n'a jamais eu de relation sexuelle de sa vie selon l'expert psychiatrique, accoste, le 28 Août 2010, une jeune nonne hospitalière au service des malades. Il la suit et réclame de lui faire la bise. Elle s'exécute généreusement. Se croyant encouragé, le retraité soulève la jupe de la jeune femme de 22ans et lui dit:"je vais te bénir", avant de lui caresser le pubis. La victime confie que cet évènement "LA PROFONDEMMENT PERTURBEE SUR UN PLAN RELIGIEUX"
Le tribunal a condamné l'homme à 1000 euros d'amendes et à verser 151 euros à la partie civile.

Question perso: " Finalement à qui profite la délinquence?"

Écrit par : Pierre NOËL | 13 janvier 2011

Tous les agriculteurs adorent mettre la main dans la culotte des nones, surtout s'ils sont aveyronnais. C'est un fait. Et la main dans la culotte, c'est traumatisant, sûr. Je conseille aux nones de 22 ans de ne plus porter de culotte, pour réduire l'effet du traumatisme...

(☉‿≈)

En tous les cas, celui-ci ne manquait pas de culot... te...

Écrit par : hommelibre | 13 janvier 2011

A mon avis, c'est encore un coup de Blondesen...
J'imagine que sur le plan religieux, cela a du la perturber profondément. Elle doit encore se demander si pour plaire à dieu, à l'instar de Marie-Madeleine, elle n'aurait pas du faire preuve de compassion à l'égard de ce puceau sexagénaire et le laisser s'épancher sur son Mont de Vénus ?

Écrit par : Masseur Zouave | 13 janvier 2011

Une dernière réflexion pour "homme libre" et Ma soeur zouave" rien ne sert de s'abstenir de jouir de la vie! Vous et nous, savons que le cerveau est lié au sexe....Quand l'un ne fonctionne pas, l'autre est déréglé c'est comme cela que l'on devient un délinquant sexuel, ce qui assurémment, n'est pas notre cas!

OUF.

Écrit par : Pierre NOËL | 13 janvier 2011

Conclusion :-)

Le Pen a dit
"Le racisme c'est comme les arabes :
Ca devrait pas exister"
(Coluche)

Écrit par : Lala | 13 janvier 2011

Tiens, pour une fois qu'il ne blaguait pas sur les Belges...

Écrit par : hommelibre | 13 janvier 2011

Ouhhh, ben là ça sent le gars qu'aimait pas Coluche :-)

Mais vous ne seriez pas le premier ;-)

Écrit par : Lala | 13 janvier 2011

C'est vrai Lala, je ne suis pas vraiment fan, mais je ne déteste pas non plus. Je me demande encore si c'était bien toujours du 2e degré...

Écrit par : hommelibre | 13 janvier 2011

@Patoucha : point de 'Coran' alternatif, je corrigeais votre citation !

Courant alternatif j'ai vu et vous en remercie. Pour ma part, c'était un trait d'humour :)

Écrit par : Patoucha | 14 janvier 2011

Zorg, désolée, mais ce que vous avez écrit ne laisse aucun doute sur le flou artistique de racisme qui planait.

""Par ailleurs, est-ce par solidarité avec les "arabes noirs" que Zemmour a débarqué au tribunal avec un bronzage digne de Romain gary dans ses grands jours? Lequel Gary posait déjà la question de la couleur de la peau dans "Chien blanc", mais je m'égare..."

"Gary posait déjà la question de la couleur de la peau dans "Chien blanc","

Pour quelqu'un qui n'a pas lu le livre, il y a de quoi taxer Romain Gary de raciste et par voie de conséquence Zemmour. Ne vous faites pas plus malin que vous ne l'êtes. On ne me dupe pas aussi facilement et maintiens donc ce que j'ai dit!

Écrit par : Patoucha | 14 janvier 2011

Les arabes sont des blancs par rapport aux noirs.Je rappellerai qu'avant 1830,les provinces ottomanes d'Algerie avaient été des plaques tournantes de l'esclavage des noirs et des chretiens....Les juifs et les chretiens etant considerés comme des inferieurs,des dimmmis...Il existe en ce moment une telle dictature de la pensee en France,que certains ont meme peur de le dire...
Zemmour est le fils de juifs pieds noirs,francais d'Algerie,comme les europeens pieds noirs dont je fais partie....Zemmour est né en metropole en 1958...Il adore De Gaulle.C'est vrai qu'il n'a pas connu les affres de l'exil ensuite....
Si l'on n'est pas d'accord avec Zemmour,on combat ses arguments par d'autres arguments...Mais on ne declenche pas d'anathemes moraux,sensés faire taire son interlocuteur,sans aucune pensee raisonnée...A ce compte là,c'est la guerre civile.
Ce que Zemmour aurait du dire ,c'est que la delinquance touche ces populations,parce qu'elles sont les plus touchéées par la crise...Point barre...
Mon pays devient de plus en plus invivable....

Écrit par : cirta | 14 janvier 2011

Les arabes sont des blancs par rapport aux noirs.Je rappellerai qu'avant 1830,les provinces ottomanes d'Algerie avaient été des plaques tournantes de l'esclavage des noirs et des chretiens....Les juifs et les chretiens etant considerés comme des inferieurs,des dimmmis...Il existe en ce moment une telle dictature de la pensee en France,que certains ont meme peur de le dire...
Zemmour est le fils de juifs pieds noirs,francais d'Algerie,comme les europeens pieds noirs dont je fais partie....Zemmour est né en metropole en 1958...Il adore De Gaulle.C'est vrai qu'il n'a pas connu les affres de l'exil ensuite....
Si l'on n'est pas d'accord avec Zemmour,on combat ses arguments par d'autres arguments...Mais on ne declenche pas d'anathemes moraux,sensés faire taire son interlocuteur,sans aucune pensee raisonnée...A ce compte là,c'est la guerre civile.
Ce que Zemmour aurait du dire ,c'est que la delinquance touche ces populations,parce qu'elles sont les plus touchéées par la crise...Point barre...
Mon pays devient de plus en plus invivable....

Écrit par : cirta | 14 janvier 2011

Patoucha, vous êtes visiblement victime de "délire d'interprétation". Ce que vous pensez de mon soi-disant racisme m'importe peu: je sais où je suis et qu'elle fut ma vie, qui en tous points réfute vos affirmations. Ce qui me sidère, c'est cette nécessité de juger les autres, ces procès à répétitions qui font au final frémir quand on songe à la manière dont se comporteraient certaines personnes sous un régime stalinien.

Écrit par : Zorg | 14 janvier 2011

La question n'est pas de savoir ici si Zemmour dit la vérité ou pas mais le deux poids et deux mesure permanent lorsqu'il s'agit de traiter ces affaires. Zemmour a parfaitement le droit de dire ce qu'il pense! D'ailleurs, je suis le premier à m'insurger contre ces lois liberticides qui limitent l'espace de liberté d'expression. Mais qu'on ne vient pas maintenant justifier les procès intentés contre Dieudonné qui n'est qu'un Zemmour à l'envers. Lorsque Dieudo dit que la plupart d'escrocs financiers sont juifs , j'attends des réactions de soutien pour défendre sa liberté d'expression. Ce procès que Zemmour gagnera certainement, permettra au moins de mettre tous ces tartufes et faux culs devant leurs contradictions. La liberté d'expression est totale ou elle ne l'est pas!

Écrit par : Truther | 15 janvier 2011

"Lorsque Dieudo dit que la plupart d'escrocs financiers sont juifs , j'attends des réactions de soutien pour défendre sa liberté d'expression."

Vous risquez d'attendre bien longtemps étant donné que ce sombre individu n'a pas tenu les propos que vous lui prêtez.

En revanche :

"La cour d'appel de Paris a confirmé jeudi la condamnation de l'humoriste Dieudonné à 5.000 euros d'amende pour avoir tenu en 2004 des propos où ils comparaient les "juifs" à des "négriers"."

http://www.lepost.fr/article/2007/11/15/1052601_la-condamnation-de-dieudonne-confirme-en-appel.html

Suite mais pas fin :

"«Le judaïsme, une secte». La Cour de cassation estime en février 2007 que Dieudonné s'est rendu coupable d'injure raciale en assimilant, dans une interview à Lyon Capitale en 2003, les juifs à une «secte» et à une «escroquerie». Cette décision casse une décision de la cour d'appel de Paris qui avait jugé le contraire."


Et rebelote :

"Evoquant «l'exploitation du souvenir de la Shoah» et ses commémorations, il dénonce une «pornographie mémorielle». Le garde des Sceaux d'alors, Dominique Perben, demande au parquet de Paris une enquête préliminaire pour «contestation de crimes contre l'humanité». le 11 septembre 2007, le tribunal qualifie ces propos de diffamatoires envers la communauté juive et condamne l'humoriste à 7.000 euros d'amende. Celui-ci explique avoir visé par cette expression «l'instrumentalisation de la Shoah». «C'est l'utilisation qui est faite de ce drame qui est obscène», réaffirme-t-il. Le comique a fait appel du jugement mais la Cour d'appel a confirmé cette condamnation le 26 juin 2008."

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/06/26/01016-20080626ARTFIG00373-dieudonne-star-de-la-semaine-judiciaire.php

Et le petit dernier :

"L'humoriste français proche de l'extrême droite Dieudonné a été condamné au Québec à payer 75 000 dollars canadiens (46 872 euros) au chanteur-acteur Patrick Bruel pour avoir tenu des propos injurieux à son égard, rapporte, samedi 28 février, le quotidien montréalais La Presse."

http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2009/02/28/dieudonne-condamne-au-quebec-a-payer-46-000-euros-a-patrick-bruel_1161825_3224.html

Il n'y a donc aucune équivalence entre les propos tenus par Zemour et ceux tenus par Dieudonné.

Cela dit, vos propos sont, de toute évidence, mensongers et Dieudonné pourrait certainement, à juste titre, vous faire rendre gorge devant un tribunal pour les propos que vous avez placé dans sa bouche. Vous saisissez ?

Écrit par : Giona | 15 janvier 2011

@ pierre noel

"La majorité des délinquances sont d'ordre économiques et sociales, j'y ajoute la très mauvaise politique envers les jeunes depuis les deux derniers chocs pétroliers"

faux la majorité de la délinquance 80% est issu de familles appelées pudiquement monoparentales. il y a rien d'économique et de social la dedans mais bien un probléme familial.

de plus notre société permissive tolérante maternante n'est plus capable avec les valeurs qu'elle véhicule de donner des limites à ces jeunes de les cadrer.
elle ne fait que les excuser les fait passer pour des victimes ce n'est pas ce qu'ils onts besoin.

la trés mauvaise politique n'est pas où tu crois.
la trés mauvaise politique est dans le maternage à grande échelle de ces fils d'émigrés maintenant français, ils onts besoin de part leur culture de limites
de fermeté, en face d'eux d'institutions fortes qu'ils aient envie de respecter.
comme ça ils pourronts être assimilés.

"Que l'on arrête d'être con à lier, ce sont des jeunes FRANCAIS, ils ont le droit au respect des vieux CONS! Au lieu des les concentrer aux extérieurs dans des GHETTOS il fallait leur donner une place dans les centres ville ou villages! Ne nous plaignons pas des merdes communautaires, nous avons ce que nous méritons! "

comment fait-tu pour écrire un ramassis de bêtises pareilles.

cher monsieur ils auronts droit aux respect des vieux cons quand ils mériteronts ce respect.

"Ne nous plaignons pas des merdes communautaires, nous avons ce que nous méritons! "

c'est sur qu'on a ce qu'on mérite en s'applaventrissant devant eux comme tu le fait si-bien on a ce qu'on mérite.

en algérie il y a des banlieus surpeuplées beaucoup de chomage plus qu'en france
mais la délinquance comme en france non, des Ados brulant des voitures par centaines, c'est inadmissible chez eux.

"Désigner l'autre par sa couleur ou son origine Arabe en l'occurence, c'est purement du racisme! Zemmour doit être condamné FERMEMENT,point final!"

elle est belle la liberté d'expression selon toi, ton fonctionnement s'appelle la dictature de la bien-pensance.

@ lala

"C'est le fichier Canonge je suppose dont vous parlez, mais ce fichier est censé n'être utilisé que par la police et que pour la recherche de suspects. Donc pas de statistique officielle. C'est le début de problème, car sans chiffres déclarés officiellement, il n'y a que du subjectif.

Si Zemmour avait dit la même chose en s'appuyant sur des statistiques publiées, il n'aurait pas été attaquable. C'est juste ce que je voulais dire"

trés fort zemmour peut-être attaqué parce qu'il se sert d'un fichier non public
et ce fichier n'est pas public parce que la dictature de bien pensance interdit qu'il le soit. plus faux culs tu meurt.

@ arkenciel

"A mon humble avis, le vol de mobylette est moins meurtrier que les excès de vitesse sur les routes. Pourtant on regarde beaucoup plus sévèrement la petite délinquance que la grande"

je comprends pas tout là.

un vol de mobylette ,c'est du vol de la délinquance.
un excés de vitesse c'est une infraction routiére mais ce n'est ni de la grande ni de la petite délinquance il ne faut pas tout mélanger.
évidement c'est un raccourci un peu facile pour minimiser les exactions des délinquants. et le vol toute société viable le punit.

Écrit par : leclercq | 16 janvier 2011

http://christinetasin.over-blog.fr/ext/http://www.bivouac-id.com/2009/05/15/un-psychologue-danois-%e2%80%9cl%e2%80%99integration-des-musulmans-dans-nos-societes-occidentales-est-impossible%c2%bb/

"La tradition occidentale, qui utilise compromis et introspections comme principaux outils pour gérer les conflits tant intérieurs qu’extérieurs, est considérée comme une faiblesse dans la culture musulmane. Dans une large mesure, ils ne comprennent tout simplement pas cette façon plus douce et plus humaniste de traiter les affaires sociales. Dans le contexte du travail social et de la politique, cela signifie que l’individu a besoin de plus de limitations et de conséquences plus sévères pour être en mesure d’adapter son comportement."

comme peu de commentateurs prennent en compte cette réalité là comme notre ami pierre nöel j'ai l'impression qu'ils sonts aussi faux culs que les autorités danoises.

"Selon les autorités de Copenhague, il est apparemment autorisé de déclarer que les problèmes rencontrés par les musulmans sont causés par la pauvreté, les médias, la police, les Danois eux –mêmes, les politiciens, etc. Mais deux choses ne sont pas admises : 1) discuter de l’importance de la culture et 2) de la responsabilité propre des étrangers quant à leurs difficultés d’ intégration dans nos sociétés. "

Écrit par : leclercq | 16 janvier 2011

"Patoucha, vous êtes visiblement victime de "délire d'interprétation". "

Du tout je n'interprète pas mais lis entre les lignes. C'est différent!

HOMMELIBRE, Vous êtes prié d'effacer le commentaire de l'usurpateur de mon pseudo:

"Rhooooooooooo l'islamiste analphabète et terroiste Zorg et sa kyrielle de pseudos commence vraiment à me faire ch.. Hommelibre un nettoyage au karcher s'impose MDRRRRRRRR. Rhoooooooooooooooo."

Ecrit par : Patoucha | 15 janvier 2011

Et nous faire profiter des coordonnées de Rambam. Merci!

Écrit par : Patoucha | 16 janvier 2011

Leclerc, je n'ai pas gardé les cochons avec vous donc votre commentaire ne m'intéresse pas, c'est du langage de charretier.

Bonne santé.

Écrit par : Pierre NOËL | 17 janvier 2011

Patoucha, la question n'est pas de lire entre les lignes, en filigrane ou à l'aide d'une loupe: elle est de parvenir à lire juste et honnêtement. Que vous puissiez seulement détecter, dans mes propos, une allusion à un supposé "racisme" de Romain Gary me laisse songeur sur vos capacités, justement, à lire. Gary, très suspicieux d'ailleurs à l'égard des bons blancs qui s'illustraient dans le racisme contres les noirs, tant il n'était pas dupe de ce qui se jouait là. Las, tout le monde ne peut avoir la même lucidité.
Quant au second degré de mes remarques sur le teint de Zemmour vous ne l'avez, soit pas perçu, ce qui témoigne d'un regard qui non seulement ne lit pas entre les lignes mais qui en outre peine à saisir une tonalité, soit pas compris.

Écrit par : Zorg | 17 janvier 2011

@ Pierre NOEL

quelle importance que ça t'interesse où pas, je me doute bien qu'au point où tu en est de la bien pensance tu est incapable d'une remise en question de tes idées trop englué dans ta béatitude gauchiste.

comme dit homme libre juste capable de me stigmatiser, incapable de d'arguments cohérents, j'ai bien lu les inepties que tu a écrit plus haut franchement ça m'a bien fait rire je t'en remerçie.
des écrits d'intellectuel de pacotille voilà ce que c'est. et en plus imbu de lui même et de ses grandes idées.

Écrit par : leclercq | 17 janvier 2011

extrait à méditer du dernier livre de Pascal Bruckner "Le mariage d'amour a-t'il échoué"

"Mais la destruction de l'ordre patriarcal, telle que nous l'avons pratiquée, est-elle applicable immé-diatement à toutes les cultures (en admettant que l'émancipation de type européen soit la seule voie à suivre pour le reste du monde) ? N'est-il pas nécessaire de ménager des transitions adaptées au contexte historique ? Une évolution qui a pris des siècles chez nous devrait être comprimée en quelques générations pour des socié-tés anciennes qui se trouvent sommées de renier des préjugés et des habitudes pluriséculaires. C'est tout le problème de l'islam en Europe et en Amérique du Nord qui doit, en quelques décen¬nies, avaler la laïcité, la discrétion reli¬gieuse et la libération des mœurs qui auront nécessité quatre siècles de combats acharnés sous nos climats. Renverser par simple décret le vieil édifice hiérarchique qui règle les rap¬ports entre les sexes est parfois, dans des pays non préparés, un bouleverse¬ment qui confine à la panique.
Il faut donc d'un même mouvement encourager le droit des femmes et des minorités partout où il est bafoué et de l'autre tenir compte, avec souplesse, de la non-concordance des temps et des mentalités. "

Écrit par : leclercq | 17 janvier 2011

Hé oui! C'est bien parce que c'est Zemmour et que Zemmour.....

Enorme:

18 janvier 2011
Pourquoi SOS racisme n’attaque-t-elle pas en justice l’auteur de ces propos ?

“L’exemple du traitement de la surdélinquance des étrangers et des jeunes issus de l’immigration est ici éclairant. Longtemps nié en France, ce phénomène n’en était et n’en demeure pas moins réel.[…] Nier une évidence, c’est s’interdire d’en offrir une analyse.”

Ces propos confirment ceux tenus par Eric Zemmour sur l’antenne de Canal + et pour lesquels il est poursuivi par SOS Racisme, la LICRA, le MPRAP. Alors pourquoi ces associations n’intentent-elles pas un autre procès contre l’auteur de cette déclaration ?

Peut-être parce que c’est Dominique Sopo, le président de SOS Racisme en personne, qui a écrit cela en 2005 !
Il est vrai que cela pose deux problèmes.

Le premier est juridique. Une association comme SOS Racisme peut-elle attaquer son propre président pour diffamation et incitation à la discrimination raciale ?

Le second problème est d’ordre psychologique. Quant on entend les propos de Dominique Sopo contre Eric Zemmour et que l’on relit aujourd’hui son livre “SOS antiracisme” publié en 2005, on ne peut que s’inquiéter pour lui. Un tel double discours pourrait être le résultat d’un dédoublement de la personnalité. Dans son livre, Dominique Sopo dénonçait violemment les dérives d’un antiracisme dont il est aujourd’hui le plus pur produit.

Dominique Sopo, SOS antiracisme, éditions DENOEL, octobre 2005


Quelques extraits pour le plaisir :



“Il existe en France, un antiracisme bien-pensant. Il est dangereux, car dévoyé. […] Il repose sur une relation viciée, dès le départ, entre d’”ex-colons” et d’”-ex-indigènes”. Il se nourrit principalement de cette culpabilité blanche. Il est une perpétuelle action de repentir. L’étranger ainsi canonisé, la béatitude peut suivre.” 4 éme de couverture.

” Il faut souligner que dans la conception exotique de l’antiracisme, l’Etranger est privé de sa propre définition et d’une libre détermination. Il n’est plus un sujet agissant mai un objet de compassion. ” p 14

“Le discours victimaire occupe pourtant une place loin d’être négligeable chez ceux qui se réfèrent au discours antiraciste. Il l’occupe d’autant plus qu’il est adossé à une lecture marxisante de la société : d’un côté les oppresseurs, de l’autre les opprimés.” P 22

” Pour cela, les islamistes savaient pouvoir compter en Europe sur un allié de poids : la mauvaise conscience post coloniale. Le discours antiraciste fut alors dévoyé en prenant en compte cet élément majeur. Pour échapper à toutes critiques de leurs visées réactionnaires et de leurs stratégies d’influence, ces extrémistes entreprirent, en dénaturant profondément la philosophie et les mots de l’antiracisme, de dénoncer une “islamophobie” dont la moindre critique à leur égard aurait été le signe. ” p.78



Contre cette hypocrisie et pour défendre la liberté d’expression, vous pouvez toujours signer la pétition de soutien à Eric Zemmour lancé par l’UNI. Elle a déjà rassemblé plus de 70.000 signataires.

ovial.blog.lemonde.fr/2011/01/18/pourquoi-sos-racisme-nattaque-t-elle-pas-en-justice-l'auteur-de-ces-propos/

Écrit par : Patoucha | 20 janvier 2011

"Les faits sont têtus ... et selon les faits Zemmour a bien raison !"

Quels faits? Où? Parce que si vous allez à la prison d'Algéciras, la plupart des trafiquants sont blancs.

Quels faits? Les petites mains qui se font attraper? Ou les gros bonnets qui financent et organisent le trafic?

Quels faits? Les consommateurs friqués qui ne sont jamais inquiétés alors que sans eux le trafic deviendrait nettement moins intéressant?

Ca ne mérite pas un procès, mais il est juste nécessaire de ridiculiser des propos imbéciles.


Solidarité en faveur de la liberté d'expression :

http://blogdesamialdeeb.blog.tdg.ch/

Écrit par : Johann | 20 janvier 2011

Johann, d'accord avec le fait que sa phrase demandait à être contextualisée et élargie à une analyse plus complète. Mais il met les pieds dans le plat, c'est bien. Sos-Racisme et les autres n'ont pas fait de procès à Mme Lauvergeon, présidente d'Areva, quand elle a dit: "... tout sauf l'homme blanc". Là c'était une vraie discrimination. Mais silence radio des indignés professionnels. Evidemment, elle tapait sur les blancs, et D. Sopo, président de Sos-Racisme en France, n'est pas blanc. Un lien de cause à effet? Hoooo....

;)

Écrit par : hommelibre | 21 janvier 2011

C'est vraiment n'importe quoi ! Eric Zemmour est une simple caricature du bon immigré qui veut que tout le monde chante la marseillaise. Je ne sais pas sur quelle statistique il se base pour dire ça, mais moi j'ai grandit dans un lycée où on était au total quatre noirs ( de la seconde en classe prépas ) parmi une centaine de bon bourgeois "français"bien blanc. Et bien que noire n'ayant jamais touchée à des produits illicites ( eh oui ! C'est fou ça existe ), je n'ai jamais vu autant de drogues circuler au sein d'un lycée parmi mes chers camarades. Et Neuilly je n'en parle pas. C'est prit en compte ça dans nos soi-disant states ???!!! Ah la France...De mieux en mieux. On retrouve dans ce peuple de vieux réflexes passés qui en font pleurer plus d'un ailleurs. A quand l'évolution et à quand le voile levé sur l'hypocrisie de ce pays ???
Tant qu'à faire, je peux dire que la plupart des pédophiles, des tueurs recherchés pour homicide en France sont des blancs au vue de ce qu'on voit à la télé. Donc tout les blancs sont pervers c'est une évidence ! Ah oui mais non on ne dira pas ça parce que on distingue l'homme de sa couleur...mais ça ne caut pas pour les autres. Et puis après tout, qu'est-ce qu'une fille découper en morceau et retrouver dans une rivière quand des petits négros trafiquent hein ??

Écrit par : Ah la France ! Toujours un train de retard sur les valeurs qu'elle chante | 17 juillet 2011

" je n'ai jamais vu autant de drogues circuler au sein d'un lycée parmi mes chers camarades."

ce sonts des consommateurs pas des trafiquants.

extrait du terrorisme intellectuel

"Dans le domaine de l'insécurité, ceux qui suggérer qu'il pourrait y avoir une corrélation avec la poussé de l'immigration sont aussitôt étiquetés. Mais le fait es là, même si pèse sur lui un non-dit médiatique de cer mégatonnes. Journaliste au Point, Christian Jelen divulgué les chiffres suivants dans un livre courageu> qu'il n'a pas pu tenir en main, étant mort après avoi terminé son manuscrit. Sur les 511 542 personne mises en cause par la police en 1997, 119 694 étaien étrangères, soit 23 %. Sur 53 845 détenus fin 199"i 13 180 (soit 24 %) étaient étrangers. Mais le plus déli cat est ceci : en 1997, une estimation de la Directio: centrale des Renseignements généraux identifiait, dan toute la France, un échantillon de 724 meneurs d violences urbaines, âgés de 16 à 25 ans. 60 étaien maghrébins, 15 africains et 406 français. Mais sur ce 406 Français, 48 seulement portaient un nom et u: prénom de consonance européenne."

la propagande SOS racisme a l'air d'avoir beaucoup d'effet sur toi !!!!

dans la prison pour lourdes peines à Roanne 80% des détenus sonts d'origine étrangére, alors que les étrangers sonts quand même une minorité en france étonnant non.

suite du même livre

"Jelen était juif. L'aurait-on accusé de racisme ? Ave beaucoup de justesse, ce transgresseur de tabous remai quait que « des jeunes ne deviennent pas délinquants cause de leur origine, mais parce qu'ils sont culturelle ment mal assimilés et socialement mal intégrés, ce qv ne les réduit pas pour autant à l'état d'innocente victimes. Reconnaître leur " surdélinquance ", ce n'est pas verser dans le racisme, mais au contraire le combattre. Car le racisme, pour se développer, a besoin d'immigrés qui refusent nos mœurs et nos lois 6 ».
L'hypocrisie est totale quand la radio ou le journal du matin évoquent des troubles provoqués par une bande de « jeunes ». Devant son petit déjeuner, tout le monde sourit : tant pis pour les antiracistes.
Mais les racistes se trompent tout autant. Dans les sociétés musulmanes traditionnelles, les chefs de famille exercent sur leurs enfants une autorité sans partage, et ne plaisantent pas avec les incartades. Si certains jeunes issus de l'immigration tournent mal, ce n'est pas en raison de leur ascendance. C'est qu'ils échappent à leur famille, et qu'ils ont rompu avec ses traditions. Non intégrés, ils sont à la fois étrangers à leur culture d'origine et à la culture française. Ils se raccrochent alors à la culture que leur délivrent le cinéma et la télévision, avec ces films américains où l'on vit dans la rue et où l'on dégaine plus vite que son ombre : culte de la force, violence, loi de la jungle.
Le chantier de l'immigration tient des travaux d'Hercule, mais sa réussite est un impératif catégo¬rique pour la collectivité nationale. Maîtriser le flux des entrées sur le territoire (en coopération avec les Etats européens), restaurer l'autorité publique, soute¬nir la famille, retrouver la mission de l'école, réduire le chômage, et sans doute lutter contre les préjugés raciaux, telles sont les conditions préalables à l'intégra¬tion des nouveaux venus dans le destin collectif du pays. Mais une chose est sûre : on s'en sortira en fai¬sant d'eux des citoyens français, et non des sans-patrie. "

on n'intégrera pas ces jeunes en les faisant passer pour des victimes, mais en ayant des attitudes pour qu'ils respectent la France.

http://www.communautarisme.net/Violences-dans-les-banlieues-regarder-la-realite-en-face_a646.html

"Cela implique l’acceptation de l’ambivalence de son histoire en étant conscient qu’aucun peuple en l’affaire ne dispose d’un blanc-seing et un patriotisme qui ne se confond pas avec le nationalisme chauvin et xénophobe. À l’inverse, toute une idéologie gauchisante minoritaire au sein du milieu associatif réduit l’histoire de notre pays à ses pages les plus sombres et renforce la mentalité victimaire des jeunes désaffiliés en présentant leur situation dans la continuité de celle qui fut celle des esclaves et des peuples colonisés. Cette idéologie travaille à l’encontre de l’intégration et elle peut recouper ou se trouver mêlée à des thèmes fondamentalistes musulmans. Sans nier les pages sombres de notre histoire, l’intégration implique la conscience des acquis de notre histoire et le partage d’un patrimoine culturel commun. C’est aussi dans ce cadre, que l’éducation populaire peut retrouver un nouveau souffle. La citoyenneté n’est pas l’affichage des différences dans une logique de victimisation, mais elle implique le souci de partager les acquis de notre propre histoire et de créer un avenir commun. "

Lettre ouverte d'un major de gendarmerie. Que du plaisir !

Lisez cette lettre ouverte, écrite par quelqu'un qui n'a pas froid aux yeux; qui sait utiliser les mots adéquats et chose rare, qui signe sa lettre.

Surtout n'oubliez pas de la faire suivre.

Lettre ouverte en réponse au Président du MRAP (très bien tournée; elle fait bien plaisir à lire !)
==========================================================================

Monsieur,

Vous avez organisé récemment, en tant que président du MRAP, un colloque à l'Assemblée nationale intitulé "Du racisme anti-arabe à l'islamophobie".

Vous y avez dénoncé, en France, " les mosquées souillées, les discriminations à l'emploi et au logement, les appels au meurtre, les violences et agressions à l'endroit des populations et des lieux de culte musulmans.

Vous avez montré du doigt l'impunité dont bénéficient les auteurs de ces délits, appelant à un réveil de l'opinion publique, un sursaut des institutions (Police, Justice, Education nationale, etc.), une mobilisation des grandes consciences intellectuelles.

Vous avez raison ! De plus en plus de Français sont racistes.

De plus en plus en ont par-dessus la tête de ce qu'ils appellent (à tort) l'invasion islamo-maghrébine.

De cet afflux de populations inassimilables qu'ils croient (à tort) être le ressort principal de la délinquance et de la criminalité.

De plus en plus sont épouvantés (à tort) par l'afflux de populations qui, ayant chassé l'occupant raciste des territoires qu'il exploitait, ont rendu ces terres à l'heureux état de nature mais sont contraintes de chercher, auprès de l'ancien colonisateur raciste, les remèdes à la misère provoquée par la décolonisation.

De plus en plus de racistes ont (à tort) des idées de violence en entendant sur les radios les poésies du groupe afro-maghrébin Sniper qui chante, par exemple : " La France nous ronge, le seul moyen de se faire entendre est de brûler des voitures. La France est une garce. On nique la France. "

Oui, Monsieur Aounit, la triste vérité est là : les racistes n'entendent rien à la rude poésie des cités et ils en ont par-dessus la tête d'entendre des hexagonoïdes chanter qu'ils niquent la France, et qu'ils baisent leurs mères.

C'est sûr qu'il y a quelque racisme à ne pas accepter ces coutumes de baiser notre mère et de niquer notre pays, mais c'est ainsi, Monsieur Aounit : les racistes ne sont pas tolérants.

Et ils ont tort. Vous avez raison !

Mais comment ces petits blancs arriérés seraient-ils assez évolués, ouverts, libéraux et modernes pour accepter que des populations qu'ils ont accueillies, nourries, soignées et enseignées leur crachent leur haine et leur mépris à la figure ?

Vous faites bien de dénoncer ce racisme-là en France dans la Chambre des députés de cette République qui vous a fait tant de mal.

La dignité de l'endroit ajoute à la force de votre réquisitoire.

Mais vous feriez mieux encore en allant le prononcer là-bas, au bled.

C'est sur place, chez eux, alors qu'ils sont encore libres, qu'il faut alerter les milliers d'Afro-musulmans et d'islamo-maghrébins qui s'apprêtent à céder au mirage du RMI, de la Sécu, des allocs, et à basculer dans le piège affreux que leur tendent les racistes français.

Monsieur Aounit, dites-le à vos frères, à vos cousins, à vos femmes, à vos enfants, à vos voisins, à tous ceux du bled et de la brousse: la France raciste ne veut pas d'eux parce que dans son aveuglement raciste, elle les regarde (à tort) comme des envahisseurs et des prédateurs.

Dites simplement cette sinistre vérité aux vôtres Monsieur Aounit.

Ne les laissez pas se jeter dans la gueule du loup. Il est de votre devoir de protéger ces malheureux contre cette effrayante menace. Les laisser venir, serait se rendre coupable de non-assistance à personnes en danger.

D'ailleurs vous-même, Monsieur Aounit, vous et tous ceux qui comme vous, êtes condamnés à vivre dans cet abominable pays raciste, n'hésitez pas: brisez vos chaînes, secouez la poussière de vos sandales et quittez cet enfer.

Ne faites pas plus longtemps aux racistes le cadeau de votre enrichissante présence.

Ne soyez plus le gibier de ces chasseurs impitoyables qui attaquent vos mères dans le métro, violent vos filles dans les caves, pillent vos supermarchés, brûlent vos voitures dans vos cités, vendent de la drogue à vos enfants.

Ne leur laissez aucun homme à discriminer, aucune femme à insulter, aucun enfant à battre, aucune mosquée à souiller.

N'hésitez pas : vengez toutes ces années de terreur, de souffrance, d'humiliation, d'exploitation qu'ils vous ont infligée : privez-les de la chance que vous représentez.

Et puis, pourquoi vous gêner ? En partant, emmenez vos amis.... Les grandes consciences intellectuelles, les militants immigrationnistes, les journalistes amis,

D'abord cela leur épargnera l'insupportable peine de vivre sans vous, ensuite cela privera la France raciste de la formidable force intellectuelle qui fait son rayonnement dans le monde entier. Ils seront bien punis, les racistes !

Songez-y, Monsieur Aounit: ils auront l'air de quoi les Le Pen, les Gollnisch, Les Hortefeux, Besson les militants du FN et les électeurs de tout ce monde quand, le dernier bateau ayant franchi la ligne d'horizon, l'ultime avion s'étant évanoui dans l'azur, la dernière camionnette étant passée de l'autre côté de la frontière, ils découvriront qu'ils sont désormais entre eux ?

Entre racistes.

Tout seul.

Ah, on voudrait voir ça ! Rien que pour le plaisir.

Cette lettre circulait par EMail dans un petit circuit, maintenant osons la diffuser largement.

Cordialement

Major Alain PINON Chef de l Unité des Moyens Aériens

29, rue Henry FARMAN Paris

Tél. : 01.53.98.20.05 / Fax. : 01.53.98.20..12 Portable : 06 88 21 67 70

Mail : alain.pinon@interieurgouv.fr

A FAIRE SUIVRE !!!

Écrit par : leclercq | 17 juillet 2011

Ah oui une lecture intéressante pour toi

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/comment-parler-du-racisme-anti-blanc_970808.html#xtor=AL-447

Écrit par : leclercq | 17 juillet 2011

Cher Leclercq,

"ce sonts des consommateurs pas des trafiquants."

Parce que tu crois vraiment qu'ils s'amusaient juste à " consommer"? Comme je l'ai déjà dit, beaucoup de drogues transitaient dans ce petit marché. Et comme dans tout marché, il y a certes une demande, mais aussi bien une "offre". Et l'offre ne provenait pas d'une légère populasse basanée ( car inexistante dans mon bled ) si tu vois ce que je veux dire...
Qu'il y ait bien des trafiquants d'origines étrangères, soit. Ce serait malhonnête de ma part de le nier. Mais de leur coller cette étiquette comme étant la grande majorité, j'ai de sérieux doute. Excuse-moi, et ce malgré les stats. C'est pas les jeunes étrangers le problème, c'est les jeunes et la drogue tout court ( étant étudiante je sais de quoi je parle ! )Et quand bien même les jeunes d'origines étrangères seraient statistiquement plus nombreux, ce marché ne prolifèrerait pas autant si de l'autre côté, il n'y avait pas de consommateurs. Aux parents français de souche d'éduquer leurs enfants sur la drogue autant que les parents d'origines étrangères. Alors le Zemmour là, faudrait qu'il pense à amuser la galerie ailleurs !


"la propagande SOS racisme a l'air d'avoir beaucoup d'effet sur toi !!!!"

Hum...propagande ? Effet sur moi ? Je suis bien black mais je vais t'avouer un truc, je ne me suis jamais penché sur les causes que défend cette organisme. C'est à peine si je la connais ( de nom surtout ) donc sa propagande...il se trouve que j'ai un cerveau, un esprit critique et surtout, j'observe beaucoup. Et si j'arrive selon toi à sortir les mêmes argumentations qu'SOS racisme, c'est qu'il doit y avoir un fond de vérité non ?
Pas besoin d'un organisme pour comprendre que le racisme existe en France, on le voit partout et surtout chez une certaine partie de la population dit de "souche" ! Mais tu vois, il ne s'agit pas de me positionner en tant que victime...il faudrait déjà que j'accorde une véritable importance à certaines réflexions dépassée de 500 ans émanant parfois consciemment ou inconsciemment de mes compatriotes de souche... . Et je vais justement le montrer dans une de tes citations :

"Mais comment ces petits blancs arriérés seraient-ils assez évolués, ouverts, libéraux et modernes pour accepter que des populations qu'ils ont accueillies, nourries, soignées et enseignées leur crachent leur haine et leur mépris à la figure ? "

Nourries ? Soignées ? Enseignées ? Et puis civilisée après tout... Voilà le genre de pédantisme français néo-colonial que je rencontre souvent, qui remontent à il y a des siècles en arrière et qui me donnent envie de gerber. ( Après tout nous avons civilisé ces peuples de sauvages ) C'est pour moi, une analyse de surface.
Pourquoi ces étrangers nourries, accueillis, soignées en France ont eu besoin de partir de leur pays pour trouver une vie "meilleure" ici ???
Peut-être parce qu'avant cela, ce même pays qui aime se montrer si généreuse à oublier de dire que ces étrangers fuient des pays qu'elle a de part l'histoire laissé dans des états pitoyables et pillés afin de devenir ce pays si accueillant non ? Je pourrais aller plus loin mais ça prendrait trop de place sur ce site pour illustrer mon propos rien qu'avec le cas de mon pays d'origine...elle est là la haine , là seulement ! Ca sert à rien de se voiler la face, surtout lorsque l'on constate d'où vienne ces couches étrangères ( Magrheb, antilles, cambodge, afrique de l'ouest etc. ) Tu vois le rapport ou tu veux que je te fasse un bref rappel historique ?
Et tout ces étrangers n'ont-il pas contribuer eux-aussi à ce que la France se construisent hein ? Et ce sont eux les ingrats... . Je sais que ce vieil adage ne plaît pas mais le problème est pourtant là. Il s'aggravera d'autant plus que la France n'est pas prête à lâcher la grappe à l'Afrique, parce qu'il faut bien qu'elle trouve sa manne quelque part et les guerres civils ne sont pas prêtes de se terminer dans ces pays là, donc la fuite de la population non plus.

Il faut être réaliste, un Dupont aura toujours plus de chance qu'un Koulibali. Qu'elle n'a pas été ma surprise quand une de mes profs de grammaire nous avouait que le directeur de l'UFR avait demandé aux professeurs de noter plus sévèrement les élèves dont le nom avait une consonance étrangère ?


En fait ce que je veux dire, c'est que si la France souhaiter demeurer tranquille, il fallait y penser avant d'aller faire "chier" les autres non ? Stigmatiser des peuples comme étant la source des problèmes n'est qu'une stratégie politique ( que l'on retrouve dans beaucoup de pays ) pour monter la population les uns contre les autres.
Sauf qu'il est illusoire de croire que parce que des "pantins" comme Zemmour semble avoir mis le doigt sur le problème qui est un faux problème ( alors que c'est je le répète une caricature du bon immigré intégré), les choses se règleront. Les stats et son discours n'est que de la surface, du vent, et on pourra débattre longtemps comme ça.
Je suis d'accord pour dire qu'on ne vient pas dans un pays qui t'accueille volontier pour foutre le désordre...mais cela vaut tant pour les étrangers que pour la France elle-même qui elle ne s'est pas gênée. Ce ne sont que des conséquences donc désolé si ça me fait sourire de voir certains se plaindre de leurs immigrés. Faut peut-être penser à revoir certains comportement des deux côtés. Il n'y pas d'incendie sans feu.

Enfin...Je me tropes ou tu as l'air de penser que je suis raciste ! Zut alors, si les blancs se mettent à hurler au racisme eux aussi à tout va, nous les noirs on aura plus de stratégie de défense lol Hum...attend voir...

"Le racisme est une idéologie, qui partant du postulat de l'existence de races humaines1, considère que certaines races sont intrinsèquement supérieures à d'autres2. Cette idéologie peut entraîner une attitude d'hostilité ou de sympathie systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes." wikipédia.

Je ne crois que ma "race" soit supérieur ou inférieur , je suis, je pense , assez intelligente pour le savoir...par contre il est vrai que je peux adopter une attitude d'hostilité à l'égard d'une catégorie déterminée...non je plaisante... c'est pas politiquement correcte de dire OUI JE SUIS RACISTE dans ce pays alors je vais dire que NON... comme tout bon français qui se respecte, on pourra pas dire que je suis pas intégrée hein ?!

Non pas raciste ! La race pour moi étant une stupidité inventé par ces mêmes pays qui se disent depuis longtemps civilisés mais peut-être lassée de voir que certaines choses n'ont pas pour intention de changer. Il n'y pas de Racisme anti-blanc, ça n'existe pas. Il y a sûrement en revanche, de l'anti"blanc". Je ne crois pas que ce soit une question de couleur de peau mais de mépris pour ce qu'il représente dans l'imaginaire collectif des étrangers...il y a effectivement depuis ces derniers temps de la part des "étrangers" la tendance à considérer les "blancs" comme leurs ennemis. Peut-être parce qu'au fond, des périodes reculées jusqu'à nos jours, une grande majorité d'entre eux ne se sont jamais montrés comme des alliés ??? J'extrapole là.

Mets-ça sur le compte de ma jeunesse !

Écrit par : Ah la France ! | 10 août 2011

"Je suis d'accord pour dire qu'on ne vient pas dans un pays qui t'accueille volontier pour foutre le désordre...mais cela vaut tant pour les étrangers que pour la France elle-même qui elle ne s'est pas gênée. Ce ne sont que des conséquences donc désolé si ça me fait sourire de voir certains se plaindre de leurs immigrés. Faut peut-être penser à revoir certains comportement des deux côtés. Il n'y pas d'incendie sans feu."

médite ce lien ça te fera du bien

http://www.communautarisme.net/Violences-dans-les-banlieues-regarder-la-realite-en-face_a646.html

et surtout cette phrase.

" la nation demeure une référence identitaire et le lieu central de la citoyenneté. Elle constitue un pôle d’identification avant même l’appartenance européenne dont la prégnance demeure faible, tout particulièrement dans les banlieues. Cela implique l’acceptation de l’ambivalence de son histoire en étant conscient qu’aucun peuple en l’affaire ne dispose d’un blanc-seing et un patriotisme qui ne se confond pas avec le nationalisme chauvin et xénophobe. À l’inverse, toute une idéologie gauchisante minoritaire au sein du milieu associatif réduit l’histoire de notre pays à ses pages les plus sombres et renforce la mentalité victimaire des jeunes désaffiliés en présentant leur situation dans la continuité de celle qui fut celle des esclaves et des peuples colonisés. Cette idéologie travaille à l’encontre de l’intégration et elle peut recouper ou se trouver mêlée à des thèmes fondamentalistes musulmans. Sans nier les pages sombres de notre histoire, l’intégration implique la conscience des acquis de notre histoire et le partage d’un patrimoine culturel commun. C’est aussi dans ce cadre, que l’éducation populaire peut retrouver un nouveau souffle. La citoyenneté n’est pas l’affichage des différences dans une logique de victimisation, mais elle implique le souci de partager les acquis de notre propre histoire et de créer un avenir commun. "

http://www.marianne2.fr/Michele-Tribalat-au-Monde-Verifiez-vos-chiffres-sur-l-immigration_a183057.html

http://ripostelaique.com/Michele-Tribalat-demographe-auteur.html

racisme anti-blanc" de Tarik Yildiz

Entretien avec Bastien, lycéen : « Quand on dit racisme, personne ne pense au racisme anti-Français ».Bastien est en seconde, lui aussi dans un lycée ZEP. Il décrit le même enfer au quotidien, les brimades, les moqueries, la violence. « Le pire, c'était les années collège. Au lycée il y a plus de Français de souche, je me sens moins seul. Cela n'a rien à voir avec ce que je vivais avant. Chaque matin, en allant en cours, j'avais la peur au ventre. Chaque jour, la seule chose que j'espérais c'était de rentrer sans avoir pris de coup ou sans me faire insulter. »Au départ, il n'osait pas en parler à ses parents : « Je ne voulais pas leur faire de peine, qu'ils sachent ce que je vivais au quotidien. Je ne sais pas tellement pourquoi, mais je n'en parlais pas. » Cependant, un événement l'a convaincu de partager cette souffrance avec ses parents.«J'étais en cinquième. Mes parents avaient remarqué que je n'aimais pas l'école, mais ils ne savaient pas vraiment pourquoi. Un jour, dans la cour, certains ont commencé à jouer au "petit pont massacreur". C'est un jeu qui se joue avec un ballon ou une balle de tennis. On joue au foot et l'objectif est de faire un "petit pont", faire passer la balle entre les jambes de quelqu'un. Ce dernier est ensuite roué de coups par tout le monde. Moi, je ne jouais pas, je ne faisais que passer par là. Un des élèves s'est diri¬gé vers moi et m'a fait un petit pont. C'est alors que tous ceux qui jouaient et même d'autres qui étaient dans la cour se sont précipités sur moi et m'ont donné des coups à n'en plus finir jusqu'à ce qu'un surveillant intervienne. J'ai eu mal pen¬dant plusieurs jours et j'ai tout raconté à mes pa¬rents. »
La douleur n'était pas seulement phy¬sique, Bastien a souffert longtemps psychologi¬quement de cette agression qui n'était pas la première. « Je suis allé consulter un psychologue parce que je ne voulais plus aller à l'école, j'avais peur tout le temps. À mon retour en cours, rien n'avait changé, au contraire, c'était encore pire ». Il explique que la seule règle au collège était celle de la loi du plus fort. « Quand on se fait frapper une fois, on est la victime, la victime perpétuelle et plus personne ne nous respecte alors qu'on n'a rien fait de mal, on s'est juste fait agresser ! C'est le monde à l'envers. »
La victime est donc la personne qui n'est pas respectée. Et selon Bastien, les victimes sont presque toujours les Français de souche pour une raison qu'il ne s'explique pas. « Je crois que comme nous sommes différents d'eux, pas mu-sulmans, et qu'on a l'air d'être plus faibles alors ils s'attaquent tout de suite à nous. Ensuite, une fois qu'on reçoit les premières insultes ou les premiers coups, ça ne s'arrête plus. » Il déplore la situation, mais se sent impuissant. «Qu'est-ce qu'on peut faire contre ça ? Je ne sais pas, vrai-ment pas. Le seul moyen ce serait de les punir à chaque fois, mais dans ces cas-là ça veut dire qu'il faut beaucoup de surveillants qui écoutent ce qui se dit. Sinon ça ne sert à rien. »
Comme Guillaume, il pense être délaissé des adultes, des représentants de l'autorité qui n'interviennent pas. «Un jour, j'ai hurlé en classe alors qu'on était en cours de mathéma¬tiques. Un de mes camarades me demande une cartouche d'encre. Je lui réponds que je n'en ai plus et là, il commence à m'insulter. À plusieurs reprises il me dit "sale Français de merde", m'insulte en arabe. Après, il me crache dessus. C'est à ce moment-là que j'ai crié, le prof a de¬mandé ce qu'il se passait, mais il n'a pas écouté les explications. Il nous a demandé à tous les deux de sortir ! Dehors, celui qui m'a insulté m'a mis une claque, j'ai rien pu faire, le prof ne vou¬lait rien entendre par la suite. Je suis certain que si moi j'avais proféré des insultes racistes, le prof n'aurait pas eu la même réaction. »
Ce sentiment de deux poids et deux me-sures est prépondérant dans les différents témoi-gnages de ce livre. Bastien le dit très clairement et sans aucune ambiguïté, il a l'impression que
toutes les formes du racisme ne sont pas traitées de la même façon. « Quand on dit racisme, per-sonne ne pense au racisme anti-Français. Si moi je dis que je suis victime de racisme, on va trou¬ver beaucoup d'excuses à celui qui a dit ça. Par contre, si c'est un Français de souche qui commet un acte raciste, là tout le monde va en parler par-tout. C'est complètement injuste. J'ai l'impres¬sion que je suis un étranger ici en banlieue. Même pas un étranger, parce qu'un étranger on l'agresse pas. Pour eux, je suis un moins que rien, ils pensent qu'ils ont tous les droits. » Quand je lui demande de préciser le "ils" qu'il emploie, il répond qu'il s'agit de « certains élèves, pas tous, mais ce sont ceux qui sont dans le rapport de force permanent. Ils sont arabes ou noirs, musul¬mans en tout cas. » Il tient enfin à préciser qu'il ne prétend pas que « tous sont comme ça. Il y a des gens bien aussi. » Entretien avec Anne, mère de Bastien : « J'ai vraiment l'impression que c'est la loi de la jungle ».
Anne, la mère de Bastien, est en colère. Elle est très remontée et veut crier à tout le monde le malaise général en banlieue et cette réalité qu'elle estime trop peu connue. « J'ai l'impression qu'en banlieue, ou même en France en général, on n'a pas le droit de se plaindre si on est Français de souche ! »
Elle était loin de s'imaginer ce qu'endu¬rait son fils au collège. « Lorsqu'il m'a raconté tout ça, les insultes, les violences, ce racisme terrible, ça a été un choc incroyable. Je n'arrivais pas à y croire et je m'en suis voulu de ne pas avoir été plus vigilante, de ne pas avoir pris le temps de discuter davantage avec mon fils. Et puis, on en parle tellement peu que jamais j'aurais pu penser qu'un tel racisme pouvait exis¬ter chez des enfants. » Elle dit elle-même avoir subi des injures racistes, mais elle n'imaginait pas le phénomène aussi développé.
Cela fait donc déjà quelques années qu'elle est au courant de tout et qu'elle tente de faire changer les choses. Elle refuse de fuir : « Bien sûr, il y a l'aspect financier. On vit ici parce qu'on n'a pas les moyens d'habiter dans des quartiers chics. Mais moi je ne veux pas abandonner. Je ne vois pas pourquoi ce serait à moi de fuir alors que des voyous nous rendent la vie impossible. J'ai vraiment l'impression que c'est la loi de la jungle. »
Anne et son époux ont en effet déjà pensé à déménager, avant même que Bastien ne fasse état des violences et du racisme qui le visent. « Mes parents et mes grands-parents vivaient déjà ici, mais beaucoup de familles ont déménagé. À un moment, on s'est dit, pourquoi pas nous en aller nous aussi parce qu'on ne se sentait pas très bien. La population a changé et on s'est retrouvés minoritaires. Bastien était parfois le seul "Gau¬lois" de sa classe. »
Pour elle, l'attention que l'on porte aux personnes issues de l'immigration est beaucoup plus importante que celle accordée aux Français de souche. « Diversité, quand on entend ce mot dans les médias, on veut dire qu'il faut qu'il y ait plus de gens issus de l'immigration dans les en-treprises, etc. Mais c'est ici qu'on a besoin de diversité ! Il n'y a presque plus de Français de souche, de non-musulmans ! »
Elle a déjà parlé de ce problème aux diffé-rents professeurs de Bastien et elle a parfois été excédée par les réactions qu'elle a entendues : « Je suis bien évidemment allée plusieurs fois rencontrer les professeurs pour évoquer la situa-
tion de Bastien, les injures racistes et les vio-lences. Parfois, on nous dit qu'ils ne peuvent pas être derrière chaque élève. Parfois, on nous dit qu'ils vont faire plus attention. Mais le pire, c'est quand ils disent que ça vient d'un sentiment, comme le sentiment d'insécurité et qu'ils préten-dent à demi-mot que c'est de la paranoïa ! »
Indignée, Anne veut que les pouvoirs pu-blics fassent quelque chose pour plus de diversité en banlieue et pour que le racisme anti-blanc soit reconnu. « C'est un racisme comme un autre, j'en ai marre de ceux qui trouvent des justifications à tout. Peut-être qu'ils ont des problèmes, mais tout le monde a des problèmes. Il y a une véritable impunité, il ne faut pas s'étonner du fait que les derniers Français de souche s'en vont. »
Anne explique donc que les "Gaulois" ont de bonnes raisons de s'en aller, même s'ils n'ont pas d'enfants scolarisés. Elle a subi ce racisme personnellement à plusieurs reprises : « Un jour, dans une grande surface, une gamine d'une quin-zaine d'années avec une de ses amies passe de-vant moi alors que je fais la queue. Je lui dis gen-timent que j'étais là avant elle et c'est alors qu'elle commence à m'insulter et se fait mena¬çante. Elle me crache dessus et me dit, "sale Française de merde". J'étais terriblement cho¬quée. Des gens impolis, il y en a partout, mais ce racisme-là je ne le vois qu'en banlieue, je n'ai
pas de problème quand je fais mes courses à côté de mon lieu de travail, dans le sixième arrondis-sement de Paris ».
Anne nous raconte d'autres événements où à chaque fois, une dispute éclate. Au-delà des incivilités, les insultes visent tout de suite ses origines : « Heureusement, ce n'est pas mon quo-tidien. Mais c'est après avoir pris conscience de la situation de Bastien que tous ces événements et ces insultes ont commencé à résonner en moi. Maintenant, je considère que c'est inacceptable donc je ne veux pas l'accepter et je veux que l'on reste ici, dans notre ville. C'est à ceux qui ne res-pectent rien de s'en aller ou d'être punis. »
Entretien avec Hasan, père de famille : « On
nous reprochait de ne pas être de "bons musul-mans " ».
Hasan est père de trois enfants. Après avoir habité des années en banlieue parisienne dans des villes défavorisées, il a décidé de démé-nager, notamment à cause des pressions qu'il subissait. Il se dit musulman, mais il ne fait pas le jeûne du ramadan et consomme, de temps à autre, de l'alcool. Il n'a jamais imposé le jeûne à ses enfants qui n'ont jamais fait le ramadan.
À l'école et dans la cité, lui et ses enfants ont subi de nombreuses pressions : « Quand on recevait des amis à la maison, il nous arrivait d'acheter une bouteille de vin ou de la bière. C'était tout à fait normal pour nous, mon épouse et moi, mais quand des voisins nous voyaient, ils nous regardaient avec mépris. » Ces regards n'étaient pas la seule manifestation d'hostilité : « Plusieurs fois, des voisins nous ont fait des ré-flexions sur notre consommation d'alcool. Il est arrivé que sur notre porte, on lise "gaouri", "har-ki". On nous reprochait de ne pas être de "bons musulmans" et c'est vite devenu très pesant. »
Ces reproches et ces intimidations ont forcé la famille à se cacher : « On était obligés d'acheter les boissons dans des magasins se trou-vant plus loin de la cité. Ensuite, on cachait le
tout avec des sacs noirs, non transparents. » L'autre difficulté pour eux était de ne pas manger en public lors du jeûne du ramadan : « La pre-mière fois, j'avais oublié que le jeûne avait com-mencé et j'étais allé prendre un café en bas de la cité. J'ai très vite compris que j'avais fait une erreur. Tout le monde l'a su. On m'a fait des ré-flexions et des sermons dans le meilleur des cas. Sinon, c'était des insultes, j'étais un vendu. Là encore, nous avons dû nous cacher, mais le plus grave, c'est la situation des enfants. »
Ses enfants ont en effet subi le même type de pressions à l'école pendant le mois du jeûne. Des camarades de classe les invectivaient régu-lièrement et leur reprochaient de ne pas jeûner : « Le plus dur pour nous, ça a été de savoir ce qu'enduraient nos enfants. Mon fils me disait qu'à l'école, on lui demandait sans cesse pour¬quoi il ne jeûnait pas, s'il n'était pas musulman et qu'il commettait un péché grave. Il a, pendant longtemps, fait semblant de jeûner alors que ce n'était pas le cas ».
Ce contrôle social était si difficile à vivre pour Hasan qu'il a tout fait pour déménager. « Je trouve cela désolant. Vous imaginez ? Nous sommes en France ! En France, on doit se cacher pour boire un verre de vin, pour ne pas faire le ramadan... Je suis musulman, mais à ma façon et je n'ai pas envie qu'on s'immisce dans ma vie

privée, cela ne regarde que moi. Mais malheureu-sement, dans les cités, en tout cas dans celles que j'ai connues, ce n'est pas possible, on n'échappe pas au regard des autres. »
Hasan explique que le racisme anti-blanc dans la cité est en fait un racisme contre ceux qui n'appliquent pas à la lettre certaines obligations religieuses de l'islam. « Je ne sais pas si on peut dire que c'est du racisme parce que je suis moi-même issu de l'immigration et que je suis mu-sulman. Mais en tout cas, c'est de l'intolérance contre tous ceux qui ne pensent pas comme eux. » Il dit qu'il se sentait plus proche des rares familles françaises de souche que de la plupart des familles issues de l'immigration.
Finalement, Hasan a déménagé : « Cela a été un grand soulagement. On a commencé à avoir une vie normale, sans avoir à se cacher. J'ai le regret de ne pas avoir pu le faire avant, mais les prix sont tellement chers qu'on est contraint de rester dans les cités. Il a fallu travailler dur pour se sauver de cette situation. » Il déplore le fait de devoir fuir, mais il s'agit pour lui de l'unique solution : « Que voulez-vous qu'on fasse d'autre ? Rester là-bas et vivre un enfer, se ca¬cher, jouer le rôle d'une personne qu'on n'est pas ? Ou alors essayer d'imposer notre manière de vivre aux autres ? En réalité, il ne s'agit pas d'imposer, mais juste de leur faire accepter que
l'on puisse être différent. Pour moi, c'est impos-sible parce que même s'il y a des familles qui respectent cela, on aura de toute façon une mau-vaise image auprès des gens, des voisins. »
Le témoignage de Hasan montre donc un nouvel aspect du problème. Il existe un racisme anti-blanc mais plus généralement, on constate une intolérance envers ceux qui ont une manière de vivre différente, qu'ils soient issus de l'immigration, musulmans ou non.
Entretien avec Fatma, étudiante : « Le racisme anti-blanc n 'est pas très connu alors que ceux qui vivent en banlieue le constatent au quoti¬dien ».
Aujourd'hui étudiante en droit, Fatma a fait toute sa scolarité dans les villes défavorisées d'Île-de-France : « J'ai fait ma scolarité en France, mais j'avais l'impression d'être autre part, parfois en Arabie Saoudite ! On faisait toutes et tous le ramadan en même temps, ceux qui ne le faisaient pas, mais étaient musulmans étaient traités de harkis. Et on voyait aussi clai¬rement du racisme envers les Français de souche. » Française issue de l'immigration, elle s'est toujours sentie mal à l'aise avec ce qu'elle voyait.
Protégée parce que du sexe féminin et musulmane, elle décrit cependant une violence quotidienne qui pouvait toucher n'importe qui : « En règle général, celui qui trinquait, c'était le Français de souche de la classe. Mais il ne faut pas croire qu'il était le seul à vivre les violences, nous aussi on en souffrait. C'est vrai que pour les filles, c'est plus facile parce qu'on ne frappe pas aussi facilement une fille qu'un garçon. Mais les moqueries fusaient en permanence, c'était la vio-lence au quotidien, surtout au collège. »
Pour elle, aucun doute, il y a un véritable
racisme anti-blanc qui s'exprimait régulièrement dans sa classe : «Un jour, alors que j'étais en sixième, le petit caïd de la classe va voir un ca-marade de classe et lui dit, "gros porc", l'insulte et le traite de tous les noms gratuitement. Le malheureux a répondu, et a essayé de se défendre verbalement. Le petit caïd n'attendait visiblement que ça et a commencé à le frapper, d'autres sont venus le brutaliser aussi. Quelques-uns l'ont ti-midement défendu. Quelle était sa faute ? Pour-quoi l'avoir choisi lui plutôt qu'un autre ? La réponse est simple, c'est parce qu'il est Français de souche qu'il s'en est d'abord pris à lui. »
Elle a d'autres anecdotes qui vont dans ce sens. Elle s'étonne qu'on ne parle pas davantage de ce racisme. Elle ne veut pas nier l'existence d'autres formes de racisme et ne fait pas de hié-rarchie : « Souvent on entend qu'il ne faut pas faire de hiérarchie entre les racismes, que ce soit un racisme anti-noir, anti-blanc, anti-juif, anti-arabe... Je suis d'accord. J'ai vécu personnelle¬ment le racisme, un propriétaire a refusé de me louer son appartement quand il a appris mon nom en me disant qu'il a déjà été loué. J'ai demandé à une amie avec un nom français de le rappeler pour lui demander et il lui a dit que l'appartement était disponible. »
Ayant donc vécu elle-même le racisme, elle considère qu'il faut en parler le plus possible
pour faire évoluer les mentalités : « Pas de hié-rarchie, d'accord. Mais il faut dénoncer le ra¬cisme quel qu'il soit et je constate que le racisme anti-blanc n'est pas très connu alors que ceux qui vivent en banlieue le constatent au quotidien. Le racisme que j'ai subi, on en parle plus souvent, mais pour moi l'un n'est pas plus important que l'autre. Les deux sont à combattre de manière égale. » Elle veut une égalité de traitement des différentes affaires liées au racisme.
Fatma pense qu'il est difficile de changer la situation : « Comment changer les choses, je n'en sais rien. D'abord en parler, pour que ça se sache, mais ensuite il faut faire quelque chose. Pourquoi ne pas inciter les élèves ou les gens victimes à porter plainte directement, à chaque agression, même verbale ? Je pense que pas beaucoup oseront parce qu'on a toujours peur des représailles, mais si tout le monde s'y met, ça peut changer la donne. Il faudrait que les adultes dans les écoles soutiennent les élèves. »
Parmi les adultes qui ont, selon elle, un grand rôle à jouer, il y a avant tout les ensei-gnants : « Les profs pourraient avoir ce rôle de soutien aux enfants agressés et les inciter à porter plainte. Mais il est vrai que c'est tellement diffi-cile de tenir une classe dans ce genre d'établis-sement de banlieue que ce serait une charge sup-plémentaire pour des profs déjà dépassés. »
Elle considère par ailleurs que les surveil-lants pourraient être plus actifs et plus vigilants : « Les surveillants que j'ai connus ne sont pas très actifs, ils contrôlent les entrées, surveillent les classes de permanence et surveillent la cour d'assez loin. Il faudrait leur donner un peu plus de pouvoir pour qu'ils incarnent vraiment l'autorité. »
Enfin, elle précise que les familles issues de l'immigration vivant en banlieue parisienne ne sont pas forcément toutes racistes : « Moi dans ma famille, on m'a jamais appris que les Français de souche sont mauvais ou quelque chose du genre. Au contraire, on m'a toujours incitée à bien m'intégrer. Je ne suis pas la seule à être dans ce cas. »

Écrit par : leclercq | 10 août 2011

suite

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2011/07/28/y-a-t-il-un-risque-fasciste-en-europe.html#more

http://blog.lefigaro.fr/education/2011/04/discrimination-dites-vous.html

"Comment interpréter ces données brutes ? Les auteurs de l’étude supposent que les patrons, devant le courrier d’un candidat venu des banlieues, pardonnent plus facilement les fautes d’orthographe ou de grammaire, et se montrent moins méfiants vis-à-vis des « vides » biographiques, ces périodes de non activité qui entachent un parcours « normal ». Pour le dire clairement, les patrons pratiquent spontanément une forme de discrimination positive. Avec un CV bancal, le candidat défavorisé par son origine géographique se verra juger sur d’autres critères : on lui donnera sa chance. Voilà qui va ravir les jeunes gens qui vivent en milieu rural et rurbain, et qui n’ont pas droit à tant de mansuétude. Rappelons simplement que 85% des foyers défavorisés vivent en dehors des banlieues…
En tout état de cause, le démenti apporté à tous les discours culpabilisants sur le racisme supposé des Français, et notamment des employeurs, est criant. Ces derniers ont intégré les discours sur la « diversité », sur les discriminations et la « stigmatisation » des banlieues. Certes, ce constat est à nuancer, puisque l’étude en question semble présenter un biais tout à fait singulier. En effet, la seule comparaison valable eût été entre des CV identiques, accompagnés de lettres de motivation correctement rédigées. A diplôme égal, à qualités égales, un candidat noir ou arabe a-t-il autant de chances qu’un autre ? L’étude ne le dit pas. Mais elle ne le dit pas parce que le problème n’est visiblement pas là, ou du moins pas majoritairement.
Car ce que nous apprend également cette étude, c’est donc que, plus que les autres postulants à des emplois, de quelque niveau qu’ils soient, les jeunes gens venus des banlieues et issus de l’immigration envoient aux employeurs des missives surchargées de fautes d’orthographe et de grammaire. De sorte que leur candidature est immédiatement invalidée selon les critères normaux en vigueur dans le monde du travail. De là, une seule conclusion à tirer : l’école française est parfaitement incapable d’enseigner les bases de ce qui fait qu’un jeune peut s’insérer dans la société, les codes et les règles du langage commun.
Ce n’est pas le racisme d’une France frileuse et renfermée, comme on veut trop souvent nous le faire croire, mais la destruction de l’école républicaine dans ses missions de base qui empêche l’intégration et crée des inégalités flagrantes. "

Écrit par : leclercq | 10 août 2011

""il se trouve que je réponds à ce que tu a écrits sur d'autres billets de HL
ce que tu écrit sur la colonisation est faux.""

Qu'est-ce qui est faux au juste ??? Pourrais-tu expliciter ton propos ??? J'ai bien lu tes liens mais je ne vois pas le rapport.


" la nation demeure une référence identitaire et le lieu central de la citoyenneté. Elle constitue un pôle d’identification avant même l’appartenance européenne dont la prégnance demeure faible, tout particulièrement dans les banlieues. Cela implique l’acceptation de l’ambivalence de son histoire en étant conscient qu’aucun peuple en l’affaire ne dispose d’un blanc-seing et un patriotisme qui ne se confond pas avec le nationalisme chauvin et xénophobe. À l’inverse, toute une idéologie gauchisante minoritaire au sein du milieu associatif réduit l’histoire de notre pays à ses pages les plus sombres et renforce la mentalité victimaire des jeunes désaffiliés en présentant leur situation dans la continuité de celle qui fut celle des esclaves et des peuples colonisés. Cette idéologie travaille à l’encontre de l’intégration et elle peut recouper ou se trouver mêlée à des thèmes fondamentalistes musulmans. Sans nier les pages sombres de notre histoire, l’intégration implique la conscience des acquis de notre histoire et le partage d’un patrimoine culturel commun. C’est aussi dans ce cadre, que l’éducation populaire peut retrouver un nouveau souffle. La citoyenneté n’est pas l’affichage des différences dans une logique de victimisation, mais elle implique le souci de partager les acquis de notre propre histoire et de créer un avenir commun. "


Oui oui je la connais la chanson merci. C'est de la victimisation, c'est de la faute des fondamentalistes musulmans ( rien que ça ? ! ) qui manipulent les jeunes etc. Sauf que:

1 ) Ces soi-disant fondamentalistes sont loin d'être les seuls à vouloir aborder le sujet, et ces personnes sont ni musulmanes ni fondamentalistes...

2) Si le sujet revient constamment sur le tapis c'est que la France évite le sujet de façon très habile et adore reluire son blason. Dommage car certain, dès tout petit dans le milieu scolaire, abandonnerait leur sentiment de supériorité et comprendrait les clivages entre pays du Nord et pays du Sud.

3) Si l'on veut effectivement avancer, il faut qu'elle admette qu'à une certaine partie de la population, leurs ancêtres n'étaient ni romains ni gaulois, et que cette Histoire est autant celle de la France que celles des pays autrefois colonisés. Autrement les jeunes vont chercher ailleurs la vérité, et pas forcément dans les bons coins. Comprendre son histoire ce n'est pas de la victimisation. Ceci est un nouveau terme pour dire : "abordons tout les sujets de notre histoire, sauf celle-là." ( Car évidemment elle est moins glorieuse, par contre pour parler du génocide des juifs par les allemands, le génocide des indiens par les américains là il n'y a aucun problème...et dire que les indiens de mon île à moi ont bien été massacrer par des français. )
Voilà comment je médite...


En ce qui concerne le reste :

Je lis bien tes copiés collés ne t'en fait pas. Et je persiste à dire que ce n'est pas du racisme. Ce qu'a vécut l'un de ses protagonistes, je l'ai vécut dans un collège de banlieue avant d'intégré un lycée de "bourges".
J'ai moi aussi vu certains agressé plusieurs de mes camarades ( français de souche mais pas seulement ) tout les jours verbalement, voir physiquement...mais il s'agissait plus de "différence". Je ne vais pas t'apprendre que rassembler un tas d'adolescent pré-pubaire dans un même endroit entraîne souvent ce genre de conflit car en "victimisé" certain c'est montré son appartenance à un groupe ( micro-société ? ). Lorsqu'il y a minorité ( ethnique le plus souvent mais pas seulement ), et c'est souvent le cas dans les établissements de quartier défavorisé, les élèves se rabattent sur eux. Comme pour le gothique, le rouquin et celle qui ne suis pas les tendances de la mode etc. En bref, prendre l'exemple de l'école c'est léger pour montrer le racisme au sens où on le prend aujourd'hui. Les musulmans de mon lycée n'agressait personne et discutait fort bien avec les français de souche, tout en faisant le ramadan. Pourquoi ? Parce que du gamin de collégien abrutit on peut devenir un lycéen réfléchis.

J'en reviens à ce que je dis, le problème est en surface. Je pense qu'il est possible d'éradiquer ( en partie ) le problème du racisme. Mais ce n'est surement pas le système ( scolaire plus particulièrement ) actuelle qui l'éradiquera. On pourra toujours parler sans relâche, porter plainte pourquoi pas...le problème ne sera pas attaquer à la racine. Et le gros problème de la France c'est qu'elle aime trop faire l'autruche. Il y a certes beaucoup de débats mais peu d'actes concrets, donc en réalité, peu de volonté.

Écrit par : Ah la France ! | 18 août 2011

@ Ah la France !

" Et le gros problème de la France c'est qu'elle aime trop faire l'autruche. "

tout à fait vrai, ce n'est pas en faisant l'autruche qu'on analyse les problémes et qu'on les résouds.

"Peut-être parce qu'avant cela, ce même pays qui aime se montrer si généreuse à oublier de dire que ces étrangers fuient des pays qu'elle a de part l'histoire laissé dans des états pitoyables et pillés afin de devenir ce pays si accueillant non ? "

ça c'est faux


"@ NOËL pierre

merçi de rajouter cette précision indispensable. qui manquait plus haut.

"favorise l'exploitation de ressources par les entreprises françaises : exploitation de l'uranium au Niger par Areva, du pétrole et du gaz algérien par Total"

les richesses de l'afrique enrichissent prioritairement aujourd'hui les despotes africains et leurs familles.

"ainsi qu'une influence politique qui aujourd'hui"

et cette influence est en train de se réduire comme peau de chagrin, puisque aujourd'hui c'est la chine qui est en train de faire main basse sur les richesses miniéres de l'afrique et de l'inonder avec des produits manufacturés de faible qualité. et leurs entreprises ne sonts pas plus soucieuses que les notres des intérets des africains.

cette réalité actuelle n'est elle pas pire pour l'afrique, que l'époque de la colonisation. on peut se demander.

quand des pays sonts voués a la monoculture, et ainsi perdent leur indépendance alimentaire et sonts ainsi à la merci du cours mondial des aliments qu'ils sonts obligés d'acheter pour vivre.

finalement la décolonisation c'est tout bénéf ,plus de coût que des rentrés d'argent par l'exploitation de l'afrique par les grands groupes.
qui fonts travailler peu d'africains. c'est de l'exploitation miniére.

pas d'industries fabricants des produits à haute valeur ajoutée.
l'africain n'a pas le caractére industrieux de l'asiatique. et nous n'avons pas de souci à nous faire que des productions industrielles soient délocalisées en afrique. et ce ne sonts pas les chinois non plus qui ferons travailler les africains.





"Éducation
En 1960, on comptait deux millions d'enfants scolarisés en Afrique noire et à Madagascar. Dans la seule Afrique noire, 16 000 écoles primaires et 350 établissements secondaires, collèges et lycées, fonctionnaient.

La France a porté également ses efforts vers la formation puisque 96% des instituteurs étaient africains au moment de l'indépendance. Les 4% restant sont représentés par 28 000 enseignants français exerçant dans la seule Afrique (Afrique du Nord comprise), soit un huitième du corps professoral national.

Santé
En termes de la santé, de nombreuses maladies ont été éradiquées par la présence française. Le docteur Jean-Marie Robic, pour lutter contre la peste à Madagascar à la fin du XIXe siècle, et faute de temps, s'est lui-même transformé en cobaye afin de tester le vaccin pour gagner la course contre la mort. Dans le même temps, la mortalité infantile a fortement diminué dans toute l'Afrique noire colonisée.

A la date de 1960, la France avait fait bâtir en Afrique 2 000 dispensaires en état de fonctionnement, 600 maternités, 40 hôpitaux en Afrique noire et à Madagascar.

Infrastructures de transport
A la décolonisation la France a laissé en Afrique vers 1960 : 2 000 dispensaires, 600 maternités, 40 hopitaux, 18 000 km de voies ferrées, 215 000 km de pistes principales, 50 000 km de routes bitumées, 63 ports, 196 aérodromes, 16 000 écoles primaires, 350 collèges et lycées."

Ecrit par : leclercq | 01 novembre 2010

"En réalité, les puissances coloniales ont purement et simplement privatisé
leur empire d'outre-mer, au profit de sociétés dites "multinationales".

tout à fait vrai, en afrique française certaines productions étaient payées plus cher que le cours mondial à l'époque, donc la différence était payée par le contribuable français.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Empire_colonial_fran%C3%A7ais


Bilan économique global
Les colonies africaines n'ont pas, en première approximation, rapporté d'argent à la Métropole. Les investissements dans les infrastructures en Afrique et les subventions aux productions agricoles des colonies ont coûté plus cher que ce que les colonies ont rapporté à la métropole. L'historien économique Jacques Marseille chiffre à 70 milliards de francs-or (courant 1913) le déficit global de la colonisation en Afrique, soit l'équivalent de trois fois le montant de l'aide Marshall pour la France[1]. Par contre, la colonisation a apporté les ressources (e.g. personnel, minerais, hydrocarbures) nécessaires au développement de l'économie française[réf. nécessaire], ainsi qu'une influence politique qui auourd'hui encore favorise l'exploitation de ressources par les entreprises françaises : exploitation de l'uranium au Niger par Areva, du pétrole et du gaz algérien par Total.

lis
Ecrit par : leclercq | 31 octobre 2010

"abordons tout les sujets de notre histoire, sauf celle-là." ( Car évidemment elle est moins glorieuse"

lis le livre de daniel lefeuvre pour en finir avec la repentance coloniale, tu verra qu'il n'y a pas eu de massacre de population dans la colonisation.

quoique qu'affirment nos intellectuels gauchistes.

"Si l'on veut effectivement avancer, il faut qu'elle admette qu'à une certaine partie de la population, leurs ancêtres n'étaient ni romains ni gaulois, et que cette Histoire est autant celle de la France que celles des pays autrefois colonisés. "

oui mais on est en france, le but est l'assimilation, quand des polonais italiens espagnols, portugais sonts venus en France, on ne leur a pas enseigné l'histoire de la pologne de l'Italie, de l'espagne, du portugal dans les écoles.

si d'ancien colonisé sonts venus en France c'est de leurplein gré personne n'a été les cherché, leurs pays respectifs onts imposé de les acceuilir à la France, sans contrepartie, la contrepartie de l'algérie n'a pas été respectée, c'est devenu pour les pieds noirs la valise où le cerceuil.

"J'ai moi aussi vu certains agressé plusieurs de mes camarades ( français de souche mais pas seulement ) tout les jours verbalement, voir physiquement...mais il s'agissait plus de "différence".

ce n'est pas l'avis de "racisme anti-blanc" de Tarik Yildiz

étonnant, comme si le racisme n'existait que dans un seul sens , le sens que lui donne sos racisme.

" En bref, prendre l'exemple de l'école c'est léger pour montrer le racisme au sens où on le prend aujourd'hui."

et ça c'est léger.

D'après la Commission nationale consultative des droits de l'homme, organisme dépendant du Premier ministre, 105 actes de violence raciste ont été recensés en 1990, 26 en 1998. Les menaces racistes, entre les mêmes dates, seraient passées de 656 à 165. Ces chiffres sont à rapporter aux 3 493 442 faits de délin¬quance et de criminalité constatés, en 1997, par les ser-vices de police et de gendarmerie. 26 actes de violence
raciste en 1998, ce sont 26 de trop. Mais dans un pays de 60 millions d'habitants, est-ce une vague raciste ?

où est la vague raciste en france ? a part dans la complainte des anti(racistes patentés.

" Et le gros problème de la France c'est qu'elle aime trop faire l'autruche."

le gros probléme c'est surtout


http://www.communautarisme.net/Violence-subjectivites-immatures-et-ideologies-victimistes_a641.html


"La différence avec les années 90 est que certaines idéologies ont été abondamment diffusées par des groupes associatifs et politiques, et ont donné lieu à des versions internet très violentes. Notamment toutes sortes de discours qui héroïsent et justifient les actions violentes en leur fournissant une explication stéréotypée jouant de l’inversion de culpabilité. Ce sont ces discours simplistes et manichéens, qui vont fournir une cohérence et une identité en liant des éléments chaotiques et en leur donnant une apparence de sens. Ainsi, à cette immaturité subjective se superpose une posture d’ex-colonisé, indigène de la République, victime du néo-colonialisme républicain, descendant d’esclave, victime du racisme et des discriminations, condamné au chômage ou au rejet sur le seul critère de son appartenance ethnique. Ces idéologies sont d’autant plus propagées et facilement intégrées qu’elles reposent sur une base de vérité, importante à reconnaître et à faire connaître, et que du coup, elles touchent une corde sensible dans l’opinion. Le racisme, l’exploitation et l’humiliation des dominés, c’est ce que nous ne voulons plus ni subir, ni faire subir, pour nous-mêmes ni pour nos enfants. Les enfants apprennent très tôt, et intuitivement, à utiliser les arguments qui leur donnent prise sur les émotions des adultes : il n’est pas sûr qu’ils auraient été convaincus par ces références mémorielles bien lointaines, et parfois complètement en porte-à-faux par rapport avec la réalité de leur filiation, s’ils n’avaient perçu d’abord le pouvoir d’intimidation qu’elles leur donnent sur les « autres » (le prof, le journaliste…). C’est le propre de l’idéologie, d’être non pas un mensonge ou une erreur, mais une vision tronquée de la réalité, mystifiante du fait qu’elle est simpliste et univoque. Lorsque le débat se situe entre intellectuels sur la question des postes à créer dans l’université pour des études post-coloniales, pas de problème, quelque polémiques et anachroniques que puissent être les dénonciations de la francité, de la République, de la société blanche et esclavagiste… Mais la vulgarisation démagogique et venimeuse des mêmes débats a des effets désastreux sur une jeunesse déjantée, qui, faute de pouvoir élaborer une subjectivité cohérente et réaliste, se précipite sur un discours qui lui donne non pas une épaisseur, mais un contour, non pas une consistance, mais une posture.

Ces idéologies victimistes et vindicatives donnent une illusion de subjectivité, parce qu’elles permettent de dire quelque chose à la télé. On est intéressant dans l’exacte mesure où l’on passe à la télévision, on n’existe et on ne se définit que comme l’image de soi fournie expressément à la télévision selon les codes idéologiques en vigueur : puis l’on reçoit de son image télévisuelle la garantie que l’on est bien ce qu’elle montre, dans un bouclage sans fin. Une telle clôture compromet les prises de conscience, aussi bien du côté des jeunes eux-mêmes, que des éducateurs et des responsables de politiques ; elles bloquent les évolutions psychiques et comportementales nécessaires. Il faut mesurer la détresse et le sentiment de chaos qui sous-tendent une telle posture de « dépendance agressive », pour comprendre que le chemin de réapproppriation et de construction de personnalités plus authentiquement structurées sera bien ardu.

En tout état de cause, ce n’est pas le colmatage des subjectivités immatures par les idéologies victimistes qui permettra ce chemin. Tout au contraire en déréalisant la vision de soi et du monde, elles entretiennent des erreurs graves d’adaptation, dont on se sort que par une spirale de haine de plus en plus violente. Une politique de remédiation demande de la persévérance et de la cohérence, et impose de distinguer les problèmes pour apporter des réponses ciblées, finement ajustées et coordonnées. Toutes choses dont s’accommodent mal les dénonciations massives, qui s’enivrent de leur propre intransigeance impatiente et exaspérée. Je doute fort qu’elles aident à repenser, restructurer et consolider les dispositifs d’accompagnement, déjà tellement mis à mal par les politiques de court terme.
Mais qui sait, le temps est peut-être venu pour les dénonciateurs eux aussi d’accéder à plus de maturité ?"

Écrit par : leclercq | 18 août 2011

""lis le livre de daniel lefeuvre pour en finir avec la repentance coloniale, tu verra qu'il n'y a pas eu de massacre de population dans la colonisation. ""

Je ne sais pas qui il est ...mais je peux affirmer que c'est un escroc !!!!! C'est sûr durant la colonisation tout le monde était bien traité et buvait du thé après une dûre journée de travail. Prière de s'abstenir de sortir des énormités pareils, et s'il te plaît, tu devrais cesser de lire des révisionnistes qui ont le culot de dire qu'il n'y a pas eu massacre des populations autochtones. Mon pays ( je te parle de se que je connais ) a été colonisé tour à tour par l'Espagne, l'Angleterre peu de temps et la France. De toute, celle-ci a été la pire et s'il restait des indiens sur l'île sous la domination espagnole, au contact des français, les amérindiens de souche avaient TOUS disparut. Tout les esclaves qu'ils importaient ne vivaient pas plus de huit ans sur l'île sous leur domination dû à des traitements que ton imagination ne pourrait même pas inventer. Si ce n'est pas un MASSACRE c'est QUOI ??????

Voilà ce qui arrive lorsque des parties de l'Histoire sont totalement méconnu du vrai publique. Je le vois en France, heureusement que ce n'est pas vrai en Angleterre ou encore en Espagne qui partage ce passé colonial avec la France.
Mon pays a eu le malheur de croiser la route de la France d'autrefois, et encore aujourd'hui, les descendants subissent sa folie colonial passé. Qu'on veuille volontiers souffrir de dénie passe encore, mais par pitié, ne fais pas entorse à la mémoire de tout ces gens qui ont souffert.
Dédouanement, dédouanement, dédouanement quand tu nous tiens...

A ton tour de méditer :

La légende est encore plus vrai que l'Histoire ( officiel ).


""oui mais on est en france, le but est l'assimilation, quand des polonais italiens espagnols, portugais sonts venus en France, on ne leur a pas enseigné l'histoire de la pologne de l'Italie, de l'espagne, du portugal dans les écoles.""

Il y a une chose que tu ne sembles pas avoir compris. Cet exemple est aussi***que le reste car :

1 ) les italiens et les polonais n'ont pas été colonisé, ni pillé, ni asservis par les français. Donc ne compare pas l'incomparable merci.

2 ) Nous français sommes-nous allemands ou juifs ? Alors pourquoi nous enseignés à longueur de journée le nazisme, les déportations etc. ? Pourtant c'est bien enseigné. Pourquoi ? Car cela a touché l'Europe entière. 5 ans de traumatisme hein ? Imagine un truc dans le même genre sur 500 ans avec en plus les pillages et les humiliations quotidiennes et les guerres à répétition mais AUCUNE réparation, même morale ? Ce n'est pas de la victimisation, mais des faits.




2 ) je n'ai pas dit qu'il faille se pencher sur l'Histoire générale de tout les peuples que compose la France aujourd'hui, ce serait impossible. Mais sur CETTE histoire là. Car celle-ci fait AUTANT partie intégrante de son histoire que de CELLE des colonisés. Les problèmes des français c'est que lorsque l'on parle esclavage ou colonisation, ils pensent d'emblée que c'est une histoire de noirs ou d'arabes. Faux ! Avant de croiser la route des colons, ils avaient leur propre histoire et civilisation. Il s'agit là d'une histoire partagé mais qui dérange tout simplement, car là, il y a remise en question d'une partie de la puissance que sont ceux du Nord.

""si d'ancien colonisé sonts venus en France c'est de leurplein gré personne n'a été les cherché, leurs pays respectifs onts imposé de les acceuilir à la France, sans contrepartie, la contrepartie de l'algérie n'a pas été respectée, c'est devenu pour les pieds noirs la valise où le cercueil.""

Pouarff... C'est hilarant. Je ne remets pas en doutes tes affirmations mais je ne crois pas que cela a été vrai pour toutes ces colonies. Moi je sais que le pays de mes parents n'étaient surement pas en mesure d'imposer quoique soit à la France. Elle l'a tellement bien ignoré, ce petit bout de terre perdue en Amérique latine tellement bien vidé de ses ressources et de sa population autochtones ( je persiste ) , et qui a fait d'elle l'une des premières puissances colonial de l'époque que les gens n'ont certes pas été obligé de partir de là, mais à moins d'être masochiste et accepter la misère dans lequel on l'a fourré, il me semble normal d'aller chercher une vie meilleure ailleurs .

""ce n'est pas l'avis de "racisme anti-blanc" de Tarik Yildiz

étonnant, comme si le racisme n'existait que dans un seul sens , le sens que lui donne sos racisme.""

Tariq machin a-t-il le monopole de la pensée. Moi je te fais part de mon expérience. Voilà tout. Une fois que tout ce petit beau monde a grandis, ce "racisme anti-blanc" n'était plus visible ni en parole ni en acte. En bref, tout le monde se foutait pas mal des origines de l'autre.

http://www.communautarisme.net/Violence-subjectivites-immatures-et-ideologies-victimistes_a641.html


Ce qui s'appelle continuer à faire l'autruche... Tu ne fais que me renforcer dans mes positions. Dommage, car ce n'est pas avec ce discours de pseudo intellectuels que les choses vont se régler. Ce qu'on appelle à tort et à travers "victimisation" ou " idéologie" sont des années de frustrations et de souffrance perpétré de génération en génération. Là, il y a juste un réveil de la diaspora qui commence à demander des explications ( la France n'est pas seule dans ce cas ). Certains veulent bien au moins en parler dans le but de lever des tabous, d'enseigner, sauf: la France qui malheureusement, en plus de ses dénis, essayent de se laver les mains de son argent sale et continue à faire croire à sa population moyenne et peu soucieuse de voir plus loin que le bout de leur pays si accueillant, qu'on leur doit TOUT, alors qu'on leur doit pas grand chose en réalité, au contraire.

N'est-ce pas Zemmour qui disait à Rama Yade que la colonisation a eut des effets bénéfiques ?? Si je l'avais sous la main celui-là je lui ferais subir une journée dans la peau d'un colonisé et l'obligerait à en sortir ces effets bénéfiques en question.

La haine du "blanc" ( plus un symbol qu'une couleur ) continuera d'augmenter car quoi qu'il en soit CAR la France a une très lourde dette, la facture sera même salée puisqu'après tout, elle n'a pas fini de colonisé ( dette de sang et d'argent par la même occasion ). A défaut de ne rien vouloir reconnaître, le dialogue serait quand même le bienvenue, au lieu de cela, nous avons droit à : c'est de la victimisation d'intégriste musulmans ( pour bien faire passer le truc . )

Tout se paie, rien n'est gratuit, et je serais la première pour voir la régularisation de la facture devant du pop-corn en esquissant un sourire satisfait qui balaiera toute la frustration que j'ai en moi aussi du haut de mon plus jeune âge.


"Peut-être parce qu'avant cela, ce même pays qui aime se montrer si généreuse à oublier de dire que ces étrangers fuient des pays qu'elle a de part l'histoire laissé dans des états pitoyables et pillés afin de devenir ce pays si accueillant non ? "

Faux dis-tu ? Ca c'est vrai ! Et je mets au défi quiconque me dira le contraire de me rapporter ses preuves.

Écrit par : Ah la France ! | 18 août 2011

Ps : pas des révisionnistes. Des preuves. Y a trop d'intellectuel malhonnête dans ce pays ! Des preuves.
En attendant, en bonne black, je pars trafiquée, cassée et brûlé des voitures pour faire passer le goût amer des ***que je lis.

Écrit par : Ah la France ! | 18 août 2011

Puis je dirais à ma môman :
""Eh mamounette tu sais pas quoi, il paraît que la France aurait jamais massacré personne. Nos ancêtres Taïnos ont disparut par leur unique volonté !!! Et puis en plus, la France est devenue un el-docrado toute seule comme une grande. Toute exploitation humaine et massacre de sa part aurait été fortuis et indépendant de sa volonté.
Sans parler des quasi 21 milliards d'euros payés en or à l'époque qu'elle a nommé être une dette ( de quoi je sais pas ), après des siècles de bon et loyaux service de notre part pour construire son foutu pays ( indirectement je le conçois ) , payé à l'époque pour qu'elle nous foute la paix, qui au passage à plomber notre économie, alors que la guerre ont l'avait gagné quand même, c'était juste un malentendu en fait.

" eh alors ma fille ! dira-t-elle. As-tu été esclavager ? Non. Et ces pauvres gens ont certes eu des ancêtres pas très glorieux mais ils n'y sont pour rien.

Non maman mais comme on dit ici : ils vivent dans un enfer propre et nous dans un paradis crasseux. Ils mangent 3 kilos de viandes et nous de la boue. Ils chantent la démocratie pour tous mais soutiennent nos dictateurs. Ils parlent de révolution mais ont tué nos révolutionnaires. "

Frustration, frustration. Je vais casser des voitures...

Écrit par : Ah la France ! | 18 août 2011

@Ha la France :

"Tout se paie, rien n'est gratuit, et je serais la première pour voir la régularisation de la facture devant du pop-corn en esquissant un sourire satisfait qui balaiera toute la frustration que j'ai en moi aussi du haut de mon plus jeune âge."

Sauf que tu oublies une chose essentielle: l'histoire de ton peuple n'est pas TON histoire.
Tout comme l'histoire de la colonisation française n'est pas l'histoire des jeunes français que tu cotoies.
Les responsables sont tous morts depuis longtemps.
tu te bats avec des fantômes au lieu de construire ta vie.
Un peu comme si tu voulais massacrer des jeunes allemands parce que les nazis ont existé : Les "Bochs", C'EST FINI.
Vouloir aller dans se sens est complètement stérile.

Écrit par : Patricia | 18 août 2011

La France, la France........
Et les Etats Unis ???
Quand est ce qu’ils paient la facture ???
Des millions d’immigrés qui fuyaient l’Europe et qui ont construit une nation en en massacrant d’autres : comme quoi, d'entrée, on constate que la mémoire est courte.
Les années d’esclavagisme noir et les années de ségrégation raciale qui ont suivies, les millions d’asiatiques qu’ils ont fait venir pour construire leur chemin de fer à qui ils confiaient la tâche de manipuler la nitroglycérine et qui n’avaient même pas le droit à la naturalisation américaine en échange, sans parler du génocide des indiens :
la plus grande puissance du monde a les mains pleines de sang.
Ce n’est pourtant pas l’histoire des jeunes américains.
A quoi ça sert de vouloir faire porter une culpabilité permanente universelle ??
On porte « ad vitam aeternam » le poids des actions de nos morts comme un fardeau, on demande pardon des milliers de fois et on se rentre surtout bien dans la caboche notre passé coupable et on n’écrit plus aucun pan de l’histoire ???
C’est ça l’horizon ???

Écrit par : Patricia | 18 août 2011

Ma chère Patricia !

Ta réaction est l'une des réactions que j'ai évidemment essayé d'anticipé car trop fréquent.
L'Histoire du nazisme est bel et bien TERMINE car il y a eu réparation et reconnaissance historique du crime qui a été commis, si bien qu'il repasse et repasse en boucle dans nos têtes comme si on avait pas compris.

En ce qui concerne LES PAYS DU SUD bien plus malmenés, car le mien n'est pas le seul, on a laissé ses peuples dans les détresses la plus TOTALE ! Et on essaie de trouver de fausses excuses pour excuser l'inexcusable. Alors non ma chère, c'est loin d'être finit. Comprends bien, je suis loin de me complaire dans le passé, sauf que pour être aller dans des pays du Sud ( Amérique latine surtout )anciennement colonisé, j'ai cherché à avoir leur avis sur leur situation, et si au Nord on est passé à autre chose ( c'est facile quand on vit dans des pays développés avec à manger, le confort etc. ) eux essaie de le faire dans une réalité qui chaque jour leur rappelle pourquoi ils vivent dans ces situations. D'autre garde toute leur dignité. Je sais que chez moi, personne ne croit aux promesses de "mission de paix" ou "aide au développement" car malgré l'analphabétisme, la conscience politique est très forte.

D'autant plus que c'est même pays du Nord, n'ont aucune intention d'aider ces pays au développement, les milliards d'euros qu'ils leur versent ne sont qu'un leurre, on pourrait continuer à verser ces milliards qui favorisent plus l'endettement auprès de la banque mondiale qu'autre chose, que ça ne règlerait pas le problème mais favorise la dépendance. Difficile de se dévellopper avec autant de tares. Ce serait peut-être bel et bien FINI si ces foutus pays retiraient une bonne fois pour toute leur tentacule de ces pays qui ne font que poursuivre leurs intérêts et ce depuis longtemps en alimentant la fuite des populations dans les pays industrialisés.

"Sauf que tu oublies une chose essentielle: l'histoire de ton peuple n'est pas TON histoire."

Tu dis que l'histoire de mon peuple n'est pas le mien ? Mais n'en suis-je pas issuse ? Les familles restés dans ces pays qui eux-même ont des familles ne sont-ils pas le peuple ? Ne suis-je donc pas concernée ? Mes parents n'ont-il pas fuit un pays mis à mal ? L'aurait-il fait si le pays avait été autrement ? Alors qu'ici on vient sans cesse nous rabâcher que les immigrés sont des ingrats, leur descendants des délinquants, en demandant le respect sans avoir respecter au préalable les autres ?

"Tout comme l'histoire de la colonisation française n'est pas l'histoire des jeunes français que tu cotoies."

Oui mais comme j'ai dit dans un poste précédent eux mange de la viande et les autres de la boue. De plus, je ne crois pas avoir accuser les jeunes français que je côtoies de quoi que se soit. A part peut-être d'une chose : de perpétrer le sentiment de supériorité de leur nation quand on aborde ces sujets. Là aussi je ne peux pas m'empêcher de penser que s'il connaissait toute l'Histoire, ils laisseraient immédiatement tomber leur argumentation empreints de dédain envers d'autres peuples, qu'ils connaissent qu'à travers les médias d'ailleurs ( autre sujet discutable ), peut-être même, certains s'abstiendrait de parler.
Enfin, les jeunes africains en Afrique, les jeunes latino-américains etc. si je dois suivre ta logique ça n'est pas leur histoire non plus, mais ils doivent quand même en subir les conséquences.
Donc, trop facile...


Je sais qu'en France en général, c'est l'indifférence total. ( je vais pas en vouloir au français moyen d'être préoccupé par comment il va bien pouvoir nourrir son gosse ), mais moi j'ai pas de gosse, et je compte bien faire partie de ceux qui souhaite lever le voile de l'hypocrisie de ce pays ( je parle des élites ). La France n'a jamais respecté personne ( ni ses colonies, ni ses immigrés, ni ses descendants ; et quelque soit la couleur ) et je vais pas accepter que des guignols comme Zemmour ( c'était ça le sujet à la base ) vienne en chantant qu'on doit remercier la France, qu'on lui doit beaucoup et que les enfants d'immigrés ne respectent rien... le refrain habituel quoi.
Je dis juste que le problème est en surface, et que le malaise est bien plus profond que ce discours servit sur un plateau, et qu'au lieu de se complaire dedans, y a qu'à traiter le problème à la racine. A tout ces discours de surface moi je réponds en rafraîchissant la mémoire.


Et tu as raison sur au moins un point mais je vais rajouter ma contribution: le sens dans lequel souhaite aller en France est stérile.

Je répète : tout se paye ! Rien n'est gratuit.

Écrit par : Ah la France ! | 18 août 2011

Ah bah ça t'inquiètes pas pour les Etats-Unis ! Personne n'a oublié. Sûrement pas moi, après la France, c'est les Etats-Unis qui ont pris la relève chez moi ( qui sont toujours dans nos pattes d'ailleurs ) et ils ont été je dois dire bien plus féroce je l'avoue. J'insiste sur la France car elle a une fâcheuse tendance à pointer les autres...tout le temps quand on parle de sujets dérangeant, à défaut de sortir une argumentation qui vise à la dédouaner.
Mais bon France Etats-Unis c'est du pareil au même, je sais qu'ils ont du sang sur les mains. Je parle de la France car c'est le sujet pointer ici c'est la France et ses immigrés. Eux ( les Etats-Unis ) aussi vont tôt ou tard payé la facture d'une façon ou d'une autre. Après tout quelle grand empire a su se pérenniser de façon illimité ? Non ils se sont éteints au fur et à mesure...et eux sont encore plus fragile car pour asseoir leur pouvoir, ils ont besoin de déstabiliser d'autres pays mais la supercherie va pas durer longtemps ? Y a du réveil, et certain vont devoir dire adieu à leurs privilèges. Pas sûr que les peuples d'en bas continuent à se laisser faire...


Tu parles de quelque chose d'universelle moi je te répond par une citation que j'aime bien :

Tout peuple est capable du pire, tous ne sont pas responsable de génocide.

Ne fait pas porter à tout le monde les choses dont ils ne sont pas responsable.

Mais il faut voir au-delà de ce discours sur le colonialisme et l'esclavage : les chaînes ont sûrement été durs pour ces gens aujourd'hui morts... mais c'est surtout les CONSÉQUENCES jamais réparés qui en est issue et qui entravent encore leurs descendants bien vivant eux et perpétré par NOS dirigeant bien vivant eux aussi ! Et j'ai la prétention de penser qu'on est tous concernés. Les descendants afros et arabes n'ont pas le monopole, sont concernés les descendants amérindiens, certaines populations asiatiques qui eux aussi sont mis à mal et dont tout le monde se fout !
Les Evo Morales, Chavez voir Castro peuvent être discutés mais pourtant même avec peu de moyens, ils font pour les peuples de leur pays, même les minorités et les pays voisins dont le mien. Des pays comme la France qui taxent d'ailleurs tout ces dirigeants de dictateurs d'ailleurs, au lieu de trouver des solutions aux problèmes ( alors qu' elle en a les moyens ) placent des Zemmour sans aucun intérêt comme penseur public de premier choix alors qu' ils ne fait que répéter des choses que l'on sait déjà, avec de la provocation en plus, ça fait plus d'audimates et enfonce les problèmes raciaux au lieu de les réglés.

Ps: je ne me bats pas seulement pour des fantômes du passé mais aussi pour les générations futurs, car c'est lié. Non pas que je crois que ça pèsera sur la scène mondiale mais je tiens à amener ma pierre à l'édifice. Je crois qu'il est tant de mettre un point final à ce qui n'a été que des points de suspension jusque là...

Écrit par : Ah la France ! | 18 août 2011

@ Ah la france.

"Je ne sais pas qui il est ...mais je peux affirmer que c'est un escroc !!!!!

affirmer oh là pour affirmer il fraudra d'abard que tu lise le livre et aprés que tu apporte des preuves que ce qu'il écrit est faux et bien on en est pas encore là

"Pouarff... C'est hilarant. Je ne remets pas en doutes tes affirmations mais je ne crois pas que cela a été vrai pour toutes ces colonies. Moi je sais que le pays de mes parents n'étaient surement pas en mesure d'imposer quoique soit à la France. Elle l'a tellement bien ignoré, ce petit bout de terre perdue en Amérique latine tellement bien vidé de ses ressources et de sa population autochtones ( je persiste ) , et qui a fait d'elle l'une des premières puissances colonial de l'époque que les gens n'ont certes pas été obligé de partir de là, mais à moins d'être masochiste et accepter la misère dans lequel on l'a fourré, il me semble normal d'aller chercher une vie meilleure ailleurs "

donc si je comprends, ta chére petite île aurait enrichi la france à elle toute seule. j'ai du mal a y croire, finalement le cas de ton île n'est pas représentatif, et par rapport à ton cas trés spécifique, tous les immigrés en France devraient bruler des voitures pour se venger.

"N'est-ce pas Zemmour qui disait à Rama Yade que la colonisation a eut des effets bénéfiques ?? Si je l'avais sous la main celui-là je lui ferais subir une journée dans la peau d'un colonisé et l'obligerait à en sortir ces effets bénéfiques en question."

et ça c'est quoi
"Peut-être parce qu'avant cela, ce même pays qui aime se montrer si généreuse à oublier de dire que ces étrangers fuient des pays qu'elle a de part l'histoire laissé dans des états pitoyables et pillés afin de devenir ce pays si accueillant non ? "

Faux dis-tu ? Ca c'est vrai ! Et je mets au défi quiconque me dira le contraire de me rapporter ses preuves.

et ça c'est pas des preuves, et elles sonts où tes preuves à toi d'un sois disant pillage.

En termes de la santé, de nombreuses maladies ont été éradiquées par la présence française. Le docteur Jean-Marie Robic, pour lutter contre la peste à Madagascar à la fin du XIXe siècle, et faute de temps, s'est lui-même transformé en cobaye afin de tester le vaccin pour gagner la course contre la mort. Dans le même temps, la mortalité infantile a fortement diminué dans toute l'Afrique noire colonisée.

A la date de 1960, la France avait fait bâtir en Afrique 2 000 dispensaires en état de fonctionnement, 600 maternités, 40 hôpitaux en Afrique noire et à Madagascar.

Infrastructures de transport
A la décolonisation la France a laissé en Afrique vers 1960 : 2 000 dispensaires, 600 maternités, 40 hopitaux, 18 000 km de voies ferrées, 215 000 km de pistes principales, 50 000 km de routes bitumées, 63 ports, 196 aérodromes, 16 000 écoles primaires, 350 collèges et lycées."

Bilan économique global
Les colonies africaines n'ont pas, en première approximation, rapporté d'argent à la Métropole. Les investissements dans les infrastructures en Afrique et les subventions aux productions agricoles des colonies ont coûté plus cher que ce que les colonies ont rapporté à la métropole. L'historien économique Jacques Marseille chiffre à 70 milliards de francs-or (courant 1913) le déficit global de la colonisation en Afrique, soit l'équivalent de trois fois le montant de l'aide Marshall pour la France[1]. Par contre, la colonisation a apporté les ressources (e.g. personnel, minerais, hydrocarbures) nécessaires au développement de l'économie française[réf. nécessaire], ainsi qu'une influence politique qui auourd'hui encore favorise l'exploitation de ressources par les entreprises françaises : exploitation de l'uranium au Niger par Areva, du pétrole et du gaz algérien par Total.

les disours de repentance de certains intellectuels te montent un peu trop à la tête, pose toi et remseigne toi correctement au lieu de voiloir étriper zemmour.

tu est complétement sous emprise de cette idéologie.

"C’est le propre de l’idéologie, d’être non pas un mensonge ou une erreur, mais une vision tronquée de la réalité, mystifiante du fait qu’elle est simpliste et univoque. "

un magnifique exemple de ce qui est écrit dans ce lien,

http://www.communautarisme.net/Violence-subjectivites-immatures-et-ideologies-victimistes_a641.html

et une preuve qu'on intégre pas en victimisant, parce que c'est ce que tu a une attitude de victimisée.

"La haine du "blanc" ( plus un symbol qu'une couleur ) continuera d'augmenter car quoi qu'il en soit CAR la France a une très lourde dette

ah oui quelle dette, dette inventée par les anti-colonialistes, c'est la mode de la repentance chez les terroristes intellectuells maintenant et tu te complait dedans.

et ça ne sert à rien d'accuser certains pays colonisateurs qui seraient sois disant la cause du non développement de certains pays actuellement, on a la preuve actuellement que d'anciens pays colonisés sonts à la pointe de la technologie tel l'inde, donc que des pays africains n'aient pas ce niveau technique ce n'est pas la faute à une ex colonisation, mais vient plutôt de la mentalité et de la culture de ces pays, en afrique les pays occidentaux n'onts même pas installés leur usines de production, il y a bien une raison !!!

alors décréter que c'est la faute à une ex colonisation qui aurait sois-disant pillé ces pays et se seraient sois-disants enrichis sans preuve aucune bien-sur c'est un peu facile !!!

Écrit par : leclercq | 18 août 2011

@ Ah la France :
Contrairement à toi, je ne pense pas qu’il y ait eu réparation du crime nazi.
Il n’y en aura tout simplement jamais : qui peut sérieusement penser réparer un massacre ?? Réparer quoi au juste ??
Tu ne peux pas y croire sérieusement toi même.
Il y a juste eu « reconnaissance », ce qui n’effacera jamais l’ignominie et le nombre extraordinaire de morts.
Sans compter le négationnisme et l’antisémitisme virulent dont certains font encore preuve librement avec force sur des blogs publics qui ne sont pas censurés.
D’ailleurs, Zemmour a demandé la liberté de parole pour Fauriston et la suppression des lois mémorielles, c’est plutôt fort de la part d’un juif.
Pour ma part, j’appelle ça de l’honnêteté intellectuelle : il attaque, accepte de prendre en retour et autorise la liberté de penser dont il fait preuve à tous, quelle que soit l’opinion développée.
Tu n’investiras pas le monde comme tu le penses en pointant agressivement du doigt les autres comme tu le fais.
La maturité te fera changer de manière.
Il y en a qui brulent bruyamment des bagnoles et pendant ce temps là, d’autres s’insinuent discrètement comme le vent et deviennent les premiers diplômés asiatiques de chimie sur le nouveau continent : la courte gloire médiatique des uns s’achève pendant que la solide assise des autres s’installe.
C’est un peu l’histoire des 3 petits cochons : une maison en foin, une autre en bois de mirliton et la dernière en brique.
« Servir pour mieux diriger » : lire, apprendre, travailler, réussir.
Si tu dois mener un combat, redresse tes manches et cultive les masses : la connaissance, c’est le pouvoir.
Et n’oublies jamais du haut de tes certitudes que tu évolues dans un pays libre : on est peut être des pourris pour certains mais on ne lapide pas les femmes, on ne coupe pas la main des voleurs et on distribue de l’aide sociale grâce au travail de tous les français.
Et oublie ton histoire de massacre télévisé devant tes popcorns : il n’aura pas lieu : on est les seuls en Europe à avoir coupé la tête d’un roi.
Tu as affaire au plus révolutionnaire des peuples.

Écrit par : Patricia | 18 août 2011

Ça alors? Je lis depuis un moment les échanges de point de vue...Patricia c'est un véritable discours politique!Je m'incline (provisoirement)et j'approuve.

Le colonialisme une fois terminé en Algérie par exemple, a laissé Assi-Mesahoud.

En Afrique, les croyances ont, et continuent de faire des ravages....La mafia des états entretien la misère.Il est plus facile de trouver de l'argent pour acheter des armes "dernier cri" ainsi que le portable pour faire la guerre, que d'en trouver pour construire de belles écoles.

L'islamisation de l'Afrique est mortelle pour l'avenir des peuples africains, 1400ans de colonisation mentale chez les arabo-musulmans, c'est le paradis en Syrie, en Lybie et ailleurs...Aucun pays musulman démocratique! Bravo...On a pas envie de voir cela chez nous. Une révolte en eurabie?

Écrit par : Pierre NOËL | 18 août 2011

« Zemmour a dit la vérité - Avoir dit que « Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes… C'est un fait. »

J’approuve aussi cette vérité ! J’ai aussi constaté de telles situations !
Et j’ai honte à la place des gens qui tentent de dévier le sujet en parlant du Nazisme, des Juifs, par exemples !
Il s’agit de dire une vérité : que « les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres… » Point. Et pas autre chose ! Ce n’est pas l’occasion d’en faire un fromage !
Mais… les « pseudo intellectuels » s’y mettent à se masturber l’esprit, comme d’habitude ! C’est fatiguant ! Non ?

Au nom de la liberté d’expression, sommes-nous obligés de lire et d'entendre des conneries ?

Écrit par : Will | 18 août 2011

Patricia: globalement bien d'accord avec vous. Et bravo pour le coup de chapeau à Zemmour.

Écrit par : hommelibre | 18 août 2011

Bon...bref. Passons la polémique ça sert à rien. Après tout, j'ai juste apporté mon point de vue et les relations de causes à effet sur ce soi-disant racisme anti-blanc, l'un basée sur des pré-jugées d'ignorants et pour les autres ce n'est qu'une réponse ( que se soit justifié ou non ).
Pour en revenir au sujet et cessé toute digression, voici un commentaire que j'ai trouvé sur le sujet et que je trouve bien plus véridique qu'un guignol mis par la classe politique pour éviter les véritables sujets comme:

le chômage, l'exclusion, la crise... à méditer sur des propos aussi simpliste qui radotent et n'apportent aucune solution :

"Pour moi, il y a une réalité qu'on occulte dans ce débat, les grands délinquants, les grands trafiquants, les hackers, les traders véreux, ce sont souvent des blancs bien propres sur eux, avec de bons avocats et par conséquent intouchables.

Ce sont eux qui coûtent le plus cher à la société. Cette déliquance institutionnalisée en col blanc, issue de gens qui ne veulent pas se salir les mains, c'est la pire !

Qui contrôle le trafic de drogue en Colombie ? Des noirs et des arabes ? Non ce sont des italiens ...

Et les filles de l'Est, les experts en blanchiment d'argent sale ? Des russes ...

L'immobilier est un secteur d'activité pas toujours très transparent. Vu les montants en jeu, un agent immobilier malhonnête est selon moi plus nuisible qu'un dealer. Mais qui le dit ?

Et les plus grands marchands d'armes ? Des blancs ...

Alors arrêtons de pêcher du petit gibier facile et attaquons-nous au gros gibier" !

Moi je fais partie d'une de ces communauté visée, j'ai jamais dealer, j'ai jamais consommé. Je fais des études et j'en ai marre d'en voir d'autres en faire, chercher du boulot, se faire jeter parce qu'on a compris qu'ils n'avaient pas la bonne couleur dans la France profonde et soit se casser ailleurs, soit tomber dans le piège de l'économie parallèle. C'est très facile comme procédé. Moi je m'en fou de Zemmour, lui il fait son travail, après on est pas obligé de suivre.
Par contre

Écrit par : ah la france | 19 août 2011

@leclerc

Le coup des voitures brûlées c'étaient de l'ironie. Ce n'est pas parce que ton pays ne t'a jamais raconté toute l'Histoire qu'elle n'a pas existé...sois plus curieux que Zemmour.

@patricia

Je suis d'accord avec toi ! Et tu peux croire que si j'ai de tels opinions aujourd'hui c'est bien parce que à un moment dans ma vis je me suis armée de connaissance, des bouquins, mangés des conférences...et à ce moment là j'ai senti l'étrange sensation d'avoir été abusé...après la colère ( oui j'aurais pu cassé des voitures ), ben faire des études pour moi avait tout d'un coup un sens, seulement loin d'être suffisant car même ces foutus écoles arrivent à manipuler des esprits crédules. Pour des français de souche, ce discours n'a aucun sens je sais... leur pays les a élevé comme ça ( pas tous heureusement )c'est pas grave chacun son combat. Mais je répète, j'ai compris que pour éviter s'il est encore possible à l'avenir les discours comme:

Le colonialisme a eu des effets positifs
Les Noirs et les Arabes sont majoritairement délinquant
Les Africains sont des incapables avec leur dictature, leur misère etc.
Il faut mettre sous tutelle
Les immigrés sont des ingrats

J'ai compris que c'est d'abord aux esprits qu'il faille s'attaquer plutôt qu'aux voitures. C'est pas gagné...
A la prochaine chers amis.

Écrit par : ah la france | 19 août 2011

Ps: @noël

Le problème de l'Afrique est avant tout économique, le manque de scolarisation des jeunes et les dictatures plus qu'autre chose. Ils seraient sans doute possible à ses jeunes de prendre conscience de cela si par exemple au Congo, les écoles établis par les étrangers n'étaient pas gratuites seulement pour les enfants d'expatriés. Pour les habitants du pays, c'est obligatoirement payant, alors qu'ils savent que la majorité du peuple ne le peuvent pas. Les français jugent sans arrêt ce qu'ils ne connaissent que de leur télévision qui ont une vision tronquer de ce qu'il se passe dans ces pays. Chaque peuple pourrait faire ses révolutions en jetant ses dictateurs véreux du "trône" dans le lequel ils sont confortablement installé s'il n'était pas appuyé par des pays comme la France, donc cette dernière n'a pas de leçon de moral à donner aux autres.

@will

Le sujet a été dévié sur la racisme anti-blanc. Je ne fais que répondre à ce phénomène qui m'était présenté comme un autre problème majeur montant alors que je ne crois pas que le racisme anti-blanc empêche ces derniers d'avoir du boulot, d'être insulter de délinquant à cause de leur origine ethnique et que de ce fait sont bien plus contrôlés que les français de souche.
L'économie souterraine étant ce qu'elle est:"souterraine", cette soi-disante vérité de Zemmour est tout bonnement tronqué et sur-représenté, car une bonne partie échappe au contrôle. Tout simplement. Et s'il y a plus de Noir et d'Arabe c'est parce qu'il y en a plus dans les banlieues et que c'est là qu'on va chercher en priorité des trafiquants.
Il est bon de comprendre au lieu de juger, et ne raccourcissait pas le débat dans vos propos qui visent à dire que je tente de dévier le sujet sur le Nazisme, derrière j'ai essayé d'argumenté ( peut-être maladroitement ) face à un autre problème. Merci de vous indignés pour de vrai cause.

Oui au nom de la liberté d'expression, jeune rêveuse que je suis et parce que j'ai rencontrée Eric Naulleau qui m'a invité il y a deux ans à regarder ON N'EST PAS COUCHE, je suis obligée de lire et d'écouter d'autres conneries comme ceux de Zemmour ; bien que je reconnais qu'il ne dit pas que des bétises.
Pire, si je fais la part dans ce qu'il dit, d'autres le prennent pour parole d'évangiles, alors que ce ne sont pas des évangiles qu'ils écoutent mais leur pré-jugées.
Vous avez rencontré des dealers Noirs et Arabes...Et puis ?
J'ai rencontré des jeunes blancs qui dealaient...Et après ?
Quelle solution propose Zemmour ? Quelle solution vous proposez pour limité ce fléau ? Rien..bah oui..rien. Que de l'air brassé, que de la complaisance...

Écrit par : ah la france | 19 août 2011

Ps noël :
""et ça ne sert à rien d'accuser certains pays colonisateurs qui seraient sois disant la cause du non développement de certains pays actuellement, on a la preuve actuellement que d'anciens pays colonisés sonts à la pointe de la technologie tel l'inde, donc que des pays africains n'aient pas ce niveau technique ce n'est pas la faute à une ex colonisation, mais vient plutôt de la mentalité et de la culture de ces pays, en afrique les pays occidentaux n'onts même pas installés leur usines de production, il y a bien une raison !!!""

L'Inde n'a pas les matières premières indispensables à la France, pas d'intérêt en somme. L'inde fait son bonhomme de chemin, l'Afrique croule sous les guerres, les dettes au FMI, les dictateurs soutenues par les puissances étrangères et n'est considéré que comme le bien commun du monde sans respecter les populations. On parle de Khadafi en ce moment c'est la nouvelle mode :

1 ) Il est soutenue par sa population pourtant cet infâme dictateur, quelle véritables raisons la France a-t-elle d'intervenir là-bas ? Comme la plupart des pays africains...

2 ) Les "rebelles" représentés comme des héros se livrent à un grand nettoyage ethnique en ce moment...personne n'en parle mais ce sont toujours des héros.
De qui se moque-t-on ?

Cher Leclerc, comparons le comparable. Merci.

Écrit par : ah la france | 19 août 2011

Ps: dernier message adressé à leclerc pas noël. Désolé aussi pour les fautes d'orthographes et les mauvaises constructions grammaticales.

Écrit par : ah la france | 19 août 2011

Juste une dernière chose Patricia :

""Et oublie ton histoire de massacre télévisé devant tes popcorns : il n’aura pas lieu : on est les seuls en Europe à avoir coupé la tête d’un roi.
Tu as affaire au plus révolutionnaire des peuples.""

Faux ! Bien que méconnue car l'Histoire est écrite par les vainqueurs, mon peuple a vaincu ton peuple à la même époque que la révolution française. Armée réputé invincible à cause de Napoléon, les généraux français ont dut s'incliner face à la colère des "soumis". Résultat : Une bataille qui s'est étendu de cet île au Vénézuela, jusqu'en Grêce qui a demandé son aide pour la délivrer de l'empire ottoman, et première abolition de l'Histoire dans les pays concernés à cause d'une révolte d'esclaves, et ce qui lui a aussi valut bien des déboires.
Vous êtes loin d'être les plus révolutionnaires : vous avez coupé la tête d'un Roi, une poignée d'hommes s'est levée contre des Empires.
Ne sous-estime jamais la colère de ceux qui se sentent à long terme humiliée.

Écrit par : ah la france | 19 août 2011

« Merci de vous indignés pour de vrai cause. »
 vous dites n’importe quoi, « ah la France » ! C’est fatigant !

« je suis obligée de lire et d'écouter d'autres conneries comme ceux de Zemmour ; »
 vous prouvez bien votre GRANDE ignorance, « ah la France » !
C’est fatigant !

« bien que je reconnais qu'il ne dit pas que des bétises. »
 comment le savez-vous que ce ne sont pas des bêtises, « ah la France » ? Parce que vous partagez les connaissances d’Éric Zemmour ?

« Vous avez rencontré des dealers Noirs et Arabes...Et puis ? »
 vous fantasmez « ah la France » !!! Où avez-vous lu que j’avais rencontré des dealers Noirs et Arabes ? Mais que vous êtes dangereuse, en plus d’être ignorante ! Êtes-vous, en plus, une illettrée ? Illettrée, en ce sens que vous ne comprenez pas ce que vous lisez ?

« Quelle solution propose Zemmour ? Quelle solution vous proposez pour limité ce fléau ? Rien..bah oui..rien. Que de l'air brassé, que de la complaisance... »
 vous ne proposez rien, non plus, « ah la France » !!! On peut voir que vous vous débrouillez bien pour chercher des poux aux autres !
Bref, vous êtes un mal de tête ! Et c’est ce que vous recherchez, je pense. C’est fatigant !

En résumé, j’estime que Zemour (comme moi) ne veut pas se prendre pour quelqu’un qui connaît tout… mais il a le mérite d’exister. Il a le mérite de nous apprendre certaines choses et d’apprendre – lui-même – d’autres choses. C’est quelqu’un qui a une grande culture. Vous semblez l’ignorer, « ah la France » en écrivant (vous-même) qu’il raconte des conneries !
C’est vous qui racontez des conneries « ah la France » !!!

Le partage des connaissances (débats) c’est très enrichissant pour la société. Cela ne semble pas destiné à vous, je vois ! Vous faites dévier les sujets des débats sur des sujets que vous connaissez mieux… afin d’avoir raison.
Vous avez raison à vous toute seule, je pense. Mais je peux me tromper, puisque je ne vous connais pas. Vous n’enrichissez pas les débats, mais vous rabaissez les participants du débat, « ah la France » !!!

Même avec des gens que l’on aime et que l’on apprécie, on n’est pas toujours d’accord sur des sujets. La raison (souvent) est très simple : c’est la différence de connaissances sur des sujets qui posent problème ! Lorsque l’on connaît – TOUS – un même sujet, il n’y a aucune polémique. Mais il n’y a pas de débat non plus. Je le vois – moi-même -- avec plus de 2 millions d’internautes. Et je le vois aussi lors des colloques : les « érudits » sont d’accord, et ils ne contestent pas, ni ne polémiquent entre eux. D’autres, donnent leurs « avis » ou « points de vues » sur des sujets qui devront faire l’objet de vérifications.

Je me permets de rappeler, ici, toutes les polémiques qui ont existés depuis des siècles au sujet des découvertes ? Depuis les théories de la Terre plate ou ronde.

D’habitude, je ne réponds pas aux ignorants « controverseurs », car la caravane passe et les chiens aboient… Mais j’avais du temps pour ça. Lollll

Écrit par : Will | 19 août 2011

@ Will


Hop là jeune homme ( oui je sais.. j'en sais rien.. jeune homme car attitude digne d'un gamin ) ! C'est pas une gamine de 20 ans qui va vous apprendre la politesse si ?
Pourquoi m'agressez vous ?? Si je dis n'importe quoi ayez au moins la courtoisie de me dire en quoi ? M'insultez pour vous défendre n'arrange pas votre cas et ne m'impressionne pas.
Ne jouez pas au pseudo intellect pédant et dédaigneux avec moi. Vous êtes fatigués de mes opinions ? Personne ne vous oblige à me lire et personne ne vous oblige à me répondre. Sûrement pas moi, vous ne m'intéressez même pas... .
Jsuis pas d'accord avec certains propos tenus ici. J'essaye au moins d'argumenter sans prétendre avoir la science infuse mais je ne m'abaisse pas à insulter les personnes. Et alors quoi ?! Parce que je ne dis pas amen à ce qui est dit, je mérite un véritable manque de respect.
J'irais pas dans ce sens car cette vision des choses est totalement tronquée point barre. Et vous qui semble si éclairés, faîtes-moi part de vos lumières. Dîtes-moi ce que vous pensez des véritables plus grands trafiquants en costume cravate qui sont loin d'être noirs et arabes ???

"" comment le savez-vous que ce ne sont pas des bêtises, « ah la France » ? Parce que vous partagez les connaissances d’Éric Zemmour ? ""

Je ne crois pas que lui et moi ayons besoin de partager les mêmes connaissances ( fort heureusement parce que là j'aurais du souci à me faire ) pour comprendre qu'il est important pour des étrangers de jouer le jeu de l'intégration dans leur pays d'accueil.

""J’approuve aussi cette vérité ! J’ai aussi constaté de telles situations !""

Ce sont vos propos. Jusque là on est d'accord. J'ai eu la prétention de croire que pour parler de "vérité" suivi de "constaté de telles situations", vous aviez dues en personne "constater" autour de vous "la situation" où des Noirs et des Arabes dealaient en majorité. Non ? Sinon sur quoi vous basez-vous exactement pour affirmer cela ??? Éclairez l'illettré que je suis et sortez moi de mon ignorance ? Mon esprit est ouvert...

"" vous ne proposez rien, non plus, « ah la France » !!! On peut voir que vous vous débrouillez bien pour chercher des poux aux autres !
Bref, vous êtes un mal de tête ! Et c’est ce que vous recherchez, je pense. C’est fatigant !""

Eh bien si vous aviez lu le débat depuis le début..j'ai vaguement suggérer que c'était bel et bien aux parents tant d'immigrés que des français de souche d'être vigilant. Il n'y a pas de dealer sans consommateur, et là-dessus, blanc ou pas blanc, on peut dire que beaucoup de jeunes sont très actifs dans ce domaine.
Puis, c'est pas moi qui suit au pouvoir, c'est pas à moi de trouver des solutions. L'autre là au pouvoir n'a qu'à faire son taff.

""Vous n’enrichissez pas les débats, mais vous rabaissez les participants du débat, « ah la France » !!!""

Ce débat est à ramener aux rabais. Il faut débattre sur des sujets qui méritent d'être débattu. Cette affirmation est une polémique à elle toute seule. Et je ne pense pas que des jeunes arabes ou noirs qui "peut-être" lisent ce billet se sentent également enrichis mais bien rabaissez. Et ça, je ne l'accepte pas, surtout quand c'est complètement à côté de la plaque. Y' a des dealers parmi les immigrés..O.K. Je dis pas le contraire. Mais que fait-on des autres ni Noir ni Arabes ???


""les « érudits » sont d’accord, et ils ne contestent pas, ni ne polémiquent entre eux. D’autres, donnent leurs « avis » ou « points de vues » sur des sujets qui devront faire l’objet de vérifications.""

J'ai aussi participé à des colloques et je ne crois pas que ce principe fait foi. Pourquoi débattre sur un sujet si tout le monde est d'accord dans le fond ??? Les débats avancent parce que justement, il y a eu confrontation des divers point de vue MONSIEUR !
Et là, comme je l'ai déja dit. Cette affirmation est FAUSSE car biaisée.


""D’habitude, je ne réponds pas aux ignorants « controverseurs », car la caravane passe et les chiens aboient… Mais j’avais du temps pour ça. Lolll""

Je vous retourne la fronde. On est au moins d'accord sur ça. Et il faut croire que les caravanes s'arrêtent de temps en temps, donc ça vaut le coup d'aboyer, puisque la seule chose que vous ayez trouver, au lieu de me rabattre le clapet avec un argumentaire qui tient la route, vous vous êtes rabaissez à japper plus fort que moi. PTDRRRRRRRRRRRR

Écrit par : ah la france | 19 août 2011

J'apprécie aussi certains de ces débats sauf quand il fait le coq pour provoquer. J'ai jamais remis en cause sa culture...il n'en reste pas moins homme...et comme tout homme, il raconte des bêtises et envoient trop souvent des vieux clichés simplistes au grand public pour être crédible. C'est un pantin quoi qui me fait bien rire des fois. Voilà.

Autre chose MONSIEUR ? Sinon merci d'être passer.
Prenez exemple sur le pseudo Patricia, on n'est pas d'accord mais elle a au moins le mérite de "discuter" .

Écrit par : ah la france | 19 août 2011

"ah la France"

J'ai beaucoup de respect pour vous et ce que vous essayez de faire comprendre, mais une chose me choque...Cet article.J'ai moi-même travaillé à pointe-Noire, et j'ai un neveu par Alliance qui est -de la bas et chef d'un service de psychothérapie dans un grand hôpital de France.

Ça ne correspond pas à ce que vous écrivez.A moins que je sois à côté du sujet?



EDUCATION-RD CONGO: Août 2012
Les parents réclament la gratuité de l’école primaire
Emmanuel Chaco

GOMA, 21 septembre (IPS) - Quelque 180.000 élèves n’ont pas pu rentrer à l’école ce mois au Nord-Kivu et au Sud-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), selon les Nations Unies. A Dungu, un district de la Province orientale, dans le nord-est, c’est le nombre d’élèves qui a beaucoup baissé faute de moyens pour les parents de scolariser leurs enfants.

Plusieurs parents, parmi lesquels Adolphe Mukole et Honoré Muciga, deux habitants de Goma, au Nord-Kivu, ont exprimé à IPS leur inquiétude pour «l’avenir de leur enfants qu’ils ne peuvent plus scolariser faute de moyens». Pourtant, soulignent-ils, «l’article 43 de la constitution du pays affirme que l’enseignement primaire est obligatoire et gratuit dans les établissements publics», tandis que «l’article 44 dit que l’éradication de l’analphabétisme est un devoir national pour la réalisation duquel le gouvernement doit élaborer un programme spécifique».

«Il n’existe aucun programme politique en matière d’enseignement dans notre pays», affirme Auguste Shamamba, un parent de deux élèves et enseignant à l’école primaire privée Mwanzo de Bukavu, au Sud-Kivu. «La souffrance des parents, qui supportent l’enseignement en payant de leurs poches les salaires des enseignants, a fini par dévoiler, depuis les années 1980, l’incapacité totale du gouvernement à prendre en charge le domaine de l’éducation», dit-il à IPS.

Shamamba ajoute que «l’incapacité de l’Etat est d’autant grande qu’il ne parvient même pas à réglementer ces cotisations (payées par les parents) qui sont versées depuis plus de 20 ans et dont certains responsables d’écoles fixent le barème abusivement».

Le taux moyen de ces cotisations varie entre 120 dollars US par an pour des écoles publiques dont les parents d’élèves sont relativement pauvres et 250 dollars pour des écoles plus ou moins riches. Mais dans les écoles privées essentiellement fréquentées par des parents nantis, ces cotisations montent jusqu’à 800 dollars l’an.

A chaque rentrée scolaire, cette question est à la base d’un bras de fer entre le gouvernement, les responsables d’écoles, les parents, les syndicats et la prélature catholique, notamment pour ce qui est de la hauteur des cotisations à payer par les parents pour le fonctionnement des écoles.

A Kinshasa, ce bras de fer vient d’être exacerbé par deux décrets pris le 6 septembre par Monseigneur Laurent Monsengwo, archevêque de la capitale congolaise. Le premier fixe le maximum des cotisations à payer pour le cours primaire à 100 dollars et à 180 dollars US pour le secondaire dans toutes les écoles conventionnées catholiques de la capitale. Le second décret crée un «Fonds commun de solidarité» où, selon le prélat, «les bienfaiteurs pourraient mettre de l’argent en appui à ces écoles afin de promouvoir une solidarité avec les enfants des familles plus pauvres et plus démunies».

Les écoles conventionnées en RDC fonctionnent sous une convention passée entre l'Etat et l'église catholique pour la gestion de certains établissements construits par l'église.

Mais, les décrets de l’église catholique ne sont pas bien reçus par certains parents comme Philippe Lutonadio de Kinshasa, qui estime que «très peu de parents seront capables de payer de tels montants puisque la plupart d’entre eux travaillent pour l’Etat et sont eux-mêmes non payés depuis de longs mois».

Écrit par : Pierre NOËL | 20 août 2011

@ Ah la france

comme tu fonctionne tu m'a fait penser à ça

extrait de big mother de michel schneider

" ils écoutent leurs auditeurs. Peu à peu, dans ce qu'on nomme de plus en plus improprement « information », l'expérience, proche et concrète, supplante l'expertise, forcément plus lointaine et abstraite. La radio n'ose plus informer, car ce serait peindre, interpréter, représenter le fait et lui donner sens, considérer que certains savent et d'autre pas, ou moins. Mais au savoir est préféré le vécu, ou plutôt le seul savoir qui vaille est celui tiré de ce qu'on a vécu sur le « ter-rain ». Pathétique face à face d'un animateur et d'un auditeur ne sachant l'un et l'autre que penser de l'actualité, chacun pensant que l'autre le sait, chacun sachant - ou croyant - que l'autre pense. Pas un média qui n'ait compris qu'on fabriquait mieux des décervelés en les convainquant qu'ils ont une pensée. "

" l'expérience, proche et concrète, supplante l'expertise, forcément plus lointaine et abstraite. "

j'arrive pas à voir tes écrits comme une quelconque expertise !!!

tu a fait des études, tu a lu des livres ceux qui vonts dans ton sens les autres sonts des escrots des menteurs, c'est ce que tu affirme avec vigueur,

sans aucun argument bien entendu, ton aura d'experte invitée chez nauleau te suffit et te suffit à juger Zemmour, à le cataloguer dirais-je, il me semble que tu est loin d'avoir sa culture pourtant.

tu affirme que ton peuple à vaincu mon peuple à Haïti, tu n'est pas à une exagération prés.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Toussaint_Louverture

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Verti%C3%A8res

20 000 Haïtiens contre 2000 français, je comprends que c'était dur

il est vrai que le corps expéditionnaire du Général leclerc était rentré en France.

"Malgré les assurances de loyauté de Toussaint Louverture, Bonaparte, qui a été outré par la proclamation d'une constitution autonomiste par Toussaint et ses alliés les grands colons, se rallie aux arguments des négociants et des colons martiniquais qui veulent rétablir l'esclavage sur toutes les colonies françaises. Il profite de la paix d'Amiens pour constituer un corps expéditionnaire de 20 000 hommes avec à sa tête son beau-frère, le général Leclerc et reprendre le contrôle de l'île.

Le 20 janvier 1802, l'expédition de Saint-Domingue se présente dans les ports de la colonie, ostensiblement pour punir le seul Louverture, déclaré félon. Le rétablissement de l'esclavage est encore un objectif secret. Les officiers fidèles à Toussaint résistent d'abord, en brûlant les villes portuaires et en se retirant dans les terres. Malgré quelques succès, le combat devient rapidement inégal"

et la dette payée de 90 millions de francs or aurait rendue la france riche !!!

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

@ Ah la france

Le colonialisme a eu des effets positifs

je t'ai prouvé que c'était vrai avec les écrits de daniel Lefeuvre

ah oui j'ai oublié c'est un menteur, ton fonctionnement de militante là frappé d'anathéme. mais alors comment dialogué, avec des gens comme toi décident sans preuves ni arguments ce qui est vrai est faux qui fonctionnent à l'émotionel.

Les Noirs et les Arabes sont majoritairement délinquant
erreur la majorité des délinquants onts des origines noires et arabes.

"Dans le domaine de l'insécurité, ceux qui suggèrent qu'il pourrait y avoir une corrélation avec la poussée de l'immigration sont aussitôt étiquetés. Mais le fait est là, même si pèse sur lui un non-dit médiatique de cent mégatonnes. Journaliste au Point, Christian Jelen a divulgué les chiffres suivants dans un livre courageux, qu'il n'a pas pu tenir en main, étant mort après avoir terminé son manuscrit. Sur les 511 542 personnes mises en cause par la police en 1997, 119 694 étaient étrangères, soit 23 %. Sur 53 845 détenus fin 1997, 13 180 (soit 24 %) étaient étrangers. Mais le plus déli¬cat est ceci : en 1997, une estimation de la Direction centrale des Renseignements généraux identifiait, dans toute la France, un échantillon de 724 meneurs de violences urbaines, âgés de 16 à 25 ans. 60 étaient maghrébins, 15 africains et 406 français. Mais sur ces 406 Français, 48 seulement portaient un nom et un prénom de consonance européenne."

et au cas où tu serait pas au courant, ce sonts souvent aussi des dealers.

"Le sujet a été dévié sur la racisme anti-blanc. Je ne fais que répondre à ce phénomène qui m'était présenté comme un autre problème majeur montant alors que je ne crois pas que le racisme anti-blanc empêche ces derniers d'avoir du boulot, d'être insulter de délinquant à cause de leur origine ethnique et que de ce fait sont bien plus contrôlés que les français de souche.
L'économie souterraine étant ce qu'elle est:"souterraine", cette soi-disante vérité de Zemmour est tout bonnement tronqué et sur-représenté, car une bonne partie échappe au contrôle. Tout simplement. Et s'il y a plus de Noir et d'Arabe c'est parce qu'il y en a plus dans les banlieues et que c'est là qu'on va chercher en priorité des trafiquants."

"je ne crois pas que le racisme anti-blanc empêche ces derniers d'avoir du boulot, d'être insulter de délinquant à cause de leur origine ethnique"

ça détruit surtout leur scolarité, au début tu étais dans la négation du racisme anti-blanc maintenant tu le reconnais !!!

ah parce que la majorité des jeunes arabes se feraient insultés de délinquants, tu rêve, la réalité partout où ils vonts, boite de nuit et autre, si un français n'a pas une attitude positive avec eux il est aussitôt traité de raciste.

ma femme au lycée, il y avait une minorité de jeunes arabes, et tous les français ne devaient pas les regarder dans les yeux sinon ils étainent traités de racistes, et tabassés à la sortie, voilà la réalité dans les lycés à roanne actuellement. bizarre ça différe de ta version édulcorée.

coté racisme on est en pleine discrimination positive.

alors tu comprends bien qu'avec une réalité comme ça les souchiens commençent à être exaspérés.

http://www.leprogres.fr/loire/2011/04/15/roanne-150-personnes-pour-denoncer-le-racisme-et-l-antisemitisme

frankie111 c'est moi tu t'en doute

http://www.kweeper.com/aladji65/sentence/222289

"D'après la Commission nationale consultative des droits de l'homme, organisme dépendant du Premier ministre, 105 actes de violence raciste ont été recensés en 1990, 26 en 1998. Les menaces racistes, entre les mêmes dates, seraient passées de 656 à 165. Ces chiffres sont à rapporter aux 3 493 442 faits de délin¬quance et de criminalité constatés, en 1997, par les ser-vices de police et de gendarmerie. 26 actes de violence
raciste en 1998, ce sont 26 de trop. Mais dans un pays de 60 millions d'habitants, est-ce une vague raciste ? "

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

@Noël


""Ils seraient sans doute possible à ses jeunes de prendre conscience de cela si par exemple au Congo, les écoles établis par les étrangers n'étaient pas gratuites seulement pour les enfants d'expatriés. Pour les habitants du pays, c'est obligatoirement payant, alors qu'ils savent que la majorité du peuple ne le peuvent pas.""

Je suppose que cette article fait référence à cette phrase, dîtes-moi si je me trompe...
Ce n'est pas hors sujet ( il me semble ) puisque cette article pointe bien du doigt le problème de la gratuité de la scolarisation des enfants originaires de ces pays -là qui pour moi est bien plus un problème pour les générations futurs que le problème des croyances qui pour moi est archi secondaire, voir anodin. En France,la population est bien il me semble dans la majorité des cas alphabétisée mais cela ne les empêche pas d'être croyant ou parfois superstitieux. Le pays n'est pas pour autant dans un état catastrophique. Chacun à son avis sur l'Afrique et celle qui revient souvent après la corruption sont la religion ou leur croyance...c'est oublié qu'en France bien qu'elle soit laïque, les gens pratiquent leur religion tout en étant diplômé.

Un de mes amis, vivant il y a encore deux ans au Congo ( Brazzaville ) et aussi enfant d'expatriés m'a témoigné de cela. Des enfants d'italiens étaient acceptés gratuitement dans son établissement ( école française ) mais très peu d'enfants natifs du pays car payante également d'après ses dires.
Là où je veux en venir, c'est que sachant les problèmes que connaissent ces pays au niveau de l'éducation et étant donné que les dirigeants ne font rien pour améliorer la situation, pourquoi les établissements étrangers n'aideraient pas à inverser la tendance ?? C'est faire perdurer ces pratiques non ?
En France on aime à vouloir donner l'exemple, faire des leçons de morale lorsque les droits de l'homme ne sont pas respectés ( elle est loin d'être la seule ) en pointant du doigt les pays qui ne le font pas. De ma chaise je me dis qu'après tout, tout ces discours c'est pour une prise de conscience de la part de ces pays qui semblent ne pas se soucier de leur population ?
Mais comment interprété que même en ayant un pied dans ces pays là malgré toute "l'aide " apporter, rien n'ai vraiment changé ? Comment interprété que des établissement étrangers sont aussi inaccessible que leurs écoles ?
S'il s'agissait seulement de cela... Comment un pays qui parle des droits de l'homme s'autorise le droit d'intervenir avec des armes et y faire la guerre ( depuis si longtemps ) pour "soi-disant"chasser un dictateur néfaste à une population qui le soutient ?
Comment dois-je de interpréter de ma chaise que d'autres dictateurs néfastes au population ont tout soutien par contre des puissances étrangères? Comment dois-je comprendre que celle-ci a protégé pendant longtemps un dictateur sanguinaire de mon propre pays alors que la population attends de lui réclamer des comptes ?
Tant de paradoxe dans mon esprit...Non ce n'est pas un procès, c'est juste que je constate que dans nos pays du Nord, je ne pense pas qu'on aie à juger des pays Africains quand on sait qu'en réalité, ils les enfoncent encore plus dans leur bourbier. Tout le monde ne sera pas d'accord... .

Voilà comment je vois les choses...Je ne suis pas africaine d'origine mais j'y ai des racines alors...son cas m'intéresse ( Ne pas se tromper, il ne s'agit ni de repentance mais j'essaye de comprendre )
L'Afrique est surtout un continent très particuliers. Il ne faut pas oublié que c'est un continent qui a été mis pendant très longtemps en "stand by" pendant que les pays du Nord chercher à se développer et faisait la peau à ses propres rois autoritaires, ses propres dictatures avant d'en arrivé là ( la"démocratie" ). "L'autonomie" des peuples est très récente...étant donné cela je ne vois pas pourquoi cela ferait exception pour eux. D'autant plus qu'après des siècles de violences durant les colonisations étrangères et de visions pour se partager le gâteau ( toute personne qui dira le contraire dois le prouver ), je ne trouve pas cela étrange qu'elle laisse place à des despotes. Presque tout les peuples sont passés par là, même la France, je ne vois pas en quoi elle devrait faire exception. L'intervention de puissances étrangères pour moi est risible, c'est au population sur place de faire leur propre Histoire pour arriver à maturité, et celles-ci ne font qu'aggraver les situations.
L'Afrique est en "retard" non pas parce qu'elle est une attardée comme certain veulent le faire comprendre mais parce qu'elle a été et est toujours retardée.
Là où se sera plus difficile pour eux, c'est qu'ils doivent non seulement faire face à la situation désastreuse du continent, non seulement faire face à leur despote mais aussi aux politiques étrangères.
Néanmoins j'ai confiance, surtout lorsque je vois avec émotion, un petit garçon dans la misère la plus totale qui a eu l'idée de ramasser des vieux fils électriques pour se fabriquer un mini bolide qui avance mal mais qui avance quand même.

Après tout les maîtres sont là pour être renverser. Ce n'est qu'un point de vue.

@ pour en revenir définitivement au sujet chères internautes

J'ajouterais en conclusion que des phrases comme celles-ci sont dangereuses et ne témoignent en aucun cas d'une vérité...à part d'un recule ( quoi que je ne suis pas sûr que ça avait vraiment bougé ) flagrant des mentalités qui ne serviront pas notre communauté et ne stopperont pas la gangrène qui entrave la France des immigrés et la France de souche et qui réveillent des vieux démons inutiles.
Il y a de cela plusieurs siècles on associait la couleur de peau d'une ethnie avec le Singe en prétendant le prouver...on voit ce que ça à donner.
Aujourd'hui on associe des couleurs de peau et des ethnies avec des singeries...et c'est affirmations sont aussi fausses que la première. Montrons que nous avons vraiment évolués.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@ Ah la france

"""les « érudits » sont d’accord, et ils ne contestent pas, ni ne polémiquent entre eux. D’autres, donnent leurs « avis » ou « points de vues » sur des sujets qui devront faire l’objet de vérifications.""

J'ai aussi participé à des colloques et je ne crois pas que ce principe fait foi. Pourquoi débattre sur un sujet si tout le monde est d'accord dans le fond ??? Les débats avancent parce que justement, il y a eu confrontation des divers point de vue MONSIEUR !

j'ai de la peine à croire que vous ayez participé à des débats vu votre fonctionnement, plutôt douée dans la contestation sans arguments évidement, d'ailleurs c'est le style de certains "débats" télévisés actuellement. il n'en sort rien, personne n'avance tout le monde reste péremptoirement campé sur ces positions, ça ne sert à rien.

le probléme du racisme anti-blanc à l'école c'est ça pas autre chose.

http://christinetasin.over-blog.fr/ext/http://www.bivouac-id.com/2009/05/15/un-psychologue-danois-%e2%80%9cl%e2%80%99integration-des-musulmans-dans-nos-societes-occidentales-est-impossible%c2%bb/

"L’agressivité vous donne un statut inférieur dans nos cultures, mais un statut plus élevé dans la culture musulmane.
A titre d’exemple: dans la culture occidentale et dans d’autres cultures non musulmanes, comme en Asie, l’agressivité ou une brusque explosion de colère sont vues comme comportements que l’on regrette par la suite et dont on aura honte. C’est complètement l’inverse dans la culture musulmane. Si quelqu’un bafoue votre honneur - ce que j’appelle en tant que psychologue la confiance en soi – il est attendu de vous que vous démontriez votre agressivité, et souvent également, que vous vous vengiez tant verbalement que physiquement. Ainsi, l’agressivité vous donne un statut inférieur dans nos cultures, mais un statut plus élevé dans la culture musulmane.

"Ma propre expérience est que les musulmans ne comprennent pas notre façon toute occidentale de gérer les conflits par le dialogue. Ils sont élevés dans une culture comportant des figures d’autorités et des conséquences externes à l’individu et très bien définies. La tradition occidentale, qui utilise compromis et introspections comme principaux outils pour gérer les conflits tant intérieurs qu’extérieurs, est considérée comme une faiblesse dans la culture musulmane. Dans une large mesure, ils ne comprennent tout simplement pas cette façon plus douce et plus humaniste de traiter les affaires sociales. Dans le contexte du travail social et de la politique, cela signifie que l’individu a besoin de plus de limitations et de conséquences plus sévères pour être en mesure d’adapter son comportement."

tu parle de respect notre culture occidentale devenue de plus en plus maternante est incapable d'imposer le respect aux populations musulmanes.

nos élites mettent la tête dans le sable.

"Mon intervention a abouti à une injonction légale, une sorte de sanction professionnelle, indiquant que si je réitérais mes propos je serais licencié. Selon les autorités de Copenhague, il est apparemment autorisé de déclarer que les problèmes rencontrés par les musulmans sont causés par la pauvreté, les médias, la police, les Danois eux –mêmes, les politiciens, etc. Mais deux choses ne sont pas admises : 1) discuter de l’importance de la culture et 2) de la responsabilité propre des étrangers quant à leurs difficultés d’ intégration dans nos sociétés. Malheureusement, beaucoup d’hommes politiques très puissants n’appréhendent pas clairement la dimension psychologique de la culture et son influence sur l’intégration."

Euh en France c'est pareil.

et dans tes discours tu prône le multiculturalisme.

ça va donné ça

Le multiculturalisme existant depuis des millénaires n'a pas donné comme résultat une organisation sociale Européenne pour vivre ensemble.Sinon ça se saurait. Le multiculturalisme a depuis de milliers d'années accouché de conflits, de massacres en tous genres et la loi du plus fort c'est imposée tout naturellement.

Les peuples d'Europe se sont constitués par la force. Les organisations sociales transmises de génération en génération par les communautés royales, les dynasties, et la chrétienté sont les bases des différents peuples d'Europe.

Le dieu Romain fut imposé à tous par la force, d'ou les massacres et les conquêtes.Se ralliement forcé a permis à la chrétienté de se positionner politiquement dans tous les domaines. Ils ont appliqué les concepts issus des civilisations d'Egypte et de tout le proche orient. Les échanges commerciaux de l'Europe à l'Asie en passant par le nord du continent Africain ont permis le développement des savoirs, des cultures etc...

Le multiculturalisme d'aujourd'hui est aussi dangereux qu'une bombe atomique à retardement. Ce n'est pas l'arabe, le noir, l'étranger qu'il faut combattre mais le concept des croyances "religieuses" dont l'islam. Le coran les Hadiths et autres inculqués tels quels à des enfants,c'est former des adultes à un concept de guerre.

Celles et ceux qui veulent croire à ce multiculturalisme -religieux nous mettent gravement en danger. Il n'y a qu'à constater les faits depuis les trente dernières années jusqu'à nos jours.

Si le concept -multiculturalisme- avait fait ses preuves en matière de démocratie, de liberté des femmes des libertés individuelles et collectives, les pays arabo-musulmans seraient de véritables paradis que bon nombres de peuples auraient copié depuis longtemps.

Par contre il y a trois concepts qui ont fait leurs preuves, c'est la laïcité, la démocratie et la liberté. --L'égalité et la fraternité c'est du flan pour croyants.Le terme république est bafoué; donc on ne sait pas à quoi ça ressemble en Chine, en Birmanie, et ailleurs...Qui plus est, "république populaire"

Sournoisement l'islam pur et dur s'incruste avec le soutient d'inconscients crétins et chrétiens, qui ne connaissent rien du coran et autres textes des partis religieux. Tôt ou tard le multiculturalisme sous cette forme, volera en éclat soyez en convaincu.Il n'y a pour l'instant qu'un seul coran qui donne tort aux partisan d'un multiculturalisme tel qu'il est appliquée dans nos pays de liberté.C'est bien un pouvoir religieux qui se met en place progressivement, n'en déplaise aux cerveaux plats.

Ecrit par : Pierre NOËL | 12 août 2011

ce qu'il faux défendre c'est la laïcité

http://blog.lefigaro.fr/education/2011/04/la-laicite-merite-t-elle-un-debat.html

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

@ Ah la france

"Moi je fais partie d'une de ces communauté visée, j'ai jamais dealer, j'ai jamais consommé. Je fais des études et j'en ai marre d'en voir d'autres en faire, chercher du boulot, se faire jeter parce qu'on a compris qu'ils n'avaient pas la bonne couleur dans la France profonde"

tu sous-entend que la france refuse d'intégrer certaines personnes est-ce une réalité, où ton militantisme obtus !!!

"Est-on sûr qu'aujourd'hui, pour les jeunes Fran-çais que l'on dit issus de l'immigration coloniale ou post-coloniale, l'ascension est plus difficile, plus ségrégative ? Oui ! affirment ceux qui se prétendent les indigènes de la République. L'inventaire des signataires de cet appel, publié par le site internet « Touteségaux », réserve une surprise de taille : à leur corps défendant, les pétitionnaires témoignent qu'ils sont, eux aussi, les produits de ce creuset fran¬çais dont on annonce un peu trop vite la faillite ou la disparition. Eux aussi, et c'est heureux, sont des fils et des filles de cette République qu'ils vouent aux gémonies mais qui a assuré leur promotion sociale. Parmi les 942 professions identifiées, que de bacs plus 4! 208 étudiants, 119 enseignants, chercheurs, 189 ingénieurs, cadres et techniciens, 49 fonctionnaires, 63 professions libérales (méde¬cins, pharmaciens, architectes, avocats, consul¬tants...), 52 éducateurs ou travailleurs sociaux, 13
infirmiers, 103 employés, 26 artistes, chanteurs ou écrivains, 22 journalistes (dont un journaliste algé-rien en exil venu se réfugier dans l'enfer post-colo-nial français !), 20 patrons ou gérants de société, 1 banquier d'affaires, 19 commerçants et artisans, etc. et seulement 30 ouvriers.
Lire la rubrique quotidienne du Parisien, « par-cours réussi », c'est voir à l'œuvre le creuset fran-çais. Celui de Thomas Assiogbon ' est éclairant. Né il y vingt-cinq ans d'un père béninois et d'une mère martiniquaise, monsieur Assiogbon a « tou¬jours vécu à Orly (Val-de-Marne), cité des Saules. Une des plus chaudes de France d'après la liste de Sarkozy ». Grâce à ses parents qui l'ont « toujours poussé à faire des études en [lui] expliquant que c'était le meilleur moyen de s'en sortir » il est, aujourd'hui, attaché commercial chez Manpower. « Les études, c'est un investissement : ça paye un jour ou l'autre. » Après le bac, un DUT obtenu à l'IUT de Créteil puis une maîtrise d'administra¬tion économique et sociale à l'université d'Evry. Ensuite, « tout s'enchaîne très vite : un CDD chez Orange à Ivry, puis l'embauche chez Manpower. Après vingt-cinq ans passés à la cité des Saules, Thomas envisage aujourd'hui d'acheter un appar-tement dans l'Essonne ».
et comme je l'ai écrit plus haut notre socité maternante n'est plus capable d'assimiler, plus capabled'imposer le respect résultat, nombre de jeunes asociaux nés en France, inemployables, nul patron n'a envie d'employer ces jeunes là.

extrait de pour en finir avec la repentance coloniale

"Prétendre que les Français doivent faire acte de repentance pour expier la page coloniale de leur histoire et réduire les fractures de la société fran-çaise relève du charlatanisme ou de l'aveuglement. Cela conduit à ignorer les causes véritables du mal et empêche donc de lui apporter les remèdes néces-saires. Le risque est grand, alors, de voir une partie des Français, bien persuadés qu'ils seront à jamais les indigènes d'une République irrémédiablement marquée du sceau de l'infamie coloniale, vouloir faire table rase et jeter, en même temps, nos insti-tutions et le principe sur lequel elles reposent depuis la Révolution française : l'égalité en droit des individus. Belle révolution en perspective - peut-être même déjà en cours -, qui amènerait à créer en France un patchwork de communautés, avec leurs spécificités, leurs règles, leurs droits, leur police et leur justice - à l'appartenance desquelles les individus seraient assignés, avec ou sans leur accord. Une France, grâce à l'action du MRAP, définitivement débarrassée de l'horreur laïque, où chacun pourrait exhiber au sein des établissements scolaires ses convictions religieuses ou politiques. Une France où l'on serait blanc, noir ou arabe, chrétien, juif ou musulman - éventuellement athée - avant d'être français. Bref, une France de l'Apartheid."

"Alors arrêtons de pêcher du petit gibier facile et attaquons-nous au gros gibier" !

Ah tu crois qu'on pêche beaucoup de petit gibier actuellement, tu rigole, on est en pleine débandabe en plein laxisme !!!

on en est là

"3 493 442 faits de délin¬quance et de criminalité constatés, en 1997"

il y a quand même de quoi s'inquiéter !!!

donc il faudrait d'aprés ton propos fermer les yeus sur cette réalité .

"Le risque est grand, alors, de voir une partie des Français, bien persuadés qu'ils seront à jamais les indigènes d'une République irrémédiablement marquée du sceau de l'infamie coloniale, vouloir faire table rase et jeter, en même temps, nos insti-tutions et le principe sur lequel elles reposent depuis la Révolution française : l'égalité en droit des individus. Belle révolution en perspective - peut-être même déjà en cours -, qui amènerait à créer en France un patchwork de communautés, avec leurs spécificités"

voilà ton fonctionnement !!!

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

@ Ah la france

" La France n'a jamais respecté personne ( ni ses colonies, ni ses immigrés, ni ses descendants ; et quelque soit la couleur )"

c'est ça la france est une grande raciste !!!

"En 1996, lors du tumulte provoqué par la sortie de Jean-Marie Le Pen sur « l'inégalité des races », un son¬dage de Libération révèle que 63 % des personnes inter¬rogées ont été « choquées » par cette déclaration, même si 51 % d'entre elles « partagent certaines idées du Front national ».
D'après une enquête réalisée pour la Commission nationale consultative des droits de l'homme {le Monde, 25 mars 1999), 67 % des sondés estiment qu'« on juge aussi une démocratie à sa capacité d'inté¬grer les étrangers » ; 62 % jugent les beurs « sympa¬thiques », 74 % les Noirs d'Afrique, 75 % les juifs, 78 % les Asiatiques et 85 % les Antillais. 87 % jugent « grave » ou « très grave » de « refuser une promotion professionnelle à une personne parce qu'elle est d'ori¬gine étrangère ».
De 1975 à la fin du siècle, la population du pays se sera accrue, en gros, de 8 millions d'étrangers. En l'espace d'une génération ou un peu plus, la France a absorbé l'équivalent d'une petite nation comme la Suède ou l'Autriche. Que l'on sache, cela s'est effectué sans explosion généralisée.
Où se niche donc l'épidémie raciste que tant de bien intentionnés se proposent de soigner ?
Les Français ne sont pas racistes. Mais ils sont fon¬dés à penser que 8 millions d'immigrés, ce n'est pas rien. D'autant que la distance avec les nouveaux venus ne va pas en se réduisant, mais va souvent même en s'élargissant.
« Y a-t-il trop d'Arabes en France ? » Oui, répondent 65 % des personnes interrogées, lors de sondages comparables, en 1968, 1977, 1984, 1990 et 1993. Mais deux réponses de l'enquête citée plus haut (réalisée pour la Commission des droits de l'homme) expliquent cette réaction : 79 % des sondés avouent que les « comporte¬ments de certains peuvent parfois justifier qu'on ait à leur égard des réactions racistes » ; 61 % pensent que
« la plupart des immigrés ont une culture et un mode de vie trop différents pour pouvoir s'intégrer ». Ce qui est en cause, c'est la « culture » et le « mode de vie » des immigrés : ce n'est pas leur origine ethnique, ce n'est pas la couleur de leur peau. 71 % des Français (sondage Ifop/Passages, 1993) ont une bonne opinion des immigrés de leur connaissance, mais 64 % (son¬dage Ifop//'Express, 1991) estiment que l'identité natio¬nale est menacée par l'immigration.
Conclusion : le pays ne rejette pas les étrangers : il refuse le multiculturalisme, la ghettoïsation. Afin d'in¬tégrer les immigrés, 92 % des Français croient d'ailleurs à l'instruction de la morale civique à l'école, 89 % aux mesures contre la concentration des arri¬vants, 87 % à l'apprentissage de la langue française.
L'immigration ne pose pas un problème d'ordre eth¬nique ou racial, mais un problème culturel, un pro¬blème politique, un problème national."


Inutile, donc, d'évoquer cette clause des accords d'Evian qui étend aux Algériens, devenus des étrangers avec l'indépendance de leur pays, les pri-vilèges accordés deux ans auparavant aux ressortis-sants des colonies d'Afrique noire et de Madagascar : la faculté de s'installer librement en France et d'y jouir de tous les droits des citoyens français à l'exception des droits politiques ; le droit de faire reconnaître, à tout moment, leur nationa¬lité française.
Inutile de rappeler que 400 000 Algériens prennent le chemin de l'ancienne métropole colo-niale entre 1962 et 1972, tandis que s'amorce également, en ce début des années 1960, une immigration noire, notamment en provenance des anciennes colonies d'Afrique. Tout cela compte
peu. Ce qui importe, ce n'est pas de reconnaître que la France a très largement ouvert son territoire à ses anciens colonisés, qu'elle leur a offert la possi¬bilité de devenir des citoyens à part entière. Ce qui importe, c'est de dresser le portrait d'un de Gaulle raciste pour mieux dénoncer les travers de la Répu¬blique et du peuple français.
La colonisation repose sur le racisme, disent les Repentants. La France a été une puissance colo-niale, donc la France est raciste. L'école de Jules Ferry n'a-t-elle pas enseigné aux petits Français, des générations durant, que l'humanité est divisée en races, la race blanche, la plus parfaite, étant supérieure aux autres ? Banania, le tirailleur séné-galais, n'est-il pas un grand enfant, sympathique mais demeuré ? Comment, après tout cela, imagi-ner que nos grands-parents n'étaient pas racistes ? Beau syllogisme mais qui omet une chose : exposi-tions coloniales, publicités, livres d'aventure, rien n'y a fait, les Français sont très largement restés imperméables à l'idéologie impériale. Au grand regret du lobby colonial, qui ne cesse de le déplorer !
Certes, les travailleurs coloniaux, bicots, bou-gnoules et autres négros, n'ont pas échappé aux manifestations d'hostilité ou de rejet dont les étrangers ont été la cible. Pendant la Première Guerre mondiale, ne leur reproche-t-on pas d'être des « planqués » et d'occuper à l'usine, la place d'un époux ou d'un père maintenu au front ?
Durant les périodes de chômage ne sont-ils pas noyés dans la masse des immigrés, accusés de voler le pain des Français ?
Mais quel souvenir un de ces Algériens immigrés à Paris au cours des années 1920 a-t-il conservé ? Celui du racisme des Français côtoyés à l'usine ou dans le métro ? « Nous étions unanimes à nous réjouir de l'attitude de sympathie des populations à notre égard, et à faire une grande différence entre les colons d'Algérie et le peuple français dans leur comportement avec nous. Les gens nous manifes-taient du respect et même une grande considéra¬tion mêlée de sympathie. » Paroles d'un « béni-oui-oui » aux ordres de l'administration ? Non. Eloge du peuple français extrait des Mémoires de Messali Hadj ', le père fondateur du nationalisme algérien lui-même !
D'autres sources signalent cette « sympathie », cette fois pour s'en inquiéter. En juillet 1919, l'ad-ministrateur de la commune mixte de Ténès rap-porte que les Algériens de sa commune, revenus de France, « ont été particulièrement sensibles aux marques d'affabilité et de politesse, quelquefois exagérées, que leur ont prodiguées nos compa-triotes, ignorants de leurs mœurs et de leur esprit ; mais ces démonstrations auxquelles ils n'étaient pas accoutumés les ont conduits, par comparaison, à
penser que les Algériens, les colons en particulier, n'avaient pas pour eux les égards qu'ils méritaient. Un simple khamès débarquant en France devenait un "sidi" [...]. Il est donc indéniable que le séjour en France des travailleurs coloniaux les a rap-prochés des Français de la métropole ' ».
Autre témoignage, celui de Claude Poperen, qui entre à Renault-Billancourt en septembre 1949. Pour le futur responsable de la CGT de l'usine, l'immigration algérienne est une découverte. À Nantes, sa ville natale, « les ouvriers algériens, on ne connaissait pas ». À Billancourt au contraire, ils sont déjà des milliers. Mais « il n'y avait aucun problème, bon de temps en temps "bicot " quoi, mais enfin non, il n'y avait aucun problème. Fallait débrayer, tout le monde partait [...]. C'était l'os¬mose »2. Quelle meilleure preuve, d'ailleurs, de cette « osmose » que le grand nombre d'Algériens élus délégués syndicaux, délégués du personnel ou au comité d'entreprise, y compris dans des ateliers où ils sont loin de constituer la majorité du personnel ?
Tous ces témoignages invitent à prendre avec des pincettes l'idée selon laquelle le passé colonial
de la France fut le terreau des manifestations actuelles du racisme. Ainsi Yvan Gastaut1 a-t-il établi que l'idée d'une inégalité des races, qui a accompagné la conquête coloniale et l'a parfois jus-tifiée, est marginale dans l'opinion publique fran-çaise depuis le début des années 1970, cédant la place à un « racisme justifié par la différence cultu-relle ». Selon un sondage BVA, effectué en novembre 1996, 42 % des Français estiment que tous les êtres humains font partie de la même race, 37 % qu'il existe plusieurs races égales entre elles et seuls 18 % qu'il existe plusieurs races pas toutes égales entre elles (3 % de sans opinion). Mais, en même temps, l'étude des sondages à laquelle cet auteur s'est attelé montre, même en tenant compte de leur marge d'incertitude, une très grande tolé-rance générale des Français à l'égard des « autres » et une ouverture d'esprit plutôt large. En 1984, à l'IFRES, qui leur demande s'ils sont « personnelle-ment gêné par le voisinage d'une autre race que la vôtre ? » 27 % répondent par l'affirmative et 67 % répondent « non ». La même année, 40 % des Français accepteraient « facilement » qu'un de leurs enfants épouse « une personne d'une autre race » contre A7 % qui s'y résigneraient difficilement. En 1986, 80 % des Français interrogés par l'institut Louis Harris estiment qu'il n'est pas nécessaire
d'être de race blanche pour être un « vrai Fran¬çais ». Ils sont 70 % à juger qu'il n'est pas indis¬pensable d'être né en France ou de parler correctement le français.
Au début des années 1990, 70 % des Français « de souche » voient avec sympathie les « Asiati¬ques » et les « Noirs ». Cette largeur de vue connaît toutefois une limite : seulement 50 % englobent les « Maghrébins » dans ce sentiment, tandis que plus de 40 % les jugent « antipathiques ». On constate donc, en premier lieu, une solution de continuité entre les représentations péjoratives des Africains du XIXe siècle et celles, globalement posi¬tives, des années 1970. Le racisme anti-noir que l'on peut noter aujourd'hui n'est donc pas le pro¬duit du passé colonial de la France, mais celui des difficultés que la société française rencontre depuis trois décennies.
Il reste, en second lieu, à expliquer cette « excep¬tion algérienne » et, plus largement, le racisme anti-arabe qui ressort de cette enquête.
La réponse est peut-être à chercher dans les séquelles de la guerre d'Algérie. Au cours de celle-ci l'image des Algériens s'est indiscutablement dégradée. Si les Français sont de plus en plus nom-breux à souhaiter « la paix en Algérie » d'abord, puis à admettre l'indépendance de l'Algérie, cela ne signifie pas un soutien aux nationalistes algériens. Difficile, en effet, de soutenir leur combat quand, à n'importe quel moment, l'un des 1 200 000 jeunes
Français du contingent envoyés dans les djebels peut en être la victime. Comment mesurer, sur l'opinion française, les effets du massacre, dans les gorges de Palestro, d'une compagnie de 20 jeunes rappelés du 9e Régiment d'infanterie coloniale, le 18 mai 1956, dont les cadavres mutilés, émasculés sont découverts le lendemain par leurs camarades horrifiés ? Quelles conséquences a eu la guerre sans pitié que les deux frères ennemis du nationalisme algérien - le FLN et le MNA - se sont menée entre 1956 et 1962, sur le sol métropolitain même, avec son cortège quasi quotidien d'attentats, de mitraillages, d'assas¬sinats, qui se solde par 4 000 morts et 10 000 blessés et dont les journaux rendent compte ? Pour le militant syndicaliste et communiste Claude Poperen, déjà cité, chez Renault-Billancourt, « la guerre a quand même créé des problèmes. Il y a eu incontestablement, je ne dirai pas une rupture, mais une brisure entre ouvriers français et algé¬riens ' ». Il revient aux historiens, prolongeant les travaux pionniers de Benjamin Stora2, d'explorer cette histoire encore mal connue.
Mais ce qui paraît d'ores et déjà assuré, c'est que les racines historiques du racisme anti-arabe à l'œuvre aujourd'hui - qu'il ne faut ni sous-estimer
ni généraliser - ne se trouvent pas dans la profon-deur du temps colonial.
Quant à l'islamophobie dont le MRAP et quelques autres nous rebattent les oreilles, elle n'est en rien la survivance d'une culture coloniale, plu¬tôt islamophile, à la manière d'un Augustin Berque, qui faisait preuve de curiosité humaniste. Sa construction, au contraire, est récente. Elle est, d'abord, le produit de l'ignorance. Elle est, surtout, une réaction de crainte - pas totalement injustifiée au demeurant - alimentée par la violence des fon-damentalistes et autres talibans et jihadistes.
Comment ne pas s'inquiéter, en effet, de la férocité du régime iranien à l'égard de ses opposants ? de la fatwa condamnant à mort le grand écrivain Salman Rushdie ? des arrestations des modernistes égyptiens et de l'assassinat de l'un d'entre eux - Farag Foda, en 1993 -, ou encore de la tentative contre Youssef Cha-hine ? Faut-il admettre l'assassinat de Théo Van Gogh aux Pays-Bas et passer par pertes et profits le saccage par les talibans des statues géantes de Bouddha, ce patrimoine culturel de l'humanité, ainsi que l'effa-rante attaque contre la liberté de la presse - et de la pensée tout court - qui a pris prétexte de la publica-tion de caricatures de Mahomet ? Comment ne pas s'inquiéter également lorsque dans un pays, le Nigeria, certaines provinces appliquent la charia (c'est-à-dire les châtiments corporels, la lapidation des femmes condamnées pour adultère, etc.) et que les nouveaux maîtres de la Somalie veulent en faire autant ?
Comment oublier les horreurs de la guerre civile qui a déchiré l'Algérie ? Comment oublier enfin les atten¬tats jihadistes qui ont ensanglanté New York le 11 septembre 2001, Madrid le 11 mars 2004, Londres le 7 juillet 2005, Bombay le 11 juillet 2006 ? Comment exiger de l'opinion publique qu'elle trace une frontière nette entre les fondamentalistes, les jihadistes et les musulmans « tranquilles », alors que ces derniers se mobilisent bien peu pour condamner les premiers ? Et pourtant ! Les son¬dages sont unanimes à relever que les musulmans de France ne font l'objet d'aucun rejet massif.

extrait de pour en finir avec la repentance coloniale. alors ton discours la france n'a jamais respectée personne tu peux repassé.

"L'Inde n'a pas les matières premières indispensables à la France, pas d'intérêt en somme. L'inde fait son bonhomme de chemin, l'Afrique croule sous les guerres, les dettes au FMI"

explication pour le moins simpliste.

je préfére celle là

"En Afrique, les croyances ont, et continuent de faire des ravages....La mafia des états entretien la misère.Il est plus facile de trouver de l'argent pour acheter des armes "dernier cri" ainsi que le portable pour faire la guerre, que d'en trouver pour construire de belles écoles.

L'islamisation de l'Afrique est mortelle pour l'avenir des peuples africains, 1400ans de colonisation mentale chez les arabo-musulmans"

en affrique ils en sonts encore aux stade des guerres ethniques, Rwanda.
se massacrer entre anciens voisins.

la corruption des élites est à son comble, les croyances dans les esprits plus importantes que le quotidien, et bien sur d'aprés toi tout celà serait la faute des occidentaux c'est facile comme explication toujours de la faute des autres.

c'est facile aussi par rapport à l'esclavage d'accuser uniquement les occidentaux, les berbéres onts fait trés fort dans ce domaine par rapport aux africains, et onts fait trés fort par rapport aux européens aussi, tu vois les européens sonts tes fréres en esclavage.

"ESCLAVES CHRÉTIENS, MAÎTRES MUSULMANS
L'ESCLAVAGE BLANC EN MÉDITERRANÉE
(1500-1800)
La traite des Blancs pratiquée en Méditerranée par ceux que l'on nommait alors les Barbaresques a duré près de trois siècles et a causé plus d'un million de victimes. Qui étaient ces esclaves ? Comment se les procurait-on ? Comment fonctionnaient les marchés d'Alger, de Tunis et de Tripoli, les trois villes formant le noyau dur de la Barbarie ? Quelle forme prenait l'asservissement physique et moral de ces hommes et femmes originaires de toute l'Europe ? Comment l'Eglise catholique et les Etats européens tentèrent-ils de les racheter ? Les réponses que l'auteur ap¬porte à ces questions et à bien d'autres battent en brèche l'idée élaborée au xixe siècle et encore do¬minante d'un esclavage fondé avant tout sur des cri¬tères raciaux.
Sur un sujet négligé ou sous-estimé par de nom-breux historiens mais volontiers exploité par le roman populaire, cet ouvrage très sérieusement documenté, fruit de dix années de recherches, a reçu lors de sa pre¬mière édition en France Qacqueline Chambon, 2006) le prix Madeleine Laurain-Portemerde l'Académie des sciences morales et politiques.
Robert C. Davis est professeur d'histoire, spécialiste de l'his¬toire sociale de l'Italie, à l'université d'Etat de l'Ohio."

et par rapport à la traite européenne des noirs c'étaient les tribus de la cote qui allaient capturer leurs fréres à l'intérieur des terres, des rois qui vendaient leurs sujets contre des étoffes de la bimbeloterie.

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

@ Ah la france

"D'autant plus qu'après des siècles de violences durant les colonisations étrangères et de visions pour se partager le gâteau ( toute personne qui dira le contraire dois le prouver )"

bien évidement la preuve la preuve doit-être validée par toi Oh grande prétresse.

ton militantisme borné commence à me faire doucement rigoler.

"En 1960, on comptait deux millions d'enfants scolarisés en Afrique noire et à Madagascar. Dans la seule Afrique noire, 16 000 écoles primaires et 350 établissements secondaires, collèges et lycées, fonctionnaient.

La France a porté également ses efforts vers la formation puisque 96% des instituteurs étaient africains au moment de l'indépendance. Les 4% restant sont représentés par 28 000 enseignants français exerçant dans la seule Afrique (Afrique du Nord comprise), soit un huitième du corps professoral national.

Santé
En termes de la santé, de nombreuses maladies ont été éradiquées par la présence française. Le docteur Jean-Marie Robic, pour lutter contre la peste à Madagascar à la fin du XIXe siècle, et faute de temps, s'est lui-même transformé en cobaye afin de tester le vaccin pour gagner la course contre la mort. Dans le même temps, la mortalité infantile a fortement diminué dans toute l'Afrique noire colonisée.

A la date de 1960, la France avait fait bâtir en Afrique 2 000 dispensaires en état de fonctionnement, 600 maternités, 40 hôpitaux en Afrique noire et à Madagascar.

Infrastructures de transport
A la décolonisation la France a laissé en Afrique vers 1960 : 2 000 dispensaires, 600 maternités, 40 hopitaux, 18 000 km de voies ferrées, 215 000 km de pistes principales, 50 000 km de routes bitumées, 63 ports, 196 aérodromes, 16 000 écoles primaires, 350 collèges et lycées."

ben on peut dire qu'il ont même reculés depuis la colonisation française.
qui payait toutes ces infrastructures de ses propres deniers, prouve moi le contraire toi qui a toujours raison.

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

@ leclerc

Leclerc !Mon internaute préférée, ça faisait longtemps... . Tu as l'air de penser que je fais semblant de t'écouter. Euh si tu parles de toutes les fois où tu avançais que la pauvre enfant naïve que je suis se faisait endoctrinée par S.O.S racisme dont je connais rien, où par les méchants intégristes pas beau de musulmans aliénés tous fouteur de merde, alors que je ne suis ni musulmane, que je ne connais rien du Coran, oui j'ai sciemment occulté, car cette nouvelle mode française me fatigue. Mais je lis bien tes articles, et je n'y apprend rien ( à part une mauvaise blague qui m'a fait tombé de ma chaise quand on parlait de repentance colonial ) que je n'ai pas déjà entendu.
Mais bon, si tu veux je vais examiner de près toutes tes phrases et y répondre un par un si tu veux.

Commençons.



""j'ai de la peine à croire que vous ayez participé à des débats vu votre fonctionnement, plutôt douée dans la contestation sans arguments évidement, d'ailleurs c'est le style de certains "débats" télévisés actuellement. il n'en sort rien, personne n'avance tout le monde reste péremptoirement campé sur ces positions, ça ne sert à rien.""

Méa culpa ! Je crois avoir été mal comprise. Quand je dis "participée" c'est avoir "assistée" à ses conférences ou colloques, voir même débat... . Et je dis qu'à ce que j'ai pu observé, c'est que chacun avançaient avec des arguments,démontraient par des preuves, s'appuyaient sur des faits, en évitant le sophisme et s'opposaient ( donc c'est qu'au préalable il y a eu contestation sur un sujet en question ). C'est de cette manière qu'un sujet à controverse sort du statut de "controverse". Il n'y a pas matière à débattre si tout le monde est d'accord.

Pour le reste de votre remarque, c'est votre point de vue. Oui je conteste une soi-disante vérité mais en ce qui vous concerne j'ignore ce que vous appelez une argumentation pour moi c'est aussi celle-là entre autres définitions :

On distingue 3 grands groupes:
L'art de démontrer (On s'appuie sur des faits, des preuves, une loi incontestable),
l'art de persuader (l'émetteur fait appel au sentiment des destinataires (émouvoir rire ou encore provoquer)) et
l'art de convaincre (l'auteur fait appel à la raison du destinataire, mais sans utiliser de faits scientifiques).
Une argumentation convaincante peut bien souvent consister à simplement énoncer un fait, afin de permettre à l'interlocuteur d'en avoir connaissance. ( wikipédia )

Selon les articles, remarques que vous m'avait faîtes ( vous et les autres ), j'ai plus ou moins utilisé l'un de ses trois grand groupes parfois mêlée d'un certain mépris c'est vrai. ( vu le sujet j'allais sûrement pas faire autrement lol) ( j'ai cité des faits fréquemment rencontrés comme le racisme et ses causes; des faits qui permettent à mon interlocuteur d'en avoir connaissance comme : les blancs sont aussi actifs pour le deal ( si ce n'est pas plus ) que les étrangers apparemment ici ce n'est que majoritairement le fait d'étranger etc.
Je ne sais pas où se situe la mauvaise foi. Entre nous deux ?? Mais je crois que c'est moi qui me débat pour rien. Vous êtes déjà convaincu de toute façon.

..."'arrive pas à voir tes écrits comme une quelconque expertise !!!

tu a fait des études, tu a lu des livres ceux qui vonts dans ton sens les autres sonts des escrots des menteurs, c'est ce que tu affirme avec vigueur,

sans aucun argument bien entendu, ton aura d'experte invitée chez nauleau te suffit et te suffit à juger Zemmour, à le cataloguer dirais-je, il me semble que tu est loin d'avoir sa culture pourtant.""

J'ai beaucoup apprécier ta remarque... . Mais comment dire...euh, si peut-être il y a du vrai, je ne me reconnais ni dans la conclusion que tu en tires ni totalement dans cette définition. Je ne suis pas parfaite et je n'ai jamais prétendu avoir la science infuse je répète. Je ne penses pas que tu me connaisses vraiment ? Tu sais quoi de ma culture ?
Quand je cherche à être proche de la vérité, je cherche avant tout ceux qui ont les idées inversent de ce en quoi je crois, sinon je ne serais pas ici.
Je continue

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@ Ah la france.

"je cherche avant tout ceux qui ont les idées inversent de ce en quoi je crois, sinon je ne serais pas ici."

apparement daniel lefeuvre a des idées inversent des tiennes, mais tu n'a pas l'air de chercher particuliérement les idées inversent des tiennes vu ta réponse. là tu le catalogue, tu ne démontre rien, tu n'argumente pas tu essaye juste de convaincre par l'émotion en insultant ce professeur


"Je ne sais pas qui il est ...mais je peux affirmer que c'est un escroc !!!!!

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

""http://fr.wikipedia.org/wiki/Toussaint_Louverture

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Verti%C3%A8res

20 000 Haïtiens contre 2000 français, je comprends que c'était dur

il est vrai que le corps expéditionnaire du Général leclerc était rentré en France.

"Malgré les assurances de loyauté de Toussaint Louverture, Bonaparte, qui a été outré par la proclamation d'une constitution autonomiste par Toussaint et ses alliés les grands colons, se rallie aux arguments des négociants et des colons martiniquais qui veulent rétablir l'esclavage sur toutes les colonies françaises. Il profite de la paix d'Amiens pour constituer un corps expéditionnaire de 20 000 hommes avec à sa tête son beau-frère, le général Leclerc et reprendre le contrôle de l'île.

Le 20 janvier 1802, l'expédition de Saint-Domingue se présente dans les ports de la colonie, ostensiblement pour punir le seul Louverture, déclaré félon. Le rétablissement de l'esclavage est encore un objectif secret. Les officiers fidèles à Toussaint résistent d'abord, en brûlant les villes portuaires et en se retirant dans les terres. Malgré quelques succès, le combat devient rapidement inégal"

et la dette payée de 90 millions de francs or aurait rendue la france riche !!!""

Oh ! Je suis si touchée par le geste... ( pleure ) tu as fait des recherches sur mes origines. Je croyais que tu m'écoutais pas vraiment en fait. Mais mon cher ami, sache que je parle rarement d' Histoire si je n'y connais rien. Et s'il y en a bien une que je connais, c'est bien celle-ci...
Wikipédia je connais aussi tu sais, tout le monde écris, c'est parfois même loin d'être des experts. C'est une véritable mine d'informations mais ça reste léger pour parler d'Histoire, surtout d'une histoire aussi chargée que la plus ancienne des colonies françaises, j'ai d'ailleurs souvent remarquer que dans tes sources tu ne sites qu'une seule source non, pas que ce soit une mauvaise chose, mais pour éviter toute subjectivité dont ne sont pas exmpts les experts, il est bien de recoupée les différentes versions ; et je te retourne la fronde, des sources qui vont souvent dans ton sens. Faut balayer sa porte avant de dire aux autres de nettoyer chez soi.

Suite à un projet personnelle en cours de développement sur cette Histoire là principalement, et sachant que l'Histoire n'est pas une science exacte ; pour éviter un maximun d'erreur et/où d'anachronisme, j'ai à mon actif :

lus plusieurs ouvrages d'historiens français et haïtiens, pour / contre Toussaint Louverture genre Christophe Wargny, entre ceux qui le considèrent être juste un nouveau despote et ceux qui le considère être un spartacus noir ou le nouveau Napoléon noir au choix...
Vu plusieurs reportages ( arte,france 0, france 3 etc. ) plutôt bien fait et plus ou moins neutre.
Recueillis les travaux de quelques historiens sur la question... .

Et si tu savais le nombre de point de vue, de contestations de chiffres que j'ai lu sur le nombre d'esclaves qui se seraient révoltés par exemple ( tantôt 700 contre 70 000, tantôt 9000 contre 30 000, 20 000 pour wikipédia )
Mais dans tout ce que j'ai pu relever, au moins une chose semble faire l'unanimité pour la majorité des historiens. Il y a eu 2 révoltes en réalité, celle de Toussaint et celle de Dessalines ensuite, une poignée d'esclaves contre une armée réputée invincible et la France s'est fait ECRASE, mis à l'amende quoi, elle a capitulé...sans parler du massacre des maîtres et des autres qui ont fui l'île dans les îles voisines, suivit d'une abolition, une première dans l'histoire. Je ne crois pas que j'exagère, si ça t'intérresses, mis à part Wikipédia, je t'invites juste pour ajouter de la culture à ton palmarès, de lire des bouquins. De voir des documentaires récents ( comme Haïti, la France et Toussaint Louverture, sur internet tu trouveras par exemple ) parce que c'est aussi l'Histoire de ton pays, en complément tu devrais aussi cherché Simon Bolivar, personnalité vénézuélinne et j'en passe...
N'insulte pas mon intelligence en suggérant que j'invente des choses.

Ps : les 90 millions de franc or + les intérêts, donc beaucoup plus en réalité ( une dette qui n'en finit que très tardivement car après faut rembourser les différents emprunts faîtes à qui ? puisqu'en même temps il leur été impossible d'échanger avec d'autres pays dû à l'embargo imposé pendant près de 100 ans par la France ? Ne reste plus que les banques françaises ) ), donc 90 millions de base n'étaient que la dette instauré par Charles X pour que ce pays foutent la paix en théorie aux haïtiens.
J'ai sciemment effectué la conversion à des milliards d'euros, car c'est ce que cela vaudrait aujourd'hui, et c'est plus parlant que des francs or. Malgré cela cela n'a pas été le cas. La France de l'époque s'était encore appliquée à les enfoncer avec l'aide de l'U.S et un énorme chantage économique, avant de les laisser définitivement entre leur main. Mais passons, il faudrait plus d'une page de wiki pour te l'expliquer et ce n'est pas vraiment le sujet.
Et au niveau de l'enrichissement de la France sur cette colonie, vous occulté avant cette Histoire les quasi 400 ans d'asservissement sur laquelle cette richesse s'est bâtie sur ce bout de Terre perdue aux Antilles. Elle a fait d'elle la première puissance coloniale de l'époque, générés des revenues gigantesques sur son revenues annuelles. Haïti était si connut de la populasse française de l'époque avant de sombrer dans l'oubli, que même notre bien aimée Voltaire y avaient ses terres, certains faisait remarquer à nos monarques français que leur cour été créole. Mes dires sont vérifiables, faîtes des recherches si vous doutez de moi et avez l'impression que j'extrapole.

On a eu quoi en échange ?...veuillez considérer mes sérieux doutes sur la colonisation et ses effets positifs, parce qu'en ce qui nous concerne en tout cas, ça n'a pas été le cas. Continuons.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

""http://fr.wikipedia.org/wiki/Toussaint_Louverture

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Verti%C3%A8res

20 000 Haïtiens contre 2000 français, je comprends que c'était dur

il est vrai que le corps expéditionnaire du Général leclerc était rentré en France.

"Malgré les assurances de loyauté de Toussaint Louverture, Bonaparte, qui a été outré par la proclamation d'une constitution autonomiste par Toussaint et ses alliés les grands colons, se rallie aux arguments des négociants et des colons martiniquais qui veulent rétablir l'esclavage sur toutes les colonies françaises. Il profite de la paix d'Amiens pour constituer un corps expéditionnaire de 20 000 hommes avec à sa tête son beau-frère, le général Leclerc et reprendre le contrôle de l'île.

Le 20 janvier 1802, l'expédition de Saint-Domingue se présente dans les ports de la colonie, ostensiblement pour punir le seul Louverture, déclaré félon. Le rétablissement de l'esclavage est encore un objectif secret. Les officiers fidèles à Toussaint résistent d'abord, en brûlant les villes portuaires et en se retirant dans les terres. Malgré quelques succès, le combat devient rapidement inégal"

et la dette payée de 90 millions de francs or aurait rendue la france riche !!!""

Oh ! Je suis si touchée par le geste... ( pleure ) tu as fait des recherches sur mes origines. Je croyais que tu m'écoutais pas vraiment en fait. Mais mon cher ami, sache que je parle rarement d' Histoire si je n'y connais rien. Et s'il y en a bien une que je connais, c'est bien celle-ci...
Wikipédia je connais aussi tu sais, tout le monde écris, c'est parfois même loin d'être des experts. C'est une véritable mine d'informations mais ça reste léger pour parler d'Histoire, surtout d'une histoire aussi chargée que la plus ancienne des colonies françaises, j'ai d'ailleurs souvent remarquer que dans tes sources tu ne sites qu'une seule source non, pas que ce soit une mauvaise chose, mais pour éviter toute subjectivité dont ne sont pas exmpts les experts, il est bien de recoupée les différentes versions ; et je te retourne la fronde, des sources qui vont souvent dans ton sens. Faut balayer sa porte avant de dire aux autres de nettoyer chez soi.

Suite à un projet personnelle en cours de développement sur cette Histoire là principalement, et sachant que l'Histoire n'est pas une science exacte ; pour éviter un maximun d'erreur et/où d'anachronisme, j'ai à mon actif :

lus plusieurs ouvrages d'historiens français et haïtiens, pour / contre Toussaint Louverture genre Christophe Wargny, entre ceux qui le considèrent être juste un nouveau despote et ceux qui le considère être un spartacus noir ou le nouveau Napoléon noir au choix...
Vu plusieurs reportages ( arte,france 0, france 3 etc. ) plutôt bien fait et plus ou moins neutre.
Recueillis les travaux de quelques historiens sur la question... .

Et si tu savais le nombre de point de vue, de contestations de chiffres que j'ai lu sur le nombre d'esclaves qui se seraient révoltés par exemple ( tantôt 700 contre 70 000, tantôt 9000 contre 30 000, 20 000 pour wikipédia )
Mais dans tout ce que j'ai pu relever, au moins une chose semble faire l'unanimité pour la majorité des historiens. Il y a eu 2 révoltes en réalité, celle de Toussaint et celle de Dessalines ensuite, une poignée d'esclaves contre une armée réputée invincible et la France s'est fait ECRASE, mis à l'amende quoi, elle a capitulé...sans parler du massacre des maîtres et des autres qui ont fui l'île dans les îles voisines, suivit d'une abolition, une première dans l'histoire. Je ne crois pas que j'exagère, si ça t'intérresses, mis à part Wikipédia, je t'invites juste pour ajouter de la culture à ton palmarès, de lire des bouquins. De voir des documentaires récents ( comme Haïti, la France et Toussaint Louverture, sur internet tu trouveras par exemple ) parce que c'est aussi l'Histoire de ton pays, en complément tu devrais aussi cherché Simon Bolivar, personnalité vénézuélinne et j'en passe...
N'insulte pas mon intelligence en suggérant que j'invente des choses.

Ps : les 90 millions de franc or + les intérêts, donc beaucoup plus en réalité ( une dette qui n'en finit que très tardivement car après faut rembourser les différents emprunts faîtes à qui ? puisqu'en même temps il leur été impossible d'échanger avec d'autres pays dû à l'embargo imposé pendant près de 100 ans par la France ? Ne reste plus que les banques françaises ) ), donc 90 millions de base n'étaient que la dette instauré par Charles X pour que ce pays foutent la paix en théorie aux haïtiens.
J'ai sciemment effectué la conversion à des milliards d'euros, car c'est ce que cela vaudrait aujourd'hui, et c'est plus parlant que des francs or. Malgré cela cela n'a pas été le cas. La France de l'époque s'était encore appliquée à les enfoncer avec l'aide de l'U.S et un énorme chantage économique, avant de les laisser définitivement entre leur main. Mais passons, il faudrait plus d'une page de wiki pour te l'expliquer et ce n'est pas vraiment le sujet.
Et au niveau de l'enrichissement de la France sur cette colonie, vous occulté avant cette Histoire les quasi 400 ans d'asservissement sur laquelle cette richesse s'est bâtie sur ce bout de Terre perdue aux Antilles. Elle a fait d'elle la première puissance coloniale de l'époque, générés des revenues gigantesques sur son revenues annuelles. Haïti était si connut de la populasse française de l'époque avant de sombrer dans l'oubli, que même notre bien aimée Voltaire y avaient ses terres, certains faisait remarquer à nos monarques français que leur cour été créole. Mes dires sont vérifiables, faîtes des recherches si vous doutez de moi et avez l'impression que j'extrapole.

On a eu quoi en échange ?...veuillez considérer mes sérieux doutes sur la colonisation et ses effets positifs, parce qu'en ce qui nous concerne en tout cas, ça n'a pas été le cas. Continuons.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@ ah la France

Oui la phrase me gêne car je suis allé chercher des informations sérieuses sur le sujet.

Ma source d'information est: "Inter presse Service courrier internationale"

Article du 20 Aout 2010à 1 heure 39 intitulé "Afrique économique"

Permettez moi de vous livrer un ressentit personnel et partagé avec beaucoup d'Européens à propos de "l'Afrique noire" de confession chrétienne. Souvent nous avons eut le sentiment que l'Africain des classes moyennes et des couches populaires pauvres faisaient souvent un complexe d'infériorité par rapport aux "blancs"

Là encore la "victimisation" sert d'argument pour ne pas se prendre en main de manière sérieuse.Attention je ne dis pas que c'est facile. Mais comme technicien j'avais sous ma responsabilité un peu plus de trente congolais. Le trois quart vivaient la nuit et se saoulaient à la bière et alcool de palme dans les cases en faisant la fête presque toute la nuit?

J'étais le responsable de ce chantier pour la construction d'un pipeline nous étions trois Français . Nous passions une partie de notre temps à chercher nos "ouvriers" ils dormaient dans les tuyaux situés à 20 mètres des premières vagues. Ceux-ci étaient isolés comme il convient pour un pipeline sous marin. L'air du bord de mer dans un tuyau de presque un mètre de diamètre c'est mieux que de bosser sous un soleil de plomb et une humidité à 90% !

Il m'a fallu intervenir auprès du "Parti Congolais du travail" qui était au pouvoir à l'époque afin de faire avancer le chantier..... Bon je n'ai jamais tiré la conclusion que les congolais étaient des fénéants. Le responsable du parti à Pointe-noire m'a donné raison et feu vert pour faire fonctionner le chantier quitte à virer ceux qui étaient de mauvaise volonté. J'ai reçu également le soutient de ma Direction vu les enjeux économiques de ce chantier...

Il me semble et vous en conviendrez peut être, qu'il ne faut pas rester sur la colonisation sur laquelle on peut faire des livres,(les historiens sont fait pour cela) mais un moment il faut passer à autre chose.Ce n'est pas dans les religions que l'Afrique trouvera les moyens de l'avenir en tous cas pas dans l'islam. Mais dans un idéal de vie partagé par la majorité, mais encore faut-il que les dirigeants profitent des coopérations, et des rentrées d'argent des matières premières et des minéraux pour le bien de leur peuple plutôt que de s'enrichir personnellement avec leurs amis locaux ou extérieurs aux pays.

Mes ancêtres étaient serfs ou des vikings, ils ont pillés tué, violé ou se sont fait tuer, violer piller c'est selon. Je n'en fait pas un plat, et je ne me suis jamais lamenté à m'en cogner la tête sur les murs!

Ne pas regarder l'avenir dans un rétroviseur ça ne sert pas à grand chose finalement...Il faut se surpasser en tout.Leclercq à raison, les Africains n'ont pas repris le flambeau après le départ des colons. Dans bien des cas, l'esprit tribal a repris très vite le dessus...Il est vrai que les dirigeants Africains n'ont pas brillé pour la plupart en compagnie de nos ex Présidents ou autres politiciens et chefs d'entreprises...Rien est perdu la récession va peut être donner à l'Afrique de confession chrétienne une nouvelle chance? Il faut retrousser les manches maintenant et faire fonctionner les méninges...! l'Afrique est riche en tout.

Écrit par : Pierre NOËL | 20 août 2011

"http://christinetasin.over-blog.fr/ext/http://www.bivouac-id.com/2009/05/15/un-psychologue-danois-%e2%80%9cl%e2%80%99integration-des-musulmans-dans-nos-societes-occidentales-est-impossible%c2%bb/""

C'est quoi cette fixation sur les musulmans que tu sembles avoir ???? Chaque fois le sujet revient sans arret. Va falloir trouver plus que ça. Est-ce que TOUT les NOIRS et les ARABES sont des MUSULMANS !!!!!!!!!! NON !!!!!!!!!!!!
Arrêtes ce genre d'amalgames grossières, tu perds en crédibilité et tu n'arriveras pas à me convaincre avec ce gente d'allégations... Un problème dans ce sujet et dans tes arguments, c'est la généralisation.

"Ma propre expérience est que les musulmans ne comprennent pas notre façon toute occidentale de gérer les conflits par le dialogue. Ils sont élevés dans une culture comportant des figures d’autorités et des conséquences externes à l’individu et très bien définies. La tradition occidentale, qui utilise compromis et introspections comme principaux outils pour gérer les conflits tant intérieurs qu’extérieurs, est considérée comme une faiblesse dans la culture musulmane. Dans une large mesure, ils ne comprennent tout simplement pas cette façon plus douce et plus humaniste de traiter les affaires sociales. Dans le contexte du travail social et de la politique, cela signifie que l’individu a besoin de plus de limitations et de conséquences plus sévères pour être en mesure d’adapter son comportement."

Tu dénigres les expériences d'autrui, notamment les miennes, que je n'ai jamais dit être une vérité général, mais des situations qui se rencontrent, mais qui vise à dire que lorsqu'il y a pas mal d'exceptions qui ne vont pas dans le sens de cette vérité "absolue", c'est que celle-ci est fausse. C'est comme ça en science, c'est l'expérimentation et la mise à l'épreuve qui peuvent donner le droit d'affirmer.
Tu dénigres les témoignages que j'apporte mais tu me réponds depuis le début avec des témoignages d'autres personnes que tu sembles prendre pour des vérités absolus. C'est quoi le truc ? Tout le monde a le droit de témoigner et c'est bon si ça va dans ton sens mais si moi j'apporte mon expérience croisés avec ceux d'autres de mes anciens camarades c'est forcément n'importe quoi ? Bref...
Tu connais l'adage qui dit que lorsque l'on pointe du doigt quelqu'un il y en a trois qui se retourne contre soi ? Je continue.

Ma propre expérience, que beaucoup avec moi ont expérimenté.
Je connais une jeune femme professeur qui une année durant une mutation qui a exercé dans une école de campagne. Elle m'a dit que celle-ci était la pire qu'elle n'avait jamais faîtes. Ses élèves étaient intenables, boycottaient ses cours, lui manquait sans arrêt de respect et une fois qu'elle rencontrait ses parents, ils allaient dans le sens de leurs enfants au lieu de prendre en considération leur attitude. Et tu sais QUOI ? Aucun étranger, que des français d'un village bien calme mais si tortueux en faîte de souche, aux situations familiales qu'elle a comprit plus tard désastreuse.
Oui, ni musulman, ni arabe, ni noir, des purs souches.
C'était des gosses en priorité en difficulté et pourtant violent.

J'ai pas besoin de t'exposer la moralité de l'histoire non ?


Pour tout le reste de la suite de l'article, je dirais que OUI il y a des problèmes d'intégration en France, mais elle touche toutes les couches sociales depuis cette dernière génération. Ma génération, quelque soit ça couleur, et cela s'est confirmé dans plusieurs ouvrages de sociologie que j'ai lu il y a longtemps ait de moins moins respectueuses des règles, c'est un phénomène de société.

Il apparaît clairement que tu es xénophobe, raciste et n'est toujours pas en mesure de me dire de ce que tu penses de la quantité drogue qui transite chez la populasse de type caucasienne. Jusqu'ici je n'ai pas vue tes copiés collés sur la question. Moi les xénophobes dans ton genre ne me posent pas de problèmes, la nouvelle génération côtoie beaucoup plus d'étrangers et d'origines étrangères et sont plus modérés car plus proche de la réalité. Bref, la vieille génération va laisser place à la génération nouvelle qui va balayer petit à petit les vieux clichés.

Les musulmans , les musulmans...tu parles d'un argumentaire. Et les autres alors ??? Moi je ne pense pas que la religion soit un vrai problème, là tu m'offres un copié-collé qui alimente un climat de peur injustifié et à la mode. Les chrétiens ont commis les pires violences dans l'Histoire de l'humanité au nom de la chrétienté ( cf : 500 nations indiennes, documentaire et excellent exemple ) qu'il puissent exister, les musulmans ont commis également les pires atrocités... En quoi les sociétés occidentales ont été plus exemplaire que les autres religions ? Supposons qu'on éradiquait les religions, en quoi cela éradiquerait la drogue et la violence quand on sait que celle-ci est universelle ? Les sociétés occidentales mise la première sur les banc des accusés, présente dans presque toutes les guerres d'aujourd'hui.


Si je prône le multi culturalisme c'est parce que j'y crois. Là où tu y vois une invasion presque meurtrière...moi j'y vois un enrichissement pour ceux qui souhaitent réellement apprendre des autres. J'ai eu l'occasion de le constater sur ma terre d'origine. Malgré la misère, il y a eu un grand héritage culturelle sur cette Terre. A la croisé de l' Afrique, de l'Europe et de l'héritage amérindiens Taïnos, un nombre impressionnant de personnes ( vivant souvent à la rue ) sont doués d'une culture extraordinaire. On l'appelle la terre des peintres et des écrivains. Des peintures dîtes naïves au style impressionnistes, contemporains, naturalistes etc. très riche, autrefois connut à Paris il y a de cela quelques années maintenant plus populaires aux U.S et au Canada. La langue créole de l'île ( que généralement les français appellent patois ) a su s'imposer comme l'une des langues nationale à étudier aux U.S car elle possède une grammaire et une grande richesse vocabulaire... . La musique local influencé par les musiques latine s'est imposé aussi dans le reste de la caraïbe ( notamment chez les français antillais ) mais aussi en République Dominicaine ( bien qu'ils ne peuvent pas se sentir ) et à Cuba. Cette culture est très appréciée aussi au Canada car au-delà des musiques et des peintures, elle raconte une histoire un peu singulière.
Au-delà de la rencontre chaotique entre "européens, africains et indien", une nouvelle nation s'est crée et cohabitent ( avec des problèmes bien sûr ). Le monde change et ça t'y peux rien. Par contre, la peur de l'autre , ça c'est très dangereux.
Donc, je ne pense que le problème se situe là non plus.

Je ne te cite pas toutes les références de mon argumentation car j'ai lu beaucoup d'articles, beaucoup d'écrivains, aie discuté avec pas mal de personne. Je ne t'offre pas de lien internet car ma priorité sont les ouvrages et ensuite les recherches sur internet. J'ai appris comme ça dans mon université.
La plupart de mes réflexions sont issues des discussions, des ouvrages et de mon expérience perso. Tu vas aussi me le reprocher ça ?

Continuons.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

Bravo pour cet article !
Lorsque l’on étudie les phénomènes criminels : vols, braquages, incendies, tueries,… et j’en passe… on s’aperçoit que les auteurs sont (quasiment tous) d’origines étrangères.

Je ne précise pas qu’il s’agit de « Noirs » ou d’« Arabes », mais bien de gens visiblement d’origines étrangères, c'est-à-dire bien « Typés » sur le plan physique.

Faut-il rappeler qu’il y a pas mal de musulmans qui ont la peau blanche, les yeux bleus et les cheveux blonds ?

Faut-il aussi rappeler que d’autres (des autochtones et des étrangers) qui ne vivent pas dans la criminalité, utilisent d’autres moyens (parfois illégaux comme le travail au noir) pour vivre ?

Faut-il laisser faire ? Et faire comme les autruches ? Non ! On doit prendre des mesures afin de lutter contre ces criminalités ! Quitte à expulser du territoire tous ces criminels étrangers pour qu’ils y purgent leurs peines de prison !

C’est bien le courage qui manque à nos élus politiques à pouvoir protéger la société en s’attaquant aux diverses formes de criminalités, et quelle qu’elle soit ! Dès qu’une mesure pointe le nez, aussitôt des vagues de contestations ou de révoltes se manifestent. Mais c’est quoi pour du cinéma ?

Oui, il faut continuer à s’attaquer à la criminalité en cols blancs, ainsi qu’aux spéculateurs financiers, ces criminels qui menacent notre bien-être, notre épargne et l’économie mondiale !

Écrit par : HATCHI | 20 août 2011

@ ah la France
« J'ai appris comme ça dans mon université. »

J’ai appris que vous êtes une étudiante et que vous avez 20 ans. Quelle université fréquentes-tu ? Et quelles matières étudies-tu ? Si ce n’est pas trop indiscret ?

Écrit par : HATCHI | 20 août 2011

@ Ah la france

"Et au niveau de l'enrichissement de la France sur cette colonie, vous occulté avant cette Histoire les quasi 400 ans d'asservissement sur laquelle cette richesse s'est bâtie sur ce bout de Terre perdue aux Antilles. Elle a fait d'elle la première puissance coloniale de l'époque, générés des revenues gigantesques sur son revenues annuelles."

gigantesques !! j'ai de sérieux doutes.

"Mais dans tout ce que j'ai pu relever, au moins une chose semble faire l'unanimité pour la majorité des historiens. Il y a eu 2 révoltes en réalité, celle de Toussaint et celle de Dessalines ensuite, une poignée d'esclaves contre une armée réputée invincible et la France s'est fait ECRASE, mis à l'amende quoi, elle a capitulé...sans parler du massacre des maîtres et des autres qui ont fui l'île "

tout à fait 2 révoltes.

la france avait envoyé 31 hommes en tout

http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9dition_de_Saint-Domingue

15 000 hommes environ périssent ainsi en deux mois.

L'armée française, qui ne compte plus que 8 à 10 000 hommes, à peine en état de servir, est débordée.

et dans mon lien précédent à la bataille de vertiéres il y avait 20 000 haïtiens contre 2000 français 1 contre 10 pas de quoi pavoissé.

comment se fait-il que vous ayez payés 90 millions de francs or en étant si puissants militairement si invincible, ton propos me fait penser au espagnols auprés duquel dupont s'est rendu sans combattre à baylen, ils avaient mis sur leur drapeau les vainqueurs des vainqueurs d'austerlitz.

j'ai le pére de mon meilleur ami qui travaillait comme chez d'équipe dans un puit d'exploitation pétroliére au large de l'afrique, des ouvriers africains leur étaient imposés, il ne faisaint absolument rien, c'était les chefs d'équipe français qui faisaient le travail.

comprendre l'africain !!!

extrait de l'enfer des crocodiles de freddy boller

"Etant devenu un peu comme saint Thomas, j'allai vérifier. Je vis les armes bien rangées dans un coin de la case de Marcel et les laissai là. Erreur, très grave erreur. Nous nous couchâmes bientôt et, rompus par notre lutte contre les éléments, nous nous endormîmes. Le lendemain matin, nous avions prévu de partir vers le Haut Congo. Marcel me réveilla de très bonne heure. Un vent de catastrophe planait, de gros nuages noirs envahissaient l'hori¬zon.
« Monsieur, où sont tes hommes ?
— Mes hommes ? dis-je, mal réveillé. Ils dorment dans la balei¬nière, non ?
— Non, et la pirogue à moteur ? »
Je fis un bond à l'extérieur. Plus de pirogue, plus d'hommes ! Je trouvai un mot écrit en lingala par Antoine qui disait textuelle¬ment ceci :
« Monsieur Boller — Depuis trois mois je suis à Léo avec M. Stany ; depuis un mois c'est fini avec les Blancs, j'ai vu en ville comment c'est ; c'est fini tu n'es plus mon patron. J'ai pris tes armes ; si tu les veux, viens les chercher et me les racheter à Léopoldville.
Antoine indépendant. »
Je hurlai :
« Marcel, les armes étaient enfermées dans ta case, non ?
-— Mais patron, après que tu es venu les voir, Antoine est venu dire que tu les réclamais près de toi et que tu lui avais dit qu'il devait te les apporter. C'est ton capita, je les lui ai données... »
Je m'écroulai sans réactions ; si les larmes de désespoir ne vin¬rent pas, c'est que j'étais vidé de tout, sans réflexes ni sentiments. Christian essaya de me remonter, mais ce fut dur. Il me fallut des heures pour accepter ce qui s'était passé. Antoine, le fidèle capita de Stany avec qui il avait traversé tout le Congo — depuis des années —, avec qui nous avions tant bourlingué, qui le dernier mois avait pris des risques immenses en nous aidant à camoufler nos armes et à les déménager sans cesse de place, qui, lors d'un barrage, alors que nous avions les armes emballées sur le siège arrière de la voiture, avait tellement baratiné les soldats que nous étions passés sans subir d'inspection ; ce même Antoine, alors que nous avions finalement échappé, que nous nous trouvions en voie de travailler dans des conditions épatantes, ce qu'il avait mérité autant que nous, Antoine qui était fier de devenir le seul capita à bord de cette baleinière baptisée « Vent Debout », était ainsi, à son tour, atteint par le virus de folie collective et venait de commettre l'irréparable ; il nous mettait tous, lui compris, définitivement à genoux.
Pourquoi avait-il fait cela ? C'était presque incroyable ; pour-
tant, grâce à cette dernière expérience, il me semblait comprendre enfin les choses du pays bantou ; je saisissais maintenant l'insaisis¬sable.
« Mon vieux Christian, je suis navré, mais notre expédition dont tu attendais tant est terminée. »
Nous redescendîmes à Brazzaville d'où je téléphonai à l'ami avec qui j'habitais chez Christian et qui vint nous chercher en canot. Nous passâmes une nuit de sombres méditations. Le lendemain, je téléphonai à mon vieux copain Emmanuel qui m'avait dans le temps accompagné à Luozi, et qui prenait mon entreprise très à cœur. Il me dit immédiatement de ne pas me montrer car l'armée faisait des rafles pour me chercher... Ils avaient pris Antoine à son arrivée à Léopoldville, alors qu'il cherchait à cacher les armes à la Cité. Il s'en était tiré habilement en affirmant qu'il avait réussi à les prendre à « son » Blanc qui s'était enfui avec elles, du côté français, pour organiser la guerre contre le Congo... André et Dundu avaient disparu, Antoine les avait embarqués dans la piro¬gue en les menaçant de Dieu sait quoi, et conscients de ce que toute l'affaire des crocodiles était fichue, ainsi que leur Blanc, ils étaient repartis chez eux, dans la brousse ; je ne les reverrais plus jamais.
La suite est une sombre aventure série Noire. Je fis appel au consulat suisse. Après des palabres avec les autorités congolaises, le consulat obtint qu'on me laissât tranquille et on me rendit même ma pirogue, le moteur et un fusil, car c'est tout ce qui avait été saisi à Antoine. Je profitai de cette hausse de mes actions pour me rendre au commissariat de police où je fis part de cet enlèvement. Antoine eut le culot d'y venir débiter aussi sa version. En son absence, le commissaire me disait que c'était un bandit, qu'il vou¬lait certainement vendre mes armes, et qu'on allait l'arrêter. Ce cinéma dura trois semaines. J'en étais écœuré et contactai d'urgence la Tannerie à Paris pour déposer mon bilan, moralement du moins. La baleinière était toutefois en sécurité à Brazzaville mais toutes mes armes importantes, avec les quelques milliers de cartouches, étaient considérées comme perdues. C'était un capital important, et maintenant irremplaçable.

suite autre exemple

"Le fait que Bernard m'avait fait faux bond m'obligeait à chas-ser avec un seul homme et je n'avais aucune aide malgré l'accroissement des difficultés de capture. J'étais donc lampiste, poignardeur et seul à me débrouiller avec les crochets et lassos... Quels duels ! Ce qui paraît presque incroyable, c'est ma résistance physique à ce moment-là ; en effet cette vie épuisante dura cinq mois, pendant lesquels les journées se passaient à dériver, à décou¬per et à vendre de la viande. Il m'est arrivé de travailler ainsi une semaine entière sans avoir dormi une minute. Dans une pareille circonstance, je prenais évidemment sur mes nerfs mais je tenais très bien le coup. Il faut d'ailleurs s'incliner devant les résultats, car en moins de trois semaines, j'avais tué trois cent neuf cro¬codiles, avec deux hommes au lieu de cinq, presque aucun matériel, et dans les conditions très sévères décrites précédemment. Je n'avais contracté aucune dette et j'avais rendu la plupart des ser¬vices reçus, sauf, évidemment, cette charmante hospitalité, qui est un fait de brousse, sans prix.
C'est alors que l'Houffalize qui venait de Banningville me ramena Bernard. Celui-ci se confondit en excuses. Il était ahuri de voir que je m'étais si bien passé de lui et n'en revenait pas du résultat qui dépassait celui de toute notre saison du Kwango avec Stany et notre équipe au grand complet, fraîche et équipée au maximum. Je le repris, bien sûr. Par le bateau arrivèrent aussi un colis de munitions de Stany et des nouvelles de la baleinière ; celle-ci avait été achetée, ainsi qu'un moteur neuf ; le tout était en cours de montage.
Je décidai alors de quitter la base de Bunkita, malgré tous les avantages que j'y avais trouvés.
Nous redescendîmes lentement la Lukénie tout en chassant et je m'arrêtai à Tolo où il y avait quelques Européens, dont une famille française : les Tassin, planteurs de café dans la région
depuis trente ans. Je fus invité à loger chez un administrateur agri¬cole, M. Davin, qui habitait près de la rivière. Mon camp était monté au beach même, et je fis encore dans la région quelques très belles chasses.
Je voulais me rapprocher de Kutu, seule adresse postale possible pour que Stany puisse me confirmer un éventuel rendez-vous. Je restai deux semaines entières à Isho, à quinze kilomètres à peine de Kutu, chez Hubert Tassin et son épouse qui y géraient un des postes de papa Tassin résidant à Tolo. Ils m'accueillirent avec la même hospitalité. La rivière, qui était près de son embouchure, était déjà beaucoup moins sauvage et moins giboyeuse. Je fis une expédition avec Hubert et sa baleinière pendant trois jours. Je garde un excellent souvenir de ces moments malgré un fort accès de malaria.
jous étions en juillet et je ne faisais pratiquement plus rien d'intéressant dans la région mais me rendais tous les trois jours environ à Kutu pour voir si un courrier m'annonçait l'arrivée éventuelle de Stany avec la baleinière.
C'est alors que le 7 juillet j'eus de nouveaux ennuis, définitifs ceux-là, avec Bernard qui ces derniers temps se montrait de moins en moins bien disposé et multipliait les bêtises. C'en était fini de sa belle humeur enthousiaste et de sa gentillesse. Il me remit une troisième lettre de démission. Ce qui se passait ? C'était très simple : cinq mois de travail régulier constituaient l'extrême limite pour un pur Bantou, quelles que soient ses aptitudes, tout comme un moineau ne supporte pas une longue captivité. L'appel irré¬sistible de la liberté était plus fort que l'immense privilège de sa situation, au cœur même de l'entreprise privée d'un Blanc. Ber¬nard ne demandait qu'à me croire lorsque je lui disais que pro¬bablement il ne trouverait plus jamais non seulement un travail aussi exclusif, bien payé et avantageux, mais probablement plus aucun travail du tout. « Likanbote » « ça ne fait rien », répon¬dait-il, et il répétait pour la centième fois qu'il serait mon pilote de chasse toute sa vie, mais dans son village... Logique assez dure à suivre mais combien réelle ; en effet, la légende seule de ces mois de travail avec moi lui donnerait une personnalité suffisante pour être respecté dans son village.
Je sentis que nous étions arrivés à la fin de ces relations éphé-
mères d'Afrique et j'en étais très profondément bouleversé. Ber¬nard représentait pour moi tant de souvenirs. Il avait connu ma vie civilisée de la banque. Je l'avais logé à l'encontre de tous les règlements, dans mon appartement. Tous les plus beaux moments, les plus délicieuses catastrophes, je les avais connus avec lui. Tous mes amis à Léo avaient été conquis par mon adjoint ; c'était toujours... le Bernard de Freddy par-ci, son Bernard par-là... jusqu'en Europe. Je voyais s'écrouler tout cela et fus impressionné par l'extrême légèreté de l'âme noire, tellement peu sensible ou tellement souple, c'est comme on veut, qu'elle s'adapte à n'importe quelles situations, pourvu que celles-ci se renouvellent.
Je payai à Bernard la semaine de travail que je lui devais. Il restait pourtant un détail litigieux : il existait une convention entre nos deux capitas et nous, leur attribuant une commission sur les peaux que chacune des deux équipes avait rapportées. Ils avaient chacun leur carnet et, au retour de toutes les chasses, après mesure des peaux, le chiffre de ces commissions était noté sur la page du journal avec notre signature apposée. La convention précisait que ces commissions seraient payées lorsque nous recevrions nous-mêmes l'argent pour nos peaux, ce qui devait évidemment coïncider avec un retour en ville. Tout cela était très simple, logique, mais oral. Bernard me demanda de faire le total de ses commissions dans son carnet, ce que je fis : 4 870 F. B. Cela concernait le Kwango seul et cent soixante-six peaux. S'il ne m'avait pas fait faux bond, à cela se seraient ajoutées trois cent neuf peaux en un mois, soit le double. Nous avions, au moment d'entamer la chasse, proposé à nos deux ce grands » de leur ouvrir un compte en banque où seraient régu-lièrement versés leurs dûs, de sorte que le jour où cesserait notre activité, ils se trouveraient quand même en possession d'un très sérieux capital. Ils avaient évidemment accepté cette bénédiction. Ils avaient un salaire mensuel dépassant de loin le minimum légal, puisqu'en fait ils étaient logés, nourris et n'avaient pas un sou de frais.
Bernard me demanda comment il toucherait ces 4 870 francs. Je lui dis de me retrouver à Léo, lorsque j'y descendrais, afin qu'il pût encaisser son dû. Je lui mis cela sur papier et signai. Tout était clair et il nous quitta. Je lui laissai la valise, tous les vête¬ments, un sac de voyage et des tas d'objets ; en fait TOUTES ses
propriétés étaient les miennes, mais je n'eus pas le cœur de les lui réclamer. Il embarqua avec un pêcheur qui descendait et nous fit de grands adieux joyeux. Son frère André et lui blaguèrent encore en échangeant des boutades jusqu'à ce qu'il disparut à l'horizon. « Bernard Akèi » (il est parti). J'allai noyer ma première grande déception de cet ordre chez Hubert Tassin. J'étais mortifié de ce que j'appelais un échec. Né au Congo, Hubert me fit longue¬ment comprendre que ce n'en était pas un, mais qu'il s'agissait d'un événement absolument normal ; à moi de me durcir et de me blin¬der contre ces impondérables de l'Afrique Noire.
Deux jours plus tard, à ma grande surprise, un canot hors-bord de l'administration arriva de Kutu, porteur d'une convocation pour moi, suite à un différend avec un de mes employés : Ngandi Ber¬nard... J'y allai séance tenante et l'administrateur congolais (depuis l'indépendance du 30 juin), Etina Marius, me fit part d'une plainte de Bernard contre moi pour mou « refus » de lui payer des « arrié¬rés ». A son regret, E. Marius se voyait obligé de donner raison à Bernard, parce que d'après lui ma signature entraînait un paiement immédiat. Je considérai pourtant ce Marius comme un garçon très sérieux et capable ; il n'était pas hostile aux Européens, mais sa logique me parut très discutable. J'eus beau lui faire comprendre le sens de nos conventions, lui dire que tous les salaires avaient été payés, en plus de tant d'autres avantages, je fus condamné à payer, et chaque jour de retard me coûterait soixante-dix francs supplé¬mentaires. Bernard était assis à côté de moi dans le bureau et ne souffla mot ; j'essayai de faire appel à beaucoup de choses, à notre bienveillance réciproque depuis si longtemps et à l'immense bien que je lui avais toujours manifesté ; il demeura impassible et se retira sans rien dire après cette entrevue. Après réflexion, il ne me restait qu'une solution : vendre un de mes fusils, un 22 Hornet, à Hubert Tassin pour 5 000 francs. Cela me fendait le cœur car je tenais à mes armes. Je m'y décidai pourtant. Ce fut E. Marius qui remit la somme à Bernard (5 080 francs, car il y avait trois jours de retard) en lui faisant signer un reçu ; celui-ci se retira ensuite en me disant « au revoir, Patron » et ce fut la dernière fois que je le vis. L'Administrateur me fit quelques commentaires sur cette situation profondément injuste pour moi et il y ajouta certaines remarques réprobatrices vis-à-vis des Noirs. Ca, c'est devenu le
Congo : on vous crache à la figure en vous disant que vous êtes un brave homme ; on vous arrête parce que vous êtes encore là et on vous met en prison au même moment si vous promettez de partir, sous prétexte que vous cherchez à fuir ! Mais cela, je n'allais en faire l'expérience que plus tard. Ceci fut le premier camou¬flet que m'infligeait le nouveau Congo. Je fus stupéfait ; que se passait-il donc ?

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

@ Ah la france

on se calme

"Il apparaît clairement que tu es xénophobe, raciste"

nulle part dans mes écrits, je n'ai une attitude xénophobe où raciste.

"Je connais une jeune femme professeur qui une année durant une mutation qui a exercé dans une école de campagne. Elle m'a dit que celle-ci était la pire qu'elle n'avait jamais faîtes. Ses élèves étaient intenables, boycottaient ses cours, lui manquait sans arrêt de respect et une fois qu'elle rencontrait ses parents, ils allaient dans le sens de leurs enfants au lieu de prendre en considération leur attitude. Et tu sais QUOI ? Aucun étranger, que des français d'un village bien calme mais si tortueux en faîte de souche, aux situations familiales qu'elle a comprit plus tard désastreuse.
Oui, ni musulman, ni arabe, ni noir, des purs souches.
C'était des gosses en priorité en difficulté et pourtant violent."

et alors c'est une autre réalité actuelle des enfants maternés défendus becs et ongles par leur méres toute puissante, j'ai déjà beaucoup écrit sur ce sujet dans les blocs d'HL.

lis aldo Naouri tu comprendra cette autre réalité. et aussi jean Gabard

voilà cette réalité

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2008/10/24/suicide-d-un-professeur-accuse-de-violences-l-eleve-a-reconn.html

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/famille/remettre-l-enfant-a-la-bonne-place_489894.html

http://www.uniondesfamilles.org/absence_du_pere.htm

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/la-symbolique-du-pere-l-autorite-l-41717

"Mais le véritable problème est celui du père qui a porté plainte. En effet si on peut reprocher au professeur d’avoir manqué de tempérance, le père, lui, a fait défaut de prudence. De la même façon, les décisions des conseils de classe et de jurys sont maintenant systématiquement contestés. Les parents prennent parti pour leurs enfants, des que se présente le moindre problème, à la façon des femelles, dans le règne animal, qui défendent bec et ongles leurs petits. "

"Si l’homme et la femme ne semblent pas toujours réaliser ce qu’ils perdent, persuadés de s’être libérés de trop vieux carcans, les conséquences sont par contre plus visibles pour des enfants que l’on dit de plus en plus « rois », « sans père et sans repères ». En effet, le petit enfant a naturellement envie de sa maman, de n’écouter qu’elle, pour lui plaire et continuer de fusionner avec elle. S’il ne perçoit pas dans l’attitude, dans les paroles de sa maman qu’elle écoute un homme, et donc qu’elle est manquante, l’enfant continuera de la rêver toute-puissante et de la considérer comme son unique référence. L’homme peut alors tenir le rôle de papa donnant de l’affection, mais sa parole ne sera pas écoutée et il n’aura pas d’autorité. Ceci ne gênerait pas l’enfant, si la maman pouvait, seule, lui faire intégrer les limites. Mais ceci risque d’être difficile ! Et ceci n’est pas dû à une quelconque infériorité de la femme, comme voudraient nous le faire croire les machos. "

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/la-symbolique-du-pere-l-autorite-l-41717

"Je ne te cite pas toutes les références de mon argumentation car j'ai lu beaucoup d'articles, beaucoup d'écrivains, aie discuté avec pas mal de personne. Je ne t'offre pas de lien internet car ma priorité sont les ouvrages et ensuite les recherches sur internet. J'ai appris comme ça dans mon université."

coté ouvrages tu fais comme moi, les ouvrages je les ai sous la main, et je récupére les passages intéressants avec un logiciel de reconnaissance de texte, ben fait pareil, les liens internet sonts triés dans des dossiers avec le texte complet, oui certains liens deviennent obsolétes.

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

erreur de ma part 31000 hommes

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

@Ah la france

un lien intéressant

http://blog.lefigaro.fr/education/2011/04/discrimination-dites-vous.html

http://www.soseducation.com/

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

@ arkencielle
"la plupart des trafiquants sont noirs et arabes".

Désolé, ne pervertissez pas le texte ! Car ZEMMOUR a dit (relisez le texte, svp) :
« Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes… C'est un fait. »

Écrit par : Will | 20 août 2011

Salut les blogueurs fous de la TG

Moi je viens dun quartier a Lyon et jpeux vous dire que ouai presk tous les fourgueurs cest des reubeu ou d noirs cest comme ca cest la vie étant donné que dans les quartiers ya que ca cest normal que cest eux qui vendent....zimaginez si yavai ke les blancs qui fourguait hahaha mdrrrrr bref a plus les blogueurs

Écrit par : Lyonnais du 69 | 20 août 2011

@ ah la France
"Je ne sais pas qui il est ...mais je peux affirmer que c'est un escroc !!!!!
Quel embrouillement ! Comment pouvez-vous dire ça, si vous ne le connaissez pas ?

« L'immobilier est un secteur d'activité pas toujours très transparent. Vu les montants en jeu, un agent immobilier malhonnête est selon moi plus nuisible qu'un dealer. Mais qui le dit ? »

Encore une erreur de pensée ?!?
Ne peut-on pas estimer qu’un agent immobilier malhonnête est aussi nuisible qu'un dealer ? Ne sont-ce pas des nuisances ou des malhonnêtetés à des degrés divers ?

Je n’ai jamais entendu Éric ZEMOUR raconter des bêtises, ni envoyer de vieux clichés simplistes… comme vous le prétendez ! Vous déraisonnez vertement, ah la France !
À votre très jeune âge, vous semblez connaître davantage de sujets que ZEMOUR, par exemple.

Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites ! ZEMOUR ne fait pas le coq ! Il participe à des discussions et à des débats.

Vous confondez « débat » et « contestation » comme beaucoup de contestataires. Et lorsque vous essuyez des contradictions, vous vous posez en victime d’insultes… On ne peut donc pas vous contredire, ah la France !

Vous montrez, sur cette page, votre stupidité (incrédibilité) étonnante ! Car si vous estimez que ZEMOUR est un pantin, qu’êtes VOUS donc, vous même ? VOUS seule avez le droit de contredire les autres et de les insulter.

Écrit par : Will | 20 août 2011

@ Ah la france

cette autre lien de wikipédia donne aussi des chiffres.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9dition_de_Saint-Domingue

16 000 hommes (1802)
22 000 hommes (1803 haïtiens c'est ce que tu appelle une poignée, et les français étaient 7 à 8000 pour tenir toute l'île.

le rapport des forces à la balaille de vertiéres est tout à fait plausible, en réalité c'est l'attaque d'un fort.

"Les renforts de Dessalines[modifier]Pour renforcer les bataillons épuisés de Capoix-La-Mort, Dessalines envoya des renforts sous les ordres des généraux Gabart, Clervaux et Jean-Philippe Daut. Au milieu de l'après-midi, Gabart avait pris position sur la butte de Charrier. Les combats redoublent d'intensité. Le soir venu, les deux tiers des défenseurs français étaient morts ou blessés."

le peu de français n'a pas reçu de renforts, et ils n'onts nullement démérités,
deux tiers morts où blessés au premier soir.

"poignée d'esclaves contre une armée réputée invincible"

en réalité poignée(20000), armée 7 à 8000 .

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

"tu sous-entend que la france refuse d'intégrer certaines personnes est-ce une réalité, où ton militantisme obtus !!!"

Oh !!!!!!!!! Mais voyons Leclerc, n'avez-vous jamais eu 20 ans ? Ne savez-vous pas qu'à cette âge on a l'âme révolutionnaire ? Qu'on croit tout savoir lol
C'est une réalité, elle est sous mes yeux, et elle est dehors, elle est dans le millieu professionnel ( entre immigré on se parle de tout ça ).
Puis cesse de me faire dire ce que je ne dis jamais, je n'ai été avec toi qu'une seule fois catégorique sur les différents sujets abordés.





Donc j'ai bien lu en entier l'article qui allait avec...
Absolument intéressant sauf que...ce sont des peuples différents avec des cultures différentes qui ont été colonisé...

1 ) ce qui est peut-être vrai pour le Maghreb ne l'est pas spécialement pour l'Afrique Noire, ce qui est vrai pour l'Afrique noire ne l'est pas spécialement pour les Antillais ( français ou non ). Les contextes culturelles sont très différents rien qu'entre ces trois exemple.
ET pourtant, les généralisations racistes en France englobe le tout dans le même sac.
Supposons que le problème n'est pas l'origine ethnique en réalité mais la culture comme le dit l'Afrique( ce que je ne conteste nullement ), comment se fait-il alors qu'un certain Zemmour dit que le problème est d'origine ethnique et que l'on nomme cela une vérité ? Si ce qu'il voulait dire en fait c'est que l'origine ethno-culturelle des personnes les pousse à dealer, je serais curieuse de savoir la relation qu'il établit entre le fait qu'un homme qui soit musulman le pousse à la drogue ? Qu'un antillais ( culturellement opposé ) soit en train de dealer ? Qu'un africain ( noir ) non musulman également ?
Est-ce qu'à tout ces hommes, leur culture sont à l'origine de certains comportement répréhensible. Sachant que, de part l'Histoire, l'antillais disons "noir" ( guadeloupe/ Martinique /Guyane par exemple ) est culturellement un peu plus proche que les deux autres puisque français, logiquement l'antillais serait épargner en suivant cette logique ? Mais certains jeunes antillais plongent également dans l'économie souterraine ? La culture vous dîtes ? C'est juste ça vous êtes sûr qui font frémir les français de souche ?
Par contre, moi je sais que ceux qui habitent le plus les zones "sensibles où se font certaines choses peu commode" sont habités par ces trois "ethnies". C'est déjà un point commun. Dîs-moi si je me trompes. Et lorsque Zemmour par exemple parlait de Noirs, je n'ai pas entendu dans ces propos l'argument de cette article. Là-dessus il a été clair...j'ai pas entendu le mot culture et je n'ai pas vu sa démonstration ( relation ) cause-effet .

Rappel :

« Les Français issus de l'immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes… C'est un fait."



2) J'ai jamais vu de terroriste ici. Et je ne vois pas en quoi un musulman lambda qui fait le ramadan pourrait-être dangereux pour notre société. C'est mélangé les fourchettes et les couteaux ça ( mélangé extrémistes et musulmans lambda c'est un raccourci facile digne de Zemmour ). Et toutes les pratiques --certes ignobles que dénoncent cette article se pratiquent dans les pays concernés à cause de la transmission faîtes de génération en génération. Le contexte de ces pays ne sont pas la France. Avoir peur ? Avoir peur de quoi ?

Les étrangers arrivent ici et emportent avec eux certaines pratiques incompréhensible pour l'européen, O.K; mais leurs enfants né ici naissent avec une double culture, et comme la société dans lequel ils évoluent vont déterminer en partie leur comportement, certaines traditions vont se perdre pour en donner d'autres. Exemple : en tant qu'antillaise, beaucoup des traditions d'origines des autochtones se sont perdues sur mon île d'origine, il reste des bribes, pareille pour l'antillais français...la mémoire y est mais les traditions d'origines se sont plus ou moins perdues ( ce n'est pas à moi de dire si c'est une bonne pou mauvaise chose )
Donc ce ne sont que des grossières exagérations, pour moi, qui surf sur la vibe comme on dit.


"L'Inde n'a pas les matières premières indispensables à la France, pas d'intérêt en somme. L'inde fait son bonhomme de chemin, l'Afrique croule sous les guerres, les dettes au FMI"

explication pour le moins simpliste.

Simpliste quand ça t'arrange...mais bien vraie. Je ne connais pas de FranceAsie ni de FranceChine mais bien de France-Afrique, qui témoigne des tentacules, euh pardon, d'un pied en Afrique. Dis-moi si je me trompe.

"En Afrique, les croyances ont, et continuent de faire des ravages....La mafia des états entretien la misère.Il est plus facile de trouver de l'argent pour acheter des armes "dernier cri" ainsi que le portable pour faire la guerre, que d'en trouver pour construire de belles écoles.

""L'islamisation de l'Afrique est mortelle pour l'avenir des peuples africains, 1400ans de colonisation mentale chez les arabo-musulmans"

en affrique ils en sonts encore aux stade des guerres ethniques, Rwanda.
se massacrer entre anciens voisins.

la corruption des élites est à son comble, les croyances dans les esprits plus importantes que le quotidien, et bien sur d'aprés toi tout celà serait la faute des occidentaux c'est facile comme explication toujours de la faute des autres""

1 ) L'Afrique n'est pas seulement musulmane et l'Afrique n'est pas la seule à souffrir des mots qui l'accable. La plupart des pays du Sud sont dans ce cas et beaucoup d'entre eux sont Chrétien. Leur point commun en revanche sans dédouaner les élites sur place ( une patte occidentale, si elle n'est pas européenne elle américaine ) Donc vérité général qui ne passe pas le test avec succès.

2 ) corruption des élites ? ( eh un jour va falloir trouver autre chose hein. La plupart des détracteurs avec lequel je discute ont tous les mêmes arguments, c'est comme un refrain ). Corruption des élites africains, d'accord qui a dit le contraire ? Mais moi ce qui me gêne c'est quand l'élite occidentale sachant cela les appuis. Ces élites là ne sont-elles pas tout aussi corrompus que ces élites pointé du doigt. Y a pas d'élites africains, y 'a que des pions africains.
Si l'un d'eux viennent à parler d'unité africaine et d'intérêts au noms des africains, ils se font étrangement buter dans des circonstances étranges. Exemple le plus connus : Patrice Lumumba et beaucoup d'autre qui aurait pu faire quelque chose pour ce continent. ( oui, trouvez d'autre source que Zemmour pour expliquer le monde ).
A défaut de disparaître, ils sont taxés de dangereux par toute notre occident bien pensante. Ni eux, ni l'élite européenne sont à dédouaner parce qu'ils travaillent ensemble tout simplement.
Avez-vous récemment entendu parler du scandale de la corruption européenne mener à son comble elle aussi ? Il faudrait peut-être.
Leçon de moral déplacée.

Pour les guerres ethniques, je me demande comment font ces pays pour se financer ces guerres et trouver leurs armes alors qu'ils ont à peine de quoi s'acheter à manger ???


Pour l'esclavage

Tu ne m'apprends rien encore une fois...je connais cette partie de l'Histoire de les échanges européens et la Traite intra-africaine ( entre arabes musulmans et afrique noire ). Tu veux que je te dise, elle a même été plus fatale pour les populations ( en termes de génocides du au mauvais traitement )l'Afrique Noire que celles des européens, surtout à cause de la durée ( 14 siècles pour les arabes contre 5 siècles pour l'Europe ).
Cependant, celle de l'Europe apparaît comme une première par rapport à celle-ci pour ses raisons ( du moins pour moi et ceux qui sont d'accord avec ça ):
- le déracinement de masse de plusieurs ethnies
_ le commencement des guerres pour des raisons ethniques ( alors qu'à la base il s'agissait du même peuple ) qui ont remplacé les guerres principalement impériale.
-la corruption de certains rois africains par les armes ( tient c'est terriblement actuelle ça )
-la rationalisation du racisme par le biais du Code Noir et son expansion dans la culture occidentale
- les guerres à répétition pour assurer le commerce triangulaire, entre rois conciliants, rois opposants et roi résistants.
- pillage d'un continent entier
-génocide de deux peuples ( africaines et indiennes )
- Pour finir, la réécriture de l'histoire Africaine, héritage du colonialisme qui a donné naissance à de nombreux préjugées et ce que j'appelle personnellement un mythe comme :

L'Afrique a toujours été sauvage ( faux ) libre aux curieux de chercher

Les africains ont vendus les africains pour de l'alcool et des armes ( en partie vrai seulement ), c'est très malhonnête comme pour des monsieurs comme Petré Grenouilleau dont à fait référence Zemmour dans un de ses "show" d'ignorer les résistants et les opposants à la Traite qui vise à faire croire que les européens n'ont eu qu'à se servir.
Qu'ils le voulaient ou non, les africains ( d'Afrique Noir ) n'avaient pas le choix qu'ils le veuillent ou non. Les rapports de force obligeant...

L'énorme trou historique pour la communauté Afro descendante issue et formé outre-atlantique à partir de cette Histoire trouble.

Pour l'instant, bien que toute forme d'esclavagisme soit condamnable, celle-ci a été une première dans l'histoire de l'esclavagisme des nations.


"D'autant plus qu'après des siècles de violences durant les colonisations étrangères et de visions pour se partager le gâteau ( toute personne qui dira le contraire dois le prouver )"

bien évidement la preuve la preuve doit-être validée par toi Oh grande prétresse.

ton militantisme borné commence à me faire doucement rigoler.

Ecoute, je te résume seulement quelques ouvrages que j'ai lues, c'est pas moi qui l'ai inventée après tu prends ce que tu as envie de prendre si cela te conforte dans tes idées. Et dans une simple bibliothèque ou une librairie dédié au colonialisme et à la Traite, tu trouveras ce genre de conclusion.
Arrêtes de voir des terroristes et des militants partout je vais finir par croire que tu es un brin parano...

Pour le reste, les effets positifs de la colonisation dont tu parles, je ne les ai pas vu à long terme... .


Conclusion : je vais faire un geste, je vais lire ton référent absolus, et la confronté avec ce que j'ai déjà lu ( il a le droit aussi au bénéfice du doute ).
Après ce long échange, n'y vois pas une tentative de dédouanement des élites africaines et une diabolisation de l'occident ( pour moi, ni l'un ni l'autre ne valent plus que les autres ). J'ai voulu apporté un contre point à des discours tout fait ( qui ont peut-être unepart de vérité ) contre d'autre discours ( qui ont leur part de vérité ). Le plus mâlin cherchera le juste millieu...car c'est pas ou toit Noir ou tout Blanc. Comme ce n'est pas ou tout Arabe ou tout Noir, ou "d'origine" puisque tu aimes jouer avec les mots.
Et l'une a-t-elle des leçons de morales à revoir de l'occident, quand on sait que comme d'had, une poignée tient l'autre soit dans la misère physique, soit dans la misère morale, soit dans la misère mentale. Cela varie d'un continent à l'autre.

Mais tu m'as toujours pas répondu sur l'essentielle ? Que penses-tu du trafic entre "caucasien "

Et dès que je serais rentrée en France, je te donnerais la référence d'un de ces livres si tu veux car là je ne les aies pas en tête...tu t'en prendras aux auteurs si tu veux.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@leclerc

Tu persistes avec wikipédia ??? Tu ferais un mauvais historien...
tu veux vraiment le fin mot de l'Histoire :
Tape sur internet, si tu trouves que la culture vaux au moins deux euros sur le site de France 5 : Haiti, la France et Toussaint Louverture, a loué pour moins de deux euros il me semble. Il me semble d'après mes recherches, assez neutre et plutôt complet. Documentaire qui ne dure pas très longtemps, donc désolé moi j'y vois bien là des héros. 1 pour 10 hommes ( je ne crois pas non ). Quand bien même ce serait vrai, je te mets au défi de maîtriser 10 hommes à toi seule, armée jusqu'au dent en plus, et les chiens au trousse.

C'est pas que je m'ennui hein ( quoi que ) mais je vous laisse vous convaincre entre convaincu. Vais faire un tour à rue 89 moi.

@noël

J'ai pris en considération ce que vous dîtes et je comprends très bien...c'est d'abord une question de volonté, et je suis d'accord avec vous beaucoup ( trop ) se laisse aller. Ce même ami du Congo, même du Cameroun, m'a bien des fois dépeint ce problème du laisser aller chez les africains...
Si je fais un tour dans l'Histoire ce n'est pas pour me complaire dans le passé mais pour comprendre comment aller de l'avant et aussi pour comprendre comment la communauté africaine ( ou descendant )ne parvient pas à se défaire de se complexe d'infériorité. Ce qu'il en ai ressortie c'est que beaucoup pensent qu'il faut attendre les étrangers pour construire quelque chose de sérieux ( écoles, routes etc.). Je sais que pour certain, rein que le fait de savoir qu'il existait une Afrique impériale, une chevalerie africaine, des inventeurs noirs, notamment chez la diaspora, les a remotivé pour avancer ( dont moi ) plutôt que de n'avoir comme seule modèle l'échec et/ou les footballeurs, ou les chanteuses de Rn'b. Ca semble anodin comme cela et sans importance mais croyez-moi connaître son Histoire c'est presque capitale.

Vous vous savez que vos ancêtres étaient vikings ou gaulois, voir romains...ils ont commis d'horrible choses mais ont fait des choses extraordinaire aussi. Puis vous savez, je ne parle pas d'il y a des siècles avant Jésus Christ quand même, 200 ans, 60 ans c'est quand même plus récent. Mais dîtes-vous que peu des africains natifs ou de la diaspora disperser dans le monde, peu d'entre eux connaissent l'histoire pré-colonial qui semble faire croire que notre patrimoine culturelle s'est crée qu'au contact de l'européen. Je ne sais pas si vous me suivez... . Un peu comme si un énorme trou de mémoire nous habitaient TOUS, consciemment ou inconsciemment...et le peu qu'on sache n'est pas très reluisant jusqu'ici. Si l'Histoire n'était pas si importante, on ne l'enseignerait plus aujourd'hui dans le milieu scolaire... . Les origines ont toujours été une question récurrente chez l'homme, on est remonté jusqu'à la pré-histoire.
Imaginer un peu, moi qui suit FAN d'Histoire et des civilisations, je vois presque toutes les civilisations qui sont représentés par des peuples des quatre coin du globe ( mais pas Une culture africaine rangés dans les cases "civilisations ". C'est très frustrant...alors voilà.

Moi je sais qu'en Haïti, les gens sont plus ou moins de descendance africaine et sont aussi très pauvre. Pourtant je crois que je n'aurais jamais vu un peuple aussi travailleur dans la dignité. Pas de place pour l'oisiveté. Et là seule chose qui demande c'est bien un travail avec un salaire décent Travaille du matin au soir, pourtant on peut dire que sa situation est similaire à l'Afrique noir. Etrangement, parfois un peu "isolé" du monde, l"analphabétisme est fort mais la conscience politique est forte. C'est pas faute d'essayer à maintes reprises de retirer de leur pattes "les indésirables" et ils ne m'ont pas donné l'impression d'avoir une quelconque complexe d'infériorité, s'opposer au "blanc" c'est presque culturelle. Malgré cela, c'est le "stand by aussi" et rien n'avance vraiment. Ils font bien plus "résignés" qu'autre chose.
Alors je me demande si les problèmes rencontrés dans ces pays-là ne sont pas ailleurs... .
C'est pour ça que je commence par le commencement... . Bonne continuation.

@ HATCHI

Je veux bien te le dire mais je veux savoir pourquoi cette question d'abord.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@ Ah la france

"Conclusion : je vais faire un geste, je vais lire ton référent absolus, et la confronté avec ce que j'ai déjà lu ( il a le droit aussi au bénéfice du doute )."

la différence de mon ouvrage par rapport à d'autres c'est que daniel lefeuvre en a eu marre d'ouvrages écrits par les repentants et qu'il a écrit le sien trés documenté.


"- pillage d'un continent entier
-génocide de deux peuples

quelles sonts tes sources pour affirmer qu'il y a eu pillage et génocide en afrique !!!

"Simpliste quand ça t'arrange...mais bien vraie. Je ne connais pas de FranceAsie ni de FranceChine mais bien de France-Afrique, qui témoigne des tentacules, euh pardon, d'un pied en Afrique. Dis-moi si je me trompe"

tu est en retard maintenant c'est chine afrique

"ET pourtant, les généralisations racistes en France englobe le tout dans le même sac.
Supposons que le problème n'est pas l'origine ethnique en réalité mais la culture comme le dit l'Afrique( ce que je ne conteste nullement ), comment se fait-il alors qu'un certain Zemmour dit que le problème est d'origine ethnique et que l'on nomme cela une vérité ? Si ce qu'il voulait dire en fait c'est que l'origine ethno-culturelle des personnes les pousse à dealer, je serais curieuse de savoir la relation qu'il établit entre le fait qu'un homme qui soit musulman le pousse à la drogue ? Qu'un antillais ( culturellement opposé ) soit en train de dealer ? Qu'un africain ( noir ) non musulman également ?"


http://www.communautarisme.net/Violence-subjectivites-immatures-et-ideologies-victimistes_a641.html

"Ce sont des apprentissages premiers qui se sont mal réalisés et toute prévention devrait d’abord concentrer ses efforts sur la petite enfance et l’enfance, à l’école, dans l’encadrement éducatif de proximité et dans le soutien aux familles, car il est probable que ces ratages éducatifs viennent en partie de déstructurations familiales, dont les causes sont diverses et complexes, jamais réductibles à un seul facteur (et certainement pas à l’Islam). C’est aussi par là qu’on pourra comprendre pourquoi les jeunes issus de l’immigration africaine des vingt dernières années sont surreprésentés dans cette dérive anomique, souvent autodestructrice, parfois délinquante – ce sont ces familles, issues de mondes traditionnels eux-mêmes fragilisés, qui sont le plus désaccordées à une société post-moderne qui les déstructure à bien des égards. Les diffractions symboliques, inévitables dans toute acculturation, produisent ici du chaos, où il n’y a pas tant une perte de repères qu’une pléthore d’injonctions contradictoires et désarticulées, dans une immense confusion. Il est d’autant plus remarquable que certains réussissent à se construire malgré toutes les conditions défavorables. C’est en observant ces parcours exceptionnels, les conditions qui les ont rendus possibles, qu’on peut mettre en place des accompagnements pour aider les familles à aider leurs enfants, pour aider les établissements scolaires à exercer au mieux leur rôle éducatif. Action patiente et pragmatique qui n’a jamais reçu le soutien cohérent et la continuité de politique qu’elle nécessitait.

La différence avec les années 90 est que certaines idéologies ont été abondamment diffusées par des groupes associatifs et politiques, et ont donné lieu à des versions internet très violentes. Notamment toutes sortes de discours qui héroïsent et justifient les actions violentes en leur fournissant une explication stéréotypée jouant de l’inversion de culpabilité. Ce sont ces discours simplistes et manichéens, qui vont fournir une cohérence et une identité en liant des éléments chaotiques et en leur donnant une apparence de sens. Ainsi, à cette immaturité subjective se superpose une posture d’ex-colonisé, indigène de la République, victime du néo-colonialisme républicain, descendant d’esclave, victime du racisme et des discriminations, condamné au chômage ou au rejet sur le seul critère de son appartenance ethnique. Ces idéologies sont d’autant plus propagées et facilement intégrées qu’elles reposent sur une base de vérité, importante à reconnaître et à faire connaître, et que du coup, elles touchent une corde sensible dans l’opinion. "

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

Ps Will : je ne suis la victime de personne. Je ne suis jamais une victime. Je te renvoie juste la baballe.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

Pour finir @ Will

Mauvaise foi quand tu nous tiens...trouvez mieux Will , bien mieux que ça...

J'attends toujours votre argumentation sur le sujet. Vous n'avez pas répondu à mes questions... .
Vous semblez pouvoir remettre sur le droit chemin. Et tout ceux qui conteste Zemmour sont à vos yeux des ignorants ? Vous avez une vision étrange de la démocaratie vous.

""« L'immobilier est un secteur d'activité pas toujours très transparent. Vu les montants en jeu, un agent immobilier malhonnête est selon moi plus nuisible qu'un dealer. Mais qui le dit ? »

Encore une erreur de pensée ?!?
Ne peut-on pas estimer qu’un agent immobilier malhonnête est aussi nuisible qu'un dealer ? Ne sont-ce pas des nuisances ou des malhonnêtetés à des degrés divers ?""
Demandez-lui vous même...( commentaires qui a reçu énormément de vote sur rue 89 et sur exactement le même sujet et le cas "Zemmour".)
Et que pensez-vous des dealers blancs alors ?

Pas de réponses à mes questions, pas d'argumentation...bref. C'est pas intéressant quoi.

"Vous confondez « débat » et « contestation » comme beaucoup de contestataires. Et lorsque vous essuyez des contradictions, vous vous posez en victime d’insultes… On ne peut donc pas vous contredire, ah la France !

Vous montrez, sur cette page, votre stupidité (incrédibilité) étonnante ! Car si vous estimez que ZEMOUR est un pantin, qu’êtes VOUS donc, vous même ? VOUS seule avez le droit de contredire les autres et de les insulter."

Que vous vous amusiez à pointer mes contradictions du doigt ne me gêne pas, que vous m'insultiez si...donc pas de ça non plus avec moi ( ignorante, illétré, votre stupidité maintenant ? ). Arrêter de vous enfoncer.
Et j'attends que vous me montriez où j'ai insulté quelqu'un. Et pourquoi je n'aurais pas le droit de contester une chose FAUSSE ? Merci.

Moi je sais que ceux qui ont recours aux insultes en pensant que c'est une argumentation, c'est parce que c'est tout ce qu'ils ont pour se défendre. M'obligé pas à être méchante et à sortir les crocs moi aussi. Je suis patiente mais pas longtemps...

La contradiction que vous pointez:

La colonisation sera toujours pour moi une abomination, toute personne qui dira le contraire sera pour moi un escroc, trouvez des point positifs à quelque chose d'abominable. Qu'il y ai eu des actes de "bienveillance", je ne dis pas. Mais quand le livre s'appelle "pour en finir avec la repentance colonial", je me demande quelles sont ses motivations ??? Je lui laisse le bénéfice du doute.
Mais pour avoir lu des extrais maintenant grâce à Leclerc, je sais un peu à quoi m'attendre.
J'en ai lu un autre dans le genre, il s'appelle Petré Grenouilleau et je vais lire celui-là aussi. J'aimerais d'ailleurs beaucoup rencontré cet homme qui a oublié pas mal de documents "modérateurs" dans son analyse.

En faisant ce que vous faîtes Will, je trouve que vous avez autant d'ambition qu'une feuille morte. Vous suivez le sens du vent du site sans me présenter votre réflexion à vous, de plus vous êtes incapable d'accepter des avis inverse...malheureusement tout le monde ne réfléchis pas de la même manière que vous. Et j'ai envie de dire heureusement, sinon on se taperait tous dessus.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@leclerc

Merci maintenant je sais qu'il y a une France-Chine. Ca devait bien arrivé, les chinois sont en train de...l'Europe lol. Sauf que la Chine elle va pas pouvoir la lui faire à l'envers PTDRR

Si tu fais un tour sur le documentaire que je t'ai indiqué pour commencer, tu verras de quelle génocide africain je parle. ;)

Tes liens c'est souvent les mêmes non ?

Oui en fait les articles que tu me donnes depuis le départ racontent toujours la même chose. C'est bien écrit mais je ne peux pas les prendre comme des vérités absolu... . Désolé. Trop d'exemple en tête qui "relativise" cette analyse bien écrite. Bien que se soit sûrement très vrai ( ps : ils parlent de sur-représentation tient donc, la cause n'est pas seulement l'islam ??Waw ). J'ai bien lu ?

@ Ah la france

"Conclusion : je vais faire un geste, je vais lire ton référent absolus, et la confronté avec ce que j'ai déjà lu ( il a le droit aussi au bénéfice du doute )."

la différence de mon ouvrage par rapport à d'autres c'est que daniel lefeuvre en a eu marre d'ouvrages écrits par les repentants et qu'il a écrit le sien trés documenté.

Bah voyons...les miens aussi sont très documentés. Je vais confronter.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

Bien que se soit sûrement très vrai ( ps : ils parlent de sur-représentation tient donc, la cause n'est pas seulement l'islam ??Waw ). J'ai bien lu ?

Je veux dire très vrai en partie.

Et j'aimerais qu'on réponde à mes questions ici sur le sujet. Le trafic BLANC qui existe malgré tout ??? C'est dû à quoi exactement ????
Vous pointez mes contradictions, vous dîtes que je n'argumente pas ( bah dans ces cas là je ne sais plus ce que ça veut dire argumenter et pourtant...)

Will ? Leclerc ? Quelqu'un ? Non ?

Au fait Will :
définition de contester : Sens Refuser de reconnaître l'existence, la véracité d'un fait. Ne pas admettre quelque chose.

Je sais pas où vous avez vu qu'à un seul moment j'ai nier que des jeunes d'immigrés ne dealaient pas. J'ai accusé à bien des reprises les "faits" basée sur des stats loin d'être représentatif de la réalité. Et si vous savez lire ( euh..), lisiez vraiment ce que j'écris, j'ai précisé en quoi à maintes reprises.
Je crois qu'il est nécessaire de maîtriser les mots dont vous m'accuser.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@ Ah la france

"donc désolé moi j'y vois bien là des héros. 1 pour 10 hommes ( je ne crois pas non ). Quand bien même ce serait vrai, je te mets au défi de maîtriser 10 hommes à toi seule, armée jusqu'au dent en plus, et les chiens au trousse."

j'ai pas tout compris là !!!

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Verti%C3%A8res

le général français "Le général Rochambeau envoie des compliments au général qui vient de se couvrir de gloire comme ça!".

je n'ai jamais dit que leur comportement n'avait pas été héroique.
mais de là à écrire ça il y a une nuance.

"poignée d'esclaves contre une armée réputée invincible"

en réalité poignée(20000), armée 7 à 8000 .

à vertiéres j'usqu'a preuve du contraire il y avait bien 10 haïtiens contre un français. c'est plus les pertes par maladie qu'autre chose qui ont été fatales au corp expéditionnaire français qu'autre chose.
15000 en deux mois la moitié, c'est pas rien.

autre réalité de l'afrique


http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2009/02/24/l-esclavage-s-il-vous-plait-c-est-pas-loin-juste-au-sud.html

c'est aussi ça

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2011/04/07/kinshasa-50-000-enfants-accuses-de-sorcellerie.html

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

@ je vais jouer le jeux aussi et trouver sur internet des choses intéressantes sur CE comment déjà ? Ah oui Daniel Lefeuvre : des questions intéressantes je trouve ? Pas vous ?


http://www.camer.be/index1.php?art=8449&rub=11:1

En affirmant dans L’Express que «Les colonies ont appauvri la France», l’historien français élude le passé trouble de son pays.

Ceux qui avaient jusque là pensé que le colonialisme avait enrichi la France seront ahuris en lisant la récente édition du magazine L’Express consacré aux «grands mythes de l’histoire de France». Dans une interview dont le titre est «La colonisation, songes et mensonges», le chercheur Daniel Lefeuvre fait en effet savoir que «Les colonies ont appauvri la France, même si elles ont pu enrichir des acteurs locaux» !
Une situation qui aurait de nombreuses causes à en croire ce professeur d’histoire à Paris-VIII.

Pour lui, la colonisation française n’est rien d’autre qu’un mythe forgé et vendu à un peuple réticent. Mythe au rang duquel figure en bonne place celui qui veut que «l’empire colonial doit servir de débouché et de réservoir de matières premières». C’est ainsi qu’en France, «Les denrées tropicales étaient achetées à nos colonies au-dessus des prix mondiaux», assure l’historien qui, pour convaincre les sceptiques, argue qu’«En septembre 1961, de Gaulle fait réaliser une étude sur le coût de la perte de l’Algérie pour le commerce français : elle prouve qu’elle aboutira à une économie de 400 millions de nouveaux francs de l’époque». Une broutille donc.
Les matières premières de l’empire auraient donc été exploitées pour le bien simplement des individus et non der la France. Alors pourquoi le franc Cfa continue aujourd’hui d’exister alors même que le franc français a disparu ? Pourquoi la France a-t-elle contribué au bombardement au napalm des villages camerounais pendant la colonisation si cela ne lui servait pas ? Pourquoi la Françafrique poursuit-elle son chemin alors que «les colonies ont appauvri la France» ? Pourquoi la France continue-t-elle de garder secret les archives de son empire sur des assassinats politiques de leaders africains nationalistes comme Ben Barka ou Um Nyobé alors que la colonisation l’a appauvri ? On peut ainsi multiplier les questionnements sur le passé récent de la France sur le continent.

Dans la suite de l’entretien, le chercheur reconnaît pourtant que la France n’arrive pas à débattre avec sérénité de ce passé colonial «A cause de l’importance de la population originaire des anciennes colonies» sur le sol français. Il fait même savoir que «Le seul vrai contentieux [sur la colonisation] reste celui qu’a la France avec l’Algérie». Rien que ça ! Alors qu’on pourrait écrire des thèses sur les différents contentieux, qu’il s’agisse de la situation des anciens combattants, du pétrole des colonies ainsi que des autres matières premières dont les dividendes arrosent son pays comme vient de le démontrer le procès Elf, des assassinats de nationalistes africains, etc. Alors une ultime question cher professeur d’histoire : la France peut-elle, même 50 ans après les indépendances, se passer de ses anciennes colonies d’Afrique ?

Des questions pour le moins très intéressantes...laissons lui le bénéfice du doute. Moi rien que le titre m'avais ahuris... . Mais bon... . Il faut aller au-delà de ces préjugés hein ?

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@ Ah la france

"Pourquoi la Françafrique poursuit-elle son chemin alors que «les colonies ont appauvri la France» ? "

et couillon les colonies onts appauvri la france au temps de la colonisation, mais pas aprés, c'est tout bénéf pour les grands groupes français, et maintenant chinois, et oui plus d'imfrastructure à payer de scolarisation d'hopitaux, tout bénéf.

http://lefrancaisenpartage.over-blog.com/pages/Pour_en_finir_avec_la_repentance_coloniale_Daniel_Lefeuvre-2516061.html


http://www.herodote.net/articles/article.php?histoire=livreLefeuvrerepentance

Écrit par : leclercq | 20 août 2011

Madame Catherine Coquery-Vidrovitch (professeur émérite à l’Université de Paris 7) me surprend aussi à le nommer parmi le comité de vigilance face aux usages publics de l'histoire, puis semble interpeler par le titre qui m'a ( sans doute à tort ) fait penser que son manque d'impartialité en tant qu' historien dans le titre et donc de déjà douter de ses intentions. Pourquoi je ne suis pas étonnée... .


http://cvuh.free.fr/spip.php?article73

Celui-là est encore très intéressant... semble dire qu'il confondrait politique et histoire ? Média et histoire ? Et en plus il parsème un peu son ouvrage de quelques erreurs ??? Aïe !
Lisez, je ne l'ai pas encore lu pour être catégorique mais ça commence fort ! Je ne manquerais pas d'aller voir les prochains conférenciers de mon université.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@ ah la france

Imaginez l'Afrique bien avant l'arrivée des colonisateurs chrétiens et musulmans.

Il vivaient en peuplades, des petites ou moyennes tribus avec des croyances et des rituels comme toutes les tribus et peuplades de la planète. C'est toute l'histoire des croyances, qui viennent se mêler à la vie quotidienne de ces peuplades ignorante en tout, sauf du fonctionnement dans leurs différents environnements.

Un jour, débarquent des "blancs-missionnaires religieux" avec une croix dans une main et des concepts de fonctionnement totalement différents dans l'autre.Les blancs ont amené leur dieu, en échange ils ont pris les richesses de la terre.

Je ne parle pas des musulmans.....(pour une fois)

Ce faisant, les Africains ont perdu leur culture. J'ai beaucoup travaillé en Afrique vous l'avez compris, je connais les ravages de la société de consommation et les ravages des croyances ajoutées aux pillages par des états et leurs entreprises.

Est-ce à dire que tout a été négatif non surtout pas. La colonisation a apporté des des concepts positifs en matière de soins de technologies et autres. Ce qui est très critiquable, c'est la violence de cette colonisation envers des gens d'une extrême gentillesse. Bien sûr qu'il y avait des "us et coutumes qui n'avaient rien de positif, voir très dangereuses, mais toujours pour des raisons d'ignorance et de préjugés.

Nous sommes allés dans la demeure d'Albert SCHWEITZER au Gabon ce médecin -organiste (joueur d'orgue) à fait un travail fabuleux, immense...

Là ou les Africains ont "faiblit" c'est qu'ils ne se sont pas emparés des opportunités que certains "blancs" ont mis à disposition. Avaient-ils les moyens de faire par eux-même, pas sûr, au vu des lois des états colonialistes qui rendaient presque impossible toute initiative dans ce sens.

Depuis la "fin" du colonialisme la tragédie de l'Afrique ce sont les chefs tribaux qui ont repris du pouvoir englués dans des croyances, le tout dans l'indifférence des ex-colonisateurs, pourvu qu'ils se fassent du blé avec les richesses, le reste ils s'en foutent complètement, il y a des marchands d'armes à nourrir!

L'avenir est, que chaque pays Africain se réapproprie -le meilleur de la culture de -leurs ancêtres, même d'une manière folklorique, c'est d'ailleurs plus sympathique et moins dangereux que des croyances pourries. Que les Africains se prennent en main dans leurs pays respectifs afin de collaborer avec des pays ayant une vision de la coopération complètement différente que celle de la colonisation et du pillages pour quelques uns.

Écarter les chefs tribaux et les religieux, installer des démocraties laïques cinq étoiles.Les richesses sont immenses, l'environnement n'est pas pauvre il n'est que pauvrement regardé.La culture et l'instruction amènent le savoir faire et le savoir être. Trente ans de moins je serai resté là bas au Congo à Pointe-Noire ou il bon vivre. J'ai "raté le coche";c'est autre chose que les banlieues et autres villages Français ou Européens ou la bêtise humaine domine en envoyant dans la pauvreté bien des jeunes pour un avenir très incertain.

Et puis pour celles et ceux qui ont besoin de leurs croyances, pourquoi pas mais en douceur, dans une démarche digne de l'être humain moderne.

Bien à vous également et à mes contradicteurs...

Écrit par : Pierre NOËL | 20 août 2011

@leclerc

N'insulter pas les gens avec qui vous ne pouvez pas discuter. Ce n'est qu'un article. C'est trop facile. Et le reste Leclerc ? Moi je me demande pourquoi la France aurait garder sous la main un "boulet" qui ne lui aurait servit à rien en fait ? D'autres pays ( Italie ? Espagne ? ) ont très vite lâché les colonies qui ne leur servait à rien ?


sources plus sérieuse que la première qui n'est qu'une mise en bouche.

" extrait "



À propos d’ignorances, d’occultations et d’erreurs, Daniel Lefeuvre aurait pu éviter quelques bourdes, en affirmant par exemple que l’ « islamophobie ... n’est en rien la survivance d’une culture coloniale plutôt islamophile... à la manière d’un Augustin Berque qui faisait preuve de curiosité humaniste. Sa construction, au contraire, est récente » (p. 228). Augustin Berque comme porte parole de l’opinion publique française en matière d’islam ? Je renvoie, entre autres, à la thèse d’État de Jean-Louis Triaud, au titre pourtant évocateur, démonstration majeure de la construction de l’islamophobie coloniale française pendant plus d’un siècle (3). D’ailleurs c’est contre l’islamophobie qu’avait déjà voulu réagir Napoléon III et son « royaume arabe ». Et je rappelle aussi les multiples développements coloniaux du XIXe et du XXe siècle, étudiés entre autres par Charles-Robert Ageron, opposant le « mythe » des Berbères ou Kabyles civilisables aux Arabes (« plus musulmans ») qui ne le seraient guère (4). Bien sûr, nous assistons aujourd’hui à de nouvelles constructions de l’islamophobie (qui le nie ?) mais il ne s’agit pas de génération spontanée... Autre erreur choquante : « un pays, le Nigeria, applique la charia » (p. 228). Eh non, « le Nigeria » n’applique pas la charia (5). Le Nigeria, composé de 36 États, est un État fédéral laïc, ce qui, entre autres, lui interdit la lapidation des femmes adultères : certes, deux ou trois provinces du Nord très majoritairement musulmanes font mine de l’appliquer et prononce même des sentences, ce qui est très grave ; mais c’est une manoeuvre éminemment politique qui vise à embarrasser le gouvernement central et, jusqu’à plus ample informé, fort heureusement, aucune condamnation n’a pu être exécutée. Lefeuvre n’hésite pas non plus à se contredire à deux pages d’intervalle : p. 158, il récuse l’argument de Pascal Blanchard selon lequel, « si l’État favorise cette venue de Nord-Africains en métropole [il veut dire Algériens], ce serait sous la pression du patronat ». Or p. 159 il précise lui-même « ainsi, la direction des Charbonnages de France envoie-t-elle des recruteurs sillonner l’Anti-Atlas où elle embauche 30 000 mineurs [marocains] entre 1945 et 1979 » : alors ? Il faudrait savoir ? ou bien les Marocains ne seraient-ils pas « nord-africains » ?

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@et bien non noël vous voyez...c'est cette histoire qui est fausse et n'est qu'un héritage coloniale de l'histoire écrite à une époque dont l'objectivité est très discutable.

J'ai eue le plaisir d'avoir la version moins répandue car méconnue... les textes des voyageurs / explorateurs de l'époque qui témoignent de l'organisation des civilisations africaines. La reine Zingha, le roi du Dahomey ( aujourd'hui Bénin ) etc. La chevalerie africaine, la forteresse du Zimbabwe ( aujourd'hui encore observable ). Une tradition orale très forte mais une organisation...avec ces traditions, les anciennes relations d'échanges avec la Chine et l'Inde.
J'en passe. Des historiens africains même français travaillent dans ce sens afin de plus ou moins " faire connaître" se pan de l'histoire méconnue du publique mais bien réelle qui a été occulté et "falsifié" par les colons pour justifier l'état de "sauvage" des populations. Comme dans tout peuple, il y a avait ceux que l'on considérait comme des "peuplades" dîtes primitives ( les gaulois pour les romains ). Il s'agissait de royaume organisé avec des peuplades aussi.
ex :

Le testament de l’ethnologue allemand Léo Frobénius (1873-1938), auteur d’une douzaine d’expéditions en Afrique noire entre 1904 et 1935, résume parfaitement la problématique :

"Lorsqu’ils (les navigateurs européens) arrivèrent dans la baie de Guinée et abordèrent à Vaïda, les capitaines furent fort étonnés de trouver des rues bien aménagées bordées sur une longueur de plusieurs lieues par deux rangées d’arbres : ils traversèrent pendant de longs jours une campagne couverte de champs magnifiques, habités par des hommes vêtus de costumes éclatants dont ils avaient tissé l’étoffe eux-mêmes ! Plus au sud, dans le Royaume du Congo, une foule grouillante habillée de soie et de velours, de grands Etats bien ordonnés et cela dans les moindres détails, des souverains puissants, des industries opulentes. Civilisés jusqu’à la moelle des os ! Et toute semblable était la
condition des pays à la côte orientale, la Mozambique, par exemple.

"Les révélations des navigateurs portugais du XVème au XVIIIème siècle fournissent la preuve certaine que l’Afrique nègre qui s’étendait au sud de la zone désertique du Sahara était encore en plein épanouissement, dans tout l’éclat de civilisations harmonieuses et bien formées. Cette floraison, les conquistadores européens l’anéantissaient à mesure qu’ils progressaient. Car le nouveau pays d’Amérique avait besoin d’esclaves et l’Afrique en offrait : des centaines, des milliers, de pleines cargaisons d’esclaves ! Cependant, la traite des Noirs ne fut jamais une affaire de tout repos ; elle exigeait sa justification ; aussi fit-on du Nègre un demi-animal, une marchandise. Et c’est ainsi que l’on inventa la notion du fétiche (portugais : feticeiro) comme symbole d’une religion africaine. Marque de fabrique européenne ! Quant à moi, je n’ai vu dans aucune partie de l’Afrique nègre, les indigènes adorer des fétiches (...) L’idée du "Nègre barbare" est une invention européenne qui a, par contre coup, dominé l’Europe jusqu’au début de ce siècle.

En 1906, lorsque je pénétrais dans le territoire de Kassaî Sankuru, je trouvai encore des villages dont les rues principales étaient bordées de chaque côté, pendant des lieues, de quatre rangées de palmiers et dont les cases, ornées chacune de façon charmante, étaient autant d’œuvres d’art. Aucun homme qui ne portât des armes somptueuses de fer ou de cuivre, aux lames incrustées, aux manches recouverts de peaux de serpents. Partout des velours et des étoffes de soie. Chaque coupe, chaque pipe, chaque cuiller était un objet d’art (...) En était-il autrement dans le grand Soudan ? Aucunement (...) L’organisation particulière des Etats du Soudan existait longtemps avant l’Islam, les arts réfléchis de la culture des champs et de la politesse... les ordres bourgeois et les systèmes de corporation de l’Afrique Nègre sont plus anciens de milliers d’années qu’en Europe (...) C’est un fait que l’exploration n’a rencontré en Afrique équatoriale que d’anciennes civilisations vigoureuses ». [2]

C'est un exemple parmi tant d'autres. On peu dire et je maintiens à l'exemple de ce qu'écrit cette auteur : en réalité la colonisation a fait plus de ravage que de oi-disant point positif. Les technologies dont vous perlez, aurait sans doutes pu se développer sur ce continent sans l'aide d'une main occidentale et dans son contexte culturelle.
Faut pas oublier que beaucoup d'inventions dîtes "modernes" aujourd'hui et qui sert bien des pays industrialisés comme la France ont été les réalisations de beaucoup d'esclaves noirs contraint de développer de nouveaux " instruments" afin d'améliorer le quotidien de leur tâche. Des brevets d'inventions consultables à Paris.
Donc non, je ne vois toujours pas les effets "positifs" mais maintenant je sais que Lefeuvre va me démontrer l'inverse.
.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@ autre chose leclerc

Je trouve cela étrange de parler de colonisation française à la seule Algérie. C'est une chose que je me suis dîtes en regardant le résumé de son livre ? Et les autres alors ???? Ils sont où ??? Un cas particulier pour en faire une généralité et on cris déjà à la plus grande révélation du siècle ???
Il me semble bien sélectif dans sa démonstration et il me semble bien que c'est aussi l'avis de Madame Coquery...un peu comme sur ce site d'ailleurs...

NON ! NON ! Ce n'est pas de la provocation.

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

Ah l'importance de ne pas avoir qu'une seule source...

Écrit par : ah la france | 20 août 2011

@Pierre Noël :
Partons du principe que nous pouvons partager certains avis tant que nous ne parlons pas de DSK.
Ceci dit, je vais vous faire un aveu qui vous fera surement plaisir :
Bien que je n’apprécie pas vraiment l’homme, vu la situation actuelle en France et tant qu’a passer à gauche, j’aurais nettement préféré laisser les clés de la boutique à l’économiste qu’il est plutôt qu’a la bande de pieds nickelés qui se présentent.

@ John :
Je ne m’étais pas posé la question jusqu'à présent mais je pense que je suis Zemmourienne finalement.
En beaucoup, beaucoup moins forte, bien évidemment.

@ Ah, la France
« Ne sous-estime jamais la colère de ceux qui se sentent à long terme humiliée. »

Penses tu vraiment que les immigrés ont le monopole de l’humiliation et de la discrimination en France ??
As-tu une idée du pourcentage de « français de souche » qui vivent sous le seuil de pauvreté ?? Le pourcentage qu’ils représentent dans les chiffres du chômage ???
Et la façon dont on traite notre paysannerie qui croule sous les dettes, tu la trouves digne ??? Ça ne te fait pas honte ??
Fais tu attention par solidarité à acheter des produits issus des récoltes françaises, autant que ton porte monnaie te le permet ?? Ou bien cette paysannerie n’est elle pas assez noire pour attirer ton attention ???

Trop vieux, trop gros, trop moche, handicapé, tout le monde se trimballe son lot de discrimination et les conséquences sont plus ou moins graves.
La pauvre jeune fille blanche pas assez jolie et trop forte qui rêve de devenir hôtesse de l’air ou bien esthéticienne n’atteindra jamais son but parce qu’il faut être canon pour vendre de la beauté en tube ou bien pousser un chariot dans un couloir à des mètres d’altitude et elle laissera sa place à une belle black bien gaulée qui se présente.
Pourtant, elle n’est pas la moins bien lotie parce que le pauvre type qui a perdu son job à 50 ans et qui n’en retrouve pas parce que les entreprises se concentrent préférentiellement sur du sang neuf à bas prix fera de la dépression et pour certains, sombrera dans l’alcoolisme. Sa faute ??? : Plus bon pour le travail, plus bon pour la société, plus bon à rien.

Oui, comme tu le fais remarquer, la vie dans le Nord est plus facile mais tu en en profites exactement comme les autres : éducation gratuite, cantine scolaire adaptée au budget des familles ou on a encore la délicatesse de se soucier de savoir si tu manges du porc ou pas et si tu manges hallal ou pas.
Tu seras prise en charge en urgence à l’hôpital, opérée s’il le faut, couverture sociale existante ou pas.
Pourquoi te révolterais-tu plus que les autres ??
Toutes ces discriminations au quotidien que vivent tous les français sont elles moins injustes que celle qui vise une couleur de peau au point de mériter une rébellion???
Penses-tu compter plus que les autres et dans ce cas, que crois-tu avoir apporté de plus que les autres pour demander réparation avec tant de force ??

Écrit par : Patricia | 20 août 2011

"ah la France" allez également sur le site de "Wikipédia histoire de l'Afrique" ce n'est pas à négliger.

Vous comprendrez pourquoi je n'ai pas parlé de l'islam. Il y a d'autres sites également.Il faut parler de -toute l'Afrique depuis l'époque ou les premiers hommes vivaient en tribus...L'Afrique de l'est est le berceau de l'humanité.C'est au de là de 2000 ans..Dans mon commentaire j'ai bien sûr résumé.

Écrit par : Pierre NOËL | 20 août 2011

Patricia: quel aveu!!!

;-)

Perso je ne suis pas d'accord sur tout dans son contenu, je suis même assez loin de sa vision politique vielle France, mais dans l'esprit, dans le fonctionnement mental, j'aime bien. Et sur certains contenus il a le mérite de mettre les pieds dans le plat. Et il a aussi des valeurs humaines qui tiennent la route.

Écrit par : hommelibre | 20 août 2011

Oui Patricia, je comprends bien ce que vous voulez dire. Mon comm d'avant était trop général. Ce que vous dites est bel et bien une part de réalité. C'est important de le dire. Faudrait-il que ceux qui souffrent en France crèvent pour qu'enfin on voie qu'ils existaient? Mais vous allez vous attirer les foudre de la gauche nantie et culpabilisatrice.

Écrit par : hommelibre | 20 août 2011

@John :
Aveu ? Quel aveu ?
Je n‘avoue rien : je suis.
Vieille France, que nenni : je parle de la France de demain, celle qui va se replier sur ses traditions pour ne pas mourir culturellement.
Tout comme vous le feriez en Suisse.
Imaginez un peu que la chanteuse Nolween s’est faite accusée de fricoter avec le FN parce qu’elle a sorti un album intitulé « Bretonne » fait de chants traditionnels.
La mesure est comble. La balance trop pleine dans un sens va se mettre à pencher dans le sens opposé.
Depuis quand il devient suspect de rendre hommage à nos traditions sur notre propre territoire et au nom de quoi ??

Écrit par : Patricia | 21 août 2011

Alors je vous comprends encore mieux!

J'aime Nolwen Leroy, j'aime la musique traditionnelle bretonne et celtique, musique magnifique, et j'aime bien son album, en partie.

J'ignorais cette accusation contre elle.

Hallucinant! On est où là? Entreprise de déculturation. On va donc aussi bannir le zouk, la salsa, le raï, et quand il n'y aura plus rien nous serons revenu au bon temps des tyrannies.

Sérieusement je ne sais pas ce qui leur passe par la tête.

Écrit par : hommelibre | 21 août 2011

cela dans leur discours, l'esclavage a été une choses mais je pense que ce qui est pire, c'est l'entretien aujourd'hui des états chaotiques qui en ont résultés qui sont réprimables par les politiques étrangères. En quoi la population française est-elle visée ? J'ai jamais accusé les français ( la population sauf d'être parfois un peu limite ) mais l'Etat et les élites.
Globalement, je n'ai pas eu à me plaindre de quoi que que soit à part quelques fautes de "parcours". Les français de souche que j'ai rencontré ne m'ont jamais posé problème, ne m'ont jamais insulté à cause ma couleur de peau et parmi eux j'ai de très bons amis. Ca ne m'empêche pas d'être révolter pour d'autres, je suis loin d'être nombriliste... et excuse-moi mais même si je comprends bien ce que tu me dis sur les humiliations quotidiennes à la façon "chacun son lot" qui touchent tout le monde je souligne que comme tu l'as dit : les conséquences sont plus ou moins graves.
Je profite bien des avantages mais je compte comme je pourrais utiliser ses avantages pour en faire profiter d'autres un jour si cela est possible....pfff.

Là Zemmour est allé trop loin...si en plus il disait des choses vraies, politiquement correct ou pas, je pourrais l'applaudir. Mais là, c'est n'importe quoi. Et voyez moi, j'ai peur de cette France là, celle qui aime à généraliser, juger sans comprendre, et "stigmatise" au lieu de trouver de vraie solution pour jouer sur les peurs des autres.

Je profite du Nord car le hasard m'a mise ici, j'aurais pu vivre à la place de n'importe qui du Sud. Et je me sens étrangement bien plus proche des cultures du Sud que du Nord.
J'ai bien compris que la "victimisation" peut en agacer certain mais je comprends aussi ceux qui débattent sur ce sujet là...une attitude d'hostilité à la Zemmour ne va rien arranger. Au contraire ! Mais lui il est payé pour ça ! Des fois je me demande même s'il croit à tout ce qu'il dit ?
Je comprends bien les arguments de ceux qui en ont marre. Mais les français de souche ne sont pas les seules à être agacer et à subir le comportement irrespectueux des autres. J'ai vu des français racistes envers des étrangers, j'ai vu des arabes racistes envers des noirs, je vois même des noirs raciste entre noirs...y a des arabes qui dealent, des noirs qui dealent et des blancs qui dealent... . J'ai moi même été agacée par certain noirs et arabes au collège et choqué mais force est de constaté qu'ils sont loin d'être les seuls dans ce cas.
Les problèmes sociaux-économiques créaient des marginaux...Et dans la majorité des pays, outre la France, elles s'accompagnent de violence.

Vous connaissez Tijuana ? Elle est la ville du Mexique réputée la plus dangereuse du Mexique et du monde ( bien que j'aime à relativisée ). Drogue, violence, meurtre à en faire pâlir plus d'un. Pas vraiment de noir ni d'arabe là-bas, pas de musulmans mais bien des chrétiens.
J'ai vu un reportage il n'y a pas longtemps sur la communauté latino aux U.S, notamment chez les jeunes gangs. J'ai été scié de voir la violence qu'ils pouvaient avoir non seulement envers les autres mais aussi envers entre eux. Sans pitié. Il ne s'agissait que de quelques cas...
Une violence qu'on rencontre aussi beaucoup ici mais pas à ces degrés, du moins pas à ma connaissance. Qu'elle est le lien entre ces deux communautés totalement opposées ? La marginalisation et un contexte peu favorable à les sortir de ces "pièges".
Quelles seraient les grandes thèses de Zemmour là-dessus qui sort sa phrase sans préciser les contextes mis à part des stats sur-représentés ???

Bref, il y a des choses que moi je trouve vraiment ridicule...et cette affirmation est ridicule.
J'invite plus à la compréhension qu'à la victimisation ou la repentance comme certain veulent le faire croire ( notamment sur le "racisme" anti-blanc ), et plus qu'à la stigmatisation et aux clichés réducteurs.
Nuancer ces vérités par mon expérience ( qui ne sont certes pas des vérités absolus mais déjà pose des questions ) des affirmations aussi simplistes qui reposent sur des stats largement discutable.
Et personne ne m'a donné son avis sur le trafique "blanc". Personne... bref je doute donc bien de la sincérité des personnes ici...


@leclerc

Par souci d'honnêteté, sache que ton référent a répondu à son détracteur. A cause des dates, j'ai du mal à déterminer si c'est vraiment la réponse au poste précédent la première étant de 2007 et celle-ci de 2005 apparemment:

http://cvuh.free.fr/spip.php?article102
+
http://cvuh.free.fr/spip.php?article47

Sauf que l'Algérie n'a pas été la seule colonie française...supposons qu'il n'y a pas eue de génocide pour ces colonies là, je sais que ça n'a pas été le cas pour toutes les colonies...Supposons que ça n'est rien rapporté à la France, là aussi, ça n'a pas été le cas pour toute les colonies. Et il en ressort que ce référent est très "discuté", même parmi ceux qui l'approuve en partie. Donc propos à nuancer.



@Noël

J'irais faire un tour

Bon j'en ai finis d'amuser la galerie. Ceci est mon dernier poste. On va pas s'éterniser non plus. Je prends certains commentaires en considération. D'autre no comment...mais sur l'affirmation de Zemmour, là-dessus j'ai pas de doute.
Ca s'appelle se convaincre entre déjà convaincut.

Écrit par : ah la france | 21 août 2011

La gauche nantie et culpabilisatrice : celle qui n’a pas même pas honte d’appeler la maitresse passé 30 ans sur les forums internautes et qui nous gonfle avec la dernière pub Nivéa : La grosse blague.
On n’a pas reçu la même formation ouatée.
Du coup, on se demande si on ne va aller foutre le bazar aux primaires vu que c’est ouvert : signer les papiers d’adhésion, donner l’euro symbolique et voter pour le plus naze….
Ça n’engage à rien, on pensait bien faire et on changé d’avis…..Qu’est qu’ils sont cons......dommage de ne pas en profiter.

Écrit par : Patricia | 21 août 2011

Mon clavier est de gauche :
Fait exprès de sauter des mots pour me faire passer pour une analphabète : Saloperie de bien pensant.

Écrit par : Patricia | 21 août 2011

Patricia:

MDR!!!!

Écrit par : hommelibre | 21 août 2011

@ ah la France:

On fait un plat de Zemmour. J'imagine qu'au Mexique il aurait forcément dit autre chose. Votre remarque lui attribuerait un racisme anti-noir, comme ça par principe. Je n'y crois pas. Je l'ai déjà dit et je ne change pas là dessus. Je pense aussi que l'on doit connaître l'ampleur des problèmes éventuels pour en parler, pour tenter d'en comprendre les causes (économiques, sociologiques, culturelles, etc) et d'y apporter des correctifs.

En Suisse par exemple il y a 91% d'étrangers dans les prison et 57% de personnes de confession musulmane. C'est important de le savoir. Non pour les exclure ou les stigmatiser mais pour agir dans cette direction.

On sait bien qu'en France l'immigration d'origine nord-africaine et africaine ne se passe pas aussi sereinement que l'immigration polonaise, italienne, arménienne d'antan, par exemple. Lors de ces précédentes immigrations les enfants d'immigrés bossaient fort à l'école, apprenaient bien la langue, et en un rien de temps on oubliait leur origine, les noms en O (Giono, etc), en RIAN (Aznavourian), les SKI (Poniatowski), etc.

Avec l'immigration d'Afrique cela ne se passe pas ainsi. Il faudrait comprendre pourquoi et en connaître l'ampleur. L'erreur de Zemmour a été de lâcher une phrase en pleine émission sans la commenter ensuite et la compléter, la nuancer. L'émission ne le permet pas.

Mais on peut se demander si les positions de certains leaders comme Boutelja ne servent pas qu'à mettre de l'huile sur le feu et à encourager les jeunes beurs à saboter leur école, outil d'assimilation au colon donc d'aliénation. Résultat: combien parmi eux savent écrire correctement le français, et le parler? Vous voudriez qu'une entreprise subisse des quotas et doive engager des gens qui ne savent pas parler la langue du pays correctement?

Selon les entreprises ce n'est pas un problème, pour d'autres c'en est un. On peut donc comprendre que certaines entreprises ne souhaitent pas engager des personnes dont l'origine porte le risque d'une carence scolaire grave. Et c'était sa deuxième phrase, celle pour laquelle Zemmour a été condamné: le droit des entreprises à ne pas engager des gens dont l'origine pose ces problèmes.

En faire un raciste c'est passer à côté de la vraie question: pourquoi tant de beurs (tiens, on refuse l'origine ethnique dans la loi, les comptages, mais on parle sans problèmes de beurs, de blacks... quelle hypocrisie... et dire que Zemmour a été condamné...) ne sont plus scolarisés? Et que font-ils, que font leurs parents pour leur botter les fesses et les pousser à se donner les moyens de faire leur place en France?

Peut-être qu'ils s'en foutent de la France. Il n'y a qu'à entendre les paroles des raps anti-français qu'ils écoutent... Niquer ou violer les femmes, piquer l'argent, etc, etc...

Tant que l'on joue les vierges effarouchées sur ces question rien ne bougera. Ils faut que ces jeunes beurs entendent les problèmes que pose peut manque d'intégration et comment cela va handicaper leur vie. Ça ne sert à rien d'incriminer l'ex colon - surtout que les arabes ont été eux-mêmes les colons en Afrique du Nord.

Écrit par : hommelibre | 21 août 2011

@ Ah la france

merçi pour ces liens

http://cvuh.free.fr/spip.php?article47

"Dans son livre Pour en finir avec la repentance coloniale 1 Daniel Lefeuvre dénonce vigoureusement les « contrevérités, billevesées, bricolage... en quoi consiste le réquisitoire des Repentants ». C’est une incitation à réfléchir aux conditions dans lesquelles s’est engagé le débat actuel sur le passé colonial. D. Lefeuvre exprime à n’en pas douter un point de vue largement partagé parmi les spécialistes en rappelant clairement que la colonisation n’a pas été synonyme de génocide, que les procès ad satietam et la surenchère victimaire n’ont rien à voir avec l’histoire. Il a le mérite de mettre à leur place ceux qui, succès médiatique aidant, prétendent rien moins que proposer une « relecture de Hannah Arendt » et « fonder une école de recherche » "

http://cvuh.free.fr/spip.php?article73

http://cvuh.free.fr/spip.php?article102

"Ainsi, pour C. Coquery-Vidrovitch rien ne permettrait de repérer un courant d’opinion prônant la condamnation – et non pas la connaissance et la compréhension - du passé colonial de notre pays et exigeant de l’Etat, par la voix de ses plus hauts représentants, des manifestations de regrets et des demandes d’excuse auprès des victimes – ou plutôt de leurs descendants – de ce passé, sous le prétexte que ce courant serait hétérogène, constitué de personnalités diverses par leurs statuts comme par leurs motivations, s’appuyant sur des positions institutionnelles (Ligue des Droits de l’Homme ou MRAP) ou des organisations (Indigènes de la République) et bénéficiant d’un accès privilégié à certains médias (Le Monde diplomatique par exemple). Depuis quand, l’homogénéité d’un groupe de pression serait-il nécessaire à son existence ? "

daniel lefeuvre remet les pendules à l'heure à C. Coquery-Vidrovitch
contrairement à ce que tu a écrit plus haut.

" Et il en ressort que ce référent est très "discuté", même parmi ceux qui l'approuve en partie. Donc propos à nuancer."

"Là Zemmour est allé trop loin...si en plus il disait des choses vraies, politiquement correct ou pas, je pourrais l'applaudir. Mais là, c'est n'importe quoi. Et voyez moi, j'ai peur de cette France là, celle qui aime à généraliser, juger sans comprendre, et "stigmatise" au lieu de trouver de vraie solution pour jouer sur les peurs des autres."

zemmour dit la vérité et c'est en disant la vérité, qu'on est amené à connaitre les problémes et à les traiter.

michéle Tribalat en a plus que marre de cette mentalité "des terroristes intellectuels" à mettre la tête dans le sable.

http://www.marianne2.fr/Michele-Tribalat-au-Monde-Verifiez-vos-chiffres-sur-l-immigration_a183057.html

http://ripostelaique.com/Michele-Tribalat-demographe-auteur.html

"Ce qu’elle montre ensuite c’est que le racisme actuel, réel par ailleurs, même s’il n’est pas aussi répandu qu’on [en particulier le MRAP et toutes les organisations dont le fond de commerce repose sur la supercherie d’une France malade du racisme] tente de nous le faire croire, ne relève pas d’abord de la subsistance d’une « culture coloniale » dans la France contemporaine mais de mécanismes actuels qui doivent plus à la crise sociale et identitaire que notre pays traverse et aux violences – application de la charia, appels aux meurtres, attentats, massacres … - perpétrés à travers le monde par les fascistes islamistes de tout poil."

en réalité faire taire zemmour sert à ça, sous prétexte de stigmatisation.

"[en particulier le MRAP et toutes les organisations dont le fond de commerce repose sur la supercherie d’une France malade du racisme]

à nous imposer cette supercherie.

on intégrera pas les immigrés en donnant toute puissance à ses associations pour punir par des lois quelles onts fait voter les personnes coupables de racisme.

Écrit par : leclercq | 21 août 2011

@ leclerc


Si tu as bien lu tout les liens, madame C. semble dénoncer, lui avoue quelques fautes et le troisième lien que je t'ai posté en conclut qu'il n'a pas tort mais que certaines de ces positions reste discutables. Non tu ne peux pas faire ça... J'ai bien lu ses articles et j'ai été honnête avec toi...tu sélectionnes des passages qui ne résument pas les différentes positions. J'en ai fait autant la première fois mais je t'ai quand même laissé les liens où il se défend... Madame C lui avait de nouveau répondu en admettant quelques erreurs de sa part mais elle reste sur bien des positions à sa rencontre et pas de réponse pour l'instant :


http://cvuh.free.fr/spip.php?article112 ( ici la réponses à Lefeuvre et ré-affirmation de certaines de ces positions )


L'Algérie est loin de représenter toutes les colonies françaises. Je pensais qu'il mettrait en exergue la situation de TOUTES les colonies afin de prouver qu'elles ont + étaient un fardeau qu'une source de gain et de profit basé sur la soumission des peuples. Mais il ne parle que d'un cas apparemment ( je lirais quand même ).
En fait, il aurait dû appelé son livre : Pur en finir avec la repentance colonial algérienne. Les antilles ? L'Indo-Chine ? L'Afrique de l'Ouest ? Et autres territoires d’outre-mers ?
On n'en "finit" qu'avec l'Algérie.
Pour certaines anciennes colonies il aurait eu bien du mal à mon avis… .

En parlant de l'Algérie, je me souviens aussi d'un livre que j'ai lu il n'y a pas longtemps sur la question. Un livre colossal d'environ 600 pages, très documentés, et lui il semble dire l’inverse rien qu’au titre. N’est pas peur, malgré la quantité d’information basé sur des faits, on ne sent pas la longueur : La colonie française en Algérie, 200 ans d’inavouables, Lounis Agoun. Une enquête surprenante… J’ai presque envie de dire que j’ai lu sans le savoir une réponse à Lefeuvre.


Tu me demandais sur quoi je m'appuyais pour parler de génocide en Afrique durant le colonialisme européen, je te laisse un exemple historique pas très connut ( normal ):

Le génocide Herero par les Allemands, eh oui, bien avant les Juifs... du temps des colons. Le colonialisme n'a pas finit de nous livrer tout ses secrets.

Je te laisse un article qui résume bien cette histoire ( j'espère que la personne ne m'en tiendra pas rigueur ).


""Le 20ème siècle est connu pour avoir été marqué par de nombreux Génocide. Le plus signifiant de tous fut sans aucun doute celui perpétré par l'Allemagne Nazis à l'encontre des Juifs, Tziganes, Homosexuels, Handicapés, noirs et communiste (car il faut bien mentionner TOUTE les victimes aussi minoritaire soient-elles) dans des camps d'éxtermination.


Ce génocide considéré comme le seul et unique perpétré par l'Allemagne ne fut pourtant pas le cas! En effet, 30 ans auparavant, un régime Allemand avait commis un massacre qui fut sans aucun doute le premier génocide du 20 ème siècle et le plus sanguinaire que subit une colonie Africaine et dont les méthodes de tortures cruelles furent similaire à celle que l'on retrouva durant la seconde guerre mondiale (camp de travail, torture, extermination en masse etc...) dans un pays Africain: la Namibie.


De 1884 à 1915 l'Allemagne administra la Namibie. Apres qu'un commercant allemand fit la découverte d'importante mine de diamant dans l'ouest du pays. Des conflits ne tardèrent pas a éclater entre la populations locale (Hereros) et les colons qui ne cessaient de commetre divers abus: vols des terres, du bétail, des femmes et le lynchage permanent des hommes Hereros, des abus qui lassèrent rapidement le peuple bafoué. A l'époque la crainte des colons Allemands étaient de subir une révolte générale de la population locale. En 1904 les Hereros menèrent une offensive contre des colons dans la ville d'Okahandjo et tuèrent plus de 200 civiles. Le prétexte d'une extermination de la population paru accomodante.


Peu de temps apres l'offensive des Hereros, le général Von Trotha, officier dont la réputation de cruauté s'est faite en Chine et dans l'Afrique de l'est fut muté en Namibie et envoya une recommandé aux colons allemands vivant sur le territoire "Les Hereros ne sont plus des sujets allemands. S'ils n'acceptent pas de partir par leur propre volonté, ils leseront contraints par les armes. Ils doivent quitter le pays sinon, je les délogerai avec mes « groot Rohr » (grand canon)... Tout Héréro aperçu à l'intérieur des frontières namibiennes avec ou sans arme, sera exécuté. Femmes et enfants seront reconduits dans des camps de travail. Aucun prisonnier mâle ne sera pris. Ils seront fusillés. Décision prise pour le peuple Héréro. J'anéantis les tribus insurgées dans des flots de sang et d'argent. C'est la seule semence pour faire pousser quelque chose de nouveau qui soit stable."


Dès août 1904, le général Von Trotha fit encercler les Hereros de façon à ce que la seule voie possible de fuite fût à l'Est, vers le désert du Kalahari dans un environnement ne leur permettant pas de survivre et pour s'assurer de la réussite de son plan, Von Trotha établit un cordon militaire le long du désert et fit empoisonner les points d'eau. Des milliers de civils furent victime de ce cruel châtiment. Pendant trois ans, une répression systématique fut exercée à l'encontre des Hereros: exécutions sommaires, pendaisons, enfants passés par la baïonnette, corps des suppliciés laissés en exemple.


A la fin du massacre, le bilan des victimes fut catastrophique: de 86 000 Hereros , il n'en restait plus que
15 000 à survivants en 1907. Une partie des survivants réussirent a fuir dans les colonies voisines, les derniers resistants furent enfermés dans des camps de travails, forcés à travailler dans des mines dans des conditions déplorable (manque de nourriture, de soin) privé de leur terre. Les femmes feront même office d'esclaves sexuelles auprès de nombreux officiers Allemands.


A la fin de la première guerre mondiale, lorsque l'Allemagne se vit retirer toute ses colonies Africaines, les colons anglais installés dans le pays voisin (Afrique du Sud) établirent un rapport accablant sur ces événements afin de pouvoir administrer le gouvernement Namibien mais en vain. Pendant des années, le massacre des Hereros a fut ignoré de la communauté internationale, en dépit des appels lancés, notamment aux Nations unies, par le chef Herero Hosea Kutako figure emblématique de cette période douloureuse.

Ce n'est qu'en 2004 soit 97 ans apres les faits que le gouvernement Allemand fit reconnu le génocide Herero et fut ses excuses officielles lors d'une cérémonie commémorative organisée au nord de la Namibie, par la ministre de la Coopération et du Développement Mme Wieczoreck-Zeul: "Nous Allemands, acceptons notre responsabilité morale et historique, je vous demande de nous pardonner " un geste qui fut salué par le gouvernement namibien et les derniers descendants Hereros, mais qui ne les a pas empêchés de réclamer à des réparations financières pour les dommages et les vols subits. Demande à laquelle la ministre a repondu par un accroîssement d'un soutient financier à la Namibie avec 12 millions d'euros par an. ""

Puis pour ceux qui parlent de « victimisation »  lorsque certains parlent de passé colonial, je répondrais à travers les dires de Marcel Dorigny ( Université paris 8 ).
Texte qui fait référence à la loi Taubira ( symbol de ce travail pour la reconnaissance ) qui pourrait sans doute être qualifier par Lefèvre d'une autre "repentance colonial", par lui, et aussi certainement référence à Petré Grenouilleau..

""Quant à la loi Taubira, qualifiant l’esclavage et la traite négrière de crimes contre l’humanité, faut-il se ranger derrière l’argument selon lequel il serait absurde que les Grecs d’aujourd’hui se repentent de l’esclavage organisé par leurs lointains prédécesseurs du temps des cités ? Un tel argument n’a aucune pertinence :

y a t il aujourd’hui une communauté identifiable qui puisse se dire directement issue de ces esclaves-là ? ( à souligner )


Non, assurément. Alors qu’à l’évidence des dizaines de millions d’afro-américains, y compris les Français des Antilles, sont le résultat direct de la traite négrière et de l’esclavage colonial et que leur quotidien reste profondément marqué par cette histoire douloureuse et récente.

Ne peut-on pas comprendre la différence entre des situations historiques éloignées l’une de l’autre de plus de deux millénaires ? ( à souligner )

Enfin, la loi votée le 10 mai 2001 n’est pas une loi de repentance mais de reconnaissance d’un passé tragique. Vouloir abroger la loi Taubira, au nom de la prétendue atteinte à la liberté de l’historien, est le signe manifeste d’une dramatique méconnaissance des réalités des sociétés d’outremer d’aujourd’hui, dans leurs revendications identitaires profondes, lesquelles ne dépendent pas des jugements portés par les historiens ; c’est ignorer combien cette loi a été l’aboutissement des nombreuses et anciennes revendications de ces sociétés, à travers leurs élus, leurs syndicats et leurs associations. En prétendant obtenir l’abrogation de cette loi, les signataires veulent-ils mettre le feu aux îles et renforcer les rangs de ceux qui parmi les originaires des DOM refusent aujourd’hui l’appartenance des Antilles, de la Guyane et de la Réunion à la République française en proclamant que cette République n’a jamais fait de place à leur histoire singulière dans sa mémoire nationale ? Il faut être lucide : revenir sur cette reconnaissance par la loi des pratiques criminelles de la traite négrière reviendrait à ouvrir un boulevard aux discours populistes et démagogiques de personnages troubles et dangereux, dont chacun peut mesurer les effets pervers des propos outranciers tenus sur les ondes ou diffusés à travers pamphlets et manifestes.""

Ne confondez pas les intentions malhonnêtes d’extrémistes qui se servent de cette histoire douloureuse pour les ex-colonisés et leur descendants ( français ou non ) afin d’assouvir des fins politiques, avec leur besoin historique de reconnaissance de ce passé encore trop flou dans la société française. D’autres pays du Nord ne réagissent pas forcément de cette façon ( ex : Espagne, Angleterre ). Vouloir mettre carte sur table sur cette histoire ne veux pas dire accuser les français d’aujourd’hui de quoi que ce soit. Cessez de vous sentir viser.

@ HL et Leclerc

Je prends en compte. Je ne considère pas Zemmour comme un raciste étrangement...j'ai été bien des fois d'accord avec lui. Mais s'il veut vraiment se faire comprendre, il ne peut pas balancer des choses comme celle-ci sans expliciter ce qu'il veut vraiment dire. J'ai vu cette émission, et eu le sentiment bizarre d'assister à un "show", si bien qu'il m'a donné plus l'envie de rire que l'envie de le prendre au sérieux ( d'autres ne l'ont pas pris à la rigolade par contre ) . Il aime prendre cette attitude de "provocateur", cela se voit et il le fait trop souvent ( pas tout le temps mais trop souvent ). Le manque de temps ? O.K. J'ai déjà vu bien des émissions avec un temps de paroles limité mais les protagonistes parfois tout aussi "controversé" que Zemmour arrivaient à argumenter en des temps records laissant leurs "adversaires quasiment chaos". Si bien que ceux-ci, faute d'argument ( car à l'évidence peu discutable ne sortait rien de plus que des attitudes d'indignées )et laissé encore plus de temps à ceux-ci pour continuer : affirmation, exemples, chiffres, diapo, complément historiques et politiques etc.
C'est la preuve que ce n'est pas impossible, et je crois que Zemmour pourrait largement le faire sauf qu'il préfère jouer le rôle qu'on lui donne : le provocateur. Et ça ne lui rend pas service...surtout en abordant des thèmes aussi discutable que celui-ci.


""on peut se demander si les positions de certains leaders comme Boutelja ne servent pas qu'à mettre de l'huile sur le feu et à encourager les jeunes beurs à saboter leur école, outil d'assimilation au colon donc d'aliénation. Résultat: combien parmi eux savent écrire correctement le français, et le parler? Vous voudriez qu'une entreprise subisse des quotas et doive engager des gens qui ne savent pas parler la langue du pays correctement""

Je comprends les inquiétudes que vous exposez ici et qui sont sans doute des inquiétudes partagés par beaucoup et légitimes à première vue. Cependant ( ce n'est que mon avis ), je ne pense pas que les questions coloniales qu'agitent certain pour justifier des actes violents ont une place immense dans le passage à l'acte. Il y a une frustration par rapport à cela c'est sûr.
La plupart de ces personnes ( les accusés ) sont jeunes et mis à part quelques rares exceptions, peu d'entre eux s'occupent d'affaires politiques, voir connaissent cette histoire colonial, ils savent qu'il y a un passé commun entre leur pays et la France mais l'histoire mêlée à des questions politiques quand on a 17 ans...c'est un peu le cadet de nos soucis.


D’autant plus que si un jour vous serez amener à faire le test, je suis que si vous leur demander pourquoi ils font ça, ils seront incapable de vous dire pourquoi…bien peu ( si aucun ) à mon avis vous sortirons un discours de justification par un discours politico-religieux sortis tout droit de la bouche d’un quelconque leader. Essayer de parler aux jeunes immigrés d’aujourd’hui de politique, voir même de moral et de religion, vous verrez vite dans leurs yeux qu’ils commencent à regarder les papillons et trouvent leur basket Adidas plus intéressante.
.
Je suis comme d'autres jeunes, enfant d'immigré, mes parents ne m'ont jamais rien raconté sur un quelconque passé colonial mais je m'y suis intéressée seule suite à quelques voyages et très récemment...
En discutant avec des jeunes ( d'origines différentes ) qui avaient ces mêmes centres d'intérêts, le résultat n'a pas été pour la plupart d'entre nous de vouloir casser des voitures afin de montrer notre indignation mais qu'ils se trompent sur les étrangers...force est de constater que de vieux réflexes passés ( on ne peut pas le nié ) étaient encore présent parmi les français de souche sur des questions comme celle-ci, et qu'il fallait travailler à ce qu'ils disparaissent par la CONNAISSANCE. Donc, vouloir brûlée des écoles ( premier lieu où se trouve la connaissance gratuite ) serait un peu contradictoire. Il y a encore des fossés entre les différents peuple en France ça c'est un fait mais surtout dûs à cause d'un manque connaissance des cultures de l'Autre, à vrai dire. J'ai vu une nette différence entre les comportements de ces deux « peuples » à travers Paris/Province par exemple.
A Paris les français de souche comme français de nationalité ont tendance à bien plus se mélanger qu'en province. Les français de souche parviennent souvent à faire ( à mon grand étonnement ) la différence entre camerounais, un congolais, un Zaïrois, un antillais...un marocain, un kabyle etc. alors qu'en province on dira plus...les noirs...les arabes...les chinois ( pour tout typé asiatique ). Où je veux en venir ? Eh bien à force de les fréquenter, ils les connaissent plus, donc évitent beaucoup d'amalgames, et en observant ces différences reconnaissent la richesse culturel qu'ils apportent, les différentes visions du monde et des peuples sans pour autant y adhérer. Ils n'ont pas plus peurs des musulmans que des chrétiens. Pourtant y a toujours des pré-jugées mais étrangement, ils changent de ceux que l’on connaissaient jusque là . En province, là où il y a moins d'immigrés, c'est plus durs... .

Les immigrés ont peut-être du mal à s'intégrer à la culture française mais on ne peux pas toujours dire que les français "conçoivent" réellement qu'il n'est pas vraiment possible d'abandonner ce qui fait partie de son identité…pour preuve, lorsque des expatriés français vont en Afrique, rares sont ceux qui se mêlent à la population. Ils construisent très souvent un "nouveau territoire" sur ce qui est déjà un territoire, et sous les yeux des habitants natifs. Ils devraient donc comprendre. Les chinois qui débarquent sont moins sectaires, ils se mêlent beaucoup au population même s'il privilégient leur communauté pour des raisons que l'on comprend ( proximité culturelle ).

De plus, il serait bon de constater que les propres parents issues des pays en question ne brûle pas de voiture, ne casse rien, il serait plus à même de demander des comptes pourtant. NADA pour la plupart d'entre eux. Pourtant leur tradition reste au coeur de leur vie. Trouver des origines ethnique ou religieuse à de la violence ou de la délinquance est pour moi une fausse piste.
Les jeunes qui font cela pour ma part, ce que j'ai observé dans plusieurs cités ( qui réunissaient principalement des immigrés ) et que j'ai habité durant mon enfance, se laissent surtout entraîné par des "effets de groupe". Il y a souvent que deux trois agitateurs, et les autres suivent de peur de "passer pour une baltringue".
C'est un peu à celui qui fera le plus de conneries sans avoir peur des représailles, qui sera le plus respecté et le plus à craindre aussi. Très souvent, dues à leur expérience parfois douloureuse dans les pays d'origine, les parents d'immigrés incitent bien plus leurs enfants à se faire une place dans la société, afin d'avoir le sentiment que la famille aie "progresser" et pour un meilleure avenir que le leur. Combien aiment à se vanter d'avoir des fils médecins, des filles avocates etc. Combien ces mêmes enfants ont déjà entendu en boucle : « tu sais pas la chance que tu as…moi à ton âge je devais faire ceci..cela…toi t’es devant la télé etc.
Souvent les parents réprimandent de telles actes, ce n'est pas une question de religion mais voilà, "il y a l'effet de groupe" et le faîte de vouloir l'intégrer pour ne pas être "la victime" ajouté au défi de narguer tout ce qui représente l'autorité, sentiment d’une forme de résistance …ce qui peut en pousser certain à démissionner de leur rôle de parent ( plus dans des cas extrême ). Les claques sont loin d’être suffisante, même si c’est devant tout le monde pour bien mettre mal à l’aise lol. Le problème je pense, sont surtout les influences. Ils s’entraînent chacun dans leur délire…et quand on se sent sans limite, tout est bon à faire.

Pour le reste, quand des jeunes arrivent avec un bac + 5, qu'il a fait ce qu'il faut pour pouvoir y arriver ( donc qu'il à une maîtrise quand même de la langue ) et que malgré tout il se retrouve au chômage, il commence à se poser des questions. ( ça existe aussi on peut pas le négliger )... On les retrouve aussi parmi les dealer à défaut de partir à l'étranger tenter sa chance. On les retrouve aussi parmi des jeunes qui se sentent humilier et frustrer d'avoir fait tout ça pour rien...même s'il est vrai que d'autres n'arrivent pas jusque là et se retrouvent tout autant parmi les dealers, c'est l'appât du gain facile pour les uns et un revenu pour les autres. Le contexte "cités" ne favorisent pas l'arrêt de cette économie, d'ailleurs le peu de français de souche que l'on retrouve aussi se laissent autant à faire partie de ces gangs ; parce que c'est leur contexte, leur famille en quelque sorte.
En déménageant dans un contexte bien plus différent, le peu d'enfant d'immigrés que j'ai côtoyé ne brûlait ni de voiture, ni ne cassait d'école mais été musulmans, athée, croyant peu importe et avaient bien tous le passé commun d'un pays colonisé. En revanche, un groupe loin d'être un gang, de jeune français de souche été sujet à de nombreuses plaintes de la part de mes voisins pour des tapages nocturnes et des vols...pour les avoir connut, je sais qu'il n'était pas méchants mais là aussi, la connerie était passé par là et parmi eux certains ne faisait que suivre le mouvement... . Demandez-leur pourquoi faire ça ? ( silence )
Bref, selon moi vous l'aurez compris les "problèmes possibles"ne sont sont pas vraiment religieux, ni culturelles ni à cause de discours d'extrémistes qui j'en suis sûr très peu d'entre eux ne connaissent. J'ai déjà écouté un certain Kémi Séba, j'ai été bien d'accord avec des discours qu'il a tenu qui peuvent paraître choquant pour certain mais pas mal argumenté tout de même...mais j'ai quand même pas eut envie de brûler des voitures...plus tard j'ai écouté Michel Colon, journaliste belge, et finalement il rejoignait le discours de Kémi parfois ( pourtant deux hommes opposés ). Des tas de facteurs sont en jeu, et bien plus importante que l’origine en question. Moi je penche pour une crise plus de « société » que d’origine.
Faut pas oublier qu'on est en France et que la double culture joue son rôle chez les jeunes, qui se construisent aussi bien avec la culture de ce pays que leur culture traditionnelle. Là aussi, c'est le contexte. Il y a des FATMA qui ont des copains, qui fûmes, qui vont en boîte alors que d'autres vont trouver cela très choquant sur la base des principes inculqué par leur famille d'origine.
C'est pour cela que je condamne les propos généralisant visant les immigrés...alors que même parmi les immigrés d'une même ethnie et d'une même culture les comportements ne sont pas du tout homogène.

En ce qui concerne le racisme de souche, là encore je pense qu’on a du travaille des deux côtés : Si je dois encore supposer que ce n’est pas du racisme de souche mais de problème de différence culturel trop différente, je vais prendre le cas des DOM. Particulièrement de la Guadeloupe que je connais, île ou archipel bien française pourtant. On devrait supposer que depuis le temps ( niveau assimilation y a pas mieux) de part l’Histoire, les problèmes devraient être résolus. C’est une terre aux influences multiples qui a su plus ou moins composé avec. Et pourtant…dans ces îles françaises, on constate que la plupart des entreprises et des hauts postes sont tenus par des français « souches » ou béké ( descendants de colon ) que de français plus basanés. Le L.K.P a souligné entre autre ses problèmes, et récemment des statistiques classaient la Guadeloupe parmi les départements français ou le taux de violence été le plus fort. La culture partagé est pourtant la même étant donné que noirs et blanc, plus tard autres étrangers, ont formé la culture guadeloupéenne.
En Martinique, un reportage « choquant » que j’ai regardé montrer des« békés » affirmer que ( en gros ) l’on ne pouvait pas vraiment se mélanger aux blacks, et que cela n’était pas une bonne chose. Ces mêmes « békés » ont le monopole de toutes les entreprises de l’île et les grèves et manif visaient à souligner les problèmes que connaissent les DOM. On ne peut pas TOUT expliquer par le racisme mais il est pour moi toujours là et dire qu’il ne participe ( que peu ou prou ) aux exclusions, que ce racisme n’est pas issue d’un passé « chargé » qui a été réglé dans les formes mais pas dans le fond pour moi est du négationnisme, et faire passer ceux qui le dénoncent pour des « victimistes » en est encore… . Voici un lien qui devrait faire réfléchir, un documentaire très parlant :


http://www.bondamanjak.com/a-la-une/6387-les-bekes-les-derniers-maitres-de-la-martinique.html



Je suis d'accord pour pointer les problèmes qu'ils gênent ou pas la conscience collective pour trouver des solutions. Seulement moi je suis gênée par des "causes" qui ne sont que des "constats", non représentatifs de surcroît dues aux nombres de dealers qui échappent encore aux stats et qui surfent sur le mouv' à la mode c'est temps-ci dans les médias et la politique. Les médias sont des instruments politiques visant à dominer l'opinion publique. Zemmour est pour moi malgré toutes ces bonnes "intentions" à cause de la posture qu’il prend, le archet d'un violon : comme lui, il sert à glisser sur les cordes de la musique politique ( en ce moment c’est les terroristes, l’Islam, les musulmans et les étrangers et on ouble la crise) pour qu’elle se diffuse. Musique que je trouve parfois sympa, parfois insupportable.

Sur ceux. Bonne continuation à vous tous malgré les points de vue divergeant.


Au fait : l'expression "jeunes beurs", ça aussi c'est très limite.


Ah ! La France.

Écrit par : ah la france | 21 août 2011

La longueur des commentaires commencent à me donner des "Zémmouroïdes"

Soyez bref même si vous avez de bonnes informations merci.

Écrit par : Pierre NOËL | 21 août 2011

@ Ah la France:

Beaucoup d'éléments de réflexion utile dans votre comm. J'apprécie que les visions contradictoires puissent nous faire aller plus loin.

Pour le mot "beurs", c'était fait exprès... Mais bah, il y avait bien les ritals, repris en chanson par un rital (Barzotti je crois), et cela ne choque plus guère. On ne peut vouloir gommer toute marque particulière d'origine et réclamer en même temps une légitimité pour le respect de la culture d'origine.

Je vous entends bien sur les statistiques. Il faudrait élargir le débat et oser dire les choses, sortir des chiffres qu'il faut ensuite analyser sous différents angles. Je crois cependant pouvoir m'avancer à dire que personne ne pense vraiment que l'origine africaine est culturellement ou génétiquement cause de délinquance. Ce sont d'autres circonstances qui fabriquent la délinquance.

Bon, par compassion pour Pierre je fais court et je m'arrête (quitte à revenir plusieurs fois...)

;-)

Pierre, sur vos "zemmouroïdes", passez donc de (Nau)l'eau fraîche........

:-)))

(hum... j'espère que cela ne fait pas rire que moi...)

Écrit par : hommelibre | 21 août 2011

Nous sommes deux! C'est le début de la constitution d'un groupe...

Écrit par : Pierre NOËL | 21 août 2011

Monsieur Zemmour,

Je voudrais revenir sur l' "affaire" dans laquelle vous avez été condamné pour « provocation à la discrimination raciale » en raison de vos propos sur les contrôles au faciès : « Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c'est comme ça, c'est un fait ».

Moi qui suis trafiquant depuis de longues années, je suis profondément choqué par vos propos : je ne vois pas pourquoi les Noirs et les Arabes seraient les seuls membres de notre vénérable profession à avoir l'honneur d'être cités. J’ai consulté quelques collègues à ce sujet et nous sommes unanimes : ni les Arabes ni les Noirs ne sont légitimes pour nous représenter, notamment au regard de leur risible chiffre d’affaire. Il n'y a donc aucune raison qu'ils reçoivent les honneurs à notre place.

Prenez mon ami Luigi, qui trafique entre l’Italie, l’Espagne et l’Amérique du sud pour fournir votre jeunesse dorée et vos animateurs de télévision en cocaïne , il génère des milliards d’euros de chiffre d’affaire chaque année : quasiment pas de Noirs et d’Arabes dans son métier, ou alors tout en bas de l’échelle, pour revendre les miettes.

Son cousin Rocco qui trafique les ordures toxiques entre Naples, la Roumanie et les côtes somaliennes est du même avis : il est même vexé que les Italiens ne fassent pas l'objet des touchantes attentions de la police nationale. Je me demande même s'il ne serait pas un peu raciste.

Piotr, ukrainien, proxénète et trafiquant de jeunes femmes de l’est confirme : pas de Noirs ou d’Arabes dans sa branche. Son frère Igor, trafiquant d’armes en Afrique travaille effectivement avec des Noirs mais ce ne sont que des clients, pas des partenaires.

Pour finir, mon ami Jean-Eustache, spécialiste du trafic d’influence, des produits financiers pourris et du blanchiment d’argent, que vous connaissez peut-être, éclate carrément de rire : la délinquance en col blanc rapporte bien plus que celle « à capuche » : pour lui, ce sont plutôt les hommes politiques, les banquiers et les hommes d’affaires qu’il faudrait systématiquement contrôler.

Alors franchement, que reste-t-il à vos Noirs et à vos Arabes, M. Zemmour ? Le hasch et les mobylettes ? Les téléphones ? Les incivilités ? Non ! la « plupart » (laquelle ?) des trafiquants ne sont pas noirs ou arabes. Vous devez confondre avec ceux qui se font choper.

J’ajouterai également qu’avant d’être noirs ou arabes, ils sont surtout pauvres, banlieusards et fils d’immigrés également pauvres (et souvent illettrés). Or l'on sait depuis longtemps (depuis toujours ?) que la pauvreté et l’ignorance sont les mamelles de la délinquance et que la couleur de peau n’a rien à voir là-dedans - sans quoi il faudrait mettre un continent entier en prison : les révolutions de jasmin nous montrent que ça ne dure qu’un temps.

En conclusion, au nom de mes illustres confrères trafiquants de tous poils, j'affirme donc bien haut que nous ne souhaitons en aucun cas être représentés par les pauvres qui remplissent les taules de votre pays, quelles que soient leurs origines : nous sommes riches, nous, Monsieur.

Nous sommes une confrérie honorable et, si je n'avais quelque respect professionnel pour le talent avec lequel vous trafiquez les idées, je vous referais bien le procès que vous avez perdu.

Tony Truand.
http://la.blanche.over-blog.com/article-lettre-a-eric-zemmour-n-44-6859

Écrit par : tibalte | 25 août 2011

@ Ah la france

"elle reste sur bien des positions à sa rencontre et pas de réponse pour l'instant :

évidement quelle n'en a pas de réponse. elle n'en vaut pas le peine.
c'est une bourrique pas autre chose qui a essayé de faire passer daniel lefeuvre pour un imbécile. il là bien moché dans sa réponse.

"Je rejoins C. Coquery-Vidrovitch sur la nécessité d’être vigilant face aux usages publics et politiques de l’histoire. Mais cette vigilance suppose, d’abord, des historiens qu’ils ne se trompent pas de métier. Ni juges, ni même juges d’instruction, ils ne sont pas là pour instruire le procès du passé et des acteurs de ce passé, fusse-t-il le passé colonial. Ils sont là pour l’étudier, principalement à partir des archives de toute nature que ce passé nous a léguées, pour le connaître et le comprendre. En s’attachant à défendre l’indéfendable et à contester l’incontestable, outre les remarques qu’elle appelle de ma part, la critique que C. Coquery-Vidrovitch fait de mon livre, sous prétexte de me donner une leçon d’histoire, conforte le mésusage de l’histoire dont elle s’inquiète par ailleurs."

"elle reste sur bien des positions"

t'appelle ça des positions.

"Ainsi, pour C. Coquery-Vidrovitch rien ne permettrait de repérer un courant d’opinion prônant la condamnation – et non pas la connaissance et la compréhension - du passé colonial de notre pays et exigeant de l’Etat, par la voix de ses plus hauts représentants, des manifestations de regrets et des demandes d’excuse auprès des victimes – ou plutôt de leurs descendants – de ce passé, sous le prétexte que ce courant serait hétérogène, constitué de personnalités diverses par leurs statuts comme par leurs motivations, s’appuyant sur des positions institutionnelles (Ligue des Droits de l’Homme ou MRAP) ou des organisations (Indigènes de la République) et bénéficiant d’un accès privilégié à certains médias (Le Monde diplomatique par exemple). Depuis quand, l’homogénéité d’un groupe de pression serait-il nécessaire à son existence ? "

cette historienne est juste bonne à chercher des poux dans la paille.

et continue d'affirmer que je sélectionne mes passages si ça t'amuse.

http://cvuh.free.fr/spip.php?article47

http://cvuh.free.fr/spip.php?article73

http://cvuh.free.fr/spip.php?article102

Écrit par : leclercq | 26 août 2011

@ Ah la france

"L'Algérie est loin de représenter toutes les colonies françaises. Je pensais qu'il mettrait en exergue la situation de TOUTES les colonies afin de prouver qu'elles ont + étaient un fardeau qu'une source de gain et de profit basé sur la soumission des peuples. Mais il ne parle que d'un cas apparemment ( je lirais quand même ). "

avant d'écrire ce genre de phrase un bon début serais de lire le livre !!!

"Tu me demandais sur quoi je m'appuyais pour parler de génocide en Afrique durant le colonialisme européen, je te laisse un exemple historique pas très connut ( normal ):

Le génocide Herero par les Allemands"

le colonialisme européen !!! tiens donc.

euh le sujet est sur les repentants en France, donc concerne uniquement le colonialisme français.

on ne va pas non plus ce repentir sur les excés du colonialisme allemands en tant que français.

" leur quotidien reste profondément marqué par cette histoire douloureuse et récente."

mais bien sur "si certaines associations leur rabattaient un peu moins les oreilles avec ça", comme dit patricia, il est plus utile de se prendre en main que d'exiger de la repentance, le nouveau dada des terroristes intelectuels.

"les signataires veulent-ils mettre le feu aux îles"

les habitants de ces iles départements français ne sonts pas fous, ils ne demanderonts pas l'indépendance, ils sonts si bien dans la douce protection maternante de la france, ils préférent revendiquer, s'apitoyer sur leur passé c'est tellement plus facile, en france les habitants de ces îles onts la réputation d'un ramassis de feignants vivants de l'aide publique c'est bizarrement le constat fait par toutes mes connaissances qui y on,ts été.

"Vouloir mettre carte sur table sur cette histoire ne veux pas dire accuser les français d’aujourd’hui de quoi que ce soit. Cessez de vous sentir viser."

arrête de mentir et de me prendre pour un lapin de trois semaines
ça ça ne s'appelle pas metttre carte sur table.

"Le premier péché des Repentants, selon l'historien, est l'anachronisme : il consiste à juger les événements du passé selon notre propre grille de valeurs, indépendamment du contexte. «Comment ne pas s'inquiéter des dangers dont cette conception de l'Histoire est porteuse ?» note Daniel Lefeuvre.

«Falsifier l'histoire, c'est tromper les citoyens, c'est fausser leur jugement», dit-il en prenant pour exemple la conquête de l'Algérie, dans laquelle certains, dont le président algérien Bouteflika, voient rien moins que le prélude des chambres à gaz !

http://www.herodote.net/articles/article.php?histoire=livreLefeuvrerepentance

les repentants ne mettent pas carte sur table ils falsifient l'histoire ce qui est totalement différent.

Écrit par : leclercq | 26 août 2011

@ Ah la france

"C'est la preuve que ce n'est pas impossible, et je crois que Zemmour pourrait largement le faire sauf qu'il préfère jouer le rôle qu'on lui donne : le provocateur. Et ça ne lui rend pas service...surtout en abordant des thèmes aussi discutable que celui-ci."

tu disais bien plus haut que les fraçais faisaient l'autruche, zemmour lui ne fait pas l'autruche dit qu'il y a probléme d'intégration ce qui est vrai, et sois disant dire cette vérité ça serait discutable, là faut arrrêter, un probléme ne peut se traiter que s'il est connu, analyser quantifier, ce que fonts les pays anglo-saxons et autres pays du nord de l'europe.

" je ne pense pas que les questions coloniales qu'agitent certain pour justifier des actes violents ont une place immense dans le passage à l'acte. Il y a une frustration par rapport à cela c'est sûr.
La plupart de ces personnes ( les accusés ) sont jeunes et mis à part quelques rares exceptions, peu d'entre eux s'occupent d'affaires politiques, voir connaissent cette histoire colonial, ils savent qu'il y a un passé commun entre leur pays et la France mais l'histoire mêlée à des questions politiques quand on a 17 ans...c'est un peu le cadet de nos soucis. "

ce qui est quand même étonnant c'est que ces deux auteurs que j'estime moi pas toi évidement particuliérement lucides sonts d'un avis tout à fait contraire, je sais j'ai déjà mis les liens.

http://www.communautarisme.net/Violences-dans-les-banlieues-regarder-la-realite-en-face_a646.html

"Cela implique l’acceptation de l’ambivalence de son histoire en étant conscient qu’aucun peuple en l’affaire ne dispose d’un blanc-seing et un patriotisme qui ne se confond pas avec le nationalisme chauvin et xénophobe. À l’inverse, toute une idéologie gauchisante minoritaire au sein du milieu associatif réduit l’histoire de notre pays à ses pages les plus sombres et renforce la mentalité victimaire des jeunes désaffiliés en présentant leur situation dans la continuité de celle qui fut celle des esclaves et des peuples colonisés. Cette idéologie travaille à l’encontre de l’intégration et elle peut recouper ou se trouver mêlée à des thèmes fondamentalistes musulmans. Sans nier les pages sombres de notre histoire, l’intégration implique la conscience des acquis de notre histoire et le partage d’un patrimoine culturel commun. "

Écrit par : leclercq | 26 août 2011

@ Ah la france

suite

http://www.communautarisme.net/Violence-subjectivites-immatures-et-ideologies-victimistes_a641.html

"La différence avec les années 90 est que certaines idéologies ont été abondamment diffusées par des groupes associatifs et politiques, et ont donné lieu à des versions internet très violentes. Notamment toutes sortes de discours qui héroïsent et justifient les actions violentes en leur fournissant une explication stéréotypée jouant de l’inversion de culpabilité. Ce sont ces discours simplistes et manichéens, qui vont fournir une cohérence et une identité en liant des éléments chaotiques et en leur donnant une apparence de sens. Ainsi, à cette immaturité subjective se superpose une posture d’ex-colonisé, indigène de la République, victime du néo-colonialisme républicain, descendant d’esclave, victime du racisme et des discriminations, condamné au chômage ou au rejet sur le seul critère de son appartenance ethnique. Ces idéologies sont d’autant plus propagées et facilement intégrées qu’elles reposent sur une base de vérité, importante à reconnaître et à faire connaître, et que du coup, elles touchent une corde sensible dans l’opinion. Le racisme, l’exploitation et l’humiliation des dominés, c’est ce que nous ne voulons plus ni subir, ni faire subir, pour nous-mêmes ni pour nos enfants. Les enfants apprennent très tôt, et intuitivement, à utiliser les arguments qui leur donnent prise sur les émotions des adultes : il n’est pas sûr qu’ils auraient été convaincus par ces références mémorielles bien lointaines, et parfois complètement en porte-à-faux par rapport avec la réalité de leur filiation, s’ils n’avaient perçu d’abord le pouvoir d’intimidation qu’elles leur donnent sur les « autres » (le prof, le journaliste…). C’est le propre de l’idéologie, d’être non pas un mensonge ou une erreur, mais une vision tronquée de la réalité, mystifiante du fait qu’elle est simpliste et univoque. "

Écrit par : leclercq | 26 août 2011

@ Ah la france

suite

"De plus, il serait bon de constater que les propres parents issues des pays en question ne brûle pas de voiture, ne casse rien, il serait plus à même de demander des comptes pourtant. NADA pour la plupart d'entre eux. Pourtant leur tradition reste au coeur de leur vie. Trouver des origines ethnique ou religieuse à de la violence ou de la délinquance est pour moi une fausse piste."

une fausse piste. Ah là je ne crois pas.

http://christinetasin.over-blog.fr/ext/http://www.bivouac-id.com/2009/05/15/un-psychologue-danois-%e2%80%9cl%e2%80%99integration-des-musulmans-dans-nos-societes-occidentales-est-impossible%c2%bb/

"D’un point de vue psychologique et humaniste, il est très clair que des personnes de cultures différentes ont des besoins différents, quand ils ont ou quand ils créent des problèmes. Ma propre expérience est que les musulmans ne comprennent pas notre façon toute occidentale de gérer les conflits par le dialogue. Ils sont élevés dans une culture comportant des figures d’autorités et des conséquences externes à l’individu et très bien définies. La tradition occidentale, qui utilise compromis et introspections comme principaux outils pour gérer les conflits tant intérieurs qu’extérieurs, est considérée comme une faiblesse dans la culture musulmane. Dans une large mesure, ils ne comprennent tout simplement pas cette façon plus douce et plus humaniste de traiter les affaires sociales. Dans le contexte du travail social et de la politique, cela signifie que l’individu a besoin de plus de limitations et de conséquences plus sévères pour être en mesure d’adapter son comportement."

notre culture materne les immigrés, dans ce cas ils ne peuvent pas nous respecter, et comment auraient-ils envient de s'intégrer dans une culture qui ne force pas leur respect, et ça on le voit tous les jours dans la négation du racisme anti-blanc qui évidement pour toi n'existe pas,
ce n'est pas à appliquant des lois contre le racisme qu'on favorisera l'intégration mais le contraire, ce ne sonts que des lois malhonnêtes pour défendre un groupe particulier, qui amplifient le communautarisme pas autre chose, des lois déconnectées de la réalité.

"C'est un peu à celui qui fera le plus de conneries sans avoir peur des représailles"

voilà le résultat du maternage de notre société.

ces jeunes sonts en manque éducatif, nos structures sonts incapables

d'aider les familles donts ils sonts issus, d'aider les péres, l'école ne joue plus son rôle, les jeunes beurs onts un comportement inadmissible dans l'école républicaine, elle ne sait plus punir être coercitive.

http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/984000424/0000.pdf

"3 - des difficultés spécifiques liées à l'immigration, qui se sur-ajoutent à cette
question du père, de son rôle. Ainsi, quel peut-être l'accompagnement des différences, parfois
même des distorsions entre le rôle communautaire qui peut-être reconnu aux hommes dans leur
culture d'origine et la négation de celui-ci par la société française ? Quelles sont les conséquences du
chômage, qui touche 30 % des populations immigrées, et ne sont-elles pas plus dévalorisantes
famlialement compte tenu d'une certaine fragilisation de ces personnes vivant des mutations
culturelles profondes au niveau personnel et au niveau collectif ? "

Écrit par : leclercq | 26 août 2011

@ Ah la france

http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/984000424/0000.pdf

Dans ce tableau général, une place particulière doit être réservée à la situation
d'immigration. Eloignés de la famille élargie restée au pays à laquelle ils ont souvent
des comptes à rendre, exposés au chômage, astreints à des travaux peu rémunérés,
dépourvus dans les premiers temps d'un réseau relationnel apte à les soutenir, les
pères de familles immigrés paient d'avance le prix d'une aventure qui ne peut être
épanouissante qu'à long terme.
Dans le contexte français, la liberté donnée aux enfants d'aller et venir, la
confiance excessive faite aux enseignants, la valeur accordée à l'administration de
châtiments corporels sont générateurs de malentendus culturels qui peuvent avoir des
conséquences graves. L'intervention des services sociaux et surtout du juge des enfants
est vécue comme une violence faite à l'intimité familiale, et une disqualification "a priori"
du père, dont la révolte culturelle consiste alors à se mettre en retrait (10).

"I.3.3 La crise des significations imaginaires sociales
- Ce phénomène a été mis en lumière dès 1982 par Cornélius CASTORIADIS (26) ;
pour cet auteur, il ne peut y avoir de société qui ne se représente pas comme étant
quelque chose. Tout individu appartenant à une société doit être porteur de cette
représentation ; c'est une condition vitale de son existence psychique. Or on assiste
.../...
dans les dernières décennies à un effondrement de l'auto-représentation de la
Société, à une crise des significations imaginaires sociales qui ne fournissent plus aux
individus les normes, valeurs, repères et motivations leur permettant de se maintenir
dans un équilibre vivable. Les représentations du monde ne sont plus structurées, les
finalités désignées. Il en résulte une atomisation qui n'a rien à voir avec l'autonomie.
L'inquiétude perpétuelle, le changement constant, la soif du nouveau pour le nouveau et
du plus pour le plus, caractérisent une société qui n'apparaît plus que comme une
contrainte aux individus qui la composent et ne suscite plus le dévouement."

une justice qui ne joue plus son rôle.

Jean-Marie Petitclerc

Enfermer ou éduquer ? Les jeunes et la violence

P. Jean-Claude Faivre d'Arcier

Paris, Éd. Dunod, 2004. - (14x22), 160 p., 14,50 €.

Esprit et Vie n°129 - juin 2005 - 1e quinzaine, p. 24-27.

Jean-Marie Petitclerc est prêtre salésien de Don Bosco, polytechnicien et éducateur spécialisé. Il a fondé l'association « Les Messagers », puis l'association pour la promotion des métiers de la ville, « Promévil ». Il dirige actuellement, à Argenteuil, l'Institut de formation aux métiers de la ville (IPMV). Il est l'auteur de nombreux articles et ouvrages, dont Les nouvelles délinquances des jeunes (Éd. Dunod, 2000) et Pratiquer la médiation sociale, un nouveau métier de la ville au service du lien social (Éd. Dunod, coll. « Action sociale », 2002).

« Ne tardez pas à vous occuper des jeunes, sinon ils ne vont pas tarder à s'occuper de vous ! », voilà le slogan que répétait le grand éducateur Jean Bosco dans les années 1880, à l'heure où la révolution industrielle entassaient des milliers de jeunes, à la recherche de travail, dans les faubourgs des grandes villes.

L'auteur de cet ouvrage s'inspire de la « méthode préventive » de J. Bosco, fondée sur :

la confiance en la jeunesse, qui n'est pas d'abord un problème mais une chance pour la société,

une alliance entre les jeunes et l'éducateur, car il ne s'agit pas de « faire pour » mais de « faire avec » les jeunes.

Mais, « à chaque époque de l'histoire, lorsque la société a tendance à se laisser déborder par une part importante de sa jeunesse, des voix se lèvent pour préconiser l'enfermement des adolescents les plus turbulents ». En partant d'une bagarre, très médiatisée, qui a eu lieu au centre commercial de La Défense en janvier 2001, J.-M. Petitclerc souligne deux évolutions récentes de la délinquance des jeunes d'aujourd'hui :

une non-intégration des repères d'une vie en société par les jeunes,

une décrédibilisation des adultes dans leur rôle de régulateurs de la violence.

Si on laisse les jeunes penser que la violence est la manière la plus efficace pour régler leurs conflits, c'est qu'il y a, à la base, un problème d'éducation. C'est donc que le problème de la violence des jeunes est avant tout un problème d'adultes : pourquoi les adultes ont-ils plus de peine qu'autrefois à apprendre aux jeunes générations à gérer leur agressivité et à réguler leur violence ?

Pour répondre à cette question, l'auteur analyse les trois principaux lieux où vivent les jeunes, chacun véhiculant une culture spécifique :

la famille, marquée par ses traditions d'origine,

l'école, inscrite dans la tradition républicaine française,

la rue et la cité porteuses, elles aussi, de valeurs propres comme la loi du plus fort ou le sens de l'honneur.

Trop souvent, au lieu de se valoriser mutuellement, les adultes qui animent ces trois lieux différents, se disqualifient les uns les autres devant les jeunes. Or, l'évolution de notre société provoque une triple crise :

- Une crise de l'autorité qui rend difficile la transmission des repères. Depuis les années 1968, une position de pouvoir ne confère plus, automatiquement, l'autorité ; celle-ci repose aujourd'hui sur la crédibilité de celui qui en est porteur. Or, on assiste à une disqualification des pères pour de nombreuses raisons (chômage, fragilisation du couple parental, déstabilisation devant les évolutions technologiques…). L'échec scolaire, source de dévalorisation, est générateur de violence et amène souvent à remettre en cause la crédibilité des enseignants. L'État lui-même subit une crise de son autorité, directement liée à la perte de crédibilité de ses acteurs institutionnels. On trouve qu'ils n'ont pas de limites, qu'ils sont mal élevés, mais par qui ?  - Une crise de confiance en l'avenir qui n'aide pas à élaborer des projets de vie. Les adultes inquiètent les jeunes en ressassant devant eux leurs peurs du chômage, de la pollution, du terrorisme, etc. (63 % des jeunes interrogés par la JOC, lors de son rassemblement national à Bercy, le 4 mai 2003, se disaient inquiets pour leur avenir). Et les médias jouent un rôle d'amplificateur de ces peurs. Aussi, n'ayant pas confiance en leur avenir, les jeunes sont tentés par les discours et les comportements du « tout, tout de suite » qui sont générateurs de violence. L'adolescent ne sait pas attendre et travailler à la réalisation d'un projet à long terme. Cette situation emmène souvent les jeunes de la « galère » à la « déprime ». Le suicide représente aujourd'hui la deuxième cause de mortalité des jeunes de vingt-cinq à trente-quatre ans, après les accidents de la route.  - Une crise de l'apprentissage de la socialisation qui se manifeste par des difficultés croissantes dans le rapport à la loi. Dans les familles, de nombreux parents cherchent à constituer des îlots affectifs et ils ont du mal à savoir dire non à leurs enfants. Dans notre société individualiste, le citoyen ne se sent plus concerné par l'éducation des enfants des autres et n'ose plus intervenir devant les transgressions des jeunes dans l'espace public. L'adolescent peut faire n'importe quoi dans la rue, personne ne le sait plus à la maison. Il ne reste plus alors que l'école pour assurer un apprentissage d'une responsabilité citoyenne. Or celle-ci n'y est guère préparée : autrefois, les jeunes avaient appris à « vivre ensemble », au moins en groupe, avant de venir en classe ; aujourd'hui, ce n'est plus le cas, et c'est de l'école qu'on attend cet apprentissage. L'auteur, citant l'étude du professeur D.-J. Duché [1], dénonce aussi une féminisation excessive des professions éducatives (p. 62) : « cette évolution rend difficile chez l'adolescent une identification masculine ». Il ajoute : « Les seuls hommes qu'ils rencontrent sont les policiers ! Alors, ils recherchent cette confrontation […]. Les jeunes ont besoin de cette parité homme-femme dans l'accompagnement éducatif. » Devant ces difficultés, la tentation est forte de chercher des solutions faciles comme les « centres fermés », alors que toute l'histoire de l'éducation nous apprend qu'ils ont amené des résultats catastrophiques ! Toute institution fermée est forcément génératrice de violence : c'est une prison, un lieu d'exclusion sociale ; comment pourrait-elle favoriser une réinsertion ?  Alors, comment agir face à cette situation ? J.-M. Petitclerc propose quatre domaines d'action.

1) D'abord, comprendre les jeunes et leurs raisons d'agir, pour les responsabiliser. Comme le souligne Guy Coq, plutôt que de chercher des causes, ne vaut-il pas mieux parler de « prétextes à la violence » ? Le recours à la délinquance peut être provoqué par trois raisons :

l'expression d'un mal-être. Derrière le plus violent se cache souvent le plus souffrant,

une affirmation paradoxale de soi. La violence constitue, pour certains, un appel ou une protestation,

une stratégie d'action, banalisée par la télévision qui déconnecte la violence de la souffrance qu'elle provoque et qui identifie le virtuel au réel. Cette banalisation de la violence médiatisée entraîne un déplacement des normes et une diminution de la culpabilité.

2) L'auteur préconise ensuite de favoriser la prévention par le développement de l'expression sous toutes ses formes, en particulier dans le domaine de la culture et du langage symbolique.

3) Il invite aussi à développer la prévention par la médiation : être médiateur, c'est savoir se placer « au milieu » pour être un pont entre deux partis ; l'intervention d'un tiers ouvre une relation triangulaire dans laquelle la communication redevient possible pour passer d'une logique du « toi ou moi » à une logique du « toi et moi », seule capable de construire la paix.

4) L'auteur demande enfin de ne pas oublier la prévention par la sanction : en s'opposant fermement à toute transgression de la loi, en refusant le chantage, on rend possible un dialogue réel. Réagir, c'est sanctionner, et non punir, en rappelant les limites et en obligeant à réparer. En sanctionnant un acte, on responsabilise la personne ; tandis qu'en punissant une personne, on se contente de l'humilier. Pour cela, il invite à harmoniser les politiques : remplacer la prévention par la seule dissuasion est insuffisant. L'essentiel reste la prévention, mais s'il y a passage à l'acte, il faut réagir car seule la sanction permet de prévenir la récidive. Toute politique de prévention doit comporter un coté persuasif et un coté dissuasif. Pour développer cette politique de prévention - médiation - sanction, il faut former des professionnels qui soient capables de tolérer les personnes et de sanctionner leurs comportements délictueux.

Enfin, il faut promouvoir la cohérence sur tous les plans : le premier droit de l'enfant, aujourd'hui, n'est-il pas le droit à la cohérence des adultes qui l'accompagnent ? Cela demande de développer le dialogue entre l'école, la cité et la famille, d'y promouvoir le rôle des parents, d'éviter les ruptures en mettant en place une vraie coopération entre les adultes qui s'occupent d'un jeune et de déployer une notion de « trajet » qui unifiera les différentes étapes de sa vie.

Pour parvenir à cela, J.-M. Petitclerc propose de créer des pôles d'accueil des jeunes pour les aider à mettre en place des projets, de créer des structures d'internat (« Maisons de l'espoir ») pour accueillir les jeunes qui ont besoin d'une mise à distance momentanée de leur quartier. Afin d'enrayer la spirale de la violence des mineurs, il estime qu'un bon programme devrait reposer sur trois priorités : recréer les conditions de l'innovation, travailler les réponses à la primo-délinquance et repenser la formation des personnels éducatifs.

Pour lui, une politique de la jeunesse doit avoir comme priorité l'apprentissage du « vivre ensemble », par la découverte et le respect des différences, par l'instauration d'une mixité sociale qui ne peut pas être obtenue seulement par une politique du logement, mais aussi par une politique de l'éducation. Pour y parvenir, il propose un certain nombre d'idées comme : revoir la carte scolaire, développer les internats, proposer un mois de service civil durant l'été de ses dix-huit ans… Conclusion : l'urgence éducative est l'affaire de tous !

J'ai lu avec intérêt ce livre qui récapitule un certain nombre de réflexions qui circulent dans le milieu des éducateurs spécialisés. Sans apporter de nouveauté particulière, il propose tout simplement une attitude de bon sens, faite d'écoute, de respect et de recherche commune de la part de tous ceux qui ont la responsabilité d'accompagner les jeunes aujourd'hui, en les invitant à soutenir, avant tout, les parents dans leur tache difficile.

[1] D.-J. Duché, Le mal-être des adolescents, Paris, Éd. Hermann, coll. « Ouverture médicale », 1994.


"Dans les familles, de nombreux parents cherchent à constituer des îlots affectifs et ils ont du mal à savoir dire non à leurs enfants. Dans notre société individualiste, le citoyen ne se sent plus concerné par l'éducation des enfants des autres et n'ose plus intervenir devant les transgressions des jeunes dans l'espace public. "

"4) L'auteur demande enfin de ne pas oublier la prévention par la sanction : en s'opposant fermement à toute transgression de la loi, en refusant le chantage, on rend possible un dialogue réel. Réagir, c'est sanctionner, et non punir, en rappelant les limites et en obligeant à réparer. En sanctionnant un acte, on responsabilise la personne ; tandis qu'en punissant une personne, on se contente de l'humilier. Pour cela, il invite à harmoniser les politiques : remplacer la prévention par la seule dissuasion est insuffisant. L'essentiel reste la prévention, mais s'il y a passage à l'acte, il faut réagir car seule la sanction permet de prévenir la récidive. Toute politique de prévention doit comporter un coté persuasif et un coté dissuasif. "

" L'adolescent peut faire n'importe quoi dans la rue, personne ne le sait plus à la maison. Il ne reste plus alors que l'école pour assurer un apprentissage d'une responsabilité citoyenne. Or celle-ci n'y est guère préparée : autrefois, les jeunes avaient appris à « vivre ensemble », au moins en groupe, avant de venir en classe ; aujourd'hui, ce n'est plus le cas, et c'est de l'école qu'on attend cet apprentissage. L'auteur, citant l'étude du professeur D.-J. Duché [1], dénonce aussi une féminisation excessive des professions éducatives (p. 62) : "

"En revanche, un groupe loin d'être un gang, de jeune français de souche été sujet à de nombreuses plaintes de la part de mes voisins pour des tapages nocturnes et des vols...pour les avoir connut, je sais qu'il n'était pas méchants mais là aussi, la connerie était passé par là et parmi eux certains ne faisait que suivre le mouvement... . Demandez-leur pourquoi faire ça ? ( silence )"

le jeune français de souche aussi est en manque éducatif, la différence avec l'immigré c'est que l'immigré a encore des difficultés supplémentaires.

sa religion, les dégats fait sur lui par les associations victimistes.

http://www.communautarisme.net/Violence-subjectivites-immatures-et-ideologies-victimistes_a641.html

"Ce sont des apprentissages premiers qui se sont mal réalisés et toute prévention devrait d’abord concentrer ses efforts sur la petite enfance et l’enfance, à l’école, dans l’encadrement éducatif de proximité et dans le soutien aux familles, car il est probable que ces ratages éducatifs viennent en partie de déstructurations familiales, dont les causes sont diverses et complexes, jamais réductibles à un seul facteur (et certainement pas à l’Islam). C’est aussi par là qu’on pourra comprendre pourquoi les jeunes issus de l’immigration africaine des vingt dernières années sont surreprésentés dans cette dérive anomique, souvent autodestructrice, parfois délinquante – ce sont ces familles, issues de mondes traditionnels eux-mêmes fragilisés, qui sont le plus désaccordées à une société post-moderne qui les déstructure à bien des égards. Les diffractions symboliques, inévitables dans toute acculturation, produisent ici du chaos, où il n’y a pas tant une perte de repères qu’une pléthore d’injonctions contradictoires et désarticulées, dans une immense confusion. Il est d’autant plus remarquable que certains réussissent à se construire malgré toutes les conditions défavorables. C’est en observant ces parcours exceptionnels, les conditions qui les ont rendus possibles, qu’on peut mettre en place des accompagnements pour aider les familles à aider leurs enfants, pour aider les établissements scolaires à exercer au mieux leur rôle éducatif. "

les institutions policiéres ne sonts mêmes plus respectées. ni soutenues par l'état maternant, rien d'étonnant finalement à ce qui se passe.


http://www.lepoint.fr/societe/denis-policier-a-la-bac-le-flic-est-un-sous-citoyen-28-07-2010-1219604_23.php

http://xerbias.free.fr/blog/index.php/2010/01/21/453-aujourd-hui-la-police-ne-doit-plus-poursuivre-les-voleurs

""En ce qui concerne le racisme de souche, là encore je pense qu’on a du travaille des deux côtés : Si je dois encore supposer que ce n’est pas du racisme de souche mais de problème de différence culturel trop différente, je vais prendre le cas des DOM."

comment parler du racisme anti-français en parlant du cas des DOm Tom
tu le dit toi même du cas, ce n'est pas du tout le même contexte ça n'a strictement rien à voir c'est un autre monde trés différent de la métropole.

Écrit par : leclercq | 26 août 2011

ce week-end j'ai cotoyé un ami qui vient de faire des chantiers au Gabon et au nigéria, son analyse se supperpose avec celle de pierre noël, citée plus haut,
il lui fallait quatre ouvriers africains pour faire le travail qu'un seul aurait pu faire, son analyse se supperpose aussi avec celle de freddy boller que j'ai cité plus haut, tu peux penser être trés ami avec un et demain il peu te voler, te massacrer à coup de machettes, parce le régime a changer et on les exhorte de tuer les blancs, et il en sera fier devant ses ami, si tu veux les faire travailler mets en un chef et il traitera ses ex collégues d'hier comme des chiens. il dit que dans leur culture il est normal de profiter des autres et les plus grands profiteurs sonts encore les dirigeants qui onts fait des études chez nous, il est vrai que leur plus grand probléme c'est d'avoir à manger pour le lendemain, ceci explique peut-être celà, en plus de celà une certaine tendance à nous rendre responsables de tous leur probléme.

Écrit par : leclercq | 29 août 2011

@ Ah la france

"Les immigrés ont peut-être du mal à s'intégrer à la culture française mais on ne peux pas toujours dire que les français "conçoivent" réellement qu'il n'est pas vraiment possible d'abandonner ce qui fait partie de son identité…"

ce qui font l'effort y arrivent, j'ai acheté l'année derniére à Vaux en Velin une clio 1 Rsi, à un couple d'immigrés, avec du personnel, leur affaire de revente de véhicules d'oaacssion marche trés bien,

un deuxiéme exemple, j'ai acheté un trafic diesel, à Chassieu, il y a 4 jours, pareil un couple d'immigrés, avec du personnel, ils sonts installés depuis trois ans, au début ça n'a pas été facile le temps de se faire connaitre, et depuis tout vas bien, la femme plus jeune que le mari, 28 ans, compétente débrouillarde, sympa, ils sonts spécialistes des petits utilitaires.

Écrit par : leclercq | 05 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.