22 décembre 2010

Mais pourquoi donc dieu nous fait-il la guerre?

Une chose me fait question depuis longtemps, depuis le temps où je lisais la bible en croyant à ce qui s’y disait: pourquoi dieu fait-il autant la guerre aux humains? Soit il guerroie contre les «incroyants» - entendez ceux qui ne se prosternent pas devant lui - et pour cela ses fidèles sont instrumentalisés comme son bras armé. Soit il fait la guerre à ses propres adeptes en les soumettant à la tentation, en leur promettant la plus grande souffrance s’ils agissent selon leur propre morale.


dieu-colère1.jpgMais à quoi donc joue dieu, s’il existe? Pourquoi mettre l’humain devant la tentation du fruit défendu, en sachant très bien ce qui va se passer (puisqu’il est tout-puissant et omniscient)? C’est carrément moche. Ah oui, on prétend que dieu laisse le libre arbitre à l’Homme. Ben tiens, un libre arbitre sérieusement écorné et sous contrainte. Une volontaire soumission, oui, pas une liberté. Une soumission, à l’image de la soumission des «petits» envers les «puissants». Les religions sont malheureusement des modèles de soumission.

Mais aussi de l’insoumission: David contre Goliath est un exemple typique de la non-soumission. Non-soumission à la hiérarchie et à la loi du plus fort. Mais l’insoumission  à dieu, elle, est sanctionnée le plus durement qu’on puisse imaginer. Quand Adam et Eve mangent la pomme, ils sont chassés du paradis pour des générations et des générations. Dieu aurait pu les tuer sur place: pensez donc, des êtres aussi imparfaits, qui démontrent à ce point son incompétence à faire d’un coup un monde parfait. Non, il choisit de les faire souffrir très longtemps. On peut toujours dire qu’il y a le rachat. Mais n’eût-il pas été plus simple de ne pas mettre les humains dans cet état de guerre? A croire que si dieu a vraiment créé les humains, il doit prendre plaisir à les voir rebelles. Et dieu parle tellement de ses ennemis (mais comment donc pourrait avoir des ennemis?) qu’on se demande s’il n’en a pas besoin pour justifier ses prétention à diriger les consciences.
DIEU-COLERE2.jpg
Dieu nous fait la guerre. Le dieu des chrétiens fait la guerre aux chrétiens désobéissants et aux non chrétiens. Le dieu des musulmans fait pareil avec les musulmans. Et en plus ils se font la guerre en eux! Leur vendetta est dérisoire: «Je suis le meilleur», «Non c’est moi!». Les religions continuent à se faire la guerre et je ne suis pas bien sûr qu’elles vont s’arrêter.

Et chaque dieu unique (parce qu’il y en a forcément plusieurs, sinon il ne ferait pas se battre entre eux ses fidèles) brandit ses  victoires. Dieu fait-il du dédoublement de la personnalité? Admettons-le: nous avons affaire à un dieu dominateur. Ou du moins la représentation que nous en faisons est calquée sur la domintion, la puissance, la toute-puissance. Tout à l'image du pouvoir humain. Avec la différence qu'un humain peut être attrapé et détrôné. Essayez donc d'attraper dieu - d'attraper une idée...

Bref. Ce dieu qui met la guerre chez les humains, qui les divise, n’offre aucun intérêt. Il fait exactement comme les humains. Hier je me demandais comment dieu se valide. Aujourd’hui je m’étonne que l’on accepte l’idée d’un dieu qui divise. La religion est censée «relier». Elle en est bien loin: elle forme des clans qui finissent par s’imposer dans le sang. Dieu est bien une projection humaine. Et je ne comprends pas que l’on se soumette à une création imaginaire faite pour diviser les humains et propager la guerre.

20:56 Publié dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : religion, dieu, chrétiens, musulmans, islam, croyant, soumission, domination, guerre, adam, ève | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Malheureusement peu de gens sont prêts à accepter la seule réponse à toutes les questions que vous soulevez: les hommes ont créé tous les dieux, dont Dieu aussi, à leur image. Depuis l'Antiquité déjà, certains ont essayé de faire passer ce message, sans succès, et nous ne réussirons pas mieux que nos prédécesseurs plus prestigieux et plus sages.

Écrit par : Mère-Grand | 22 décembre 2010

Apprendre à connaître Dieu, ce n'est pas apprendre à faire la guerre à son voisin ou à soi-même. Peut-on grandir sans Dieu? J'ai déjà répondu oui à cette question. Par contre grandir sans Dieu, c'est avoir décidé que l'inconnu n'existe pas, que la finitude de notre monde rejoint la finitude de notre âme. Mourir c'est disparaître à tout jamais. D'où l'absurdité de la vie, du Bien et du Mal, de la souffrance, du bonheur, de la joie d'aimer. Faire le bien sur Terre alors que d'autres font le mal et nous font du mal n'a aucun sens valable sans référence à Dieu. Pourquoi ne pas s'amuser à voler l'autre, à tromper tout le monde, à usurper le pouvoir, etc? La logique du bien n'a aucun sens dans un monde où règne tant de mal entre nous si Dieu n'existe pas. Car alors qui va encore oser demander au pauvre de ne point voler, au riche de partager avec les pauvres, à l'homme et à la femme d'être fidèle en amour. Si Dieu est mort, aucune chance d'un bien commun car l'homme a une vie beaucoup trop courte pour s'enticher de morale qui ne serait valable que pour son temps terrestre alors qu'autour de lui beaucoup de femmes et d'hommes lui font et lui offre du mal dans l'existence. Rendre le bien pour le mal est un concept divin. Dieu en lien avec l'Humanité reliant les Hommes entre eux.

bonne soirée.

Écrit par : pachakmac | 22 décembre 2010

"Si la nature a pu concevoir des êtres , qui conçoivent Dieu à leurs tour, c'est bien qu'il existe dans la nature des choses. Car l'être humain ne peut rien concevoir qui n'existe déjà dans la nature !"

J'adore ces sortes de "preuves" ontologiques. Car elles représentent un double aspect. D'abord une sorte de tour de passe- passe intellectuel plein de malice et ensuite cette espèce de sagesse très basique qui résonne finalement bien.
Car en effet, pouvoir le projeter lui signifie bien une réalité.

Il est nécessaire, je crois de différencier le portrait du Dieu des religions classiques avec "la notion de Dieu".
Pour ma part, sur ce coup là, je suis assez pour vivre et laisser vivre. Parce je crois en l'utilité de pouvoir projeter quelque chose et pour rien aux monde je ne tenterai de détruire une projection utile à quelqu'un uniquement parce que je pense avoir raison. C'est comme descendre à coup de rationalité cynique l'idéal d'un ados qui aimerait refaire le monde. C'est une manière de lui couper les ailes pour vivre.

Maintenant si ce genre de projection devient une inflation véhémente comme dans certaines religion, alors oui, il faut donner un coups d'arrêt !

Mais attention de ne pas jeter le bébé avec l'eau du bain.

Nous avons tous besoin de projeter et les dieux du Panthéon nous font comprendre notre dramaturgie psychologique.
Le Dieu hébraïque à la source des trois grandes religions actuelles a été d'abord un Dieu jaloux avec une face sombre qui soumet l'homme à des épreuves cruelles comme avec ce pauvre job ou quand il ordonne à Abraham d'offrir son fils en holocoste.
Puis il a évolué avec le christianisme en Dieu d'amour, certes avec le paradis et l'enfer etc. etc. C'est comme un reflet de l'évolution de ce que l'homme parvient à concevoir avec sa formidable puissance psychique.

Le dogme scientifique aujourd'hui est un peu sec et ne permet pas de projeter beaucoup d'émotion.
Les premiers homo sapiens poussés par des pulsion émotionnelles non maîtrisées ont d'un coup libéré leurs projections sur des parois de pierre et ont donné les premières représentations artistiques, symboliques et religieuses. Magnifiques d'instinct. Il reconnu que c'est par cette dimension que l'homme a évolué dans une conscience et non par un développement progressif de la raison.

Alors critiquer la religion dans ses inflations guerrières oui, mais laisser une place à une "notion divine" me parait être sage pour continuer l'évolution émotionnel de grandeur ou de lumineux que nous avons tous au fond de nous.

Après tout, même Descartes s'est fait cette petite démonstration de preuve ontologique.

Écrit par : aoki | 22 décembre 2010

Pachakmac: cependant les religions finissent toutes par faire la guerre.

Qu'y aurait-il d'absurde dans le fait de disparaître à tout jamais en tant qu'entité individuelle? Quel est ce besoin d'éternité, synonyme de toute-puissance ou de peur? Nos particules seront recyclées, le peu que nous avons fait aura contribué à faire marcher le monde, donc nous ne disparaissons pas totalement. Pour moi ce qui est absurde c'est de nous croire éternels. Outre le fait que rien ne peut le démontrer, nos connaissances actuelles montrent plutôt l'inverse.

Je ne comprends pas cette idée que disparaître soit si grave! Cela n'enlève rien au sens que chacun peut donner à sa vie. La longueur de la vie n'y change rien et votre spéculation en repose sur rien de tangible et d'étudié.

Sur la question de la morale et du Bien, je m'inscris totalement en faux contre votre affirmation dont je ne vois pas sur quoi elle repose, et que la réalité contredit: "Si Dieu est mort, aucune chance d'un bien commun car l'homme a une vie beaucoup trop courte pour s'enticher de morale qui ne serait valable que pour son temps terrestre...".

Dans les faits, les systèmes de coopérations sont bien plus répandus que les systèmes de confrontation. C'est lié entre autres mais pas seulement à la survie des espèces. Cela a été testé encore récemment dans des groupes qui n'étaient pas unis par une religion mais par exemple par une activité professionnelle. Pourtant on devrait avoir là, selon votre théorie, un acharnement à se mettre mutuellement des bâtons dans les roues. Et bien ce n'est pas ce qui se passe.

Les humains ont besoin d'une morale, que son origine soit simplement l'observation de la nature, la survie, les neurones miroirs, bref ils en créent tout le temps, partout. C'est l'inverse qui ne tient pas la route: imaginer que la majorité des humains vivent en se moquant de toute morale et ne font que se faire du mal. Une telle société à la Mad Max n'est pas viable, et elle n'est pas la réalité.

Votre peinture du monde et les conclusions anxiogènes que vous en tirez ne correspondent pas à la réalité. Votre discours doit bien marcher avec des gens qui sont facilement soumis et ont besoin d'un gourou, mais pas avec des gens qui s'informent et réfléchissent par eux-mêmes.

Écrit par : hommelibre | 23 décembre 2010

Oulà ! mon petit développement qui se voulait distancié et non dénué de légèreté se retrouve coincé entre deux comms au ton très affirmé.

Cela me fait naître d'autres interrogations à l'exemple du titre du billet :

Mais pourquoi donc l'homme est prêt à faire la guerre pour avoir raison ?

Qui n'a jamais assisté à un débat qui dégénère en bagarre ou qui soit le point de départ d'une opposition lourde de ressentiments.
Je me permet de relever ceci parce que je penses que c'est en relation aux interrogations liées à ce billet.

De même, pourquoi la jalousie existe-t-elle dans les relations ? Qu'est-ce qui est touché ? D'où vient cette énergie si forte qu'elle est capable de pousser à des actes de folies.
Bref toutes ces forces émotionnelles si poignantes qui nous possèdent un jour ou l'autre ne seraient que des reliquats de quelques instincts animaux ? Je n'en suis pas persuadé.
Mais cela pourrait bien être aussi le fait de quelques projection de contenu personnel que l'on aimerait actualiser ou au contraire refouler. Ce sont un peu les mêmes véhémences que l'on peut trouver dans les bagarres de religions.

Des fois je me dit que les philosophies taoïstes ont du bon parce qu'elles ne préjugent pas d'un bien ou d'un mal. Elles tiennent surtout compte du potentiel d'énergie mobilisée qu'il s'agit d'orienter dans un sens constructif.
C'est fou le potentiel que cela peut donner. (-_-)

Écrit par : aoki | 23 décembre 2010

aoki, votre comm précédent mérite plus ample réflexion avant d'y intervenir. Le dernier est plus pragmatique et c'est bien intéressant.

Sur la violence naissant dans des sentiments très personnels avant de devenir des bagarres de rues ou pire. On peut très probablement chercher là des ressentiments, des non-dits, des blessures personnelles. Le problème est quand peu à peu cela s'organise, comme les vendettas familiales, il il faut garder une haine parce que la famille entretien cette haine. L'étage au-dessus est le nationalisme où la somme des revanches individuelles et des ressentiments nationaux sont instrumentalisés, structurés et portés en guerre. Ensuite il y a l'idéologie, telle le nazisme ou le stalinisme. En dernier lieu il y a la guerre de religion, la pire peut-être, car n'ayant même pas besoin d'une idéologie politique, de prétextes. Elle génère des conflits parce que la religion en génère - d'où mon titre. Elle est habile à mélanger l'argument spirituel et la volonté de domination matériel, comme ce fut le cas dans l'extermination des cathares.

Donc laisser une dimension divine - mais encore faut-il bien définir ce mot. Ces billets que je fais sont une contribution à ôter à la religion et au concept de dieu les habits et les mécanismes qui n'ont rien de transcendants. Après on verra plus clair, et l'on pourra redéfinir et cadrer ce moment d'émotion profonde qui ancre quelque chose qui n'est pas de l'ordre de la domination mais de la compréhension et du respect.

La conception taoïste est très intéressante. Il y a bien une morale comme dans toute culture, mais ce n'est pas ce que la démarche spirituelle met en avant. Tenir compte de l'énergie utilisée! Faire le mal coûte bien plus d'énergie que faire le bien et rapporte peu.

Le bouddhisme zen a encore une autre approche, sans aucun dogme ni texte idéologique très encombrant. L'éveil se produit par un koan, que le disciple médite parfois pendant des années. Toute sa vie est axée sur le koan. Il ne peut qu'avoir une bonne vie et faire le bien s'il veut du temps pour méditer son koan. Et quand il trouve une réponse, c'est comme un hologramme intérieur où d'un coup nombre de choses prennent sens et place, et où il se sent un peu plus proche de la sagesse. Le bouddhisme zen du sud de l'asie, ou le chan chinois, ne peuvent avoir d'idéologie guerrière. C'esz hord de leur système.

Écrit par : hommelibre | 23 décembre 2010

Deux mots encore sur le taoisme. Vivre et laisser vivre. De toutes façons chacun dépense et répare son énergie, pas besoin de lui dire ce qu'il doit faire. Il le fait parce que c'est sa propre nécessité de vie et de survie. Il agit vers le bien plus par intelligence que par soumission.

Et dans le taoïsme il n'y a pas d'ambition universaliste, par de compulsion à faire la leçon aux autres. Alors que chez les chrétiens et les musulmans il y a cette compulsion à diriger les autres. Ce qui rend ces deux religions assez suspectes d'hégémonie à mes yeux. Après tout, c'est la désaffectation du christianisme qui l'a rendu moins guerrier.

Il y a ici matière à plusieurs billets!

Écrit par : hommelibre | 23 décembre 2010

C'est vrai que le chan ou le zen a quelque chose de rafraichissant en comparaison de quelques lourdeurs parfois arrogantes que l'on peut rencontrer chez des croyants de tous bords.

A part cela je crois que toutes les religions ont développé des mystiques intéressantes à l'instar des koans du zen. Mais c'est pas la tasse de thé de tout le monde ou peut être à la portée de tous.

Hormis les hégémonies organisées et planifiées d'état religieux, je m'intéresse à la démarche individuelle. j'ai remarqué que les débats sur les croyances amènent souvent des ambiances chaudes et/ou tendues sans aucun changement de position. (La volonté d'avoir raison)

Parce que chaque partie a une représentation de la vie, et au fond cette vision est si vitale qu'il est dès lors impératif de la défendre becs et ongles. En fait c'est sa raison de vivre même qui pourrait être menacée. Donc il ne faut pas s'attendre à des changements de point de vues entre interlocuteurs.
Ce mécanisme existe même en dehors de débats strictement religieux.

Moi cela me fascine de constater que même en le sachant on rentre parfois et malgré tout dans de furieux débats.

Cela me fait penser à l'état émotionnel de l' enfant qui recherche des certitudes pour se sentir serein et secure. C'est un besoin fondamental.
Je pense que c'est cette instance qui est en question. On le voit bien dans le comportement des croyants tout fraîchement convertis. "Il faut que tout le monde sache que la vérité est là !" Jusqu'à l'inflation psychologique: " plus j'arrive à convaincre de monde, plus je me sens fort et confiant dans mes nouvelles certitudes". Car en plus j'amène les gens à moi, dans mon sillage. Je me met à déclamer partout et je me sens devenir un guide qui fait du bien à l'humanité.
Voilà un processus typiquement enfantin lorsqu'il se sent le roi du monde.

Cela pourrait prêter à sourire, si nous n'étions pas tous concernés peu ou prou par ce genre de mécanisme.

Nous sommes bientôt 7 milliards, d'enfants rois pas complétement remis d'avoir été destitués de leurs royaumes en devenant à peu près adultes.
Pour anecdote Albert Jaccard estimait que les individus qui atteignaient l'équivalent d'un âge émotionnel qui dépassent 5 ans étaient rares !

Tout cela pour dire que finalement, croyants et non croyants s'opposent mutuellement avec des mécanismes similaires: Il faut avoir raison !

Allez restons Zen !

Écrit par : aoki | 23 décembre 2010

Dieu se méfiait des humains,ou du moins des créatures qu'il avait créées sans doute un jour de cafard,le regrettant amérement il envoya un scout du nom de Jésus pour vérifier ses craintes,il savait les humains capables de n'importe quelle théories pour s'octroyer son pouvoir,pour preuve aucun disciple ne raconta la même version,Jésus alla de porte en porte,sans demander l'aumône pour se rapprocher de ceux mis de côté mais ceux l'entourant remplis de jalousie décidèrent de l'éliminer,en utilisant le nom du Créateur,ils déclenchèrent une polémique dont maintenant encore les coupables introuvables provoquent des guerre mais toujours en son Saint -Nom,ce qui décida Einstein a se lancer dans la course,dans le but de prouver au monde qu'il suffisait juste d'une théorie pour faire craindre le pire aux humains,la religion moderne était née,les sermons arrosant les assemblées rapportaient en plus de l'argent alors pourquoi s'en géner,et ce toujours au nom de celui dont l'invisibilité en tant qu'être matérialisé continue de rapporter des sous aux marchands de rêves dont lui seul possédait le secret et ce à partir d'un grain de* Poussières d'étoiles/Hubert Reeves/Einstein tout comme d'autres scientifiques et génies d'antan savaient qu'un jour les humains se détourneraient de l'église,le Père Noel venait de naitre,Migros et Coop surent en tirer profit aussi,comme quoi Dieu n'est après tout qu'un nuage,mais capable de provoquer un tsunami de questions existentielles,à chacun sa version!
bien à vous et joyeuses fêtes de fin d'année pour vous Hommelibre

Écrit par : lovsmeralda | 23 décembre 2010

Bonjour à toutes et à tous. Pourquoi parler tant de Dieu en son Absence? Soit j'y crois, et je peux faire parler mes émotions à travers Lui. Soit j'y crois pas, et Dieu n'a rien à faire dans ma vie. John, c'est sur ce sentiment d'appartenance que nous ne sommes pas d'accord tous les deux. J'appartiens à la famille des croyants au sens large (qui ne préjugent d'aucune religion supérieure sur une autre, raison pour laquelle je m'intéresse à toutes les expressions de Dieu parmi les humains).

Vous dites que les communautés ont plus besoin de se relier les unes aux autres qu'à se faire violences et guerres. Dans une certaine mesure, vous avez raison. Mais que voit-on dans les faits aujourd'hui. De plus en plus de personnes se regroupent en petites communautés d'intérêts et de croyances diverses (pas toutes religieuses, d'ailleurs) qui peu à peu se déclarent la guerre. C'est la guerre globalisée et organisée de façon tribale. Le bien commun? Disparu, dissout, dans les communautarismes et les lobbies. L'oubli de Dieu, le Dieu Universel, Unique pour tous, et Valable pour tous, agit comme une libération des démons et des forces démoniaques qui agissent sur l'Homme.

J'aime assez la position de Aoki. Cependant je ne suis pas d'accord de dire qu'un croyant cherche à avoir raison. Un croyant ne peut que témoigner de ce qu'il ressent au plus profond de son âme. Vouloir avoir raison signifie mettre en avant son ego, Un croyant n'a aucun droit de placer son ego en priorité. Je veux bien avoir tort sur Dieu. Je veux bien mourir seul avec Dieu si effectivement Dieu n'est qu'un effet psychologique sur mon cerveau. Car Dieu m'apporte la paix, la sérénité même dans la souffrance et les abandons, l'amour pour mon prochain malgré la haine qu'il déploie parfois à mon égard, la patience malgré une vie qui n'a jamais été facile sur le plan matériel et affectif (trop d'amour dispersé nuit à l'équilibre amoureux du couple), la bonté et la noblesse dans l'attitude, même si je me fais rudoyer et rejeter, etc. Dieu est une force positive bienfaisante. Et que ce soit le Dieu des Mayas, des Indiens, des Chrétiens, des Bouddhistes (Dieu absent en tant qu'entité mais spirituellement présent), des Juifs, des Musulmans, que sais-je encore, Dieu regardé comme purificateur de nos consciences versatiles et soumises aux tentations terrestres, ce Dieu-là m'est familier et indispensable à mon équilibre et à ma réflexion sur notre société.

Quant à l'éternité, John, ce n'est pas tant mon corps qui l'exige ni mon coeur. L'éternité, c'est croire à la signification de notre appartenance au cosmos, comme enfant prévu du plan de Dieu. Si l'Enfer mais promis plutôt que la Paradis, ce n'est pas à Dieu que j'en voudrai mais à moi-même pour mes fautes et mes penchants terrestres qui auront été plus nombreux que mes actes de bienfaisance envers l'humanité et la nature. C'est aussi cela la soumission à Dieu. Admettre Sa justice, admettre aussi nos épreuves sans en faire du catastrophisme nous plongeant sans cesse dans la déprime et l'envie de crier vengeance et justice. Le mystère de Dieu nous dépasse tous. Aucun et aucune d'entre nous, même les prophètes les plus reconnus, n'ont pu percer le mystère de ce que nous autres humains appelons Dieu.

bonne journée à tous.

Dieu a demandé aux hommes d'agir en Sa conscience. Pas de parler sans cesse de Lui dans des disputes sans fin.

Écrit par : pachakmac | 23 décembre 2010

@Pachakmac,grâce à votre pseudo ,la momie de Toutankhamon a encore de beaux jours,ce n'est qu'une simple constation Hergé ayant baigné mon enfance,ceci étant vous avez tout à fait raison,mais le but de la mondialisation redouté par beaucoup et ensensé par de nombreux autres,n'était-ce pas cela,mieux diviser pour mieux régner,cette parole symboliserait-elle à elle seule les moults questions posées par les plus sensibilisés au ressenti actuel!
bien à vous et bonnes fêtes !

Écrit par : lovsmeralda | 23 décembre 2010

Merci lovsmeralda. Meilleurs voeux de bonheur et de santé à vous aussi. je vais poser un billet sur mon blog en rapport avec les horreurs et les situations tragiques des communautés chrétiennes en terre musulmane. Je vous garantis qu'en ces jours de Noël, c'est un retournement de perspective que je propose à mes soeurs et frères musulmans. Un retournement dans la façon de lire le Coran. Je risque mon intégrité physique mais mon âme est sereine devant Dieu.

Très belles fêtes de fin d'année à toutes et à tous. Dieu est Universel et il ne peut être convoité et exploité par une petite troupe d'individus délirants et criminels dont les intentions sont de fanatisés les foules pour les jeter les unes contre les autres. Cela, ce n'est pas Dieu. C'est l'oeuvre de Satan, prince des Tènèbres, prêt à détruire l'humanité.

Écrit par : pachakmac | 23 décembre 2010

"Très belles fêtes de fin d'année à toutes et à tous. Dieu est Universel et il ne peut être convoité et exploité par une petite troupe d'individus délirants et criminels dont les intentions sont de fanatisés les foules pour les jeter les unes contre les autres. Cela, ce n'est pas Dieu. C'est l'oeuvre de Satan, prince des Tènèbres, prêt à détruire l'humanité."

pachakmac, incroyable comme vous adaptez vos billets selon les blogs.... Un odeur de Taqiya....

Écrit par : Patoucha | 24 décembre 2010

Toute histoire de religion; quelle qu'elle soit a été inventée, propagée et écrite par des humains pour berner d'autres humains. On peut dire la même chose des politiques ou des systèmes politiques. Cela ne veut pas dire que l'on doive les mépriser ou les ignorer. Il est important d'enseigner des principes et de la morale. Ce qui est d'autant plus nécessaire, lorsqu'il s'agit d'aider les faibles. Pour ceux qui dirigent ses croyances religieuses ou se considèrent être les représentants humains des divins, il est recommandable qu'ils soient des exemples positifs. Ils doivent se comporter comme ceux qu'ils prétendent représenter. Par exemple, dans le cas des catholiques, le pape devrait avoir un comportement similaire à Jésus ou Jean-Batiste et vivre dans les mêmes pauvres conditions. Ce pape (un peu nazillon) a prêché le jour de Noël contre la violence et contre la guerre. Alors pourquoi, en utilisant sa notoriété planétaire, n' excommunie-t-il pas tous ceux qui s'enrichissent avec la souffrance ou en produisant des engins qui tuent.
On voit très bien que tous ces spectacles initiés au Vatican et encouragés dans tous les archevêchés ne sont que de la comédie religieuse et que tous les spectacles de "guignols" comme Sarkozy, Obama et consort ne sont rien d'autre que de la comédie politique. Les uns et les autres ont la bénédiction de la comédie médiatique. Conclusion; puisque nous prétendons avoir un certain pouvoir avec nos votations, nous sommes responsables de notre malheur, donc nous méritons cette insanité. C'est ce qui arrive lorsque l'on devient esclaves du fric et que l'on perd ses repères. Bonne Année 2011 à TDG et à ses employés. Jean-Claude Meslin

Écrit par : Jean-Claude Meslin | 26 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.