Le saumon? Un concentré de pesticides

Une étude vient d’être réalisée sur l’alimentation moyenne des enfants en France, à l’initiative de l’association Générations futures. Les repas-types analysés ont été composés selon les recommandations du ministère de la Santé. Les résultats montrent d’importantes quantités de pesticides dans l’alimentation ordinaire des enfants.

saumon.jpg«Le résultat est édifiant: jusqu'à quinze pesticides différents dans le saumon ou encore, des pesticides hors réglementation européenne dans les haricots verts et d'autres produits importés d'Asie et d'Afrique.

D'où cette question, posée par Laurent Chevallier, le médecin nutritionniste montpelliérain responsable de l'alimentation au Réseau environnement santé qui participe à l'enquête: «Que fait la répression des fraudes? Il y a une carence évidente dans les contrôles.» Il s'inquiète de la dégradation sanitaire qu'il observe: «En 25 ans, les cancers ont doublé, avec une augmentation constante chez l'enfant.»

Et c'est sans compter la progression galopante du diabète, +40% en 10 ans, ou les allergies, multipliées par 5 en 20 ans. Autant de maladies chroniques qui peuvent trouver leur origine dans la modification du métabolisme.
tomate.jpg
«Il faut se préparer à une crise sanitaire. Les industriels profitent d'une législation mal adaptée, notamment en matière d'additifs.» Conservateurs et édulcorants seraient donc présents en quantité très importante dans les aliments.»


Pour le système hormonal on le savait déjà depuis un certain temps: le nombre de spermatozoïdes des hommes a baissé d’environ 40%, à quoi s’ajoute une baisse de qualité. Un autre polluant, le bisphénol, présent un peu partout et en particulier dans les biberons des bébés, est soupçonné d’être cancérigène.

«(…) Mais ce que redoute le médecin, c’est le cocktail explosif que représentent, ensemble, tous les résidus de polluants, pesticides et additifs. «Il est surprenant qu’il n’y ait jamais eu d’analyses sur ça. On sait très bien qu’il ne faut pas mélanger certains médicaments, pourtant. Là, c’est pareil.»



Catégories : Santé 19 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • heureusement pour vous,le lait distribué dans les classes en 1950 était couvert d'une couche de moisissure par certaines périodes et nous sommes toujours vivants,vouloir trop aseptiser détruira les bactéries utiles à l'humain pour lutter contre les maladies,le saumon a toujours subi des pollutions depuis très longtemps et voyez comme l'info arrive juste au moment des fêtes,de quoi paniquer tous les amateurs ,du moins ceux qui croient encore au Père Noel Bio,quand aux autres ils continueront avec raison de déguster leur saumon sans se poser de questions auxquelles personne n'a jamais pu répondre logiquement depuis la création du monde,et de l'humain qui était bio je vous le rappelle
    bien à vous Hommelibre et bonne soirée

  • Oh j'en mange quand même occasionnellement, Lovsmeralda. D'accord avec vous qu'on ne peut tout aseptiser. Cela affaiblirait notre immunité naturelle. Cela dit je n'ai pas connu la moisissure sur le lait. Mais les pesticides...

  • @Hommelibre,la moisissure était le résultat des pesticides,et des bouteilles distribuées et lavées peut-être au lavoir communal,qui sait,mais surtout entreposées dans des locaux scolaires datant du temps des Misérables,l'hygiène des mains n'étant pas ou que très peu respectée,comme quoi depuis le temps rien n'a changé quand au bétail on préfère ne pas savoir ce qu'il mangeait,les pluies aussi étant responsables de leurs fourrages,et ce qui importait aux responsables c'était de nourrir les enfants sans se poser de questions ,ils avaient eu leur lots de questions en 39-45,et la relève était assurée,rien d'autre n'avait d'importance,et surtout un fait passé sous silence et qui maintenant peut être révélé,les enfants pour certains ,je ne dis pas tous,devaient rapporter aussi,c'est alors qu'en faisant exprès ou non,ou peut-être par pure ignorance,bien que je sois dubitative encore vis à vis de quelques personnages,l'enfant déclaré malade pouvait redonner espoir en fin de mois,grâce aux primes en retour,l'enfant au service d'adultes,beaucoup profitèrent de la misère des gosses pauvres ,et ils étaient légions donc faciles victimes n'osant même pas parler ni chez eux ni à l'école!et se faisant encore tapés et lapidés au sortir des classes,mais c'était quand même le bon temps,grâce à toutes ces duretés de la vie,beaucoup devinrent soignants , avocats ,journalistes ,etc,comme quoi surprotéger l'humain n'est pas une bonne chose en soi!
    bien à vous Hommelibre et bon dimanche

  • Le bio, même s'il n'est pas parfait améliore globalement la santé. C'est ce que tend à démontrer une expérience faîte par la chaîne fr3, il y a quelques mois.
    http://www.autourdubio.fr/?post/assiette-tous-risques-sur-france-3-lundi-28-juin-2010-1169

    On sait depuis des décennies que l'effet cumulé des pesticides dans l'alimentation dépasse largement le raisonnable et c'est un euphémisme.
    Le problème est qu'il y a un rouleau compresseur qui s'appelle industrie agroalimentaire qui maintient une dictature qui foule au pied, avec toujours plus d'arrogance les soi-disantes démocraties européennes. Capable d'acheter n'importe quelle gouvernement ou députés européens pour faire voter des lois complaisantes.
    Mieux, en France c'est le purin d'ortie et l'usage de la prêle fertilisant, fongicide et antinuisibles naturels qui sont interdit de vente, de fabrication et de diffusion de recette !
    Seule une commercialisation avec les certifications ad-hoc est désormais autorisées (lisez réservé aux grosses boîtes qui ne vont pas faire ce genre de démarche)!
    http://www.lesmotsontunsens.com/le-purin-d-orties-dans-les-choux-7998

    La Suisse pas en reste fait interdire les lavures (restes de repas) pour l'élevage des porcs, afin de s'aligner sur les loi européennes qui font le lit du maïs et du soja OGM.

    La démocratie à une limite, celle imposée par les grandes industries

  • Ce qui était initialement une volonté de produire assez pour nourrir tout le monde (donc éliminer les parasites qui détruisent les cultures) est devenu un problème aussi important, peut-être plus, que celui qui devait être traité...

  • Désolé, les dernières études scientifiques faites sur ce que mangent les enfants dans les cantines scolaires, sont une future catastrophe humanitaire pour l'avenir!

    Mangeons des médicamments......

    Bravo pour votre blog!

    Bien à vous.

  • allez allez si vous saviez ce que mange une personne âgée et seule,et pourtant elle vit,elle paie ses impots et arrive encore à écrire sans trop faire de fautes tout en restant très logique surtout avec elle-même,ce qui est normal si on compare l'éducation qui fut la nôtre et celle d'aujourd'hui,nous on mangeait et on allait pas crier sur les toits ce qui nous avait servi de repas!quand aux porcs ceux de ma jeunesse nourrit avec des restes,il ne rendirent pas plus malades les gens ,l'UE un pays de malades imaginaires,le Roi Solei bénirait Molière,quand aux Suisses beaucoup souffrent de nombrilisme,et ce depuis la nuit des temps.
    bonne journée à vous

  • @ Aoki

    J'ai acheté cet été une bouteille de purain d'ortie en France dans une chaîne de magasins de produits de jardins et agricoles ?

  • @ Pierre Noel

    oui parceque cet été la decision de la commission paritaire n' avait pas été rendue. Cela dit il y a un grand mouvement de resistance civile sur ce sujet en France. Ceci demontre a quel point le fossé s'est creusé entre la population et la technocratie européenne inféodée à 100% aux multinationales agroalimentaires qui avaient déjà corrompu les états unis.
    Pour continuer, HL, il faut se rendre compte que Monsanto et consort ne sont pas des entreprises à vocation humanitaires. Il font desormais la guerre à tout ce qui pourrait échapper à leur emprise. Jusque dans le jardin des particuliers qui cultivent leurs plants de tomates. Ceci avec l'aide et la complicité de politicien à leurs bottes.

  • Aoki, il est pour moi certain que Monsanto se prend pour le maître du monde. Quelle qu'ait été son utilité dans le passé la firme a franchi une limite inacceptable par sa volonté de maîtriser l'alimentation mondiale.

    Un principe doit être posé: les pays doivent viser à s'approcher le plus de l'autosuffisance et l'autonomie alimentaire, et pour ce qu'ils ne peuvent produire eux-mêmes leurs sources d'approvisionnement doivent rester diversifiées.

    Ceci afin d'éviter justement la mainmise d'un seul producteur sur l'ensemble d'une population par le biais de quelque chose d'aussi fondamental que la nourriture.

  • Lovsmeralda, je comprends ce que vous dites. Mais il faut voir qu'aujourd'hui il y a une accumulation de produits polluants, produits dont la nature chimique est plus dangereuse qu'il y a 40 ou 50 ans, et dont la multiplication des sources pose aussi problème - sans compter les interactions entre les produits comme souligné dans l'article.

    Manger un peu, occasionnellement, des produits pollués, est probablement supporté par l'organisme. Mais la répétition fréquente et quantitative, ainsi que la conso de plus en plus jeune (qui suppose une accumulation quantitative importante sur une longue période de vie) pose probablement plus de problème.

    Dans ce sens je rejoins Aoki: si possible manger du bio, qui n'est pas toujours exempt de contamination, mais qui est globalement beaucoup moins chargé. La Coop a un assortiment fourni et à prix correct - pub gratuite!
    ;-)

    Bonne journée.

  • Je ne mange que du saumon bio qui est moins gras et plus fin. :) Mes 6/8 articles achetés à la Coop, Migros ou Manor me coûtent aussi cher qu'un chariot plein qui passe devant ou après moi à la caisse! Les caissières en savent quelque chose. Elles rient quand je leur dit "je suis un danger pour mon porte-monnaie" :))))) ce à quoi elles répondent "Oui!C'est bio..."

  • @ Patoucha

    Le bio est plus chère , c'est vrai. D'un autre côté cela implique de mieux consommé, mais moins. En ce qui concerne les fruits et légumes bio la saveur étant plus soutenue cela procure un plus grand sentiment de satiété. De même que les produits exempts de pesticides et de conservateurs suscitent moins l'envie de dessert, ou d'autre produits superflu qui coûtent aussi chères. C'est une vrai culture gastronomique qui s'est raffinée et enjolivée avec les années. Une mode pour bobos nantis diront certains, pourtant je connais bien des familles standard qui sont tombés dedans.

    Si en plus, on a moins de frais médicaux. On s'y retrouve largement en terme financier.

    Il est évident que cela ne correspond pas à tous le monde, mais pour en revenir à l'aspect de la santé générale. Il y a quelques années une politique d'encouragement à l'agriculture biologique avait commencé, permettant de démocratiser l'alimentation biologique. Mais depuis lors, le poids lourd des lois européennes a complètement retourné cette tendance.

    Certes, on trouve aujourd'hui des produits primeurs en supermarché. Ce n'est pas le même cahier des charges que dans les magasin spécialisés.
    Il faut savoir que dans les supermarchés, les produits frais biologiques sont irradiés pour des raisons sanitaires ! C'est à dire rendu non vivant !
    La chasse hystérique aux bactéries à encore frappé.

  • En suivant les liens, j'ai essayé de trouver la publication scientifique sur laquelle se fondent ces affirmations.
    On peut lire dans http://www.menustoxiques.fr/
    "La démonstration d’un lien de causalité entre l’exposition aux pesticides et la présence d’un impact sur la santé chez l’homme pourrait être apportée par des études comparatives entre les populations ayant une alimentation conventionnelle et biologique."

    Conclusion: on ne sait pas, mais on pourrait savoir ?

    Ou encore :
    "La recherche a également fait ressortir la nécessité d'une étude plus approfondie sur la façon dont les combinaisons de pesticides trouvés sur les fruits et légumes pourraient affecter les humains."

    Conclusion: on ne sait pas mais on devrait étudier le cas.

    "D’ailleurs, selon deux études réalisées au Danemark, une meilleure qualité du sperme était observée chez les hommes ayant une alimentation biologique par rapport à des hommes se nourrissant avec des aliments conventionnels"

    Question: c'est quoi, une alimentation biologique ? Sans chimie ? En quoi se distingue une substance chimique (produite par la nature) d'une substance avec la même formule chimique mais produite dans un labo ?

    "A combien de substances chimiques différents sommes nous exposés dans une journée par notre alimentation ?"
    Aah, bonne question, étant donné que tout, absolument tout est chimique. Ca doit être des dizaines de milliers. La nature est le plus grand laboratoire chimique. Même notre corps consiste à 100% en substances chimiques.

    Le sujet "alimentation et chimie" est tellement émotionnel qu'on entent tout, le contraire et n'importe quoi. C'est comme une religion ou une philosophie de vie, on peut y croire ou non. Mais on n’échappe pas à la chimie, sauf si on arrête de se nourrir. Etant donné que des milliers de générations ont survécu à cette "chimie", il faut croire que l'évolution de la flore et de la faune (y compris l'être humain) sur notre planète à bien fait son travail.

    Ainsi, on trouve des pesticides dans nos légumes, naturellement. La nicotine est un pesticide contre des insectes, pommes de terre, tomates et aubergines s'en servent.

    Nous ingérons de l'arsenic avec chaque gorgée d'eau potable.

    Nous buvons de l'alcool, un cancérigène de classe 1.

    Nous sommes irradiés par le radon, omniprésent dans la croûte terrestre.

    La vitamine A est hautement toxique en grandes doses, mais essentielle pour notre survie. De même le sel. "La dose fait le poison", Paracelsus.

    Le lait et ses dérivés augmentent fortement le risque du cancer du sein.

    Notre alimentation, même la plus "saine", est bourrée de substances cancérigènes:
    pommes, pain, brocolis, café, thé, carottes, tomates, noix, poires, ananas, moutarde, cannelle, champignons, ...

    Bien sûr, personne ne connaît les mécanismes de la genèse des cancers chez l'être humain. PERSONNE ! Ce qui veut dire que ces chercheurs qui prétendent connaître les effets des "pesticides" qu'ils prétendent avoir trouvés sont des charlatans.

    Mais des tests de laboratoire semblent démontrer que certaines substances contenues dans les aliments énumérés peuvent augmenter le risque de cancers chez des rongeurs.

    "Aucun régime alimentaire peut être complètement dépourvu de substances naturelles qui sont reconnus comme cancérigènes chez des rongeurs. De toutes les substances chimiques que l'être humain ingère, 99.99% sont naturelles." Bruce Ames, Ph.D. and Lois Swirsky Gold, Ph.D. University of California, Berkeley

  • "Pour le système hormonal on le savait déjà depuis un certain temps: le nombre de spermatozoïdes des hommes a baissé d’environ 40%, à quoi s’ajoute une baisse de qualité."

    Et la cause en est quoi ?
    La dernière fois que j'ai compté, tout le monde était encore là ! En ce qui concerne la qualité je suggère de créer un label "Sperme biologique".

    "Un autre polluant, le bisphénol, présent un peu partout et en particulier dans les biberons des bébés, est soupçonné d’être cancérigène."
    C'est un peu comme l'arsenic contenu dans l'eau potable qu'on donne aux enfants. C'est de l’infanticide, pire que la fumée passive !

    @hommelibre, vous en avez pas un peu marre de ces publications alarmistes qui n'ont rien de scientifique :
    grippe aviaire
    grippe porcine
    maladie de la vache folle / Creutzfeldt-Jakob
    mort des forêts
    fumée passive
    extinction de l'ours polaire à cause du changement climatique

    En ce qui concerne le BPA, voici ce qu'un panel de médecins et de scientifiques en pense:
    http://www.acsh.org/search/search2.asp?q=bisphenol
    Une cerise dans cette collection d'évidence:
    "Bisphenol A linked to sterility in roundworm [ver, ascaride]"

  • Purin d'ortie et prêle ... pourquoi ces deux plantes ne seraient-elles pas toxiques si on peux les utiliser pour tuer des organismes ?

    Au fait, elles le sont.

  • aoki, je ne mange que des grillades et/ou à la vapeur et poulet au tourne-broche. Une préparation qui en raffole plus d'un avec le couscous qui fait "planer" tant il est léger. :))) Cela me fait rire en l'écrivant mais c'est la vérité, sans flatterie aucune.

    "Si en plus, on a moins de frais médicaux."

    Ne dit-on pas "On creuse sa tombe avec sa fourchette" :)



    Bonne soirée

  • @benpal

    Mais non ce n'est pas si émotionnel. C'est même la rationalité du bon sens.

    L'ortie et la prêle seraient toxiques dîtes vous. Hé bien moi je suis prêt à en consommer 10 grammes de chaque devant vous et en toute quiétude. Je suis bien certain qu'aucun chimiste ne seraient prêt à en faire de même avec leurs pesticides préférés.

    La différence est tout simplement là !

    Bien sûr qu'il existe des toxiques naturels, mais vous ne pouvez pas comparer une molécule isolée et recopiée en laboratoire, avec une même molécule incorporée dans un équilibre végétale. Un totum, qui garanti des interactions conforme à la vie, parce que construit depuis des millénaires dans un modèle vivant.
    Cela n'a plus rien à voir avec des molécules isolées que l'on bombarde de manière concentrée sur des aliment qui n'en contiennent pas au départ.
    Ces éléments artificiellement ajoutés ne sont pas dans une forme qui permet une dégradation adéquate et précisément s'accumulent dans les organismes.

    C'est pourtant pas sorcier à comprendre je crois.

    Avouez que vos arguments sont extrêmement simplistes. L'excès de vitamine A est hautement toxique à grande dose. C'est absolument vrai, mais reconnaissez que ce genre d'intoxication intervient beaucoup plus facilement avec des gélules de vit A acheté chez le pharmacien, qu'en mangeant des abricots!

    Votre grand plaidoyer sur le fait que tout est chimique est juste. Pourtant la chimie naturelle et celle fabriquée par des labos n'ont pas le même impact.
    Cela tombe sous le sens, même si la théorie voudrait nous faire croire du contraire.
    La complexité naturelle ne peut pas à l'heure actuelle, être si facilement recopiée. Le jour où la science saura reconstituer complétement artificiellement une graine, une semence pouvant germer et donner une fleur on pourra commencer à en parler.

  • Loi du vivant numéro une :

    "Tout organisme vivant mourra"

    Loi de Greg :

    "La mort étant inéluctable, ne nous y intéressons pas. Qu'est-ce qu'il nous reste, comme choix de vie ?"

    Ben, pour se nourrir sans pesticides, il reste de moins en moins de choix. Voilà le problème, Benpal.

Les commentaires sont fermés.