17 novembre 2010

Le cannabis, un produit d’avenir!

Ainsi donc 50 tonnes de chanvre ont été saisies à l’époque dans les entrepôts de Bernard Rappaz, et sont à l’origine d’une partie importante de sa condamnation. Ces 50 tonnes auraient valu sur le marché environ 35 millions de francs.


cannabis-hemp_field2.jpgIl faut quand-même préciser deux ou trois choses que le public ignore généralement en ce qui concerne le chanvre.


Multiples usages

Cette plante, cultivée depuis de millénaires, a de tous temps servi à fabriquer des vêtements ainsi que de la corde et des voiles de bateau. Cet usage est passé de mode à cause entre autres du coût de fabrication, pas compétitif avec les techniques et matériaux modernes.

Mais il reste de nombreux débouchés:

- dans la construction, le chanvre est un excellent isolant, imputrescible et inoffensif pour les habitants;
- l’huile de chanvre est utilisée en soins cosmétiques ou en alimentation pour sa grande richesse en acides gras insaturés; en friction elle a aussi une action anti-inflammatoire;
- l’alimentation animale ainsi que les litières;
- on trouve aussi un usage combustible, en biocarburant, ou encore associé au plastique pour réduire la facture pétrole;
- en usage thérapeutique comme j’en ai déjà parlé;
- et bien sûr l’usage récréatif.


Cannabis Sativa

La variété la plus cultivée en Suisse est le Cannabis sativa sativa. Assez adapté au climat il est la variété par excellence pour un usage industriel. De teneur assez faible en THC il peut être utilisé médicalement et à but récréatif.

La plus grande partie de la plante est destinée à l’industrie, à l’alimentation et à la cosmétique. Voire aux fertilisants sous forme de compost. La partie à usage récréatif ou thérapeutique de représente qu’environ 2% du total d’un plant. Soit par exemple, sur 50 tonnes, environ 1’000 kilos, vendus à l’époque autour de 5.- Frs le gramme, soit environ 5 millions de francs brut (hors charges) et non 35 millions comme estimés par la police valaisanne dans le cas de Rappaz. 1’000 kilos: de quoi fournir à peine quelques milliers de consommateurs moyens.

Quand on sait que le nombre de consommateurs réguliers ou occasionnels en Suisse est de plusieurs centaines de milliers, les mafias ont encore une belle part de marché!

CannabisRoques.jpg
Culture ouverte

Pour cultiver 50 tonnes il faut de l’espace, du plein champs, et de grands entrepôts. Cela suppose de cultiver ouvertement, sans se cacher. On est loin des productions dans des caves avec des taux de THC réellement dangereux. On n’est pas non plus en Colombie où des cohortes de trafiquants armés défendent les cultures contre la police. Ici on est dans la culture assumée aux yeux de tous, visible, connue.

On ne peut non plus entreposer cette quantité sans de grands entrepôts. Il est évident que les autorités locales et cantonales ont toujours su ce que Bernard Rappaz cultivait, d’autant qu’il avait un site internet et ne se cachait pas.

Donc quand on parle de gros trafiquant il faut revenir à la raison.


De l’avenir

Actuellement le chanvre est toujours incorporé dans les usages industriels, cosmétiques et autres. On ne sait en quelle quantité ni pour quelles sommes. C’est de l’argent perdu pour le pays.

En tous cas le chanvre, autrefois si prisé dans la fabrication textile, est promis à un bel avenir commercial et écologique.

Et grâce à la prohibition dont on sait pertinemment l’inefficacité, il va encore assurer longtemps des revenus aux mafias avec la mise en circulation de produits incontrôlés.


En attendant, ceux qui appellent à la fin de la prohibition ne pouvaient espérer une plus grande publicité pour le chanvre grâce à la justice valaisanne.

Et il y en a que cela fait bien rigoler, là-haut, au paradis des addictions: ce sont les 3’500 morts par l’alcool et les 9’000 morts par le tabac chaque année en Suisse. Il sont bien contents que l’on puisse se suicider légalement grâce à ces deux drogues dures: ils sont rejoints par une trentaine de copains chaque jour!

Youpie...



Quelques informations utiles ici.

Et un article intéressant sur Rappaz dans l'Illustré.


Cliquer sur les images pour les agrandir.

09:47 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : cannabis, chanvre, hashich, drogue, alcool, tabac, bernard rappaz, prohibition, mafia, écologie, environnement | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Tout à fait, sans parler des bio-carburants, beaucoup plus efficace que la betterave ou le maïs, sans influencer les cours des aliments et donc de mettre en péril de famine des dizaines de millions de personnes pauvres ( Mexique, prix du maïs a doublé en 2 ans, c'est leur aliment de base!)
C'est aussi une plante qui ne demande pas beaucoup d'eau comparé à d'autres et pas beaucoup de soin non-plus (moins de pesticides!)
Cette plante n'appauvrit que très peu les sols et pousse à une vitesse incroyable, bref une solution à beaucoup de nos problèmes dans le monde, alors pourquoi autant de prohibitionnisme on est en droit de se le demander.
Quand à l'usage récréatif à noter que la Hollande,qui est le pays le plus à l'avant-garde, est aussi celui ou les jeunes gens fument le moins, à l'opposé de la France qui elle à le plus de consommateurs en europe. (Sans parler des entrées fiscales ainsi que des milliers d'emplois créés)
Cela permettrait aussi à la police de mieux faire son travail plutôt que
d’arrêter des consommateurs qui la plupart du temps son des gens comme vous et moi!

Écrit par : Marco | 17 novembre 2010

L'industrie du chanvre n'a pas été abandonnée, mais forcée à l'abandon au début de l'ère industrielle, par un lobbying conscient de la bien plus grande valeur ajoutée de l'industrie textile et donc bien plus lucrative. Comment ce lobby a-t-il réussi à faire ainsi prohiber la substance, afin d'éliminer la concurence: mystère! L'alcool, quant à lui, est revenu en force, probablement par manque de substitutif plus fructueux...

Écrit par : fred | 17 novembre 2010

Très vrai ce que tu dis Fred !
Mais aujourd'hui que nous savons faire mieux que du tissu ou des cordes avec, pourquoi un tel blocage?

Écrit par : Marco | 17 novembre 2010

Je dirais que le blocage face au cannabis récréatif, cette bonne vieille Marie-Jeanne, vient de l'association inconsciente chez la majorité des anti-ganja de cette herbe avec les beatniks, hippies, soixante-huitards et autres sales-jeunes-qui-préfèrent-fumer-cette-merde-que-bosser-et-boire-l'apéro-avec-nous-autres-que-y-en-a-point-comme-nous...

Bref, si les jeunes (parce que franchement, dans toutes les campagnes anti-shit, ce n'est toujours QUE les jeunes consommateurs qu'ils faut absolument protéger d'eux-mêmes...) qui fument de la beuh font si peur, c'est avant-tout par peur que ces jeunes refusent d'entrer dans le système.

Si de plus vous êtes en Valais ou le fendant est servi tôt le dimanche matin à la messe, faudrait quand même voir à pas concurrencer ces valeureux vignerons, sponsorisés par l'Etat, par un marché au noir d'herbe-à-rigoler.
Non mais!


Bon, récapitulons :

En matière de gestion déloyale, escroqueries et autres crimes financiers, vous pouvez couler SwissAir, l'UBS, la BCV, la BGE, vous pouvez plomber les comptes d'Escrocs 02, vous pouvez chuchoter des secrets à votre mari comme conseillère fédérale, vous n'irez pas en tôle de sitôt.

En matière d'infraction grave à la loi sur les stupéfiants, vous pouvez être pris 10 fois en 10 jours à vendre de la coco et ne pas aller en prison.
Vous pouvez être une pharmacie au centre de Lausanne et vendre 200 boîtes Flash par jour à des hommes en costard-cravate-souliers cuir sur mesure, aucun de ceux-là n'ira jamais en prison.

En matière de vente de cannabis, pendant des années vous cultiviez un peu partout officiellement, vous vendiez dans des caves-à-chanvre dans toutes les villes ou presque, et un jour le vent tourne. A part en Valais, aucun de tous les participants de cette époque-là n'est allé en prison.
Et même les flics au contact de la réalité regrettent cette époque ou l'approvisionnement facilité n'avait pas augmenté le nombre de consommateurs, mais éliminé tous les problèmes dus aux transactions foireuses du marché noir...

Et à mon avant-dernier cours de répétition, on a calculé : on a fumé 3000 joints en 3 semaines en 50 fumeurs sur 70 soldats : 40 des 50 en questions ne fument que 3 fois par année en dehors de l'armée, mais là forcément il n'y avais rien de mieux à faire, donc...
C'était facile, personne n'avait contacté un dealer, tout le monde se fournissait officiellement.

Et pis c'est officiel, 500'000 fumeurs de haschich en Suisse, suffisamment régulièrement pour savoir qu'ils ne sont pas devenus schizophrènes, et que le lendemain au boulot tout va bien, tandis qu'après le souper de fin d'année, ben le lendemain c'est gueule-de-bois...

J'arrête-là, sinon ce coup de déprime face à toute cette hypocrisie va me donner envie d'aller m'en rouler un p'tit.
Bonne soirée aux adultes raisonnables, et zut à tous les déraisonnables donneurs de leçons et d'ordres qui condamnent sans y réfléchir à 2 fois d'abord.

Écrit par : Greg | 17 novembre 2010

Bravo Greg! Là vous faites fort. Une bonne façon de remettre un peu les choses à l'endroit.

Petit extrait de l'article de l'Illustré:

"Pourtant, aujourd’hui encore, Bernard Rappaz et ses proches contestent cette version. «Dans ces 50 tonnes, il y avait tout et n’importe quoi, insiste Maggie Loretan. Il y avait là les déchets des composts, des graines, des essais que réalisait Bernard en vue de fabriquer de la tisane pour la Coop, notamment.

Les policiers ont tout pesé.»

Pendant le procès, Bernard Rappaz parlera, lui, d’une valeur de 1,8 million de francs. Quand elle évoque encore la «gestion déloyale», la fille de Loècheles-Bains ne peut s’empêcher de rire. «C’est vrai que Bernard n’a pas fait tout juste dans ses comptes. Mais ce n’était pas pour détourner de l’argent, mais simplement parce qu’il est bordélique, allergique à la paperasserie. C’est un homme aussi foisonnant d’idées qu’incapable de remplir un formulaire.»

L'impression d'une vendetta anti-Rappaz ne se dissipe pas. Et je suis bien placé pour savoir comment la justice prend une souris pour en faire un T-Rex.

Écrit par : hommelibre | 17 novembre 2010

Et voici que les cannabiques continuent à s'autocongratuller en rond, pour faire le panégyrique de cette saleté qui, sans tuer directement, tue indirectement et pourrit la vie de ses utilisateurs, de leurs victimes et de leurs entourages.
Il y a une bien meilleure fibre que le chanvre et qui a de bien meilleurs sous-produits: Le lin.
Les graines de lin ont un usage diététique.
L'huile de lin est la base de la peinture à l'huile.
Le lin peut s'incorporer dans les matériaux de construction.
Le lin est imputrescible.
etc

Écrit par : Repas_gastronomique | 18 novembre 2010

@ Repas_gastronomique: vous avez raison, le lin est une plante excellente du point de vue nutritif. Et ses applications dans d'autres domaines sont tout aussi intéressantes.

Je ne suis toutefois pas certain qu'elle ait autant d'applications que le cannabis. Et surtout sa production est en moyenne de 2 tonnes à l'hectare alors que le cannabis va jusqu'à 15 tonnes à l'hectare. Question biomasse le cannabis est loin devant, qu'il s'agisse ensuite de faire des tourteaux pour l'alimentation du bétail, de faire du biocarburant, etc.

Mais l'un n'empêche pas l'autre.

Écrit par : hommelibre | 18 novembre 2010

Et le lin ne sert pas à grand-chose pour soulager certaines maladies. Ni pour décompresser.

Hypocrisie, je suis d'accord avec Greg...

Ça fait un bail que les adeptes de la fumette récréative ne sont plus constitués que de petits jeunes.

D'ailleurs c'est un anxiolytique bien moins dangereux que l'alcool, et que certains médicaments.

De plus, ce que je trouve désolant, c'est que les discours contre la dépénalisation ne tiennent jamais compte de l'accessibilité actuelle et dans les faits du cannabis. Comme si on allait en faciliter l'accès en dépénalisant.

C'est vrai peut-être pour certaines personnes malades, dont vous aviez évoqué le témoignage me semble-t-il, mais est-ce bien ce genre de personnes que l'on veut envers et contre tout protéger d'une addiction? Parce que pour les autres, c'est on ne peut plus facile, voire commun.

Écrit par : Pascale | 18 novembre 2010

Mouais,

Sans tomber dans les travers moralisateurs anti 68ard et assimilés. Il me semble quand même que si l'effet récréatif peut être sympa chez un individu sain d'esprit au départ ... et que sa neurotoxicité n'est apparemment pas aussi forte que celle de l'alcool; ce n'est pas sans dangers bien réels.

D'abord l'effet retard, plutôt dangereux parce qu'il altère les capacités de l'individu , alors qu'il a la sensation d'être en pleine possession de ses moyens.( voir l'expérience du pilote en simulation de vol, 24h après un joint )

Ses effet pharmacologiques immunosuppresseurs, intéressants pour des douleurs et éventuellement certains syndromes auto-immunitaires, diminuent fortement les défenses anti-tumorales en cas de cancer ! De plus inhalé, le cannabis est encore plus cancérigène que le tabac ...

Enfin, l'altération de l'équilibre des fonctions émotionnelles ( précisément au niveau de l'hippocampe) peut déclencher chez les sujets prédisposés, des crises psychotiques. J'ai observé cela très directement, chez trois patients, (jeunes hommes) . Schizophrénie, paranoïa qui a mené à la violence pour l'un d'eux. Avec pour les 3 tous les signes de la pathogénésie du cannabis en homéopathie: Inflammations urinaires, coxalgies et irruption de voix étranges le soir au coucher.

Tout est poison, rien n'est poison. C'est le dosage qui compte !

Mais attention tout de même !

En ce qui me concerne, je ne l'utilise que pour faire des prescription ... homéopathique...

Écrit par : aoki | 18 novembre 2010

Il est vrai que ce medicament "chanvre" n'est pas a prescrire à n'importe quel individu , la est la difficulté .
Je connais peut de gens dans mon entourage qui ne fume pas ce medicament , il ce fournissent bien sur par le biais de personne qui risque gros je presume.
Rien ne les feras jamais arrete cette substance , il est dommage qu'il ne puissent savoir reelement de quoi est fait cette resine fabriqué au maroc , de plus elle doit obligatoirement ce fumer avec du tabac tres nocif.
Dépénalisé ce medicament ne regleras pas le probleme de la qualité consommé sur le territoire national.
Il faut bien entendu le legalisé afin de controler une production industriel ,pharmaceutique et recreative de bonne qualité labelisé (made in france).
Devenir le n°1 du secteur production de chanvre dans le monde devrait pourtant faire parti d'un programme economique ambitieux de l'un de nos candidat aux election presidentiel francaise(de droite ou de gauche peut importe).
L'avenir donneras raisons aux vertu economique,ecologique,pharmaceutique de cette plante ,c'est inevitable l'homme moderne en a besoin , quelque soit la desinformation!
Les ennemies du chanvre font stagné la modernisation positive du monde depuis maintenant trops longtemps ,ce sont des gens manipuler par les interêts "sale" du petrole ,ils participe a la destruction massive de notre planete .
GUIGZ

Écrit par : guigz | 17 septembre 2011

Les commentaires sont fermés.