Remboursement du fitness par les complémentaires

Cela dure depuis des années: certaines assurances complémentaires remboursent une partie de l’abonnement au fitness de leurs assurés. Au nom de la prévention. L’intention est louable. Mais dans la pratique on peut se poser des questions.

assurance2-sante_jaune.jpgLe Matin de ce jour cite deux exemples étonnants: une jeune femme qui paie une prime annuelle de 216.- frs pour sa complémentaire, a reçu 250.- à déduire de son abonnement. Une jeune fille de 16 ans qui paie 114.- de prime par année s’est vu offrir 180.- à valoir là aussi sur son abonnement.

Comment est-ce possible? Comment peut-on être couvert pour plus que ce que l’on paie?

Par le système de mutualité, bien sûr. A savoir que ce sont les autres, ceux qui ne sont pas au bénéfice d’une telle prime, qui paient la différence. Ce qui se justifie en cas de maladie, où les coût parfois élevés des soins ne peuvent être pris en charge par l’assuré, doit-il se généraliser à une prévention? Et si tout les assurés des complémentaires font du fitness, que se passe-t-il?

Je pense que la prévention doit rester du domaine privé et du choix individuel. Il est trop aléatoire de déterminer son efficacité réelle. Je ne soutiens donc pas un tel système. Par contre on pourrait envisager des bonus en cas de non recours à son assurance sur de très longues périodes. Tout en tenant compte de certains soins réguliers dont le dépistage du cancer du sein qui permet de soigner bien avant une issue fatale. De même les visites gynécologiques et le suivi des grossesses ne devraient pas annuler les bonus.

On voit que ce n’est pas simple, que nous ne sommes pas égaux en matière de santé, et que le système du remboursement des soins quand il y en a besoin n’est pas si mauvais.

Pour revenir aux complémentaires, on apprend par cet article qu’en participant aux frais de fitness les assurances complémentaires vont à la pêche aux bon clients, ceux qui prennent soin d’eux et qui ont quelques moyens. Ces caisses les orientent ensuite vers d’autres produits.
assurance1-sante.jpg
Il me semblait bien qu’il y avait un truc. Non que cela soit répréhensible, après tout chacun fait son commerce. Mais l’assuré malin doit être attentif à contracter l’assurance la meilleure et la moins chère dans la compagnie qui lui convient. Donc pas forcément là où il a pris une complémentaire. Si chacun agit de la sorte, le système des complémentaires s’effondrera. Pour le moment il marche surtout grâce à une certaine loyauté des assurés envers leur caisse. Je ne suis donc pas convaincu que ces primes au fitness soient à long terme un bon plan. Les assurances complémentaires ont leur fonction propre, soit initialement de couvrir en partie les frais des médecines douces et quelques autres prestations. Ên faire des produits d’appel pour d’autres contrats, surtout en dépensant plus qu’elles n’encaissent, me paraît fragiliser le système des complémentaires dans son ensemble.

De même j’ai toujours recommandé aux praticiens en thérapeutiques naturelles de ne pas faire utiliser tout le crédit de la complémentaire à leurs patients. Or certains le font par principe: si vous avez un plafond à 2‘500.-, ils font des séances à hauteur de ce plafond. Ce qui à terme scie les complémentaires.

Ces assurances dont la vocation initiale était louable, sont devenues une sorte de fourre-tout ou de vache à lait. Pas sûr qu’elles y survivent longtemps.

Catégories : Santé 3 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • La complémentaire est souscrite pour combien d'année ?

    Le bon est il annuel ?

    Quel est le coût du bon pour l'assureur ?

    Le bon est-il déduit du compte lié au contrat de la complémentaire, compte qui détermine la prime à payer, ou bien son coût pour l'assureur est-il déduit de sa comptabilité globale ?

  • Il faudrait une personne plus au fait des détails techniques, CEDH. Je n'ai pas les réponses précises à cela.

  • Je pense que vous ne devriez pas vous faire de soucis pour les assurances de droit privé. Dont les assurances complémentaires font partie...

    A partir de 45 ans, il devient très difficile d'obtenir un contrat de complémentaire. Et ils font fuir les personnes âgées en leur infligeant des hausses faramineuses ou en cassant le contrat.
    A lire le dossier de l'Hebdo, datant de 2007, mais pas vraiment de changements...
    Disponible ici:
    http://www.vaud-cliniques.ch/fr/GeneveCliniques2.aspx

Les commentaires sont fermés.