Le grand retournement (1): l’inévitable prochaine guerre

En donnant la parole à un historien, Marc Ferro, le magazine Science et Avenir de novembre propose une intéressante réflexion sur notre époque. Marc Ferro est directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et auteur de plusieurs livres dont Le retournement de l’Histoire (Ed. Robert Laffont) et Le Ressentiment dans l'histoire (Ed. Odile Jacob).

ferro.jpgVoici des extraits de son interview et quelques observations qu’ils m’inspirent.

- «Vous avez abordé un thème inédit en histoire, celui du ressentiment. En quoi est-ce selon vous une notion fondamentale pour comprendre le monde d’aujourd’hui?

- Au cours de mes années d’étude, un certain nombre de faits observés m’ont mis sur la piste du ressentiment. (...) Pour qu’il y ait ressentiment il faut qu’il y ait eu humiliation, traumatisme, ainsi qu’une incapacité à se venger. L’attente de la réparation peut être longue car le sentiment de vengeance tourne souvent à l’obsession. Il existe des ressentiments de longue durée, à l’instar de ceux entretenus entre différents groupes religieux dès l’antiquité, le Moyen-Age ou la Renaissance: juifs et chrétiens, catholiques et protestants, etc. D’autres, historiques, du type de ceux qui avaient subsisté entre Français et Anglais pendant des siècles; ou plus récemment entre Arméniens et Turcs, à la suite des massacres Ottomans de 1915.

- Quel exemple retiendriez-vous?

- Les attentats du 11 septembre à New-York. Ayman al-Zawahiri, le lieutenant d’Oussama Ben Laden, a dit dès sa première intervention: «Nous vengeons enfin l’expulsion des musulmans d’Espagne». (...) Cela a été encore une des justifications énoncées lors des attentats de Madrid en mars 2004. Beaucoup de gens l’oublient.

- ... Qu’est-ce qui a le plus changé selon vous dans nos sociétés?

- Nos sociétés occidentales vivaient dans l’espérance d’un mieux-être permanent. L’Etat Providence ne cessait d’élargir son territoire. Les sociétés étaient dans cette offensive d’une amélioration de leurs conditions, mais cela s’est «retourné». Les idéologies maîtresses se sont effondrées et le libéralisme montre ses limites. Nous sommes maintenant dans la défensive et l’on ne voit pas comment au cours de l’histoire, au moins en Occident, on pourrait revenir aux phases ascendantes qui existaient depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

- Nos sociétés n’ont-elles donc plus de projets?
11-Septembre1.jpg
- Les partis politiques sont paralysés. En dehors des postures, du court terme et des saillies politiciennes, il y a une incapacité des politiques à maîtriser les conditions du futur. Je parle du long terme, bien sûr. De fait, les gens n’ayant plus d’avenir visible, on assiste au retour du religieux et de l’irrationnel. Nous sommes là devant un exemple de retournement complet. Pendant des années, toutes les sociétés occidentales se demandaient comment on passait du libéralisme au socialisme... Aujourd’hui, ce sont les sociétés socialistes qui se demandent comment passer au libéralisme.»

(A lire dans Sciences et Avenir de novembre).


Trois points ressortent de ces propos. D’abord l’importance du ressentiment dans les relations entre nations. On connaît le ressentiment et le désir de vengeance au plan individuel: les ressentiments suite à une injustice ou une humiliation peuvent durer des années, produire des vendettas sur plusieurs générations ou conduire à des actes de violence individuelle qualifiés de fous, comme ces tueries annoncées régulièrement dans la presse. Et bien cela existe aussi au niveau des Etats: par exemple la seconde guerre mondiale est souvent présentée comme la conséquence de l’humiliation de l’Allemagne à la fin de la première.

Historiquement les raisons de ressentiments sont nombreuses dans de nombreux pays. Entre les juifs et les arabes, entre des pays ou ethnies africains, entre tibétains et chinois, entre musulmans et chrétiens, etc. De ce point de vue le monde est en permanence sur un volcan. Et comme chacun dans l’Histoire a été une fois victime une fois bourreau, les raisons de ressentiment existent à peu près partout et se réalimentent mutuellement dans un cercle victimaire sans fin. Comme rien n’est vraiment fait pour établir des paix durables fondées sur la reconnaissance de la souffrances passée, le pardon, la réparation et le respect mutuel, une prochain guerre de grande envergure est inévitable, quand les petites guerres actuelles ne pourront plus contenir la violence des nations et servir de soupape. Et dans la tendance actuelle ou chaque religion veut se poser comme la meilleure et faire du prosélytisme en dénigrant les autres religions, on n'est pas sortis de l'auberge!

genocide-rwandaBigTeaser_1.jpgPour éviter cela il faut soit, comme c’est encore le cas, un pays assez fort pour maintenir une menace qui décourage d’autres pays à partir en guerre. C’est la continuité de l’équilibre de la terreur. Soit accomplir une sorte de «Grand pardon», qui remette à plat toutes le humiliations passées dans une reconnaissance de la souffrance. Ou alors il faudra beaucoup, beaucoup de temps pour oublier, avec le risque que d’autres guerres n’alimentent encore de cycle. Dans certains cas récents comme l’Arménie, on peut aussi ajouter des mesures de réparation. Pour les cas plus anciens c’est trop difficile. Indemniser les pays arabo-musulman pour la colonisation? Outre le fait que celle-ci a injecté de l’argent dans ces pays, on devrait aussi leur demander une indemnisation pour l’occupation de l’Espagne pendant six siècles environ.

Du point de vue de la colonisation française, le ressentiment victimaire exprimé par certains immigrés originaires d’Algérie en France ne me semble pas honnête. Leur présence en France, leur nationalité française, est déjà une forme de réparation. Continuer le discours victimaire et en justifier les violences habituelles des banlieues n’est qu’une terreur idéologique que certains utilisent délibérément grâce au réflexe communautariste et identitaire. Il y aurait autant à dire à ces ressortissants pour les crimes commis par leurs ancêtres quand ils ont occupé ces pays. L’Algérie est-elle prête à offrir des réparations aux populations Berbère? Pas que je sache. De même, si réparation il devait y avoir pour l’esclavage, les pays arabes devraient y contribuer à la hauteur de leur propre implication dans la traite des esclaves.

On le voit, on est loin d’un monde orienté vers la paix. En Europe on a pu passé au-delà de certains ressentiments (entre français et allemands par exemple). La construction européenne y contribue. Espérons que cela dure sur de nombreuses génération.


(A suivre: les exemples actuels de grands retournements)

Image 2: novopress.

Catégories : société 8 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • Merci pour votre article... Malheureusement, Monsieur Marc Ferro a raison...
    Finalement, on récolte ce que l'on sème.

  • Soyons cohérents jusqu'au bout:
    Ce sont les Chrétiens qui devraient recevoir réparation de l'invasion de l'Orient, de l'Afrique et de l'Europe par les Musulmans.
    -
    Il y un élément qui est extérieur au raisonnement, très bon par ailleurs:
    L'Islam est organisé autour d'un noyau qui préconise de tuer tous ceux qui ne sont pas Musulmans et de réduire les autres en sujétion ou esclavages.
    -
    Aussi longtemps que ce programme destructeur ne sera pas clairement ET SINCÈREMENT désavoué par les Musulmans eux-mêmes, le ver sera dans le fruit, revanche ou pas.

  • Je rectifie:
    L'Islam est organisé autour d'un noyau qui préconise de tuer tous ceux qui ne sont pas MONOTHÉISTES et de réduire les autres MONOTHÉISTES en sujétion ou esclavages.

  • "Indemniser les pays arabo-musulman pour la colonisation?"

    Quels pays? Quelle colonisation? A part l'Afrique du Nord, les pays arabes ont d'abord été colonisés par la Turquie... Et en ce qui concerne l'Afrique du Nord justement, comme vous dites, ils ont été colonisés par... les arabes. Faut-il en effet indemniser les Berbères (qui bien souvent sont anti-arabes)?


    "On le voit, on est loin d’un monde orienté vers la paix."

    Nous vivons une guerre économique.
    La 3ème guerre mondiale (guerre ouverte) se déclenchera sur le problème de l'accès aux ressources. Son but sera aussi de réduire la population mondiale de quelques centaines de millions d'"unités", en vue de rétablir une adéquation entre populations et ressources, et parce que l'humanité n'a jamais su s'autoréguler. Homo "sapiens", quelle hypocrisie!

  • Bonsoir Hank Vogel,

    tu signale ceci :

    "L'Islam est organisé autour d'un noyau qui préconise de tuer tous ceux qui ne sont pas Musulmans et de réduire les autres en sujétion ou esclavages...".

    Pour y répondre :

    Quel dommage que vous tombiez en cette vision stéréotypée de ce qu'est l'Islam..., vous pourriez en dire autant de toutes les religions existante.

    Tout est double, un peu comme chaque coté d'un miroir, ou d'une pièce de monnaie ci cette image vous parle plus encore..., ce qui veux dire qu'en une religion, quel quel soit, il y a un coté Lumineux et un coté Ombre.

    Comme beaucoup trop d'être en occident vous avez au centre de votre vision le coté Ombre de l'Islam, tout comme en orient et au moyen orient les êtres ont au centre de leur vision le coté ombre du Christianisme et du Judaïsme... .

    Le serpent ce mort la queue, car c'est bien plus simple de voir les mauvais coté d'une chose que de voir les bon coté de cette même chose..., pour exemple de ce dernier dire, je vous donnerez ceci :

    je travaille en cuisine et j'ai fait en 10 ans de pratique une multitude de restaurant en France, et partout ou je suis passé, j'ai toujours entendu les employeur dire qu'il est plus difficile de plaire que de déplaire car le client, quel qu'il soit, aura toujours l'attention fixé sur les mauvais point que sur les bon, et pire encore, il retiendra particulièrement les mauvais points au détriment des bon, et les diffusera à tous vent.......!.

    Donc ne soyez pas comme tout les être en devenir d'esprit facho qui focalisent uniquement leur attention sur le coté Ombre de l'Islam, alors que son coté Lumineux est d'une douceur, d'un respect hors norme, autant envers les femmes qui sont les égal des hommes, qu'envers les non musulman..., ne rester pas figer dans un état d'esprit, cherchez à voir par vous même ce qu'est l'Islam des Lumière.

  • mais je conçoit bien aussi qu'il est plus facile pour l'esprit de focaliser toute sont attention sur un gros point noir... .

    Et ce point noir grandi de plus en plus, un peu comme un égrégore qui grandi nourrit par l'énergie des peurs, et des haines.

    Oui ce coté Ombre est visible et prend plus de place que le coté Lumineux désormer, mais nous pourrions dire ceci pour toute religion confondu, autant en période de croisade qu'à l'heure actuel... .

    L'ennemie de l'homme c'est sa stupidité et son ignorance et ce contrepoint fait de lui un outil de haine manipulable à souhait autant par certain religieux que par certaine élite politique... .

    Sortez de vos dogmes illusoire et regardez les choses par et avec votre cœur, et non avec les filtres stéréotypée de votre cerveau.

    Il en est surement ici qui n'aimeront pas mes deux messages, que puis je y faire, si ce n'est leur dire ceci :

    C'est le jeu de la différence ma pauvre Lucette..., regardez vous au plus profond de vous même et vous remarquerez de gigantesque différence envers tout ce que vous aviez pu imaginer sur vous même au delà de toutes les religions stéréotypée.

  • Namaste.

  • Ne s’agit-il pas aussi une conséquence du non respect des droits de l’Homme ? En ce sens où la liberté de religion est limitée car des restrictions sont imposées à la population vis-à-vis de la manifestation de leur religion !
    Ainsi, nos libertés ne doivent pas contrevenir aux mœurs, à l’ordre public et aux droits d’autrui.

    Le choix de la religion est une liberté, certes, mais qui ne doit pas connaître de restriction. Mais nul ne peut imposer aux autres, ni leurs religions, ni leurs signes religieux.

Les commentaires sont fermés.