Le magique Circus

Je n’ai pas encore parlé de l’oiseau qui illustre mon blog et dont j'ai mis une nouvelle image. (C’est curieux de dire «parler» quand j’écris). C’est un Circus. En français: un busard. Un rapace particulier dont on recense plusieurs variétés en Europe: busard pâle, busard des blés, busard cendré, des roseaux, de la Saint-Martin pour les plus connus. On les trouve sur l’ensemble de la planète.

Busard3.jpgLe nom suggère-t-il une proximité particulière avec la buse? Oui parce qu’ils sont des rapaces. Mais non parce qu’ils sont aussi différents que la buse et le milan. En vol la buse est trapue, la queue courte et arrondie. Chez le busard, "la queue est longue et plutôt droite. Mais il l'étale parfois comme la buse. Comment le reconnaître ? Notez la position des ailes : au lieu d'être étalées comme celles des buses, elles sont repliées. En général il vole également beaucoup plus bas : il est fréquent de le voir survoler les roselières où il vit. Il se nourrit d'oisillons et de petits rongeurs."


Celui que l’on nomme parfois le busard des blé est le cendré:

«Le busard cendré est le plus petit et le plus gracile des quatre busards européens. Il a une silhouette plus svelte et plus affinée que celle du busard saint-martin ou du busard des roseaux. (...) Il n'a pas d'habitat-type. on peut le retrouver dans les zones humides : marais, polders, tourbières mais on l'observe surtout dans les paysages découverts tels que les steppes, les landes, les prairies, les champs de céréales et de graminées où il trouve des conditions plus favorables à la nidification et à la chasse. (...) Vol: virtuose de l'acrobatie, le couple se fait surtout remarquer par ses parades nuptiales au cours desquelles il exécute de longues glissades qui se terminent par une chute en vrille piquée. Il n'a pas son pareil pour échanger des proies en vol. Ce rapace possède la plus faible charge alaire avec seulement 0,2 g/cm².»

busard.cendre.dico.1g.jpg
En effet c’est un acrobate du vol, d’une habileté fascinante. Sa légèreté, sa charge très faible et son extraordinaire portance lui permettent d’utiliser les plus petites ascendances proches du sol et les infimes courants de l’air. Magique. Il faut le voir voler très bas, entre les arbres, près des maisons (vidéo plus bas). Car la particularité des busards est de nicher au sol. Quand ils choisissent des champs de blé et que la moisson est en avance, des ornithologues vont entourer leur nid pour le protéger, avec l’accord des paysans, afin que les petits puissent survivre (deuxième vidéo).

Nicher au sol fait du busard le rapace le plus vulnérable de tous, et le plus proche des humains (je veux dire d'un point de vue de l'espace, qu'alliez-vous chercher...).

Voici encore le cri du busard:


podcast


Busard, vous avez dit busard?




Catégories : Environnement-Climat 0 commentaire Lien permanent

Les commentaires sont fermés.