L’indépendance émotionnelle

Je suis très preneur des interactions entre les personnes. J’agis, tu réagis, je réagis à ta réaction, et ainsi de suite. Il y a là à mes yeux une dynamique vitale des relations humaines, une forme de dialogue essentielle à la communication.

Interaction-Intensive 2.jpgL’interaction c’est comme les deux pattes d’un canard: pendant que l’une appuie au sol l’autre prend son élan pour aller plus loin. Le débat contradictoire est une application de l’interaction.

Réagir c’est se positionner par rapport à l’autre et de préférence le lui montrer. De préférence, car ce n’est pas une obligation et certaines personnes ne montrent pas ce qu’elles ressentent en face de l’action ou des paroles des autres.

Dans toute réaction il y a une part d’émotion. L’émotion peut être très apparente comme la joie à une bonne nouvelle, ou le fait d’être blessé, ou la colère. Parfois l’émotion est masquée par la dynamique intellectuelle entre deux personnes, mais elle peut être décelée dans le désir de démontrer la véracité de son point de vue, dans l’enthousiasme ou sous d’autres formes.

Mais si l’interaction est vitale et si l’absence d’interaction est un appauvrissement, dans certains cas l’interaction peut devenir une co-dépendance et l’on ne sait plus où s’arrêter, en particulier dans les disputes. Un mot en entraîne un autre, chacun veut se faire entendre et chaque mot monte en puissance. Parfois la dispute se finit en bagarre ou en rupture momentanée de la communication, chacun restant sur ses positions et ne retenant de l’autre que ses dernières interventions. Notre attitude devient dépendante de celle de l’autre. Et si de l’autre côté c’est pareil, on imagine l’imbroglio que cela provoque: deux dépendances ensemble, il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Dans ce genre d’interaction où aucune partie ne peut plus s’arrêter, on donne une partie de son pouvoir sur soi à l’autre. «Je me calmerai quand tu m’auras fait des excuses».

Ce que l’on oublie c’est que notre vie n’est pas entre les mains de l’autres. Nous pouvons cesser l’interaction quand nous le voulons, librement, sans obligation. Nous pouvons retrouver notre sérénité car elle ne dépend que de nous et non pas de l’autre.

On pourrait par exemple imaginer que l’on réponde avec amabilité à une personne qui nous agresse ou nous dénigre. Quel en est le but? Il est de ne pas se mesurer à la même mesure, de ne pas répondre à l’agression par l’agression - car alors que faisons-nous de mieux? Par exemple quand quelqu’un nous insulte, nous lui répondons en parlant de ses qualités. Quand quelqu’un nous rabaisse, nous l’élevons. Cela signifie que nous somme indépendants émotionnellement. Ce n’est pas l’autre qui, par le jeu de l’interaction (action-réaction), dicte ce que nous devons ressentir et être.
InteractionDesign.gif
Nous pouvons donc garder une équanimité face aux personnes et aux circonstances. Mais, problème: si nous ne réagissons pas avec nos tripes, si nous ne montrons pas notre blessure ou notre colère, l’autre ne reçoit pas de message utilisable. Réagir c’est peut-être lui montrer qu’il a fait mouche ou lui donner une part de pouvoir, mais c’est aussi dire où l’on est. Le signal a l’avantage d’être clair.

Il y a certes une quête de sagesse dans l’équanimité. Mais cette sagesse suppose un réel travail intérieur, car il ne s’agit pas de faire semblant. Etant très preneur des interactions je me pose régulièrement cette question de la co-dépendance induite par la réactivité. Je suis loin de l’équanimité, ou alors j’y suis par moment, mais il y a encore du boulot. Cette réflexion sur l’indépendance émotionnelle a été ravivée à la lecture d’un passage du blog de Hani Ramadan, passage qui m’a suggéré ce billet:

«Selon l’éthique musulmane, on peut manifester de la bonté envers quelqu’un dans le but de se préserver de sa méchanceté. ‘Âïsha rapporte qu’un homme demanda au Prophète la permission d’entrer. Lorsqu’il le vit, le Prophète dit : « Quel mauvais frère et quel mauvais fils dans la tribu ! » Lorsqu’il s’assit, le Prophète lui fit face en souriant et en l’accueillant. Lorsque l’homme s’en alla, ‘Âïsha lui dit : « Ô Messager de Dieu, lorsque tu as vu cet homme, tu as dit de lui telle et telle chose, puis tu lui as fait face en souriant et tu l’as bien accueilli. » Le Messager de Dieu dit alors : « Ô ‘Âïsha, depuis quand m’as-tu vu prendre l’habitude de proférer des propos indécents ?»

interaction-future-social-.jpgOn trouve ce genre de textes de sagesse dans toutes les religions. Ici le texte m’a surpris, puisque l’attitude proposée est de dissimuler le véritable sentiment et la véritable pensée du prophète. Celui-ci exprime d’abord une mauvaise opinion sur le visiteur. Puis en face de lui il se montre accueillant et ne laisse rien transparaître. Comment le visiteur peut-il savoir ce qui lui est éventuellement reproché, et en tenir compte ou s’en défendre si ce n’est pas fondé? Il ne le peut pas. Il sent peut-être que quelque chose n’est pas clair mais il ne peut rien faire de l’attitude de son hôte. Cette attitude de duplicité est de l’hypocrisie, au sens éthymologique: «faire baisser ou éviter la crise». La crise étant ici l’avis négatif sur le visiteur et la tension que cela provoquerait de le lui exprimer.

Il est curieux de voir qu’une telle attitude est encouragée par un prophète, qui est supposé faire briller la vérité et aider les gens à réformer leur vie - du moins pour les prophètes de la bible. Cette attitude ne produit aucune interaction utile pour le visiteur et ne montre non plus aucune équanimité. Il y a une co-dépendance non explicitée.

L’indépendance émotionnelle à laquelle je pense ne peut faire l’économie de la crise quand c’est nécessaire. La manière peut toutefois être adaptée pour éviter des collisions frontales entre les personnes. Peut-être qu’un jour nous arriverons à être réellement indépendants émotionnellement. Cette indépendance est pour moi une forme active de la liberté. Elle fait aussi partie de ma quête de liberté dans ma vie. Et si je peux trouver comment rester dans l’interaction et sa forme de communication tout en étant indépendant émotionnellement, j’aurai fait un grand pas.


Catégories : Psychologie 8 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • C'est bien. J'allais vous faire une réponse basée sur un exemple vécu, quand j'ai lu ça qui vous est destiné, mais sur un autre blog:

    "@hommelibre

    Comme c'est étonnant! La seule chose qui a attiré votre attention sur le long billet de Mr. Ramadan, c'est un hadith qui peut prêter à confusion pour des gens qui n'ont pour seul objectif que la controverse et la malveillance! On devine aisément votre grille de lecture! Vous ne cessez de le répéter : on est en Occident, lieu de liberté par excellence. Les gens ont la liberté de lire ce qu'ils veulent et personne ne pourra l'en empêcher. Et heureusement, pas mal d'occidentaux découvrent qui est vraiment Mohammed, et sans couteau sous la gorge, s'il vous plait! Et juste pour dire : au moment même où le prophète reçu l'ordre de prêcher, il eut des ennemis féroces - comme tous les prophètes!-
    et il y en avait même au sein de sa propre famille! Il en est ainsi avec le message divin : il ne plait pas à tout le monde! Rien de nouveau sous le soleil donc!

    La chose merveilleuse en Islam c'est que le Prophète lui-même tenait à ce que tous ses propos et ses gestes soient connus de toute la communauté. Ce hadith montre que l'on peut ne pas ressentir de l'amitié pour quelqu'un de très mauvais - c'était le cas de l'homme qui est venu chez lui - mais de l'accueillir chez soi de la meilleure des manières afin que cela laisse une trace positive en lui, dans l'espoir que ça améliore son intérieur. Le Prophète s'est confié à sa femme qui a tenu à nous le rapporter. Il faut rappeler qu'on doit à Aïcha le plus grand nombre des hadiths. Il y a aussi dans le Coran, quelques passages où Dieu sermonne assez sévèrement le Prophète, qui fut un homme et non un ange. Dieu l'éduquait tout au long de son apostolat pour le plus grand bien de l'humanité. Il a fait de même avec les prophètes bibliques et si vous étiez un grand connaisseur de la Bible, vous l'auriez su! Mais bon, vous êtes un énième deeb qui n'a de cesse de prouver à la terre entière que l'Islam est une horreur absolue! On vous fait confiance pour trouver toujours une parole par-ci ou par-là, très souvent sortie de son contexte, pour vous conforter dans vos préjugés. Je vous propose de vous associer avec deeb, scherb et tant d'autres sur cette plateforme qui s'est spécialisée dans la diabolisation des musulmans, et s'il vous plait, épargnez-nous vos objections mensongères!

    Mais vous vous fatiguez pour Rien car, ni vous ni nous, n'avons une quelconque mainmise sur les coeurs des gens! Dieu Seul a ce pouvoir et Il fait ce qu'Il veut avec Ses créatures. Et Il est capable de changer l'hommelibre actuel en quelqu'un de très différent...Tant qu'il y a la vie il y a de l'espoir!

    Zakia"

    Apparemment notre islamiste de service (qui entre parenthèse me censure systématique sur son blog - bel exemple de "liberté" à la sauce islamiste) n'a même pas le courage de venir discuter ici et elle n'a pas apprécié que vous traitiez son imposteur favori d'hypocrite. C'est pourtant ce qu'il a été toute sa vie durant. Parce que non seulement il disait du mal de certaines personnes derrière leur dos, mais en plus il en a fait assassiner un certain nombre par des amis... des personnes assassinées. L'islam apprend qu'il est parfaitement légitime de mentir. Alors évidemment face à de naïfs, à de très naïfs occidentaux qui ont porté aux nues la conception de la liberté, ils ont toutes les facilités pour y déverser leur idéologie totalitaire et mensongère avec pour objectif final de ruiner cette liberté dont ils profitent. Et bien sûr ils en profitent tant qu'une majorité de gens ici ne comprendront pas qu'il convient de leur opposer leurs propres valeurs d'intolérance tant qu'ils prétendront nous opposer les nôtres. Ils ne sont fort que de nos faiblesses. C'est être intolérant que de tolérer l'intolérance.


    "et s'il vous plait, épargnez-nous vos objections mensongères!"

    Em Suisse, beaucoup de gens commencent à comprendre qui tient des propos mensongers et qui était le prince des mensonges. D'ailleurs ce dernier est en train de pourrir en enfer:

    http://gringoman.typepad.com/usa/images/dali_mahomet_1.jpeg

    Bon séjour si vous ne rêvez que d'aller l'y retrouver!


    "dieu seul a ce pouvoir et il fait ce qu'il veut avec ses créatures. Et il est capable de changer l'hommelibre actuel en quelqu'un de très différent..."

    MDR! Votre divinité n'a aucun pouvoir. Nous sommes des êtres humains libres de toutes vos fables et de tous vos mensonges. Votre divinité est totalement et irrémédiablement impuissante. Vos propos sont du pur délire. Sans compter que vous n'avez aucune connaissance directe de la bible, ce qui vous amène à divaguer complètement. Mais continuez donc à nous faire rire. Le rire est bon pour la santé!

  • Merci Johann, je n'avais pas vu passer ce comm de Zakia dans le fil des commentaires.

    Je sais que Zakia ne m'aime pas et qu'elle est prête à déformer mes propos pour me dénigrer. Je l'ai encore vu aujourd'hui sous le billet de Pachakmac.

    Je vais pourtant lui répondre car j'aime argumenter.

    J'ai lu ce hadit en me trompant d'abord. J'avais sauté la phrase où le prophète dit du mal du visiteur et je l'avais comprise à l'envers, soit que le visiteur disait du mal du prophète. Et j'avais trouvé admirable l'attitude bienveillante du prophète. J'avais commencé mon analyse du hadit et mon billet dans cet esprit. Et puis, en recollant le texte, je l'ai relu, et là j'ai réalisé que ce que disait Aisha ne collait pas avec cette version. J'ai alors vu mon erreur de lecture. J'ai continué mon billet car le thème m'habite de longue date mais en corrigeant mon propos sur le prophète.

    Je me suis demandé si j'avais plus de plaisir à prendre Mahomet en faute ou en me trompant dans la lecture. Et bien à vrai dire j'aurais préféré la version où je me suis trompé. Cela me dérange d'avoir à tacler Mohamet. Non pas que je l'estime en dehors de toute critique, ça non. Mais parce que je me suis bien dit que j'allais passer pour le pourfendeur de l'islam de service. Le comm de Zakia est exactement ce à quoi je pouvais m'attendre.

    J'ai hésité à laisser ce hadit dans mon billet. J'ai pensé que cela allait prendre trop de place par rapport au thème qui n'était pas axé sur Mahomet. J'ai finalement décidé qu'il y avait sa place. D'une part il était le point de départ de mon billet, d'autre part j'ai écrit un billet sur un prophète de la bible en décembre 2008: Jonas, et comment sa mission à Ninive a été pour lui un enseignement. Donc j'assume mon billet de ce jour sans problème.

    http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2008/12/16/jonas-ou-l-art-d-avoir-tort.html

    Deuxième partie de ma réponse à Zakia:

    Ce qu'elle dit de l'attitude de Mahomet n'est pas ce que le texte posé par Hani Ramadan dit. En effet Zakia dit:

    "l'accueillir chez soi de la meilleure des manières afin que cela laisse une trace positive en lui, dans l'espoir que ça améliore son intérieur. "

    et le texte dit (je le mets en entier car je l'avais coupé trop vite):

    « Ô ‘Âïsha, depuis quand m’as-tu vu prendre l’habitude de proférer des propos indécents ? Celui qui parmi les hommes occupera la plus mauvaise place auprès de Dieu, le Jour de la résurrection, ce sera celui que les hommes ont délaissé par crainte de sa méchanceté. »

    Il n'est pas question une seule seconde ici de laisser une trace positive en lui afin d'améliorer son intérieur. On peut interpréter ceci: si Mahomet se montrait méchant avec ce méchant homme, les hommes le délaisseraient par crainte de sa méchanceté et ils aurait la plus mauvaise place auprès de dieu. C'est donc pour assurer son propre salut que Mahomet ne dit pas ce qu'il pense au visiteur, pas pour l'inciter à s'améliorer.

    Quand à l'idée que dieu puisse me changer instantanément en autre chose, s'il en est qui croient à cette magie, et si dieu (s'il existe) a juste besoin de montrer son pouvoir, je ne suis pas preneur.

    Je ne sais pas si Zakia me lira ici, mais je peux ajouter que son attitude, sa déformation des écrits (y compris des miens), sa manière de ne pas répondre directement sur mon blog (je dois être pestiféré à ses yeux), sa manière d'attaquer à chaque fois la personne plutôt que les idées, tout cela est assez désagréable. Elle ne facilite pas le dialogue entre musulmans et non musulmans.

  • Bonsoir hommelibre,

    J'ai pas mal de temps aujourd'hui et j'en profite pour vous répondre chez vous. Je commence par votre dernière phrase que je vous retourne : vous ne facilitez pas le dialogues entre musulmans et non musulmans! J'ai cru tout d'abord que le problème venait de Fatima et moi-même car nous l'avouons, nous avons un tempérament assez trompé, mais lorsque j'ai lu vos commentaires sur le blog de Pacha - qui est plus que pacifiste et très gentil - je me suis vite rendue compte d'où venait le problème! Je sais que je ne me comporte pas toujours en bonne croyante et je l'avoue, mais je n'ai aucun plaisir à rabaisser ou attaquer quelqu'un injustement. Ce n'est définitivement pas ma tasse de thé! Par contre, je réagis assez mal à la méchanceté gratuite et la malveillance. Mais je me soigne! C'est mon grand djihad personnel.

    Pour revenir à l'Islam, je conseille toujours à tous, de lire et de toujours lire. Lire le Coran et la vie du Prophète pour se faire une idée globale du message. Quelqu'un qui a quelque chose à cacher ne criera pas sur les toits qu'il faut la découvrir. Lisez! Instruisez-vous! C'est mon seul message sur cette plateforme! Nous ne sommes là que pour inciter les gens à le faire! Nous ne voulons pas nous faire des ennemis mais nous savons que cela est difficile vu le contexte actuel hyper explosif!

    Bonne nuit

  • "car nous l'avouons, nous avons un tempérament assez trompé,"

    Lapsus plus que significatif.


    "Lire le coran et la vie de l'imposteur pour se faire une idée globale du message."

    Instruisez-vous donc de tous les crimes de l'imposteur dont voici un fort bon résumé:

    1)
    http://www.webzinemaker.com/admi/m9/page.php3?num_web=18063&rubr=3&id=276797

    2)
    http://www.webzinemaker.com/admi/m9/page.php3?num_web=18063&rubr=3&id=276799

    3)
    http://www.webzinemaker.com/admi/m9/page.php3?num_web=18063&rubr=3&id=276800

    Et comme on nous parle du coran, il y a un bonus:
    http://www.webzinemaker.com/admi/m9/page.php3?num_web=18063&rubr=3&id=266228


    Il serait quand même bon de rappeler que l'islam représente une menace de mort pour tous les mécréants. La haine de l'imposteur pour tous ceux qui refusaient son imposture est là pour le démontrer. C'est un avertissement.

  • Sur le fond après l'intermède islamiste:

    "Je suis loin de l’équanimité, ou alors j’y suis par moment, mais il y a encore du boulot."

    A l'occasion du décès de Blondesen, j'ai relu quelques archives. Je vous confirme qu'il y a du boulot. Mais c'était il y a longtemps...

    Et ceci dit sans méchanceté, ni rancune aucune.

  • Et voilà ce qui nous menace:

    http://www.upjf.org/actualiees-upjf/article-11846-134-6-avant-cas-redeker-eut-encore-cas-chagnon.html

  • l'indépendance émotionnelle les églises jouèrent avec en créant la fameuse chaine Saint Antoine,mais qui transforma très vite les gens en esclaves ,celle-ci fut remplacée par le jeu de l'avion,car qui adore courir fera courir les autres,et vice versa,ou la fameuse manipulation mentale qui eut ses heures de gloire dans notre pays dès les années 60!l'indépendance émotionnelle peut très vite se transformer en dépendance ,c'est comme la fameuse citation ,tout beau parleur vit au dépend de celui qui l'écoute!
    je vous souhaite un très bon dimanche

  • Johann, pas de soucis. Il semble que les comportements aient évolué, c'est tant mieux.

    je ne connaissais pas l'affaire Louis Chagnon. Grave.

Les commentaires sont fermés.