06 octobre 2010

Constituante et égalité hommes-femmes: mensonges et pleurnicheries

Je vois que l’on revient de manière insistante sur la supposée suppression de l’égalité hommes-femmes dans le projet de nouvelle Constitution. Plusieurs politiciens et blogueurs y font référence ces derniers jours.


Magritte1.jpgOn se souvient que des féministes avaient manifesté au début du mois de juin dernier, contre une «constitution machiste» disaient-elles. Bah, elles se faisaient plaisir, le mot «machiste» équivalant à un orgasme intellectuel vécu par Magritte rencontrant l’homme à la pipe (pfff... qu’allez-vous imaginer? Une pipe de bruit hier - heu non, de bruyère).

Cela commence à bien faire. Je soupçonne les politiciens hommes qui continuent à répandre ce mensonge (la supposée suppression de l’égalité) de vouloir juste faire parler d’eux. Je les soupçonne de frustration narcissique, confondant la chose publique avec leur miroir privé où chaque matin ils se demandent s’ils sont les plus beaux - et les plus aimés.

Pire: je les accuse de flagornerie à l’égard des femmes. Je subodore qu’ils ne veulent que s’attirer leurs faveurs: soit leurs voix en cas d’élections, soit leur tendresse maternante (et accessoirement leurs fesses). Mesdames, méfiez-vous de ceux qui sont prêts à lécher vos bottes: ils connaissent le chemin et savent très bien comment aller plus haut... On connaissait la lâcheté masculine. On découvre la veulerie masculine chez les hommes féministes. Le féminisme étant un communautarisme, les hommes féministes ne sont plus des hommes.

Messieurs qui prétendez que la phrase: «Toutes les personnes sont égales en droit et en fait» est une suppression de l’égalité hommes-femmes, vous me donnez envie de - non, non, pas de vomir, votre faiblesse de raisonnement ne mérite pas une telle indignation. Vous ne me donnez envie de rien. Ou peut-être de pleurer sur la bêtise humaine et la manipulation politique du langage. Car soit les femmes sont des personnes - auquel cas la Constituante valide bien l’égalité hommes-femmes et oeuvre pour le bien de tou-te-s et pas pour un seul genre, soit elle ne sont pas des personnes, auquel cas vous devriez aller leur expliquer votre conception pour le moins étrange. Le goût de la domination paternaliste va parfois se loger dans des recoins inattendus.
magritte3.jpg
Il paraît que l’on a les politiques que l’on mérite. Et bien pas d’accord. On ne mérite pas ces paillassons allongés sous les talons aiguilles ou les baskets de ces dames. Dames que j’invite fermement à préférer des hommes qui n’ont pas peur de l’être: mélange de tendre, accueillant, écoutant, ferme, déterminé, aimants - bref de vrais hommes quoi, qui en ont dans le coeur, dans la tête et entre les reins, pas ces paillassons d’hommes politiques, métamorphosés féministes pour faire des voix aux élections. Des hommes qui n’ont pas peur de vous critiquer tout en vous passant la pommade à indice UV élevé sur la plage - des hommes qui vous aiment, quoi. Des hommes comme MOI!

Raaaahhhh! Quoi? Qu’entends-je? Des critiques? De vils jaloux, beurk. Car enfin, si ces hommes-larves font leur pub auprès des dames en tapant sur la méchante Constitution, pourquoi ne ferais-je pas la mienne de pub?

Tout cela pour dire, d’une manière un peu provocatrice et si possible excessive et rigolotte que je ne suis pas preneur de ces mensonges sur la Constituante ni fan de ce genre de politiciens.

Pas intéressé par cette politique-là. La vie est plus vaste que leur cerveaux étriqués.

 

 

20:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : homme, femmes, constituante, égalité, féminisme, machisme, élection, communautarisme, masculin, féminin, genre | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.