01 octobre 2010

Rossignol relocalise!

Les délocalisations d’entreprises sont légions depuis une charrette d’années. On le sait: le travail, mieux protégé, mieux rémunéré chez nous, renchérit le coût de production, alors que dans les pays émergents la main d’oeuvre est payée à bas salaires.


rossignol1.jpgC’est la rançon des disparités mondiales en matière de niveau de vie. Chez nous la vie est plus chère et la production aussi. Mais en délocalisant on enlève du travail ici et l’on s’appauvrit progressivement.

Et bien on apprend que des entreprises qui avaient délocalisé - parfois depuis presque 20 ans - relocalisent. En France voisine, en Haute-Savoie, la marque de skis Rossignol vient ainsi de rapatrier la production des skis d’enfants dans l’usine de Sallanches après avoir produit à Taïwan pendant quelques années.

Deux raisons à cela. L’une économique: le coût du transport de la matière première vers Taïwan et du retour des skis finis vers l’Europe est très élevé. Or pour Rossignol la part de la matière première représente 70% du le budget de fabrication. La hausse du prix du transport, consécutive à la hausse du prix du pétrole, rend la délocalisation peu rentable. D’autre part le savoir-faire français est meilleur, selon l’entreprise.

Le rapatriement de cette production, survenue après le rapatriement de la fabrication de fixation de Pologne, laissera la société très compétitive. Mais les restructurations survenues il y a quelques années ont laissé 30% de travailleurs au chômage.
rossignol2.jpg
Une autre société de Romilly-sur-Seine, le Coq Sportif, relocalise aussi.

Ce ne sont pas des cas isolés. Il semble que depuis 2008 ce mouvement s’accentue. La hausse du prix du pétrole a renchérit les coûts de transport. Mais aussi,

«Avec un dollar faible, même les écarts salariaux avec la Chine se sont réduits : en dollar, l'inflation des salaires a été de 19% depuis 2003 en Chine contre 3% aux Etats-Unis. Un ouvrier payé 1740$ en 2003, gagne maintenant 4140$ ! Selon de savants calculs, le cabinet montre qu'il était encore rentable de produire un serveur informatique de moyenne gamme en Chine il y a trois ans, mais que ce n'est plus le cas à cause des coûts de transport et des salaires supérieurs.»

Nous ne sommes certes pas dans un mouvement généralisé de retour des entreprises. Mais ces signes sont encourageants. Qui aurait pu prévoir que ce mouvement se ferait si rapidement?

13:59 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ski, rossignol, taïwan, coq sportif, délocalisation, relocalisation, pétrole, coût, salaires | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Les commentaires sont fermés.