Nous irons tous au paradis (bis)

Je reprends le titre du billet de ce matin de Barbie, «the» Barbie, que vous pouvez trouver ici. C’est en effet un thème qui me court régulièrement par les neurones et qui vaut bien d’ajouter un haut-parleur à la hifi de Barbiegirl.

paradis.jpgJe me suis interrogé sur la question de Dieu ces derniers temps, et sur la mythologie du paradis et de l’enfer. L’idée d’une vie après la mort du corps physique est une thématique récurrente dans les religions. Je me disais dans mon billet d’hier que croire en une vie après, sous quelque forme - enfer, paradis, réincarnation - est une prétention et une vanité sans pareilles.

Nous croire immortels! Fut-ce par l’intervention d’un dieu, cette croyance est de nature à servir de sédatif en cas d’angoisse existentielle. Où vais-je, où cours.je, dans quelle étagère?… A quoi sert ma vie si tout s’arrête?

Bon, partons sur l’hypothèse du paradis et de l’enfer, puisque ce sont les deux possibilités majeures proposées par les principales religions monothéistes. Si l’on admet que l’on vivra éternellement, ceux qui iraient en enfer y seront pour l’éternité.

Et bien ça, c’est tout simplement monstrueux. Quel crime, fut-il le pire, mérite de souffrir pendant des milliards de milliards d’années, sans plus aucun espoir que cela s’arrête?

Je ne peux en aucun cas adhérer à l’idée de l’enfer. Je peux encore moins adhérer au concept d’un dieu qui accepterait une telle souffrance pour ses créatures. J’élimine l’enfer du champ des possibles, et tant pis pour les religions. Elles n’avaient qu’a pas inventer un substitut de père fouettard pour terroriser et soumettre par la peur.

Me soumettre par la peur, cela, jamais. On sait ce que donne la soumission par la peur. De Néron à Hitler, en passant par le grand inquisiteur Torquemada, les exemples sont légions. Donc pas de diable, pas d’enfer. Oui, mais alors un paradis? A la rigueur. Pour autant que cela se passe comme je l’avais posé dans un commentaire. Après notre mort, Dieu nous attend et nous accueille:

- Bienvenue! Tes erreurs ou tes bienfaits je m'en fiche. On n'est plus dans la comptabilité, dans le bilan des pertes et profits. On est dans la liberté, dans la totale bienveillance qui seule effacera toute mémoire des souffrances que tu as subies ou fait subir. Bienvenue au paradis. Le paradis pour tous! Ici il n'y a plus personne qui continue à infliger une souffrance, même aux injustes. Personne n'ira en enfer. Ici c'est le grand pardon.

Et oui, c’est un vrai dieu d’amour, celui-ci! Le seul qui vaille que l’on s’interroge sur son existence. Parce qu’un dieu qui nous regarde souffrir, non merci. Cela, on connaît bien. On a les humains.

 

Catégories : Philosophie 3 commentaires Lien permanent

Commentaires

  • John, vous poussez la réflexion jusqu’à un point de vue très émouvant et angélique et vous ne concevez pas la possibilité qu’il puisse y avoir un créateur sadique et voyeur qui n’attend qu’une chose : Nous prendre en faute pour pouvoir nous punir…

    La « Dark Side » de Barbie la pousse vers une réflexion plus pragmatique, genre :

    La religion est un concept savamment mis en place (par les élites au pouvoir de tous les temps) dans le but de contenir l’insatisfaction des masses laborieuses.

    Jésus disait : « Au royaume de Cieux, les derniers seront les premiers »

    Haha ! La belle arnaque ! Trimez ! Bande de nazes, et surtout ne nous « enviez » pas nos richesses ni nos femmes, ni les vins capiteux que nous savourons car votre tour viendra après votre mort ! Menez une vie humble et minable à souhait, soyez nos larbins sans rechigner…et là, vous aurez gagné un ticket gagnant pour le paradis !

    Comme je le disais dans mon avant-dernier billet (sur les votations) de nos jours c’est les assurances sociales qui remplacent l’église et qui sont chargées de contenir la colère de malchanceux car la religion ne marche plus.

  • Nan, et franchement le paradis me semble être infernal!

    Comme disait l'ami Blondie il n'y a pas si longtemps "Dieu est bon, et le diable est sympa!".
    J'adore ;-)

    :-B

  • "Quel crime, fut-il le pire, mérite de souffrir pendant des milliards de milliards d’années, sans plus aucun espoir que cela s’arrête?"

    Je suis croyante alors je peux vous répondre :
    1° C'est horrible d'imaginer l'enfer, mais que vous le vouliez ou non, il existe. Vous pouvez donc commenter ce que vous voulez, ce sera difficile de faire disparaître quelque chose qui existe avec des idées ; un peu comme si, aujourd'hui, je décidai que je n'existais plus.
    2° L'enfer existe parce que l'homme est libre de faire le bien ou le mal. La justice existe sur la terre, avec les tribunaux, et vous voudriez que les violeurs secrets, par exemple, s'en sortent sans être passés au tribunal ? Ce ne serait pas juste.
    3° Si l'enfer est éternel, c'est que Dieu est infini, donc chaque offense qu'on lui fait est infinie, et donc, l'offenser infiniment, c'est mériter un châtiment infini.
    4° Ce n'est pas Dieu qui précipite en enfer, mais c'est l'homme qui s'y envoie tout seul en voulant faire le mal. Comme un kamikaze qui se balance du haut d'une falaise. La loi de la gravité le fera s'écraser inévitablement. Si on se balance dans le mal, la Loi de Dieu nous fera nous écraser inévitablement aussi en enfer ou au Purgatoire selon les cas.
    5° Dieu a créé tous les hommes pour être sauvé, même l'Antéchrist ou Hitler. Il est même mort pour expier pour tout le monde à l'offense infinie qui lui a été faite. Mais tout le monde n'en profite pas, parce que beaucoup font ce qu'ils considèrent mal. Ils vont même parfois s'aveugler pour appeler le mal bien, et ils sont coupables de s'être aveuglés eux-mêmes pour pouvoir mieux pécher sans regret, sans remord.
    6° On a tous été fait par Dieu, c'est notre père qui nous a tout donné. Donc c'est un peu normal que si un enfant insulte son père, il se fasse punir. Si vous, Pascale, vous rencontriez votre mère et que vous la gifliez sans raison, vous trouvez cela normal ? Ou que vous niez qu'elle existe ? Ou que vous fassiez votre vie sans aller voir vos parents, de qui vous avez tout reçu ? C'est ça, l'athé. Un ingrat qui ne reconnaît pas son Père, qui ne va jamais le voir, qui l'oublie, lui tourne le dos, et même va le frapper et le tuer sur la Croix en l'offensant s'en même s'en rendre compte.

Les commentaires sont fermés.