15 septembre 2010

Les connes, elles ont recommencé!

Grosse colère. Le nouveau clip de m... sur la violence conjugale diffusé en France est grave. Très grave. Les connes, elles ont recommencé! Les connes de féministes, le gynécée des pitbulles, les suceuses du fric des contribuables. Car c'est forcément elles qui sont derrière cela, depuis le temps qu'elle font de ce thème leur fond de commerce lucratif.


violenceC-1.jpgCe clip est une honte. Une monstruosité. Cette fois le vase déborde. Passé à une heure de grande écoute, il délivre deux messages: les hommes - y compris enfants - sont des malades violents dangereux, mais on peut les imiter puisque ça passe à la télé. Putain les garçons qui voient ça! Ils vont culpabiliser à mort, ne plus rien oser, devenir des hommes mous, soumis, impuissants, considérer leurs femmes comme des mères auxquelles ils obéissent par peur d’être accusés d’être machos et violents - bonjour l’égalité! La domination féministe est bel et bien en route.

Et le jour où ils en auront marre d’être considérés comme des salaud universels, d’avoir tout faux, d’être dominés, ils se révolteront, et prendront les flingues, les couteaux, et puisqu’on leur aura montré dès l’enfance qu’un homme est violent et tue, ils passeront à l’acte. Aucun recul, aucun décalage critique dans ce clip dangereux.

Clip qui prépare une génération de tueurs. Je prends date et je demande de s’en souvenir dans 30 ou 40 ans. Ce jour-là il sera trop tard pour pleurer. Démolir l’homme systématiquement n’est pas sans conséquence. Dévalorisés, les hommes se défendront par la violence. C’est ainsi.

Alors oui, une femme est tuée par son conjoint tous les deux jours et demie, et c’est dramatique et inacceptable. Mais dans le même temps un homme est tué par sa conjointe tous les 13 jours, et c’est dramatique et insupportable. Mais on n’en parle pas. Pas un mot, pas une allusion. ViolenceC2.jpgPourquoi? Pourquoi le meurtre des femmes serait-il plus dramatique que celui des hommes? Parce que les hommes c’est normal, parce que l’on s’en fout, parce qu’ils n’ont pas de valeur? Non: ce n’est qu’une sordide épicerie. Juste une affaire de nombre. Les hommes assassinés ne sont pas assez nombreux pour représenter quelque chose. Et surtout il y a des millions à se faire, à engranger sur le dos des hommes.

Les associations féministes l’ont bien compris, elles qui font vivre des tas de copines sur le dos des hommes, ainsi que des coachs qui vont briefer les dingues qui font de fausses accusations. Ce n’est pas l’acte de tuer qui est grave: c’est le nombre! Rien d’autre n’a d‘importance à leur yeux. La loi communautariste féministe-marxiste n’est pas la même pour tous. On le sait: lois d’exceptions contre les hommes, mansuétude des tribunaux pour celles qui accusent faussement. Le féminisme-marxiste, courant dominant, pourrit la démocratie. Il est une escroquerie intellectuelle. Une psychose aggravée. C’est Staline et les Brigades rouges qui contaminent la société sous le prétexte d’égalité. L’égalité n’est dans leur bouche qu’un cheval de Troie, un virus.

Et cette fois, dans ce clip, on instrumentalise les enfants. La pourriture intellectuelle n’a plus de limites. Honte à celles et ceux qui ont inspiré cette abjection.

violenceC4-320wi.jpgCe clip est d’une extrême gravité. Il monte toutefois une chose: puisque l’on sait maintenant que les hommes violentés sont presque aussi nombreux que les femmes violentés - voire plus nombreux en terme de violence psychologique, et même physique dans certaines régions du Canada comme le montrent les statistiques officielles, il ne reste que le nombre des femmes tuées à exhiber. Mais là aussi le rapport va changer: avec le nombre d’hommes tués, battus, violentés cet été, les rapport de l’automne 2011 vont montrer des choses étonnantes.

Et puis les auteur-e-s de ce clip qui a reçu la bénédiction de la ministre Nadine Morano devraient aller filmer les mères infanticides, les adolescentes violentes, avant de faire passer l’homme pour le salaud de service. Il y a eu assez d’affaire de tortures, de viol, de meurtre impliquant des filles, voire des très jeunes, ces derniers mois. De quoi faire un clip, non?

Bientôt, à force de se trouver injustement accusés, traînés dans la boue, suspectés par principe, les hommes vont se réveiller. Il ne faudra pas s’étonner de ce qui arrivera alors. L’achèvement du féminisme marxiste et anti-homme sera une bénédiction pour la société.

Certains vont trouver mon langage violent. Non, mon langage n’est pas violent. Pas plus que ce clip et que le message qu’il véhicule, en particulier à l’adresse des enfants. La violence y est singulièrement sadique. Jugez-en vous-mêmes:

 


Spot contre les violences conjugales - Tea Party
envoyé par travail-solidarite. - L'info video en direct.

http://www.france-info.com/france-societe-2010-09-10-un-c...

 

08:33 Publié dans société | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : violence conjugale, femmes, hommes, enfants, féminisme, marxisme, staline, domination, clip, télévision | |  Facebook |  Imprimer | | | | hommelibre

Commentaires

Bonsoir John,

Aujourd'hui on sent vraiment le gros coup de sang !

Je n'ai pas visualisé ce clip, car je n'ai pas envie de mâter de la violence, de quelque nature que ce soit, conjugale ou autre. Me retrouver ainsi en voyeur passif m'empêcherait de dormir.

Quant au fond du problème, je partage votre exaspération à propos de ces éternels clichés à sens unique, de cette vision hémiplégique du problème de la violence conjugale martelée toujours par les mêmes milieux. Marre de cette pensée unique !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 14 septembre 2010

Bonsoir Jean,

Oui c'est l'exaspération. Vous avez bien fait de ne pas le regarder: moi j'en dors mal. Non que les images soient dures: tout est suggéré. Mais cela prend d'autant plus de force. Et puis ces clichés à sens unique assénés par des enfants: j'en ai la nausée. Presque à me ficher qu'il y ait des femmes tuées tellement tellement c'est outrancier.

La surenchère dans la provocation et les images choquantes est signe de l'échec des campagnes. Et cet échec est dû au fait que le phénomène de la violence conjugale est très marginal et concerne très peu de gens.

Écrit par : hommelibre | 15 septembre 2010

je suis femme et grand-mamanen en effet je vous rejoins cinq sur cinq,c'est vraiment honteux,beaucoup des premières féministes ont honte de voir ce qu'on fait les suivantes,notre mouvement était de fraterniser ,sortir sans être mise au banc des accusés par la société,mais jamais d'humilier l'homme ,ni de l'écraser,pas étonnant ensuite que le monde relationnel aille si mal,ce beaucoup d'entre nous admettons qu'un monde ou régnerait en maitre les femmes ,pauvres homnmes ,vous avez entièrement raison,mais ne généralisons pas ,car ces images sont aussi là pour dégouter les gens,provoquer des disputes,souvenez vous tout de même qu'il existe encore et heureusement des des hommes et des femmes dignent de confiance,mais oui il suffit juste de prendre le temps d'aller à leur rencontre,et surtout d'apprendre à découvrir l'autre,le sexe en lui-même n'a jamais été prioritaire ceux qui le dise sont de fiers menteurs

Écrit par : lovsmeralda | 15 septembre 2010

Quand on prend comme référence la raclure de bidet Nadine Morano cette chienne de garde des avortoirs il y a de quoi se gratter le crâne.

Les féministes, se sont les lumpen-pétasses, le rebut du sexe féminin. De plus, ce n’est pas leur athéisme qui en fait des modèles à suivre, sauf pour celles qui ont appris à naviguer dans les eaux troubles des femmes sentant le patchouli et la perte blanche.

Écrit par : Hypolithe | 15 septembre 2010

Bonjour lovsmeralda,

Merci pour ce commentaire. Vous avez compris mon coup de colère. Oui c'est assez triste de voir ce que devient le féminisme, alors qu'il était si légitime dans les années 70: les femmes avaient été délibérément exclues de la vie sociale par le code Napoléon, il était indispensable de remettre les choses à l'endroit.

Je fais heureusement la part des choses, je ne confonds pas ces féministes actuelles avec l'ensemble des femmes. J'aime les femmes, et je pense que la majorité d'entre elles est digne de confiance et souhaite un véritable partenariat avec l'homme.

Écrit par : hommelibre | 15 septembre 2010

Vous êtes un brin excessif, Hommelibre. Ce clip est juste stupide, comme nombre de clips consacrés aux "bonnes causes" et voués aux raccourcis et à la caricature. Je ne suis pas non plus convaincu que toutes les féministes se réclament du marxisme, sauf à avoir mal digéré Marx.
Pour en revenir au clip, il est dommage que les enfants n'aient pas la possibilité de recourir à la justice: l'image qui en est donnée - petits singes prêts à imiter les adultes - est insultante. Je n'ai jamais vu de petits garçons faire souffrir une petite fille (je ne dis pas que cela n'existe pas, bien sûr). En revanche, je me souviens du nombre de petits garçons trop sensibles qui ont eu le coeur brisé par une petite fille.

Écrit par : Zorg | 15 septembre 2010

@Hommelibre

je suis heureuse de voir votre colère retomber,mais je compatis à ce bas monde qui ressemble de plus en plus a un jardin d'enfants comme on vient de me le signaler,hélas ai-je répondu,c'est plus grave ,au jardin d'enfants les gosses apprennent à réfléchir,et au vu des résultats sur certains plus âgés c'est sans espoir,je le dis en plaisantant,mais il y un peu de vrai,quand aux petits garçons qui ont souffert,je peux vous dire kifkif pour les petites filles,le vrai amour sans larme n'existe malheureusement pas,c'est grâce à la douleur du perdre que l'apprentissage du couple peut vraiment se faire,et pleurer n'a jamais été honteux,surtout pour les hommes je le dis car beaucoup n'osent pas avouant avoir l'air stupide,ce réflexe hérité de l'éducation judéo chrétienne est encore actuel,mais ne dit-on pas que les larmes lavent notre âme.
cela peut surprendre,mais pleurer permet aussi d'évacuer le stress,et un homme a absolument de droit d'avoir des larmes sans avoir l'air stupide,pourquoi serait-ce réservé aux femmes?c'est à elles de comprendre aussi,mais en sont-elles encore capables

Écrit par : lovsmeralda | 15 septembre 2010

John, comment voulez-vous guérir tant que vous portez en vous ce ressentiment contre certaines femmes? Les "coups de sang" c'est pas bon... N'y a-t-il pas un au-delà de ce qui vous est arrivé? Et désolé si vous prenez mal ma remarque.

Écrit par : Johann | 15 septembre 2010

Cher Hommelibre, les "connes" ont peut-être recommencé, mais, à lire Hypolithe, que vous accueillez bravement et sans problème apparent, les connards n'ont jamais cessé.

Écrit par : Azrael | 15 septembre 2010

Pas joli, joli ce clip...
Instrumentaliser les enfants pour un problème d'adultes ? Il y avait sans doute d'autres approches !

Au fait - un peu par provocation - la baston déjouée à Meyrin : une histoire de filles...

Écrit par : Michel Sommer | 15 septembre 2010

Johann, peut-être est-ce le langage de la sagesse que vous tenez. Il y a un au-delà, mais le passé n'est pas effacé ou totalement désarmé pour autant.

J'âi mis beauoup plus de mesure en général dans mes propos ces derniers mois, mais certains thèmes sont plus sensibles que d'autres, et ma foi je ne suis pas encore convaincu qu'une colère occasionnelle n'a pas son utilité.

Merci pour votre commentaire.


@ Azrael: je laisse la place, y compris pour des opposantes. Je vais d'ailleurs en coller quelques-unes ci-après car j'ai été censuré sur mon blog à Mediapart.

Écrit par : hommelibre | 15 septembre 2010

Mediapart s'est taillé un succès avec l'affaire Woerth. Il a refusé la censure de ses articles, le tribunal lui a donné raison.

Mais Mediapart de son côté censure. Me censure. Un billet certes polémique, avec des mots provocateurs. Qui pourtant a permis de commencer un débat plus serein. Mediapart n'aime pas la provocation.

Pour ceux de France qui souhaitent continuer le débat je colle ci-dessous les derniers échanges:




Le sujet des hommes battus est en effet sérieux. A méditer quand on est pas Fort des Halles et qu'on envisage de se marier (sauf si c'est avec Lilianne B bien sûr).

A noter le conditionnement qui fait que certaines femmes vivent mal d'être plus fortes physiquement que leur compagnon.

Cordialement
15/09/2010 10:26Par Boddisatva

* répondre
* alerter

Mais c'est parfait tout ça, le club est au complet!
15/09/2010 10:59Par jean marie padovani

* répondre
* alerter

Soyez poli ! Votre titre et son contenu sont diffamatoires.



Homme libre ? On se marre...

Si "libre" il était, plus mesurée serait son expression. Et surtout plus polie. L'homme libre, le vrai, n'a pas besoin de ce genre de provoc à deux balles pour s'affirmer en tant que tel.

"
prendront les flingues, les couteaux, et puisqu’on leur aura montré dès
l’enfance qu’un homme est violent et tue, ils passeront à l’acte."

Euh, c'est pas déjà le cas ? Avec ou sans clip ? Et qui leur montre ce "monde violent" ?

Ce tissu d'incantations et de plaintes déguisées en plaidoyer "philosophique" mérite toute l'attention de la Faculté. Je ne pense même pas à un problème de libido, J-M., Plutôt un problème d'identification ? Ou un problème d'ego, rubrique "comment faire du buzz sur mdp en 10 leçons".

Et les "suiveurs" prennent les patins... Comme prévu.
15/09/2010 11:21Par Dianne

* répondre
* alerter

Dianne, c'est bon pour la santé de se marrer. Je ne souhaite donc pas vous en priver.

Je précise qu'être libre, ce n'est pas être conforme à ce que vous avez décidé comme étant la liberté. Je sais être très mesuré, je me donne aussi la liberté d'un coup de gueule, même d'être - horreur, malheur - impoli (diffamant: envers qui?). Je n'attends donc pas que l'on me dise comment je dois être. Vouloir me dire cela, c'est de la volonté de domination, de formater l'autre à son image, et ma liberté y est profondément réfractaire.

Vous n'êtes pas la première à qui mon pseudo donne de l'urticaire. On serait aux USA je serais félicité et encouragé à être de plus en plus libre. Mais on est dans une France intellectuellement clivée, frileuse, et puritaine, donc on essaie de noyer celui qui prétend sortir la tête hors de la mare.

Parce que vous êtes une femme vous ne pouvez vous rendre compte par vous-même de la violence dont ce film fait preuve à l'égard des hommes. C'est pourquoi je le dis. Ecoutez au moins la parole d'un homme, un homme qui plus est connaît de près la violence et le saccage d'une vie que représente une fausse accusation portée par le climat anti-hommes qui imprègne la justice et les médias.

Les hommes n'ont pas le monopole de la violence. Les femmes tapent, blessent aussi, et pas qu'avec des mots. Et pas de façon numériquement anecdotique, loin de là. Les femmes tuent aussi, moins que les hommes, mais aussi. Ce clip est faussé, biaisé, discriminant et stigmatisant à l'égard des hommes.

Vous pouvez tenter de discréditer mon billet par vos dernières lignes. J'ai remarqué que c'est assez à la mode chez certains sur mdp: le déni de l'autre, de son contenu, de sa liberté, de sa différence. Et bien sur vous pouvez traiter de suiveurs ceux qui se sentent concernés ou touchés par le billet. Ça ne mange pas de pain.

Mais ce faisant, vous n'exprimez que votre refus (ou incapacité?) à dialoguer, à débattre, à argumenter, à respecter l'autre. Vous n'apportez donc rien d'utile.
15/09/2010 11:39Par hommelibre

* modifier
* répondre
* alerter

Le débat est mal engagé:

Titre agressif = polarisation du lecteur/lectrice

Arguments "statistiques" = faux problème

Autant je comprends qu'il faille protéger un conjoint de la violence de l'autre, autant je doute de l'efficacité de l'approche juridique, comme éradication de la cause.

La relation bourreau/victime ne peut se traiter que dans un cadre psychothérapeutique: identification par l'assistance sociale, puis structures gratuites de conseil conjugal.

Un bon clip aurait dû mettre l'accent sue que ce problème se soigne , et comment cela se soigne, car il n'y a pas un coupable d'un côté et un innocent de l'autre.

"Nos inconscients nous dirigent vers lepartenaire qui saura le mieux à la fois panser et rouvrir nosblessures."

Comme le dit si justement Jacques Salomé, dans son livre "Aimer et se le dire", dont je recommande la lecture.


15/09/2010 11:54Par Chris43

* répondre
* alerter

Chris43,

Vous avez raison: mon titre est agressif. J'ai hésité à poster ou attendre 24 heures. Au final je me suis donné le droit à cette réaction vigoureuse. Elle est à l'image de la violence que j'ai ressentie en tant qu'homme en voyant hier soir ce clip pour la première fois.

Mon expérience personnelle me rend certainement plus sensible. Je l'assume.
15/09/2010 12:53Par hommelibre

* modifier
* répondre
* alerter

Homme libre, moi ça ne me fait pas marrer, la photo de la soldate qui menace des prisonniers nus style Guantanamo. Surtout quand les violences conjugales concernent à 95 % des femmes, soit environ 2
millions en France...

Je suis pour que les nanas qui tabassent leur mec soient autant punies que les mecs qui tabassent leur nanas, y compris dans les violences psychologiques. Mais expliquez-moi en quoi ce clip est discriminant quand les violences conjugales subies le sont à 95% par des femmes ? Les auteurs du clip veulent jouer sur la prévention, est-il illégitime de le faire ?

Vous vous croyez en guerre, vous pensez que les femmes sont en guerre contre les hommes, qu'elles tiennent les lobbys de la bienpensance et aussi de la violence télévisuelle, apparemment.

Vous vous trompez complètement, selon moi, quel que soit votre vécu. Alors, je vous conseille d'aller lire un peu ce billet de Velveth, que j'avais trouvé très intéressant parce qu'il n'est pas manichéen du tout, surtout dans le fil. Il y a un passage de la discussion sur les violences conjugales, avec une très belle réponse de Christophe Lemardelé : en gros, selon lui, le problème ce n'est pas que les hommes soient violents "par nature", s'ils l'étaient il y aurait beaucoup plus de violences conjugales chez les couples homosexuels. La vraie question c'est en effet celle du modèle éducatif que l'on donne : pour reformuler, le patriarcat est-il un facteur aggravant des violences conjugales ?
15/09/2010 12:08Par AnneColomb

* répondre
* alerter

Anne,

Un mythe doit être déconstruit: celui des 95% de victimes féminines de la violence conjugale.

"3. En France, selon l’Office National de la Délinquance qui dépend de
l’office gouvernemental de la statistique IHNES, les chiffres 2007
montreraient que sur 100 personnes battues, 25% sont des hommes. Tout en
précisant que les hommes ne portent presque jamais plainte."

http://www.mediapart.fr/club/blog/hommelibre/280810/violence...

Statistiques Canada, organisme officiel, cite de 40 à 50% d'hommes parmi les victimes.

C'est un tabou, nos reprensations (sexistes) ne permettent pas encore d'intégrer cette réalité. Donc rien que pour cela on ne doit plus présenter l'homme comme auteur principal. D'une part c'est faux, d'autre part cela induit des conséquernces parfois désastreuses pour certains hommes.

La suggestion que vous faites quant au patriarcat, j'y réfléchis sous beaucoup d'angles.

Sur mon blog à Genève j'avais posté deux billets sur le thème. L'un parlait du discours masculin sur les femmes:

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2008/10/01/dogma-3-la-...

et l'autre du discours féministe sur les hommes:

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2008/09/26/dogma-2-la-...

Je n'ai pas épargné les hommes.

Toutefois les hommes violents, et même maladivement violents, ne sont qu'une infime minorité (idem pour les femmes). L'éducation des mères ne les a pas autorisés à frapper leurs compagnes. Le patriarcat était une distribution des rôles, pas une entreprise générale de domination. Que cela ait parfois été le cas, c'est très regrettable. Que le code Napoléon ait exclu les femmes de la vie sociale et économique c'était une aberration. Les hommes dans leur majorité ont soutenu le féminisme réformateur. C'est aujourd'hui pour se faire déposséder de la maison, la voiture, le compte en banque comme au Québec, sur simple dénonciation téléphonique de leur compagne, sans un seul élément de preuve? Québec où environ 500 millions de dollars canadiens sont alloués aux organismes féministe ou assimilés, sans aucun contrôle sur les comptes et les activités.

Les sociologues féministes sont étonnantes. Vous citez les couples gays. Dans les couples lesbiens, la violence conjugale est très forte, la plus forte proportionnellement. Et bien lesdites sociologues ont réussi à dire que bien qu'exercées par des femmes, cette violence est masculine par définition!
15/09/2010 12:33Par hommelibre

* modifier
* répondre
* alerter

"le patriarcat est-il un facteur aggravant des violences conjugales ?" (Anne Colomb)

Question intéressante. On peut poser la même sur le matriarcat.

Et réfléchir surtout aux rapports violents entre les personnes,

et à l'influence du modèle social et culturel sur les rôles proposés, avec leur attributs de soumission ou de violence

et sur la liberté qu'un individu a, dans une société, d'endosser les rôles avec leurs attributs - ou de les aménager de façon plus réflexive.

Les couples homosexuels ont beaucoup à nous apprendre puisqu'ils doivent réinventer des rôles.


15/09/2010 12:18Par Fantie B.

* répondre
* alerter

Fantie, vous avez compris le fond de ma pensée !
15/09/2010 12:21Par AnneColomb

* répondre
* alerter

La violence me semble avoir au moins deux origines: une sociale, une caractérielle. On peut aussi ajouter une cause psycho-affective.

Dans la violence sociale il y a le facteur éducation, mais aussi pauvreté, alcoolisme, échec professionnel. Chez nous l'éducation pousse moins les hommes à être des guerriers que dans le temps.

L'aspect caractériel reste lui bien vivant et produit une violence sauvage.

Du point de vue psycho-affectif, une séparation brutale, une trahison, peut atteindre un degré de douleur qui annule toute limite morale. Ce n'est pas justifiable mais cela existe.

Je ne souscris pas à une hypothétique volonté de domination spécifiquement masculine. La domination est elle aussi largement question de caractère. Le nombre de femmes que je connais qui fouillent les sms de leurs hommes est impressionnant. C'est déjà du contrôle et cela mène à la domination, ou en émerge.

Analyser la violence, en particulier conjugale, selon la grille de lecture du patriarcat, me paraît de nature à réduire la compréhension du phénomène. Les aspects que j'ai cités comme le caractère, la détresse psycho-affective, la pauvreté, l'acoolisme, sont à prendre sérieusement en considération. Ils ne recoupent pas la lecture de gauche, mais ma foi, la lecture de gauche n'est peut-être pas une lecture globale.

Si l'influence du patriarcat était si forte sur la violence masculine, il y aurait beaucoup, beaucoup plus d'hommes violents. Or c'est une infime proportion. De tous temps, les hommes ont été "normaux" dans leur grande majorité.

Pour ce qui est de la liberté d'endosser ou non un rôle proposé culturellement, c'est un débat un peu différent, mais je suis personnellement favorable à la libre détermination, donc pas à la soumission de principe aux codes sociaux et rôles en vigueur.
15/09/2010 12:48Par hommelibre

Écrit par : hommelibre | 15 septembre 2010

il ne reste que le nombre des femmes tuées à exhiber. Mais là aussi le rapport va changer: avec le nombre d’hommes tués, battus, violentés cet été, les rapport de l’automne 2011 vont montrer des choses étonnantes.

==> A mon avis si l'on se penche sur les suicides des hommes ont pourraient avoir de grosse surprise car la plupart des femmes pour tuer le fonds par la violence psychologique en poussant leurs conjoint au suicide.

Quand au clip en lui même il est suintant de misandrie, la misandrie est quelque chose de normal qui fait parti du politiquement correct depuis une vingtaine d’années.

Ce sexisme envers les hommes fait plaisir a beaucoup de féministes (et de femmes qui se prennent pour d’éternel victime) cependant elles voient sur le court terme.
A moyen et long terme les hommes vont se réveiller et la ça va faire mal car les dossier s'accumule, la violence féminine occulté, la violence féminine pénalement non condamné, les violences conjugal dont les dernières études nord américaines montres que ce sont les hommes qui sont le plus victime de violence de conjugal, la pédophile féminine sciemment ignoré de même que l'inceste maternel.
Le jour ou les hommes vont se réveiller assurément que je ne voudrais pas être une femme et c'est bien dommages d'arriver à de tels extrêmes.

Dans fausse route Elisabeth Badinter la clairement dit le retour de bâton arrivera tôt ou tard.
Quel gâchis !

Écrit par : ecto | 15 septembre 2010

pourtant, votre titre même est la parfaite illustration du clip:

"les connes, elles ont recommencé". Dénigrement gratuit. Rien de bien ne peut venir des féministes. Comme dans le clip. Et si on est pas d'accord, on insulte. Comme dans le clip.

Et c'est supposé donner un ton plus modéré et réaliste que le clip?

Heureusement, nous aussi les femmes (et pas seulement les féministes) savont faire la part des choses et ne pas classer tous les hommes dans le même sac.

Dieu merci, ils ne vous ressemblent pas tous.

Écrit par : tube | 15 septembre 2010

Tube, Oui j'ai écrit ce billet avec le niveau de violence qu'il envoie aux hommes. Choquant? Imaginez donc ce que nous vivons, consciemment pour certains, inconsciemment pour d'autres, quand nous voyons un tel message.

Je pense qu'il est parfois bon de montrer que nous sommes touchés ou blessés par certaines choses. Et j'ai trouvé ce clip particulièrement blessant en tant qu'homme. Je peux traiter le sujet avec plus de mesure. Ici, j'ai réagi avec mes tripes, en "légitime défense" en quelque sorte.

Je crois qu'il faut aussi montrer la violence faite aux hommes: ce clip est un exemple de violence orientée contre les hommes en tant que genre.


Et puis les femmes qui traitent les hommes de connards, ce n'est pas exceptionnel que je sache.

Tenez, voici un petit florilège de citations de féministes:


« Si la vie doit survivre sur cette planète, il faut qu’il y ait
décontamination de la terre. Je pense que cela sera accompagné d’un
processus évolutionnaire qui résultera en une réduction radicale de la
population mâle. » Mary Daly, ancien professeur à Boston College, 2001

« La proportion des hommes doit être réduite et maintenue à approximativement 10 % de la race humaine. » Sally Miller Gearhart, dans The Future - If There Is One - Is Female (L’avenir – s’il y en a un – est féminin)

« Plus je deviens célèbre et puissante, plus j’ai le pouvoir de faire mal aux hommes. » Sharon Stone

« J'estime que la haine envers les hommes est un acte politique
honorable et valable, en cela que les opprimées ont droit à la haine de
classe contre la classe qui les opprime. » Merle Morgan, éditrice du MS Magazine

Écrit par : hommelibre | 15 septembre 2010

Je peux témoigner que ce clip est mensonger. Mon père battait ma mère et plusieurs fois il l'avait même fait devant moi. Pourtant, bien que ça m'ait beaucoup choqué, jamais je n'ai copié ce comportement. En effet, faire des enfants de pauvres cloches qui ne savent que copier leurs parents, c'est ridicule.

Écrit par : Kad | 15 septembre 2010

Kad a raison, le clip n'a rien à voir avec la réalité. mais apparement le mensonge n'inquiéte pas les féministes ultra.
pas plus que le fond de commerce qu'une femme serais tuée par son compagnon où ex compagnon tout les deux jours qui justifirais tout le tapage mensonger quelles fonts sur la violence conjugale.

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article198

"S’appuyant sur des sources incertaines, les politiques et les ONG ont diffusé des statistiques improbables ; en dépit des mises en garde des statisticiens de l’INSERM qui, codifiant les causes de mortalité, ont souligné les difficultés rencontrées pour établir ces statistiques. La seule source française vient du rapport Henrion qui reproduit un chiffre du ministère de l’Intérieur, selon lequel, tous les quinze jours, trois femmes mourraient des suites de violences conjugales, soit annuellement environ quatre-vingt cas. "

"En l’absence d’estimation adéquate, prendre le nombre de décès de femmes consécutifs à des violences conjugales comme indicateur du niveau de violence est peu pertinent. N’assiste-t-on pas à une escalade morbide dans la sensibilisation du grand public, liée à un système d’information qui se nourrit de la détresse et du malheur ? "

et ce clip sous entend que l'unique cause de violence conjugale physique serait les pervers narcissiques alors qu'ils ne sonts qu'une ninorité, la cause principale c'est quand même les disputes qui dégénérent, disputes donts les femmes sonts co-responsables mais ça ça dérange les féministes.

http://www.lepoint.fr/actualites-societe/2008-08-22/violences-conjugales-a-qui-la-faute/1597/0/268422

elles onts même récemment refusé la médiation pour résoudre certaines violences conjugales, et oui ça ne va pas dans le sens de leur dogme l'homme unique coupable. tout laisse à penser quelles n'onts pas pour but de vouloir faire baisser la violence conjugale.

en réalité , l'homme unique coupable, donne comme message aux femmmes, allez y soyez insupportable en couple nous sommes là pour vous soutenir, dans ce cas l'homme n'est plus un contre pouvoir comme elles en ont besoin, ouvrant la porte à la violence féminine psychologique d'abord physique aprés.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/08/26/01016-20100826ARTFIG00447-les-hommes-aussi-sont-victimes-de-violence-conjugale.php

"Les hommes eux, sont souvent très amoureux, dans le déni complet. «Ce sont des hommes peu sûrs d'eux, passifs, qui mettent la femme sur un piédestal. Ils n'ont aucune capacité de décision. Au début des violences, ils pensent qu'ils s'y prennent mal, ils cèdent à tous les caprices. Les femmes ne sont jamais confrontées à un contre-pouvoir. On entre alors dans une spirale», ajoute la psychologue."

http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/08/28/violence-conjugale-le-lavage-de-cerveau-continue.html#more

parlons en des pervers narcissiques des hommes en manque éducatif en manque de limites en manque de péres.

http://www.lien-social.com/spip.php?article212&id_groupe=5

"Pourtant certaines politiques publiques, mises en place récemment, tentent justement de répondre à cette problématique ?
Je crois que la tentative de résoudre le problème de la violence par une pénalisation toujours plus dure et plus violente des auteurs d’actes de violence n’est pas une réponse adéquate. Ce que l’on fait, en effet, c’est répondre à la violence par la violence, sans considération aucune du fait que les hommes violents sont des individus qui n’ont probablement pas pu développer chez eux ce que Freud appelle la « compassion ». "

"Que peut-on faire pour lutter contre cette violence, comment tenter de la prévenir ?
L’éducation peut jouer un rôle très important, en permettant aux individus de prendre une mesure des effets dramatiques que la violence peut avoir. De ce point de vue, il faudrait peut-être commencer par faire comprendre aux jeunes l’existence de limites, et leur montrer comment ces limites font partie de la condition humaine"

Écrit par : leclercq | 15 septembre 2010

Bon, je ne voudrais pas insister ;-)... mais je trouve votre billet pas très efficace.

J'aime mieux cette approche, sans acrimonie, juste constructif, pour une chose tellement nécessaire:
http://christianbrunier.blog.tdg.ch/archive/2010/09/15/un-tribunal-de-la-famille-pour-le-bien-etre-des-enfants-et-d.html#comments

A voir certains drames que des personnes que je côtoie vivent, c'est ce genre de garde-fou qui serait salutaire, et pas de savoir combien d'hommes battus par rapport aux femmes. Ou qui est le plus méchant.

Vous ne devriez voir dans cette pub que le matraquage, pour la majeure partie du temps, débile, auquel on a droit à travers la pub en général.
Et dénoncer les injustices, qui se passent dans la vraie vie.
Mais bon, ça n'engage que moi ;-)

:-B

Écrit par : Pascale | 15 septembre 2010

"Les féministes, se sont les lumpen-pétasses, le rebut du sexe féminin. De plus, ce n’est pas leur athéisme qui en fait des modèles à suivre, sauf pour celles qui ont appris à naviguer dans les eaux troubles des femmes sentant le patchouli et la perte blanche."
A vous lire vous généralisez aussi facilement que les imbéciles qui ont pondus ce clip... Mais enfin tant que vous assumez d'être un imbécile ignare vous êtes libre de poster ce que vous voulez :)

Hommelibre... je suis bien d'accord avec vous... ce clip est minable... toutefois je dois avouer qu'à de nombreuses reprises j'ai le sentiment de ne pas vivre sur la même planète que vous... je suis une fille de 25ans et je dois avouer que je ressens bien plus la dénigration de la femme que celle faite aux hommes... :/
Bonne journée

Écrit par : Boo | 16 septembre 2010

Bien dit, Boo.

Les propos de monsieur Hommelibre sont un criant exemple de ce que dit ce clip. Si on est énervé, on se sent le droit de traiter les femmes de connes, et les féministes de toutes sortes de grossièretés, du haut de son propre sentiment qu'on a "raison".

Etre énervé et avoir envie de pousser un coup de gueule justifie de se laisser aller à injurier l'autre (dans le clip, la femme, dans ce blog, les féministes)

Ce ne fait que démontrer que ce clip discutable n'a pas tout faux, et que Hommelibre, à la lecture de cet article et d'autres qu'on peut trouver sur son blog, fait bien partie de cette sorte d'homme qui pense qu'en certaines circonstances (dispute, mais aussi simple divergence d'opinion) on peut injurier et rabaisser l'autre.

Hommelibre, relisez-vous! Quel TORCHON! Qu'entendez-vous, au vu de ce clip, "Putain les garçons qui voient ça! Ils vont culpabiliser à mort, ne plus rien oser, devenir des hommes mous, soumis, impuissants, considérer leurs femmes comme des mères auxquelles ils obéissent par peur d’être accusés d’être machos et violents - bonjour l’égalité!"

Quel rapport avec le comportement caractériel copié par le garçon dans le clip?

Vous mélangez tout et finalement critiquez un cliché dicutable (le clip, qui suggère un caractériel et non l'ensemble des hommes) avec des arguments validant presque ce cliché (si on est énervé, on peut insulter et être grossier, voire plus comme le suggère Leclercq et Hypolite, que vous devriez radier de votre blog pour propos diffamants envers les femmes)

Bonne suite. Consultez et videz votre sac chez un professionnel au lieu d'insulter sur les blogs.

Écrit par : tube | 16 septembre 2010

@ tube

"propos diffamants envers les femmes" propos diffamants Ah bon !!! j'ai écris ça

"Kad a raison, le clip n'a rien à voir avec la réalité. mais apparement le mensonge n'inquiéte pas les féministes ultra.
pas plus que le fond de commerce qu'elle fonts qu'une femme serais tuée par son compagnon où ex compagnon tout les deux jours "

et ces affirmations sans fondements ne justifient pas le tapage mensonger quelles fonts sur la violence conjugale"

"elles onts même récemment refusé la médiation pour résoudre certaines violences conjugales, et oui ça ne va pas dans le sens de leur dogme l'homme unique coupable. tout laisse à penser quelles n'onts pas pour but de vouloir faire baisser la violence conjugale.

en réalité , l'homme unique coupable, donne comme message aux femmmes, allez y soyez insupportable en couple nous sommes là pour vous soutenir, dans ce cas l'homme n'est plus un contre pouvoir comme elles en ont besoin, ouvrant la porte à la violence féminine psychologique d'abord physique aprés"

et il n'y a strictement rien de diffamant envers les femmes, ce n'est que la réalité, en réalité tu appelle à censurer la vérité à censurer ceux qui ne pensent pas comme toi. belle attitude de dictature douce féministe.

les québécois onts été salis pendant de monbreuses années par le mensonge éhonté des 300 000 femmes battues, et nous en France nous sommes salis par ceux une femme tuée tous les deux jours, ça ne vient d'aucune source fiable, c'est fait pour choquer l'opinion alors que le pourcentage concerné est infime dans la population française, le pourcentage d'hommes poussés au suicide aprés la séparation aprés avoir tout perdu est bien plus important que celà mais nos chéres féministes s'en foutent. c'est fait pour accuser globalement tous les hommes, pas pour combattre la violence conjugale. oui les femmes onts besoin d'un contre pouvoir dans le couple, sinon la violence psychologique s'installe et elle est déjà installé dans de trés nombreux couples, oui de nombreux se taisent pour avoir la paix et subissent continuellement la violence psychologiques de leurs compagnes sans piper mot.
alors soutenir uniquement les femmes victimes de violences psychologique quelle fumisterie, quelle négation de la réalité.
en ralité cette loi est faite pour annihiler l'homme dans le couple, pour l'empêcher d'être le contre pouvoir pourtant indispensable. j'ai un ami proche c'est son quotidien elle a menacé son mari de porter plainte pour violence conjugale au moindre écart qu'il ferait.
depuis il ne pipe mot et il subis vexations irrespect de sa compagne au quotidien, c'est ça que veulent les féministes dans les couples !!!!

Écrit par : leclercq | 16 septembre 2010

Je précise donc que pour leclerq irrespect et vexations subies par un hommes sont : ne pas pouvoir tromper sa femme librement sans qu'elle demande le divorce; qu'elle ne fasse pas systématiquement à manger, qu'elle ait son mot à dire lors de l'éducation des enfants, qu'elle vote... ahahahahahaah ... enfin voilà... pour leclerq un homme ça pue, ça braille , ça cogne avant de réfléchir... pour lui ça c'est un homme, un vrai... heureusement on ne pense pas tous comme lui ;)

Écrit par : Boo | 16 septembre 2010

@ Boo

fausses supputations chére Boo.
irrespect veut dire pour moi et dans ce cas, insules et dénigrement, vexations. humiliations de son mari seul où devant des amis.

A part ça je te laisse à tes habituels délires personnels bobbe soirée trés chére, si tu veux je donnerais ton bonjour à ma femme.

Écrit par : leclercq | 16 septembre 2010

Il ne viendrai à personne l’idée de dire que la violence dans la rue est le fait des femmes, c’est assurément un fait d’hommes (dont d’ailleurs l’écrasante majorités des victimes sont des hommes)

De même que la violence conjugal est assurément le fait des femmes pourtant des personnes très mal attentionné on réussi l’incroyable tour de force (avec de fausses statistiques et autres) de dire que ce sont les hommes.
Les victimes de la violence conjugale sont dans leur grandes majorités sont des hommes, les femmes ne représentant qu’une minorités (je ne nie en rien leurs souffrances, elles existent).
Quand aux personnes mal attentionnées dont je parle, elles en n’ont strictement rien à faire des hommes victimes de violences conjugal mais aussi des femmes victimes de violences conjugales, d’ailleurs secrètement elles doivent jubiler lorsqu’une femme est victime de violence conjugale.

Écrit par : uriel | 16 septembre 2010

@ tube:

Dire "connes" n'est pas pire que tous les "connards" que j'entends dans la bouche de certaines femmes, y compris au volant. Brel, dans sa chanson "La ville s'endormait, dit: "Mais toujours les femmes ne ressemblent qu'aux femmes et d'entre elles les connes ne ressemblent qu'aux connes". Il n'y a pas eu de manif anti-Brel pour cette phrase, que je sache.

Cela fait 10 ans que je vois les mêmes biais et mensonges, la même façon d'incriminer les hommes par principe et de manière globale, avec des conséquences. Il faudra bien prendre cela en compte un jour. Alors il faut le dire, le redire, parfois le dire fort.

Pour le clip: vous parlez d'un caractériel. Mais rien ne le dit. Le clip est brut: aucun recul, décalage ou analyse.

Alors oui, j'ai mal ressenti l'agression de ce clip. Je me suis permis une colère. Une colère, cela peut déborder, les mots sont une violence symbolique maîtrisée. Cela ne fait pas de moi un homme violent, cela ne prouve pas la supposée véracité du clip. Je suis même assez surpris que vous insinuiez cela, car je pourrais vous renvoyer l'argument: quand vous écrivez: "Quel TORCHON!" en majuscule qui plus est, merci pour la violence. Pour autant êtes-vous une femme violente? Frappez-vous? Je ne me permettrais pas de le laisser entendre-

Vous vous permettez une réaction vive à mon billet. Comme moi je me suis permis une réaction vive au clip et au courant qui porte ce genre de misandrie.


Boo: Je vous entends, et vous savez que je n'aime pas que l'on maltraite les femmes. Simplement ce qui se passe à l'égard des hommes est encore souvent dans le déni, dans le silence. Je pense que mon coup de gueule, même diversement apprécié, a remis le projecteur sur la face cachée des choses.

Écrit par : hommelibre | 16 septembre 2010

Bonjour, je viens de voir l’article sur cette nouvelle « pub ». Je n’ai pas encore lu les commentaires de cette page, mais j’ai bien vu le « court métrage » à la télé, en pleine heure d’audience.

J’estime, pour ma part, qu’il s’agit d’incitation à la violence et à perpétrer l’image que les hommes sont violents et que les femmes sont de pôvres victimes de la violence conjugale…
Ça tombe bien à pic car je viens d’entendre, en rue, une femme dire à son jeune enfant « Si tu continues, je vais te casser ton nez, et tu vas saigner… ». Je viens aussi d’entendre à la radio qu’une maman avait étranglé son jeune enfant à Braine-l’Alleud (Belgique)…

Quel monde allons-nous offrir à notre génération ?

Préparons nous à répondre contre la prochaine campagne de violences conjugales et d’enquêtes biaisées, qui se déroulera ce 25 novembre prochain à l’occasion de la Journée Internationale contre la violence envers les femmes. Nous avons suffisamment de textes pour bien réagir.
Bien cordialement,

Écrit par : CLVDP | 16 septembre 2010

Je suis d'accord avec l'essentiel de ce qui est dit concernant le déni de la violence féminine. De par mon vécu je constate que les femmes lancent souvent la première pierre par exemple.
Le problème de ce clip n'est pas qu'il mette en avant un homme comme exemple d'acteur de violence physique (plutôt représentatif dans ce domaine), mais qu'il fasse l'impasse sur la complexité fréquente du rapport d'où découle cet abus PHYSIQUE EVENTUEL (ce que je dis là s'applique autant en cas de violence physique féminine bien sûr). J'aurais donc été plus précis dans ma critique. Cela n'enlève rien au fait que les violences, en général (provocations verbales, ruptures abusives, "meutes sexistes" etc.) soient au moins autant le fait des femmes que des hommes, même si la violence "de rue" reste plutôt masculine sans doute. Et qu'il pourrait AUSSI y avoir des clips mettant en scène des femmes abusives !

Une chose très grave est que la loi perde son principe de neutralité en ne mettant en avant que les "violences faites aux femmes" (qu'elles soient physiques ou autres, les statistiques n'ont pas à influer sur les principes), avec à peine un petit commentaire précisant que cela "peut aussi" s'appliquer dans l'autre sens. C'est sacrément tordu et pervers dans son principe !
Tapez "Violences conjugales" dans Google et vous pourrez vérifier à quel point le féminisme n'est pas minoritaire dans les consciences : le principe de neutralité est quasiment partout esquivé.
Les rapprochements avec le marxisme sont complètement ridicules : aucun rapport entre le féminisme et le marxisme. Aucun rapport entre les théorisations de parti pris évident du féminisme et le matérialisme. A part ça je refuse de considérer la prise de pouvoir et monstruosité stalinienne comme représentative du marxisme. D'ailleurs le féminisme est de moins en moins une affaire de gauche-droite. On ne défendra pas une causse en opérant des discriminations idéologiques de ce type, attention à rester dans le sujet et de laisser le reste pour d'autres discussions !
Concernant "Les féministes, se sont les lumpen-pétasses, le rebut du sexe féminin. De plus, ce n’est pas leur athéisme qui en fait des modèles à suivre, sauf pour celles qui ont appris à naviguer dans les eaux troubles des femmes sentant le patchouli et la perte blanche." : ce genre de propos dessert la cause antisexiste (je parle bien d'antisexisme, pas de de féminisme ou de quelque dérivé, ou encore de masculinisme) car si les féministes sont, bien souvent effectivement assez pétasses, je ne vois pas pour le "lumpen" ! De plus l'athéisme militant n'est pas mon truc mais je reste agnostique. L'"athéisme" féministe est souvent de façade par ailleurs, car au contraire celui pratiqué aujourd'hui pousse plutôt la société vers un certain puritanisme comportementaliste AU NOM de la lutte contre la violence. Ce que nombre de femmes aussi regrettent fort heureusement ! Êtes-vous au courant de cet homme qui a du payer 10000 € à sa femme pour n'avoir pas rempli son "devoir conjugal" de lui faire l'amour autant qu'elle prétendait le vouloir ? Il semble surtout qu'elle ait voulu lui extroquer des fonds, car il était assez riche parait-il (cf http://www.rmc.fr/editorial/178256/condamne-pour-ne-pas-avoir-assez-fait-lamour-a-sa-femme/ ).
Le pouvoir n'est pas féministe car il reste toujours plus composé d'hommes que de femmes, ce serait un peu absurde ! Par contre il UTILISE le féminisme comme arme de division et diversion de la misère sociale, plus pour créer une problématique que pour en résoudre une.
Il est par ailleurs aberrant que la lutte contre le viol se fasse au nom du féminisme, pas uniquement parce que ça concerne aussi des hommes (principe de neutralité opposé à une logique genrée) mais aussi parce que c'est un problème de psychopathie ou psychose qui est d'un ressort plutôt psy-quelque-chose... Ce qui fabrique le violeur c'est essentiellement le vécu dans l'enfance, qui peut tout aussi bien découler du modèle "père violent" (contre la femme, contre l'enfant...) que d'une mère tyrannique etc. La violence n'est pas "logique" : je peux être violent ou violeur à l'égard d'une femme parce que j'ai été moi-même victime, et non pas uniquement parce que j'imite des comportements observés...
La lutte contre le viol n'a rien à voir avec l'idéologie féministe et aucune idéologie ne sera jamais un frein pour le psychopathe ou psychotique, peut être même l'idéologie aurait-elle un effet stimulant ou justificateur qui ferait passer à l'acte l'hésitant... On est en droit de se poser la question.
Je constate par ailleurs une mauvaise foi constante très répandue chez les féministes qui consiste à stopper la discussion lorsqu'on met en avant des contre-arguments indiscutables (sujet des statistiques faussées par exemple).
Par contre je ne suis pas du tout convaincu que les hommes "prendront leur revanche" car si les femmes ont accepté la subordination (*) pendant si longtemps, pourquoi pas les hommes ? Je pense que l'individu moyen, de quelque genre qu'il soit, se range derrière la "norme" du moment quel qu'elle soit ! ça peut durer très longtemps !

(*) Non sans quelques avantages, suivant les situations, je ne partage pas du tout le point de vue féministe qu'"avant, tout n'était qu'injustice" envers les femmes : il y avait AUSSI des avantages à être femme (après c'était suivant l'appréciation des individus : que suis-je près à sacrifier pour quels avantages ?), c'est d'ailleurs pour cela que ça a tenu si bien et si longtemps. Par ailleurs l'image de la femme fragile, victime-à-protéger etc. n'est qu'amplifiée par le féminisme et d'essence tout à fait traditionaliste. D'où le côté paradoxal du féminisme, son ambiguïté "nostalgique"...

Écrit par : Thomas | 31 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.